www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chronique familiale et aventure généalogique » Et puisqu’il faut conclure… Ainsi se terminent les histoires ! (épisode 48, (...)

Et puisqu’il faut conclure… Ainsi se terminent les histoires ! (épisode 48, suite et fin)


jeudi 20 mars 2014, par Danièle Treuil

Répondre à cet article

- Pour lire les épisodes précédents...

Nous sommes donc arrivés au bout de la route, un voyage par petites étapes au pays de mes ancêtres, commencé en novembre 2012, que j’ai voulu partager avec vous. Nous avons parcouru ensemble trois siècles et demi environ, de 1540 à 1905, avec même quelques échappées dans les temps très lointains. Le chemin n’a pas toujours été rectiligne. Je l’ai pris dans un sens puis dans l’autre, j’ai rencontré des carrefours, pris ou non des bifurcations pour parler des épouses, emprunté des chemins de traverse. J’espère que chacun s’est retrouvé dans mes pérégrinations. Si je n’avais hérité de tous les vieux « papiers » transmis par les ancêtres de ma lignée Pras, je n’aurais pas tenté cette aventure. Mais comme je l’ai dit au début de ce récit, c’était pour moi avant tout un devoir de mémoire.

Ces papiers, ces parchemins, laissés là depuis longtemps
ne demandaient pas mieux que de revenir un jour…
Ces papiers n’étaient pas des papiers, mais des vies
d’hommes, de provinces. Tous parlaient, tous vivaient.
Jules Michelet – 1840 [1].

Ainsi se termine le voyage dans le monde d’une famille Pras, originaire de St-Just-en-Chevalet dans la Loire. Grâce à la branche qui porte cette lignée de mes ascendants et leurs épouses, nous avons pu découvrir un peu ce que furent pendant plusieurs siècles, depuis la fin du Moyen-Âge, la vie des paysans de cette région et leur émigration à Lyon. En effet, l’histoire des nôtres s’est avérée illustrer, de façon parfois exemplaire (je fais référence aux livres d’histoire rurale que j’ai consultés), les heurs et malheurs du monde rural de ces temps. Par contre, la manière dont s’est opéré pour notre famille de paysans, au milieu du 19e siècle, le basculement vers la ville, Lyon en l’occurrence, à une époque où l’exode rural était encore timide dans ces contrées - et dû essentiellement à des raisons économiques - est peut-être plus spécifique, tout au moins plus complexe, de nombreux facteurs se trouvant à l’œuvre. Quoi qu’il en soit, une fois dans la grande cité, les deux frères Claude se coulent dans le petit peuple des négociants, dont le développement est caractéristique aussi de la deuxième moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle.

Tous les documents recueillis ont servi de charpente au récit, même les plus modestes, telle une série de quittances, qui va permettre de découvrir par exemple l’existence d’un fermage. C’est parfois un peu sévère, mais c’est une façon factuelle, concrète, d’entrer dans l’univers de nos ancêtres et de comprendre le long chemin accompli pour assurer un avenir meilleur à leurs enfants. Mais au-delà, je ne sais pas romancer et sauf quelques allusions à ce qu’ils devaient ressentir en certaines circonstances, je ne pouvais qu’essayer de camper leur environnement social, économique et politique, tel que nous le percevons aujourd’hui, à distance. C’est toujours ce qui me frappe, quand nous abordons le passé. Nous parlons de là où nous sommes et non de là où ils sont. Leur regard n’était pas le nôtre. Néanmoins avant de revenir à ma famille, je vous propose de partager avec moi quelques réflexions sur ce que pouvaient être leur univers sonore et leur rapport au temps et à l’espace, des thèmes que je n’ai pas directement abordés jusque-là.

Le battement des sabots

La partie nord-ouest du Forez, berceau des Pras, paraît un peu sauvage aujourd’hui, presque perdue... particulièrement dans les petits hameaux de la montagne, qui seraient pratiquement déserts, si quelques personnes ne commençaient à y installer leur résidence secondaire ou à créer des lieux d’accueil pour citadins, en mal de nature vraie, de calme et de la sérénité que dégagent ces grands espaces ouverts.

Mais il serait trompeur d’imaginer nos ancêtres dans des lieux isolés et silencieux. La campagne, beaucoup plus peuplée qu’aujourd’hui, résonnait alors de mille bruits : le son des cloches tout au long de la journée, les onomatopées qui résonnaient de partout, comme le chant du labour ou les commandements adressés aux bêtes ; les appels des uns aux autres, les rires, les disputes, voire les injures ; le roulement des charrettes sur les mauvais chemins et, aux approches des villages, les cris des femmes et des enfants, le caquètement des poules, les aboiements des chiens, le grognement des porcs et, partout… le battement du sabot, à qui je souhaite donner une place particulière dans cet espace sonore.

L’origine du sabot

Les auteurs s’accordent à dire qu’il est difficile de situer l’apparition du sabot. Son usage semble s’être installé progressivement selon les régions. On dit que c’est François Villon (né en 1431, disparu en 1463), le premier, qui a utilisé le terme sabot dans sa Ballade de la Grosse Margot (date inconnue) qui parle d’un quartier mal famé de Paris. Un peu plus tard, Rabelais (1494-1553) le cite, à son tour, dans Pantagruel (chapitre XXII). Enfin la reine de France, Anne de Bretagne (1477-1514) était surnommée par les impertinents Parisiens « la duchesse en sabots » ; on connaît la chanson « C’était Anne de Bretagne, duchesse en sabots… » que nous avons tous appris autrefois !

On sait que, dans les montagnes du Forez, un pays de bois, le sabot apparaît très tôt, de façon certaine au début du XVIIe siècle, mais sans doute avant. Il est fabriqué dans les petites huttes des Monts de la Madeleine, pendant la bonne saison, permettant à nos ancêtres paysans de se distinguer des « va nus pieds ». C’est dans ces cabanes, abandonnées dès les premiers froids, que la petite cousine Annette Dufour s’était réfugiée en 1839 pour échapper à la maréchaussée, après la mort tragique de son père (épisode 15).

Le sabot, omniprésent

Le sabot fait partie de la vie quotidienne. Chacun a la ferme possède plusieurs paires de sabots. C’est tellement pratique. Il protège des chocs, du feu, de l’eau, de la boue ou de la neige ; il permet ainsi d’aller partout sans se salir les pieds, au puits comme à l’étable. Au champ, quand on bêche un simple coup de pied permet de disperser les mottes de terre et là aussi d’éviter bien des chocs. Même les enfants ou les vieillards peuvent l’utiliser sans problème, car on le quitte ou en l’enfile, sans qu’il soit besoin de se baisser ou de s’asseoir et c’est tellement bien adapté aux saisons : l’hiver, avec de la paille, il tient chaud ; l’été, garni de fougère, il rafraîchit.
Alain Corbin [2] nous explique qu’on reconnaît les familiers à leurs sabots... « Placés devant le seuil, ils permettent bien souvent à celui qui rentre chez lui de reconnaître le visiteur amical ou le gêneur, arrivé en son absence. C’est un marqueur de la présence de l’autre ». On range d’ailleurs religieusement les sabots du défunt, plus encore que ses vêtements, car ils sont un peu de lui dans la maison.

Bref, la place du sabot est tellement importante que ce n’est pas par hasard si les proverbes et les chansons populaires lui accordent une grande place et si Antoine s’inquiète dans les lettres à son fils Claude aîné, parti à Thionville faire son service militaire, de savoir ce qu’il a fait de ses sabots (épisode 19).

Le battement du sabot

Le sabot est donc présent partout et l’on comprend aisément qu’il a marqué le paysage sonore, qui environnait nos paysans. Fait de bois, il tape dur sur une terre gelée, il racle sur un sol caillouteux, crisse sur la neige ou au contraire donne un son mouillé dans la boue, pour n’évoquer que quelques sons ! Il faut dire aussi que le bruit est fonction de la démarche de celui qui porte les sabots, lente et régulière, traînante ou précipitée, ou bien encore trébuchante ou hésitante. C’est ainsi que sur le chemin, on peut deviner celui qui avance, est-il seul ou non, jeune ou vieux, femme ou homme, travailleur rentrant du labour, fatigué, homme pris de vin, femme portant une lourde charge ou gamin culbutant quelque pierre…

Le sabot participe enfin aux événements collectifs, et là c’est autre chose : il marque le rythme, joyeux quand il s’agit de noces ou de quelques fêtes ; lent, pour les processions ; cadencé quand c’est le battage des moissons… une sorte de concert improvisé ; moins drôle, par un martellement régulier et continu, il signale l’arrivée des soldats.

Bien qu’aucun des ancêtres de ma lignée campagnarde directe n’ait été sabotier, je voulais d’autant plus souligner la place que tenait dans la vie ce précieux « chausse-pied »… que Claude jeune (le grand-père de mon père Georges) - une fois parti à Lyon vers 1840 - s’est occupé de sabots… puisqu’il en a dirigé pendant trente ans la fabrication et assuré la commercialisation (épisode 11) !

Le temps qui passe

Si l’espace sonore est marqué par le battement des sabots, il l’est plus encore par les cloches qui résonnent de paroisse en paroisse… venant de tous les horizons, emplissant la campagne de leur musique. Une musique qui s’exprime sur différents modes – de la volée et du carillon au glas, parfois au tocsin, en passant par le tintement - chaque fois pour accompagner une manifestation ou transmettre une information : qu’il s’agisse d’annoncer les événements quotidiens, naissances, mariages, décès, offices religieux ; ou les catastrophes, incendie, arrivée des soldats, orage…

Le temps du quotidien

Mais aussi - c’est ce que je veux évoquer ici - les sonneries des cloches ponctuent le temps, organisant des repères communs à toute la communauté : l’écoulement du jour marqué par les trois angélus (la prière de l’ange), à une époque où ni horloge, ni montre ne pouvaient renseigner ; plus tard le passage des heures ; et celui bien sûr des semaines avec l’annonce des messes dominicales. Elles vont même sur un temps de mode ou de premier coup, nous dit Jean Canard, prévenir les paroissiens éloignés à partir à temps, pour ne pas arriver en retard aux offices.… une sorte de réveil matin !

Les cloches… familières, indispensables, au cœur de la vie rurale de tous les jours et l’on comprend le désarroi et la colère des villageois quand en 1794, en pleine Convention, il a été décrété que « les cloches soient sans délay descendues » pour être fondues, afin de récupérer leur bronze…

Le temps d’une année

Il était basé essentiellement sur la ronde du soleil, des saisons, le calendrier lunaire, indiquant les moments propices aux travaux agricoles, un temps relayé par les almanachs qui découpaient l’année en douze tranches, précisant pour chaque mois le temps de semer, tondre les moutons… faucher. Mais l’année est aussi marquée par les diverses manifestations religieuses, dont les dates se sont coulées souvent dans celles des fêtes païennes d’autrefois, elles-mêmes adaptées au rythme de la nature : par exemple, Noël correspond au solstice d’hiver ; Pâques, à quelques jours près, à l’équinoxe du printemps. Même l’heure de l’angélus respectait les saisons, tel que nous le fait remarquer Alain Corbin « le déplacement de l’heure de l’angélus selon la saison était de tradition. Il avait pour but d’accompagner les mouvements du soleil, non de les contredire »

Les grandes fêtes déterminent une série d’autres célébrations chrétiennes, en amont ou en aval, tels que Rameaux, Vendredi saint, Ascension, Pentecôte, sans oublier les « Rogations » (trois jours avant l’ascension), consistant en messe et procession pour demander la bénédiction de Dieu sur les travaux des champs et les récoltes à venir… un cycle, qui renforçait les repères tout au long de l’année.
Avec les fêtes des Saints, comme par exemple la Saint Michel le 29 septembre qui marquait la fin des récoltes et le paiement des fermages, on peut parler d’un véritable « calendrier agro-liturgique ». Le temps religieux se trouvait en harmonie avec le temps agricole et social, il correspondait à la perception qu’en avaient nos ancêtres à partir de leur expérience. Comme le cycle de la nature, les fêtes religieuses, accompagnées par les cloches, qui revenaient d’année en année, instituaient me semble-t-il une sorte de permanence rassurante.

Le temps « long », celui de la vie

J’ai été frappée que, dans de nombreux actes, au moment du mariage ou du décès, on ne puisse donner l’âge précis des personnes concernées. Quand il s’agit d’un vieillard, on peut le comprendre. Mais un jeune marié, par exemple Claude Pra, fils de Mathieu quand il épouse Claudine Treille, le 4 août 1744. On indique environ vingt et un ans pour lui, il en a vingt-trois ; pour elle quinze ans, elle vient juste d’en avoir quatorze… Il semble en fait, chez nos ancêtres paysans, que chacun connaissait à peu près le mois de sa naissance, en référence à la saison ou à un événement particulier, peut-être le jour, mais rarement l’année, surtout dans les temps les plus anciens. Comment se souvenir de l’année de sa naissance, sauf si un événement important s’était produit cette année-là rapporté par les anciens et de toute façon… comment calculer le temps passé depuis, pour une population longtemps analphabète. Il ne reste qu’à observer pour nous combien l’épaisseur du temps est fonction des événements, des étapes qui l’ont jalonné. Souvent le temps de l’école, qui nous a paru long dans l’enfance, « s’écrase » en quelque sorte par la suite. Rien n’est plus subjectif que le temps qui passe, mais dans notre monde moderne nous avons tellement de repères pour le mesurer dans la durée. Eux, ne les avaient pas.

Et la perception du moment de la mort

La mort n’était pas au bout d’un long chemin à parcourir. Elle était de toute façon partout présente, pouvant frapper à tout moment. Ce que l’on craignait, plus que la mort, c’était le jugement dernier, tout au moins jusqu’à la fin du 18e siècle ; les dispositions prises pour le salut de l’âme dans les testaments sont significatives, testaments rédigés souvent in extremis ! On n’anticipait pas la mort. On vivait résignés. On ne courait pas après le temps, mais on n’essayait pas non plus de le ralentir, en cherchant toujours à rester jeune, une contradiction des temps modernes. Montaigne (1533-1592), dans les « Essais », loue l’attitude « stoïque » des paysans, exposés aux ravages des guerres et de la peste « aussi sages, tranquilles que Socrate au moment de boire la ciguë ». Il en avait été frappé. Il exagère peut-être un peu…. car je crois que les épidémies semaient vraiment la panique, il ne s’agissait pas de la mort « ordinaire ».

Le paysage des activités quotidiennes…

A côté de l’espace sonore, du rapport au temps qui passe, le paysage n’était pas tel que nous l’observons aujourd’hui et surtout l’espace n’était pas appréhendé de la même façon.

Le paysage était différent

Après les grandes périodes de défrichements, qui ont suivi la guerre de Cent Ans, la moindre parcelle de terre était cultivée, même en altitude, et les forêts étaient moins nombreuses qu’elles apparaissent actuellement. Le “plan de la Pomerie”, près de Montloup, où travaillaient les premiers « pra » que nous avons rencontrés, en constitue un exemple. Divisé en de nombreuses tenures (terrier de 1487) et encore cultivé au début du siècle, il est aujourd’hui couvert de bois, comme on peut le voir sur la photo présentée ci-dessous. Le terroir se présentait alors découpé en multiples parcelles, séparées par des haies plus ou moins denses. Différaient aussi la distribution et la forme des bâtiments dans les villages : maisons plus basses, plus imbriquées, avec leurs cours et leurs jardins, éléments essentiels de la vie quotidienne ; et un peu à l’écart, bien identifiée, la place “d’aizances”, dont j’ai parlé à plusieurs reprises, tout à la fois symbole et lieu de la communauté villageoise.

L’appréhension de l’espace n’était pas la même [3]

Avant la Révolution industrielle et notamment le développement des routes et des chemins, c’est le paysage des activités quotidiennes qui prédomine et qui marque les frontières. Au-delà du petit cours d’eau, passé le bois, passé les hameaux proches, passé le bourg et sa paroisse, c’est un autre pays qui commence, souvent avec un parler différent. Dans les limites de son terroir, le villageois se sent chez lui, tout lui est connu et familier, chaque lieu, presque chaque roche et chaque buisson ; tout est porteur d’histoire, en référence à un événement ancien ou récent, mythique ou vrai : ici, un massacre a été commis ou un loup a attaqué un villageois ; là, on a trouvé un homme mort de froid, la foudre a abattu un arbre centenaire ou une apparition surnaturelle a frappé d’étonnement quelque passant. Pour perpétuer ces souvenirs, des croix de bois ou de pierre ont été souvent plantées, notamment aux carrefours, et il est difficile d’opérer le partage entre ce qui est légende et réalité. Mais plus important que tout, il peut mettre un nom sur le visage de tous ceux qu’il rencontre, il les retrouve à l’église, à la veillée, aux noces. Ainsi nous rapporte Jacques Dupâquier [4], la réflexion du père de Rétif de la Bretonne (moitié du 18e) se trouvant à Paris « Ho que de monde… tant que personne ne s’y connaît, même dans le voisinage, même dans sa propre maison… ». C’est bien ce qu’a du encore éprouver Claude aîné, quand il séjourne quelques semaines dans la capitale en mars 1831, en route pour Thionville. Mais la situation a pourtant évolué, depuis quelques décennies.

Au fil des ans, l’espace s’agrandit

En effet, à partir de 1750 environ, les chemins sont mieux tracés. On devient familier du pays qu’on peut parcourir à pied en l’espace d’une journée, et plus tard avec le char à bœufs, qu’il s’agisse de fréquenter des foires un peu plus lointaines ou de se rendre par nécessité au tribunal de Roanne ou de Montbrison. L’horizon s’élargit, le cercle des rencontres s’ouvre davantage et offre la possibilité de prendre épouse au-delà du hameau proche, au-delà de la paroisse. Le réseau de parentèle se développe ainsi, introduisant des déplacements nouveaux et réguliers et modifiant de ce fait, au fur et à mesure, le regard porté sur le pays environnant. L’espace devient territoire.

Cette évocation de ce qu’était l’univers sonore, temporel, spatial, de nos ancêtres paysans participe d’une tentative que j’ai essayé de mener tout au long du récit : celle de donner des éléments pour permettre à chacun d’imaginer ce que pouvait être l’environnement de nos aïeux, leur regard sur le monde, d’éviter de le considérer avec nos yeux d’aujourd’hui, comme je l’ai souvent souligné. J’ai en particulier essayé de montrer à chaque époque le contexte climatique, économique et politique, qui détermine le niveau des ressources alimentaires. Pouvoir assurer le pain quotidien et échapper à la famine restent pendant longtemps la grande préoccupation. Je n’ai peut-être pas assez insisté sur les fêtes, comme celles du Carnaval, de la Saint-Jean, des noces et bien d’autres… qui ponctuaient l’année, contrepoids aux misères des temps. Nos ancêtres, comme je l’ai évoqué quelquefois, savaient aussi s’amuser, danser et chanter. Cette capacité à rester joyeux, en profitant des petites « fenêtres » de la vie quotidienne ou des fêtes familiales, dans un contexte difficile, m’avait frappée dans le village indien où j’ai séjourné autrefois, dans les années 1963-64.

Aïeux évoqués tout au long de ces pages…

Ils descendent….

C’est sans doute, pour mieux assurer leur subsistance, leur confort et surtout favoriser leurs cultures – il fait si froid l’hiver, surtout avec le petit âge glaciaire qui sévit des années 1580 à 1850 - que nos ancêtres descendent régulièrement d’altitude. Partis du hameau des Pras situé à près de mille mètres, ils se retrouvent deux siècles et demi plus tard à la Bussière, à 600 mètres… puis à Lyon, pour notre branche récente. Nous avons traduit cet itinéraire dans une chanson, à l’occasion de la fête de l’an 2000, qui nous a tous réunis au pays.

Ils vivent en communauté

Solidarité et échanges

J’ai tenté, à travers les documents en ma possession et l’établissement des généalogies, de situer le cadre familial, amical, communautaire de nos ancêtres. J’ai été frappée à cet égard par l’importance des réseaux d’alliances, leur permanence sur plusieurs générations et les échanges de services qui s’établissaient ainsi entre parents, amis, voisins. Il faut dire que sans institutions bancaires, sans assurances ni indemnités pour catastrophes naturelles, sans sécurité sociale... la solidarité est pour chacun une question de survie ! Mais cette organisation a son revers et peut engendrer des inimitiés tenaces, dont héritent parfois les descendants.

Les embrouilles et procès

Le conflit naît souvent de la complexité du système des échanges et de la nécessité d’un ajustement permanent des compensations. Survient un dysfonctionnement de l’accord initial - une des parties ne peut tenir ses engagements ou ne reconnaît plus une dette contractée, parfois d’ailleurs par l’un de ses parents, ou encore une clause de testament n’est pas respectée - et c’est la brouille. Mais la querelle peut résulter aussi d’un conflit de voisinage. Il faut dire que, compte tenu du morcellement des propriétés, surtout après la Révolution, les problèmes de passage conditionnent l’activité quotidienne et les histoires de clôture ou de bornage, de talus, de prises d’eau sont multiples. Une haie arasée, un fossé élargi, un arbre coupé indiquent, de la part du fauteur de trouble, une volonté d’usurpation, quand ce n’est pas d’agression. Mais c’est souvent une revanche. De toute façon, c’est le procès qui s’ensuit... et ce qu’il en coûte !

L’honneur à préserver à « tout prix », au sens propre et figuré !

L’enjeu nous paraît parfois dérisoire, mais au-delà du préjudice réel subi, c’est surtout l’honneur qui est en cause. Pour des êtres très proches socialement les uns des autres, l’honneur renforce en effet le sentiment d’appartenance au groupe, tout en permettant de se distinguer et de se situer sur l’échelle sociale. Nul doute que pour nos Pras, dans l’effort accompli pour s’élever dans la hiérarchie villageoise, ce sentiment a beaucoup compté. Il faut en toutes circonstances, et sous le regard du voisinage, prouver que l’on sait défendre son bien et sa famille ; même l’injure, la moindre allusion susceptible d’amoindrir la réputation des siens suffisent à déclencher la violence. On sait ce qu’il advient parfois, puisqu’avec Claude aîné on débouche même sur un coup de feu, interprété par la justice comme une tentative de meurtre !

Si l’on ne prend pas en compte les différends et les procès qui ont occupé nos ancêtres, dont l’enjeu nous paraît parfois minuscule et le coût disproportionné par rapport au bénéfice matériel escompté, on ne peut rien comprendre à l’anxiété, aux souffrances, aux nuits blanches qu’ils ont provoquées. Ces évènements ont du les marquer tout autant - sinon plus - que les maladies, voire les morts survenues prématurément, mais qui étaient considérées comme inéluctables et qui n’entachaient pas la réputation. Cette propension aux procès se poursuit, une fois nos ancêtres à Lyon, puisqu’une rupture définitive survient entre notre aïeule Marie Monnet, épouse de Claude Jeune, et sa sœur Joséphine Chapolard, qui remet en cause le legs reçu par Marie, de leur sœur commune, Marguerite.

Le goût du vivre ensemble

Mais, à l’opposé de cet aspect négatif, reste aussi chez nos aïeux le goût du « vivre ensemble », de partager veillées, fêtes, cérémonies… les grands moments du temps agricole, comme les moissons… des pauses dans leur vie de grand labeur.
Cette tradition d’être ensemble se poursuit dans la famille. Après son mariage, Claude habite en communauté une dizaine d’années avec sa belle-famille, dans un immeuble où naît d’ailleurs Stéphane. D’autres parents occupent les différents étages. Tous arrivés à Lyon de première génération, ils éprouvent la nécessité de s’entraider. Par ailleurs, le courrier avec ceux restés au pays est fréquent et les va-et-vient réguliers… on maintient des liens étroits.

Faut-il voir aussi, dans l’habitude de Claude plus tard de réunir enfants et petits-enfants pendant les longues vacances de l’été, avec jeux de sociétés, promenades, lectures communes, ce besoin de se tenir chaud en famille, de maintenir les liens le plus longtemps possible ? Mon grand-père a repris la tradition avec les siens… et j’ai passé ainsi dans ma jeunesse plusieurs vacances en famille élargie. Nous essayons de la poursuivre à notre tour, avec les jeunes générations.

Patiemment, au fil du temps, ils constituent un domaine

C’est sans doute cet effort tendu et constant des nôtres, de génération en génération, leur travail acharné, dans la fidélité à la terre, pour constituer un domaine, l’énergie dépensée pour se faire respecter et élever leur rang, qui m’ont le plus frappée et leur habileté à y parvenir. C’est peut-être ce qui les distingue, surtout dans la durée. Il n’y a pas de retour en arrière, pas d’échec. Contre guerres, disettes et malheurs de toutes sortes, ils luttent avec succès. La progression est constante. Il est difficile de cerner les atouts de leur réussite : le choix répété d’épouses, qui appartiennent plutôt à des familles plus aisées, leur audace pour entreprendre, leur volonté, jamais démentie, de descendre d’altitude pour trouver un climat plus clément ? Sans doute aussi du bon sens et de la finesse dans les choix à opérer. Les résultats sont là. La Bussière où sont nés les deux frères Claude, qui vont partir à Lyon vers 1846, constitue une belle propriété d’une vingtaine d’hectares, pleine de promesses, même si les dettes sont nombreuses à la mort d’Antoine. Elle deviendra assez vite une ferme prospère, une des plus grosses de la région. On est loin des premiers ancêtres regroupés dans le village des Pras, à 940 mètres d’altitude, travaillant dur sur leurs petites parcelles, grelottant de froid l’hiver, car il ne faut pas oublier le petit âge glaciaire qui a sévi dans la région, apeurés par les loups nombreux en cet endroit.

Pourtant, ils vont partir à Lyon

Au milieu du XIXe siècle, les voici donc à Lyon. Les raisons sont multiples qui ont poussé les deux frères, après la sœur religieuse Philippine et la suivante, Jeanne-Marie, à quitter la ferme et le pays. Pour cette dernière, je pense que c’est le drame survenu en 1840 avec leur cousine germaine, Annette Dufour, qui a servi de déclencheur. C’était une honte pour la famille... comment trouver un mari ? Et la grande sœur était là pour l’accueillir, ce qui facilitait les choses. Elles étaient déjà parties en juin 1842 au moment de l’inventaire qui suit la mort de leur père.
Quant aux garçons, plusieurs motifs s’entrecroisent. Pour Claude aîné, l’histoire d’Annette a compté (il voudrait bien aussi prendre épouse)… alors mieux vaut partir et garder le secret pour les descendants. Préserver l’honneur, toujours. Mais c’est aussi son rêve, depuis qu’il est parti soldat à Thionville : créer un petit commerce, se trouver à la ville. Claude jeune, quant à lui, avait déjà choisi la prêtrise. Il est au grand séminaire, son avenir n’est plus à la ferme. A cela s’ajoutent des motifs économiques que je n’avais pas perçus au départ. Le père est mort en 1842, en laissant beaucoup de dettes. La succession est commune. Il n’est pas question de vendre la Bussière, une sœur déjà mariée va rester avec son époux et l’exploiter, pour le compte de toute la fratrie. Mais on va partager les dettes. Il faut que chacun travaille sans attendre et Claude jeune – il n’a que vingt-deux ans à la mort de sa mère - doit renoncer à ses chères études et à sa vocation, non sans nostalgie. Avec l’éducation reçue, son avenir est à Lyon.

Les deux Claude ne seront pas isolés : deux sœurs y sont déjà et plusieurs prêtres de leur famille maternelle, dont certains occupent des fonctions importantes.

Grâce aux revenus tirés de l’exploitation – qui devient, une fois les dettes payées, comme je l’ai dit une ferme prospère - grâce aussi à son intelligence et à l’éducation reçue, Claude Jeune, mon arrière-grand-père a pu faire son chemin à la grand’ville, communiquer à ses enfants les valeurs qui l’animaient et dont il avait lui-même hérité, leur assurer de bonnes études, leur permettant de réussir à leur tour dans la vie familiale et professionnelle.

Épilogue

Ainsi, sans l’effort permanent de nos aïeux, tout au long des générations, pour construire un patrimoine, sans la solidité des valeurs transmises et l’importance attachée aux liens familiaux, nous ne serions peut-être pas aujourd’hui à la place que nous occupons. Ce récit est une façon de leur rendre hommage et d’avoir - bien imparfaitement - essayé de les faire revivre quelque peu, en les tirant de l’oubli où ils étaient plongés, excepté pour les plus proches de nous.

La frustration est de n’avoir pu aller au-delà, de ne pouvoir dire quels étaient leur apparence physique, le son de leur voix, la qualité de leur sourire, leurs passions, leurs peurs et leurs rêves... de ne pouvoir dire comment ils considéraient leur époque et comment ils se représentaient le monde, au-delà des croyances de leur temps... bref, quelles étaient leur personnalité, leur façon d’être, d’aimer ou d’être en colère. Il faut se contenter de leurs silhouettes et de celles de leur entourage, reconstituées à partir des pièces d’un véritable puzzle, d’évocations qui, je l’espère, permettent de comprendre le cheminement d’une famille à travers le temps et l’espace. Pour reprendre, la métaphore d’un auteur polonais déjà cité, ce n’est peut-être qu’un « petit tas de pierres des champs… » sur lequel dit-il « j’inscris des lettres et des signes et j’essaie d’insuffler une âme… ». Mon propos est plus modeste, mais j’essaie d’insuffler un peu de vie…

Il faut se dire aussi que tout cela n’est pas si loin. Fréquenter nos ancêtres les rend plus proches, pour moi comme sans doute pour certains d’entre vous à l’occasion de leurs recherches. Et puis on trouve des façons de raccourcir le temps. J’ai déjà raconté que, pour mes petits-enfants, je voyage d’arrière-grand-père en arrière-grand père. Pour moi, c’est plutôt la durée de vie de mon père, qui a dépassé cent ans. Un siècle, c’est alors une vie, et après tout Jehan Praa Oblette, né autour de 1545, n’est éloigné de moi que de quatre vies et demie, mises bout à bout. Chacun trouve, sa référence, sa façon de compter. Mais que de changements spectaculaires en si peu de temps tout compte fait !

Ce récit est aussi l’histoire d’une recherche et d’une aventure pleine de suspense, avec ses découvertes successives, les énigmes à résoudre, les hypothèses à confirmer ou à écarter, les recoupements qui s’opèrent et qui éclairent tout à coup tel ou tel aspect d’un événement... mais surtout une aventure ponctuée de rencontres avec les vivants cette fois, cousins proches ou déjà un peu éloignés, généalogistes passionnés trouvés sur le chemin et qui s’avèrent parfois être des parents lointains… l’occasion précieuse de resserrer des liens ou d’en tisser de nouveaux. Et particulièrement avec ceux de la famille, que nous avons eu la joie de regrouper lors d’un long week-end fin août 2000 ; Mon père, alors âgé de presque quatre-vingt-dix-huit ans, en était le patriarche.

Pour terminer un poème, qui m’a été transmis sans le nom de l’auteur, mais que j’ai trouvé après coup, sous le titre « mes ancêtres » : Il s’agit de Madame Annie Armand Nouvel.

Ils se multiplient tous en remontant les ans
S’évanouissent ensuite dans la nuit des temps.
Leur nombre exponentiel me donne le vertige
Ils forment une branche, un rameau, une tige
De plus en plus petits, de plus en plus lointains
Mais que serait mon arbre sans cet apport sans fin
C’est dans cette abondance qu’il vient puiser sa sève
Dans cet aspect touffu qu’enfin prend corps mon rêve
Avant de s’en aller, hélas, à tout jamais
Ils ont pleuré, dansé, et ils se sont aimés
Ils ont connu des joies, des drames, des souffrances
La famine, le froid, le bonheur, les errances
Les invasions, la guerre, le progrès et la paix
Ont manié la fourche, la quenouille ou l’épée
Se déplaçant à pied, à cheval, en carrosse
Restant près du cocher ou bien roulant leur bosse
A travers les époques, les coutumes, les lois
Avec des empereurs, des présidents, des rois
Du fabricant de drap au maréchal-ferrant
Du pauvre journalier au riche paysan
Ils ont forgé l’Histoire et laissé leur empreinte
Sur une vaste fresque que chacun d’eux a peinte
Sans se douter qu’un jour, sur un ordinateur
Leur existence enfin serait mise à l’honneur
Sans cette chaîne humaine, sans ces précieux maillons
Qu’ils soient en beaux atours ou qu’ils soient en haillons
Sans ces vies, ces naissances, ce cycle interminable
Qui n’était pas pour eux toujours très charitable
Sans ces fils qu’ont tissés maintes générations
Avec persévérance, avec obstination
Je ne serais pas là pour leur dire merci.
Oui ce sont mes ancêtres
Peut-être les vôtres aussi

Les ancêtres de ma lignée Pra, originaires de cette région des Monts du Forez, aussi loin qu’il a été possible de les rencontrer :

Quelques jalons de leur parcours, jusqu’au départ à Lyon à la mi-temps du 19è siècle, avec en parallèle les régimes politiques qu’ils ont traversés :

• Patronymes concernés dans la chronique, par ordre alphabétique

Il s’agit essentiellement des familles Pras et de celles de plusieurs de nos aïeules, tant paternelles que maternelles, notamment les familles Buisson, Carré, Combres, Coudour, Epinat, Fonthieure, George, Maignard, Michel, Oblette, Roche, Tamain, Treille, pour la paroisse de St-Just-en Chevalet ; et aussi de quelques autres sur la paroisse de Chérier, plus tard d’Arcon : les Dufour ; et sur Lyon et la région (Isère) : Chapolard, Monnet, Perrin.

Devenir des archives familiales

En septembre 2011, avec l’accord des descendants actuels de la branche familiale portant le patronyme Pra, objet de ce récit, tous les documents qui nous ont été transmis par nos ancêtres et qui concernent le Forez – miraculeusement arrivés jusqu’à nous – ont été remis aux archives du Département de la Loire, pour qu’ils soient préservés, avec toutes les retranscriptions réalisées. Ils sont classés sous la cote 230 J.

Remerciements

Je tiens à remercier vivement Thierry Sabot qui a accueilli cette chronique familiale, sur son site www.histoire-genealogie.com et l’a annoncée chaque semaine sur la Gazette Web. La diffusion d’une histoire familiale sur cette durée (novembre 2012-mars 2014) était un pari, pour lui comme pour moi. Il n’a pas ménagé sa peine pour mettre le texte aux normes de la diffusion sur internet.
Ma gratitude aussi aux responsables de Geneanet de s’en être fait régulièrement l’écho.

Ma reconnaissance s’adresse encore à tous ceux qui ont complété mes recherches et aidée à déchiffrer plusieurs documents. Je les ai cités au cours du récit et à la fin du dernier épisode.

Et bien sûr je remercie aussi les lecteurs pour leur fidélité, leurs messages chaleureux et leurs observations pertinentes.

A tous, je souhaite de poursuivre avec succès leurs recherches et, s’ils n’ont pas commencé, de ne pas hésiter à se lancer dans l’écriture, chacun à sa manière, un simple commentaire ou un texte plus étoffé, pour compléter leurs tableaux et donner vie à leurs ancêtres.

Notes

[1Jules Michelet 1798-1874. Historien français, spécialiste de la Révolution Française. Citation extraite de l’Histoire de France des origines jusqu’à la fin du XVe siècle

[2Alain Corbin né en 1936 , historien français spécialiste du 19e siècle. Le Monde retrouvé de Jean François Pinagot – Flammarion 1999.

[3Perception de l’espace : considérations inspirées du livre de Fernand Braudel, L’Identité de la France, volume II, Flammarion, 1986.

[4Jacques Dupâquier, 1922-2010, historien spécialiste de l’histoire des populations et de démographie historique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

19 Messages

  • Bonjour Danièle,

    Semaine après semaine, votre chronique nous a captivé, on peut dire que le pari fait avec Thierry Sabot est gagné. Cette conclusion vient couronner à merveille cette chronique fournie et passionnante. Et quel bel hommage pour votre papa qui a eu le temps de lire cette belle histoire familiale.

    Quel bonheur cette campagne que vous nous décrivez « résonnant de mille bruits », suivant la « ronde des saisons ». La fête de la St Michel marquant la fin des récoltes me fait penser à « La Bénichon » fête marquant la fin des grands travaux d’été en Gruyère.

    J’ai beaucoup aimé la chanson sur l’itinéraire des Pras, chanté semble-t’il avec beaucoup d’ardeur et de bonne humeur par vos cousins.

    Enfin je voulais saluer votre souci de conservation du patrimoine, et je suis sûr que les Archives de la Loire en feront un bon usage.

    Un grand bravo pour cet immense travail. J’aurai plaisir de continuer à communiquer avec vous par mail, ayant découvert grâce à votre chronique de nombreux points communs entre nous.

    Bien amicalement.

    André Vessot

    Répondre à ce message

  • Une brillante Saga ! 21 mars 15:20, par Philippe Escallier

    Chère Madame,

    Toutes mes félicitations pour votre histoire familiale, fruit d’un énorme travail que vous avez brillamment mené.

    Travaillant de même sur l’histoire familiale des familles (L)Escal(l)ier je me suis intéressé à vos chroniques car il y a eu en Forez de nombreuses familles Escalier (écrites plutôt avec un seul L que deux) et peut-être vos familles les ont-elles croisées ?

    Encore bravo !
    Bien cordialement

    Philippe Escallier
    Association des familles Escallier

    Répondre à ce message

  • Chère Dany,
    Je viens d’imprimer la fin de cette Histoire de la Famille PRAS dont je suis également un descendant direct, petit fils de Marie-Louise PRAS, épouse de Paul NEVERS,mon grand-père maternel.
    J’ai imprimé les 48 épisodes, au fur et à mesure de leur parution, et je vais maintenant les relier.
    Merci pour le travail imposant que tu as réalisé. Il va compléter les 8 brochures que tu avais fait imprimer.Encore merci et bravo pour cette réalisation extraordinaire.
    Bien affectueusement à toi et à Jean-Pierre. René

    Répondre à ce message

  • Chère Danièle,

    Permettez-moi de vous appeler ainsi pour vous dire au-revoir et merci.
    Merci pour nous avoir offert ce magnifique travail, pour nous avoir fait participer à vos recherches et à vos découvertes, pour nous avoir fait découvrir une région et la vie de vos et de nos ancêtres, même s’il y a sûrement de grandes variations malgré tout entre les régions à cause de la géographie et du climat en particulier.
    Mes ancêtres sont du côté paternels de Picardie et du côté maternel du marais poitevin et d’Aunis, ils n’ont jamais été montagnards, certains ont dû se battre avec l’eau envahissante et parfois mortelle.
    Encore bravo pour cette magnifique chronique si enrichissante.

    Amicalement
    Monique Lens

    PS : je crois qu’il y a une coquille qu’il est peut-être possible de corriger : dans la légende de votre photo de fin ; aidée comme encouragée

    Répondre à ce message

  • Bravo pour cet immense et passionnant travail. Maintenant, quel prolongement ? L’édition d’un livre par exemple ?
    :-))

    Bien chaleureusement
    Isabelle

    Répondre à ce message

  • Bravo et merci Danièle pour ce dernier épisode.
    Il fallait conclure et c’est fait de belle manière, sur fond sonore et en balayant d’un dernier regard les collines du Forez.
    Dernier salut reconnaissant aux ancêtres !
    Leurs dernières traces écrites miraculeusement préservées, désormais en garde des Archives, le devoir de mémoire (si bien écrit) est accompli.
    Aux suivants de s’en emparer et de continuer à lui donner vie.
    Bien amicalement.
    Jean

    Répondre à ce message

  • Jusqu’au bout, vous nous aurez tenu en haleine !

    Quel travail, quelles précisions même dans cette dernière partie.
    Vos documents vont aller aux archives et c’est très bien, mais j’éspère qu’un lien les réunira à votre travail.
    Bien chaleureusement
    Claudine

    Répondre à ce message

  • Merci Danièle,
    C’était formidable et c’est totalement ma vision de la généalogie. Inutile d’accumuler les dates et les noms si l’on ne cherche pas à les lier avec l’Histoire et les anecdotes et les coutumes régionales. Une branche de ma famille a vécu en parallèle (j’ai guetté notre cousinage et non c’était proche mais sans union) dans cette région à St Martin-la-Sauveté, Luré, Crémeaux... J’ai des tonnes d’info à transmettre à mes proches grâce à vous. Et plus de temps à consacrer aux autres branches à St Etienne et dans l’Isère
    Bien cordialement
    Christine

    Répondre à ce message

  • Bonjour Daniele

    Nous avons déjà correspondu,cette histoire des PRAS est pour beaucoup celle des ancêtres de mon beau frere fils de Pierre EXTRAT et Agathe PRAS.
    Est elle disponible dans son ensemble et à quel endroit.
    Merci et félicitations pour cette SAGA
    Pierre

    Répondre à ce message

  • Merci pour ce parcours avec vos ancêtres et tout le talent que vous avez mis à nous les faire connaitre et à nous faire vivre avec talent et chaleur en leur compagnie.

    Répondre à ce message

  • Mon plaisir a été immense tout au long des 48 épisodes de cette chronique familiale et ma reconnaissance est tout aussi grande à l’adresse de son auteur.
    Avec fidélité j’ai suivi, cette aventure qui n’est pas que familiale, puisqu’elle m’a permis de me plonger dans des époques que mes propres ancêtres ont vécu. Je n’ai pas eu la chance d’hériter de documents, tels ceux qui ont permis de remonter le temps, c’est pourquoi je voue une grande reconnaissance à Danielle Treuil et à ceux qui l’on aidée, d’avoir ainsi ouvert à notre regard la vie intime des siens, nous permettant ainsi de pénétrer l’intérieur des vies de nos propres ancêtres.
    L’histoire d’achève, mais elle me laisse triste de devoir abandonner des personnages qui m’étaient presque devenus familiers.
    Merci, cordialement
    Andrée Possety

    Répondre à ce message

  • Merci pour cette belle histoire, si bien reconstituée. Quelle chance d’avoir pu retrouver des documents d’époques diverses qui vous ont permis d’élaborer cette reconstitution. Chapeau pour votre patiente recherche dans les études notariales, dans les fonds divers, et surtout pour le résultat. Je ne suis cette chronique que depuis un an, n’ayant pas eu Internet avant, mais je me suis régalée... Je vous adresse toutes mes félicitations pour nous avoir fait vivre avec vous cette belle histoire familiale. En toute amitié généalogique.
    B Michel

    Répondre à ce message

  • Et puisqu’il faut conclure ... Ainsi se terminent les histoires !
    Et oui , c’est la fin de cette belle histoire familiale et je le regrette car elle m’a passionnée ,même si je ne suis pas originaire de cette région ! Merci infiniment de l’avoir partagée et un grand bravo pour vos recherches !

    Répondre à ce message

  • Merci pour tout ! 23 mars 17:53, par Nathalie Macé

    Bonsoir Danièle,
    Comme beaucoup, je vous remercie infiniment pour vos histoires que nous avons suivies au fil des épisodes avec intérêt. Comme vous, nous sommes passionnés par ces tranches de vies de nos ancêtres, et vous êtes parvenues à les rendre vivants....

    Bonne continuation !

    Bien à vous.

    Répondre à ce message

  • Bonjour Dany,
    Alors vous voilà au bout de cette histoire familiale menée avec brio pendant 48 épisodes ! Bravo ! Pour l’avoir lue en cours de fabrication, j’ai apprécié les changements apportés ici, et l’épisode de conclusion est tout à fait joyeux : il ne nous laisse pas sur une nostalgie du passé, au contraire il « me » dope et me redonne l’envie de continuer ce que j’ai commencé dans ce domaine. C’est une maladie contagieuse que la généalogie !
    Compliments, merci et amitiés
    Suzanne

    Répondre à ce message

  • simplement madame monsieur
    un sincere et simple merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour à vous deux Danielle et Jean Pierre et un grand Merci pour ce magnifique travail de mémoire. J’ai eu l’impression de vivre avec toute votre famille au cœur de cette montagne qui nous paraît si agréable lorsque nous la fréquentons aux beaux jours !
    Ma famille est aussi campagnarde du côté de mon père (Sarthe) et ouvrière du côté maternel (Picardie, Oise, Nord)et je ressens les mêmes émotions que vous lorsqu’au court de mes recherches je les imagine dans le contexte de l’époque (famines, grand hyver, guerres...)
    Merci encore et bonne continuation avec vos petits enfants.

    Répondre à ce message

  • A tous,

    Je suis très touchée par vos messages et vraiment contente que cette chronique ait trouvé un écho auprès de nombreux lecteurs, même ceux dont les ancêtres vivaient dans d’autres régions. C’est ce que j’espérais un peu, ayant observé que les galères qu’ont traversées nos aïeux touchaient souvent l’ensemble du royaume ; les épidémies, les disettes, les guerres, n’avaient hélas le plus souvent pas de frontières ! Malgré des contextes différents, leurs existences se ressemblaient à bien des égards... et ils ont lutté avec courage et obstination. Sans eux, nous ne serions pas là. Et à nous tous, à travers nos recherches, nous essayons de les faire revivre un peu. Ils le méritent bien.
    Pour ma part, j’ai vraiment eu le sentiment de les découvrir une nouvelle fois et de mieux les connaître.

    Cette chronique m’a permis de compléter leur histoire, même si, par ailleurs, le récit était moins développé que dans la version familiale.
    J’ai eu envie de retourner à Saint-Just-en-Chevalet et de revoir de lointains cousins restés au pays. Ils ont trouvé d’autres documents, m’ont parlé du « coquetier » qui parcourait les fermes dans leur enfance, du « cabioton » installé dans l’étable, où dormaient leur père et leurs oncles dans leur jeunesse et de bien d’autres choses encore.... J’ai pu aussi me rendre aux archives de St Etienne, consulter notamment des recensements et le cadastre... c’est ainsi que j’ai appris ce qui s’était passé exactement à la Bussière, juste après la mort d’Antoine, et à partir de là j’ai mieux cerné le départ des deux Claude à Lyon ; creuser les problèmes posés dans la transmission des biens au moment de la Révolution, avec le chevauchement entre droit ancien et droit nouveau...

    Mais aussi, grâce à vos interventions, j’ai récolté des informations précieuses : j’ai appris par exemple que Galerne avait laissé une descendance, ce qu’étaient devenus la maison Coudour de Vaudier et certains membres de cette famille. J’ai enfin, grâce à plusieurs d’entre vous, complété et précisé les généalogies ascendantes de plusieurs de mes aïeules, du côté des Treille, des Epinat et des Tamain notamment. Ces échanges m’ont permis d’approfondir des liens et même d’en créer de nouveaux : par exemple avec un correspondant dont le père s’est avéré avoir été un ami de mon grand-père, dans un quartier de Lyon... Mais sont survenues d’autres coïncidences, parfois extraordinaires !

    Au delà de ce que je pensais, en m’embarquant avec vous dans ce voyage, cette chronique a été pour moi une véritable aventure, pleine de découvertes et de belles rencontres.

    Un grand Merci à tous. Bien amicalement. Danièle Treuil

    Répondre à ce message

  • Bravo, Bravo, Bravo pour ce travail magnifique !!!
    J’ai pris beaucoup de plaisir à lire votre article et vos remarques pertinentes me permettent soit de confirmer mes idées ou de découvrir de nouvelles choses.
    Votre famille doit être fière du « travail », surement long et laborieux, que vous avez effectué !
    Cordialement,
    Helene Tanguy

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |