www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Album photo » Entraide photographique » Quel était l’usage de cet objet avec une lame en forme de cheval (...)

Quel était l’usage de cet objet avec une lame en forme de cheval ?


jeudi 16 mai 2013, par Jean-Louis Kiffer

Répondre à cet article

Cet objet a été trouvé dans un grenier en Alsace.

Il mesure 35 cm de long,17 cm de large et d’une hauteur 12 cm.


Il s’agit visiblement d’un objet pour couper quelque chose, mais quoi ?

D’après quelques recherches sur le net, le sigle gravé sur le manche est un emblème basque en forme de trèfle courbé.

Le cheval est en acier un peu acéré.

Quel pouvait être l’usage de cet objet ?

Merci pour votre aide,

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

57 Messages

  • Quel était l’usage de cet objet avec une lame en forme de cheval ? 17 mai 2013 08:15, par ARNOLD TETARD Madeleine

    Sans doute un massicot à choucroute.... de famille. Le petit cheval est le tranchoir se soulevant pour couper le chou. Ma grand mère en avait un à peu près équivalent..

    Le dessin n’est pas un dessin basque mais bien du folklore alsacien c’est un trilobe ou svastika que l’on retrouve sur de nombreux meubles ou objets en Alsace... il symbolise la puissance énergétique ou la rotation cyclique. ET le svastika lui est l’un des symboles les plus répandus et les plus anciens - Asie - Orient - Afrique et aussi Europe- Amérique du Nord et Amérique centrale - il évoque également la régénération perpétuelle, le mouvement giratoire cyclique des solstices et des équinoxes, le tourbillon primordial - il fait partie des symboles les plus usités en Alsace pour décorer meubles et objets.
    L’objet avec son écouloir laisser passer le jus du chou qui ne s’accumule pas ainsi dans l’objet.
    Bien amicalement
    Madeleine

    Répondre à ce message

  • Bonjour

    Cet objet me semble un hachoir à tabac qui autrefois était vendu en feuilles qu’il fallait hacher soi-même. J’en ai vus de semblables, mais un peu moins élaborés, quand j’étais jeune.

    Voilà, bonne journée à tous

    Yves Tétrault, Québec

    Répondre à ce message

  • Nom Liliane Vignau,« lilianevignau@sympatico,ca

    Le symbole que l’on appelle communément « croix basque » ou, en euskara « lauburu » (quatre têtes) est connu aussi sous l’appellation de « croix à virgule ». Diverses théories ont essayé d’en percer l’origine et la signification mais, il faut bien l’avouer, souvent sans convaincre vraiment. Dans une société qui cherche ses repères, l’attrait de l’exotis­me et la mode de l’ésotérisme nuisent à la connaissance sérieuse des choses les plus simples.

    Origine.

    Ce que l’on sait aujourd’hui, c’est que la « croix basque » n’est pas... basque ! Il se trouve simplement que ce symbole s’est tellement bien acclimaté à la culture de ce pays qu’il fait à présent partie intégrante de son patrimoine et qu’il en constitue l’emblème principal.
    Ce signe est déjà connu 2000 ans avant J.-C. dans la région de l’Indus, ce­pendant on le trouve aujourd’hui sur tous les continents et souvent depuis la plus haute antiquité. En France, on le rencontre dans de nombreuses régions (Savoie, Auver­gne, Béarn…) sculpté sur des linteaux de porte, des meubles ou des objets de la vie quotidienne.

    Répondre à ce message

  • J’opterais plus pour un hachoir à tabac, car le choux est beaucoup trop gros...mon grand-père en avait un, mais c’était une lame et non un cheval,

    Répondre à ce message

  • J’ ai coupé la choucroute étant enfant et le chou se râpe et ne se coupe pas. De plus les choux sont énorme, au alentour de 4 / 5 kilos donc cet instrument est trop petit. L’Alsace a toujours été un région a tabac du moins dans sa partie nord. Je pense que beaucoup de gens devaient cultiver un peu de tabac pour leur consommation personnel . bel objet , merci de nous le montrer.

    Répondre à ce message

  • Je pense à un outil servant, utilisé même actuellement mais sous une autre présentation, à débiter des choux pour ensuite les mettre en pot avec du sel et préparer le chou pour choucroute. De même, ce type d’outil , également sous une forme analogue, servait à débiter des pommes en vu d’en faire éventuellement des jus après les avoir mis sous une petite presse.

    Répondre à ce message

  • Probablement un hachoir à tabac, en effet, comme ceux dont j’ai trouvé la photo sur Internet :

    http://images.recitus.qc.ca/main.ph...

    http://www.civilisations.ca/cmc/exh...

    Bel objet, en tout cas
    Dominique

    Répondre à ce message

  • Cette lame semble posée sur un dessus de soufflet de forge
    elle est peut-être l’emblème d’un forgeron qui devait ferrer les chevaux.
    Bonne journée à tous

    Répondre à ce message

  • Personnellement je ne connais pas cet objet, mais je me pose la question :
    si c’était un massicot à tabac, à quoi servirait ce qui ressemble à un entonnoir d’évacuation de liquide ?
    Quand on coupe des feuilles de tabac, il ne s’écoule aucun jus ?
    Cdt

    Répondre à ce message

    • Quel était l’usage de cet objet avec une lame en forme de cheval ? 18 mai 2013 10:12, par ARNOLD TETARD Madeleine

      Tout à fait d’accord avec vous pour ce qui concerne la question de l’écouloir ! - pour ceux qui pensent que le chou était trop gros, je vous signale qu’il était au préalable coupé en quatre morceaux voire six bien entendu et qu’ensuite sous le hachoir on le coupait en juliennes assez grossières et l’écouloir servait à dégorger le jus plus ou moins abondant provenant de la coupe..
      Ma grand mère avait le même non pas avec un cheval qui est sans doute un emblème personnel de la personne mais elle, avec un petit hachoir simple mais large comme celui-ci.
      Ma grand mère ne laissait le soin à personne de couper son chou car d’ailleurs c’était relativement dangereux étant donné qu’il fallait tenir le chou avec la main sous le hachoir... Nous ne nous risquions donc point...
      Quant au symbole, c’est bien un symbole usité en Alsace depuis des lustres, j’en ai donné l’explication dans mon précédent message.. on le voit également très souvent sur des moules à former le beurre...
      Quant au hachoir à tabac... Fallait-il encore qu’il y ait du tabac à récolter en Alsace... ;o) Mon grand père Alsacien, qui était un grand fumeur de pipe, se servait toujours à Saint-Claude... s’il y avait eu du tabac près de chez lui je pense qu’il aurait opté pour ce dernier... De plus le tabac demande une coupe très fine il ne me semble pas que ce hachoir puisse donner un résultat suffisamment fin.
      Bonne journée à tous
      Madeleine

      Répondre à ce message

  • C’est en effet un hachoir à tabac. On peut voir exactement cet objet sur google ainsi que beaucoup d’autres hachoirs en tapant « hachoir à tabac »

    Répondre à ce message

  • Je pense à une faucille ou fauquet, en terme de quincaillerie, pour débroussailler et couper les mauvaises herbes.

    Répondre à ce message

  • On dirait un hachoir à un tabac. Il ressemble très étrangement à un objet sur cette page

    http://www.mcq.org/place-royale/res...

    Répondre à ce message

  • Magnifique objet d’art populaire dont je ne peux malheureusement pas vous expliquer son utilité...si ce n’est couper quelque chose de juteux puisqu’il y a un déversoir.
    Par contre il est décoré d’un magnifique motif que l’on rencontre essentiellement au pays basque et en Alsace. C’est une spirale solaire formée de 4 virgules et qui aurait un sens apotropaïque (protection) On le dénomme injustement croix basque au pays Basque et swastika courbée en Alsace car ce n’est pas une croix. C’est un symbole solaire. La virgule est par elle même un symbole dont la signification nous échappe actuellement. Tout le reste à son sujet n’est que verbiage.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    C’est certainement un hachoir à Tabac, voici le lien trouvé sur internet avec une photo pratiquement identique
    http://images.recitus.qc.ca/main.ph...

    Répondre à ce message

  • Cet objet me fait penser à un coupe-pain des campagnes quand on faisait du pain pour 6 mois et qu’il devenait extrêmement dur. Quand j’habitais dans les Hautes-Alpes, j’en avais récupéré un, fait sur le même principe mais beaucoup plus rudimentaire (vallée reculée et très pauvre°.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Si vous insérez la queue d’un cheval dans l’échancrure,et que, le couperet étant bien affûté,vous coupez,perpendiculairement (seule manière pour que les crins puissent être coupés),vous avez tous les crins de la queue,que ,à l’époque, on revendait pour mettre sur les casques. Ces crins ,lors d’un coup de sabre,faisaient glisser la lame sur eux ,et évitaient l’effet tranchant.

    Répondre à ce message

  • Si la lame est articulée autour d’un axe, c’est un outil pour « débiter » le pain sec à mettre dans la soupe ou autre plat en hiver dans les montagnes.
    Le pain n’y était, autrefois, cuit qu’en été, (dans le four banal ?), pour économiser le bois de chauffage.
    La tête de cheval est alors un simple décors.

    Répondre à ce message

  • L’espace entre les « pattes » d’environ 9 cm est beaucoup trop petit pour couper un choux.
    La lame ne touche pas le morceau de bois, elle sert à entailler un produit dont le jus est recueilli.
    Le morceau de bois est légèrement concave, c’est bien visible sur la dernière photo.
    Il n’y a pas de traces d’usures sur la gravure, la poignée de maintien est perpendiculaire à la lame, de ce fait le hachoir à tabac semble exclu.
    Je verrais bien cet objet servir à entailler les pommes (posées dans le creux), peut-être aussi les coings qui sont particulièrement durs ( mais succulents en confiture et gelée).
    Surtout si cet objet provient du nord de l’Alsace, région où les pommiers sont très nombreux.
    Le bois semble être du noyer sauf le manche de la lame de facture plus moderne.

    Bonne journée à toutes et à tous.

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • il serai intéressant de connaître les dimensions de la partie en bois au centre de l’objet et s’il y a usure, je possède un objet analogue : la base ronde et creuse, avec au centre une partie surélevée comme celui-ci, le cheval est remplacé par deux montant et une barre transversale et représente un mini pressoir a vis, et le tout servait a ouvrir les noix, et je pense bien que celui-ci doit aussi en être un, a la saison des noix on retrouvai ces objets sur les tables des bistrots, servi avec du lard et du pain de campagne

    Répondre à ce message

  • Je n’ai jamais vu d’objet similaire. Cependant, le coté technique me permet de dire que :
    - l’axe représenté par la vis à oreille est bien l’axe de la lame tranchante
    - que les pattes arrières du cheval sont la butée pour éviter que la lame n’entaille le billot de bois,
    - mais l’espace entre la lame et le billot me semble trop grand pour que le tabac soit entièrement cisaillé.....
    Donc, difficile de dire que c’est un hachoir à tabac. Si cela avait été, le billot comporterait des traces de coupures.....
    Quant au déversoir en bois, y coulait-il un jus, des fragments de ?......, autres ????
    Un produit était coupé avec...QUOI ?
    Michel

    Répondre à ce message

  • Quel était l’usage de cet objet avec une lame en forme de cheval

    Bonjour
    Sans être trop certain pour celui-ci il me semble que cet outil sert à tailler les sabots de bois.la mise en forme extérieure du sabot et le bout pointu.... J’ai assisté au Puy du fou(en Vendée) à une démonstration .

    Répondre à ce message

  • Un coupe-sucre, de toute évidence. Au 18e siècle, le sucre se présentait sous forme de pains de sucre, qu’il fallait casser au fur et à mesure des besoins.Venez visiter le musée de Pérouges (Ain). Vous y verrez des moules à pain de sucre et un coupe-sucre un peu plus gros, mais de conception identique...
    A bientôt...

    Répondre à ce message

  • Je suis tout à fait d’accord avec ceux qui disent que la chose à couper a du jus, car c’est flagrant l’écoulement dans le bois. Mais quoi ?
    Michelle

    Répondre à ce message

  • Tout simplement un joli travail d’artisan local,outil utile dans les cuisines d’autrefois pour trancher le pain , les saucissons, la viande ou les fruits...
    Bonne journée :-)

    Répondre à ce message

  • Il s’agit sans doute d’un hachoir a tabac du XIXe siècle,d’origine Basque,souvent comme ici avec une lame représentant un cheval.

    Répondre à ce message

  • Lin ou chanvre 19 mai 2013 08:45, par Brunelière

    Et si c’était un outil pour écorcer le lin ou le chanvre !

    Répondre à ce message

  • ça ne peut être un coupe choux car celui-ci se râpe, ni un coupe tabac les photos vues sur internet n’ont pas de tranchant mais servent a lisser les feuilles dénervées et humidifiées avant d’êtres roulées en cigares et le tabac proprement dit est passé dans un hachoir multi lames, pour moi Alsacien il n’y a que le coupe noix, les cerneaux étaient mis a part et les coquilles récupérées dans les tabliers et servaient a alimenter le feux, un travail d’hiver avant de les amener au moulin pour en faire de l’huile

    Répondre à ce message

    • Casser les noix avec un tel instrument me semble bien dangereux ; il faut tenir la noix avec une main et utiliser le couperet avec l’autre !

      Répondre à ce message

    • Si on part des idées suivantes :
      - objet alsacien
      - objet coupant
      - qui permet de recueillir du jus,
      on cherche quel fruit est produit en Alsace : les prunes !
      Dans une recette de tarte aux quetsches, je lis : « Couper les prunes en trois pour faciliter l’extraction du noyau ».
      Donc, l’objet permettrait, en entaillant de fruit, de retirer le noyau des prunes (il en est produit de toutes les variété en Alsace).
      On peut alors faire des tartes ou autres choses avec le fruit et le jus peut servir aussi, pourquoi pas pour faire de l’eau de vie ?

      Répondre à ce message

      • Bonjour à tous et à toutes

        Avant de donner ma première impression j’ai évidemment tenu à lire vos commentaires.
        D’où j’en reste aux principales déductions :
        - Objet à trancher
        - Ecoulement d’un jus très probable
        - Mais trancher quoi : ??? au départ ne regardant pas la rigole j’avais pensé au pain.
        Ensuite vu les propositions le chou est probable ou un gros fruit.
        Quant au décor : « cheval » me semble tout à fait d’ordre décoratif avec sans doute un lien au métier ou à une tradition familiale. Quant à la « croix » je pense aussi que c’est un motif d’ordre général et pas spécifiquement basque.
        Après cela pour contrôle je vais aller voir le site des hachoirs pour tabac et autres liens proposés. Je verrai si je change d’opinion.
        Claire à Besançon

        PS Si je puis me permettre je ne vois vraiment pas comment je pourrais utiliser cet objet pour couper de l’herbe.......

        Répondre à ce message

      • bonjour...je ne sait plus a qui j’ai déjà répondu, mais chez nous en Alsace dans le temps la quetsche pour en sortir le noyau s’ouvrait par pression entre deux doigts, ou au couteau (c’est pour cela qu’il y a la fente, et étant gamin on appelai ça écarter les fesses), les couper en trois ou en quatre c’est de la fantaisie de pâtissier, plus vous avez des morceaux moins bien vous les placerez sur le pâte....et avec une quetsche trop mûre qui vous donne du jus c’est plus la peine d’en faire une tarte.....pour ce qui est du schnaps c’est pareil, on les écartait a la main

        Répondre à ce message

  • Un détail m’intrigue : pourquoi avoir conçu cet outil dont la lame représente le profil d’un cheval ?
    Il y a sûrement un rapport et je pencherais pour un outil destiné à rogner les sabots du cheval.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Suite aux différents messages, je ne pense pas à un outil à couper les choux (dimension inappropriée), si cet outil était utilisé pour entailler des fruits ronds (noix, prunes...), la partie recevant le fruit serait concave afin de le maintenir en place. Pour le hachoir à tabac ou le coupe-crin, la lame doit arriver nécessairement en contact avec le bois.
    Pour le tranchoir à pain, c’est une possibilité, mais les pains étaient de grande taille, ou en miche. La baguette doit être beaucoup plus moderne.
    Deux points n’ont pas été évoqués, c’est l’utilité de l’encoche sur un côté de la goulotte et la poignée servant à tenir l’objet. J’opterais donc pour un casse-sucre devant être maintenir solidement, la goulotte servant à récupérer les plus petits morceaux et l’encoche permettant de dégager les plus gros morceaux.

    Patrick

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    Analyse de l’objet : une poignée pour le manipuler et/ou l’incliner pour facilité l’écoulement de liquide.
    Une lame articulée ne venant pas au contact de la contre lame en bois. sa course est limitée par un pied.
    Usage : fendre ou entailler sans débiter et recueillir un liquide (ouvrir un fruit juteux ?)
    Le pied pourrait servir à écraser, le liquide s’écoulant naturellement alors que de la contre lame au même niveau que les bords, ilpeut couler n’importe ou

    Répondre à ce message

  • Outil pour écraser des os , du sucre ?
    La platine en fer fixée par 2 vis (la 3e est absente sur la photo) est déformée dans le sens de la hauteur ce permet de penser que la matière à couper ou écraser est relativement dure .

    Répondre à ce message

  • Bonjour ;
    Oubliez le ventre qui coupe. Le pied du cheval briserait le fruit, le goulot recueille fruit et jus éventuel à l’aide de la poignée arrière. Je tablerais sur la prune très rependue en France.
    Quelques fruits écrasés : la poire tapée de Rivarenne (37) l’olive verte à Mouries (13)…

    Répondre à ce message

  • Quel était l’usage de cet objet avec une lame en forme de cheval ? 25 mai 2013 09:23, par Olivier Chateauminois

    Je pense, comme un autre correspondant, vu la forme et le décor qu’il s’agit peut-être d’un outil à rogner les sabots d’un cheval. Il faudrait trouver un vieux maréchal Ferrand.
    O.Chateauminois

    Répondre à ce message

  • C’est un hachoir à tabac. En ce qui concerne l’écouloir, il sert à évacuer le jus des feuilles car on ne hache pas le tabac complètement sec. Même à Cuba, les feuilles pour les puros sont encore moles.

    Répondre à ce message

    • désolé mais les feuilles de tabac sont séchée tout en restant souple, avant de les hacher ils sont dénervée, et passent dans un hachoir sur une planche assez grande afin de recevoir les feuilles entières, observez la partie centrale elle ne permet pas d’y poser une feuille et de plus le couteau ne descend pas jusqu’au bout

      Répondre à ce message

  • bonjour,
    Intéressez on nous au « déversoir » :
    sa disymètrie est elle d’origine ou l’instrument est il cassé (bien que la coupe vertical côté droit semble bien franche) ?

    s’il a servi, on ne distingue pas de traces de liquide, ayant pu imprégner le bois ?

    et vu les dimensions de « l’enclume », je pense à quelque fruit sec ?

    mais pourquoi un instrument aussi compliqué pour ouvrir des noix ;o)) !!

    il y a sûrement un autre usage.

    Répondre à ce message

    • j’ai un objet a peut près identique dans sa fonction...il servait a « ouvrir » les noix sans les écraser, il faut savoir que dans le temps les amandes étaient un luxe et au fond des moules a kouglopf on y mettait ces cerneaux de noix, les noix entrent aussi dans des recettes de gâteaux de Noël, et on y faisait aussi de l’huile, dans le temps on servait des noix avec le vin nouveau du pain de campagne et du speck d’où le cheval qui pourrai peut avoir une relation avec un bistrot « au cheval blanc », le déversoir servait à éliminer les coquilles, si en grand nombre se déversait sur une toile posée sur les genoux afin de récupérer le plus de morceaux possible, rien n’était perdu....

      Répondre à ce message

  • A mon avis, ce serait pour hacher du tabac. Mon grand-père en avait un assez semblable.

    Répondre à ce message

  • J’ai lu avec beaucoup d’intérêt les messages ci-dessous. J’avoue m’être même amusée, d’autant plus que je n’en ai jamais vu. Je suis d’une région où choucroûte et tabac ne sont cultivés ou utilisés ? Suis-je mal placée pour participer à cette discussion ?
    Toutefois, beaucoup de messages notent « écoulement », mais une fois hâchés tabac ou choucroûte , il faut bien les retirer de l’appareil, qu’il y ait jus ou pas.Apparemment, c’est le bec verseur de l’appareil.
    Désolée, si je n’apporte aucune réponse précise, j’avoue que ce sujet m’a intéressée et j’aime regarder cette rubrique.
    Merci "la lettre Généanet.
    Marie Thérèse NOURY

    Répondre à ce message

  • Détaillons l’objet La lame est en acier ,la patte arriére a été raportée par soudure a la forge (traçe a l’arriére ),le pivot charniére servait de guide à la lame ,le pivot démontable (pour affuter la lame ) ,est en bas, le guide lame en haut ,marque du frottement ,donc un produit dur a couper ,je pense a de la viande crue sortant du saloir donc dujus, s’écoulant, avant la coupe et à la sortie afin de la couper en rouelles paralléles et récupération du jus pour la cuisson ,impossible de couper du tabac ,sans guides ,car trop mou et il n’y a pas de jus (moisissures )

    Répondre à ce message

    • bonjour,

      il semble pourtant que la lame (ventre du cheval)n’entre pas en contact avec le « support de coupe », la patte servant de butée.
      il semble qu’il y ait 1 bon mm de vide ?
      donc il me semble impossible de couper « franchement » un quelconque matériau mou, que ce soit tabac, choux ou viande ...

      quant au déversoir, le propriétaire de l’objet n’a pas confirmé si sa disymétrie est d’origine ou s’il est cassé ?.

      @+

      Répondre à ce message

  • Je viens de voir sut une chaîne de TV espagnol un instrument analogue, mais sans décors, présenté comme un outil a casser le chocolat en pain pour faire du chocolat ( à servir en tasse).
    Le décor à croix basque présenté peut aussi être d’origine espagnole ou de Bayonne ancien port chocolatier. Il me semble donc plus compatible avec le chocolat qu’avec la choucroute.

    Répondre à ce message

  • L’objet ressemble étrangement a ce que les anciens utilisaient au Québec pour couper le tabac, mais la lame était beaucoup plus grosse.

    Donc en regardant la petite lame, il m’est venu une idée...cet objet ne servait-il pas a ouvrir les noix ?

    On installe la noix de façon, de façon a ce que la lame se retrouve dans un des joints de la noix et celle-ci pénètre plus facilement dans la coquille, ainsi on ramasse la noix et la coquille ne s’éparpille pas, partout sur la table.
    _

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |