www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Tout finit par des chansons


dimanche 1er janvier 2006, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

BEAUMARCHAIS termine "le Mariage de FIGARO" par ce couplet :

"Or, Messieurs la comédie
Que l’on juge en cet instant,
Sauf erreur, nous peint la vie
Du bon peuple qui l’entend.
Qu’on l’opprime, il peste, il crie,
Il s’agite en cent façons,
Tout finit par des chansons..."

Le XVIIIè siècle est gai, les chansons dépeignent le bonheur du peuple de France qui jouit de la liberté, vit dans un pays opulent et riche.

Ses chansons sont "l’exact reflet d’une sensibilité... La Régence a célébré la boisson et les amours légères. Les couplets du milieu du siècle se sont voulus à la fois spirituels et sensuels. Au temps de Louis XVI, la chanson est toujours sentimentale" [1].

Entre 1750 et 1800, le monde change. Ce bouleversement se traduit également dans les habitudes quotidiennes des français et l’esprit du siècle.

Les papiers personnels de Marie Thérèse HEIMBROCK contiennent des textes de chansons.

Peu sont datés, et aucun n’est de la main de Marie Thérèse. Comment sont ils parvenus dans ce dossier ? Mystère... mais le fait est que, grâce à eux, nous pouvons sentir "vibrer" la France de l’Ancien Régime et celle de la Révolution. Laissons-leur la parole !

Nous les accompagnerons seulement, si nécessaire, de quelques commentaires.

L’ordre de présentation choisi est chronologique suivant les indications données par le texte.

Voyage en ballon

"Couplets à l’occasion du voyage de M. BLANCHARD qui se propose de partir de La Haye dans son ballon, et d’aller à Paris sans s’arrêter, deux ou trois autres français doivent faire avec luy le voyage"." Sur l’air : avec les jeux dans le village"

"Une superbe découverte,
Nous ouvre le chemin des airs,
Profités de la routte ouverte
Blanchard parcourés l’univers
Oui, le fluide inflammable
Peut bien porter votre ballon,
Dans un séjour plus agréable,
Que celuy de votre maison.
Bis"
" D’Hébé, de flore, et des trois grâces
Allés rechercher les appas,
Que leur coeurs volent sur vos traces,
Que Vénus ne résiste pas.
Quoique se soit un juste hommage,
Que notre admiration pour vous,
Jouissés du doux avantage,
Que vous pouvés avoir sur nous »
"Vous, français admis dans ses fêtes,
Qu’elles soient celles des amours,
L’amour couronnera vos têtes,
Vénus procure de beaux jours.
Au lieu d’une simple couronne,
Soit de diamants, ou de fleurs,
Jeunes aériens, l’on vous donne
Toute une guirlande de cœurs.
Bis."

Jean Pierre BLANCHARD, aéronaute français (Les Andelys 1753 Paris 1809) après avoir construit une machine volante, expérimente le parachute avec des animaux.

Le premier il traverse la Manche en ballon de Douvres à Calais le 7 janvier 1785.

Il est accompagné du Dr. GEFFERIES. La date du vol LA HAYE-PARIS nous est inconnue. Il semble bien que ce vol n’est resté qu’à l’état de projet vers 1788. BLANCHARD construit un aérostat qu’il manoeuvre grâce à des rames fixées à la nacelle.

Frappé d’apoplexie dans son ballon près de la Haye en 1808, il fait une chute mortelle l’année suivante. Sa femme, Sophie ARMANT (née près de la Rochelle en 1778) prend part à ses voyages, et meurt à Paris en 1819 dans l’explosion d’un ballon d’où elle tirait un feu d’artifice [2].

Rappelons que les premiers ballons sont l’oeuvre des frères Etienne et Joseph MONTGOLFIER papetiers à Annonay. Ils font leur première grande expérience à Annonay le 4 juin 1783, devant les députés de la province du Vivarais : leur "Montgolfière" s’élève alors à 500m d’altitude.

"L’académie des Sciences à Paris fit répéter l’expérience au Champ de Mars, le 27 août 1783. Le Pr. CHARLES fit gonfler le ballon à l’hydrogène... Devant 300 000 personnes qui pleuraient et s’embrassaient dans un délire d’enthousiasme, car un des plus vieux rêves de l’humanité se réalisait, le ballon atteignit 1000m de hauteur... Après une expérience que le Roi honora de sa présence, le 19 septembre 1783, Pilatre de ROZIER et le Marquis d’ARLANDES furent les premiers hommes à s’envoler, ils planèrent sur Paris le 21 novembre 1783..." [3].

A Lyon, aux Brotteaux le 19 janvier 1784, a lieu une ascension en ballon, le comte Jean Espérance Blandine de LAURENCIN est l’un des premiers passagers. Le ballon est baptisé "Le Flesselles". Une nouvelle ascension aura lieu le 4 juin, en présence du Roi de Suède. Cette fois, le ballon s’appelle "Le Gustave".

Partout l’enthousiasme est à son comble : « les femmes portent des chapeaux en ballon, les enfants mangent des dragées au ballon, les poètes composent d’innombrables odes aux vols en ballon... A leur retour, les "aéronautes sont promenés en triomphe. Les garçons se battent pour tenir la bride de leur cheval, les ouvriers baisent leurs vêtements ; leurs portraits accompagnés de vers élogieux sont imprimés et vendus dans les rues. » [4]

Chanson (air de Figaro)
1. II est un dieu tutélaire
Un docteur couru fêté
Dont le geste salutaire
Est un signe de santé
Aux femmes il a su plaire
Et par un accord flatteur
Toutes veulent le docteur, Bis
2. Pour elles discret, habile,
Il réussit chaque jour
Le docteur est à la ville
Le docteur est à la cour
D’une cure difficile
Pour abréger la lenteur
Il ne faut que le docteur,
Bis
3. Le docteur qui reigne en France
Est moins savant qu’on ne croit,
Il n’a pas grande science
Pourtant il est maître en droit
Et c’est pour cela je pense
Que bien des femes d’honneur
Ont du goût pour le docteur,
Bis
4. Le docteur flatte intéresse
Les femmes dans tous les temps
Il gouverne avec adresse
Et leur esprit et leur sens
On fait naître la tendresse
Dans un faible et jeune coeur
En lui montrant le docteur,
Bis
5. Docteur chéri d’une belle
Par lui près d’elle on peut tous,
Nés amis d’une cruelle
Voulez-vous venir à bout
Laissez dire la rebelle
En bravant sa sombre humeur
Faites lui voir le docteur »

Peut-être s’agit-il du "Docteur MESMER" si célèbre et adulé en France et à Lyon en 1784... "l’air de FIGARO" est lui de 1785. Ce texte de chanson est écrit sur un petit feuillet (18x11cm) comme d’ailleurs les deux textes qui suivent. Ils semblent tirés d’un carnet (ou bien rédigés sur les pages détachées de ce carnet). Ils ne sont pas tous de la même écriture... Certaines ressemblent à celle de CORSIVAL (secrétaire de l’intendant de Lyon TERRAY) ou à celle de FASSIER, ami de Marie Thérèse HEIMBROCK.

C’est peut-être là une piste : dans un des courriers de Marie Thérèse à CORSIVAL, elle lui adresse "huit vers". Celui-ci, dans sa réponse du 9 octobre 1788, la remercie car dit-il, "c’est une jolie manière de faire le cadeau de son portrait, et vous vous êtes servie d’un bon peintre car la ressemblance est parfaite... »

Ces vers, ces poèmes, ces chansons sont-ils l’oeuvre de la veuve HEIMBROCK ?

"Chanson, air connu"
Dans le coeur d’une cruelle
Le désir brûle en secret
Jamais sa fierté rebelle
Ne pardonne un indiscret
Mais elle excuse
Les larcins qu’amour lui fait
Elle excuse
Les larcins qu’amour lui fait
Par une ruse
Si l ’himen vous engage,
Les fleurs naissent sous ses pas,
Mais au fond de ses bocages,
Elle y cache ses appas.
Ah ! Quel dommage
Si vous n’en dérobiez pas
Quel domage
Si vous n’en dérobiez pas
Pour votre usage.
Fin

Ce texte existe, à quelques nuances près, sur un autre feuillet. Le titre est noté simplement "Chanson", il est dit "si Chimen vous engage" au lieu de "si l’himen" (mais il peut s’agir d’une copie fautive ou d’une mauvaise lecture).

Les vers sont découpés différemment pour la partie finale de chaque couplet :

Ex :
"Mais elle excuse (les larcins rayés) les larcins qu’amour lui fait
elle excuse les les (sic) larcins qu’amour lui fait par une ruse"

Indice important : le mot "Fin" est suivi de "1792 à Lyon".
Cela ne veut pas dire pour autant que la chanson date de la Révolution.

Les deux documents ont quelques ratures, comme si une main inconnue les recopiait pour ses ami(e)s, ou pour en garder le texte récité au cours d’une soirée de poésie. Le copiste aurait simplement alors indiqué la date et le lieu de ce jour là ?

Poème royaliste ?
Sous ces bosquets chéris des dieux,
Où les lauriers croissaient d’eux mêmes,
En vain, je cherchais ces emblèmes,
Ces mirtes, ces chiffres heureux.
Ce n’est qu’en terre étrangère,
Pour l’amour et pour la valeur,
Le laurier croit avec l’honneur
Et Coblence en devient la sève (bis)"
Mais en dépit de la saison,
Soudain un lys frape ma vue,
La tige en étoit abattue,
Les feuilles couvroient le gason.
Ce lys refleurira peut-être.
Malgré le courroux des autons,
Les premiers beaux jours du printemps
Lui donneront un nouvel être (bis)"
A l’abri d’un saule pleureur,
Je vois une jeune bergère
Les ieux baissés son air sincère
Me font lui conter mon malheur
Prenez dit-elle confiance
Vous verrez refleurir ce Lys
Oui c’est moi qui vous le prédis
Et je m’appelle l’espérance (bis)"
O toi l’exemple des malheurs,
Toi qui faitte au talent de plaire
Comme Reine ou come bergère
Possède l’empire du coeur
De tes maux vois finir la cause
Le destin va sécher tes pleurs
Console toi de tes douleurs
L’épine croit avant la rose.
Fin

Manifestement, en évoquant Coblence, refuge des émigrés aristocrates, le Lys, symbole de la monarchie absolue ("dont la tige en étoit abattue"), la disparition des "emblèmes", "des chiffres heureux" (détruits par la Révolution), cette poésie respire la nostalgie de la royauté perdue mais aussi l’espoir d’un retour, la fin des pleurs, des couleurs pour ce royaliste fervent.

Ce texte est donc d’après 1789, voire plutôt après 1791 et l’arrestation de Louis XVI. Le style "champêtre" (bosquets, lauriers, saule et bergère...) est dans l’air de la grande époque du Trianon.

« Chanson sur l’air : Rends moi ton cœur »
1er couplet
Je l’ai passé cet âge heureux de plaire
Ces doux instants dont j’ai si peu joui
Comme un beau songe, ô ma tendre glicère
Plaisirs, amours, tout s’est évanoui.
Je l’ai passé. Bis"
2e couplet
Je l’ai passé cet âge heureux de plaire
Je touche hélas à l’hyver des mes ans
Quand les frimats vont désoler la terre
On cherche en vain les roses de printemps. Bis"
3e couplet
Je l’ai passé cet âge heureux de plaire
Et loin de moi, de mon triste séjour
Je vois des ris fuir la troupe légère
Un cheveu blanc effarouche l’amour... Bis"
4e couplet
J e l’ai passé cet âge heureux de plaire
Je n’en ai plus qu’un triste souvenir
Moments trop courts, erreur fatale et chère
Devais-tu naître ou devais-tu finir.
Je l’ai passé, etc, etc."
5e couplet
Je l’ai passé cet âge heureux de plaire
Que n’ai-je aussi passé celui d’aimer
Que sert hélas un coeur, ô ma glicère
A qui n’a plus l’espoir de te charmer
Je l’ai passé, etc, etc."
6e couplet
Toi pour qui naît cet âge heureux de plaire
Cueille au matin les roses du plaisir,
Ah ! Le bonheur, o ma tendre glicère
N’est qu’une fleur que le soir va flétrir
Je l’ai passé cet âge heureux de plaire
Cet âge heureux de plaire"
Fin

Nostalgie quand tu nous tiens...

Ces vers n’évoquent-ils pas les dernières années de Marie Thérèse HEIMBROCK ?

Seule, fatiguée, déçue par la vie et ses déboires, elle confie ses peines à "Glicère" jeune fille au seuil de la vie adulte.

Glycère, dans la Mythologie grecque, était une courtisane athénienne célèbre qui épousa Pausias.

Peut-on penser qu’elle use de cet artifice pour conseiller sa protégée Clarice BOISSAT qui va (ou vient de) se marier (1802-1803) ?

Veuve, après trois ans de mariage seulement, Marie-Thérèse a en effet « si peu joui de ces doux instants. Plaisirs, amours, tout s’est évanoui ».
A "l’hiver de ses ans", ses cheveux blancs "effarouchent l’amour". Que Clarice "alias Glicère" profite bien de son bonheur, "fleur que le soir va flétrir" !

L’écriture (texte sur une page grand format et non sur un petit format) ressemble étrangement en effet à celle de Clarice BOISSAT... [5]. Dans les nombreux documents non datés du dossier HEIMBROCK existe cette bande de papier, de la même écriture :

"De la mère de mon premier
Vous avez tout l’éclat, aimable glycère,
Depuis prés de vingt ans, vous êtes ma dernière,
Et mon tout, sans vous voir, me semble un siècle entier".

On devine quelques mots sous une grande accolade ; certainement la réponse à cette charade. Malheureusement la page est déchirée !

Notes

[1François BLUCHE « La Vie quotidienne au temps de Louis XVI »

[2D’après l’ouvrage de référence « La Conquête de l’Air » d’A. V ANMOOREBEECK (Marabout) et le "grand Larousse Encyclopédique "voir également la notice biographique dans le « Dictionnaire de Biographie Française » Tome VI page 603

[3"Le XVIIIè siècle" par R.MOUSNIER ET E.LABROUSSE)

[4"La fin des lumières" par Robert DARNTON

[5Début 1799 à Vienne, hébergée « chez la citoyenne Donnat » au bord du Rhône, Madame Heimbrock donne des cours d’allemand à la fille d’un notaire, la jeune Clarisse Boissat. Avec elle, Marie-Thérèse est en relation épistolaire : elles s’écrivent beaucoup, bien qu’elles soient voisines. Clarisse redoute que ses lettres ne tombent entre des mains étrangères. Il y est question de « fumées cabalistiques », de « cartes divinatoires », « de miroirs mystérieux ». Clarisse craint d’ailleurs de se faire gronder par son père « vu le peu de progrès que je fait dans la langue allemande ! »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 Message

  • > Tout finit par des chansons 27 juin 2007 09:10, par Jean-Claude CASSIER

    Bonjour, quelqu’un peut-il m’envoyer la partition ( seulement la ligne mélodique) de la chanson finale du Mariage de Figaro ? le « Tout finit par des chansons »... merci d’avance : Jean-Claude Cassier au : jcassier chez club-internet.fr

    Voir en ligne : Tout finit par des chansons

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP