www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Dossiers » Les noms de famille » Gatineau : un nom, une ville

Gatineau : un nom, une ville

Le dimanche 1er janvier 2006, par Raymond Ouimet

L’histoire est muette sur l’origine précise du toponyme Gatineau donné à une rivière du Québec qui coule dans la ville qui en a fait son nom, ville de 226 000 habitants située dans la région de l’Outaouais, juste en face de la capitale fédérale du Canada, Ottawa. Des pistes de recherche permettent tout de même de formuler deux hypothèses sur la provenance de ce nom à consonance française.

C’est l’explorateur Samuel de Champlain qui relève, pour la première fois, l’existence de la rivière Gatineau dans son journal à la date du 4 juin 1613, mais il ne lui donne pas de nom :

[...] nous passâmes proche d’vne autre riuiere qui vient du Nord, où se tiennent des peuples appelés Algoumequins [...] Et quelquefois, ces peuples passent par cette riuiere pour éviter les rencontres de leurs ennemis, sçachant qu’ils ne les recherchent en lieux de si difficile accés. [...] À l’embouchure d’icelle il y en a vne autre qui vient du Sud...

Bien que de nombreux autres coureurs de bois et explorateurs aient sillonné la rivière des Outaouais au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, aucun de ceux qui ont écrit une relation de leurs voyages ne semble avoir signalé le nom de la rivière Gatineau. Pourtant, les rivières du Lièvre et Rideau ont été tôt connues sous leur toponyme actuel. Est-ce à dire que la rivière Gatineau est restée sans nom durant deux siècles ou plus ? Cela est pour le moins invraisemblable, puisque notre coin de pays était occupé par les Amérindiens de la nation algonquine bien avant l’arrivée des Européens. Les Algonquins devaient donc avoir un nom pour la rivière Gatineau comme ils en avaient un pour celle des Outaouais qu’ils appelaient Kichesipi, c’est-à-dire grande rivière.

Le nom Gatineau apparaît pour la première fois au Québec en 1648 quand le soldat Nicolas Gastineau (Paris 1627-Québec 1689) s’établit en Nouvelle-France. Originaire de la paroisse Saint-Eustache, à Paris, Gastineau possédait une bonne instruction et devient, en 1650, commis de la traite des fourrures de la compagnie des Cent-Associés aux Trois-Rivières. Ayant plus d’une corde à son arc, il occupera le poste de greffier et de tabellion, aux Trois-Rivières, avant de devenir juge-prévôt et marchand de fourrures au Cap-de-la-Madeleine. Nicolas Gastineau a-t-il parcouru la rivière Gatineau ? Cela est possible. Mais selon l’historien Raymond Douville, qui a potassé les minutiers des notaires de Trois-Rivières du régime français, deux des fils de Nicolas Gastineau, Jean-Baptiste ( ? 1671-Trois-Rivières 1750) et Louis (Cap-de-la-Madeleine 1674-Trois-Rivières 1750), avaient établi un poste de traite de fourrures ou du moins un relais sur la pointe située à l’embouchure de la rivière Gatineau dans le dernier tiers du XVIIe siècle.

Quand l’explorateur britannique Alexander Henry s’aventure sur la rivière des Outaouais en 1761, il passe totalement sous silence l’existence de la rivière Gatineau alors qu’il remarque celle du Lièvre, ce qui semble suggérer que sur les rives de la première il n’y avait aucun vestige d’un ancien poste de traite.

En 1783, le lieutenant britannique David Jones désigne la rivière Gatineau sous la forme de River Lettinoe dans un rapport qu’il adresse au gouverneur Haldimand. Et quand l’arpenteur canadien Joseph Bouchette fait la description topographique de la région en 1815, il signale la rivière sous le toponyme de Gatineau. Plus tard, en 1831, le lieutenant-colonel John By (fondateur de Bytown devenu Ottawa) dresse un plan du canal Rideau sur lequel la rivière est appelée Gatteno alors que « R. Gatineau » apparaît sur les cartes de William Henderson (1831) et Thomas Devine (1861). Dans une lettre qu’il écrit à M. Patrick Phelan le 22 mai 1838, Mgr Lartigue, évêque de Montréal, reprend le toponyme Gatineau.

Peut-on conclure que les Gastineau sont à l’origine du nom de la rivière qui coule dans notre ville ? Cela n’est pas assuré. Il se pourrait bien que le toponyme Gatineau ne soit qu’une forme évoluée d’un nom amérindien. En effet, dans sa Relation des traverses et avantures d’un marchand voyageur dans les terrytoires sauvages de l’Amérique septentrionale, parti de Montréal le 28e de mai 1783, écrite en 1830, le coureur des bois Jean-Baptiste Perrault montre la rivière Gatineau sur deux cartes dessinées de sa main. Sur la première, la rivière porte le nom de Nàgàtinong, et sur la seconde, celui de Agatinung. Ce sont là deux toponymes à consonance amérindienne dont la prononciation se rapproche singulièrement du nom Gatineau une fois la première syllabe éliminée : gàtinong et gatinung. Mais comme les langues ont la faculté de s’interpénétrer, on ne saurait dire, à coup sûr, laquelle a influencé l’autre dans le cas présent.

Après la rivière, c’est un petit village qui s’approprie le nom de Gatineau. Ce lieu, situé à l’embouchure de la rivière du même nom, reçoit d’abord le nom de Long Point Range, mais on l’appelle le plus souvent Long Point de la rivière Gatineau qui, raccourcit devient Pointe de la Gatineau puis Pointe à Gatineau et enfin Pointe-Gatineau vers 1838. Toutefois, les anglophones appellent ce lieu Templeton puis Waterloo. C’est de cet endroit qu’est parti, en 1806, le premier train de bois à destination de Québec, baptisé Columbo. Les premiers Pointes-Gatinois ont d’abord vécu de l’industrie du bois, et comme les habitants de Bytown (aujourd’hui Ottawa), ces hommes de chantier n’avaient pas tout à fait des mœurs d’enfant de chœur. Son premier habitant permanent semble avoir été Pierre Papin (1830), mécanicien à bord des vapeurs qui naviguaient sur l’Outaouais.

Pointe-Gatineau devient paroisse en 1840 ; le village n’est toutefois officiellement fondé qu’en février 1876 quand il se détache de la municipalité rurale de Templeton.

L’autre agglomération qui prendra par la suite le nom de la rivière Gatineau est le village de Gatineau erronément appelé Gatineau Mills. En 1926, la Canadian International Paper (CIP) s’établit dans le canton de Templeton-Ouest sur les terres des familles Berlinguette, Dupras, Davidson, Monette, etc. et construit une papeterie au coût de 26 millions de dollars. L’usine entre en production le 6 avril 1927, un an après le début des travaux de construction. La même année, une autre entreprise s’installe dans le canton : la International Fibre Board Limited. La CIP construit des habitations pour ses employés de sorte qu’un village prend forme pour se détacher de la municipalité de Templeton-Ouest le 18 novembre 1933. Il prend alors le nom de « municipalité du village de Gatineau ».

En 1974, le ministre des Affaires municipales sanctionne le projet de loi 98 qui fusionne, le 1er janvier 1975 les villes et municipalités de Gatineau, Pointe-Gatineau, Touraine, Templeton, Templeton-Est, Templeton-Ouest. Des quatre choix proposés comme nom de la nouvelle ville (Gatineau, Touraine, Carrefour et La Vérendrye) celui de Gatineau l’emporte avec 75 pour 100 des votes.

Et en 2002, les villes d’Aylmer, Buckingham, Hull, Gatineau et Masson-Angers sont fusionnées pour former la nouvelle ville de Gatineau où le principal employeur est le gouvernement fédéral bien que la nouvelle municipalité compte pas moins de cinq usines de pâtes et papier.

Aujourd’hui, le toponyme Gatineau désigne une rivière, une ville, un comté et un parc.

Sources :

  • ANQ, correspondance de Mgr Jean-Jacques Lartigue, évêque de Montréal.
  • BARBEZIEUX, Alexis, Histoire de la Vallée de l’Ottawa, Ottawa, 1898.
  • CHAMPLAIN, Samuel de, Les voyages du sievr de Champlain, xaintongeois, capitaine ordinaire pour le Roy en la marine, Paris, Jean Berjon, 1613.
  • CORMIER, Louis-P., Jean-Baptiste Perrault marchand voyageur parti de Montréal le 28e de mai 1783, Montréal, éd. du Boréal Express, 1978.
  • DOUVILLE, Raymond, De Nicolas Gastineau sieur Du Plessis à Maurice Le Noblet Duplessis, in « Les Cahiers des dix », Québec, 1974.
  • DUNN, Guillaume, Les forts de l’Outaouais, Hull, éd. du Jour, 1975.
  • GAFFIELD, C. et al., Histoire de l’Outaouais, Montréal, IQRC, 1994.
    Noms et lieux du Québec, Commission de toponymie, Gouvernement du Québec, 1996.
  • SULTE, Benjamin, Gatineau : la rivière et la famille, in « Asticou » no 28, juillet 1983, Société d’histoire de l’Ouest du Québec.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

23 Messages

  • > Gatineau : un nom, une ville 17 janvier 2006 08:56, par chantal martin

    Bonjour,

    j’habite en France, sud Bretagne, près de Nantes, à Pornic exactement, et nous avons un petit étang qui se nomme l’étang de gatineau.Je ne connais pas les origines du nom, je peux essayer de le connaitre auprès des habitants ou de la mairie.

    Répondre à ce message

    • > Gatineau : un nom, une ville 17 janvier 2006 11:46, par Janick de Lenclos

      En français, une gâtine est une région. Une terre imperméable, marécageuse et stérile.

      Répondre à ce message

    • > Gatineau : un nom, une ville 23 janvier 2006 06:01, par Raymond Ouimet

      Bonjour à vous tous qui avez lu mon article. Je suis étonné et fier de constater qu’il y a tant de Gatineau en France. Voilà un nom qui relie France et Québec.

      Répondre à ce message

      • > Gatineau : un nom, une ville 22 mars 2006 12:30, par GATINEAU Michel

        bonjour je m’appelle GATINEAU Michel habite TOULOUSE et suis natif de CHARENTE -MARITIME...J’adore votre pays ou je suis allez plusieurs fois au QUEBEC..Savez-vous s’il existe un rassemblement des GATINEAU au QUEBEC MERCI ET AMITIES..MON MAIL gatineau.michel chez wanadoo.fr

        Répondre à ce message

        • > Gatineau : un nom, une ville 24 mars 2007 17:35

          Je m’appelle également Michel Gatineau et je suis né à Messé dans les 2 sèvres. Mon grand père est originaire du nord 2 sèvres.
          Je n’ai pas encore réalisé l’arbre généalogique.

          Répondre à ce message

      • > Gatineau : un nom, une ville 27 mars 2006 00:22

        Bonjour je m’appelle Gatineau et je suis également natif des Deux-Sèvres. Y-a-t-il réellement un rassemblement des Gatineau au Québec ou n’est-ce qu’un narcissique fantasme de certains de nos homonymes ? Si c’est le cas je souhaiterais vivement avoir des informations afin d’y prendre éventuellement part.
        Merci par avance de votre réponse.

        Répondre à ce message

        • > Gatineau : un nom, une ville 30 mars 2006 18:04, par Raymond Ouimet

          Bonjour,

          Je n’ai pas entendu dire qu’il y avait des rassemblement de Gatineau au Québec. De fait, ce patronyme n’est pas tellement répandu ; on trouve 51 occurences dans le bottin téléphonique. Cez les Gatineau dit Duplessis, le patronyme Duplessis est plus répandu. : plus de 300 occurences dans le bottin. Quoi qu’il en soit, je vais me renseigner et revenir sur le sujet.

          Raymond Ouimet

          Répondre à ce message

    • > Gatineau : un nom, une ville 28 janvier 2019 13:50, par R. Gatineau

      Bonjour Chantal. Quand j’étais enfant, javais mes grands-parents qui habitaient labas. Je me "souviens" de vacances à Pornic sur des photos (fin 70 début 80), alors, probablement que le nom de cet étang est lié à ma famille...

      Répondre à ce message

  • > Gatineau : un nom, une ville 17 janvier 2006 13:52

    bonjour
    dans le département de la vienne entre lésigny sur creuse et la roche-posay il y à également le petit gatineau et gatineau
    ou se trouve un barrage qui fournissait de l’électricité.
    salutation

    Répondre à ce message

  • > Gatineau : un nom, une ville 17 janvier 2006 22:07, par liemar

    il existe un lieu dit en dordogne,situé entre les villes de saint Martin de Gurson et Villefranche de lonchat, Henri

    Répondre à ce message

  • > Gatineau : un nom, une ville 30 janvier 2006 22:37, par Guy Fontaine

    Raymond Castans dans son livre "Fernandel m’a raconté" Livre de poche no. 4980, à la page 27, dit que Fernandel lui a raconté qu’un Monsieur Gatineau était son patron à la Banque nationale de crédit à Marseille quand il y travaillait au début de sa carrière.

    Guy Fontaine

    Répondre à ce message

  • > Gatineau : un nom, une ville 3 mars 2007 17:55, par S. Gastineau

    Née Gastineau et originaire du Maine et Loire, je suis en train d’établir l’arbre généalogique de ma famille qui apparemment aurait une apparentée avec le sieur Gastineau de Vieille-Vigne en Vendée. J’aimerais connaître les origines ascendantes de ce Nicolas Gastineau, émmigré au Canada, afin de me permettre de déterminer s’il existe également un lien de parenté avec ma descendance.

    Merci de vos réponses, à l’adresse suivante : sirakorzian.joseph chez neuf.fr

    S. Gastineau

    Répondre à ce message

    • > Gatineau : un nom, une ville 6 mars 2007 03:25

      Bonsoir,

      Nicolas Gastineau est arrivé en Nouvelle-France, comme soldat, vers 1648. Il aurait été originaire de Paris.

      Raymond Ouimet

      Répondre à ce message

      • > Gatineau : un nom, une ville 11 mars 2007 12:38

        Merci de votre réponse ; j’aurais aimé remonter les origines de ce Nicolas Gastineau, malheureusement les archives de Saint Eustache s’arrêtent aux environs de 1720, les précédentes ayant disparues au cours d’un incendie. Existe t-il une possibilité de retrouver sa trace par ailleurs ? Comment peut-on avoir l’arbre généalogique de sa descendance ? Existe-t-il une branche qui se serait développée en France ?

        S. Gastineau

        Répondre à ce message

        • > Gatineau : un nom, une ville 11 mars 2007 16:47, par Raymond Ouimet

          Bonjour,

          J’ai un arbre généalogique descendant de Nicolas Gastineau. Je peux vous le faire parvenir si vous me donnez votre adresse électronique.

          Je souligne qu’un certain Jean Gatineau dit Brindamour, soldat au régiment de Guyenne et originaire de Chinon (Indre et Loire) a épousé Marie Ménard le 8 janvier 1759 à Saint-Ours au Québec.

          Raymond Ouimet

          Répondre à ce message

          • > Gatineau : un nom, une ville 11 juillet 2007 09:09, par Gatineau REDEUIL

            je viens de voir votre message sur internet , je fais mon arbre généalogique et dans ma famille j’ai déjà entendu parler du soldat nommé brindamour, je m’appelle Michèle Gatineau et je suis née à Segonzac en Charente mon pere Gatineau est né à Roissac en 1913 et son père Auguste Gatineau est né en Vendée en 1834 il était issu d’une famille de tisserand nous avon retrouvé ses 14 frères et soeurs ainsi que deux personnes agées vivant encore en Vendée. Merci de bien vouloir me donner plus de precisions sur votre arbre généalogique de mon coté lorsque j’aurai terminé je vous enverrai le mien. Très cordialement

            M. Gatineau
            mon email : bruno.r3 chez libertysurf.fr

            Répondre à ce message

        • > Gatineau : un nom, une ville 2 avril 2007 16:10, par alain.gatineau

          lundi 2 avril 07
          Il existe dans l’eure et loir,une localité du nom d’armenonville les gatineaux.
          Aux 17 et 18es sciècles,gastineau devenu par la suite gatineau y etait certainnement le nom le plus répendu.
          En consultant les relevés d’etat-civil de l’époque vous le trouvez à presque toutes les pages.
          Actuellement vous trouvez encore environ 25 familles gatineau dans l’eure et loir et 6 familles duplessis dont une duplessis construction aéronautiques à bailleau village voisin et depuis peu absorbé par armenonville les gatineaux.
          Curieux n’est ce pas !
          Comme mes propres ancètres ce gatineau dit duplessis né à paris saint eustache à très probablement des racines dans ce coin là.
          Malheureusement les registres consultables comencent en 1668 alors que ce gatineau canadien est né bien avant.
          Il existe peut ètre des actes notariaux concernant une union gatineau avec une duplessis dont il serait issus
          a.gatineau

          Répondre à ce message

        • > Gatineau : un nom, une ville 11 juillet 2008 12:08

          bonjour,

          mon grand pere a remonté notre arbre généalogique assez loin, et l’une des branches serait établie au quebec. De plus d’apres ce que j’ai entendu dire dans ma famille, les "clés de la Ville" (honorifique) auraient été données à l’un des membres de ma famille dont la "lignée" aurait travaillée à la construction de la ville ...je n’en sais pas bcp plus, mais si vous voulez des infos, contactez Mr Gatineau Alain, il vit à Linas dans l’essonne (91)
          bonne recherches !

          Répondre à ce message

  • Gatineau : un nom, une ville 8 septembre 2009 16:35, par Robert Catineau

    My great great grandfather is Etienne Gatineau Brindamour. A variation of this name is Gastineau. Jean Gastineau was a soldier in the Regiment de Guyenne. Could Etienne be descended from Jean ?
    I’m sorry I cannot write this in French.

    Robert J. Catineau
    Bradenton Florida USA

    Répondre à ce message

  • Gatineau quebec : un nom une ville,,,, ref boul maloney 26 janvier 2015 06:10, par michel l ecuyer

    je suis natif de Gatineau rue watt debut des annees 1950 , secteur :cote ville:je voudrais savoir en quelle annee fut con struit le boullevard maloney ,,,

    Répondre à ce message

  • Gatineau : un nom, une ville 31 mai 2017 00:03, par patgat16

    Bj
    Pensez vous qu’il y ai un lien entre mon patronyme et la ville
    Mon origine est Charentaise depuis les années 1630.
    Quelle est l’origine du Soldat Gatineau ?
    Merci
    Cordialement

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP