www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Actes insolites » Onze mariages célébrés le même jour dans une petite paroisse rurale

Onze mariages célébrés le même jour dans une petite paroisse rurale


jeudi 2 février 2012, par Annie Sacco, Thierry Sabot

Répondre à cet article

En cherchant dans les registres BMS en ligne du Puy de Dôme, j’ai trouvé à Perpezat, un acte où le curé marie onze couples à la fois, le même jour, le 10 février 1755.

Il cite les couples un par un. Ils viennent tous de différents petits villages de la montagne près de l’actuelle commune de La Bourboule.

L’orthographe des noms est incertaine.

L’an 1755 et le dixième février après avoir observé toutes les règles prescrites par l’Eglise, nous avons donné la bénédiction nuptiale à onze époux et onze épouses en présence de leurs parents et amis cy après nommés.

Premièrement à Joseph Soubre fils à Louis et de Marguerite Courtial du village de Buges, avec Marie Monedons fille a feu Estienne et de deffuncte Gabrielle Rouel du village de Luc Haut.

Plus à Michel Morange fils à Antoine et de deffuncte Susanne Monier du village du bourg, avec Marguerite Brousse fille à feu Jean et de Louise Esbelin du même village.

Plus à Ligier Aubiet fils à feu Joseph et de deffuncte Jaquette Rousses du village du Foix avec Marie Magemont fille à Jean et de Marie Blancheix du village

Plus à Louis Magemont fils à Michel et de Marie Blancheix du village de Bouchatel, avec Marie Rouil fille à Jaques et de deffuncte Marie Roussel du village de Luc Haut.

Plus à Joseph Bellet fils à feu Michel et de deffuncte Anne Monier du village de la Plane avec Marie Valeix fille à Michel et de Margueritte Esbelin du village du Barry.

Plus à Jean Pellisier fils à feu Louis et de Marie Marge du village de Angle bas avec Françoise Goy fille a Jean et de deffuncte Marie Maillot du village de la Roche.

Plus à Antoine Mege fils à Damien et de Gabrielle Bonaboi du village d’Angle bas avec Marie Goy fille à Jean et de deffuncte Marie Mailhot du village de la Roche.

Plus à Michel Bonaboi fils à Jacques et de Françoise Bonaboi du village d’Angle haut avec Anna Chardon fille a feu Antoine et de Jeanne Oriol du village de la Roche.

Plus à Gilbert Gendreau fils à autre Gilbert et de deffuncte Marguerite Gendreau avec Marguerite Boucheix fille a feu Louis et de deffuncte Anna Brousse du village de Bonaboi.

Plus à Jean Giraud fils à feu Michel et de Gabrielle Goy du village de la Chabane avec Anna Touzon fille a feu Martin et de Michelle Vidal du village de Luc.

Plus à Jean Traton fils à feu Martin et de Michelle Vidal du village de Luc avec Françoise Giraud fille a feu Michel et de Gabrielle Goy du village de la Chabane.

Tous ces onze mariages ont été faits en présence de mre François Aubier prêtre et chanoine de la queuille et de Jaques Rouel de Luc, Louis Soubry de Buges et Jean Goy de la Roche qui ont signé et grand nombre d’autres parents et amis qui ont déclaré ne savoir signer de ce enquis. Aubier prêtre.

Registre paroissial de Perpezat (63), BMS 1748-1768, 6 E 272/2, vue 68/362.

C’est tellement rare que l’on peut s’interroger sur les raisons de cette cérémonie collective.

Tout d’abord, en parcourant le registre, nous remarquons une concentration des mariages en janvier et début février. Ainsi, en milieu rural, les mariages ont souvent lieu en dehors des périodes réservées aux grands travaux agricoles. De plus, en région d’élevage comme ici, le mois de février était celui où l’on sacrifiait le cochon... ce qui assurait aux invités une solide nourriture au repas des noces... mais il devait en falloir des cochons pour onze noces !

Par ailleurs, l’hiver devait être rude dans ces contrées, la neige devait recouvrir en abondance la montagne, rendant ainsi les déplacements difficiles. Peut-être que les intempéries ont empêché la célébration des mariages aux dates initialement convenues, d’où cette célébration collective pour satisfaire tout le monde.

Mais peut-être faut-il simplement y voir un lien avec la période du Carême. En effet, en 1755, la date de Pâques était celle du 30 mars. Celle du Mardi gras était le 11 février (47 jours avant Pâques) et celle du mercredi des Cendres était donc le 12 février (le lendemain de Mardi gras)... Or, tous ces mariages ont été célébrés le lundi 10 février 1755, soit la vieille du Mardi gras. Sans doute, le curé s’empresse-t-il de célébrer ces onze mariages avant le début du Carême, période interdite par l’Église pour convoler en justes noces.

On remarque également que cet acte n’est pas à sa place dans le registre : en effet, il est daté du 10 février mais il est inséré après les actes du 12 et du 13 février et avant les actes du 14 février, tous signés par le curé Rigaumont, desservant habituel de la paroisse. Un signe dièse dans la marge souligne cette anomalie (pages 67 et 68 du registre). Pourquoi la chronologie des actes n’est-elle pas respectée ? Le curé pouvait-il oublier un tel acte, si particulier ? Comme il s’agit de l’exemplaire de la série du greffe (référence 6 E), donc la copie de l’exemplaire original, il serait utile de le comparer au registre issu de la série communale (référence 3 E).

Enfin, on note que le prêtre et chanoine de Laqueuille, paroisse voisine, est venu en renfort de son confrère et signe, à sa place, l’acte de mariages collectifs. Mais pourquoi cet acte du 10 février est-il signé seulement par le sieur Aubier curé de Laqueuille et non par le curé de Perpezat ? Mystère...

Lire l’avis des premiers lecteurs

Cet ouvrage, étude inédite, se propose de vous faire découvrir quelques-unes de ces mentions insolites et de vous en montrer la richesse historique et généalogique. Il répond à bien des questions au sujet de ces textes insolites qui parsèment les registres paroissiaux : Pourquoi certains curés notent des mentions insolites ? Que nous apprennent-elles sur la vie quotidienne de nos ancêtres ? Comment repérer, déchiffrer, transcrire et commenter ces témoignages du passé ? Comment les utiliser pour compléter notre généalogie et l’histoire de notre famille ou de notre village ?

Il s’agit du premier numéro de Théma, la nouvelle collection d’histoire et de généalogie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

20 Messages

  • ah que cela n’est point rare,des curés de la montagne thiernoise s’en font une spécialité,de ces convols à la queue leuleu dans un seul acte(voir St Remy s/Durolle,mais pas la seule paroisse !!)-économie de papier,de plume d’oie,d’encre,sinon il faut la rallonger et elle devient quasi illisible-
    si dans des cantons,la grosse affluence à l’autel est FEUBVRIER,cela déborde sur MARS,un chouïa APVRIL,avant et après le temps prohibé du caresme prenant-en cas d’urgence(contrats signés,familles qui ont les moyens de payer une dispense de 1 ou 2 bans,légère bousculade en mars-
    les fiancés reprennent le chemin de l’autel en juillet—puis,à nouveau,une certaine affluence avant l’AVENT,assortie de qq dispenses de bans—
    Cette programmation n’est pas identique pour la province d’Auvergne:autour large de Billom,où il n’est plus guère que des laboureurs,la concentration est un peu plus nette ,après les moissons,relativement lissée en février/mars---
    De plus,lorqu’il s’agit de marier frère & soeur avec soeur & frère,voire plus,un seul acte suffit(on a affaire aux fameuse communautés/Kiboutz à l’auvergnate,agricolo/artisanales)---
    Enfin,quand il y a flopée de X dans un acte,peu ou guère de témoins,les qq cités servent pour tout ce beau monde,et donc pas constructif pour un généalogiste amateur—

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    Pour bien connaitre cette règion,les hivers y étaient très rigoureux (voir le musée de la toinette à Murat le quaire)mon épouse étant de labas,j’ai epluché beaucoup d’archives tant du puy de dome que de la corrèze proche,et cela n’est pas rare ;
    en montagne limousine (pateau des milles vaches) cela est très courant,il est plus rare de n’avoir qu’un seul mariage !sauf pour les gens de rang superieur.De plus les mariages se faisaient dans l’église paroissiale le reste dans les chapelles comme dans les villages de montagne encore actuellement quand les chapelles existent encore .

    Répondre à ce message

  • Est-ce que ce serait la deuxième fois que ces mariages ont été célébrés ? J’ai trouvé sur des registres britaniques des cas où un officiant n’avait pas "odeur de sainteté’et son remplaçant re baptisait tous les enfants et remariait tous les couples...mais quand même pas en si grand nombre d’un coup.
    Cependant votre explication parait raisonnable vu que des noms de famille réapparaissent. Cela devait faire une belle fête !

    Répondre à ce message

    • Re mariage,OUI,et pas pour des nopces de Carton ou Buvard,il y en a,assez souvent,dans ces paroisses de la montagne thiernoise et livradoise,là où les auvergnats grainent,de 500m jusqu’à 1200m d’altitude-Hauts lieux d’organisations en communautés depuis des siècles,même si le terroir appartient aux honnestes hommes et honnestes dames,bourgeois de la ville(Thiers) et des bourgs,de chateaux,et petits tous petits noblaillons ou écclésiastiques,voire abbayes-Forte concentration de faits de consanguinités,du 3 au 3,du 3 au 4—quand cela est bien connu/évident,le curé,à la demande de ses paroissiens,qui ont de bonnes raisons plus économiques que sentimentales,fait un courrier qui va jusqu’à l’évêque:c’est le vicaire général qui répond-comme les prétendants font état et étalage de leurs moyens,l’Administration en profite pour taxer,controller(de contre et rôles),enregistrer,« insinuer »,pratiquer une « insinuation »ce qui correspond à peu près à nos registres d’hypothèques-
      OR,il arrive,presque tous les ans,que la consanguinité ne se découvre qu’après la bénédiction nuptiale,1,2,3 4 ans après-les convolés voient leur mariage annulé de fait canonique,il sont passés,souvent sans le savoir,outre les règles en matière de sang-(rappelons que le nombre de patronymes est encore relativement restreint,puisque les habitants d’un hameau portent quasi tous le nom de leur hameau,sans pour autant être du même sang)—
      Donc,le curé procède à un remariage des « mariés »,qui s’excusent,et on en profite pour valider les enfants nés entre temps qui,quoique baptisés à la naissance,étaient en infraction(pas tout à fait légitimés)-un bon créneau pour les honoraires-

      Répondre à ce message

  • Autre hypothèse : y-a-t-il eu à cette période une mission dans cette paroisse (un ou deux prêtres extérieurs à la paroisse viennent pour remotiver les ouailles) ?
    Comme cela été dit les actes regroupant plusieurs mariages ne sont pas rares dans la Montagne Limousine.

    Répondre à ce message

    • Mariages Groupirs-Présence de +sieurs prêtres/vicaires-
      Toujours dans la montagne thiernoise,ST Remy,Celles,mais aussi Vollore,Augerolles,etc,nombre de ces familles « communautaires » ont généré,outre des menettes ,qui disparaissent dans l’anonymat des couvents,des écclésiastiques,que l’on voit assez souvent tenir le pavé de leur paroisse,celle d’à coté-et cela sur + sieurs générations(les curés ne se reproduisant quand même pas(oncles à neveux),17è,18è-ca fait bien ,dans la famille,un instruit,sachant lire/écrire,qui connait toutes les ficelles,les arrangements possible tant civils que canoniques-
      il apparait,par la présence(parrain,marraine,etc)que les familles « possédantes » aient favorisé l’instruction de tel ou tel garnement,à condition de « retour » de bons usages,dans une société pénétrée de bons usages,sous couvert de religion exclusive-
      Donc,lorsqu’une famille convole avec une autre famille,le prêtre arrangeur(il reçoit les consentements des fiançailles à l’église),local(la cure est organisée en prêtres associés,communalistes-les paroisses importantes ont à leur disposition et service +sieurs « prébandés »-),ou voisin,est maitre d’oeuvre de la cérémonie,le titulaire officiel de la cure lui laissant le beau rôle,lui/même se contentant de contresigner—D’où +sieurs prêtres-
      On voit,et pas seulement en Auvergne bossue,des religieux,trinitaires,capucins,locaux ou sortant de l’abbaye voisine,venir en renfort,surtout 2è moitié/18è-des clercs,tonsurés,en apprentissage,et qq uns faisant étalage de leur diplôme en théologie,issus de la Sorbonne-
      La religion réformée,éteinte officiellement,reste à combattre-

      Répondre à ce message

      • Pour enfoncer le clou du prêtre célébrant,non titulaire de la cure,je cite un cas,très personnel:sur une paroisse citée ci dessus : en 1929,le célébrant,importé mais local puisque neveu & cousin germain des candidats,officie,et pas en doublure-il sera à nouveau mis à contribution(à titre bénévole)en 1960,pour le fruit du mariage de 1929,bouclant la boucle,et réïtérant ensuite pour les besoins spécifiques en la matière des neveux et nièces,jusque dans les années 70-
        le registre de catholicité ne manque pas de signatures-

        Répondre à ce message

  • Onze mariages célébrés le même jour dans une petite paroisse rurale 4 février 2012 11:14, par Jean-Yves Tenailleau

    La pratique de mariages collectivement célébrés, si elle n’est pas générale, n’est cependant pas rare. En Vendée, durant le même Ancien Régime, j’ai trouvé une célébration de 13 mariages ! Le mariage d’un seul couple semble réservé aux seigneurs et notables du village.
    Il est vrai que les mariages se célèbrent le plus souvent en période de relatif calme dans les travaux des champs et que par conséquent, il fallait pouvoir tous les planifier durant cette période. Je pense personnellement qu’alors « que messire le curé de quelque nouveau saint charge toujours son prône » comme l’écrit Jean de la Fontaine, et qu’il se trouve, avec le jour du Seigneur, une petite centaine de jour « de repos » par an, il ne convenait pas d’en trop rajouter. Les mariages se célébrant, on le sait, surtout les mardi et jeudi.
    Les noces étant occasion de fêtes, certes bien moins fastueuses que les peintres nous les ont transmises, il parait vraisembable que ce « groupage » permettait une meilleure adhésion de la communauté villageoise qui n’était qu’une fois distraite de ses lourds travaux. Et, vraisemblablement aussi une mutualisation des dépenses. D’autant que ces mariages ne concernaient souvent que peu de familles, celles ci mariant deux ou trois frères et soeurs avec deux ou trois autres de l’écart voisin.
    La discussion reste cependant ouverte car, actuellement penché sur des « arbres » bretons, je ne trouve pas cette pratique en Haute-Bretagne. Il serait intéressant, si celà n’a déjà été fait, de recenser les endroits ou se retrouve cette pratique.

    Répondre à ce message

  • J’ai trouvé, dans un village de Saône et Loire, plusieurs cas de mariages multiples. Très souvent en hiver, cela n’affectait pas les travaux des champs, c’était la période de « vacances d’hiver »

    Répondre à ce message

  • Dans l’Yonne,à Saint-Père-sous-Vezelay, le 10/01/1718, cinq couples dont 3 GAGNEUX, 2 ANTHOINE, 2 MONTIGNY, sur le même acte (archives de l’Yonne, B. M, S, 1676-1719 P 587)
    Mireille

    Répondre à ce message

  • Cela me parait trés peu vraisemblable que les 11 mariages aient été célébrés en même temp. J’ai souvent vu ce genre de listes dans les registres BMS et je n’ai jamais pensé que les mariages et baptémes aient été célébrés collectivement (sauf une fois ou l’autre lorsqu’on marie deux frères ou soeurs le même jour).

    Ce qui me parait le plus vraisemblable c’est que le curé ait regroupés les mariages du jour sur le registre pour économiser du papier et s’eviter de recopier onze fois les mentions identiques d’usage qui sont souvent longues et répétitives.

    Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Vous pouvez aller vérifier sur les archives en ligne de Perpezat-63, c’est à la page 68 de la fourchette englobant 1755
      On peut lire


      L’an 1755 et le dixième de février après avoir observé les règles prescrites par l’église, nous avons donné la bénédiction nuptiale à onze époux et onze épouses.....
      et en fin d’actes après quelques noms cités.....et grand nombre d’autres parents et amis qui ont déclaré ne savoir signer....


      Il n’y a pas de place pour le doute me semble-t-il

      Annie SACCO

      Répondre à ce message

  • Onze Mariages dans la petite commune de Perpezat célébré le même jour c’est surprenant maiscelà est peut-être du à la froideur de l’hiver la bas, car mon mari étant de la region,
    je connais les hivers qui y sont rudes et trés eneigés.
    La Chabanne est connue pour ses grandes congéres en hiver
    et à ctte époque il n’y avait pas las chasses neige et la
    fraisse pour degager les routes ( qui n’etaient pas goudronnées).
    Je penche aussi pour peut-être un lien de parenté entre ses familles et le mariage collectif serait une grande fête qui
    rassemblerait la famille.
    Je vais essayé de me renseigner la dessus, vu que je connais des noms et des hameaux ( Bonabry et non Boneboi, Plane, la Roche, le Barry, Bughes....)
    Monved

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Au tout début du XXe siècle, ces mariages collectifs sont célébrés en Bretagne.

    Voir ce lien trouvé sur Google :
    http://www.wiki-brest.net/index.php...

    Cordialement.
    Michel Guironnet

    Répondre à ce message

  • ces mariages sont tous de la parroisse de PERPEZAT car tous les villages nommés ne sont autres que ce qu’on appelle aujourdh’ui des lieux dit et qui à cette époque étaientnommés villages

    Paulette F

    Répondre à ce message

  • J’ai également trouvé plusieurs mariages collectifs en Bretagne dans la région de Pontivy au XVIIIe siècle

    Répondre à ce message

  • Tout à fait exact, les « villages » alentours étaient les hameaux de Perpezat.

    Répondre à ce message

  • Il n’était pas rare non plus de célébrer des mariages collectifs paysans dans le Haut-Jura, comme il a été précisé, le plus souvent en février, et cela après le temps de Noël qui finit à la chandeleur, et avant le début du Carême. On se demande comment ils pouvaient parcourir des kilomètres en sabot dans la neige, alors qu’aujourd’hui tous nos moyens sont paralysés pour quelques pauvres ridicules centimètres ! Ils y allaient tous avec charrettes et traîneaux, il n’y avait que les morts qui devaient attendre le dégel pour être ensevelis. Deux remarques particulières sur le choix de cette période : En Italie, Saint-Valentin, martyr décapité le 14 février 273, était devenu traditionnellement le saint patron protecteur des mariages, peut-être l’était-il aussi dans les campagnes françaises de l’ancien régime, avant de devenir celui des amoureux fêté coûteusement de nos jours ! La deuxième remarque est celle d’un calcul : mariage en février, procréation en mars, naissance à la Noël, période de repos de la nature et des paysans, la mère pouvait donc mieux se consacrer à nourrir son enfant, sous la protection de la Sainte Famille.

    Répondre à ce message

    • à défaut d’une association,c’est le collectif qui s’exprime:Revenant sur des commentaires sur le sujet,dont un,censuré par la modération,je confirme:pour ne citer que 2 paroisses,importantes relativement car montagnardes,St Remy(sur Durolle) & Celles(sur Durolle),dites sur Thiers fin 17è et partie 18è,les mariages à la queue leu leu sont archi fréquents,à la période mi/janvier// fin février:on lit sur les registres,dès avant 1700:le même jour,le même jour,le même jour,etc,jusqu’à 8,9,10 mariages-il ne s’agirait donc pas de « collectifs »(qui finira comme une légende,sauf peut être en Bretagne),mais de la bousculade pour passer devant la sainte église catholique,romaine,tutti quanti-chacun de ces mariages a,pour l’époque,les infos nécessaires et.....suffisants-Par la suite,selon les curés et vicaires,on voit nombre de mariages relatés en UN SEUL acte,qui ne concernent pas 2 familles, réglant leurs projets de compatibilités devant l’EGLISE,après les avoir réglés devant le notaire-ces « collectifs » ne seraient-ils que la traduction d’initiatives persos de tel ou tel scribe,afin de fonctionner à l’économie(la sacristie n’est pas chauffée aux radiants actuels...)-

      Répondre à ce message

  • bon jour,pour éclairer d’un jour nouveau l’insolite mariage entre 22 futurs époux-Insolite,sans doute ,à 1re vue,pour une petite paroisse logée,en hiver,dans les neiges-Mais l’usage,sinon la règle des curés & vicaires successifs,notamment-donc pas exceptionnel-,à ST REMY sur Thiers,un temps-révolutionnaire,Montoncel-,puis St Remy sur Durolle-à titre d’exemple,frappant,je cite(ref 6E 413/3,1769/1791,vues 186 & 187,24 mariages en UN acte-concernent des paroissiens de 5 paroisses,Ferrieres(s/Sichon),St Genès/Thiers,Arconsat,St Clement(de Regnat ?),St Remy,of course(on vient de loin,plus d’une journée de crapahut)-chaque convol est numéroté,les rendues des curés citées,les dispenses pour consanguinités,etc-il ne s’agit pas d’une improvisation,les bans ont été publiés(les fiancailles ont dû être célébrées,les notaires ont noirci des pages de contrats,la Poste à cheval a turbiné,pour apporter les rendues/délaissées/congés des curés des autres paroisses)-Imaginons,avec toutes les cérémonies réglementaires

    et canoniques,24 mariages le même jour,dans la même église,pas plus grande qu’une chapelle,avec un effectif de religieux qui n’est pas celui d’une ville-entre le soleil levant et son coucher,la journée ,ici,du 31 janvier,n’aurait pas suffi-
    bon,on n’est pas à Las Vegas,ni à Puyongyang ;le mariage a bien un caractère « collectif »-j’ajoute que,toujours par exemple,on trouve,selon le même style:18 mariages en 1 acte le 13/2/1787-13 mariages ,idem,le 27/2/1786,idem 16 mariages le 6/2/1769,etc,etc,pendant des décades-parfois,dans un « lot »,on peut trouver des mariages croisés entre 2 familles,mais ils font plutôt l’objet d’actes « réservés »-
    — -pour alimenter le débat,pas la polémique,le sujet est sérieux,& attiser la curiosité des généalogistes-

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |