www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire générale » Les pionniers de la « guillotine sèche » en Guyane

Les pionniers de la « guillotine sèche » en Guyane

Les déportés de fructidor an V


jeudi 1er décembre 2005, par Philippe de Ladebat

Répondre à cet article

La « Grande Histoire » a ses favoris : la comptabilité macabre de la « guillotine sèche » du Directoire en Guyane est rarement rappelée tant elle est de peu de poids face aux scores atteints par le « rasoir national » pendant la Terreur en France.

À la suite du coup d’état du Directoire du 4 septembre 1797 ( 18 fructidor an V) en France, organisé par les trois Directeurs Barras, Réveillière-Lépeaux et Rewbell contre les deux autres Directeurs Barthélémy et Carnot et la majorité des Conseils, 328 hommes furent déportés sans jugement en Guyane.

Il s’agissait de députés appartenant à la majorité modérée ou monarchiste du Conseil des Cinq-Cents et du Conseil des Anciens, de journalistes critiques du gouvernement directorial et d’ecclésiastiques, principalement des prêtres réfractaires français et belges.

Après un voyage de plusieurs jours en cages de fer, ces déportés furent transportés à fond de cale par trois navires au départ de Rochefort :

  • le 22/09/1797 pour La Vaillante avec 16 déportés,
  • le 12/03/1798 pour La Décade avec 193 déportés
  • le 1/08/1798 pour La Bayonnaise avec 119 déportés.

Ces trois navires arrivèrent successivement à Cayenne le 10 novembre 1797, le 14 juin 1798 et le 29 septembre 1798. Les déportés de La Vaillante furent cantonnés en « résidence surveillée » à Sinnamary et ceux de La Décade et de La Bayonnaise, d’abord à Conanama puis aussi à Sinnamary.

JPEG - 47.3 ko
Carte de la Guyane française au XVIIIe siècle.

À l’époque la déportation en Guyane fut qualifiée, selon l’expression de G.A. Tronson du Coudray qui faisait partie du premier convoi, comme une « guillotine sèche » moins cruelle et irréversible que la guillotine sanglante de la Terreur. Pourtant les déportés, affaiblis par le long voyage à terre puis en mer, pas du tout préparés à affronter le climat et la nature tropicales et pratiquement abandonnés sans ressources ni moyens d’hygiène élémentaire, furent rapidement frappés de diverses maladies exotiques dont on ignorait alors le traitement. Dès la première année 172 périrent à Conanama et à Sinnamary de dysenterie, paludisme et fièvre jaune notamment. Vingt-trois parvinrent à s’échapper et les 133 survivants ne furent rappelés en France que trois ans plus tard par Bonaparte, après la chute du Directoire.

JPEG - 100 ko
Le cimetière actuel des prêtres déportés à Conanama
Photo Christophe Bardou.

S’agissant du premier convoi de « La Vaillante » par exemple, il comportait seize déportés assignés à Sinnamary. Six sont morts sur place au cours des premiers mois, deux sont morts pendant leur tentative d’évasion, six ont réussi à s’évader (dont Le général Pichegru) et deux sont restés sur place (Barbé-Marbois et Laffon- Ladebat) pendant deux ans et demi jusqu’à leur rappel en France par Bonaparte en 1800.

Plusieurs de ces déportés ont raconté leurs séjours forcés en Guyane : J.J. Aymé, F. Barbé-Marbois, F. Barthélémy, A-D. Laffon-Ladebat (cf site : http://Laffon_de_Ladebat.site.voila.fr ), I-E. Larue, B. La Villeurnois, J-P Ramel, A. Pitou. On trouve leurs livres sur « Gallica ». A ma connaissance il n’y a pas de trace de ces déportations politiques à Sinnamary ; en revanche on trouvait encore, parait-il, il y a quatre ans un petit mémorial pour les prêtres déportés au cimetière de Conanama et chaque année, à la fin du mois d’octobre ou au début du mois de novembre, le diocèse de Guyane organisait un pèlerinage sur les lieux. J’ignore si ces souvenirs locaux existent encore.

À strictement parler le premier convoi de déportés de fructidor en 1797 ne fut pas la première expérience de « guillotine sèche » en Guyane ; en effet, bien qu’ayant participé à l’éviction de Robespierre et de ses partisans en juillet 1794, les jacobins Billaud-Varenne et Collot d’Herbois furent déportés en Guyane par les Thermidoriens en mai 1795. Leurs relations politiques leur ont permis de bénéficier en Guyane d’un régime de faveur de semi-liberté. Collot mourut de la fièvre jaune à Sinnamary dès le 8 juin 1796. Billaud, lui, séjourna longtemps à Sinnamary mais refusant toujours l’amnistie, alla mourir à St Domingue en 1819.

Il est important d’observer que ces déportations de fructidor à Sinnamary et à Conanama ne sont pas assimilables aux envois au bagne de Guyane qui leur ont succédé au XIXe siècle. D’une part les déportés n’étaient pas des criminels condamnés légalement par un tribunal, mais seulement des ennemis politiques du moment déportés là sans jugement ; d’autre part ils n’étaient pas incarcérés mais jouissaient d’une certaine liberté sous réserve de ne pas s’éloigner de leurs lieux de résidence forcée. Enfin à l’époque il existait pour les forçats de vrais bagnes installés dans des grands ports de France (Brest, Cherbourg, Le Havre, Lorient,Marseille, Toulon, Rochefort notamment) Il n’y avait alors aucun bagne en Guyane. Les bagnes portuaires parfois qualifiés de « galères à terre » avaient en effet remplacé les navires galères qu’on utilisait plus.

Les déportations de fructidor servirent ensuite de modèle pour d’autres exils politiques puis pour des tentatives de "colonisation pénitentiaire" ; ce n’est qu’en 1854 qu’une loi créa officiellement le "bagne de la transportation" qui ne sera supprimé définitivement qu’en 1938.

Voir en ligne : Le site de l’auteur : André-Daniel Laffon de Ladebat

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

10 Messages

  • > Les pionniers de la « guillotine sèche » en Guyane 6 décembre 2005 19:59, par S.Peyrouton

    Bravo pour cet article sur une période très interessante et des faits effectivements méconnus malgré leur caractere..."macabre"

    Répondre à ce message

    • Merci pour ces informations. J’ai visité plusieurs fois la Guyane et je suis toujours frappé en parcourant les cimetières de trouver autant de nom si proche de nous. Constatant l’histoire de ces pauvres gens cela donne d’autant plus de poids au respect que j’ai à lire leur pierre tombale. Ils existent ainsi encore.
      Bravo

      Répondre à ce message

      • Dans mon arbre généalogique j’ai retrouvé un ancêtre décédé à l’hôpital de guyanne le 04/08/1872 il était au bagne, et normalement libéré à cette date, je ne sais rien d’autre ; son Nom est GOUET Pierre-René.

        si vous avez des infos merci d’avance.

        Répondre à ce message

      • Vous avez visité plusieurs fois la Guyane et ses cimetières.
        Je suis à la recherche du FRÈRE de Lomer Gouin, Premier Ministre du Québec qui aurait été déporté à l’Ile du Diable. Je ne connais toujours pas la raison pourquoi sa déportation. Il y est mort à l’Ile du Diable, il était québécois.

        Répondre à ce message

  • > Les pionniers de la « guillotine sèche » en Guyane 18 mars 2006 16:52, par Marie Odile

    A 20 années d’intervalle, j’ai revisité St Laurent du Maroni en mars 2005. Le bagne est maintenant nettoyé de la forêt vierge qui avait envahi les lieux. Un guide nous a fait toucher du doigt la grande misère et les souffrances des bagnards. Merci à la municipalité de St-Laurent d’avoir valorisé ce qui est néanmoins un patrimoine, douloureux certes, mais poignant et rempli d’émotion. Souvenir identique aux Iles du Salut avec un guide passionné et très érudit. C’est à voir, et surtout, à se souvenir.

    Répondre à ce message

    • Merci pour votre commentaire. Lors de vos voyages en Guyane, vous souvenez-vous avoir entendu un guide faire une allusion aux déportations de fructidor ou à quelque souvenir qui en resterait ?

      Répondre à ce message

      • > Les pionniers de la « guillotine sèche » en Guyane 18 mars 2006 19:03, par Marie Odile

        Hélas, je ne me souviens pas particulièrement de la période « Fructidor ». J’ai eu une rétrospective très riche en dates et il m’a été difficile de mémoriser chaque époque. Je me souviens mieux de l’arrivée de familles entières destinées à repeupler le territoire Guyannais. J’ai consulté les archives des Iles du Salut et les dates étaient du 19° siècle. Je regrette de ne pouvoir mieux vous renseigner.

        Répondre à ce message

      • > Les pionniers de la « guillotine sèche » en Guyane 24 janvier 2011 16:29, par Christophe Bardou

        Bonjour,

        je suis actuellement en Guyane.
        Le petit cimetière existe toujours (pas facile à trouver au bout d’une piste) et est bien entretenu
        Quelques photos jointes

        Cordialement

        Répondre à ce message

    • > Les pionniers de la « guillotine sèche » en Guyane 3 janvier 2008 10:10, par Jean-Claude Cousin

      Quel dommage, mon vieux grand-père n’est plus là. A la guerre de 1914-1918, il avait 3 copains avec lesquels il a subi tout le conflit, dont l’un d’eux devint, après la guerre, le gendre du directeur du bagne de Saint Laurent du Maroni, et accessoirement directeur des postes de Cayenne.. Sa femme et lui sont venus dans mon village, en visite chez mon grand-père, aux alentours de 1925. Malheureusement, je n’ai pas plus de détails sur cet « évènement ».
      Pour le cas où cela pourrait servir à quelqu’un, pour des recherches historiques, cet ami s’appelait Charles Le Bomin.

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP