www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Actes insolites » Un dramatique naufrage sur la Loire, le 20 mai 1678

Un dramatique naufrage sur la Loire, le 20 mai 1678


jeudi 12 janvier 2012, par Serge Cavalieri

Répondre à cet article

Tout commença avec la découverte de l’acte de décès de Jeanne Dubuis, sosa 8015 par rapport à Noah (aïeule de la 13e génération) dont voici la teneur :

Le vingtuniesme may mil six cent septante huit a esté
enterrée Jeanne Dubuis Gailloudière, laquelle étant allé
randre ses vœux à Ste Austrilege à Grignieu annexe
de Nevrieu s’est malheureusement noyée avec quantité d’autres
personnes et ce dans la tombeau de ses prédécesseurs en présence
dans le cimitière dudit Joux apprès avoir heu la permission de mess.
les officiers dudit Nevrieu pour la faire transporter dans ladite
parroisse dudit Joux, en présence de messire Pierre Conarton, prêtre
vicaire de Joux et d’Estienne Guillot, tisserand dudit lieu
lequel mr Conorton a signé et non ledit Guillot pour
ne sçavoirt enquis. Signatures : Conorton et Noyer curé.

Elle avait 44 ans, étant née à Joux, près de Tarare (Rhône), le 8 novembre 1633. Le roi était alors Louis XIII, qui succéda à son père Henri IV. Elle s’est mariée à une date inconnue (registres perdus, probablement fin 1659) avec Barthélemy Guillot et ils eurent au moins 8 enfants entre 1660 et 1674.

Elle fut donc enterrée le samedi 21 mai 1678 mais plusieurs termes de l’acte demandaient explications donc quelques recherches.

Habitant Joux, dans les monts de Tarare, qu’allait elle donc faire si loin de chez elle pour l’époque (près de 40 km) ?

La réponse est dans l’acte : elle allait « rendre ses vœux » : d’après le Dictionnaire Universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, & les Termes de toutes les Sciences et des Arts d’Antoine Furetière, abbé de Chalivoy, membre de l’Académie française, édité à la Haye et à Rotterdam en 1690, cela signifie tout simplement rendre grâce à…, c’est-à-dire faire un pèlerinage.

Existe-t-il un lieu de pèlerinage dans la région mentionnée par l’acte ?

On trouve en effet trace d’un tel culte, qui semble encore exister aujourd’hui, dans le livre Et délivrez nous du Mal, Signes et rites de protection en Forez, œuvre collective publiée par l’Université de Saint-Etienne en 1998.

Voici ce qu’on peut lire page 122 :

Pèlerinage à Saint Austrégésile : [1]

Pour demander la protection des bêtes à corne, on venait et on vient encore aujourd’hui prier Saint Austrégésile, à la chapelle de Grenieux, hameau de la commune de Nervieux, sur la rive gauche de la Loire, à cinq kilomètres de Balbigny. D’origine fort ancienne, ce pèlerinage est lié à la foire aux bestiaux très fréquentée qui se tient traditionnellement, à la date du 20 mai. Là, se retrouvent des paysans de la plaine mais surtout des Monts du Lyonnais – la montagne du matin :

Pour la foire du 20 mai, c’était aussi le pèlerinage pour les bêtes à cornes. Des paysans, il en venait des pleins cars, surtout des Monts du Lyonnais. Du matin à midi, il y avait une messe toutes les heures. Les paysans donnaient beaucoup de messes pour les bêtes. Dans le bas du village, coulait une source miraculeuse... (M.G., Marclopt).

À cette foire, dans le temps, il est venu jusqu’à 10 000 personnes. Les gens venaient de loin, à pied, à cheval, […] Beaucoup venaient pour le pèlerinage. A ce moment, il y avait des messes tout le matin… Sept ou huit prêtres disaient leur messe chacun son tour…
Après la messe, quand ils avaient cassé la croûte, ils descendaient au champ de foire. Au bas de la côte, il y a une source terrible, plus c’est sec, plus ça coule ! Là, les paysans faisaient leur plein d’eau. En ont-ils trainé de l’eau ! des pleines biches [2] ! qu’ils emportaient chez eux pour les donner aux bêtes. C’est que, quand ils avaient une vache malade, ils la faisaient boire ou ils la frictionnaient avec. Ils en buvaient aussi. Ils avaient vraiment confiance
(M.M., Grenieux).

Ces souvenirs témoignent de l’importance et de la renommée qu’avait ce pèlerinage dans les années soixante dix et l’on pourrait croire que, compte tenu de la diminution du nombre d’exploitations agricoles et de l’évolution des techniques et des mentalités, ces pratiques ont été abandonnées. Or, il suffit de se rendre à Grénieux, un 20 mai, pour être convaincu que la dévotion à Saint Austrégésile reste encore vivante.

Dès huit heures du matin, individuellement ou en couples, les paysans franchissent le seuil de la chapelle et se dirigent vers le buste du saint placé sur une table à droite de la nef. Si la plupart des pélerins ont atteint l’âge mûr, les jeunes ne sont pas absents. Respectant un rite qui paraît leur être familier, ils restent quelques minutes devant la statue au-dessus de laquelle est affichée en gros caractères une prière d’intercession, puis ils s’avancent pour allumer un cierge et glisser leur offrande dans le tronc. Après quoi, la plupart prennent la file, attendent patiemment leur tour pour « donner une messe ». A dix heures, la petite cloche appelle les fidèles pour l’office du jour et, bien vite, toutes les travées sont occupées par une assistance recueillie.

Tout correspond à ce que l’on trouve sur l’acte :

- La raison : un pèlerinage,
- La date (20 mai),
- Le lieu (Grénieux, hameau de Nervieux).

Seul l’orthographe du saint diffère quelque peu : Saint Austrilege pour le curé de Joux au lieu de saint Austrégésile. Mais on ne lui en voudra pas, peu de ses paroissiens devaient s’appeler comme ça ! De plus, il est également connu sous d’autres orthographes : Austregisile, Aoustrille, Oustrille ou Outrille !

Ce pèlerinage a donc beaucoup plus de 300 ans ! Chapeau !

Autres mystères : elle est morte « malheureusement noyée avec quantité d’autre personnes ».

Deux questions sont posées par ce bout de phrase :

- 1) Noyée ? Comment ?
- 2) Avec quantité d’autres personnes. Combien ?

Généralement, les curés sont peu bavards sur les causes de la mort dans les actes que leur charge leur impose de rédiger.

Cependant, cet accident a du être une véritable catastrophe à l’époque puisque presque tous s’écartent de cette règle et font mention des causes des décès :

- le curé de Nervieux parle de « corps qui se sont noyés dans la Loire ».
- pour celui de Néronde, ils "« moururent suffoqués dans la rivière de Loyre ».
- celui de Joux disait « malheureusement noyée avec de nombreux autres ».
- seul celui de Balbigny, qui a pourtant enseveli 6 corps, reste muet sur les causes de ces décès. On sait pourtant que les 6 personnes qu’il a enterré ont péri dans ce naufrage : les actes sont datée du 21 et 22 mai, ils ne sont pas individuels (un seul acte pour les 3 personnes identifiées, un seul autre pour les 3 non identifiées) et les morts n’ont pas reçu les sacrements, chose impensable alors sous peine d’enfer.

Mais cela ne nous donne pas la cause de ces noyades : un passage à gué mal organisé, une crue, le naufrage d’un bateau, le chavirage d’un bac, etc.

Heureusement, le curé de Pinay, village situe à environ 10 kilomètres en aval de Balbigny en suivant le fleuve a eu aussi un enterrement à faire et précise qu’un « habitant de la paroisse de Joux passant au port de Balbigny sur les rives de la Loire et le bateau ayant malheureusement coulé à fond, [il] fut submergé par les eaux et conduit par la force des eaux de la rivière de Loire jusqu’au moulin ».

Ainsi donc, ont connaît la cause des décès : le naufrage d’un bateau traversant la Loire de Balbigny à Nervieux.

Cet acte nous apprend également deux autres choses :

- le première est que la Loire était certainement en forte crue ce jour là : en effet, elle est normalement large de guère plus de 40 mètres à cet endroit, il y a des gravières et des méandres en aval de Balbigny et cela ne devait pas être bien différent à l’époque. Pour qu’un corps soit transporté à 10 kilomètres du lieu de naufrage en un temps très court (dans la journée), les eaux devaient être tumultueuses. Cette impression est également renforcée par le fait que le curé de Nervieux a enterré des victimes jusqu’à trois jours après le drame : il ne devait pas être facile de récupérer les corps.

- le seconde est que Jeanne n’était pas la seule de Joux à faire ce pèlerinage puisque l’homme inhumé à Pinay y habitait également.

Il y avait d’ailleurs certainement d’autres paroissiens de Joux qui y participèrent et qui survécurent (ou qui ne prirent pas le même bateau) : en effet, seule cette hypothèse permet d’expliquer que Jeanne ait pu être rapatriée si rapidement à Joux, distant, je le rappelle, de 40 kilomètres, pour y être enterrée le lendemain du naufrage. Même s’il est probable que l’accident ait eu lieu le matin de bonne heure, avant les messes, et que l’enterrement a eu lieu l’après midi du lendemain, cela ne laisse que peu de temps. Surtout que la maréchaussée a du faire son office !

Dernière question : combien déplora-t-on de victimes ?

Je n’ai rien trouvé sur les bateaux qui faisaient traverser la Loire à cette époque, et n’ai donc pas idée de leur taille. Cependant, il suffit d’analyser les actes de décès des villages environnants pour se faire une idée, ne serait ce qu’à minima.

On a enterré :

- Hiérosme Basoud, Toussainte Linier et Simone Forez à Balbigny le 21 mai.
- Jeanne Dubuis à Joux le 21 mai.
- Madeleine Flaschier, Benoît Loyes, Jean Magnin, Gabrielle Chomen et sa fille Louyse Douzy, à Néronde le 21 mai.
- Pierre Demonger à Pinay le 21 mai.
- « six grands corps » à Nervieux le 21 mai.
- « trois corps morts inconnus » à Balbigny le 22 mai.
- « deux grands corps » à Nervieux le 22 mai.
- « deux autres grands » corps à Nervieux le 23 mai.

Ce qui nous donne un minimum de 23 décès, sans compter les paroisses dont les registres ont disparu et celles où je n’ai pas eu la curiosité de chercher.

Il est également probable que l’embarcation fût surchargée en ce jour de fête, ce qui, ajouté aux eaux bouillonnantes, peut expliquer un tel désastre.

Je n’ai pas trouvé mention du décès de nautonier, à moins que ce ne fût le Jérôme Basoud enterré à Balbigny, mais c’est une hypothèse tout à fait gratuite.

JPEG - 372 ko
Carte de l’itinéraire de Jeanne et le but du pèlerinage

Inhumation des 10 personnes non identifiées à Nervieux (Loire)

enterrement de six grands corps qui se sont noyés dans la Loire

Le vingt uniesme May mil six cent soixante dix huict je soussigné curé de
Nervieu et Grégnieu ay enterré au mesme jour six grands corps qui se
sont noyés dans la Loire, sçavoir deux jeunes hommes aagés d’environ l’age
de trente cinq années et un petit garçon de l’age d’environ de sept ou dix
années et une femme aagée d’environ quarante années, une fille agée d’environ
vingt cinq années et une autre fille qui paroissait d’age aussy dans les
dix sept ou dix huit années, en foy de quoy j’ay signé

enterrement de deux grands corps qui se sont trouvé noyé dans la Loire

Le vingt deuxiesme may mil six cent soixante dix huict, je soussigné
curé de Nervieu et Grégnieu ay inhumé dans le cimetière de ma
parroisse deux grands corps qui se sont noyés dans la Loire, sçavoir
un homme aagé d’environ quarante quatre années et une femme
qui paraissait aussy avoir l’aage de trente sept ou trente huit années
en foy de quoy j’ay signé

enterrement de 2 autres grands corps qui se sont noyés

Le vingt troisiesme May 1678 je soussigné curé de Nervieu et
Gregnieu ay inhumé dans le cimetière de ma paroisse deux grands corps
qui se sont noyez dans la Loire, sçavoir un homme et une femme tellement
défigurés qu’on n’a pu remarquer quel estait leur aage et n’ont
point esté recognu de personne, en foy de quoy.

Inhumation des 6 naufragés (3 identifiés, 3 non-identifiés) à Balbigny (Loire)

L’an mil six cent septante huict, le vingt uniesme may ont esté
enterré par moy curé soubsigné de Balbigny dans le cemetière
dudit Balbigny : Hiérosme Basoud de la paroisse dudit Balbigny ;
Toussainte Limier dit Blanc demeurant à Epercieux et Simone
Forez aussi de Balbigny En présence de Jean Basoud, Benoist
Basoud dit Millet, André Batard et Jean Allere quy ont
déclairé ne scavoir signer enquis.
L’an mil six cent septante huict le vingt deuziesme may ont esté
enterré par moy curé soubsigné de Balbigny dans le cemetière dudit
Balbigny trois corps mors incognu ayant pourtant des marques de
chrestiens, scavoir un homme et deux femmes, en présence de
Jean Bidas et Claude Sapey Barrollier qui ont déclairé ne
scavoir signer enquis

Inhumation des 5 noyés habitants de Néronde (Loire)

Magdelaine Flaschier l’aisnée, fille de défunct Antoine Flaschier juge de Poly les Feurs décéda hier suffoquée des eaux de Loyre alant à Gregnieu et a esté ensevelie le vingt un may mil six cent septante huict au cimetière de Néronde, présents Pierre Morin, Antoine Pointy et Antoine Michard ???? résidant à Néronde qui ont dit ne scavoir signer enquy et sommés
Benoist Loyes de Néronde mourut hier suffoqué dans la rivière de Loyre et a est enseveli ce vingt un may mil six cent septante huict au cimetière de Néronde, présents Jean Loyes père dudit Benoit, d’Antoine Loyes ?????? oncle, de Pierre Beaujon proche voisin dudit défunct qui ont dit ne scavoir signer enquy et sommés
Jean Magnin fermier à la Fay paroisse de Néronde mourut hier suffoqué dans les (?) eaux de la rivière de Loyre et a esté enseveli au cimetière de Néronde ce vingt un may mil six cent septante huict, présents Pierre Clauron, beau-frère dudit Magnin, d’ ??? Montfils ??????, Pierre Douzy Couchard dudit Néronde qui ont dit ne scavoir signer enquy et sommés
Gabrielle Chomen femme de Claude Douzy Couchard boucher de Néronde et Louyse Douzy, fille desdits Douzy et Chomen moururent hier suffoquées dans la rivière de Loyre et ont ésté ensevelies au cimetière de Néronde c vingt un may 1678, préxents Antoine et Pierre Douzy enfants dudit Claude Douzy, Claude et Charles Plasse, neveux dudit Claude Douzy qui ont dit ne scavoir signer enquis et sommés

Inhumation à Pinay (Loire) de Pierre Demonger, habitant de Joux (Rhône)

Pierre Demonger marchand habitant de Piney la parroisse de Joux passant
au port de Balbigny sur la rivière de Loire et le bateau ayant malheureusement coulé à fond, ledit Pierre Demonger fut submergé par les eaux et conduit par la force des eaux de la rivière de Loire jusques au moulin de Mr le marquis de Charmazel parroisse de Piney où ayant esté trouvé par Jean Flandre, meunier habitant dudit Pinay et Antoine Baudant et Jean Molon Margotton ses deux valets
et ayant été visité par les gents de la Justice le même jour vingtième du mois
de may mil six cent septante huit, je soussigné après lui avoir trouvé des
marques d’un véritable chrétien, des heures et un chapelet, l’ay inhumé le vingt
unième dudit mois dans le cimetière de l’église de Piney en présence de Charles
Demonger et de Claude Frouget dit la pierre et de Pierre Bost tissier habitant de la parroisse de Violay, de Claude Frouget dit la pierre marchand de St bJean de Panissière de Pierre Bost, laboureur habitant de Violay et de Jean Flandre, meunier habitant de Piney, et lesdits témoins Charles Demonger et Claude Frouget ont signé et lesdites Pierre Bost et Jean Flandre ont déclaré ne savoir signer. Signatures : Demorgier, C. Froget, Coudour, curé de Piney

Un ouvrage, publié en 1816, fait également état d’un naufrage d’un bac à Balbigny vers 1818

Merci à Michel Guironnet pour la découverte de ce document sur le site de Gallica.

Extrait du « Prix de Néronde, Fête du fauteuil de Son Altesse Royale Madame, duchesse d’Angoulême. Fondation annuelle et perpétuelle pour consacrer le souvenir du retour de Sa Majesté en 1815 », par Antoine-François Delandine (ouvrage disponible sur Gallica) :

« Sur l’offre et la demande de M. Delandine, fondateur, le Comité a de suite décerné un second prix, de même valeur que le précédent, à Jean-Marie Micolon, meûnier sur la Loire, né à Balbigny, canton de Néronde.
Le 20 mai dernier, jour de la foire annuelle de Grénieux, le bac de Balbigny traversait environ cinquante-quatre personnes, et beaucoup de boeufs et de chevaux, d’une rive de la Loire à l’autre. En ce moment, le fleuve était très rapide et grossi par d’abondantes pluies.
Le bâteau était surchargé et à fleur d’eau. Une mauvaise manoeuvre l’avait mis en travers du fleuve et fait légèrement pencher. Aussitôt l’eau est entrée, et tout à disparu. Quelque temps après, des chevaux ont surnagé, et six personnes, se cramponant à leurs crins flottans, sont arrivées à bord.
Micolon, placé à une grande distance du lieu du désastre, en est témoin.
Quoiqu’il n’eût alors qu’un bâteau frêle, et où l’eau pénétroit, il ne balança pas d’accourir au secours des naufragés. Après divers voyages, il a eu le bonheur d’en arracher cinq aux flots, et ne s’est arrêté que lorsque la nuit a interrompu ses secours, et qu’il n’a plus vu personne à sauver. Les cinq personnes qui doivent la vie à Micolon, et les six précédentes, sont les seules qui ont échappé à la mort ; les autres ont péri. »

Notes

[1Saint Austrégésile, né en 551. Abbé de saint Nizier à Lyon puis évêque de Bourges, mort en 625.

[2Bidon de lait de dix ou vingt litres, en français local.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 Messages

  • Un dramatique naufrage sur la Loire, le 20 mai 1678 14 janvier 2012 09:07, par GUIRONNET Michel

    Bonjour,

    Félicitations pour votre article passionnant !

    Delandine, dans son « Prix de Néronde. Fête du fauteuil de Son Altesse Royale Madame, duchesse d’Angoulême. Fondation annuelle et perpétuelle pour consacrer le souvenir du retour de Sa Majesté en 1815 » dit qu’en 1818 le prix fut décerné à Jean Marie Micolon, meunier sur la Loire.

    Il a sauvé cinq personnes de la noyade : « Le 20 mai dernier, jour de la foire annuelle de Grénieux, le bac de Balbigni traversait environ cinquante quatre personnes, et beaucoup de boeufs et de chevaux... »

    « Le bateau était surchargé et à fleur d’eau. Une mauvaise manoeuvre l’avait mis en travers du fleuve et fait légérement pencher. Aussitôt l’eau est entrée et tout a disparu... »

    Pour avoir travaillé sur l’histoire du hameau des Roches, dépendance de Condrieu avant la Révolution, le Rhône les séparant, j’ai noté beaucoup d’accidents identiques à celui que vous relatez au bord du bac à traille reliant les deux rives.

    Ils sont racontés dans mon livre « L’ancien régime en Viennois »

    Cordialement.

    Michel Guironnet

    Répondre à ce message

    • Excellente suggestion que celle du bac à traille auquel je n’avais pas pensé.
      Il en existait un à Roanne sur la Loire à cette époque (cf une gravure datée de 1695) et il est fait mention de son existence dans le milieu du XVe dans un livre de Paul Bonnard (°1864) : « La navigation à Roanne, sur la Loire et les canaux », édité en 1944 par l’imprimerie Sauzet de Roanne.

      Donc une piste à creuser sur l’existence d’un tel bac à Balbigny

      Cordialement

      SC

      Voir en ligne : http://projetbabel.org/fluvial/bac.htm

      Répondre à ce message

  • Un dramatique naufrage sur la Loire, le 20 mai 1678 14 janvier 2012 23:38, par patriceberoud

    Mes recherches généalogiques sont surtout localisées sur les bords de la Saone .Dans les registres paroissiaux, il m’arrive de découvrir des actes de décès par noyade. Malheureusement , il n’y a jamais de détails sur les causes de ces accidents.
    Votre article est très interessant.

    Les enigmes sont forts bien résolues, par un excellent travail de recherches.
    Toutes mes félicitations.

    Cordialement

    Patrice Beroud

    Répondre à ce message

  • Un dramatique naufrage sur la Loire, le 20 mai 1678 4 février 2012 13:43, par cduic

    Félicitations pour cette excellente investigation.

    Répondre à ce message

  • Un dramatique naufrage sur la Loire, le 20 mai 1678 25 décembre 2013 08:39, par BERCHOUD Alain

    Descendant aussi de cette malheureuse Jeanne (par son fils Jean né en 1673), j’avais commencé quelques recherches sur le sujet avec les éclairages de mon père sur cette foire, avant de tomber sur votre article qui développe une étude très poussée du sujet.

    Je vous remercie grandement pour cette recherche.

    Son mari, Barthélémy GUILLOT, dans son malheur, a vécu pourtant jusqu’à 85 ans environ ce qui est rare à l’époque ! Il était marchand Laboureur à Joux. Avait-il par ailleurs une activité commerciale durant cette foire ? Sûrement. Était-il dans la même embarcation ? comment en-a-t-il échappé ?

    Le motif religieux de ce déplacement à Nervieux a été stipulé et privilégié par le curé sans doute pour faciliter, auprès du Seigneur, la rédemption de la défunte. A l’époque, évoquer une activité commerciale dans un tel acte, n’était pas pensable ou était inapproprié.

    Cordialement,

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |