www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Vient de paraître » La référence » Écrire la Révolution : 1784-1795 Lettres à Pauline de G. de Lévis

Écrire la Révolution : 1784-1795 Lettres à Pauline de G. de Lévis


jeudi 13 octobre 2011, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Présentation par l’éditeur : Cet ouvrage livre une correspondance d’environ 300 lettres de Gaston de Lévis, élu en 1816 à l’Académie Française. Cette correspondance est exceptionnelle à plus d’un titre. Gaston de Lévis écrit à son épouse Pauline entre les années 1784 et 1795. Outre l’œuvre littéraire tout à fait remarquable que constituent ces lettres, il s’avère qu’elles sont aussi - et même surtout - une source historique rare : écrivant de Paris, de Versailles, puis de toute l’Europe, Gaston de Lévis raconte quasiment au jour le jour la Révolution française et les années troublées qui ont suivi. Ainsi, après avoir été député de la noblesse aux États Généraux en 1789, il s’est retrouvé engagé auprès des armées coalisées (il était à Valmy, au débarquement de Quiberon...) et il raconte tout cela avec force détails, sans jamais se départir d’un humour décapant : la lettre décrivant un duel au pistolet à la Barry Lyndon, l’humour en plus (« Ils pourraient tirer toute la journée sans se toucher »), est d’une grande drôlerie. Il se fait ainsi le fidèle rapporteur des remous historiques qu’il vit de l’intérieur. Attaché à la famille royale, il est un témoin avisé et sagace, il a ses entrées à la Cour et derrière les portes closes. Ces lettres permettent également d’entrer dans la mentalité des nobles de l’époque, montrant à quel point tous les émigrés n’étaient pas issus du même moule. Depuis les quatre coins d’une Europe qui vibre, Gaston de Lévis écrit l’histoire, en n’oubliant jamais le lieu où son cœur est en dépôt, auprès de « sa » Pauline.

L’auteur : Claudine Pailhès a retranscrit, introduit et annoté ces lettres : diplômée de l’École Nationale des Chartes, conservateur en chef du patrimoine, directrice des Archives départementales de l’Ariège, enseignante en archivistique à l’Université de Toulouse-le Mirail, elle a assuré aussi des missions de formation universitaire et professionnelle en Afrique francophone et au Moyen Orient.

L’avis de Michel Guironnet : Jugez un peu de la chance que j’ai : chaque samedi, par Internet, ma librairie m’informe des nouveaux livres parus sur l’histoire. Un matin d’avril dernier, j’envoie en sélection à Thierry le lien vers le livre Lettres de la Der des Der. Thierry me répond : « J’ai fait la demande de ce livre en service de presse auprès de l’éditeur… Il va t’envoyer directement le livre ».

Effectivement, je le reçois quelques jours plus tard ; le découvre avec grand plaisir... et écris quelques commentaires de lecture.

Mi-mai, je reçois ce mail de l’éditeur : « …Voici une annonce de parution qui, étant donné vos centres d’intérêt, vous intéressera sûrement. Si vous voulez bien me communiquer une adresse postale, je vous ferai parvenir l’ouvrage en service de presse dès parution, en espérant que vous voudrez bien en rédiger un compte-rendu. Cordialement. JL Marteil »

Il est vrai que la Révolution est, depuis longtemps, un de mes centres d’intérêt.

À lire la présentation de cette nouvelle parution, je crois que sa lecture doit être passionnante !

Mi juillet, je reçois le livre en épreuves d’imprimerie.
Je le dévore durant mes vacances en Espagne… Depuis, je le savoure.
Cet ouvrage est véritablement exceptionnel ! Ces lettres exquises de Gaston de Lévis à Pauline sont rédigées dans une très belle langue, avec infiniment d’humour… et beaucoup d’acuité sur les événements décrits « à chaud ». À deux siècles de distance, c’est l’Histoire en train de se faire sous nos yeux !

Pourquoi ces lettres sont-elles exceptionnelles ? Elles le sont à double titre :

*Leur qualité d’écriture

Leur auteur n’a certainement jamais pensé, en les écrivant, qu’elles seraient un jour publiées. Son écriture n’est pas « travaillée » mais naturelle ; c’est la marque d’une grande culture.

Les tournures de phrases sont, parfois, quelque peu « alambiquées » mais sans boursoufflure. N’oublions pas qu’il rédige ses lettres « sur le vif », au fil de la plume…et je vois que ses lettres n’ont que peu de ratures !

L’ouvrage intéressera donc les lettrés, les amateurs du genre épistolaire.
Ils prendront plaisir à la découverte du style de l’auteur : « Vous avez aimé Voltaire et Laclos, vous adorerez Gaston de Lévis ! »

* La relation des événements par l’auteur

C’est la « matière première » de ces lettres : récits de ses voyages, rencontres avec les petits ou grands personnages … C’est une véritable galerie de portraits, de description de paysages pittoresques, d’étude de mœurs et de caractères.

Ce livre intéressera donc obligatoirement les historiens et les généalogistes : lequel de nous n’a jamais rêvé de voyager aux côtés de ses ancêtres, de partager ses repas, d’échanger avec ses contemporains ?

Gaston de Lévis, grâce à ses carnets de voyage » nous le permet de belle façon !

Comment s’exprime son acuité sur les événements...Jugez sur pièces :

Dans sa remarquable introduction à Ecrire la Révolution, Claudine Pailhès nous apprend que ces « Lettres à Pauline » se sont « trouvées un temps entre les mains du duc Antoine de Lévis Mirepoix, historien et académicien, qui en a publié une partie (en 1929) sans toutefois indiquer leur provenance ni leur lieu de conservation. Puis elles ont « disparu » pendant plusieurs décennies… »

L’historien Timothy Tackett s’est servi, entre autres, de cette publication de La Revue de France dans Le Roi s’enfuit, sa foisonnante étude sur Varennes et l’origine de la Terreur : « Aux Tuileries, le 21 juin (1791), à sept heures du matin, les domestiques furent stupéfaits lorsqu’ils tirèrent le rideau du roi, de trouver son lit vide… »

Gaston de Lévis, aux premières loges, nous raconte, avec sa verve habituelle, la suite des événements :

« Paris, 23 juin 1791

... Le roi et toute sa famille est parti dans la nuit du lundi au mardi… L’on ne s’est aperçu de cette fuite que le mardi à huit heures du matin, vous jugez du petit mouvement que cela a occasionné dans Paris.

L’Assemblée a fait venir les ministres, leur a ordonné de se passer de sanction et d’exécuter les décrets. Toute la journée du mercredi s’est passée de même, dans une extrême agitation et sans autre désordre que celui de plusieurs personnes un peu battues et menacées d’être pendues.

Enfin, à onze heures du soir, l’on a reçu la nouvelle que le roi, la reine et ses enfants ont été arrêtés à Varenne, village à 4 lieues de Stenay et six des frontières (Varennes en Argonne). Des dragons que Mr de Bouillé avait envoyés pour protéger leur passage ont été désarmés ou plutôt se sont rangés pour le peuple.

L’Assemblée a envoyé Mrs Péthion, Barnave et Latour Maubourg avec de très amples pouvoirs pour ramener le roi à Paris et arrêter Mr de Bouillé.
La proximité des frontières et la grande apparence que Mr le comte d’Artois y était avec ce corps de troupes autrichiennes annoncé depuis longtemps pour passer des Pays-Bas en Brisgaw fait regarder comme très possible une entreprise de vive force pour enlever le roi à Varenne.

Il est dix heures et il n’y a pas de nouvelles. Il faut attendre. Je connais votre impatience. Le courrier m’a dit n’avoir vu ni Monsieur ni Madame ; j’espère qu’il aura tout vu et je les crois rendus en Flandre.

Tous ces événements n’auront et ne peuvent avoir que de terribles suites. Adieu ».

Ces lettres écrites avant et pendant la Révolution m’ont immédiatement remis en mémoire mes longues recherches sur les riches documents laissés par « la Veuve Heimbrock ». Des articles en ont été tirés pour le magazine
 [1]

Commander l’ouvrage :

- Le site de l’éditeur



8.3 Bouton Commandez 120-60

Notes

[1J’ai toujours pensé à publier ce travail, un manuscrit de plus de 250 pages, peut être après un travail de réécriture.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 Message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |