www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Les cahiers de doléances » Cahier de Woignarue (Somme)

Cahier de Woignarue (Somme)


jeudi 1er février 2001, par Laurent Brenet

Répondre à cet article

Woignarue, dans la Somme, est un petit village de 700 habitants situé sur la côte prés du Tréport (76) et de St Valéry sur somme.

« Qu’ils sont tellement surchargés par la taille, la capitation et autres accessoires... qu’ils ne s’occupent plus que de la culture des meilleurs terres et laissant les autres en friche. Que la corvée devient une charge exorbitante.

Le clergé, la noblesse et le Tiers-Etat profitant également des grandes routes, la dépense devrait être supportée par tous et non pas seulement par les cultivateurs qui, lorsqu’une route passe sur leur territoire, leur enlève souvent leur meilleurs terres. C’est ce qu’ils éprouvent aujourd’hui pour la grande route de Saint-Valéry à Eu...

L’impôt du sel est trop important... Les habitants devront être libres d’acheter la quantité qu’il leur est nécessaire et l’employer comme bon leur semble, sans être assujettis aux visites des employés de ferme ni a leur rendre compte comment ils l’ont employé. Si le prix du sel était plus bas les cultivateurs pourraient en faire usage dans les remèdes qu’ils administrent aux bestiaux.

...Que les habitants sont journellement vexés par les préposés de la régie...pour payer des droits de succession suffisent à peine pour payer les frais de maladie, d’inhumation et les dettes des décédés.
Cette paroisse est assujettie par la régie des aydes au paiement d’un droit de gros manquant sur le cidre que ses fruits lui permettre d’en faire...Cette paroisse est obligé de payer un mettre d’école d’une pension de 50 écus pour chanter la grand-messe et offices.
Le curé est le gros décimateur qui jouisse des dîmes de la paroisse...ne paie aucune chose, sauf le vicaire.

Si les enfants des pauvres veulent être instruis, ils faut qu’ils paient leurs mois d’école à ce maître.

Que la paroisse de Woignarue et ses annexes devront être d’autant moins imposées qu’étant par sa situation sur le bord de la mer et recevant ses exhalaisons et celles du marais, les habitants sont les 3/4 de l’année attaqués de fièvre et autres maladies, que les grains du terroir recevant les vents impétueux de la mer »égraine leurs grains" de manière que les récoltes sont toujours un tiers moins abondantes que dans tout autre pays... que dans les fortes marées la mer inonde les meilleurs terres et leur territoire, au point qu’ils ont cette année la triste expérience de voir que les blés qu’ils ont semés n’ont levés". 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

  • > Cahier de Woignarue (Somme) 5 février 2007 18:02

    Bonjour, Voila qui est interessant ! Ayant de ancêtres qui ont habité sur cette commune (Onival), avez vous d’autres infos sur ce coin de France ?

    Répondre à ce message

  • Cahier de Woignarue (Somme) 1er novembre 2007 15:22, par René Pérez

    Bonjour Laurent.

    Comme le précédent posteur, moi aussi je viens de découvrir que j’avais des ancêtres ayant vécu à Woignarue.

    De quelle année date ce cahier de doléances ? La vie semblait être dure, même pour les moins pauvres.

    700 habitants à l’époque, 520 actuellement. Woignarue s’est dépeuplé au fil du temps.

    J’ai visité votre site Internet hébergé par Free : très intéressant et complet.

    Félicitations.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP