www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » L’expérience de la mer » Les vivres embarqués à bord du navire l’Assemblée Nationale pour sa campagne de (...)

Les vivres embarqués à bord du navire l’Assemblée Nationale pour sa campagne de traite au Mozambique


jeudi 8 septembre 2011, par Jean-Yves Le Lan

Répondre à cet article

Cet article propose une transcription de la liste des vivres embarqués à bord du navire l’Assemblée Nationale en janvier 1790 pour une compagne de traite au Mozambique. Cette liste est intéressante car elle montre la diversité des vivres dont disposait l’équipage à bord du navire à la fin du XVIIIe siècle. La liste des animaux embarqués est impressionnante...

L’Assemblée Nationale est un navire de 240 tonneaux destiné à la traite des noirs. Il appartient et est armé par les sieurs Henry de La Blanchetais, père et fils, négociants et armateurs à Lorient.

Son capitaine est le sieur Courant. Fin janvier 1790, les armateurs et le capitaine embarquent des vivres pour la campagne.

Le navire quitte Lorient le 8 (ou 15) février 1790 pour le Mozambique en passant par l’île de France.

Il arrive à l’île de France le 16 mai 1790 et part du Mozambique le 12 octobre 1790.

Il débarque 300 noirs au Cap [1] le 30 décembre 1790.

La date de retour à Lorient n’est pas connue [2].

La liste des vivres embarqués est contenue dans les documents de l’Amirauté de Lorient conservés aux Archives départementales du Morbihan à Vannes (cote : 10 B 54). Nous la retranscrivons ci-après en conservant l’orthographe.

Elle est intéressante car elle montre la diversité des vivres dont disposait l’équipage à bord du navire. Les vivres étaient stockés dans des barriques et barils, saumurés et salés pour la conservation mais aussi embarqués vivants. La liste des animaux embarqués est impressionnante : génisses, truies, chèvres, cochons, moutons, poules, canards, dindes et oies. Les vivres notés « à la table » étaient destinés au capitaine, aux officiers et à certains passagers.

Page 1

État Général des vivres, Tant pour léquipage que pour la table, embarqués sur
Le navire Lassemblée nationale Capitaine Courant allant à Mozambique passant par Lisle de France

Savoir

Pour Lequipage

- 360 veltes [3] dEau de vie de Coniac

- 24 Bariques de Vin de Bordeaux de Cahors et monferrand

- 18053 # [4] net de Biscuit

- 20 quarts de beuf DeCork

- 30 dito de Lard de Idem

- 30 quarts de farine de Bordeaux manufacture daiguillon

- 600 # de haricos

- 400 # de Rys

- 100 # de fromage

- 3 bariques de vinaigre rouge

- 10 minots de Gros Sel

- 25 # Grainne de moutarde

- 470 # de Beure

- 48 pots dhuile dolive

- 3 bariques de pomme de Terre

- 200 # de morue Seche

Pour La table

- 140 Veltes dEau de vie de Coniac cent quarante Veltes

- 23 Bariques de Vin de Bordeaux montferrand et Cahors vingt et trois

- 1 barique de Bierre

- 6 barils de Langues Saumurées de Cork

- 1 barique de Jambons fumés contenant 12 Jbs

- 2 Barils Ct 8 Jambons Saumurés

- 1 dito 40 de Graisse à patisserie

- 1 dito 100 de Saumon salé

- 19 dito Cont 3 de bœuf 2 de tripes 7 de langues 5 dandouilles et 2 servelats

- 1 dito contenant Casse pierre

- 2 dito dhuitres daubées

- 11 dito de différentes herbes daubées

- 174 # de Rys

- 400 # de fayots

- 270 # de poids verds rond

- 6 quarts de farine

- 4 potiches de haricots au sel

- 3 barils de piments & cornichons

- 14 ½ minots doignons

- 1 barique de pomme de terre

- 116 # fromage de Gruere

- 294 # de beurre

- 24 pots dhuille dolive te sorte en un baril

- 24 Bouteilles dito en une caisse

- 1 mino ¼ de sel blanc en un baril

Page 2

- Minots doignons

- 150 # de nantilles

- 100 # de figues

- 100 # de Rezins

- 100 # de prunnes

- 100 # damande

- 50 # de pruneau

- 24 pots de vin aigre Bl

- quatre genisse de 2 ans

- Deux truies pleinnes

- Deux chevres

- quatre cochons

- Vingt Moutons danjou

- quinze moutons du paÿs

- quatre cent testes de poulle

- Soixante Canards

- Cinquante Dindes

- Cinquante oyes

- quarante cinq bled noir je dis quarante cinq minots de bled noir

- quarante dito avoinne

- deux cent Navets

- deux cent choux

- deux cent Bethe Raves

- deux cent Carottes

- Cinquante paquets poreaux

- Cent vingt livres de Sucre En pain Et Castonade

- quinze Livres de poivre

- demie Livre de Canette

- demie Livre de clous de Girofle

- une once de muscade

- Vingt Cinq Livres de St Doux En 2 baril

- Cinquante Cinq paquets dail et dEchalote

- quarante douzaine doeuf

- quinze Cent de fouin En Cinq Balots

- Seize flacons dolive et huit de Capres

- Vingt Balle de Café pesant cinquante livres

Nous Certifions avoir fait Embarquer Tous Les articles mentionnés au present
à Lorient Le 23 Janvier 1790

henry De La Blanchetais
Pere et fils

Courant

Pages à visiter en rapport avec cet article :

- Une expertise judiciaire au XVIII° siècle

- Le monde des négociants et du négoce

Notes

[1Cap Français actuellement Cap Haïtien à Haïti.

[2Mettas, Jean, Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIII° siècle, tome second, Paris, 1984, pages 622 et 623.

[3La velte est une unité de mesure française de volume. Une velte valait exactement 384 pouces-du-roi cubes, soit 8 pintes, donc environ 7,62 litres.

[4# = Livre de 489 grammes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • Il serait intéressant de savoir aussi ce qui a été, lors de l’embarquement des esclaves, chargé pour la nourriture de ces derniers........

    Pierre

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Probablement qu’une partie des vivres embarqués à l’armement pouvait aussi servir aux esclaves mais dans cette liste, il n’y a pas de distinction. Le navire pouvait bien sûr aussi refaire des vivres à une escale.

    Dans l’ouvrage d’Eric Saugera sur le port de Bordeaux (Edition Karthala), il donne à la page 244,une liste de vivres pour 450 captifs :
    -  30 tonneaux de fèves de Marennes à 180l. le tonneau.
    - 100 quintaux de riz à 20l. le quintal.
    - 30 quintaux de gruau de Hollande à 14l. le quintal.

    Bien cordialement

    Jean-Yves Le Lan

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    pourquoi ne cite-t’on pas le prénom du sieur COURANT ?

    Je suis intriguée parce que passionnée par l’histoire et la généalogie, car il se trouve que des métisses Sénégalais portent encore aujourd’hui ce patronyme.

    Que sait-on du sieur COURANT ? Est-il passé par le Sénégal ? A-t’il une descendance africaine ?

    Merci à qui peut et veut me répondre.
    Lucienne

    Répondre à ce message

  • Bonjour Madame,

    Le prénom du sieur Courant est « Jean François ». Mais, je n’ai pas plus d’information sur le personnage.

    Bien cordialement

    Jean-Yves Le Lan

    Répondre à ce message

  • un sujet très intéressant pour un savoyard, mais je me pose la question : tous ce chargement de vivres plus l’équipage et les 300 esclaves, quel poids ou quel tonnage cela représentait pour les navires de cette époque, ces navires construits en bois de chêne qui n’avaient rien à voir avec les bateaux d’aujourd’hui, merci de répondre à ma question

    Répondre à ce message

  • Bonsoir,

    Je n’ai pas la réponse pour l’Assemblée Nationale mais je vous donne les éléments pour un autre navire le Massiac qui toutefois ne faisait pas de traite négrière et qui faisait 900 tonneaux. Voici la répartition de ces 900 tonneaux :
    - Quantité d’eau pour 4,5 mois de traversée : 70
    - Vivres de toute nature pour 18 mois de campagne : 113
    - Vivres du capitaine : 20
    - Rechanges des maîtres : 7
    - Bois d’arrimage et à feux : 80
    - Marchandises et cargaison : 610
    - Total 900 tonneaux

    Mais attention, le tonneau n’est pas une mesure de poids ou de masse mais de volume. A l’époque, un tonneau = 1,44 m3. Le tonnage est donc le volume que peut embarquer le navire.

    Il ne faut pas confondre avec la notion moderne de « déplacement » qui s’exprime en tonne.

    Bien cordialement

    Jean-Yves Le Lan

    Répondre à ce message

  • les armateurs de l’assemblée nationale 11 décembre 2015 16:40, par jean-pierre thomin

    A-t-on connaissance des autres armateurs du navire (outre les sieurs Henry de Lorient) ? Je suis curieux de savoir si Etienne Radiguet de Landerneau, qui s’inquiète en novembre 1797 de l’évolution de la demande en indemnité formulée par les Henry, était du nombre.

    Jean-Pierre Thomin

    Répondre à ce message

    • les armateurs de l’assemblée nationale 11 décembre 2015 20:39, par Jean-Yves Le Lan

      Bonsoir,

      Il n’y a que Henry de la Blanchetais comme armateur et aussi comme propriétaire pour ce navire et cet armement.

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

    • les armateurs de l’assemblée nationale 13 décembre 2015 12:12, par Jean-Yves Le Lan

      Bonjour,

      Sur un document des Archives départementales du Morbihan (10 B17 - folio 11), j’ai trouvé que d’autres personnages avaient une participation dans cette expédition négrière :
      - Le sieur Courant pour six quatre-vingtième,
      - Le sieur Quatrefager pour douze quatre-vingtième,
      - Le sieur Le Conte pour neuf quatre-vingtième,
      - Le sieur Vigoureux pour six quatre-vingtième,
      - Le sieur menu Le Blanc pour trois quatre-vingtième,
      - Le sieur Gerbon pour trois quatre-vingtième,
      - Les sieurs Henry de La Blanchetais père et fils y étant intéressés pour quarante un quatre-vingtième.

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2016 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |