www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Culture et mentalité » Les derniers jours de la veuve Galicier

Les derniers jours de la veuve Galicier


jeudi 14 janvier 2010, par Alain Denizet

Répondre à cet article

Extrait du livre « Au cœur de la Beauce, enquête sur un paysan sans histoire. Le monde d’Aubin Denizet, 1799-1854. » [1]

Approcher le quotidien de nos ancêtres est difficile. Comment saisir les moments simples de leur journée, entendre les paroles qu’ils ont prononcées ou encore connaître les personnes qu’ils ont rencontrées ? A ce sujet, les archives de justice sont une mine d’or, notamment les interrogatoires contenus dans les dossiers de cour d’assises. Mais il y a aussi des affaires plus ordinaires jugées au civil et qui donnent lieu à des enquêtes qui, en creux, révèlent les habitudes d’une vie tranquille de village. C’est le cas d’un extraordinaire témoignage sur la banalité des derniers jours de la veuve Galicier [2], une vieille femme de Viabon, un village situé entre Chartres et Orléans, un dossier retrouvé dans la série U des archives de l’Eure et Loir. A l’appui de cette source de justice, j’ai utilisé également les archives de notaires [3]. De quoi s’agit-il ?

Un procès oppose les héritiers de la veuve Galicier qui est décédée quelques jours après avoir acté devant notaire deux contrats de vente à rente le 1er décembre 1840. Il s’agit de reconstituer ses derniers pour savoir si elle avait bien toute sa tête au moment de la signature. Les témoins interrogés rapportent donc les conversations qu’ils ont eu avec la veuve, ses allées et venues dans le village et donnent leur avis sur son état de santé. Nous pouvons donc reconstituer la chronologie de ses derniers jours, nous représenter la trame de ses liens de voisinage.

Ecoutons les échos de ce petit monde disparu.

Le lundi 30 novembre 1840, le curé trouve la veuve Galicier mal portante. Marie-Anne Grandveau, proche voisine qui se présente comme « son amie », est cependant d’un avis contraire. Ce jour, elle lui fait la conversation tout en étant « occupée à couler sa lessive ». Elle est formelle : « Elle ne se plaignait pas et ne m’a pas paru malade (…) Après avoir fait cuire à mon feu un peu de sang d’oie qu’elle a mangé, je ne l’ai pas revue ce jour-là. » La veuve Galicier fait ensuite une halte chez le maréchal Porthault pour « tricoter avec sa femme ».

JPEG - 175.1 ko
Dessin d’Hoyau (1853) extrait de l’almanach « le messager de la Beauce et du Perche ».

Charles Tarenne, ancien compagnon charron de son mari, resté « en bons termes avec elle », la visite « de temps en temps », justement le soir du mardi 1er décembre. Ce n’est pas un hasard : « J’avais ouï-dire qu’elle était plus malade qu’à l’ordinaire. Elle était alors dans la partie de sa maison occupée par Billard et elle se chauffait à son feu. Elle me dit :

« - Mon cher ami, il faut nous quitter. »

Croyant qu’elle évoquait sa mort, il cherche à la rassurer et observe : « Par moi-même, je ne voyais pas d’altération dans ses traits. Mais elle se plaignait plus. »

Ce mardi, la veuve établit chez elle devant le notaire d’Ymonville deux contrats de vente sur ses maisons d’Allaines et de Viabon en faveur de ses filleuls en échange de deux rentes annuelles et viagères qui lui assurent un revenu de 136 francs par an [4]. Voulant garantir la tranquillité de ses vieux jours, elle assortit la vente de sa maison de Viabon d’une clause qui la prémunit de tout souci :

« Elle se réserve pendant sa vie l’usufruit de la chambre où est la cheminée prussienne (…) Le sieur Billard et sa femme seront tenus malgré les réserves partielles d’usufruit ci-dessus, non seulement d’acquitter les impôts de toute nature (…) mais encore de faire toutes les réparations d’entretien (…) aider la venderesse, à compter de ce jour, dans les soins de son ménage, même de le faire en entier et de lui administrer tous les petits soins dont elle aura besoin, tant de jour que de nuit. »

JPEG - 163.4 ko
Illustration d’une maison des environs de Chartres vers 1840. (fonds Leprince, bibliothèque de Chartres).

Visiblement, le mercredi 2 décembre, la veuve sent que sa santé décline. Louis Joseph Girard, 55 ans, tailleur d’habit et crieur priseur dans les ventes mobilières après décès, la voit dans la rue, comme souvent car, dit-il, « habitant le bourg, je la voyais allant et venant ». Un échange familier et bon enfant s’engage ; les deux voisins se tutoient :

« Elle me dit : Tu vas boire la bouteille.

- Oui. Et je lui demandais : Et toi, où vas-tu ?

- Je vais travailler dans l’étable.

- Ca ne va donc pas trop ? Ai-je dit.

- Pas trop (…) Si tu veux mon ouche qui est à côté de ma maison…

« Ce propos l’a fait rire », se souvient Girard : l’ouche est une allusion au cimetière.

- Tu voudrais déjà dégueniller mes guenilles ! dit-elle (faisant elle-même allusion à mon état de crieur priseur dans les ventes mobilières après décès). »

Puis, la veuve Galicier passe sa journée à l’étable chez les Chapelain. « Vers le soir », la femme Grandveau la trouve assise sur une borne dans la rue ».

- « Je t’attendais », lui dit la veuve Galicier.

Lui demandant pourquoi, elle répondit :

- « tu sais bien qu’il y a longtemps que je t’ai promis de te payer de quoi porter mon deuil, si de ton côté tu veux t’obliger à le faire de bon cœur. »

Sur ma réponse affirmative, elle dit :

- « viens chez moi, je te donnerai l’argent nécessaire.

La femme Grandveau poursuit : « Après quoi, je l’ai suivie chez elle et elle m’a donné 15 francs pour acheter mon habillement de deuil. Elle m’a fait alors promettre de la venir voir tous les jours. Ce que j’ai fait. Elle m’a dit :

- Je t’ai donné de quoi acheter un habit de deuil, je te donnerai encore des bonnets à barbe. »

La veuve Galicier est assez aisée tandis que la femme Grandveau, journalière, a peu de moyens pour faire cet achat. Cette dernière reste pour veiller son amie qui, souffrante, doit s’aliter :

« Elle était alors au lit se tenant sur son séant pour me parler de lui donner une assiette dans laquelle il y avait de la monnaie pour prendre dedans de quoi payer un pain et une bouteille de remède envoyée de Janville. »

Le lendemain, jeudi 3 décembre, la femme Grandveau fait sa visite et ne « la trouvait point malade ». Le tourneur Henri Jousset, son voisin immédiat, raconte que la veuve ayant aperçu l’officier de santé Laronde dans la rue le fait rentrer chez lui. Ce dernier diagnostique :

- « Vous avez un mauvais estomac, il faut mettre le pot au feu. » Le remède lui arrache un cri :

- « Vous voulez me ruiner ! »

Jousset ajoute encore :

« Elle est venue dans mon atelier et y restée se chauffer avec mon compagnon pendant deux heures, puis elle a fini la journée dans l’étable avec ma femme. Pendant tout ce temps, elle ne s’est pas plainte de la fièvre du pays [5]. »

Toutefois, elle ne vient pas se chauffer à l’étable où « pendant l’hiver elle avait l’habitude de passer ses journées » alors que la femme Chapelain n’avait rien remarqué le jour précédent sauf, comme toujours, cet « asthme qui lui rendait la respiration difficile ».

Le vendredi 4 décembre, Marie-Thérèse Blanvillain, compagne des journées d’étable pendant la « mauvaise saison » s’enquiert de la santé de la veuve qui « avait manqué de venir à l’étable le jour précédent » et observe qu’elle se plaignait un peu plus, mais sans faire allusion à la « fièvre du pays ». La veuve Galicier reste couchée le samedi puisque plusieurs voisins disent ne pas l’avoir vu.

JPEG - 157.5 ko
Dessin d’Hoyau (1855) extrait de l’almanach « le messager de la Beauce et du Perche ».
Deux voisines parlant de la veuve galicier.

L’officier de santé Laronde l’ausculte à nouveau, trouve un grand changement et croit discerner :

« les premiers symptômes de fièvres pernicieuses (…) Je demandai aux personnes qui lui donnaient les soins de venir à Ymonville chercher les médicaments appropriés ».

Il concède s’être trompé dans son premier diagnostic, mais les mentalités rurales sont rétives à sa médecine ainsi qu’il s’en s’explique en quelques mots qui valent absolution :

« Depuis sept à huit ans que je vais à Viabon visiter des malades, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois la veuve Galicier qui, trop intéressée et radine pour me faire venir chez elle, me prenait à la dérobée pour me consulter sur les souffrances qu’elle éprouvait. Quoique n’ayant traité cette femme qu’imparfaitement, j’ai reconnu que c’était un pauvre sujet affecté d’un asthme et d’un catar pulmonaire chronique qui tôt ou tard pourrait être la cause de sa fin. »

Le dimanche 6 décembre est marqué par une nette dégradation. Le voisin Tarenne, averti par Billard, le filleul de la veuve, se rend chez elle. « Elle était dans son lit, je lui donnais à boire. » Le tourneur Jousset est convoqué par la veuve qui le prie « d’écrire à la fille du nommé Delabrouille de Moutiers afin qu’elle vint la gouverner ». Le curé de Viabon est appelé au chevet de sa paroissienne qui décède dans la nuit du 6 au 7 décembre 1840 :

« Elle était fort mal puisqu’elle a cessé de vivre quelques heures après. J’ignorais qu’elle fut malade avant. Je savais seulement qu’elle était mal portante car huit jours avant, elle était venue chez moi avec la femme Grattet pour faire rédiger la quittance de loyer que lui payait cette dernière. »

Cette dernière semaine de vie de la veuve Galicier donne un éclairage concret des petits réseaux d’entraide et de la sociabilité quotidienne qui s’établit dans le village. Connue de tous, la veuve va et vient chaque jour de sa maison à l’étable, un petit trajet qui tisse des relations et permet quelques échanges plaisants avec le voisin Girard sur un sujet grave : la mort. Alors, quand la santé décline en cette mauvaise saison, les voisins s’inquiètent et demandent des nouvelles dès lors qu’elle manque une journée à l’étable, occasion de se retrouver entre femmes pour travailler, mais aussi évoquer la vie du pays – le décès de la belle-mère de son filleul Billard le 20 novembre, les démêlés entre l’instituteur Leroy et le curé par exemple. Ne doutons pas que les avis de la veuve, riches d’expérience, sont écoutés.

Manifestement, la veuve Galicier aime à venir se chauffer chez les autres, au feu du maréchal, de son filleul, à celui de la voisine pour la cuisine, enfin à l’étable. Une amie va chercher le pain et les médicaments à Ymonville et fait appel à l’officier de santé. C’est avec lui que la veuve déploie une finesse où se mêlent rouerie et avarice : elle le voit « à la dérobée », profitant de son passage chez ses voisins pour être examinée gracieusement. Le curé rédige la quittance de loyer. La veuve n’est pas donc pas une personne seule. Elle vit avec son filleul Billard, mais surtout elle entretient des relations de voisinage qui lui donnent une fin de vie somme toute heureuse, témoignage éloigné des troubles et des tragédies qui parcourent les archives judiciaires pénales. Enfin, en cette tranquille semaine, afin de mettre de l’ordre dans ses affaires, elle fait venir le notaire.

La surprise, la tristesse de sa mort sont contenues dans ces quelques mots du crieur Girard qui apprend son décès :

« Comment ! Thérèse est morte ! »

Alain Denizet est l’auteur d’un livre d’histoire qui raconte le quotidien et le monde d’un paysan ordinaire du XIXe siècle «  Au cœur de la Beauce, enquête sur un paysan sans histoire, le monde d’Aubin Denizet, 1798-1854  ». Editions Centrelivres, 2007, 336 pages. 26 euros. À commander à l’auteur pour 27,5 euros frais de port compris à l’adresse suivante : Alain Denizet, 1 rue de l’enfer, Muzy 27650. alain.denizet@wanadoo.fr



- Voir la fiche de présentation de l’ouvrage

Notes

[1À partir d’archives, le livre recompose la vie et le monde d’un paysan dans la première moitié du XIXé siècle que tout généalogiste pourrait compter dans l’arbre de sa parentèle. Editions centrelivres. 336 pages.

[2Archives Départementales d’Eure et Loir, 3 U 1 NC article 517, tribunal de Chartres : actes du greffe. Dossier Thérèse Galicier, née Delabrouille, 19.3.1842. 3 U 1 NC article 1, tribunal de Chartres : jugements civils, année 1841. (AD 2 E 28/46).

[3Archives Départementales d’Eure et Loir 2 E 28/46. Pour une analyse plus fine, il aurait été possible de consulter le cadastre et le recensement pour étudier la proximité plus ou moins grande entre la veuve Galicier et ses familiers.

[4Archives Départementales d’Eure et Loir 2 E 28/46.

[5Une enquête est faite dans les années 1860 pour mieux connaître les effluves provenant des zones marécageuses de la Conie, cours d’eau unique en Beauce. Ces émanations sont accusées responsables de la « fièvre du pays.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

  • Les derniers jours de la veuve Galicier 18 janvier 2010 10:02, par DPL

    Bonjour,

    Après avoir fait un maximum de recherches sur mes ancêtres, dans les archives, je suis curieuse de savoir quel a été leur mode de vie quotidien.

    Merci de nous présenter ces « derniers jours de la veuve Galicier » entourée de ses voisins, et plus ou moins amis... Sans doute les villageois formaient-ils une grande famille, d’autant qu’ils étaient souvent affiliés par des mariages

    Continuez de nous tenir au courant.

    Cordialement,

    DPL

    Répondre à ce message

  • Les derniers jours de la veuve Galicier 27 août 2011 10:59, par Françoise Niglaut

    Merci pour cet article très intéressant. Les Archives de Justice sont certainement une mine d’or comme, grâce à elle, j’ai pu découvrir les circonstances qui ont séparé mon arrière-arrière-arrière grand-mère de ses trois enfants et retracer trois années tumultueuses de sa vie avant qu’elle ne disparaisse à nouveau. Cet article renforce ma motivation pour retrouver mon arrière-arrière-arrière grand-mère qui disparaît (à nouveau !) en 1854 mais d’Angers cette fois-ci, ainsi que sa soeur qui disparaît mystérieusement aussi entre deux et sept ans plus tard alors qu’elle ne vivait pas dans une campagne isolée mais dans un petit bourg de la Mayenne et qu’elle avait quatre enfants en bas âge... S’il y avait autant de solidarité que cet article le montre, leurs disparitions a dû laisser des traces quelconques et cet article me motive à continuer à chercher ces traces.

    Merci encore une fois.

    Françoise Niglaut

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |