www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Dossiers » Interviews » Des papiers de famille à l’origine d’une passion : la généalogie

Des papiers de famille à l’origine d’une passion : la généalogie

3 questions à Michel Morice


mardi 24 août 2004, par Michel Morice

Répondre à cet article

Question n° 1 : Pouvez-vous nous expliquer comment est né votre intérêt pour la recherche généalogique ?

Vers 1990, et me trouvant en quasi retraite, j’ai découvert dans les papiers de mes parents plusieurs documents oubliés. D’abord le journal intime écrit par mon arrière-grand-mère paternelle (Mélina née MOULINE - La Voulte 1824 / Lyon 1880). Egalement une lettre annonçant le décès de mon grand-père paternel et en décrivant les circonstances (1917 à Hanoï).
Du très peu que j’en savais alors, ce grand-père semblait avoir été tantôt un planteur opiniâtre des premiers temps du protectorat du Tonkin dans la bouche de mon père, tantôt quelqu’un qu’il valait mieux oublier de l’opinion de ma mère. Sa mère, elle, m’était jusqu’alors absolument inconnue. Enfin j’avais entendu parler d’un autre de ses fils, frère de mon grand-père donc, le poète Charles MORICE, dont l’une des petites-filles a été l’objet d’un brin de cour de ma part dans des temps devenus anciens.
J’ai donc entrepris de découvrir cette famille : Mélina, son mari Ansbert MORICE, leurs amis, leurs enfants et leurs petits-enfants, mes cousins. J’ai alors eu bien des surprises avec l’un ou l’autre : des on-dit familiaux s’avérant être des légendes, des enfants adultérins, des démêlés avec la police, un trésor englouti par naufrage, ...
Ces recherches m’ont amené à prendre contact, outre des mairies et centres d’archives divers (Armée, Marine, Outre-mer, A.N., B.N., ...), avec le musée Guimet à Paris, le muséum de Lyon, le jardin des plantes de Paris, un plongeur sur épaves de réputation mondiale, les archives de Hanoï, une université américaine, plusieurs médecins, des associations d’anciens d’Indochine, le collège qui a succédé au couvent de Mélina, ...
Et j’ai pris le virus.

Question n° 2 : Vous avez-mis en ligne le journal de votre arrière-grand-mère, pouvez-vous nous présenter votre aïeule et nous exposer les circonstances de la rédaction de ses mémoires ?

D’écrire un journal intime, Mélina, mon arrière-grand-mère, me semble en avoir pris l’habitude au sortir du couvent, un peu par désœuvrement et parce que ses états d’âme pouvaient lasser son entourage : sa belle-mère, son frère, ses cousins. Elle le commence en 1843 alors qu’elle a 20 ans et déserte après 6 mois son premier et seul emploi. Sa mère est morte à sa naissance, son père est décédé depuis 10 ans après s’être remarié, c’est sa belle famille qui prend soin d’elle. Elle ne sait, ni ne voudra, rien faire de ses dix doigts, est déjà confite en religion et se complait dans la mélancolie.
Cependant, a partir du mariage qui lui sera arrangé en 1847, elle passera une quinzaine d’années assez heureuse. Beaucoup de mouvement à suivre un mari officier dans ses changements de garnison. Les enfants qui naissent et qu’on met en nourrice pour ne les récupérer que quand ils sont moins encombrants. Une vie qui semble aisée et dans laquelle on en oublie même les devoirs religieux.
Puis viennent des jours plus sombres. Le mari à la retraite avec une faible pension et la gêne. Un enfant qui meurt à 18 ans d’une longue tuberculose. Les aînés qui quittent la maison dans des conditions « inacceptables », suivis bientôt par le benjamin dans des conditions jugées encore pires. Bref, à nouveau une quinzaine d’années, mais de neurasthénie, pendant lesquelles elle ne se confie plus qu’épisodiquement à son journal. La dernière note est de 1878, 18 mois avant de disparaître à 55 ans.
En filigrane de la petite histoire de cette famille, au milieu du XIX° siècle, on entraperçoit celle du pays : les secousses politiques (royautés, second empire, république), les grandes grèves de canuts ou de mineurs des années 1840, la campagne au secours du Pape, la guerre de 1870, la colonisation de l’Algérie et de la Cochinchine, l’ouverture du canal de Suez, ...

Question n° 3 : Actuellement, faites-vous des recherches historiques et/ou généalogiques sur un sujet particulier ? Si oui, lequel ?

J’ai buté en Vivarais, au début du XVII° siècle, sur un Denis de BRUEYS impliqué dans les guerres de religion. Faire sa découverte et celle de ses parents m’ont pris 2 ou 3 ans et a débouché sur une famille languedocienne, à la noblesse de robe établie par Louis XI et aux alliances soigneusement négociées.
Généalogiquement, provoqué par le peu de traces qu’elle a laissé, j’ai entrepris de trouver ses représentants depuis les plus lointains, ainsi que leurs descendants. Je collectionne à ce jour près de 500 individus de ce nom entre 1250 et aujourd’hui, et je suis entièrement ouvert à échanger sur ce sujet. Disparu de France, le patronyme se perpétue au moins aux U.S.A. et aux Pays-Bas.
Historiquement, je m’intéresse à l’histoire de l’Uzège et particulièrement à la brusque ascension de cette famille autour de Saint-Chaptes (Gard), parallèle à celle du protestantisme, et, plus tard, au rapide déclin de ses branches les plus en vue autour de 1700.
Accessoirement, je suis amené à m’intéresser aux généalogies moyenâgeuses à cause des familles alliées à « mes » BRUEYS et se trouvant de ce fait dans mon ascendance.

Voir en ligne : Le site

P.-S.

La généalogie de Michel Morice nous emmène en Vivarais, Languedoc et Provence, d’aujourd’hui à 800 après Jésus-Christ. Sa généalogie ascendante a pris un développement particulier dans le Sud-Est de la France par la rencontre pendant les guerres de religion avec une famille, les de BRUEYS, à la noblesse de robe établie au XV° siècle.

A lire notamment sur son site :

  • Plusieurs pages consacrées à la famille de Brueys (ou comment réussir un anoblissement),
  • Une étude sur les seigneurs de La Calmette (30),
  • Le journal de son arrière-grand-mère, Mélina Mouline (ce journal est à l’origine de ses recherches historiques et généalogiques),
  • Le journal de son grand-oncle, Albert Morice, médecin de marine, récit d’un voyage en Cochinchine pendant les années 1872/1874 (très intéressant et très instructif , à lire absolument !).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 Messages

  • je vois que vous vous interessez à la famille de brueys. dans mon village où je fais quelques recherches, j’ai trouvé une dame veuve de brueys, propriétaire des terres et chateau avant 1820.

    Répondre à ce message

  • Je connais les travaux d’Albert Morice, décédé en 1877, et je trouve sur le Site Gallica de la BNF d’autres études, signées C. Morice, frère cadet d’Albert. J’aui retrouvé également, dans LE COURRIER D’HAIPHONG, en 1908, cette signature. Pouvez-vous SVP m’indiquer son prénom, ainsi qu’éventuellement des éléments biographiques ?

    Merci d’avance.

    Alain Ruscio
    Historien

    Répondre à ce message

  • Je découvre cet article aujourd’hui à l’occasion d’un commentaire sur le forum. Quelle chance d’avoir ainsi le journal de son arrière grand-mère, il doit être passionnant, d’autant plus intéressant pour moi qu’il parle d’une région qui m’est chère, le Vivarais et la région lyonnaise. J’aime votre démarche qui est aussi la mienne. Quand j’ai démarré mes recherches généalogiques j’ai eu très vite ce souci de partager les archives familiales et de les faire vivre. C’est ainsi que j’ai publié le « Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy » sur ce même site. Bien amicalement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je fais des recherches sur un peintre contemporain de Charles Morice,Gaston Prunier (1863-1927). Ce peintre et Charles Morice semblent avoir été assez proches. Articles de Morice sur Prunier...Il est possible qu’une correspondance ait été échangée...
    Vous êtes sans doute en contact avec les descendants de Charles Morice. Peut-être Charles Morice a-t-il laissé des archives...
    Par avance merci de l’accueil que vous voudrez bien faire à mes demandes.
    Au plaisir de vous lire prochainement, Nicolas Eprendre.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP