www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » L’affaire Brierre » Les villageois confrontés à l’enquête

Les villageois confrontés à l’enquête


jeudi 30 avril 2015, par Alain Denizet

Répondre à cet article

Pour ceux qui associent l’histoire et la généalogie, l’affaire Brierre permet une entrée de plain-pied dans la vie quotidienne d’un village à l’orée du xxe siècle. Non par la voie romanesque, ce qui est courant, mais par la richesse des archives, ce qui l’est moins. L’épais dossier d’assises – plus de 900 pièces -, les centaines d’articles de journaux permettent de saisir les derniers jours ordinaires des victimes et de l’accusé, de comprendre comment des humbles ont vu leur existence routinière bouleversée par l’irruption d’un crime hors du commun, par l’enquête et aussi par la presse à sensation.

C’est cet angle d’étude que j’ai choisi de développer sur six articles. Voici le quatrième. 

Inculpé du quintuple assassinat, Brierre continue à nier en bloc. L’instruction cale. « En l’état de la cause, pronostique [1], pas un juré d’Eure-et-Loir ne le condamnerait » [2]. Sans aveu, ni mobile, ni témoin direct, le juge doit espérer de nouveaux indices ou le miracle de révélations tardives. En la matière, quel rôle jouent les habitants de Corancez ?

JPEG - 154.3 ko
Une rue de Corancez au début du XXe siècle. Carte postale. Collection personnelle.

Ils ont d’abord soutenu Brierre, le père modèle, puis sont devenus « taiseux », chacun redoutant d’être le premier à parler et d’exposer à la justice ce qui, au fond, relève de la vie du village. Début mai, quand apparaissent les premières failles de la défense de l’inculpé, les langues se délient.

Dés lors, les habitants interviennent de trois façons. Ils participent aux recherches des indices sous la conduite des gendarmes, ils témoignent auprès des autorités ; enfin, dans les médias locaux et nationaux ils affichent leur haine envers Brierre, ce voisin, ce monstre qui les a dupés. Il y a donc le crime, mais aussi pour les habitants de Corancez, ses conséquences incalculables sur leur quotidien, leur temps, leurs esprits.

JPEG - 183.2 ko
L’arrivée du parquet à la ferme le matin du 22 avril. Il était 10 h 30. Sur la gauche, un gendarme retient le garde champêtre. Le Petit Parisien, supplément littéraire illustré, 5 mai 1901. Collection personnelle.

Comme le travail de fouille dans la ferme est considérable, les gendarmes font appel aux hommes du village. Le 10 mai, aidés dans leur recherche par le cultivateur Doublet, ils extraient d’un tas de terreau une pièce en fer d’un kilo et demi pareille à un coutre de charrue [3] sur lequel « des traces sanglantes étaient encore visibles » [4]. On exhume également un petit sac de toile à carreaux bleus, moucheté de sang. L’étau se resserre sur l’inculpé, car écrit Le Journal de Chartres, « il est impossible d’admettre que des assassins étrangers dont la préoccupation principale aurait dû être de s’éloigner au plus vite aient pris l’étrange précaution de les enterrer » [5].

Dix jours plus tard, le 21 mai, les gendarmes, épaulés par quinze villageois répartis en deux équipes, retournent le sol de la cour et sondent le mur de clôture. « Au bout d’une heure de travail, nous avons entendu des cris de joie venant de l’équipe du jardin qui disait : - Nous avons la bourse » [6]. On découvre sous l’armuriau [7] du mur une espèce de portefeuille en fer blanc contenant 80,9 francs. Pour retrouver la cache du portefeuille, un petit caillou blanc avait été mis en évidence dans la bauge.

C’est une charge accablante, car le juge d’instruction établit que la somme retrouvée correspond, soustraction faite des dépenses effectuées par Brierre, aux montants d’un billet et d’une pièce par lui échangés au café Sauger le 13 avril et le dimanche 21, quelques heures avant le crime [8]. Surtout, quel aurait été l’intérêt pour les voleurs de dissimuler dans le mur de l’argent qu’ils avaient volé dans la maison ?

Les gendarmes sont omniprésents à Corancez du mois d’avril à juin : ils organisent les fouilles et procèdent à des centaines d’interrogatoires, poussant jusqu’aux villages voisins. Ne doutons pas que des milliers de personnes restées en dehors de la procédure judiciaire en aient eu vent par leur famille ou par leurs amis dans les lieux où circulent informations et rumeurs, cafés, lavoirs ou pas de porte.

Mais pour les témoins, il faut aussi compter avec les auditions du juge d’instruction, cette fois à Chartres. Les plus sollicités sont les quatre-vingt personnes qui, entre les mois de mai et d’octobre, ont dû satisfaire aux cent trente-cinq auditions du juge d’instruction. Les deux tiers sont originaires de Corancez et, pour le reste des villages alentours, de Chartres et de Paris. Ils appartiennent au monde des adultes bien qu’il y ait aussi des mineurs.

Le caractère intrusif de l’instruction est très fort pour quelques familles de Corancez au premier rang desquelles les cafetiers Sauger, amis de Brierre, et les Lubin, ses plus proches voisins. Ils sont interrogés par la gendarmerie à trente-sept reprises pour les premiers, vingt-neuf pour les seconds et se déplacent à Chartres quatorze et quinze fois pour répondre aux convocations du juge. Entre avril et octobre, c’est donc cent sollicitations que ces deux familles ont dû honorer, dont vingt pour Édouard Lubin et dix-neuf pour la femme Sauger qui, à titre individuel, en détiennent le record. Pour être moins fréquentes, celles qui concernent les familles Bouvet, Baron, Doublet, Martin, Thibault, Choupart ou Davard oscillent entre quinze et vingt-cinq.

Afin de limiter les pertes en temps, le juge convoque plusieurs personnes de la famille le même jour, et en août, à la demande du maire de Corancez, il ajuste le calendrier judiciaire aux impératifs de la moisson en différant de quelques jours les confrontations prévues avec Brierre [9]. Entre les mois de mai et d’août, périodes cruciales pour les paysans, le travail a dû se plier aux exigences de l’instruction dont c’est peu dire que, pour les plus concernés, elle déstructure la vie.

Si les villageois connaissent le juge de paix de leur canton, aucun n’a encore eu affaire à un juge d’instruction pour un assassinat. C’est dire que l’audition dans l’enceinte du palais de justice de Chartres est un moment de leur vie à la fois singulier et impressionnant. Le témoin est seul. Il est entendu par le magistrat dans un bureau dont le décor, les odeurs et les petits bruits – parquet, crissement de la plume - tranchent avec ceux de son logis. Le juge l’invite à prêter serment : « Dire la vérité, rien que la vérité. » Les mots qui vont être consignés par le greffier revêtent une importance qu’ils n’ont pas quand ils sont prononcés autour d’un verre au café ou dans l’intimité du cercle familial.

Lubin s’y rend « avec sa blouse des dimanches, sa barbe blonde soigneusement peignée ». À la sortie, interviewé par L’Écho de Paris, il s’exclame : « Je savons point quand le juge me fera revenir. C’est ben de l’ennui tout ça » [10]. D’autant que la journée perdue est mal indemnisée, seulement 95 centimes… Perte de temps, perte d’argent. Que disent ces témoins ?

Après la découverte des indices à charge du mois de mai, leur parole est comme libérée. C’est le temps des procureurs en blouse. Désormais, le passé de Brierre est analysé au prisme de son statut de criminel. Témoignages et rumeurs à charge affluent : il trompait sa femme, il était sournois, jouait aux riches, dissimulait ses dettes. Pire ! En 1887, Brierre aurait volontairement mis le feu à son étable afin de toucher une grosse prime d’assurance. L’escroquerie serait alors le premier jalon connu de son itinéraire criminel, lequel deviendrait ainsi conforme aux théories en vogue : « La plupart des criminels commencent par le vol et finissent par l’assassinat » écrit Paul Dubuisson, spécialiste de la responsabilité pénale à la fin du XIXe siècle [11]. Le juge fait de l’incendie une pièce importante de l’instruction puisqu’il y consacre une partie substantielle des interrogatoires de juillet et d’août.

Brierre se défend bec et ongle et finit par accuser des villageois d’avoir ourdi un complot contre lui, entre deux verres d’eau de vue au café. L’incendie, c’est eux ! La dissimulation des indices compromettants, c’est eux !

Déjà sollicités par les gendarmes et le juge, les témoins répondent à ces accusations dans la presse. C’est qu’ils sont une attraction non seulement pour les « touristes du crime » [12] qui visitent Corancez - la ferme Brierre, le café Sauger et le cimetière sont les étapes obligées d’un pèlerinage macabre - mais aussi une manne pour les journalistes en quête de scoop ou de détails croustillants. Ces derniers se sont emparés d’un mode d’investigation qui connaît son plein essor vers le début du siècle : décrocher la bonne interview. C’est-à-dire celle qui crée l’évènement et suscite des réactions en chaîne. L’un de leurs effets est que, de la sorte, le nom et la parole d’hommes et de femmes ordinaires font irruption dans l’imprimé

En donnant la parole aux humbles, le récit de fait divers participe à l’émergence d’une société plus démocratique. Mais ceci « préfigure aussi ce que va devenir le système des mass média au XXe siècle » où tout un chacun est « invité à exhiber le non-évènement que constitue son existence. » [13].

Reste à trouver le bon client. À Corancez, c’est incontestablement Lubin, le voisin de Brierre. Volontiers hâbleur et ne refusant jamais un verre au café, « Papa Lubin » est interviewé par tous les journaux locaux et nationaux [14]. « Maman Sauger », le « brave garde champêtre », les frères Baron et le maire sont régulièrement convoqués pour donner leur avis. « Maman, Papa, le brave.. », on le voit, au fil des rencontres, une familiarité s’est instaurée, teintée de la condescendance du lettré parisien pour les gens de peu. Ces derniers prennent conscience, souvent trop tard, que leurs déclarations sont répercutées dans les journaux locaux et nationaux. Leur vie s’étale en une. Pour certains, le miroir médiatique est dévastateur.

Entre le quintuple assassinat du 21 avril et l’ouverture du procès le lundi 16 décembre, neuf mois se sont écoulés. Le sentiment des villageois est passé de la défense de l’inculpé à l’espérance de la mise à mort d’un monstre d’autant plus redoutable qu’il avait tout d’un homme normal. « Si seulement, on pouvait l’exécuter à Corancez… », dit un paysan au reporter du Petit Parisien, tandis que celui de L’Aurore enregistre cette menace : « S’il est acquitté, nous le tuerons [15] » Le procès de Chartres s’annonce exceptionnel. Comment les témoins du village abordent-ils ce monde inconnu ?

Pour lire la suite : Les villageois au procès

Pour en savoir plus et contacter l’auteur : http://alaindenizet.free.fr/

Livre disponible en librairie et sur les sites marchands. Le livre dédicacé est envoyé dès réception d’un chèque de 23 euros à l’adresse suivante : Alain Denizet, 1 rue de l’enfer, Muzy 27650.

Notes

[1L’Écho de Paris

[2L’Écho de Paris, 10 mai. Phrase reprise par Le Journal de Chartres, 12 mai 1901.

[3Pièce en fer, à lame courte, en avant du soc de la charrue et servant à fendre la terre.

[4Le Petit Parisien, 12 mai 1901. Interview de Doublet.

[5L’Écho de Paris, 10 mai. Phrase reprise par Le Journal de Chartres, 12 mai 1901.

[6Procès-verbal, 21 mai 1901.

[7Faitière en paille qui couronne les murs de bauge.

[8AD, interrogatoire de Brierre, 13 juillet 1901.

[9L’Écho de Paris, 25 août, La Dépêche d’Eure-et-Loir, 15 août, Le Progrès, 25 août 1901.

[10Écho de Paris, 18 mai 1901. Interviewé par Marcel Hutin.

[11Cité par Frédéric Chauvaud, op. cit., PUR, 2007, p. 92.

[12On y a vu même des anglais…

[13À ce sujet, Anne-Claude Ambroise Rendu, Petits récits des désordres ordinaires, Seli Arslan, 2004 p. 306.

[1415 interviews recensées pour les journaux suivants : Le Gaulois, Le Matin, Le Petit parisien, La Presse, L’Écho de Paris, La Petite République, Le journal de Chartres, le Progrès… Le décompte n’est pas exhaustif.

[15Le Petit Parisien, 15 décembre 1901, L’Aurore, 17 décembre 1901.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • Les villageois confrontés à l’enquête 30 avril 2015 12:12, par Michel Guironnet

    Bonjour Alain,

    Bravo pour ce nouvel épisode : passionnant comme les précédents.

    Cordialement.
    Michel Guironnet

    Répondre à ce message

  • Les villageois confrontés à l’enquête 30 avril 2015 16:27, par Martine Hautot

    bonjour ,Alain

    Mais le mobile ,où est le mobile ?
    Impatiente de savoir la suite.

    Martine

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Je n’expose pas le mobile parce que ce n’est pas la cible des six articles... et surtout parce qu’il n’y a pas de mobile sérieux établi. Le mobile initial retenu par l’instruction ( Brierre aurait assassiné ses enfants parce que sa maîtresse aurait refusé de l’épouser en raison de sa nombreuse progéniture) s’écroule au procès. C’est un quintuple assassinat sans aveu, ni témoin direct, ni mobile apparent. J’émets des hypothèses fondées sur des faits, sur la vie de Brierre. Sans prendre parti. Le but du livre n’est pas de refaire l’enquête. Le lecteur se forgera au vu des éléments du dossier sa propre opinion. Les retours de lecture montrent que les avis divergent, mais que l’on croit Brierre coupable ou non, l’homme reste une énigme.
      A la semaine prochaine !
      Alain

      Répondre à ce message

  • Les villageois confrontés à l’enquête 1er mai 2015 13:06, par Pierrick Chuto

    Bonjour,
    je lis actuellement le livre d’Alain Denizet et cette lecture m’enchante. C’est passionnant et très bien raconté.
    Je ne manquerai pas d’en faire un compte-rendu bientôt.
    Bien cordialement
    Pierrick Chuto
    http://www.chuto.fr/

    Répondre à ce message

  • Les villageois confrontés à l’enquête 2 mai 2015 16:38, par Alain Bellemare

    Dans les fouilles entreprises en divers moments au lieu du crime, on dit que les gendarmes font appel aux villageois...et que ce sont des villageois qui découvrent à peu près tous les indices qui culpabilisent Brierre...Aujourd’hui la défense aurait plaidé l’irrecevabilité des preuves en invoquant la contamination des lieux du crime par quiconque aurait voulu la condamnation de Brierre...c’est pourquoi, aujourd’hui, le public n’a pas accès à la scène du crime tant que l’enquête policière n’est pas terminée.

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Vous avez tout à fait raison. C’est aussi pourquoi cette affaire est intéressante parce que si la criminalistique est théorisée au début du XXe s, la pratique ne suit pas encore. le fait que des indices importants aient été découverts - 3 semaines après le drame - par des villageois est un argument de Brierre ( de sa sœur, de Germaine ) pour dire que ce sont ses « ennemis » qui les ont en fait placés. La scène n’a été que protégée qu’à partir de 10h 30, 7 après la découverte des corps. Et encore après, des journalistes ont l’autorisation d’entrer dans les chambres d’où d’ailleurs la découverte par un reporter du Gaulois de la massette qui a servi à tuer le chien « Ravachol »...

      Alain Denizet

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP