www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » La Nouvelle maison rustique » L’année du laboureur : Septembre

L’année du laboureur : Septembre


jeudi 1er septembre 2005, par Thierry Sabot

Répondre à cet article

En septembre [1]. Il ne faut plus tarder à donner le quatrième labour ou dernière façon à toutes les terres qu’on veut ensemencer, depuis le 10 du mois jusqu’au commencement d’octobre, en seigle [2], blé ramé [3], gros méteil [4] et froment [5] même, dans les terres fraîches, après l’avoir bien chaulé [6]. Mais dans les autres terres, on attendra pour semer le froment en Octobre. Il y a de l’économie à semer du blé de l’année. Sept boisseaux [7] suffiront par arpent et cinq pour le seigle tout au plus. Mais quand on veut se servir pour semence, du blé de l’année précédente, il en faut un demi-boisseau de plus par arpent. On observera qu’on n’aurait point de seigle ergoté si on le semait toujours dans des terres sèches et qu’on le chaulât fortement, ce qui le garantirait également de l’humidité de la terre, et même de celle de l’air, qui sont les causes de l’ergot [8].

C’est la saison de semer le trèfle [9] seul, sans mélange d’autres grains, comme l’on fait en mars. Celui qui sera semé dans ce temps-ci sera bon à coupe dès le commencement de mai de l’année suivante.

Les récoltes de septembre sont le blé de Turquie [10], le chanvre, qu’on cueille quand la graine est mûre ; on le bat tout de suite pour en tirer la graine avant de la faire rouir [11]. On fauche les regains ou secondes herbes [12].

On recueille les haricots [13] et on les met à couvert pour les garder dans leur cosse, jusqu’à ce qu’on en fasse usage ; ils s’y conservent meilleurs et plus blancs que si on les battait tout de fuite ; aucun animal, ni rats, ni souris ne les endommagent, à la différence des pois, dont ces animaux sont très friands.

Les noix [14], lorsqu’elles commencent à s’écaler d’elles-mêmes, on les porte à sécher à l’ombre au grenier.

On fait cueillir par des femmes toutes les fleurs du safran [15] qui sont épanouies.

Et à la fin du mois, les pommes dont on veut faire du cidre, en cas qu’on veuille le passer sur le marc du vin, pour le commun des gens, ce qui fait une liqueur vineuse, d’une belle couleur, et qui n’est pas désagréable. On les cueille par un beau temps, et on les laisse suer et se mûrir en tas pendant quelques jours, avant de les mettre au pressoir. Quand le cidre a pris un mauvais goût, on délaye quelques grains de moutarde en poudre dans un peu de cidre, qu’on jette dans le tonneau. Quelques laboureurs font, pour l’usage de la maison, du petit cidre, comme ils font du petit vin, en jetant de l’eau fur le marc qu’on retire du pressoir, et qu’on presse ensuite une seconde fois [16].

On trouve encore quelques mousserons [17].

On charrie encore des fumiers [18] sur les terres avant le dernier labour, ou bien l’on y fait parquer le troupeau, ce qui vaut encore mieux.

On continue de battre du blé pour les semences. Quelques laboureurs sont dans l’usage de changer leur blé de semence, et d’en acheter dans des cantons un peu éloignés, étant dans l’opinion que le blé semé plusieurs fois dans le même terrain, dégénère [19]. M. de Sutieres [20] prétendait qu’au moyen de son chaulage mêlé avec du fumier, on peut se dispenser de changer de semence. Mais c’est un objet de commerce pour les laboureurs, qui vont acheter le grain à meilleur marché au loin, et vendent le leur plus cher à la ville la plus prochaine [21]. Dans le cas de changer de semence, il serait bon de prendre le grain dans un terrain plus maigre et plus septentrional. Le grain le plus petit, mais sain et sec, est le meilleur pour semer.

En septembre, après la sécheresse de l’été, c’est le temps de chercher les sources et de faire des puits, parce que celles qui fournissent alors ne seront pas sujettes à tarir.

Vous préparerez les pressoirs, les caves, les tonneaux pour la vendange, et retiendrez des vendangeurs d’avance, si ce sont des gens du pays.

On amassera du chaume [22] pour couvrir les étables, où la tuile est rare, et pour faire de la litière aux bestiaux, afin de ménager les pailles quand on en a besoin à d’autres usages, et même pour chauffer le four, dans les pays de grandes plaines, où il n’y a point de bois.

On répare d’avance les fossés ou vidanges qui servent à tirer les eaux des terres ensemencées en blé, ou bien on fait des fossés seulement pour en défendre l’entrée ; on en proportionne la largeur et profondeur à la quantité d’eau qu’ils doivent tirer.

On doit charrier provision de bois â brûler, après que l’été a passé dessus, et le serrer sèchement avant les pluies.

On continue de faire des trous pour planter des arbres.

On nettoie le colombier pour la troisième fois, la volée d’Août étant finie.

On fait amasser aux femmes et aux enfants du gland [23] pour planter au printemps, ou pour nourrir les cochons dans l’hiver.

Bestiaux et volailles. Quand on aura fait amasser du gland pour planter, on enverra au bois les cochons qui ramasseront le surplus [24], ce qui leur fera une forte nourriture quand il y en a beaucoup.

Les bestiaux iront en pâture dans les prés dont on a enlevé les regains.

On rempoissonne les étangs dans cette saison, quand on ne l’a point fait en mars. On y jette de l’alvin ou jeune poisson de l’année qu’on transporte le soir au frais. Il faut un millier d’alvin par arpent, pour bien empoissonner ; cependant nous avons vu communément, et de l’avis même de quelques pécheurs, n’en mettre que huit milliers pour 30 arpents, dix milliers pour 50. Nul poisson ne réussit mieux et ne produit davantage que la carpe. Il faut y mettre l’année suivante quelques brocherons, pour l’exercer et la chasser, ce qui la fait grossir. On ne pêchera ses étangs que de cinq ans en cinq ans, quand l’on veut faire une belle pêche, et en mars.

Achats et ventes. Les fromages gras de Septembre, pour faire sécher et affiner en hiver, font les meilleurs de l’année ; on en fait de demi-gras, ou à moitié écrêmés, pour les vendanges et pour le commun.

Le beurre [25] sera filé ou fondu pour le carême.

Ou amasse les œuf [26] jusqu’à la Notre-Dame.

Les pigeonneaux [27] sont rares et chers.
Les fruits d’automne sont plus chers que ceux d’été, et ceux d’hiver encore plus.

Tout le bétail gras sera envoyé aux foires. On vend tous les veaux.

Les moutons [28] qu’on a achetés à la fin de Juillet pour les engraisser, commencent à se vendre un bon prix, ainsi que les vieilles brebis pour les vendanges, et aussi les cochons de lait.

On achète d’autres bestiaux, afin de les engraisser pour Noël ou pour le printemps, si l’on a beaucoup de fourrages, de regains ou de pâturages, et peu de débouchés pour s’en défaire. On profitera du fumier pour ses terres.

On achète aussi des porcs pour les mettre en glandée dans les bois, ou à la maison [29].

La vente des canards [30] est lucrative depuis la fin de Septembre jusqu’au mois de Mars.

Ce n’est pas le temps de vendre du blé, de l’avoine, ni du vin, si ce n’est quelque peu de blé avant la semaille.

Foires :

  • Le premier, à Troie, foire franche, dure huit jours.
  • Le 7, à Saint Cloud, Montreau et Amiens.
  • Le 8., à Moret.
  • Le, 9, Bray-sur-Seine, et à Montely, près de Brie-Comte-Robert, pour les bestiaux.
  • Le 10, à Joigny.
  • Le 14, à Arpajon, à Epernay, à Brie-Comte-Robert.
  • Le jeudi, après la Notre-Dame, à Amiens.
  • Le 21, jour de Saint Matthieu, à Blandy, près de Melun, à Etampes et à Crecy
    en Brie.
  • Le 27, la Saint Côme, à Luzarches , dure trois jours, à commencer du 26.
  • Le 29, à Péronne, foire franche, dure quatre jours.

P.-S.

Source :

  • Louis Liger, La Nouvelle maison rustique, 11° édition, 2 volumes, Paris, 1790.

Bibliographie :

  • Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural, les mots du passé, Paris, Fayard, 1997.
  • Georges Duby, Armand Wallon (sous la direction de), Histoire de la France rurale, Tome 2 : L’Age classique (1340-1789), 4 volumes, Paris, Editions du Seuil, 1975.
  • Benoît Garnot, Les campagnes en France aux XVI°, XVII° et XVIII° siècles, Paris, Ophrys, 1998.
  • Gabriel Audisio, Des paysans, XV°-XIX° siècle, Paris, Armand Colin, 1993.
  • Pierre Goubert, Les Paysans français au XVII° siècle, Paris, Hachette, 1982.
  • Jean-Marc Moriceau, Les Fermiers de l’Ile-de-France, Paris, Fayard, 1994.
  • Madeleine Foisil, Le Sire de Gouberville, Paris, Flammarion, 1981.

Notes

[1Les représentations figurées du Moyen Age associe Septembre à la vigne et au vin, mais aussi à la récolte des fruits, notamment les pommes.

[2Sur le seigle, voir la note 2 de l’article sur les mois de juillet-août.

[3Il s’agit du méteil, dont la paille de seigle, qui croît plus vite, sert d’appui au blé.

[4« Le méteil est un blé mêlé de froment et de seigle. Le bon et gros méteil est celui qui contient plus de froment que de seigle ; et au contraire, le petit méteil est celui où il y a plus de seigle que de froment. » (La Nouvelle maison rustique, page 511).

[5« Le froment est le meilleur et le plus gros de tous les grains ; il fait la farine la plus blanche et le meilleur pain. » (La Nouvelle maison rustique page 510).

[6Le chaulage consiste à répandre de la chaux en poudre sur la terre pour la rendre plus fertile et moins acide.

[7Le boisseau est une mesure de capacité des grains qui valait, à Paris (mais il variait selon les régions), depuis 1670, « 13,01 litres environ pour les grains panifiables, ce qui représentait environ 20 livres de blé-froment (9,79 kg). (Marcel Lachiver, page 242-243). En 1790, la Nouvelle maison rustique précise (page 739) : « Le boisseau de Paris, auquel on réduit autant que l’on peut ceux de province, est de huit pouces deux lignes et demie de haut, sur dix pouces de large ou de diamètre d’un fût à l’autre ; et il contient, en bon blé raclé, le poids de vingt livres, qui est le même poids qu’il y avait dans les Gaules trois cent ans avant l’établissement de la monarchie française. ».

[8L’ergot est un champignon toxique qui attaque les céréales et peut provoquer des empoisonnements, des convulsions (cf le mal des ardents), des gangrènes qui vont jusqu’à la chute des doigts et des membres. « Il y a du seigle qui dégénère, dont les grains sont noirs en dehors, et assez blancs en dedans, et quand ils sont secs, ils sont plus durs que les grains ordinaires ; ils n’ont point de mauvais goût, ils s’allongent beaucoup plus dans l’épi que les autres, et ils en sortent en façon de corne noire. Il y en a qui ont jusqu’à treize ou quatorze lignes de long sur deux de large, et l’on en trouve jusqu’à sept ou huit dans un même épi. En Sologne et en Berry, on appelle ces grains des ergots ; et en Gâtinais, du blé cornu. Ils causent de fâcheuses maladies à ceux qui en mangent. Il vient quelquefois dans les meilleures terres comme dans les plus mauvaises, surtout quand, aux environs du mois de Mai, il tombe certaines bruines accompagnées ou suivies de raies de soleil chaudes. On n’aurait point de seigle ergoté, non plus que de blé noir, si on le chaulait fortement ». (La Nouvelle maison rustique, page 512).

[9Le trèfle sert surtout pour la nourriture des bestiaux, et surtout des vaches : comme il est fort nourrissant, il fait plus de profit que tout autre fourrage, car il en faut donner peu, étant sujet aux mêmes inconvénients que la luzerne (un purgatif), quand on en donne trop. De plus, le sieur Ligier l’accuse de rendre le beurre mou et amer. Marcel Lachiver précise que la culture du trèfle « ne prend son essor en France qu’au XVIII° siècle, bien après la luzerne et le sainfoin », et qu’il ne réussit bien qu’au nord de la Loire. Voir aussi la note 8 de l’article sur le mois de mai.

[10Le blé de Turquie est le maïs (pourtant originaire d’Amérique !).

[11Faire rouir la graine consiste à la faire tremper dans l’eau pendant un certain temps afin d’en détacher la filasse.

[12« On fauche ordinairement les regains à la mi-septembre ; et ce second fauchage est d’autant plus utile, qu’outre la nouvelle herbe, on enlève aussi celle qui peut être échappée à la faux lors de la première fauchaison. (...) Aussitôt que le regain ou autre dernière herbe d’un pré est recueillie, on a coutume d’y mener paître les bestiaux pendant tout l’automne et l’hiver, jusqu’au temps que l’herbe doit recommencer à pointer. La plupart des coutumes donnent ce droit de vaine-pâture, et le donnent jusqu’au mois de mars. » (La Nouvelle maison rustique, page 608).

[13« On mange les haricots en vert avec leur gousse, ou quand ils sont formés dans la gousse et encore tendres, après les avoir écossé, ou en sec. (...) Un arpent d’haricot est plus lucratif qu’un arpent de blé » (La Nouvelle maison rustique, page 551). Marcel Lachiver précise que les haricots « paraissent au marché de Carpentras (Vaucluse) en 1653, à celui de Béziers en 1672, et ils sont cotés dans les mercuriales ».

[14« On mange les noix confites, en cerneaux et en coque, vertes ou sèches. On en fait de l’huile qui sert à peindre, à brûler, à frire, etc. Les paysans en font de la soupe, de même qu’au Mirebalais on fait une espèce de chandelle avec le marc des noix pressurées. (...) La coque, quand on en tire le cerneau, sert aux teinturiers à teindre en noir ou en fauve. (...) Si on fait bouillir des coques vertes de noix dans de l’eau, et qu’on la jette aussitôt sur la terre, on en fait sortir une quantité de vers bons pour la pêche.

[15Sur le safran, voir la note 2 de l’article sur le mois de Mai.

[16« Le vin, la bière et le cidre sont les plus ordinaires boissons. On donne toujours plus de ces dernières que du vin à ses domestiques, suivant les conventions que l’on aura faites avec eux : ce qui sera toujours selon le plus ou le moins que les années auront produit, et suivant que la boisson, telle qu’elle soit, sera plus ou moins chère. Il faut qu’elle soit toujours mise sous clef. Il est bon d’avoir des mesures exprès, pour leur donner leur portion juste (...). On fait une boisson pour les valets, qu’on appelle piquette ou boisson ; ce n’est autre chose que de l’eau passée sur du marc qu’on a versé dans un tonneau : cette eau envinée est plus ou moins bonne, suivant qu’on y mêle plus ou moins de vin. On appelle encore cette boisson vin de dépense, et il n’est bon que depuis qu’il a commencé à fermenter jusqu’au printemps, qu’il n’y a point encore de chaleur qui le fasse aigrir. On fait aussi de la petite bière et du petit cidre pour les domestiques. » (La Nouvelle maison rustique, page 99).

[17Sur les champignons et les mousserons, voir la note 8 de l’article sur le mois d’avril.

[18Sur le fumier, voir la note 9 de l’article sur le mois de janvier.

[19« La plupart des laboureurs n’emploient en semence que du blé de l’année ou de la précédente : ils soutiennent même avec entêtement que le vieux, ne fût-il que de deux ans, n’y vaut rien ; mais l’expérience et la raison y résistent : à la vérité, on ensemence ordinairement avec le blé nouveau, mais c’est parce qu’on l’a plus à portée, qu’il est plus commun, et que le vieux fait plus d’honneur et de profit en farine que le nouveau (...). Nous avons vu qu’en 1710 le vieux blé ne valait pas moins en semence que le nouveau, puisque la dépouille fut très abondante, quoique la semaille n’eût été faite qu’avec du blé au moins de deux ans, tous les blés, soit froment, méteil ou seigle, ayant manqué en 1709. » (La Nouvelle maison rustique, page 518).

[20M. Sarcey de Sutieres, auteur en 1765 d’une Agriculture expérimentale, à l’usage des agriculteurs, fermiers et laboureurs.

[21La spéculation sur le commerce des grains est un sujet récurrent des plaintes de la population sous l’Ancien Régime.

[22« Ceux qui veulent employer le chaume à la maison, le font ramasser avec une petite faux à la main et un bouchon de chaume de l’autre, ou bien on l’arrache avec de bons râteaux à dents de fer : on en fait que les chevaux traînent dans les terres sablonneuses et unies. On met le chaume en meules pour s’en servir au besoin. Ces sortes d’ouvrages se font un peu avant l’hiver, quand on n’a rien de meilleur à faire : on n’emploie guère que des femmes et enfants à cette menue récolte ; et si on ne veut point avoir l’embarras de la faire faire à ses dépens, on peut l’abandonner à quelqu’un à moitié de profit. On doit prendre garde que, dans certaines provinces, il faut que le chaume soit cueilli avant la saint Remi ; et même il est nécessaire, dès le 15 septembre, d’y mettre quelques défenses, c’est-à-dire, quelques épines, branches, brandons, ou bouchons de paille, pour avertir que le chaume est réservé et retenu par celui qui jouit de la terre ; sans cela, il serait censé abandonné, et le premier venu pourrait en faire son profit publiquement : il y a même des coutumes qui, suivant encore la loi de Moïse, défendent de couper le chaume jusqu’à terre, et donnent trois jours aux pauvres pour le ramasser. » (La Nouvelle maison rustique, page 531).

[23Le gland et la faine servent à nourrir les cochons l’hiver, et on fait beaucoup d’huile de faines.

[24La saison de la glandée va depuis le premier octobre jusqu’à la fin de janvier, un peu plus ou un peu moins.

[25Sur le beurre, voir la note 16 de l’article sur le mois de mai.

[26Sur les œufs, voir la note 32 de l’article sur le mois de janvier.

[27Sur les pigeons voir la note 19 de l’article sur le mois de février (Droit de colombier) et la note 21 de l’article sur le mois de février.

[28Les bêtes à laine, et notamment les moutons, sont les animaux les plus répandus dans les campagnes : « une ferme sans troupeaux est un corps sans âme », nous dit le sieur Ligier dans La Nouvelle maison rustique (page 280). Recherchés à la fois pour leur laine et leur viande, ces animaux profitent de la vaine pâture et ils sont sources de revenus réguliers pour les paysans : « Les brebis agnèlent tous les ans, ainsi tous les ans les troupeaux doublent. On tond aussi tous les ans, une, deux, et dans quelques endroits jusqu’à trois fois, les moutons, brebis ou agneaux, et leur laine est un revenu annuel, soit qu’on la vende aux entrepreneurs des manufactures de draps, aux bonnetiers, ou qu’on l’emploie chez soi, ou qu’on la fasse employer en couvertures, bas, draps ou étoffes grossières, comme poulangis et tirtaine, dont les domestiques et paysans s’habillent, matelats, etc. La chair des bêtes à laine est estimée partout, et partout d’un grand débit, surtout celle de l’agneau et du mouton. L’agneau est excellent et cher après Noël et après Pâques. La chair de brebis même, quoique fade et visqueuse, ne laisse pas que de se vendre assez bien : celle du bélier se mange rarement, à cause qu’elle a l’odeur forte et la saveur désagréable, de même que le bouc. La caillette d’agneau sert à faire de la présure ; la tête, les pieds, la fressure, le poumon, les rognons et la plupart des intestins du mouton se servent à la cuisine. (...) Le lait de brebis fournit beaucoup ; et il est d’un grand usage dans une maison de campagne : (...) on en fait du fromage qui est très bon et de garde. (...) La graisse de mouton produit aussi beaucoup d’argent, parce que c’est le meilleur suif. (...) On se sert des peaux de moutons à bien des usages, de même que de celle de brebis et d’agneaux : pour en avoir de l’argent quant on veut, il n’y a qu’à les porter aux tanneurs, aux corroyeurs, aux mégissiers, aux parcheminiers, aux fourreurs et aux relieurs ; car on en fait du parchemin, de la basanne et des couvertures de livres : on en double des manchons, des jupes, des vestes, etc. Tout sert dans le mouton jusqu’aux boyaux, car on en fait des cordes. Après que la peau de mouton a été quelque temps dans la chaux, on y lève du dessus une petite peau déliée, dont on fait des éventails et des gants de femme, qu’on appelle gants de cuir de poule. (...) Le fumier des bêtes à laine est le plus substantiel et le plus vif de tous ; il engraisse la terre à merveille. (...) En baillant ses moutons, ou ce qu’on a de trop, à cheptel, à la fin du bail on retire ses bestiaux, avec le nombre et les profits au double, sans qu’il soit rien compté pour l’entretien ni pour la nourriture ; et cette seule espèce de commerce rapporte des gains extraordinaires. » (La Nouvelle maison rustique, pages 280-281).

[29« La glandée est un excellent moyen pour engraisser beaucoup de cochons, qui coûteraient trop à engraisser à la maison. (...) Les fermiers voisins des forêts s’en sont adjuger la glandée dans les années abondantes en glands et faines : ils chargent la forêt de cochons maigres qu’ils achètent pour cet effet ; et au bout d’un mois ou de six semaines qu’ils y ont pris graisse, ils les menent vendre au marché ; et ils en remettent d’autres maigres dans la forêt qu’ils vendent à leur tour, aussitôt qu’ils ont acquis leur porchaison : et comme le panage est ouvert depuis le premier octobre jusqu’au premier février, ils font deux ou trois levées ou ventes de tout ce bétail pendant chaque glandée ; ce qui fait un profit considérable aux fermiers qui l’entendent. » (La Nouvelle maison rustique, page 319).

[30La vente de la volaille, et notamment des canards, est « un profit considérable ; c’est un secours toujours présent pour la maison, c’est de l’argent comptant quand on les porte à chacun des marchés des lieux voisins, et il y a quantité de poulailliers et de pourvoyeurs qui les viennent chercher jusqu’à trente et quarante lieues de Paris. » (La Nouvelle maison rustique, page 426).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP