www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Dossiers » Patrimoine » Reportages » Nos ancêtres et le four banal à pain du seigneur

Nos ancêtres et le four banal à pain du seigneur


vendredi 6 avril 2007, par Dominique Marsac, Thierry Sabot

Répondre à cet article

Sous l’Ancien Régime et jusqu’à la Révolution, selon les provinces, le poids de la seigneurie ou celui de la collectivité, les paysans cuisaient leur pain soit dans un four individuel, soit dans le four communal ou soit par obligation dans le four banal appartenant au seigneur. Ce dernier, au nom du droit de ban, percevait une redevance, souvent en nature, mais il devait en contrepartie entretenir le four et le chemin qui y conduisait. Ce four banal était généralement affermé à des boulangers appelés fourniers. On cuisait pour la semaine, la quinzaine, parfois plus, de gros pains chargés de mie sous une grosse croûte afin d’assurer la plus longue conservation naturelle possible. « Les villageois devaient marquer leur pain en indiquant le jour du dépôt et donner une bûche de bois pour le cuire » (Nos ancêtres..., p. 54).

JPEG - 79.2 ko
Le four banal d’Urval (XIVe siècle)
-|- Photo Dominique Marsac -|-

Par crainte des incendies, les fours collectifs forment une construction indépendante des autres habitations. Comme dans l’exemple du four banal d’Urval (Dordogne), ils se présentent généralement sous la forme d’un petit bâtiment rectangulaire, construit en matériaux du « pays ».

JPEG - 72.1 ko
L’intérieur du four
-|- Photo Isabelle Jourdain -|-
Note : Les nobles et gens d’église, même le curé, sont sujets à la bannalité, quand la coutume ou le titre ne les en exceptent pas. Cependant, malgré le droit de four bannal, les gentilshommes et autres ayant fiefs dans l’étendue de la seigneurie bannière, peuvent faire construire des fours dans leurs maisons, et y faire cuire le pain de leur table, celui de leurs domestiques et métayers, de crainte que leurs farines ne soient gâtées par le transport : mais ils doivent le droit de cuisson de pain au seigneur bannier, afin de ne pas lui causer de préjudice. (...) Si ceux qui sont sujets au ban de moulin ou de four, après y avoir attendu vingt-quatre heures, ne peuvent pas moudre leur grain au moulin, ni cuire leur pain au four, ils peuvent aller ailleurs sans craindre de perdre leurs grains ou pains, ni encourir d’amende pour cette fois ; car les nécessités naturelles auxquelles la mouture et la cuisson remédient, ne peuvent pas souffrir un plus long retardement ; et celui qui est sujet à la bannalité est cru à son serment d’avoir attendu. (Louis Ligier, La Nouvelle Maison rustique ou économie rurale, pratique et générale de tous les biens de campagne, Paris, Chez Prévot, 1790.

Sources :
- André Châtelain, Patrimoine rural, reflet des terroir, Paris, Rempart - Desclée de Brouwer, 1998.
- Meuniers & boulangers, les artisans du pain quotidien, dossier de la revue Nos ancêtres Vie & Métiers, numéro 2 juillet-août 2003.
- Maurice Langlois, Les gestes de la terre, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2002.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

17 Messages

  • Le four à pain 14 octobre 2009 15:23, par Levaleton

    Bien, cela éclaire, mais quand est-il à notre époque ?
    un groupe d’habitant d’un même hameau peut-il construire (avec l’accord du Maire et du cosel municipal) un four « banal » et quel en serait ses statuts ?
    Merci c(avance

    Répondre à ce message

  • Le four à pain 16 octobre 2009 10:10, par André Vessot

    Bonjour Dominique et Thierry,

    On trouve encore de nos jours ces fours banaux, permettant des moments de convivialité le jour où on les met en route pour cuire des tourtes ou d’autres choses, comme à Ordonnaz dans le Bugey ou aux Vigneaux dans les Hautes Alpes. Par contre je n’en connaissais pas l’origine, merci de nous rappeler cette histoire. Bien amicalement.

    André

    Répondre à ce message

  • Le four à pain 8 août 2010 18:42, par FERRU Christian

    TOUS LES ANS, le four d’un petit village « La RUE » commune d’Asnières la giraud (17) voit le jour, vit pendant 2 à 3 jours.
    On fait cuire des boules de pain et de nombreuses galettes charentaise.
    Ce sont les habitants du village qui sont à l’origine de cette manifestation.

    Voir en ligne : Cliquez ici : Asnières-la-Giraud - Esprit de… -

    Répondre à ce message

  • Nos ancêtres et le four banal à pain du seigneur 2 mars 2013 08:36, par Defrance

    Bonjour,
    J’ai restauré le four du village qui était disparu depuis la première guerre mondiale. Il de trouve dans une cave voutée que j’ai du refaire, par conte le four par lui même était quasiment intact, seul l’arc de briques de l’entrée était à refaire car de nombreuses briques étaient cassées en deux . Il est circulaire et fait environ 1, 80 m , et la voute du four est faites de tuiles plates assemblées en forme de cœur.

    Répondre à ce message

  • Nos ancêtres et le four banal à pain du seigneur 2 mars 2013 08:48, par Guy Chevalier

    Bonjour à toutes et tous
    Plusieurs photos très intéressantes du village et surtout de ce four très particulier sur le site de Google Earth dont celle qui illustre cet article.
    Ça vaut vraiment le coup d’aller voir !
    Un petit bonjour de Bretagne, Guy

    Répondre à ce message

  • Nos ancêtres et le four banal à pain du seigneur 2 mars 2013 09:00, par Isabelle JOURDAIN

    Le four banal d’Urval est magnifique ,il vaut un détour lors de vacances.D’ailleurs tout ce petit village de Dordogne se prête visuellement à un retour sur le passé.Il y a aussi non loin de lui , le petit moulin qui mérite aussi d’être vu. A Urval il y règne une atmosphère particulière,apaisante,tout paraît petit (par la taille du village) mais il s’y dégage une puissance de par ses constructions massives et de style, restées intactes, d’un passé ou l’on construisait solide,des maisons proches les unes des autres avec tout de même au centre ,son église.le tout dans une vallée étroite et verdoyante.Belle rencontre pour moi ,en recherches gégéalogiques dans le secteur .

    Répondre à ce message

  • Nos ancêtres et le four à pain 2 mars 2013 09:19, par durand

    four à pain béarn. Dans la maison ns avons gardé le four à pain en état. Chaque pelerin, amis, vacancier, peuvent le voir , l’évier de pierre lui tient compagnie.La maison date de 1717 (une des plus anciennes du village)

    Répondre à ce message

  • Nos ancêtres et le four banal à pain du seigneur 2 mars 2013 09:55, par Alain JUNIQUE

    Voila 3 ans que l’assocation « Les Amis de la Tour » pour la défense, entretien, et mise en valeur du patrimoine de 26600 Mercurol ,s’attache à la restauration et reconstruction d’un four à Pain médiéval : Après avoir trouvé le déliberé d’une transaction datant du 22 Février 1548 entre le seigneur des lieux les notables et consuls du village demandant au Seigneur de construire un four banal pour la cuisson du pain de ses gens et non point d’utiliser le bois du four banal qui avait tendance à s’amoindrir créant une dîme plus importante .
    Ce four, récupéré dans les ruines de ce qui fut la demeure du châtelain, fut démonté et chaque pièce répertoriée et remonté dans le jardin de la Mairie (les premiers essais sont concluants . Son inauguration aura lieu le 22 Juin 2013 ! de plus ,passionné de généalogie j’ai pu retrouver l’acte de mariage du châtelain de l’époque Etienne Odoard ayant encore des descendants au village et qui figure dans mon arbre généalogique déposé sur Généanet (pseudo : ajunique généalogie JUNIQUE). Un belle histoire où la généalogie m’a conduit à la présidence de cette association.
    Les passionnés des Fours pain seront les bienvenus à cette inauguration libre où sera conté son histoire et celle de sa restauration .

    Voir en ligne : http://facebook.com/ajuniquemercurol

    Répondre à ce message

  • Le four banal d’URVAL 2 mars 2013 17:21, par a.mondor

    Le four banal d’URVAL (Dordogne)

    Le four banal est un vestige de la vie féodale d’autant plus précieux qu’il est très rare ,la plupart de ceux qui existaient ayant été abandonnés depuis la suppression des bans après 1789 ou ayant été utilisés comme étable.

    Le ‘’ban‘’ au moyen âge était l’ensemble des obligations communes auxquelles étaient soumis les habitants d’un bourg groupés sous l’autorité et la protection du seigneur ou de la paroisse
    .
    L’usage du four banal était obligatoire et donnait lieu à redevance
    .
    Le four banal d’URVAL date du 14e siècle. Il a conservé sa toiture de pierre jusqu’en 1853 date à laquelle le toit a été recouvert de tuiles. Il a encore servi pendant la guerre de 14/18.

    Le fournier logeait dans la petite pièce au dessus du four. Cette pièce servait également à pétrir la pâte dans la ‘’maie‘’ et les tourtes sorties du four étaient rangées sur les étagères qui ornent la façade du bâtiment.

    Un pigeonnier accolé à ces étagères permettait au fournier de faire son élevage.

    Répondre à ce message

  • Nos ancêtres et le four banal à pain du seigneur 3 septembre 2013 10:44, par SALLE

    je fais de la genealogie depuis très longtemps,j’(habite desormais en provence et je suis interessée par le four banal dans chaque village !!
    amitiés !!superbes photos !!

    Répondre à ce message

  • Rue des fours banaux 13 septembre 2013 17:14, par fradin

    J’ai depuis qqles années une vieille photo de rue avec inscrit sur une maison de la rue Rue des Fours Banaux.
    C’st une très belle rue mais je ne sais d’ou elle est .
    si vous avez qqles indications , merci

    Cordialement
    Serge

    Répondre à ce message

  • moulin et four communal 29 décembre 2013 11:18, par bussiere

    Bonjour.
    Ecrivant un roman se passant au 19e siècle, je me documente pour un chapitre sur la façon de faire le pain à cette époque. (l’histoire se passe dans les Hautes Alpes pour être précis).
    J’ai trouvé tout ce qu’il me fallait pour le moulin et pour le four auquel se rendait chaque villageois 1 fois pour l’hiver. Ma question est donc : comment et où se passait la phase intermédiaire entre le sac de farine et la cuisson ? Il faut mettre la levure, pétrir, laisser monter...Dehors il fait trop froid. Dans la petite pièce, à côté du four ? Mais guère de place...Merci à celui qui pourra m’aider.
    Ecrire est dans ma compétence, mais la boulangerie, pas du tout !

    Répondre à ce message

  • bonjour
    dans une forteresse médiévale,une tour appelée
    ’tour bannière’ a-t-elle un lien avec une activité de cuisson du pain..?

    merci de vos lumières

    cdt
    D.Lamy

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |