www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Témoignages » Textes et nouvelles de Michel Carcenac » Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ?

Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ?

ou Les combats d’un ingénu, récits d’un temps troublé


jeudi 9 octobre 2014, par Michel Carcenac

Répondre à cet article

Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ? Une question, aussi saugrenue, ne m’est jamais venue à l’esprit. Ce sont les autres qui me l’ont posée.
Éliminons l’opportunisme de celui qui sent le vent tourner et se met du côté du vainqueur, et la position de celui qui ne veut pas prendre de risques, qui ne désire qu’une chose, continuer à vivre tranquillement en dehors des aléas de l’Histoire et qui a souvent d’excellentes raisons. Les chefs de famille ont pourtant été nombreux à risquer leur vie en toute connaissance de cause. Le docteur Nessmann, chirurgien à Sarlat, est mort sous la torture pour s’être engagé dans la Résistance, bien qu’il fut père de six enfants en bas-âge.
Pour des jeunes gens passionnés, il est aisé de prendre une décision quand on n’a que son destin à mettre dans la balance ; encore faut-il la prendre, cette décision. Après la défaite, j’étais seul maître de mes choix, de mes engagements. Toutes les grandes interrogations se ramenaient pour moi et pour beaucoup à une seule : être pour les Allemands ou contre eux. Les autres débats ne me semblaient être que jeux politiques. Pas de dilemme ; viscéralement, j’étais contre les « Boches », contre Pétain, et pour de Gaulle. Jamais je n’ai douté du bien-fondé de mon choix. J’étais manichéen, pour le bon, contre le méchant, sans aucune nuance. Il ne pouvait en être autrement.

JPEG - 119.3 ko
© Photo archives Michel Carcenac

Michel, Jean, Marcel, Angély sont mes prénoms. Ils n’ont pas été choisis au hasard. Bien souvent, depuis des siècles, le nouveau-né porte le prénom du grand-père, ou du frère décédé en bas âge. C’est une façon de nier la mort, de contrarier le destin, d’empêcher l’oubli.
Marcel était le frère cadet de ma mère. Il est mort à vingt-deux ans, à la Grande guerre, dans les tranchées. Angély le frère aîné, le poète, est mort à trente-quatre ans. Il fut mobilisé quinze jours avant son mariage.
Officiellement, Marcel et Angély Andrieu ne sont pas morts ; ils sont portés disparus. Les messes, les prières, ne les ont pas fait revenir à Varen, sur les bords de l’Aveyron.
Pendant des années, ma grand-mère est allée le soir les attendre au bout du chemin. N’ayant aucune preuve de leur mort, elle espérait les voir arriver. La nuit, elle se réveillait, croyant les entendre frapper à la porte. Ma mère et mes tantes n’essayaient pas de la raisonner. On ne parlait jamais des disparus devant mes grands-parents, mais leur présence était constante, pesante. Plus tard, tout espoir de retour ayant disparu, les prières pour le salut de leur âme étaient inutiles, ils étaient des martyrs et des saints.
Je me suis trouvé investi de la charge officielle, attestée par le maire et par le curé, de porter leurs prénoms pour que, même dans les actes administratifs, ils soient toujours présents. Personne ne m’avait confié un quelconque rôle de vengeur, ma famille maternelle était trop chrétienne pour avoir de pareilles idées. Mais je ne pouvais être l’ami des Allemands qui occupaient la France. A quoi auraient servi les sacrifices de Marcel et d’Angély ?

Du côté paternel, j’avais l’exemple de mon grand-père Zéphyrin qui combattit pendant la guerre de 1870-71. Incorporé dans les Mobiles de la Dordogne à seize ans, par suite d’une erreur d’état-civil, il devient un franc-tireur chargé de harceler les Prussiens, de faire une guerre de buissons. Ses lettres, pieusement conservées, reflètent sa fougue patriotique. En 1944, comme lui, je combattrai les Allemands dans une guerre d’embuscades, mal habillé, mal armé, mais avec la même hargne.
J’étais loin d’être un cas unique. Des milliers de Français ont fait ce choix, sans jamais le remettre en cause. Les autres avaient peut-être au départ leurs raisons d’être des adeptes de la collaboration avec les Allemands, mais pourquoi ne pas avoir changé d’avis, dès que leur présence en France les a fait connaître sous leur vrai jour à qui ne voulait pas être aveugle ?

Les faits que je rapporte sont réels dans mon livre Les Combats d’un ingénu. Après cinquante ans, les souvenirs butent sur des faits, des dates, mais les émotions demeurent intactes, c’est l’essentiel ; je ne suis pas un historien. Depuis longtemps je voulais écrire ces aventures mais je n’en avais pas le temps et j’estimais ne pas en avoir le talent, ayant passé l’essentiel de ma vie professionnelle à rédiger… des ordonnances. Brigitte Levarlet m’a incité à écrire les histoires que je lui avais racontées. Elle n’a pas voulu les utiliser, estimant qu’elles m’appartenaient et que moi seul devais les écrire. Au fil des pages, j’ai fait parler les autres, les amis.
J’ai évoqué l’histoire des Gimenez parce que la guerre d’Espagne se confond pour moi avec notre guerre, elle n’en était que le prélude. Les républicains espagnols ont toute mon estime. J’ai honte que mon pays les ait accueillis d’une façon si odieuse et les ait livrés quelques mois plus tard à Hitler.
Pourquoi ai-je raconté l’aventure des dix Périgourdins à Oléron ? Cette histoire n’a jamais été écrite, on a plutôt cherché à l’occulter. La moitié des acteurs sont des amis et j’ai voulu leur rendre hommage en couchant sur le papier leur odyssée.
Les situations rapportées sont peu de chose dans l’Histoire. C’est une modeste contribution à la connaissance des faits, des sentiments des contemporains de l’époque, vus par un adolescent. Il m’a semblé utile d’en fixer la mémoire avant que les acteurs ne disparaissent.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ? 11 octobre 2014 14:16, par LEJEUNE Gérard

    Cher Monsieur,
    Je salue doublement votre courage durant la dernière guerre et celui aussi qu’il vous a fallu pour rédiger votre livre.
    Permettez moi toutefois de réagir sur une de vos phrases, on n’était pas obligatoirement « collabo » lorsque l’on n’était pas dans la résistance, que pouvaient faire la majorité des gens face à l’occupation ?
    Après tant d’années il serait temps d’apaiser les haines et les ressentiments.
    Cordialement (j’ai 76 ans et ai connu la fin de la guerre à Paris)

    Répondre à ce message

  • Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ? 12 octobre 2014 09:21, par André Vessot

    Bonjour,

    Bravo et merci pour cet article qui donne envie de lire « Les combats d’un ingénu ». Vous avez eu raison d’écrire cette histoire et contrairement à ce que vous dites, sans doute par modestie, vous avez beaucoup de talent pour conter tous ces souvenirs.

    Cordialement.

    André VESSOT

    Répondre à ce message

  • Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ? 17 octobre 2014 15:56, par Daniel Cheuret

    Je me suis souvent posé la question « qu’aurais-je fait si j’avais vécu cette période ? »

    Aujourd’hui, l’histoire est écrite, par les vainqueurs et cette histoire me convient. Les personnes qui, comme vous se sont impliquées dans ce combat difficile, moralement aussi bien que physiquement, ont contribué au fait que je sois né Français et pas Allemand.

    L’alternative aurait été que l’Allemagne soit le vainqueur du conflit et l’histoire aurait été écrite d’une autre façon. Les héros d’aujourd’hui seraient traités de terroristes et Hitler serait un visionnaire qui a créé l’Europe.

    Quoi qu’il en soit, je vous admire, vous et les milliers de vaincus mais non résignés qui ont pris les armes pour reconquérir ce morceau de terre qui s’appelle la France.
    Vous avez été héroïques, merci d’avoir été hier ce que vous êtes et me permettre d’être aujourd’hui ce que je suis.

    Répondre à ce message

  • Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ? 3 novembre 2014 17:53, par JOUFFROY

    Bonjour Monsieur,

    Outre l’admiration que je porte à tous ceux qui se sont battus pour la liberté de tous les Européens, comment puis-je me procurer votre livre ?
    En vous remerciant, Gérard JOUFFROY

    Répondre à ce message

    • Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ? 7 décembre 2014 18:24, par Michel Carcenac L’autesur

      Je vous remercie de votre appréciation, cela me fait toujours plaisir. mon livre n’est pas en vente en librairie, je ne peux me déplacer en voiture, la vue s’en va avec l’âge.
      C’est très facile de vous procurer les Combats d’un Ingénu, ouvrage de 480 pages =
      vous m’envoyez un chèque de 18 € et je vous envoie le livre aussitôt , en vous offrant les frais de port.Si vous désirez une dédicace, dites-le moi. Bien cordialement.
      Dr Michel Carcenac 24170 Belvès

      Répondre à ce message

  • Pourquoi ai-je été résistant plutôt que milicien ? 6 novembre 2014 12:30, par François Roche

    Beaucoup ont tellement réfléchi à cette époque qu’ils n’ont pris aucun parti : ni pour ni contre seul le marché noir les a motivés : résultat de bons bourgeois riches et conservateurs, surtout pas de risques !

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP