www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Actes insolites » De l’intérêt de la table alphabétique des noms de famille dans les registres (...)

De l’intérêt de la table alphabétique des noms de famille dans les registres paroissiaux


jeudi 8 mars 2012, par Bernard Guérinel

Répondre à cet article

Les généalogistes connaissent bien l’utilité des tables alphabétiques que l’on trouve souvent, mais pas toujours, dans les registres paroissiaux de l’Ancien Régime. Lorsqu’elles existent et qu’elles sont fiables, elles sont souvent une aide précieuse pour identifier avec un gain de temps la mention d’un acte recherché dans le registre. Ce que l’on sait moins, ce sont les raisons et les motivations des curés pour rédiger ces tables. Une tâche presque toujours fastidieuse. Voici l’intéressant témoignage du curé de Landéan (35) qui nous explique, avec beaucoup d’humilité, sa démarche et sa méthodologie.

Table alphabétique des registres de la paroisse de Landéan

Avertissement

L’utilité des tables dans tous les ouvrages m’a engagé de faire celle ci.

La perte souvent considérable d’un tems precieux qui pourroit etre employé plus agréablement et plus utilement qu’a feuilleter des registres.

L’impossibilité de recouvrer une succession faute d’un extrait qui manque et plusieurs autres inconvénients semblables sont des motifs qui auroient du, ce me semble, porter quelqu’un de mes predecesseurs à entreprendre cet ouvrage. Ils avoient plus de capacité que moi, et plusieurs d’entreux ayant un très beau caractère d’écriture, nous en avoient laissé une plus belle, plus exacte, et plus correcte que la mienne.

Est-ce defaut de courage dans eux, et témerité dans moi ; jy consens. Quoi qu’il en soit le soulagement et l’utilité de mes confreres et de mes successeurs est le seul but que je me suis proposé en la faisant.

Si je n’ai pas atteint le but du moins mes efforts ne peuvent ils etre Blamés.

Je sais quelle ne peut telle quelle est leur procurer tous les avantages que jaurois desiré leurs procurer. Je sais quelle est remplie de fautes dans l’ortographe des noms de famille, de baptêmes, et même dans l’indication des pays. Pour les eviter il m’auroit fallu la collationner avec les registres ; mais le defaut de tems, et encore plus de degout et lennui m’en ont empêché ; jespere cependant que quelque defectueuse quelle soit, elle abregera beaucoup leur travail dans la recherche des extraits. Il me reste à rendre compte de la manière dot j’ai procedé en la faisant.

Dabord je n’ai point pretendre du faire une table dans le sens rigoureux. J’aurois eté obligé d’y employer le double du tems que j’y ai emploé.

J’ai donc eu seulement dessein d’ecrire sur la même lettre les noms qui se rencontres dans la même année par exemple a tous les noms commençants en a, sans m’inquieter si dans la stricte rigueur l’un devait marcher avant lautre, cet arrangement n’aurait procurer aucune utilité réelle et avait exigé du travail.

En 2è lieu on sera peut etre surpris de trouver dans les regitres des transpositions frequentes, des années couppées et separés par d’autres années, comme on peut le remarquer depuis 1668, jusqu’à 1678. la surprise cesssera si l’on fait attention que c’est une faute du relieur, faute à laquelle je n’ai pu remedier, puisque les registres qui etoient ci devant pour la plupart par feuilles detachées, ont été reunie ensemble en 1772, et je nai fais cette table que deux ans après. cependant les notes que j’ai mises à la tête des années et ailleurs feront cesser sinon totalement du moins en partie, les difficultés qu’en pourroit rencontrer.

En 3e lieu comme plusieurs registres n’etoient pas chiffrés, et que dautres létoient d’une même Inintelligible, j’ai cru devoir les chiffrer sans toucher à la substance du registre. Cela ma paru necessaire pour indiquer les pages.

Au reste peut etre me suis-je trompé dans la table en ecrivant un recto par exemple pour un verso. Le moyen dy remedie est de parcourir la feuille entiere et corriger sur la table ce qui ne seroit pas exact.

En 4è lieu dans les differents tems on à emploié une manière differente d’écrire les noms et surnoms. Je me suis asservi avec scrupules quand au surnoms, et je les ai ecris comme je les ai lus quoi que je visse des fautes palpables. Je n’ai pu faire autrement puisque ceux meme qui delivrent des extraits sont obligés d’en agir ainsi. Et que dailleurs ce qui est une fois ecrit ne peut manquer lêtre. Au surplus donner des eclaircissements detaillés sur lortographe de chaque noms, c’était augmenter cette table de la moitié et elle est déjà trop volumineuse.

En 5è lieu on trouvera des registres qui se repetent, d’autres qui ne sont que les copies collationnées sur les authentiques et signées des recteurs ou curés, tels que ceux de 1689. Jusqu’a 1695 ce sont des fautes irreparables et de peu de consequence.

Enfin il ne faut point etre surpris si dans la recherche d’une genealogie par exemple on ne trouve pas malgré tous les soins les noms qu’on cherche, puisqu’il est evident qu’il y a des omissions dans grand nombre d’années, qu’il y a des feuilles, et des registres entier perdus tel que ceux de 1619 1620 et 1622. Le Mr seigneur en convient à la page 77 l’an 1653.

Je finis cet avertissement qui paraitra peut etre à quelqu’uns inutile, et à plusieurs en priant mes confreres et mes successeurs de se rappeller mon souvenir dans leur sts sacrifice si je leur ai rendu par cette table quelque service. C’est la seule recompense que je desire. Je l’espere de leur bon cœur, je l’attends de leur reconnaissance .

Hos ego versiculos fecis feret atter honores Virgil maro

J.M Thomas cure de Landean

Le 5 juillet 1774

- Registre paroissial de Landéan (Ille-et-Vilaine) : 10 NUM 35142 326 1605-1791 BMS vues 6-7/153.

Lire l’avis des premiers lecteurs

Cet ouvrage, étude inédite, se propose de vous faire découvrir quelques-unes de ces mentions insolites et de vous en montrer la richesse historique et généalogique. Il répond à bien des questions au sujet de ces textes insolites qui parsèment les registres paroissiaux : Pourquoi certains curés notent des mentions insolites ? Que nous apprennent-elles sur la vie quotidienne de nos ancêtres ? Comment repérer, déchiffrer, transcrire et commenter ces témoignages du passé ? Comment les utiliser pour compléter notre généalogie et l’histoire de notre famille ou de notre village ?

Il s’agit du premier numéro de Théma, la nouvelle collection d’histoire et de généalogie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

31 Messages

  • Yes,si les A.D. veulent bien les mettre en ligne-c’est le cas pour la ville de Thiers,où le curé Trinquard et autres ont planché,travail Kolossal,en expliquant le bien fondé de leur démarche,en illustrant d’une nouvelle vignette chaque année ;d’autant qu’il s’agit d’une grosseue paroisse-on aurait la même satisfaction si les mêmes A.D. se décidaient à mettre en ligne le même boulot de bénédictin,tintinabulum,du curé Vallé,pour la paroisse de Vollore

    Répondre à ce message

  • Remarquable le curé ! S’il savait tout le bien dont on pense de lui quand il faut chercher des heures et des heures sans tables....
    Bel article, merci !

    Répondre à ce message

  • Témoignage intéressant ! Qui aurait dû servir de Bible à ceux qui nous ont légué des tables alphabétiques... de prénoms :-(

    Répondre à ce message

  • Ce curé est tout simplement génial ! Les curés auraient peut-être dû moins boire et manger chez les aristos et établir des tables alphabétiques... Certains l’ont fait et on les en remercie.;-)
    Ce qui serait bien, c’est que les AD réunissent ces tables annuelles afin de nous en faire profiter !
    En tout cas, merci pour cet article.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Merci pour cet article c’est vrai que ces tables même si elle ne sont pas toujours précises elles nous donnent un aperçu des noms et des surnoms situés dans une paroisse ou une autre. C’était certainement un travail laborieux après quelques années surtout si le prêtre avait changé de paroisse, quand il y en a notre travail est largement simplifié.
    J’ai rencontré sur Coutances Manche deux paroisses une avec et une sans pourquoi ? il n’existait pas internet pour la communication entre les paroisses certainement, ces deux paroisses étaient une de ville (bourgeoisie) et une de campagne (plus populaire) certainement je ne sait pas.
    Bonne journée à tous.
    M. Glock

    Répondre à ce message

  • Voilà un Article qui devrait tous nous inspirer et notamment sur le fond :

    je ne suis qu’un utilisateur de généanet et des registres en ligne des AD et prétendre qu’elles devraient mettre en ligne les listes Alphabétiques sous-entend Qu’elles existent et qu’elles auraient les moyens techniques ,budgétaire, et de temps, pour le faire.
    Pour ma part il me semble, que chacun de nous à l’image de ce curé doit apporter sa pierre à l’édifice des relevés mis en ligne par les asso-généalogique, en visitant leurs publications et en les corrigeant et voir les compléter, ceci pour chacun des intervenants est un moyen de valoriser son travail et de participer concrêtement à ce projet de démèlage des états-civils et parroissiaux.........

    Répondre à ce message

  • bonjour,

    c’est en effet extrêmement utile. Sur Nogent-le-Rotrou (Eure et Loir), les tables (alphabétiques et chronologiques) ont été établies (fin 19émé) depuis 1700 jusqu’à 1792 par paroisse et au global pour les 3 paroisses. Et en plus ,pour les mariages , une table alphabétique sur les noms des épouses.

    Répondre à ce message

  • Que ce Père Thomas soit rassuré : il aura rendu service à des générations après lui sur des décennies, et pour cela qu’il en soit remercié !

    Répondre à ce message

  • A Château-Chinon, capitale du Morvan, ces tables éxistent de 1500 à 1792 pour les BMS (avec des lacunes pour les M... registres perdus ?).Il y a parfois des mentions de M et/ou de S en marge des B. Il existe aussi une table alphabétique avec renvoi aux pages des tables chronologiques. Et en prime, il y a un registre qui répertorie...tous les registres établis !

    Claude Marie Buteau, curé de la paroisse St-Christophe, du 24 décembre 1732 au 17 décembre 1773 (date de son décès) s’est rendu compte que les registres établis avant lui « sont tous très imparfaits, plusieurs mêmes sont déchirés ou effacés, c’est ce qui a occasionné l’ouvrage que je commence pour la plus grande gloire de Dieu, pour l’utilité du public et pour ma propre satisfaction, lundi 10e jour du mois de septembre 1736 ».

    On ne peut que lui rende hommage...

    Répondre à ce message

  • Nous evitant des heures de purgatoire, ce saint homme et ses semblables ont je l’espère gagnés leur Paradis

    Répondre à ce message

  • Dans mon village de Coupvray (77), un registre particulier contient toutes les tables annuelles des registres paroissiaux puis les tables décennales de l’état-civil de 1720 à 1853. Les différents curés et secrétaires de mairie en ont assurés la mise à jour sans discontinuer.

    C’est un outil extrêmement utile surtout pour nos registres paroissiaux.

    Voir en ligne : http://www.partdebrie.fr

    Répondre à ce message

  • Une autre bonne initiative que j’ai trouvé sur les registres baptismaux de Jossigny (77), un curé notait aussi les mariages de ses ouailles, en général masculin, dans d’autres paroisses. Ces « actes » étaient indiqués par un symbole, souvent complexe, en marge mais qui n’est pas toujours le même.

    Répondre à ce message

  • Je finis cet avertissement qui paraitra peut-être à quelques-uns inutile... Plutôt très utile, même si trop souvent on rencontre des erreurs. À chaque fois que j’ai le nez dans une table, je ne peux m’empêcher de penser à ceux qui l’ont publié ! À l’heure des outils informatiques, c’est si facile !

    Répondre à ce message

  • A Branches (Yonne), le curé était le seigneur de la paroisse ; du coup, à la Révolution, il a été mis un temps en prison... et il a utilisé ses loisirs forcés à faire une table de tous les anciens registres en sa possession ; cette table fait partie des archives communales versées aux Archives départementales ; je ne sais si actuellement elle est consultable, mais elle l’a été au moment du versement et ça a été une grande aide pour moi ! Après la Révolution, il est redevenu curé de la paroisse...

    Répondre à ce message

  • J’en ai vu quelques uns de ces registres avec des tables, mais je ne trouve pas que ce fut répandu. De plus, ces tables sont le plus souvent (de celles que j’ai vues) classées par prénom et aussi mal écrites que les registres eux-mêmes. Bref, j’ai cessé de perdre mon temps avec ça, préférant le balayage systématique des registres.

    Une chose m’attriste dans ce témoignage : ce curé reconnaît son manque de motivation pour tenir les registres alors que ça faisait partie de ses attributions et qu’il en perçoit la grande importance. Malheureusement, au vu de l’approximation de certains registres ainsi que leur fréquente illisibilité, il se confirme que ce sentiment devait être très répandu.

    Répondre à ce message

    • persiste et signe—Thiers,paroisse St Genès(il y en a 2 autres,St Jean & Le Moutier,marginales par rapport au volume,mais à consulter pour parfaire l’appréhension)-
      les tables curayonnes sont des répertoires et effectivement,il aura fallu un certain temps pour que l’ordre alpha prime sur un répertoire basé sur les prénoms qui permet,cependant de bâtir une thèse sur l’emploi et le choix,local,des prénoms—On a :
      B—1655 à 1689-
      B —1694 à 1739—
      B— 1739 à 1764—
      B—1765 à 1848—
      M— 1694 à 1834—
      S—1694 à 1776—
      S—1777 à 1818—
      S—1744 à 1780-
      Là,les curés justifient ,en préambules,leur travail qui est aussi une mission-un archiviste adjoint y intervient en 1887(1ér répertoire)-
      On se régalera des illustrations dessinées,pour les décès,pardon,les sépultures,différentes chaque année,dans la période 1694/1776-et on pourra mesurer les effets,dans le détail et par les commentaires des curés,sur les famines 1694/95,1709/1710—

      Répondre à ce message

      • Pour compléter mon message précédent, je précise que cette généalogie des personnes de St Georges sur Loire est sur internet à l’adresse suivante :

        http://www.archinoe.fr/cg49/visuali...

        Répondre à ce message

      • Or,donc,en voici un peu :---(1655/1689)---« Catalogue des Personnes qui ont estés baptisées dans l’eglise Collegiale Saint Genès de Thiert du tems de Messire Trincard docteur en théologie,Curé et chanoine dudit Chapitre:a Commencer depuis le 20è octobre 1655 jusqu’a present 8è Novembre 1687.Dieu luy fasse La grace de Viure encore plusieurs années en parfaite Santé,pour le Salut de Son ame et tous Ses paroissiens,c’est le Souhait de Son tres humble et obeissant Serviteur JColas vicaire »----
        (commentaire d’un archiviste adjoint) : « on a eu tort de ne pas comprendre cette table dans le classement des Archives.Quoique la méthode soit un peu singulière,elle est en somme assez commode pour les recherches,et la table parait exacte et complète octobre 1887 »

        nota bene-en effet,s’ensuit uns suite alphabétique de prénoms,dont certains hors d’usage de nos jours,avec ,seulement,dans l’ordre chronologique, les patronymes suivis de la date de l’acte-dates du genre i 8 81,que l’on doit traduire en premier octobre 1681-décembre est un X,septembre un 7,mais janvier ian,juin iun,novembre un 9,etc-quand le registre existe ,lisible, no problème-bien entendu,ce ne sont les dates de naissances mais celles de baptème—
        à suivre , Roman

        Répondre à ce message

        • Suite à suiter-Répertoire curayon B/1694-1739---
          (en début)« Registre qui contient les noms de ceux et celles que iay baptisés dans ma paroisse de saint Genès de La ville de thiers depuis le commencement de lannée mil six cens quatre vingt quatorze que ien pris possession(sic !).le chiffre qui est a chaque marge renvoit au Registre plus grand et a la page du grand registre qui contient au long les actes et les noms de ceux et celles que iay commencé ...(manque) dans ledit temps ,Verlaque curé de thiers »

          (in fine) « comme on pourroit En avoir obmis dans La table,on aura recours En cas debesoin aux registre , Dulin,curé de Thiers »

          nota bene :on a ici une suite d’années millésimées,avec pour chacune les individus classés par le prénom dans l’ordre alpha-en fait,exemple,tous les prénomns commençant par la lettre C sont groupés ensemble,ce pour toutes les lettres-la colonne en bout de ligne indique le numéro du folio du (grand) registre-

          Répondre à ce message

        • Thiers,Répertoire B/1765/1848-
          amélioration,puisque l’on a,à partir de 1793,toute la commune,pas seulement St Genès-mais la présentation ne diffère guère,année après année,en ordre alpha des prénoms,une seule « rubrique » par exemple,pour barthelemy,benoit,benoite,blaise,bonnet,brigitte,etc-

          Répondre à ce message

      • Thiers,paroisse St Genès-Répertoire curayon des feux,1694/1776-

        « Repertoire Commencé Le vingt et un octobre de l’année 1784 pour trouver plus facilements et presque Sans peine Les Noms des morts contenûs Dans Les registres de Cette parroisse Depuis 1694 jusque et Compris l’année 1784.Cet ouvrage sera long,mais il Le Seroit bien plus encore Si nous avions entrepris de le faire par letres alphabétiques.Ce que nous aurions fait volontiers Si le temps nous L’eut permis:Cet ouvrage Cepandant Nous emportera beaucoup de temps,Mais que ne doit on pas a Des Successeurs aimables,Dévoués entièrement aux fonctions du st ministère Et qui Seroient obligés de se fatiguer et de perdre Leurs precieux moment En parcourant Des registres volumineux ou l’on a peine de trouver L’extrait que L’on est obligé de chercher,la patience quelque fois Se lasse.L’on ne peut S’empecher de S’ennuyer et L’on doit toujours regreter le temps perdu.Ce petit ouvrage remédira a beaucoup de peine,je L’entreprend avec plaisir Dans L’esperance que j’aurai quelque part Dans le Souvenir de mes Zelés successeurs:j’aurai alors remplis ma Carière,je serai moi même au nombre de Ceux que j’inscrirai ici ;Mais Nous devons tous nous y attendre ,Morin ,vicaire »

        Note au début :« Cette Table est très incomplète,elle ne contient pas même la moitié des noms des défunts inscrits dans les Registres.Il faut absolument qu’elle soit refaite,6 avril 1860 L’archiviste,Treille »

        nota bene:il n’en fût rien,de la refonte absolument souhaitée---

        (in fine)« consoléz vous Messieurs et chers confreres,je vais vous faciliter,je suis Bien decidé a faire le repertoire suivant par letres alphabetique.Mais souvenez vous que celui cy tel qu’il est,m’a donné beaucoup de peines,vous en aurés bien moins en le transcrivant,et le conformant a celui que je vais entreprendre. C’est un Service que vous rendrés a vos successeurs qui vous en sauront gré ;quand a moi quoique je n’aye fait qu’un ouvrage imparfait,je me crois digne de votre Bon souvenir ,Morain,vicaire »
        nota bene:et tac,dans les gencives !!-chaque millésime débute par un petit dessin,différent chaque année-

        Répondre à ce message

  • Lire les notes de ce prêtre expliquant sa démarche est intéressant et touchant à plus d’un titre : nous pouvons suivre facilement le cheminement mental de ce curé, comme s’il était notre contemporain, bénévole d’une association généalogiste. Malgré les différences avec notre époque en grammaire et orthographe, il est notre proche : Sa rigueur est ou devrait être la nôtre quand nous croisons des difficultés similaires : qui ne s’est heurté aux registres perturbants car mal reliés ? Ses raisons de faire, sa volonté malgré ses limites reconnues, son pragmatisme sont palpables.
    Son honnêteté, son humilité le rendent des plus sympathiques.
    Merci pour cette transcription du texte.

    Répondre à ce message

  • Merci pour cette information, c’était très intéressant.
    Je remercie ce brave curé.
    Bonsoir à tous
    Martine

    Répondre à ce message

  • Bien que non croyante, je pense que tous ces hommages font
    « revivre » le pragmatisme de ce curé …
    il avait dû deviner que de nombreux généalogistes auraient recours à ces services !,
    aussi
    je lui dédie cette pensée de JJ Rousseau

    « Béni est celui qui a trouvé sa tâche. Qu’il ne cherche pas d’autre félicité. »

    Jean-Jacques Rousseau

    Répondre à ce message

  • Sur Brie-Comte-Robert les tables des B, M, S, ont été créées de 1627 à 1792. C’est une merveille établie avec rigueur et je m’en sers beaucoup.

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |