www.histoire-genealogie.com


Bonne Année 2019

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Dossiers » Initiation à la généalogie pratique » La représentation des résultats

La représentation des résultats

(pour une généalogie ascendante)


lundi 1er janvier 2001, par Thierry Sabot

Répondre à cet article

Outre l’arbre généalogique proprement dit, il existe plusieurs méthodes pour matérialiser vos résultats. Ainsi trois types de tableaux d’ascendance peuvent être utilisés en fonction du choix d’une représentation verticale, horizontale ou circulaire.

Même si nous ne connaissons pas encore le nom de tous nos ancêtres, dès le début de nos recherches, grâce à la numérotation sosa-stradonitz, nous pouvons déjà prévoir leur place dans notre arbre généalogique ou dans les différents modèles de tableaux d’ascendance.

On distingue :

L’arbre généalogique

Symbole de vie et d’enracinement, l’arbre généalogique est aussi la plus belle représentation graphique de la croissance d’une famille. Mais cette représentation n’est pas très logique car c’est vous qui êtes à la racine de l’arbre... ainsi vos ancêtres semblent descendre de vous et non l’inverse ! De plus, il est surtout utilisé dans le cas d’une recherche d’ascendance agnatique, c’est-à-dire qui ne concerne que la souche masculine, de mâle en mâle, sans tenir compte de l’ascendance par les femmes ! (cf. l’arbre généalogique des rois de France). Enfin, il est préférable de prévoir un mur si l’on veut faire apparaître tous ses ancêtres. Aussi l’intérêt des tableaux réside dans le fait qu’ils utilisent moins de place et qu’ils sont plus pratiques et plus clairs que l’arbre généalogique.

*****

Le tableau vertical

Principe :

A la base se trouve la personne dont on établit la généalogie et ses plus anciens ancêtres se trouvent au sommet de cette pyramide inversée.

Avantages :

La lecture est facile et permet de bien lire l’ascendance. On peut éventuellement dessiner des cases afin de placer quelques informations complémentaires (dates, professions, titres...). Le haut du tableau peut être agrémenté par un blason ou une armoirie. On peut faire figurer le nombre de générations (en rouge dans l’exemple ci-dessous) ce qui permet de calculer le nombre de quartiers.

Inconvénients :

Tout comme l’arbre, sa disposition est illogique (vous êtes à la racine !). Cette méthode de représentation demande beaucoup de place et son exécution graphique est assez délicate. De plus, on peut difficilement aller au-delà des arrières grands-parents : ensuite, chaque individu servira à son tour de base à un nouveau tableau vertical.

*****

Le tableau horizontal

Principe :

De gauche à droite, les générations successives sont placées dans des colonnes.

Avantages :

Très utilisée, cette méthode est facile à réaliser et à lire (dans le sens habituel de la lecture). On repère rapidement les noms et les générations. De plus, une extension est possible en dressant, à droite, les tableaux d’ascendance de chacun des huit bisaïeuls (chacun des individus de cette génération étant alors à la base d’un nouveau tableau horizontal). Enfin, on peut également ajouter les numéros sosa et des informations complémentaires.

Inconvénients :

La disposition horizontale ne correspond pas vraiment au symbolisme de l’arbre généalogique (de bas en haut).

*****

Le tableau circulaire

Principe :

Il se compose de deux demi-cercles, l’un attribué à la branche paternelle et l’autre à la branche maternelle. La personne dont on réalise l’ascendance se trouve au centre dans le plus petit cercle. Le second cercle se divise en deux, horizontalement ou verticalement, pour accueillir le père (n°2) et la mère (n°3) du numéro 1. A son tour, ce second cercle se divise en deux demi-cercles eux-mêmes divisés en deux afin de recevoir les grands-parents du numéro 1 (à savoir, les numéros 4, 5, 6 et 7). Et ainsi de suite...

Avantages :

Plus décoratif et d’une lecture facile, il offre d’un seul coup d’oeil une vue globale des ancêtres aussi bien maternels que paternels (on peut inscrire 12 générations et parfois plus ! et les cases vides permettent d’apprécier à tout moment l’état de la recherche). La construction est aussi plus cohérente car vous êtes au centre de l’arbre, le dernier maillon et l’aboutissement d’une multitude d’ancêtres. Enfin, cette méthode de représentation est la seule qui permette une étude approfondie, historique et sociale, de l’ensemble de la famille : on peut réaliser un véritable travail d’analyse en coloriant les cases selon des critères variables (lieu de naissance, métiers...).

Inconvénient :

Sa réalisation est difficile.

*****

En conclusion :

Il convient de noter que la plupart des logiciels de généalogie permettent une représentation des données et notamment la mise en page et l’édition d’arbres ou de tableaux. Enfin, il est possible d’acheter en librairie des arbres ou des tableaux prêts à l’emploi (sur 5 ou 9 générations, roues généalogiques...) On les trouve souvent dans le même rayon que les ouvrages de généalogie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 Messages

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP