www.histoire-genealogie.com

----------

Sommaire - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances historiques - Serez-vous pendu ? - Collection THÉMA - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chronique familiale et aventure généalogique » Mathieu rassembleur de terres (épisode 41)

Mathieu rassembleur de terres (épisode 41)


jeudi 16 janvier 2014, par Danièle Treuil

Répondre à cet article

- Pour lire les épisodes précédents...

Mathieu s’est marié en janvier 1719 ou, après « les années de misère », la situation du pays s’améliore. Il profite de cette embellie qui semble durer pour agrandir le domaine, que son père Etienne a commencé à constituer. C’est bien de posséder quelques terres à Roche, héritées du grand-père maternel et qu’il peut transmettre à son tour, et d’avoir pu renouveler pour le domaine Borjas le bail auprès du sieur Villeneuve… mais ce n’est pas encore suffisant. J’ai eu un peu de mal cette fois à organiser cet épisode et les suivants, tant les opérations qu’il mène sont multiples et se chevauchent. Mais en choisir une ou deux à titre d’exemple m’a paru réducteur et ne pas rendre compte de l’énergie qu’il a déployée pendant toutes ces années, ni de la complexité qui relie celui qui cultive la terre à celui qui en est maître et seigneur, en haut de la pyramide.

Dès son mariage, mathieu par un inlassable labeur et des choix pertinents va augmenter la surface des terres qu’il cultive, sachant saisir toutes les opportunités, qu’il s’agisse de prendre à bail des terres nouvelles, d’en louer d’autres, d’en acheter à son bailleur, de faire des échanges pour les regrouper et gagner ainsi du temps et de la peine. Toutes ces opérations se déroulent en parallèle et s’étalent tout au long de sa vie, non sans quelquefois des mésaventures, voire même de grosses contrariétés. Son fils aîné, claude, y participe, quand il est en âge. Cet épisode est centré davantage sur la première moitié du siècle… même si les affaires qu’ils ont engagées se poursuivent souvent bien après, parfois au-delà de leur vie !

Les fermages

Prise d’un fermage pour une terre du prieuré de St-Just-en-Chevalet

En plus des terres de Borjas louées déjà par son père au sieur Villeneuve et dont le bail se poursuit, mathieu prend en ferme, dès 1728 semble-t-il, juste après la naissance des jumelles (son père l’avait peut-être fait avant lui, mais nous n’en avons pas la preuve), des terres qui relèvent du prieuré de St-Just-en-Chevalet. Les étés ont été pourris ces dernières années, entraînant de mauvaises récoltes et des famines ; il faut de la terre, toujours plus de terre… Nous avons trace de ce fermage grâce à des quittances établies à deux reprises, à vingt ans d’intervalle, concernant le paiement des “servis” pour les années écoulées. Il était intéressant pour les manants de dépendre d’une abbaye, beaucoup moins exigeante que les seigneurs ou les notables pour récupérer les redevances, même si dans le cas d’espèce c’est un notaire qui est mandaté par le prieur pour faire rentrer les impôts.

• 1759 : régularisation pour vingt-huit années finies…

Il apparaît que les servis sont dus par mathieu et son fils aîné claude pour vingt-huit années finies, c’est-à-dire depuis 1728. Quelle a été la date exacte du premier bail ? C’est Maître Fonthieure, notaire, qui est en charge de réclamer le dû, ayant obtenu la “régie de la rente noble du prieuré”.

Nous sommes cette fois en 1759, le fils claude a quarante-deux ans, « je, soussigné, ayant la régie de la rente noble du prieuré de St Just en Chevalet, reconnois avoir reçu de mathieu et claude Pra, père et fils, du lieu de chez Roche, paroisse de St Just, les arrérages de servis, deux (= dus) à ladite rente de vingt-huit années finies à la St Martin d’hivert, à la forme de leur reconnaissance nouvelle, le huit septembre dernier - Reçu le tout cinquante livres : Maitre Fonthieure, notaire ». On remarque que le notaire indique “du lieu de chez Roche”. Je pense que c’est là que se trouvaient les terres. Il ne peut ignorer que Mathieu et les siens habitent Borjas depuis de longues années…

Le prieuré, plus ancien que le Château de Saint-Just, existait déjà au XIe siècle sous l’obédience de moines bénédictins. Il semble même qu’il ait précédé la première église. Il se trouvait au faubourg qui est devenu le centre de Saint-Just, sur l’actuelle place de la Roche Taillée et possédait un certain nombre de terres. Quand la première église fut installée, le prieur eut le privilège de nommer les curés, tradition qui s’est perpétuée jusqu’à la Révolution. Le prieuré a appartenu longtemps à la famille de Drée de la Sarre, originaire d’une toute petite paroisse, aujourd’hui commune de cinquante habitants en Côte d’Or ! A l’époque, le prieur se nomme Gilbert de Drée de la Sarre (1744 à 1772).

1779 : vingt ans plus tard ?

Le temps a passé, puisque nous nous trouvons maintenant vingt ans après la seconde quittance et dix ans avant la Révolution ! Le fils aîné est décédé en 1763 et le père, mathieu, depuis trois ans (en 1776). La quittance est établie au nom de son petit-fils, un autre claude, âgé alors de vingt-quatre ans (né en 1755), nouvellement marié.

Le prieur est lui aussi défunt et c’est son neveu qui est héritier des terres, Maître Jean Gilbert, ex-officier dans le régiment de Champagne, demeurant à Toulon. C’est toujours Maître Fonthieure qui est régisseur, peut être son fils… car il tenait l’étude d’une génération à l’autre.

Il n’y a pas eu de quittance intermédiaire "Ayant droit des arrérages de la rente noble du prieuré de St Just en Chevalet, de la part de Maître Jean Gilbert de Drée de la Serre, ancien officier dans le régiment de Champagne, demeurant à Toulon en provence ; héritier de Maître de Drée de la Serre, son oncle, vivant prieur dudit St Just, à la forme de son testament en datte du 11 avril l744, reçu par Alix Seine, notaire. j’ay reçu de claude pra du village Borjat, parroisse de St Just en Chevallet, les arrérages de cens et servis qu’il doit à ladite rente du prieuré de St Just de vingt deux années eschues… Reçu Maitre Fonthieure, notaire, pour yceux arrérages la somme de soixante dix livres dont quittance, sauf les années postérieures”. Cette fois, il est bien noté “pras Borjat” (souvent le t comme ici a pris la place du s).

On peut s’étonner du délai avec lequel le prieuré réclamait son dû. Mais il faut savoir qu’il s’agissait de sommes annuelles très modestes. Ici, les cens et servis sont inférieurs à deux livres par an, pour la première période ; et à un peu plus de trois livres, pour la deuxième période. Le prieur comme le seigneur ne laissait pas passer 29 ans toutefois pour réclamer les redevances, car au-delà de trente ans il y avait prescription. Par ailleurs, nous savons que mathieu et claude tiennent d’autres terres en fermage d’antoine pra oblette et son gendre (jehan paire) du village Mezire, terres appartenant à la seigneurie de St Just. Ces derniers sont endettés. C’est mathieu qui paie pour eux et, en échange, il bénéficie du fermage gratuitement jusqu’au 28/9/1721 (Cf. épisode 37).

Location d’une terre à Claude Oblette

Dans le même temps, mathieu, bien que fermier de plusieurs terres, sous-loue à son tour un bien, à un parent semble-t-il, claude oblette (la grand-mère paternelle de marguerite est née oblette). Ce dernier reçoit en effet quittance en 1731, pour 42 livres plus le montant de la caution qu’il a donnée pour le bétail « cy présent et acceptant, toutes les charges et maintenues de droit, portées et mentionnées au bail de grangeage par eux passé ». Il est donc question aussi de« cheptail ». Sauf disposition contraire, le bétail appartient au propriétaire, qui en reçoit caution. Le fermier doit le rendre en fin de bail, excepté en cas d’intervention divine, la foudre par exemple l Mais si une vache crève, la caution reste au propriétaire.

Échanges et achats de terres

Tout au long de sa vie, mathieu procède à des achats de terres, au gré des opportunités. Mais avant, il doit tenir les engagements souscrits par son père estienne, pour une acquisition auprès d’un certain Farjon.

Achat d’une terre aux Farjon [1]

En 1731 et 1732, nous détenons des quittances établies par sébastien farjon, prêtre tuteur des enfants de son frère défunt, guillaume farjon, auquel le père de mathieu avait donc autrefois acheté une terre. Il s’agit chaque fois du même montant, quatre-vingt-dix livres, correspondant aux intérêts du prix d’un contrat de vente passé au profit de mathieu le 9 mai 1717, alors qu’il avait vingt ans (c’est son père estienne qui avait dû engager l’achat pour son fils, il est mort l’année suivante) ! Quinze ans se sont écoulés et mathieu n’a pas encore fini de payer. Nous ne savons pas à quel bien ce contrat correspond, mais c’était une terre qui dépendait cette fois de la rente et seigneurie de Monsieur le marquis d’Urfé et de Langeac. Les farjon “propriétaires usufruitiers” du seigneur, avaient acheté le droit d’en disposer, puis l’avaient vendue à Estienne, père de Mathieu. Ce dernier est tenu « quitte aussi bien des revenus (= intérêts) que du prix dudit contrat, sans qu’il puisse être inquiété et recherché en quelconque façon, et des droits de load, qui pouvoient être dus » [2]. Dans cet acte, Mathieu par ailleurs reconnaît qu’il doit à farjon le remboursement d’un prêt de 72 livres, dont il promet s’acquitter ”le 6e may de l’année prochaine”. Le notaire se nomme Jullien. Mathieu régularise plus tôt que prévu le 15/3/1732 et en reçoit quittance générale.

Tractations avec Claude Rousset, marchand tanneur…

• quand les bestiaux sont malades…

Mathieu profite d’une maladie qui décime depuis 1714 périodiquement le bétail - avec une recrudescence dans les années 1745/47 - pour entreprendre à ce moment-là plusieurs affaires avec Claude Rousset. Je note au passage que ce dernier a pour épouse Antoinette Farjon, sans doute parente des Farjon cités dans les actes de 1731 et 1732. On négocie au sein de son réseau.

Première épizootie d’une longue série

Pendant l’esté 1714, il estouffa une grande quantité du bestial à corne en divers pays et principalement du costé du Forez et aux environs de ce pays, qui fust la cause qu’il alla en dévotion à Notre-Dame du Puy une multitude de peuple en procession ou autrement comme ils faisoint du temps des pardons générals… Le roi ordonna et fist afficher par tous pays d’enterrer lesd bestiaux sans escorcher trois pied de profondeur dans la terre. Il y eut plusieurs maisons qui en perdirent semences et quels remèdes qu’on leur seut faire led bestial estoufet fort promptement… in : Livre de raison de Louis Jouve, cité par Jean Canard dans son ouvrage : Météorologie ancienne.

Claude Rousset est marchand tanneur et la nouvelle épizootie est sévère. En 1745 en effet, dans le courant de l’année, nous dit un curé du voisinage, “la maladie commença sur les bestiaux par une espèce de toux, suivie d’un grand batement de flancs, ensuite une grande guerrée (diarrhée) et un flux de sang si cruel que lesdits bestiaux ne prenoient aucune nourriture, ensuite périssaient… On a pas trouvé remède, plus on en faisait, plus tost ils estoient crevés…” En 1747, de nouveau le pays connaît un regain de l’épidémie “une maladie a régné sur le bétail ; des chenilles noires en quantité innombrable ont dévoré le feuillage des arbres…”. Claude Rousset a besoin d’argent, car après ces épidémies la peau des animaux est impropre à être travaillée pendant de longs mois. Une fois épuisés les stocks de peau, son commerce se trouve interrompu. Mathieu profite de l’opportunité et négocie deux opérations successives.

• l’échange de 1748 - Roman contre Repaire – suivi d’un achat

La première opération a lieu en effet quelques mois plus tard, un 1er janvier. Il faut croire que la notion de jour férié n’existait pas pour le premier jour de l’année, puisque ce n’était pas une fête religieuse. Des terres sont échangées, mais le pré acquis par mathieu, appelé Repaire, est un tiers plus grand que celui qu’il cède en échange. Il devra donc payer un complément, pour un montant de 172 euros. Ainsi mathieu fait-il d’une pierre deux coups : il agrandit son domaine, tout en regroupant des terres, sans doute par ailleurs situées plus près de Borjas…

Contrat d’échanges de terres - 1748

"par devant le notaire royal soussigné et présents les témoins bas nommés fut présent Claude Rousset, marchand demeurant au bourg de St Just-en-Chevallet d’une part et Mathieu Pra, laboureur demeurant au lieu de Borgeat, parroisse de St-Jus- en-Chevalet d’autre part

lesquels de gré ont fait les échanges et permutations suivantes, scavoir que ledit Rousset a remis et transporté et échangé purement et simplement et irrévocablement, avec toute maintenue et garantie audit pra cy acceptant
un pré appelé repaire, situé audit territoire paroisse dudit St Just, contenant environ trois chards de foin
, joignan au pré de sieur Ramey, de midy, à la terre dudit Brunet de matin, au boys d’Antoine Oblette de bize et au pré dudit pra, encore de matin et au boys de Rimoz de soir, sauf autres et meilleurs confins [3], avec entrées, sorties ... franc et quitte de toutes dettes, de quelque nature que ce soit, même de tous arrérages de cens et servis, de tout le passé jusqu’à la St Martin d’ hyvert dernier.

et en contre échange ledit pra a remis, ceddé, quitté et transporté purement et simplement et irrévocablement, avec même maintenue et garantie à Claude Rousset, cy acceptant, un pré appelé pré « roman » (?), situé au territoire, parroisse dudit St Just, contenant environ deux chards de foin joignant ...

les présentes, faites moiennant la somme de cent soixante-douze livres, prix convenu entre les parties pour la plus value du pré remis audit Pra par le sieur Rousset, ainsy qu’ils disent et de laquelle somme de cent soixante-douze livres ledit Pra luy a payé réellement et comptant celle de cent douze livres audit Rousset qui s’en contente, ainsy qu’il dit, quitte, promet faire tenir quitte envers et contre tous. De ladite somme de cent douze livres, ledit Pra qui promet et s’oblige de luy payer la somme de soixante livres restantes au carnaval prochain et sans yntérests jusques alors et au moien de ce que dessus est dit, Rousset et Pra se sont, desdits prés, échangé, dévestu et dévestent .. . passé devant maître Fonthieure, notaire royal.

Mathieu règle 112 livres au comptant et s’acquitte du solde de 60 livres, à la date convenue, c’est-à-dire au carnaval qui suit, autrement dit à Mardi Gras. Claude Rousset lui délivre alors une quittance. On évite les frais d’un notaire. Le contrat est passé devant un huissier, un tailleur d’habit et un marchand. Un chapelier et un cordonnier sont par ailleurs présents comme témoins, ils savent signer. Cet échange est suivi d’un achat de terres, dont nous ne connaissons l’existence, qu’à l’occasion d’une contestation sur le prix en 1759.

Claude Rousset, un pratricien

Nous observons que si Claude Rousset est marchand-tanneur il est dit aussi “pratricien” dans certains actes, c’est-à-dire un homme qui sait lire et écrire et qui se connaît en affaires.

Les pratriciens
Nous avons relevé dans le dictionnaire de Trévoux, qu’il s’agissait “d’hommes experts ès procédure et instruction des procès, qui fréquentent les cours et les sièges des juges, qui entendent le style et l’ordre judiciaire, qui savent les usages, les formes prescrites par les ordonnances et les règlements et qui sont capables de dresser toutes sortes d’actes, sommations, libellés ou écritures”. D’autres dictionnaires de droit du XVII et XVIIIe siècle précisent : “personnes ayant la capacité (culturelle) de fréquenter les juges, les notaires ou les magistrats et d’intenter des actions en justice”.

Les patriciens sont donc en quelque sorte des conseillers juridiques spécialisés en procédure et en contentieux. Leur intervention devant la juridiction compétente est admise et normale. Ils font parfois office de clercs de notaire… Mais ils peuvent aussi être marchands, tout au moins à d’autres moments de leur vie ou dans le même temps. Pour résumer, il semble que ce sont avant tout des personnes sachant lire et écrire, à une époque où une majorité de la population était analphabète et qu’ils avaient une certaine culture juridique.

1759 – Retour de bâton : lettres de rescision

Après l’échange du 1er janvier, Rousset - au cours du même mois - avait vendu à mathieu différents fonds, moyennant la somme de trois cent trente-trois livres, payée comptant. Une opération sans doute avantageuse pour mathieu, qui se trouvait alors en bonne position pour négocier. Onze ans plus tard, en 1759, Rousset soulève un problème… Il n’est pas pratricien pour rien ! La terre n’a pas été vendue à sa juste valeur. Il est évident que le bien vaut davantage après toutes ces années, pour cause d’inflation et aussi parce que Mathieu l’a mis en valeur. Contre la vente, Rousset prend des lettres de rescision, en la chancellerie du palais à Paris pour “entérinement” desquelles il porte l’affaire, par exploit de Bernichon, huissier, devant la juridiction de St Just

Lettres de rescision

Il s’agit en fait d’une action en annulation, qui existe depuis longtemps. Ces lettres devaient être obtenues auprès des chancelleries, ce qui avait un coût. Cette disposition a été reprise dans le code civil (article 1183) et existe donc toujours aujourd’hui : la rescision est l’annulation prononcée par les tribunaux d’un acte passé au préjudice d’un signataire, qu’il soit par exemple frappé d’incapacité, que son consentement ait été obtenu par la force ou bien qu’il ait subi une lésion considérable, ce qui est invoqué ici. Dans ce cas, on replace les parties dans la situation où elles se trouvaient au moment de la signature du contrat. Il est possible à l’acheteur de rendre la chose et de s’en faire restituer le prix d’alors ou de payer un complément déterminé par expert (article 1644). L’action doit être menée dans les cinq ans qui suivent la signature du contrat. Autrefois, semble-t-il, il n’y avait pas de délai.

« mais prévoyant les parties que le rapport de l’expert et les frais qui l’auroient suivis consomeroient en frais. Pour quoy évitter lesdites parties et pour terminer leurs différends sont convenus de ce qui suit : que les mariés Rousset Farjon sont purement, simplement et irrévocablement départis et désistés du bénéfice dedittes lettres de rescision ». Les Farjon renoncent donc à la procédure, mais les Pra paient la somme de cent quarante-trois livres, par arrangement amiable pour la plus-value réclamée par Rousset. Que faire d’autre ? Mathieu a préféré payer et garder les terres… Ainsi, comme nous l’avons déjà constaté, le marchand vend dans l’urgence pour payer des dettes et ensuite il regrette de ne pas avoir cédé son bien plus cher.
C’est aussi toutes ces années que Mathieu procède à des échanges de terres, entre Roche et Borjas : par exemple avec Maître Ramey de Sugny, car je découvre qu’il doit payer, aussi en 1759, des cens et servis sur les terres échangées. C’est une régularisation.

Le bourg de Saint-Just-en-Chevalet (source : Jean Canard)

Mathieu descend régulièrement à St-Just-en-Chevalet pour régler ses affaires, car toutes les transactions se mènent au bourg. C’est là aussi que se tiennent les marchés. Enfin, c’est à l’église de St Just qu’il se rend pour suivre, avec sa famille, les offices religieux du dimanche et des fêtes carillonnées, et bien sûr les baptêmes, mariages et enterrements. Il faut compter depuis Borjas environ au moins une heure de marche, un peu moins à la descente, tout dépend du temps et de l’état du chemin, plus ou moins embourbé.

Si, aujourd’hui, le bourg et la campagne environnante nous paraissent étonnamment calmes, il n’en était pas ainsi à l’époque. Le bourg est une ruche, continuellement encombré d’une foule nombreuse qui parcourt les ruelles tortueuses, terminées par des sentes étroites ou d’imperceptibles raidillons, au seul usage des piétons et des ânes bâtés. Aucun des passages ne fait plus de 2m 50 de large. Les charrois ne peuvent y circuler… On est bousculé de partout. Se pressent là en toutes saisons marchands et artisans, soldats, pèlerins, gens des campagnes environnantes et de très nombreux hommes de loi et fonctionnaires. Les mendiants aussi sont très nombreux, mendiants professionnels ou simplement mendiants de passage qui demandent la charité pour se payer la suite du voyage, sans toucher à leur pécule. La déclaration du 18 juillet 1724 leur enjoignant de trouver un emploi, s’ils ne veulent pas être internés dans les hôpitaux, ne produit pas grand effet. Tous ces voyageurs sans domicile ne peuvent que mourir en cours d’expédition. La chose est prévue. Dans les cimetières est réservé « un vas des pauvres ». Jean Canard relève deux grandes caractéristiques : le plus grand nombre, avant de mourir, se dit “d’Auvergne” ; Ils sont souvent très jeunes. On enterre « à St Marcel, le 25 décembre 1714, un pauvre de la paroisse de Ferrières en Bourbonnais, âgé de 7 à 8 ans, nommé François Bachola » ; à St Just, "le 13 novembre 1713, une fille inconnue d’environ 10 à 12 ans, laquelle avait dit être de St Bonnet le Chaste (Bonnet-le–Chastel)”.

Le Grand Chemin [4]

Pendant que mathieu se démène, en cette première moitié du 18è siècle, pour agrandir son domaine, le pays se transforme. Le renouveau économique entraîne la nécessité d’améliorer les voies de communication. La région en a bien besoin. Les deux itinéraires qui mènent de Roanne à Thiers par St-Just-en-Chevalet - étape obligée dans la montagne – sont en très mauvais état. L’un passe au nord par les Monts de la Madeleine, non loin des villages de nos ancêtres ; l’autre plus au sud, par la Croix du Lac et les Bois Noirs. En 1668, le samedi 1er septembre, le Duc du Roannais, François d’Aubusson de la Feuillade, voyage par là, avec un certain courage nous dit-on, ayant dû abandonner son carrosse pour une simple chaise poste, seule apte à franchir certains passages. Les vieux tracés sont devenus tout à fait insuffisants.

Les nouvelles voies

La “route royale” de Roanne à Thiers constitue la première étape. Il s’agit, au prix de travaux importants, d’ouvrir entre les deux villes une voie propre à raccourcir l’itinéraire par la montagne, plus direct, et à le rendre compatible avec le passage des diligences et charrois. C’est en 1715 que l’on commence à empierrer la chaussée. Le “Grand Chemin Ferré” comme on l’appelait (le patois montagnard a conservé le mot “ferrer” pour dire empierrer une chaussée nous dit Jean Canard) est terminé en 1720, du côté forézien tout au moins. Sur le versant auvergnat, les travaux se poursuivent encore jusqu’au milieu du XVIIIè siècle. Sous l’impulsion de l’Abbé Terray (1715-1778), originaire de la région, contrôleur des finances de Louis XV, une autre voie est ouverte, plus accessible mais aussi plus longue, à travers les “ruines de St Thrurin” (actuelle RN 89)… comme nous l’apprend en 1772, le curé de St Julien-la-Vêtre “que cette même année, l’on a commencé la semaine de l’assention, la grande routte depuis Boën, par St Thurin les Ruines, par Noirétable… jusqu’à Tiers, venant laditte route de Lion”. Ces travaux correspondent à une politique plus générale, au niveau du royaume, pour tracer de nouvelles routes et améliorer l’état des chaussées existantes. En 1738, on a même institué un “système de corvée royale pour la construction et l’entretien des routes de France… réparties en sections et les sections en ateliers, en raison d’un atelier situé à moins de trois lieux d’une paroisse. Les corvéables étaient répartis en deux catégories, les manœuvres pour la confection des chaussées et l’extraction des matières premières, les laboureurs et les voituriers, pour le transport des matériaux nécessaires” [5].

Je pense que ce système a dû avoir cours à St-Just, mais je n’en n’ai pas trouvé l’écho direct. Comment réagissaient nos laboureurs ?

Un grand nombre de fonctionnaires royaux préposés “aux voies publiques” viennent encadrer ceux qui travaillent sur les chantiers, bien avant qu’ait été fondée par l’intendant Trudaine l’école des ingénieurs ; ce sont eux qui interviennent par la suite et qui renouvellent totalement le réseau des routes royales à la fin de l’Ancien Régime et sous l’Empire. Les premiers “commissaires des grandes routes royales”, comme on les appelait aussi, sont allés droit au but nous dit Jean Canard, de monts en vallées, au mépris de rampes accentuées, choisissant de passer par six cols importants, dont le dernier - le Col st Thomas - à 930 m d’altitude entre St-Just-en-Chevalet et Thiers, était le plus élevé du parcours. En amont, venant de Roanne, il avait fallu, juste avant, pour atteindre St Just emprunter une descente vertigineuse. Ces fortes dénivellations ont fait le désespoir des voituriers…

Le parcours était jalonné de croix de fer ou de pierre, érigées surtout au passage des cols et ponctué aussi de “nombreux cabarets, fort utiles à tous les voyageurs, pédestres ou voiturés, qui devaient étancher leur soif ou se restaurer.” L’une de ces auberges, isolée près du col St Thomas, aurait été l’une des fameuses "auberges rouges” [6]. Plus tard, en 1787, bien que la nouvelle route soit construite entre Lyon et Clermont Ferrand, par Noirétable, Boën et Feurs, la liaison se fait toujours en diligence par Roanne et St Just-en-Chevalet, qui reste un relais important. Aujourd’hui, on peut encore repérer où se situait l’arrivée du grand chemin, au cœur du vieux quartier de St Just, presque en face de l’église romane de Notre-Dame-du-Château, de l’autre côté de la route.

Par tous les temps, une foule nombreuse et de toutes conditions…

Le Grand Chemin connut très vite le passage d’une foule nombreuse et de toutes conditions, marchands, mais aussi colporteurs, pèlerins, prisonniers organisés en convois, transporteurs de bois pour la Creuse, qui venaient en été travailler en Forez et en Lyonnais comme maçons et tuilliers, bûcherons et sabotiers qui eux, au contraire, s’exilaient en hiver, afin d’exploiter les forêts de l’ouest et revenaient en été cultiver leur maigre lopin de terre. Il faut y ajouter tous les artisans qui, sac au dos, étaient à la recherche de clients : verriers, tonneliers, émouleurs, peigneurs de chanvre, rétameurs, réparateurs de chaise… sans compter les simples commerçants en déplacement et les transporteurs de matériaux divers (plomb, chaux vive, pierres, chanvre et écorces de chanvre…), ce qui entraînait un incessant roulage de véhicules lourds aux roues bardées de fer. Les convois de galériens, en marche vers les bagnes de Brest, Rochefort, Marseille ou Toulon étaient particulièrement pitoyables. “Les hommes, encadrés d’argousins féroces, avançaient chargés de fers et de boulets, dont le bruit de ferraille était presque aussi sinistre que les crécelles des lépreux d’antan”. (Jean Canard). Quelquefois tous ces errants croisaient les riches équipages de quelques seigneurs se rendant dans leurs terres, en carrosse ou en luxueuse chaise de poste.

Les dangers du voyage

Si la traversée du pays avait été grandement facilitée par le tracé du Grand Chemin, elle n’était pas cependant sans difficulté, ni danger pour les voyageurs. La route à la sortie de Roanne traversait à hauteur de Renaison une zone marécageuse malsaine, puis les épais taillis de St Clair et de Videbourse (le bien nommé), véritable coupe-gorge. Tous les cours d’eau devaient être traversés à gué (les ponts de pierre ne sont construits qu’au début du siècle suivant). Leur franchissement en période de crues était particulièrement périlleux. Les victimes étaient souvent des inconnus : des pauvres, des mendiants, des colporteurs et aussi des marchands dont on exposait le corps quelques heures avec l’espoir que quelqu’un pourrait le reconnaître. Il fallait compter aussi avec le mauvais temps et les grands froids qui sévissaient sur les hauteurs une partie de l’année.

Au cours de ces longues traversées, le voyageur devait craindre à la nuit tombée la rencontre de quelques loups affamés et ne pas apprécier le vol lugubre des corbeaux, signe avant-coureur de mauvais temps… comme l’évoquent les vers d’un poète de St-Just-en-Chevalet, Daniel Civet (1858-1933), dans un texte intitulé “les Corbeaux” :

Mais le pire, c’était sans doute les attaques à main armée - à Juré, fut enterrée le 12 août 1729, une femme, marguerite chamboduc, qui avait été « esgorgée par les volieurs » (voleurs ou violeurs ?) - et aussi le passage des soldats. Cela durait depuis toujours « le 15 décembre 1658 qu’estoit un dimanche, le roi Louis XIV estant à Lyon envoya à St Marcel (d’Urfé) deux compagnies du régiment des gardes qui y couchèrent huict nuicts vivant à discrétion. Il y fut fait un mal inestimable ». Sous la régence et le début du règne de Louis XV, les guerres étant interrompues, le pays fut un peu plus tranquille. Mais il connut le passage du fameux Mandrin, bandit de “grand chemin”, si justement nommé.

Brave Mandrin

C’est en effet le “Grand Chemin” que Mandrin emprunta les 9 et 10 octobre 1754. S’il était considéré par les uns comme un brigand, il était presque un héros pour les autres, notamment les petites gens, à cause de la lutte sans merci qu’il menait contre les fermiers généraux et l’administration, détroussant le fisc et revendant à bas prix « du bon tabac de St Vincent ». Ainsi le vicaire de St Médard, Marcellin Léonard, composa même une chanson à sa louange :

Brave Mandrin
Ta troupe et toi a l’avantage
De faire un pays de Cocagne
Passant partout

Arrivé par Charlieu, avec ses quatre cents hommes, il avait dévalisé à Roanne le receveur des gabelles, celui des tailles, l’entreposeur des tabacs et était reparti à la tombée de la nuit par Villemontais pour rechercher à St-Just les « gapians » qui y résidaient. Là, ses hommes assommèrent un sous-brigadier, blessèrent un garde et pillèrent les autres ; puis ils repartirent pour Thiers dans la journée du 10 octobre. On sait que Mandrin est repassé le 22 décembre suivant, mais cette fois, venant de St Priest-le-Chanet (aujourd’hui la Prugne, un village qui jouxte St Just), pour se rendre à Cervières, là ou se trouvait le grenier à sel.

Mandrin, de son prénom Louis, fut arrêté peu après le 15 mai 1755 au château de Rochefort et mourut roué vif le 26 mai à Valence. Il avait trente ans puisqu’il était né en Isère le 11 février 1725. Le récit de sa mort vint jusque dans les villages, grâce aux colporteurs et sans doute ceux de Borjas l’ont-ils écouté avec effroi et admiration : « Comme le bourreau voulait retrousser les manches de sa chemise, Mandrin l’arrêta : laisse-moi faire mon ami .. ce n’est pas la peine de me couvrir le visage, fais ton devoir le plus vite que tu pourras. Le Jésuite qui le soutenait pleurait... Le bourreau lui attache les genoux et les coudes dans les entailles creusées dans les traverses. Il prend la lourde barre de fer et frappe, frappe, tandis que le pauvre jésuite s’évanouit. Pas un cri n’échappe de la bouche de Mandrin. En huit minutes, il avait les os des bras, des jambes et du bassin complètement brisés. Par mesure de faveur, le bourreau acheva sa sinistre besogne en l’étranglant ». Cette mort cruelle et si dignement vécue contribua beaucoup à la légende de Mandrin.

La contrebande du sel

Le Grand Chemin et la montagne environnante étaient en effet le domaine des contrebandiers du sel et des gabelous chargés de les intercepter. Le voisinage de provinces vivant sous des régimes de gabelle différents (= impôt sur le sel et les allumettes) méritait à toute cette région boisée d’en abriter un nombre élevé. Il faut dire que le Forez était sous régime de petite gabelle : on était libre d’acheter tout le sel qu’on voulait à un prix modéré (et il ne fallait en moyenne pas moins de sept livres par an et par individu) à condition d’en faire l’acquisition dans « un grenier à sel » ; pour St Just-en-Chevalet, avant son transfert à Noirétable en 1781, il se trouvait à Cervières, chef-lieu de la châtellenie (à 10 km environ). Mais il était beaucoup plus intéressant de se procurer ce condiment précieux en Auvergne, province exempte de l’impôt, depuis qu’elle s’était libérée une fois pour toutes par le versement global d’un capital au trésor. Des trafiquants faisaient donc passer le sel en cachette, avant de le remettre à des complices, dans les bois de St Priest-la Prugne, à six kilomètres de St Just. Malgré le prélèvement substantiel qu’ils prenaient au passage, le sel arrivait à bien meilleur prix. La « brigade d’employés des fermes du roi », les « gabelous », surnommés « gapians » par la population, recrutés sous la foi du serment, sillonnaient la montagne. La brigade installée à St Just et dans les bourgs avoisinants (St priest, St Romain, Champoly ..) était détestée, d’autant plus qu’elle était constituée de fonctionnaires choisis dans des régions lointaines, pour qu’ils ne puissent pactiser avec les habitants. Certains de ces derniers se faisaient prendre et payaient de très grosses amendes. Des perquisitions suivaient au domicile, où l’on saisissait les stocks et les réserves de jambon, de lard ou de cochon salé. Certains même furent envoyés aux galères. Pour le sel, chacun était prêt à prendre des risques, car c’était une denrée indispensable :

L’impôt sur le sel, qui avait été créé en 1340 par Philippe le Bel, devint si impopulaire à la fin de la royauté qu’avec l’assentiment, plus ou moins avoué, de certains gabelous le commerce illicite se poursuivit en cachette, sans trop de risque jusqu’à la Révolution, laquelle abolit la gabelle le 1er décembre 1790, en unifiant le prix du sel sur l’ensemble du territoire.

Les relais de poste

La poste de Roanne était l’une des plus importantes de la région. C’est par là que passait presque tout le trafic entre le nord et le sud du pays. Elle était administrée sous Louis XV par un sieur Bilhaud, serviable, actif, adroit et débrouillard, en qui tout le monde avait confiance. Sur le parcours, le relais le plus ancien et le plus fréquenté était celui de St Just-en-Chevalet, parce qu’il était situé au cœur de la montagne, presque à mi-route entre Roanne et Thiers. Son responsable devait assurer en hiver - si besoin était - le dégagement de la route et éventuellement le logement des voyageurs bloqués par les intempéries. Le relais de Thiers, à l’autre bout, se trouvait quant à lui dans le quartier du Moûtier, au fond de la ville en direction de Clermont-Ferrand. Il a été dirigé pendant plus d’un siècle par des membres d’une même famille, originaire de Juré (près de la ferme des Pras à la Bussière) : les Pélocieux.

Au total, on comptait six relais de poste sur le parcours.

Les premiers relais de poste

Ils avaient été institués par Louis XI, de quatre lieues en quatre lieues, pour procéder au changement des équipages et faciliter le transport du courrier. Il était recommandé aux responsables de ces arrêts de tenir prêts en toutes circonstances « bien harnachés et propres à courir le galop » quatre ou cinq chevaux. Le changement de chevaux au relais devait prendre peu de temps et parfois les voyageurs n’avaient pas le loisir de descendre de voiture. Henri IV, « créant la poste aux chevaux pour voyageurs et malles » en 1597, ne modifia pas les distances prévues, ce qui fut maintenu jusqu’en 1873 !

Le relais est généralement équipé d’une écurie, d’un atelier de maréchal-ferrant et d’une auberge où l’on boit le “coup de l’étrier”. La vitesse moyenne des diligences varie dans le temps, car l’état des routes s’améliore, ainsi que la technologie des diligences (comme avec l’invention du ressort de suspension) et, si La Fontaine met vingt-cinq jours pour faire Paris-Poitiers en 1668, un siècle plus tard il faut seulement cinq jours en été et six jours en hiver pour effectuer le trajet Paris-Lyon.

Un ou deux chevaux de l’attelage sont montés par un postillon, car c’est le seul moyen de les tenir convenablement, afin d’assurer la sécurité du véhicule. C’est lui qui mène l’attelage à grands coups de fouets, obliquant à gauche ou à droite sans s’embarrasser des ornières qui secouent la voiture. Parcourant les routes dans la poussière, il est assoiffé en arrivant à l’étape et souvent boit plus qu’il ne faut. Ce n’est guère plus confortable pour les voyageurs, tant ils sont tassés. Le bruit infernal du passage des attelages dans les villages, comme celui de leur arrivée dans les rues pavées des villes, écarte précipitamment poules, chiens et passants, bien sûr ! Ce n’est qu’en 1827, qu’on impose un frein sur les diligences, un frein manœuvrable par le conducteur, ce qui fait disparaître les postillons au profit des cochers assis à l’avant du véhicule.

Épilogue

Ainsi mathieu, depuis son mariage, poursuit-il l’œuvre de son père et, patiemment, agrandit la surface des terres dont ils disposent, qu’il en prenne à bail, qu’il en achète ou qu’il en échange. Nous observons aussi qu’il s’agit de terres appartenant à des seigneuries – telles que celles de St Just, d’Ogerolles, d’Urfé et de Langeac - voire un prieuré ; mais il contracte avec des notables : le sieur Villeneuve, conseiller du roi ; Fonthieure, notaire, Rousset, praticien… Il est question aussi de droit de lod, cens, servis. J’avais besoin de faire le point sur les liens entre ces différents acteurs, ce qui n’a pas été chose facile, car je pense que l’organisation varie selon les régions et les usages. Voici ce que j’ai compris. C’est une série d’emboîtements successifs.

Les différents “étages” qui relient le possesseur d’une terre à celui qui la cultive

• Tout en haut, un seigneur de haut rang ou un représentant de l’Eglise (abbaye, prieuré), qui possède la terre, de droit divin en quelque sorte. (Le seigneur peut tenir la terre directement du pouvoir royal). Il détient la propriété dite “éminente” Elle est source de revenus et marque l’importance du rang. La terre est divisée en deux parties : 1) la réserve, qui est cultivée en faire-valoir direct, autrefois par des serfs, plus tard par des sortes de salariés agricoles ou encore des paysans indépendants qui obtiennent un lopin de la terre, moyennant un loyer ; ces terres sont mentionnées dans des documents, tels les terriers (noms des tenanciers et des sommes dues à titre de loyer), des cartulaires (recueil de copies d’actes attestant la propriété, souvent établis par les abbayes pour leur domaine). 2) Le reste des terres est donné : soit en faire valoir indirect, en fief à un vassal par exemple, qui ne paie rien, mais doit toutefois en échange hommage, fidélité et services ; soit à un noble de robe ou d’épée, un notable ou un marchand, moyennant finances.

Le seigneur délègue sa gestion à un représentant, à la fois pour les terres qu’il garde en “réserve”, c’est-à-dire à son propre usage (régisseur par exemple) que pour les autres, dont il se dessaisit, mais sur lesquelles il conserve néanmoins certains droits à recouvrir .

• Que le seigneur ait concédé ses terres à un vassal, ou qu’il ait cédé son droit d’usage moyennant finances, à un seigneur de rang inférieur, un notable ou à un riche marchand, c’est de fait ces derniers qui deviennent les nouveaux propriétaires ou plutôt en quelque sorte les “propriétaires usufruitiers” : Ils disposent de la terre à leur gré, qu’il s’agisse de l’aliéner, de la transmettre à leurs héritiers, de la donner en fermage ou métayage, comme c’est souvent le cas. Mais le seigneur “initial” reste toujours en haut de la pyramide. Il dispose d’un droit éminent sur la terre, appelée seigneurie (alors que les autres en retirent simplement un droit “utile”). Il perçoit les cens et les droits de mutation en cas de vente (un certain pourcentage du montant de la transaction, appelé le droit de lod).

• Le paysan constitue le plus bas étage, c’est celui qui cultive la terre. Beaucoup de notables et de marchands en effet ont acquis des biens, non pour les exploiter eux-mêmes, mais pour en tirer une source de revenus et de prestige, voire un territoire de chasse, en les donnant à bail, ceci d’autant plus qu’ils résident souvent au loin. Le fermier est parfois plus riche que le propriétaire et surtout il fait tout ce qui est en son pouvoir pour acquérir le bien à son tour (Mathieu par exemple avec Villeneuve) Le fermier peut lui aussi “sous-louer”
(Mathieu avec Claude oblette !) ; dans ce cas, il n’y a pas de nouveau bail, mais un arrangement de gré à gré.

On constate combien la propriété de la terre relève d’un système complexe, avec une superposition, des enchevêtrements parfois difficiles à démêler, variables selon les régions et toujours en évolution.

Pour lire la suite Mathieu rassembleur de terres – un homme habile.

Notes

[1Farjon. Cette famille connaît un membre illustre en son sein à cette époque : messire Jean Farjon, conseiller du roy, consul perpétuel et recteur de la confrérie des pénitents du St Sacrement à St Just (cité à ce titre en 1702).

[2Droit de lod : Nous rappelons qu’il s’agit du droit de mutation que le seigneur réclamait, quand la terre passait d’un propriétaire usufruitier à un autre.

[3Meilleurs confins : par précaution, au cas où l’on aurait oublié quelque chose.

[4Informations tirées de l’ouvrage de l’Abbé Canard, intitulé “le Grand Chemin”.

[5La rénovation du réseau des chemins et routes : Contexte, Thierry Sabot, Ed Thisa 2012.

[6Aujourd’hui une auberge agréable.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

4 Messages

  • Mathieu rassembleur de terres (épisode 41) 19 janvier 09:52, par André Vessot

    Bonjour Danièle,

    Episode après épisode, on se familiarise avec le pays de vos ancêtres. Pour avoir eu des difficultés à organiser celui-ci, vous avez superbement réussi à nous faire comprendre la complexité de ce rassemblement de terres, par les achats ou les échanges. J’apprécie la précision de vos propos, vous allez au fond des choses. Vous y mêlez avec bonheur le côté anecdotique : les loups, Mandrin.
    On emploie souvent l’expression « Bandits de grand chemin », a-t-elle un rapport avec le grand chemin que vous évoquez ?

    Bravo Danièle et bon dimanche.

    Bien amicalement.

    André Vessot

    Répondre à ce message

    • Mathieu rassembleur de terres (épisode 41) 20 janvier 19:38, par danièle treuil

      Bonjour André

      Merci pour votre message et votre fidélité. Votre question sur le Grand Chemin m’a intéressée et j’ai essayé de trouver quelques informations, sans beaucoup de succès. J’ai compris d’abord que beaucoup de régions avaient « leur grand chemin », l’Auvergne par exemple, la Bretagne... Au Moyen-Age on parlait de « chemin » pour signifier les voies (terme usité par les Romains) de circulation, des chemins qui n’étaient que des pistes tracées par le piétinement. L’expression « grand chemin » est apparue semble-t-il quand on a amélioré et raccordé ces chemins au 18e siècle, dans des régions souvent accidentées, pour relier les villes entre elles dans de meilleures conditions, donc sur une certaine distance. On parlait aussi de « chemin ferré » parce qu’on utilisait les résidus de fer, des scoories, issus d’anciennes exploitations et trouvés dans l’environnement pour empierrer la chaussée.
      Les bandits de Grand Chemin ont été plusieurs à devenir célèbres en dehors de Mandrin... Je pense qu’ils étaient baptisés ainsi parce qu’ils empruntaient justement ces chemins pour circuler sur de grandes distances et se déplacer toujours rapidement passant d’une région à l’autre, avec des possibilités de s’évanouir rapidement dans la nature.
      Les grands chemins ont été remplacés par ce qu’on a appelé à la fin du 18è « les routes royales », qui ont suivi le même tracé ou des tracés plus commodes. Les « Grands Chemins » ont subsisté jusqu’à aujourd’hui en certains endroits pour des raisons touristiques. Ils sont bien entretenus et permettent de jolies randonnées.
      Bien amicalement. Danièle

      Répondre à ce message

  • Mathieu rassembleur de terres (épisode 41) 25 janvier 15:00, par GIORGI Jean-Jacques

    Bjr à Vous,
    Félicitations à Danièle, pour ce « roman » de philologie.
    Pouvez vous m’aidez svp ? Dans quel livre avez vous extrait : « Les différents étages qui relie le possesseur de la terre à celui qui la cultive... »(épisode 41) ainsi que ce Jean Canard ?
    Je fais des recherches en essayant d’intégrer la généalogie à l’histoire locale du Bourbonnais. De plus je connais TB St É et ses environs. Merci d’avance. Bien cordialement.
    JJGIORGI

    Répondre à ce message

    • Mathieu rassembleur de terres (épisode 41) 14 avril 22:51, par danièle treuil

      Bonsoir,
      Je trouve très tardivement votre message, qui est arrivé un peu décalé. Bravo de situer votre généalogie dans le contexte local. Je réponds à vos questions
      - les différents étages entre celui qui cultive la terre et le propriétaire est une synthèse que j’ai constituée à partir de plusieurs lectures. Je n’ai jamais trouvé une présentation précise et claire... je pense que c’est dû au fait que cette organisation pouvait varier d’une région à l’autre.
      - Jean Canard ( 2/7/1914 - 25/6/1984). Il s’agit d’un érudit local, prêtre et enseignant dans un collège de Roanne. Il a consacré tous ses loisirs, puis sa retraite à écrire sur la région de St Just dont il était originaire. En tapant son nom sur un moteur de recherche, vous trouverez la liste de tous ses écrits.
      Je pense que vous devez trouver pas mal d’ouvrages sur le Bourbonnais.
      Bonne suite dans vos recherches.

      Bien cordialement. Danièlke Treuil

      Répondre à ce message

http://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




http://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2014 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP  |