www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » Histoire du Viennois » Quand un fait divers anonyme devient l’occasion de rejoindre la Grande (...)

Quand un fait divers anonyme devient l’occasion de rejoindre la Grande Histoire


lundi 10 mars 2014, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Les passionnés d’aujourd’hui, débutants ou chevronnés, ont à leur disposition sur Internet des collections entières de journaux locaux numérisés. La recherche plein texte est même possible : le résultat est sous nos yeux, à n’importe quelle heure du jour... ou de la nuit [1] !

La lecture assidue de ces anciens journaux régionaux permet bien des découvertes de faits divers locaux... faits divers qui souvent posent bien des questions et suscitent de passionnantes recherches.

JPEG - 39.6 ko
« Le Rappel » du 2 août 1903

Qui est Mademoiselle B ? En quoi est-elle plus « libre » comme institutrice ? Et pourquoi vient elle seulement d’arriver ?

Pour tenter de l’identifier, je reprends mes notes : il y a plus de 15 ans, j’avais fait des recherches dans le dossier des « écoles libres » aux archives départementales de l’Isère [2] et dans les recensements de Saint-Clair-du-Rhône ; aujourd’hui disponibles sur leur site.

Peut-être s’agit-il de Victorine Ballefin qui se présente le 26 septembre 1902 en mairie de Saint-Clair pour exercer « à l’école primaire privée » ? Elle est native de Veyssilieu, en Isère, le 12 août 1878 ; elle a donc 24 ans.

Nous sommes en pleine « guerre scolaire » et les religieuses de La Providence de Corenc n’ont plus le droit d’enseigner... « L’enseignement libre » ne reçoit plus aucun subside de l’État.

Mélanie Ottin, 55 ans, religieuse de La Providence de Corenc, est la dernière institutrice privée, recensée en 1901 à Saint Clair. Elle doit partir !
C’est pourquoi Mlle Ballefin arrive à Saint-Clair pour la remplacer.

« Monsieur Gabriel Jullien », héritier d’Émile Faure, bienfaiteur de la commune ; prend alors en charge le fonctionnement de l’école libre pour que celle-ci puisse continuer à Saint-Clair. Cette école de filles est située « dans le village, vers l’église » [3].

Le 21 août 1903, quelques jours après l’accident de « Mlle B… », Marie Laurencin se présente en mairie « à l’intention d’ouvrir une école primaire privée de filles » dans la maison de Gabriel Jullien.

Née au Mottier, Isère, le 18 octobre 1862 ; elle a obtenu son Brevet élémentaire en 1883 et son « certificat d’aptitude à la direction des écoles maternelles » le 27 septembre 1886. Elle a été « institutrice libre » à Grenoble, Pont de Claix, Saint Martin le Vinoux.

JPEG - 80.7 ko
Recensement de Saint-Clair-du-Rhône 1906

Elle restera longtemps en poste. Son souvenir était encore bien présent au village il y a une trentaine d’années. On peut l’apercevoir, sous son grand chapeau, au pélerinage de la Salette en 1911..

Notes

[1Je me souviens, sans nostalgie aucune, des longues heures passées en salle de lecture ; plein d’espoir ; à dépouiller et à tourner ces grandes pages fragiles ...pour ne rien trouver !

[24 T 5/22

[3Voir les pages sur l’enseignement primaire dans mon livre « Saint-Clair-du-Rhône, son histoire »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

7 Messages

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |