www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » La section de projecteurs » Entre deux bombardements : une insolite distraction de Poilus. A (...)

Entre deux bombardements : une insolite distraction de Poilus. A Fromeréville VII - 18e épisode


jeudi 27 juin 2013, par Dominique Schutz, Michel Guironnet

Répondre à cet article

- Pour lire les épisodes précédents

« Le camarade Bonnon » écrit en juin 1916 à son « vieil ami » Charles Bourcet. En permission dans une grande ville, il se moque, avec ironie, des civils à l’arrière du front... et du Kronprinz Guillaume. Cette superbe carte-photo nous permet de clôturer en beauté, provisoirement, rassurez vous, notre série sur cette section de projecteurs. Début juin 1916, elle quitte le secteur de Verdun.

La carte est datée du 5 juin 1916, carte vraisemblablement envoyée par « le camarade Bonnon », photographe de la Section Automobile de Projecteurs, à son « vieil ami » Charles Bourcet.

Bonnon est probablement en permission dans une grande ville. Il se moque, avec ironie, des civils à l’arrière du front :

JPEG - 144 ko
En bleu, cette annotation : « Froméréville le 25/5/1916 la famille du Kronprinz entre 2 rafales d’obus » Sur l’album, la date est celle de la veille.

« Mon vieux Charles, je sors des délices de Capoue pour penser à toi, je nage dans le plaisir et l’ivresse mais la fin approche, oh ! combien.

Tout ce passe bien et je pense être rentré le 13 au matin si vous êtes toujours au même endroit. Je t’envoie la famille du Kronprintz faite prisonnière à Verdun par un Russe déguisé en Français !!!

Je (ne) te parle de l’arrière (du front) : je pense que malgré les attaques réitérées des permissionnaires, ils tiendront ; ils sont un peu là… terrasses des cafés, théâtre, autos de famille partant en ballade, amoureux dans les champs, bourgeois en ballade ; et là-dessus plane une immense pitié pour le front.

A bientôt le plaisir de vous serrer la main, un mimi à Philarette, à toi un gros bécot sur tes lèvres purpurines. Ton vieil ami Bonnon.

J’en ai fait une 20ne (une vingtaine) je pense qu’il y’en aura assez ».

Mariés de mardi gras

« Il conduisit Lemoine au premier, dans une grande chambre aux tentures claires.
- V’là ce qu’il nous faut, dit-il en ouvrant l’armoire.
Et, jetant en vrac, du linge et des robes sur le tapis, fouillant les tiroirs, vidant les rayons, il fit son choix.
- J’vas m’habiller en poule et toi en homme, tu piges, face d’âne.
Le temps de déchirer quelques corsages dans des essayages malheureux, et ils purent s’admirer dans la glace, transformés en mariés de mardi gras. Quand ils parurent dans la cour, bras dessus, bras dessous, ce fut une courte stupéfaction, puis une clameur les salua.
- Vive la noce ! beugla le premier, Fouillard.
…/…Sulphart avait passé sur son pantalon rouge, un joli pantalon de femme garni de dentelles, qui laissait voir par son ouverture son large derrière garance. Il avait endossé une sorte de matinée blanche, et, sur sa tête hérissée de charbonnier, il avait posé de travers une couronne de mariée, à l’oranger un peu jauni…./…Lemoine, qui ne riait pas, avait plutôt l’air soucieux d’un militaire en service commandé, s’était contenté d’un jupon écossais, tenue sans façon dont il corrigeait le regrettable laisser-aller par une redingote à revers de satin et un solennel chapeau haut de forme préalablement brossé à rebrousse-poil. »


Roland Dorgelès « Les Croix de Bois ».

Étonnant de ressemblance !
Nous pourrions presque nous demander qui a inspiré l’autre.
Curieux hasard ou pratique finalement assez courante ?
Les délices de Capoue : « des plaisirs où l’on se laisse aller, où on s’amollit » Allusion historique au séjour de l’armée d’Annibal à Capoue, après la victoire de Cannes. La ville était alors la rivale de Rome et le lieu de plaisirs le plus renommé d’Italie » (Dictionnaire des expressions et locutions figurées, Les usuels Robert).

Guillaume de Prusse « le Kronprinz »
Dans les monarchies, le titre de « prince héritier » désigne le membre de la famille souveraine qui succèdera au monarque (roi ou empereur) sur le trône. Dans chaque pays, le prince héritier porte un titre particulier. En France, sous la monarchie absolue, c’est le Dauphin. En Allemagne impériale c’est le « kronprinz » [1].

Frédéric Guillaume de Hohenzollern (en allemand : Wilhelm von Hohenzollern), né à Potsdam le 6 mai 1882, est le dernier prince héritier de l’Empire allemand.
Fils de l’empereur Guillaume II d’Allemagne et de la princesse Augusta de Schleswig-Holstein, Guillaume épouse le 6 juin 1905, à Berlin, Cécilie de Mecklembourg-Schwerin (1886-1954).

Durant la Première Guerre mondiale, le Kronprinz est commandant des hussards de la mort et commande ses troupes au Mort-Homme près de Verdun.
La presse satirique le surnomme « boucher de Verdun » ou « assassin souriant de Verdun ».

Extrait de l’excellent site :
http://cartespostales1914.over-blog...
« Après le Kaiser, le Kronprinz, Guillaume de Prusse fut probablement la personnalité allemande la plus caricaturée en France et au Royaume-Uni durant la guerre. Le Kronprinz, plutôt laid et ayant un air fat comme le montre les photographies et portraits officiels, constituait un sujet en or pour les dessinateurs.
.../...Les nombreuses cartes françaises ou anglaises où il figure le présentent toujours comme une sorte de dilettante incompétent et pleutre, menant ses hommes au massacre sans éprouver l’ombre d’un remord ».

John Grand-Carteret réunit dès 1916 dans « Kaiser, Kronprinz & Cie » un large choix de caricatures : « choix fait de façon telle que le public puisse avoir en quelques pages, une idée générale des manifestations de l’art satirique dans la presse des pays alliés et neutres, à l’égard des auteurs responsables et des conducteurs de cette guerre ».

Dans son « Verdun, images de guerre » [2] il écrit : "Verdun que le Kronprinz, comme jadis Brunswick, voulait à tout prix, ne pouvant que là trouver son bâton de maréchal...Prince de Verdun-la-Défaite, futur Roi de France…en herbe, le Kronprinz, qui doit, pour une bonne part, sa célébrité mondiale à nos poilus, était une figure marquée d’avance pour l’image et la chanson populaire.

Et l’on sent que celles-ci éprouvent un malin plaisir à le ridiculiser sous toutes les faces. Tel, jadis, Brunswick. On peut même qualifier ainsi les deux personnages : Brunswick c’est le grotesque du Verdun de 1792 ; le Kronprinz, ce sera le Guguss du Verdun de 1916.

Georges Docquois, en son spirituel et quelque peu gouailleur Guillaume en vers et contre tous, ne l’appelle t-il pas, Nouveau Sire de Fich’ ton camp.

Devant un état-major, Mirobolant et couvert d’or, Et qui faisait un tas de magnes Un chimpanzé sur un cheval Paradait d’un air triomphal C’était le Kronprinz d Allemagne.

Celui à l’usage des enfants de France ne parade pas sur un cheval, mais c’est le Pantin Boche, tenant d’une main sa pipe la fameuse pipe historique, de l’autre sa croix de fer, que leur donne Épinal, avec l’air de s’en servir. Enfants, tirez la ficelle Saute, pantin !"

JPEG - 143.8 ko
Image d’Epinal extraite de « Verdun, images de guerre » de John Grand-Carteret

Le Kronprinz Guillaume renonce à ses droits au trône en 1918. Exilé sur l’île de Wieringen aux Pays-Bas, il est mort à Hechingen le 20 juillet 1951.

Notes

[1De l’allemand Kronprinz composé de « Krone » : couronne et « Prinz » : prince.

[2consultable sur Gallica

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |