www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Les métiers d’autrefois » L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs

L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs


samedi 1er mars 2008, par Jean Magnier, Thierry Sabot

Répondre à cet article

Je voudrais bien que cette photo ne disparaisse pas ! Illustration d’une page de l’Histoire ? Je n’ai aucun lien avec les acteurs !!

Elle fait partie d’un lot de papiers personnels en déshérence, trouvé dans une maison abandonnée pendant des années et dont je connais l’acquéreur récent.

Le propriétaire Pierre MOSBAH est décédé ainsi que son épouse, il y a une dizaine d’années sans descendance connue.

Immigré de seconde génération, il est né à Paris en 1920.

Son histoire devient peu commune quant au cours de la guerre, il entre dans la Résistance. Il en sera un responsable local : « Marius » chef du P.C. Ouest, secteur sud d’Eure et Loir, chef du Détachement Marceau.

Il raconte lui-même son engagement dans une plaquette « Le détachement Marceau en Eure et Loir ». Nous avons retrouvé deux manuscrits (dont l’un corrigé par l’imprimeur) ainsi que des attestations, certificats pour blessures et décorations… A la Libération, après une grave dépression (certificat), il a exercé (repris ?) la profession de ferrailleur (fiches de paie de chef d’équipe) d’où sa présence sur le chantier d’Orly.

J’ai adressé aux Archives départementales d’Eure et Loir, qui s’étaient déclarées intéressées, la totalité des documents personnels, y compris les manuscrits évoqués, dont la qualité d’écriture est assez remarquable. Je n’ai gardé, parmi quelques autres, que cette photographie, en mauvais état.

Sur le contexte de la photo, je pense qu’il s’agit de la construction de l’aéroport d’Orly-sud 1957-61 et que le chantier est celui des ponts 2-4-5-7 : références aux ponts enjambant la N 7. L’âge apparent de Pierre MOSBAH (au centre, 2e rang il porte un chapeau) conforte la datation.

Devant une baraque de chantier, une équipe de ferrailleurs (une autre photo, de mauvaise qualité, permet de noter que l’équipe comportait « 50 citoyens ») : cisailles, tenailles, la revendication « citoyens République autonome du fer ».

Des slogans un peu inhabituels, savoureux ? Symptomatiques de solidarité ?

Note : Commencée en 1957, la construction de l’aérogare d’Orly Sud s’est poursuivie jusqu’en février 1961, date de son inauguration par le Général de Gaulle. Ce projet, l’un des grands travaux du mandat de Gaulle, s’inscrit dans un contexte économique favorable : de 1958 à 1973, la France connaît la période de croissance économique la plus forte et la plus longue de son histoire.

Pour agrandir l’aéroport, l’Etat procédera à de nombreuses réquisitions de terrains et à la déviation de la Nationale 7. Il fera aussi largement appel à la main d’œuvre étrangère, notamment originaire d’Afrique du Nord. Ces derniers, souvent d’origine paysanne, sont voués aux travaux les plus pénibles sur le chantier de l’aérogare. Souvent mal considérés, ils sont regroupés dans des bidonvilles ou dans des foyers-hôtels.

Dès son ouverture, l’aérogare Sud deviendra une attraction touristique, une vitrine de la France, visitée chaque week-end par de nombreux touristes... une promenade rendue célèbre par la chanson de Gilbert Bécaud « Dimanche à Orly » (paroles de Pierre Delanoë) : « Je m’en vais le dimanche à Orly, sur l’aéroport on voit s’envoler des avions pour tous les pays. Tout l’après-midi... y’a de quoi rêver... »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

12 Messages

  • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 12 avril 2008 13:14, par pascal91

    Un page de l’histoire d’Orly , pour compléter l’article . Les ponts 2-4-5 sont des ponts aéronautiques, zone de roulage des avions. Le pont 7 devant Orly sud, supporte l’esplanade devant l’aérogare. Ce sont des ouvrages qui franchissent la RN7, déviée au moment de la contruction de l’aérogare sud, et les routes de service ADP est et ouest. C’est la société Campenon-Bernard qui a construit cette série de pont. Ces ponts (sauf le 7) on fait l’objet de renforcement, pour acceuillir les Boeing 747 et récemment pour recevoir les A380.

    Sur la pancarte de la baraque pas de pont 6. Le pont 6 c’est toute l’aérogare sud qui est posée dessus. A l’époque il a fait lobjet d’un chantier spécifique.

    Répondre à ce message

  • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 13 avril 2008 23:46, par C. Boulard

    Très touchant article. Beau travail de mémoire qui ne s’arrête pas à nos seules familles, notre seul intérêt personnel, fut-il historique. Beaucoup d’intelligence humaine et encore une fois la preuve qu’on ne meurt vraiment qu’une fois que plus personne ne pense à vous. Bravo !

    Répondre à ce message

  • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 9 mai 2008 18:21, par beluga2

    Bonjour, quelqu’un peut-il traduire « chaouias » et « roumis », il me semble qu’en arabe cela voudrait dire qq chose.
    Amicalement, GT.

    Répondre à ce message

    • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 14 mai 2008 08:17, par Jean Magnier

      Bonjour,
      Cette question et les commentaires précédents permettent de préciser un peu le contexte historique du document.
      Sur le plan économique, nous sommes donc au lendemain de la guerre 39-45 et au cœur des « Trente glorieuses », qui se caractérisent par un gigantesque essor de reconstruction et d’aménagement du territoire.
      Contre-point tragique, nous sommes également au cœur des évènements, devenus guerre d’Algérie.
      L’inscription « chaouias kif-kif roumis » : « arabes égal européens », peut-elle être lue comme un écho de la revendication initiale du soulèvement algérien, égalité reconnue au sein de cette « République Autonome du Fer » ?
      Plus anecdoctique, la société Campenon-Bernard édifiait au même moment (et entre autres) un barrage en Algérie, à Erraguène, sur l’oued Djen-djen.

      Répondre à ce message

      • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 25 mai 2008 20:36, par beluga2

        Bonjour, il me semble que votre traduction soit lissée pour ne pas dire très lissée. Pour avoir interrogé plusieurs personnes :
        Roumi veut dire chrétien, toutes les personnes interrogées sont d’accord. Marocains ,Algériens, Pieds-Noirs !
        Pour chaouia, les marocains disent que c’est une province du maroc, au sud de casablanca,(donc originaires de la chaouia marocaine). Pour les algériens c’est différent, c’est une région pauvre de l’est algérien,qui voudrait dire « des montagnes », reculée, en fait « comme on a baptisé nos bas-alpins ». Le pire est de mélanger Chrétien avec autre chose qui n’a rien n’a voire avec la religion, avec l’assentiment de tout le monde et sous le contrôle des syndicats. Et celà dès 1960 ! Voire avant. Veuillez cher Monsieur argumenter pour m’infirmer ce que je viens de d’écrire. Je vous fais mes amitiés, merci de répondre. GT

        Répondre à ce message

        • Bonjour,
          Vous avez indiscutablement raison. Ma traduction (traduction : a priori trahison) est outrageusement réductrice.
          Je visais le fonds : la formule est, je crois, dans le contexte, sans ambigüité : « chaouias kif-kif roumis » affirme l’égalité des travailleurs maghrébins et métropolitains.
          Sur le registre étymologique, il est exact que roumi signifie chrétien. Ce mot a peut-être désigné d’abord les colons romains, mais plus tard, au cours de la colonisation française et bien avant 1960, dans toute l’Afrique du Nord, il s’appliquait de façon générale, aux Français et Européens . . . chrétiens ou non !
          Quant aux Chaouias, mea culpa pour l’assimilation qui peut être mal appréciée : ce sont des Berbères.
          Ils occupaient le Maghreb avant la colonisation et islamisation par les Arabes. Comme vous l’indiquez, dans certaines régions du Maroc et de l’Algérie, ils sont restés présents et ont gardé, au moins partiellement, leur identité culturelle en affirmant souvent et hautement leur différence.
          Plus précisément, je crois que les ferrailleurs d’Orly, étaient originaires de Kabylie où . . . le chaouia est un dialecte berbère local.
          www.lexilogos.com/berbere_dictionna...
          Merci pour votre attention vigilante, en espérant avoir, au moins partiellement, répondu à votre remarque..
          Bien cordialement.
          J.M.
          J.M.
          .

          Répondre à ce message

          • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 8 juin 2008 23:35, par beluga2

            Bonjour, Je suis content de vous lire et de constater que des mots sont interprétés comme par hazard par qui veut faire passer un message, vrai ou intox, les berbères n’ont été musulmans qu’après leur invasion par les arabes, pour ce qui est d’Orly, je suis assez mal informé, mais il me semble que le PCF y est très présent et que la guerre d’Algérie aussi ! Cette photo serait de l’intox ? ou un vrai message pour l’égalité ? En tout cas merci d’avoir répondu. Amitiés. GT

            Répondre à ce message

          • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 10 mai 2011 18:54, par Frank

            j’avais entendu dire que les roumi en étymologie voulait dire chrétien de roumanie, est ce vrai ?

            Répondre à ce message

  • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 7 mai 2010 15:17, par DARCHE Sophie

    Bonjour ! je suis Sophie DARCHE, nièce de Pierre MOSBAH.Ma mère est sa soeur, Nous sommes en possesion de differentes photos le concernant lui ainsi que sa femme Yvette... Si vous voulez me joindre voici mon mail sophie.darche@live.fr. A bientot !

    Répondre à ce message

  • bonjour je tiens a remercier la ou les personnes qui ont edité cette photo en effet je suis le neveu de pierre mosbah dit « marius ».je suis tres fier de cet oncle ce heros qui a combatu avec courage le nazisme et ce des les premieres heures merci beaucoup

    Répondre à ce message

  • bonjour,je suis un frere de PIERRE MOSBAH j ai 68 ans je vis en eure et loir.je voudrais confirmer sa conduite heroique pendant la guerre .c est le moins que nous puissions faire
    et merci aux auteurs de cet article.j ai egalement decouvert sur le site une photo d ecole datant de 1929 a sours en eure et loir ou pierre y figure avec un autre frere roger decede egalement.c est tres emouvant,encore merci

    Répondre à ce message

  • L’aérogare d’Orly-sud et les ferrailleurs 6 mai 20:59, par patricia mosbah

    bonjour,

    juste pour vous signaler que Pierre Mosbah est mon oncle, le frère de mon père.
    je fais actuellement des recherches sur ma famille et j’ai trouvé votre article intéressant.
    il n’est pas né à Paris mais à Chartres. Son père était un indigène de Tunisie, mobilisé par l’Armée française pour la guerre de 14/18.
    cordialement, Patricia Mosbah

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |