www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » L’expérience de la mer » Jean Vincent Morice, chirurgien et négrier sur les navires de la Compagnie (...)

Jean Vincent Morice, chirurgien et négrier sur les navires de la Compagnie des Indes


jeudi 28 juin 2012, par Jean-Yves Le Lan

Répondre à cet article

Jean Vincent Morice [1] naît à Lorient le 19 janvier 1725. Il est baptisé dès le lendemain par le recteur de Lorient, l’abbé Cohalan. Son père, Alain, est maître menuisier et sa mère s’appelle Janne Coulonge [2].
Dans une lettre de Jean Vincent Morice datée du 3 mars 1776 adressée à monsieur de Sartine, ministre et secrétaire d’état de la Marine, nous lisons qu’il a appris le métier de chirurgien à l’hôpital royal de Brest [3].

Il embarque ensuite à Lorient sur les navires de la Compagnie des Indes comme chirurgien avec pour destination le Bengale, la Chine, les Indes, etc. Sa carrière comme officier major en tant que chirurgien dans la Compagnie des Indes est résumée dans le tableau ci-après [4] :

Dates de la campagneNom du navireDestinationCote des archives
20/10/1750 au 28/06/1752 Le Duc de Parme Le Bengale SHDL-2P34-II.25
30/12/1753 au 30/07/1755 Le Condé La Chine SHDL-2P37-I.10
07/03/1758 au 04/07/1759 Le Dargenson Les Indes SHDL-1P196, 667 - 2P10-II.5
04/07/1759 au 04/08/1761 Le Vengeur L’Île de France [5] SHDL-1P196, 667 - 2P10-II.5 - 1P195, 656
07/02/1765 au 28/07/1766 Le Beaumont La Chine SHDL-2P40-II.11 – 1P203, 745
03/03/1768 au 15/06/1770 Le Marquis de Castries Le Bengale SHDL-1P206, 780

Le 14 août 1770, il se marie à Lorient avec Marguerite Caro fille de Louis Caro, officier des vaisseaux de la Compagnie des Indes [6]. Le couple a un premier enfant dès l’année suivante qui sera prénommé Jean Louis. Ce dernier naît le 4 septembre 1771 à Lorient et est baptisé le même jour par le recteur de Lorient : Grimaud Giraud.

L’année suivante, il embarque sur La Digue comme subrécargue. Le navire a comme propriétaire et armateur la société « Piquet et Saint-Pierre ». La Digue part de Lorient le 17 avril 1772 et fait escale à Port-Louis de l’île de France du 5 août au 14 septembre. Le navire effectue une opération de traite aux îles Querimbe du 18 novembre 1772 au 22 février 1773. Thomas Vernet décrit la suite de la campagne en ces termes : « Fin mars, alors qu’il est en route pour Cayenne et la Martinique, le navire relâche au cap de Bonne-Espérance avec une « cargaison considérable de noirs ». Après avoir débarqué les esclaves pour les « rafraîchir », La Digue repart pour le Cap-Français, principal port de Saint-Domingue, où elle arrive le 13 juillet 1773. 230 esclaves sont débarqués. La Digue est de retour à Lorient le 20 décembre, puis à Nantes le 4 janvier 1774.  » [7]

Dès son retour en France, Jean Vincent Morice décide d’organiser une traite à Zanzibar, « sur la foi d’un commerçant arabe qu’il avait su mettre dans ses intérêts  ». [8]

Il repart de Lorient le 5 mai 1774 sur L’Espérance. Ce navire est en fait La Digue rebaptisé L’Espérance et est cette fois la propriété de la société « Foucault » qui arme le navire avec comme capitaine Jean Robinot Desmolières. Jean Vincent Morice est à bord le maître des opérations diplomatiques et médicales. L’Espérance arrive à Port-Louis de l’île de France le 17 ou 18 septembre 1774 et navigue le 5 novembre sur Saint-Denis de l’île Bourbon pour y débarquer des passagers et des soldats du régiment de l’île de France. Le 14 novembre, L’Espérance est rejoint par L’Etoile du Matin, le 15 les deux navires quittent l’île Bourbon et font relâche à Agaléga du 27 au 29 novembre afin d’obtenir des provisions et d’explorer la zone. C’est au niveau de la baie d’Ungama (ou Formosa) entre l’archipel de Lamu et Malindi, que l’expédition aborde la côte le 3 janvier 1775. Quatre jours plus tard, les deux navires sont devant la ville de Zanzibar.

Les contacts entre les Français et le gouverneur omanais sont immédiats et cordiaux. Dès le premier entretien les français se voient proposer 600 esclaves sous un mois. L’Espérance et L’Etoile du Matin lèvent l’ancre le 10 mars 1775 avec 614 adultes, adolescents et enfants sevrés auxquels s’ajoutent cinq enfants « à la mamelle ».

Un problème important apparaît rapidement car certains esclaves sont infectés par la variole et Jean Vincent Morice pratique l’inoculation. Malgré ce traitement la propagation de la maladie est fulgurante mais les soins permettent de limiter les décès car uniquement neuf esclaves mourront jusqu’au 28 avril.

Le 28 mai, L’Espérance passe à proximité de Rodrigue et arrive le 30 mai à l’île de France. Les esclaves sont mis en quarantaine. Jean Vincent Morice déclare avoir acheté 700 esclaves et en avoir rapporté « environ 500 ».

Dès le 28 août, Jean Vincent Morice renvoie L’Etoile du Matin (rebaptisé L’Abyssinie) à Zanzibar et L’Espérance le suit le 31 août avec l’armateur à son bord et le 13 septembre un troisième navire part, L’Abyssin. 925 esclaves sont achetés et 860 rapportés à Port-Louis.

Le 3 mars 1776, Jean Vincent Morice propose à monsieur de Sartine d’implanter un établissement commercial à Kilwa et le 14 octobre 1776, Jean Vincent Morice signe un traité pour cent ans avec le sultan de Kilwa. Dans ce traité, le sultan s’engage à fournir 1000 esclaves par an à 20 piastres et lui met à disposition une forteresse. En retour, Jean Vincent Morice versera 2 piastres par esclave au sultan [9] (voir la traduction du traité en encadré).

Dans le courant de l’année 1777, Jean Vincent Morice fait part aux autorités dans des mémoires de l’intérêt d’implanter un établissement commercial sur les côtes Est de l’Afrique et rédige en septembre 1777 un projet d’implantation en donnant dans le détail les besoins financier, matériel et humain nécessaires [10]. Le 3 octobre 1779, il part de Port-Louis en direction de Zanzibar comme capitaine du navire Le Saint-Pierre afin d’honorer une demande de 600 esclaves de l’administration de l’île de France [11]. Il décède le 16 juin 1780 à Kilwa [12].

Traduction du traité, écrit en arabe, entre Morice et le « Sultan » de Kilwa, le 14 octobre 1776

« Nous le Roi de Kilwa, Sultan Hasan, fils d’Ibrahim, fils du Sultan Youssouf, le Shirazi de Kilwa, nous donnons notre parole à monsieur Morice, un Français, que nous lui fournirons, chaque année, mille esclaves à vingt piastres l’unité et qu’il [monsieur Morice] donnera au Sultan, un présent de deux piastres pour chaque esclave. Il peut faire commerce de ses esclaves avec qui bon lui semble, Français, Hollandais, Portugais ou autres, mais pas au delà du nombre reçu. Ce traité entre lui et nous a une durée de cent ans. Comme garantie, nous lui offrons une forteresse où il pourra installer le nombre de canons qu’il voudra et son drapeau. Les Français, les Maures et le Sultan de Kilwa ne font plus qu’un. Si quelqu’un attaque l’un d’entre eux, il les attaque tous.

Fait, sous nos signes et sceaux, le 14 octobre 1776
Signé : Morice

Nous, soussignés, le capitaine et l’officier du navire « Abyssinie » commissionnés par monsieur Morice, certifions que tout ce qui concerne ce traité a été fait en notre présence, à Kilwa, le 14 octobre 1776.

Signés : Pichard
Pigne-Broüard. »

Notes

[1La graphie Maurice est utilisée sur l’acte et sur d’autres documents.

[2Archives municipales de Lorient, cote GG4-vue 96.

[3Freeman-Grenville, G.S.P., The french at Kilwa island, Clarendon Press, Oxford, 1965, p. 63.

[4Archives de la série 1P et 2P du Service historique de la Défense – département Marine à Lorient (SHDL).

[5Il rentre à Lorient sur le vaisseau du roi : L’Actif (SHDL – cote 1P196, 667, rôle d’équipage du Dargenson).

[6Archives municipales de Lorient, cote GG59-vue 148.

[7Vernet, Thomas, La première traite française à Zanzibar : le journal de bord du vaisseau l’Espérance, 1774-1775, in Civilisations des mondes insulaires, Kerthala, Paris, 2011, p. 487.

[8Ibid, p. 488.

[9Rispal, Jean-François, Zanzibar et la politique française dans l’Océan Indien (1776 – 1904), collection « Clio en Afrique », Centre d’Etude des Mondes Africains (CEMAf), n° 15, printemps 2005, p. 84.

[10Freeman-Grenville, G.S.P., op. cit., p. 89 et 193.

[11Vernet, Thomas, op. cit., p. 489 à 500.

[12Vernet, Thomas, op. cit., p. 501.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

8 Messages

  • Bon jour !
    C’est impressionnant ! Merci pour cet article

    Répondre à ce message

    • Tres impressionnant---l’on estime à quel point l’appréhension de l’être humain a évolué---quoiqu’il y ait toujours de l’esclavage-le troc comptabilisé fait frémir---

      j’ai une arrière-arrière grand mere,tres typée parce qu’issue d’un métissage européen-indien et certainement africain,de l’estado du sucre au Venezuela(nous en avons un portrait en fin de vie---)—nul doute que ses ancêtres indiens et africains ont connu des sorts similaires,comme la branche européenne,elle motivée par un changement radical de vie hors pauvreté ---

      Répondre à ce message

  • Merci pour ce document qui éclairci ( sans jeu de mots), la filière totale de l’esclavage.
    D’où l’utilité de rappeler que sans « fournisseurs », il n’y aurait pas eu de négriers.

    Répondre à ce message

  • Oui un grand merci pour ce triste devoir de mémoire. Ces faits relatés datent de moins de 240 ans : 8 générations.
    Comment des êtres humains « civilisés » pouvaient-ils considérer d’autres êtres humains comme de la marchandise ?
    Et maintenant, comment des êtres humains, par le biais, entre autres de sociétés financières, peuvent-ils pousser d’autres êtres humains à s’endetter audelà du vivable, pour des surconsommations en tout domaine, à les rendre eux-mêmes esclaves de l’argent et ceci dans le but de s’enrichir ?

    Répondre à ce message

  • Sujet très intéressant qui me rappelle ma plongée dans les registres de la Guadeloupe ou il est dit que tel postulant au mariage n’a « pas mémorité des noms de ses père et mère ayant quitté le lieu(Afrique)en son age tendre »le nombre de mentions identiques est très important dans les années 1797-1803

    Répondre à ce message

  • Bonjour
    tres interessant l’article.
    au cas que vous ne l’auriez pas je vous communique le nom des capitaines.
    L’Etoile du matin, expedition du 28 aout Capitaine Renaud.
    L’esperance , expedition du 31 aout Capitaine de la Girauday.
    L’Abyssin , expedition du 13 septembre Capitaine Chateauneuf.

    source : Gazette des Iles de 1775 Archives de l’Ile Maurice.

    Répondre à ce message

  • Pour avoir « touchée » de près ces archives et cotoyée ce milieu au cours de mes recherches sur UN ARISTOCRATE DANS LA TOURMENTE, j’ai rencontré également un maître-chirurgien portant bien son nom Monsieur de SAUVETERRE.... sur l’un des bateaux de la compagnie des Indes dont le rôle principal était de redonner bonne figure aux esclaves transportés sur les navires de la Compagnie des Indes... Ils étaient huilés, parés, afin de paraître en bonne « marchandise » auprès des acheteurs de la Colonie (Isle de France) mais beaucoup mouraient en mer lors de nauffrage, du scorbut, de maladies, de bagarres, ou tout simplement d’épuisement !
    Le contenu de la « valise » de ces chirurgiens laissent songeurs :
    - Seringues à injection (contre la variole)
    - canules
    - urinoirs
    - spéculums oris
    - aiguilles à seton
    - bistouris
    - cautères
    - lancettes et scie pour les amputations urgentes
    - sondes et biberons...
    et les remèdes :
    - baumes
    - sirops
    - électuaires
    - tisane de consoude
    - eau de riz
    - discordivum (auquel il mélait du vin blanc)
    - pruneaux pour le ventre (sic) et la dysentrie
    arrangés avec deux marcs de crême de tartre dissous dans l’eau chaude avec un Gros d’Ipécacuana (drogue pour rejeter les humeurs" qui était mortelle si mal utilisée...
    Et encore bien d’autres petites sucreries du même type...
    Pas étonnant que beaucoup passaient de l’autre côté ... voilà tout le matériel chirugical et médical d’un médecin chirurgien de la Cie des Indes
    En tous les cas très bon article et particulièrement intéressant
    M.A.T

    Répondre à ce message

  • Très intéressant mais ou peut-on en apprendre plus sur Jean Vincent Morice ??

    Voir en ligne : http://wheresthegame.net/

    Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |