www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie familiale » Au XIXe siècle en Basse-Bretagne, on se marie rarement par amour

Au XIXe siècle en Basse-Bretagne, on se marie rarement par amour


jeudi 8 avril 2010, par Pierrick Chuto

Répondre à cet article

Dans la Basse-Bretagne du XIXe siècle, les mariages sont le plus souvent arrangés. Les deux tourtereaux n’ont pas voix au chapitre et les parents négocient le contrat de mariage durant de longues semaines. Ils se retrouvent au cabaret, sur le champ de foire, chez le notaire, et étudient scrupuleusement les titres de propriété et l’importance des stus [1].

JPEG - 163.3 ko
Accord au cabaret
Dessin d’Olivier Perrin (tirés de Breizh Izel ou la vie des bretons de l’Armorique, Paris, 1844.

Le livre que je viens de publier : " Le Maître de Guengat [2], Emprise d’un maire en Basse-Bretagne au XIX siècle relate, à partir de documents d’archives, plusieurs tractations de cette nature.

Ainsi en 1826 :

Marie-Noëlle (Chuto) sent ses forces décliner et veut absolument marier son fils avant de partir pour le grand voyage. À cinquante-huit ans, le temps presse. Il lui faut une belle-fille pour la seconder et bientôt la remplacer à la ferme. Elle présente à Pierre-Auguste la fille des Le Cornec, qui habitent la ferme de Kéranguily en Plogonnec. Leur fils Claude est un ami de Pierre-Auguste. Mais, à dix-neuf ans, ce dernier s’estime bien trop jeune pour épouser Marie-Louise, une « vieille » de vingt-sept printemps.

Sa mère estime que la jeune femme serait une parfaite épouse pour son aîné. Peu importe son âge, ce qui compte, c’est la dot. Assistée d’un « bazhvalan » [3] , le tailleur d’habits Jean Floch, elle rencontre à plusieurs reprises le couple Le Cornec. Elle demande trois mille francs de dot, et quelques meubles. Se croit-elle à la foire de Quimper en train de vendre une vache ? Devant le refus gêné de ses hôtes, elle tente de marchander à deux mille cinq cents francs. Mais Jean et Marie-Magdeleine Le Cornec ont sept enfants, dont trois mineurs, et ne peuvent constituer à leur fille qu’une dot de mille huit cents francs, dont trois cents payables seulement dans les deux ans. À cet effet, ils doivent hypothéquer la maison et les terres de Kéranguily.

La vieille mère finit par céder. Elle aurait préféré un riche mariage pour ce fils qu’elle voit promis à un bel avenir. Il est convenu qu’elle paiera annuellement au futur couple la somme de quatre-vingt-dix francs pour « leurs peines et soins à aider à son ménage ».

« Elle s’engage à les blanchir, nourrir et entretenir en hardes et chaussures tant pour l’ordinaire que pour les dimanches, en santé comme en maladie, et même les enfants qui pourraient naître de leur union ».

En 1851, Pierre-Auguste Chuto, que l’on appelle désormais Auguste, est le maire tout-puissant de la commune de Guengat. Il est aussi le tuteur de Marie-Anne Le Cornec (nièce de sa première femme) et souhaite vivement se débarrasser de ce « fardeau peu productif ». A la fête agricole de Plonéis, commune voisine :

« Il rencontre deux de ses administrés, les Galiot père et fils de Kerescard, deux cultivateurs que l’on dit sérieux et travailleurs. L’idée de marier sa petite protégée Marie-Anne Le Cornec à René Galiot, vingt-huit ans, lui vient aussitôt. Après la fête, la négociation commence au cabaret de Jean et Corentine Gac au bourg de Plonéis. Les douze ans de différence avec sa promise n’effraient aucunement le jeune homme, et les trois mille francs de la dot qu’elle s’est constituée sur les biens de la succession de son défunt père, ne laissent pas indifférent le chef de famille. Marie-Anne n’ayant pas voix au chapitre, le mariage religieux est célébré le 1er juillet 1851 ».

L’entremetteur

Dans les campagnes bretonnes, le tailleur d’habits est peu considéré. Les hommes estiment qu’il exerce un métier de fainéant et jalousent celui qui est toujours le bienvenu auprès des femmes, lorsqu’il va de ferme en ferme proposer ses services. C’est pourtant ce tailleur qui est le plus souvent choisi pour sonder le terrain et poser des jalons. Lorsqu’il estime que sa démarche d’entremetteur va être couronnée de succès, il se rend au domicile de la promise et présente la demande aux parents.

JPEG - 187.3 ko
L’entremetteur est bien reçu
Dessin d’Olivier Perrin (tirés de Breizh Izel ou la vie des bretons de l’Armorique, Paris, 1844.

Dans les rares familles aisées de Guengat, il n’est nul besoin d’un tiers pour négocier. Auguste Chuto, du manoir de Saint-Alouarn, est devenu l’homme le plus riche de la commune. Jean Nihouarn, du village de Kerguerbé, est le deuxième contribuable. Les deux hommes ont eu des relations difficiles par le passé pour des motifs politiques ou religieux. Mais il importe de trouver de bons partis pour sa progéniture et on oublie les divergences le temps d’un arrangement. Ainsi en 1861 :

« Restés seuls, Nihouarn et Chuto, en bons négociateurs, discutaillent de la pluie et du beau temps, des affaires de la commune et de petits détails insignifiants. Aucun ne veut aborder en premier le sujet qui lui tient à cœur : le mariage de leurs enfants, Marie-Catherine Chuto et Jean-Louis Nihouarn. Ils savent que les discussions vont être longues et difficiles avant de parvenir à un accord qui unira leurs deux maisons. C’est pourquoi ils ont convenu de se revoir à Ty-Moullec, ce dimanche de mars. Les danseurs frénétiques ne leur prêtent aucune attention, trop occupés à marteler l’aire neuve [4] de leurs pas lourdement cadencés.

Auguste doit interrompre la discussion pour aider son fils Pierre, à séparer deux belligérants échauffés par la boisson. Il est fréquent que l’aire devienne une arène où les gars de différentes paroisses règlent leurs contentieux, soutenus par des compatriotes. Les filles ne sont pas en reste. Leur rôle est d’apporter à boire aux danseurs, mais il arrive qu’elles participent aux libations et s’enivrent.

Marie-Catherine Chuto est une jeune fille sage. Elle est bien loin de penser que son père veut la marier au grand maigre dégingandé, baigné de sueur, qui s’active tant au son du biniou. Alors que la surface de l’aire est totalement lisse et que les participants à la fête sont épuisés, les deux pères sont presque parvenus à un accord. Jean prie Auguste de lui rendre visite à Kerguerbé, la semaine suivante…

À la date convenue, Nihouarn fait visiter le domaine à Chuto qui le connaît pour y avoir souvent chassé. Suivant la tradition, le bétail est passé en revue : six bœufs à labeur, six bouvillons, neuf vaches, huit génisses, sans oublier sept veaux, quatre chevaux, quinze cochons et un taureau. Tous ces animaux attestent la prospérité de l’exploitation et de ses occupants. La ferme est parfaitement tenue. Ici, le tas de fumier n’est pas adossé à la maison d’habitation, près du puits, comme c’est souvent le cas.

Anne Cariou, la maîtresse de maison, reçoit le maire avec beaucoup d’égards. Après lui avoir fait les honneurs de la demeure, elle se retire afin de laisser les deux hommes finaliser l’accord. Maître Damey a estimé les biens du couple ; Kerguerbé est évalué à vingt-huit mille deux cents francs. Le moulin de Kervrouach vaut mille huit cents francs. Auguste consulte longuement les titres de propriété.

Les époux Nihouarn vont, par acte entre vifs, faire le partage de leurs biens entre leurs quatre enfants. Afin de ne pas morceler la propriété, ils ont décidé de former un seul lot et de le donner à Jean-Louis, à charge pour lui de dédommager ses frères et sœurs. Dès le 29 septembre, il jouira de la moitié des biens, les donateurs se réservant l’usufruit et la jouissance de l’autre moitié jusqu’au décès du dernier d’entre eux.

Les époux Chuto ont constitué une dot de neuf mille francs, immobilisés pour tenir lieu de bien propre à Marie-Catherine. Ils feront transporter à Kerguerbé, le lendemain des noces, des meubles et effets mobiliers jusqu’à concurrence de trois cents francs. Le contrat est signé devant notaire, le jeudi 6 juin ».

De telles négociations se retrouvent dans le livre à plusieurs reprises. Parfois, après que les parents aient négocié, les jeunes gens éprouvent de véritables sentiments l’un pour l’autre, mais combien de femmes sont soumises toute leur vie et n’ont aucun pouvoir de décision, étant le plus souvent illettrées !
Yann Brekilien dans « La vie quotidienne des paysans bretons au XIXe siècle » [5] reprend un texte de 1840 :

« Le paysan devient amoureux pour tout de bon, c’est à dire pour se marier ; un champ, un pré, une vache, de plus ou de moins dans la balance, voila qui suffit pour le séduire. Le plus gros fumier lui porte au cœur et s’il a la perspective de pouvoir élever un cochon de plus chaque année, il se fixe sans retour ».

Sans commentaires…

Dans le livre « Le Maître de Guengat », j’ai tenté, à travers la vie de mes ancêtres, de raconter la vie d’un bourg et de ses habitants, en un siècle méconnu et pourtant proche.

- Pour en savoir plus le site de l’auteur

Notes

[1L’état des pailles, foins, fumiers chauds et froids.

[2Commune rurale des environs de Quimper.

[3Entremetteur de mariage. Lors de ses démarches, il avait un bâton (bazh) et un bout de genêt (balan).

[4C’est sur l’aire que l’on battait la récolte au fléau. L’endroit devait être le plus lisse possible afin que les cailloux ne se mélangent pas au grain. Le cultivateur faisait régulièrement appel au voisinage pour venir danser sur la nouvelle aire et la tasser.

[5Librairie Hachette. 1966.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

13 Messages

  • Bonjour,
    Je viens de lire cet article avec grand intérêt.
    Je sais après recherches sur le sujet que la coutume du mariage arrangé a perduré jusqu’après la guerre de 39/45 dans certains villages.
    Le tailleur d’habits était souvent l’intermédiaire entre les familles : en effet il connaissait la situation financière de ses clients et leur taillait des habits en fonction de leur rang social (en particulier la taille des bandes de velours et broderies sur les costumes bretons des hommes et des femmes). Mais contrairement à ce que vous affirmez, s’il faisait des envieux, il était craint et respecté car il avait une situation aisée et connaissait tous les secrets des familles.
    J’ai moi-même un grand-père qui a été darbodeur (en plus de son métier de poseur de rails aux chemins de fer) jusqu’à la dernière guerre : il cherchait le futur correspondant à la situation de la future et effectuait les pourparlers des mariages entre les familles ; et en récompense, il assistait aux noces qui duraient souvent deux à trois jours. Ma mère me l’a souvent raconté.

    Répondre à ce message

    • Bonjour Marianne.

      Merci d’avoir pris intérêt à la lecture de cet article.

      Dans mon livre j’ai dépeint la situation des tailleurs en Basse-Bretagne aux XIXe siècle et non au vingtième.D’où la différence d’appréciation. Je peux vous assurer que dans les nombreux documents étudiés et dans les livres lus sur la période dépeinte,le tailleur était le plus souvent miséreux.
      Il était cependant craint en raison de sa parfaite connaissance des familles.
      Je vous conseille de lire Le maître de Guengat afin de comparer les deux périodes.

      Cordialement

      Pierrick

      Répondre à ce message

  • votre article est passionnant.
    LES MARIAGES DES 3 couples que vous citez ont ils été heureux ?
    IL ME SEMBLE QUE AUGUSTE s’est remarié ?
    LES deuxiemes mariages suivaient - ils la même coutume ?

    mes racines sont en AVEYRON pouvez vous m’indiquez des auteurs ayant le gout pour le quotidien au XVIII ET XIX°siècle ?
    cordialement

    Répondre à ce message

  • Au XIXe siècle en Basse-Bretagne, on se marie rarement par amour 10 avril 2010 19:10, par Jacques Joncour

    Bonjour Pierrick,

    Par un renvoi depuis la Lettre de GENEANET, je viens de découvrir votre article fort intéressant comme tous ceux que j’avais pu lire précédemment sous votre signature.

    Je pense effectivement que les mariages du Finistère étaient souvent arrangés mais surtout dans les classes aisées où des intérêts importants étaient en jeu.

    Comme vous le savez, mes ancêtres étaient bien moins riches que les vôtres. Je n’ai pas de raison de penser que leurs familles au XIX° étaient aussi vigilantes... mais pas d’archives non plus pour confirmer ou infirmer.

    Je souhaite à nouveau un grand succès au « Maitre de Guengat » que j’ai lu avec grand plaisir.

    Bien cordialement
    Jacques Joncour

    Répondre à ce message

  • Il n’y a pas qu’en Basse-Bretagne, que les mariages arrangés se contractent, maiis aussi dans d’autres régions et chez nos contemporains.Ill ya les obligations familales,professionnelles, et religieuses.

    Ainsi ma mère,qui s’est vue refuser la mariage avec un cousin pourtant éloigné de la lignée de sa mère.

    Elle a épousé un commerçant, pour assurer les affaires de la
    famille,après le décès de mon grand-père maternelle.

    Répondre à ce message

  • Au XIXe sicle en Basse-Bretagne, on se marie rarement par amour 29 juillet 2012 12:15, par HERDIER Alain

    Bonjour, je viens de lire votre article qui est tres intressant. Dans certains endroits de BRETAGNE, l’entremetteur ( metteuse )tait le mendiant qui avait table ouvert dans toutes ls familles de la rgion.
    Cordialement
    A. HERDIER

    Répondre à ce message

  • Ce n’est pas qu’en Basse ou Haute Bretagne que les mariages taient « arrangs » ; ils l’taient travers tout le pays et toute l’Europe. Il n’y a l rien de nouveau sous le soleil, et cette « tradition » perdure dans la « haute socit », mais de faon subtile. Et que dire des mariages dans les socits Smites, et Asiates ?

    Répondre à ce message

  • Au XIXe sicle en Basse-Bretagne, on se marie rarement par amour 19 août 2012 11:57, par LE MANACH JOELLE

    Bonjour Monsieur Chuto, merci pour votre article. Auriez vous une rponse la question suivante ? Pourquoi une jeune femme de 30 ans en 1889, enceinte, ne se serait elle pas marie ? Pas assez de dot ? Esprit d’indpendance ? Abandon du garon ? Elle a cependant continu vivre chez ses parents, avec son enfant dans les Ctes d’Armor. Comment taient considrs ces mres clibataires et leurs enfants ?
    Existaient-ils en septembre 1889 des journaliers de passage aidant aux moissons par exemple ?
    Dans quels journaux de l’poque puis je trouver des archives ?
    Merci beaucoup si vous trouvez un peu de temps pour me rpondre.

    Répondre à ce message

    • mres clibataires en Bretagne 20 août 2012 08:59, par yvon prigent-gaspard

      bonjour,
      comme dans toutes les regions les meres celibataires etaient montrees du doigt souvent abusees par de vaines promesses de mariage elles fetaient Paques avant les Rameaux : mon arriere grand’mere issue d’une famille tres connue se trouva dans ce cas mais fut abandonnee apres la naissance de mon grand-pere sans etre mariee : elle quitta la region pendant plusieurs annees avant de revenir mariee avec un homme qui reconnut l’enfant 11 ans apres sa naissance : les releves d’etat-civil furent rayes et modifies en consequence elle put alors se montrer au grand jour dans la region.

      Répondre à ce message

      • mres clibataires en Bretagne 20 août 2012 15:10, par jolema

        Merci de votre réponse. Mon arrière grand mère, bien que mère célibataire est restée dans sa famille comme en témoigne le recensement de 1891. Elle y a élevé sa fille, déclarée fille naturelle.

        Répondre à ce message

    • Au XIXe sicle en Basse-Bretagne, on se marie rarement par amour 20 août 2012 22:38, par pierrick chuto

      J’etudie actuellement les documents d’archives relatifs a l’abandon d’enfants et leur placement en nourrice dans les campagnes aux alentours de Quimper.J’en parle deja beaucoup dans mes deux livres ou j’ai tente de depeindre les moeurs de l’epoque.
      il est fort possible que des journaliers de passage aidaient pour les moissons. Il etait aussi frequent que le maitre use et abuse de ce qu’on appelait le droit de cuissage. Lorsque la servante etait enceinte,elle etait souvent chassee ce qui conduisait a des infanticides ou a l’abandon de l’enfant confie a l’hospice par l’intermediaire du tour de cet hospice, puis apres 1862 les abandons declares par la mere ou son representant.
      Il ne faut pas aussi passer sous silence le role preponderant de la religion catholique qui condamnait sans appel les fautives.
      Vous pouvez trouver des renseignements aux archives departementales en serie X.
      Dans les journaux de l’epoque(voir aux Archives departementales ceux qui paraissaient dans les Cotes du Nord) vous trouverez relation des infanticides, ainsi qu’en serie U.Justice aux A.D.
      Pierrick Chuto
      http://www.chuto.fr/

      P.S : desole pour les accents mais le forum me les accepte pas

      Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |