www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Vient de paraître » La référence » Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot

Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot

Sur les traces d’un inconnu


mercredi 1er janvier 2003

Répondre à cet article

Alain Corbin s’est penché sur le grouillement des disparus du siècle dernier, en quête d’une existence ordinaire. Il a laissé au hasard absolu le soin de lui désigner un être au souvenir aboli, englouti dans la masse confuse des morts, sans chance aucune de laisser une trace dans les mémoires.

Louis-François Pinagot, le sabotier de la Basse-Frêne (1798-1876), qui n’a jamais pris la parole et qui ne savait ni lire ni écrire, représente ici le commun des mortels. Un jeu de patience infini se dessine, afin de reconstituer le destin - mais eut-il jamais conscience d’en avoir un ? - d’un Jean Valjean qui n’aurait pas volé de pain.

Par cette méditation sur la disparition, l’auteur entend modestement inverser le travail des bulldozers aujourd’hui à l’oeuvre dans les cimetières de campagne.


Au sommaire :
- Chapitre premier : L’espace d’une vie
- Chapitre II : « L’infini d’en bas »
- Chapitre III : Affinités électives et parentèle ...
- Chapitre IV : Le langage de l’analphabète ....
- Chapitre V : Le sabotier, la fileuse et les gantières
- Chapitre VI : Les plaisirs de l’arrangement ....
- Chapitre VII : Le passé décomposé
- Chapitre VIII : Les invasions
- Chapitre IX : « L’audace des pauvres »
- Chapitre X : Le paroissien, le garde et l’électeur


L’auteur : Alain Corbin est professeur à l’université Paris-1-Panthéon-Sorbonne. Il est l’auteur d’ouvrages importants sur l’histoire des sensibilités à l’Époque moderne.


Un avis : Pour le généalogiste, l’intérêt majeur de cet ouvrage réside dans la démarche d’historien de l’auteur : en effet, celui-ci s’est attaché à faire revivre un parfait inconnu, un homme dont la mémoire s’est perdue dans « la fosse commune du temps ». Louis-François Pinagot pourrait être l’un de nos ancêtres, l’un de ceux dont le nom figure sur les branches d’un arbre généalogique... Le représentant muet de la masse des anonymes (« les oubliés de l’Histoire ») qui est soudain mis en lecture par le patient travail de restitution de l’historien.

Au fil des pages et de la pratique des archives, en rassemblant des traces et des indices provenant des sources disponibles, en collectant toutes les informations utiles, Alain Corbin s’est attaché à reconstituer l’horizon spatial et temporel de Louis-François Pinagot, son cadre familial, amical, communautaire, ses valeurs et ses croyances.

Sans pour autant rédiger une impossible biographie du personnage choisi, s’intéressant tout autant au sujet-témoin (Louis-François) qu’au groupe social dont il relève (les sabotiers), Alain Corbin restitue « un fragment du monde perdu » de Pinagot et nous livre une belle étude sur la vie rurale et la sociabilité villageoise au XIXe siècle dans cette région du département de l’Orne. Le chapitre 3 « Affinités électives et parentèle » doit être lu attentivement par tous les généalogistes qui souhaitent saisir, à titre d’exemple, les jeux parfois subtiles des relations sociales et des alliances au sein de la famille proche, de la parentèle et du voisinage.

Il n’en reste pas moins, qu’une fois le livre refermé, les limites d’une telle démarche apparaissent évidentes : en l’absence de documents écrits de la main même du sujet-témoin, et à la seule interprétation des rares documents d’archives disponibles le concernant, peut-on vraiment reconstituer le parcours d’un individu ? Les zones d’ombre restantes ne sont-elles pas trop importantes ?

Thierry Sabot, janvier 2003

P.-S.

Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, par Alain Corbin, Paris, Flammarion, 1998, 344 pages.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

  • > Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot 13 octobre 2005 19:06, par Michèle Champagne

    J’ai utilisé ce livre pour faire l’histoire sociale de mes ancêtres. Ce livre est fort intéressant et révèle de judicieux conseils pour contextualiser les parcours de ses ancêtres, même en l’absence ou par manque d’archives. Ainsi,tout ancêtre peut être resituer dans l’histoire régionale où il a vécut, sa vie quotidienne (habitat, mode alimentaire, santé, perception de l’amour, ...), témoins d’événements politiques, évolution des métiers. Par le même auteur, il faut également lire « L’homme dans le paysage », où Alain Corbin resitue l’homme dans l’espace, l’influence de la forêt sur les mentalités, la perception de la nature, les contes et légendes.
    Un conseil : pour étudier le réseau de sociabilité de ses ancêtres : vous pouvez à partir des parrains et marraines, établir la cartographie des relations de vos ancêtres et caractériser par la suite ces liens : réseau familial, réseau professionnel, réseau religieux.... Bref, un outil indispensable pour situer vos ancêtres dans leur contexte social.
    Bonne lecture !
    Du même auteur :
    L’homme dans le paysage, Ed. Textuel, 2001
    Collectif, « La plus belle histoire de l’amour », Ed. Seuil, 2001 (étude du phénomène amoureux à travers les âges, ou sous une autre forme : comment vos ancêtres s’aimaient ? comment vivaient-ils leur sexualité, le désir, les sentiments ?

    Répondre à ce message

    • > Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot 2 février 2007 19:53, par Denizet Alain

      Je partage tout à fait l’avis précédent. Il est évident qu’il y a des limites à la démarche d’Alain Corbin, mais c’est la seule qui redonne vie par une « biographie du contour » aux oubliés de l’histoire dont le parcours, au mieux noyé dans des séries statistiques, ne surgit qu’à à la faveur d’un exemple le temps d’une page pour disparaître ensuite. Quand des gens ordinaires émergent de leur gangue sociale, c’est que, précisemment, ils ne sont plus ordinaires : un dossier médical ou bien judiciaire les a sortis du lot.
      Dans cette perspective de micro-histoire, j’ai écrit la vie d’un paysan beauceron qui a vécu dans le même demi-siècle que Pinagot en utilisant abondemment les archives judiciaires et de notaire. Le livre, préfacé par J-C Farcy, universitaire spécialiste des questions rurales et judiciaires du 19é, sort en mars 2007.

      A Denizet

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP