www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Les cahiers de doléances » Cahier des plaintes, doléances et vœux des habitants d’Arcueil et du hameau de (...)

Cahier des plaintes, doléances et vœux des habitants d’Arcueil et du hameau de Cachan en dépendant

Annoté et commenté par Alain Morinais


mardi 1er mai 2007, par Alain Morinais

Répondre à cet article

Cahier des plaintes, doléances et vœux des habitants d’Arcueil et du hameau de Cachan [1] en dépendant (94).

Annoté et commenté par Alain MORINAIS.

Arrêté en l’assemblée générale de ladite paroisse, convoquée au son de la cloche [2] et tenue aujourd’hui, lundi 13 avril 1789 ; lesquels plaintes, doléances et vœux ont été rédigés ainsi qu’il suit.

JPEG - 176.3 ko
L’église saint Denys d’Arcueil et Grand’Rue
Dessin à la plume de Robert CLUSAN 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution - Collection Alain Morinais.

Où il est affirmé que l’autorité du Roi doit être maintenue, et constituer la base d’un contrat inviolable (l’idée d’une « constitution ») devant garantir et assurer, à jamais, les droits sacrés du peuple, et de la nation.

La commune d’Arcueil s’en rapporte à l’assemblée des trois États de la prévôté [3] et vicomté [4] hors les murs de la ville de Paris [5], sur la réclamation et la déclaration précise des principes qui constituent les droits de la nation et de son souverain : principes qui doivent être la base du contrat inviolable dans lequel l’autorité du Roi sera maintenue, et les droits sacrés du peuple, sa liberté, et la propriété, seront garantis et assurés à jamais. Elle croit donc devoir se renfermer ici dans la demande que sa situation et son intérêt sollicitent avec le plus d’instance.

Où il est précisé que l’unique solution à la crise financière du royaume (motif de la convocation des États généraux à Versailles) est la fin des abus et privilèges de la noblesse et du clergé, le peuple, accablé d’impôts, ne pouvant faire d’efforts supplémentaires, du fait de son état de misère et d’oppression.

Accablée sous la masse énorme des impôts de tous genres, la commune d’Arcueil ne peut plus rester dans l’état de misère et d’oppression dans lequel elle gémit depuis trop longtemps. Quel que soit le désordre des finances, le peuple, épuisé, n’a point d’efforts possibles à offrir pour y remédier. L’unique ressource est donc dans la réforme des abus innombrables qui, jusqu’à présent, ont chargé le peuple et accumulé la dette de tous les ordres, sans privilèges ni exemptions quelconques. Le clergé et la noblesse, convaincus de la justice et de la nécessité de ce partage égal de l’impôt, ont fait entendre, de toutes parts, leur vœu de s’y soumettre.

En conséquence, la commune d’Arcueil charge ses Députés de demander :

Art.1er - Où le principe de l’égalité devant l’impôt est posé comme fondement d’une loi constitutionnelle.

Qu’il soit reconnu et statué, comme loi constitutionnelle de l’État, que tous les impôts quelconques, et sous quelque dénomination qu’ils existent doivent être et seront supportés par les trois ordres [6] , indistinctement.

Art.2 - Où il est demandé la suppression de tous les impôts « catégoriels », frappant les plus pauvres, et la fin des privilèges des deux premiers ordres.

Qu’en conséquence, tous les impôts auxquels les trois ordres ne contribuent pas également, tels que la taille [7] et accessoires, les corvées [8] en nature ou en argent, soient supprimés, et tous privilèges pécuniaires inutiles, éteints et anéantis.

Art.3 - Où il est introduit l’idée que la politique financière de l’État et les impôts ne devraient être décidés, constitutionnellement, que par une « assemblée nationale ».

Qu’il soit aussi reconnu et statué, comme loi constitutionnelle et fondamentale, qu’il ne peut être et ne sera établi aucun impôt, ni fait aucun emprunt ni anticipation, sans le consentement libre de la nation assemblée.

Art.4 - Où il est question de la nécessité d’une véritable réforme fiscale.

Que tous les droits et impôts, qui se perçoivent actuellement, tous établis par l’autorité, autant onéreux par leur nature qu’ils le sont par le mode de leur perception, soient supprimés ; et qu’il soit octroyé de nouveaux, suivant les besoins connus de l’État.

Art.5 - Où l’on insiste, à nouveau, sur la nécessaire suppression des impôts frappant les plus pauvres, y compris ceux dont le caractère vexatoire est plus important que les sommes collectées, notamment au regard des frais occasionnés par leur perception.

Que notamment les gabelles [9] et les droits d’aides [10] , impôts désastreux, mille fois plus à charge au peuple par l’inquisition [11] , la vexation et les frais qu’ils entraînent, qu’ils n’ont été utiles à l’État, demeurent irrévocablement et à jamais éteints et anéantis.

Art.6 - Où il est réclamé la suppression des droits de péages et taxes diverses grevant la circulation des marchandises, des biens et des personnes, sur les voies publiques uniquement.

Que les droits d’octrois [12] , dons gratuits, droits réservés et autres y réunis, droits de marque sur les cuirs, ainsi que tous droits de péages, barrages [13] , pontonnages [14] , tous onéreux au commerce, provoquant les fraudes, et la plupart d’une perception tout arbitraire, soient et demeurent de même supprimés, sauf le remboursement aux propriétaires d’aucuns de ces derniers droits, en justifiant par bons titres qu’ils leur appartiennent.

Art.7 - Où il est demandé de réformer les droits de succession qui pénalisent les roturiers.

Que les droits, évidemment injustes appelés droits de change, et ceux de francs-fiefs [15] demeurent aussi supprimés irrévocablement.

Art.8 - Où la question de la complexité et du coût de la perception des impôts est posée.

Que ces impôts soient remplacés par d’autres, d’une perception plus facile et moins onéreuse.

Art.9 - Où il est fait proposition d’une fiscalité « moderne », fondée sur « les propriétés », d’une part, et sur « les personnes », d’autre part, frappant le luxe et exonérant les pauvres et les gens vivant exclusivement de leur travail.

Qu’ils n’existe que deux sortes d’impôts, l’un assis sur les propriétés, et l’autre sur les personnes.

Que l’impôt sur la propriété soit unique, fixe, uniforme ; qu’il consiste en une subvention territoriale, établie dans une quotité déterminée, sur toutes les terres, prés, vignes, bois, futaies, dîme [16] de toute espèce, droits réels et fonciers, châteaux, maisons, parcs, jardins, sans distinction de propriétaires et de biens ecclésiastiques ou laïcs, nobles ou roturiers ; que cette subvention territoriale, dans la quotité qui sera fixée, soit perçue en nature sur les terres et prés, et en argent sur les bois, vignes et autres biens susdésignés, en sorte qu’il ne subsiste aucun arbitraire, et que le propriétaire et le cultivateur laborieux puissent impunément se livrer à leur industrie [17] , sans courir le risque d’une surcharge d’impôt, à cause de l’abondance et de la meilleure récolte qu’ils auront procurées.

Que l’impôt sur les personnes soit combiné et réparti modérément et, autant qu’il sera possible, sur des principes fixes, eu égard à l’état, aux facultés et au commerce des personnes ; que cet impôt frappe surtout le luxe et les objets de luxe.
Mais que les pauvres et les manœuvres [18] , qui ne vivent que du travail de leurs mains, soient exempts de toutes contributions personnelles.

Art.10 - Où il est proposé un schéma de création et d’organisation d’une administration fiscale à double niveau : les États provinciaux, pour couvrir les besoins locaux et le Trésor public, pour les besoins nationaux.

Que l’entière répartition et perception des impôts appartiennent et soient confiées aux administrations provinciales qui seront établies ; que lesdites administrations ou États provinciaux [19] , organisés suivant le plan qui sera adopté par les États généraux [20] , soient autorisés à faire et faire faire, dans leurs arrondissements, la division, subdivision, répartition et perception locale et individuelle des impositions, de la manière et dans la forme qui seront arrêtés par les États généraux, ainsi que le versement direct des sommes qu’elles produiront de la caisse de chaque district dans celle des États provinciaux, où se prendront les sommes nécessaires à l’acquit des charges de la province, et le surplus versé sans frais dans le trésor public.

Art.11 - Où il est suggéré la création d’un tribunal administratif d’accès gratuit, pour juger des questions fiscales.

Que les plaintes qui pourraient naître sur et à l’occasion desdites impositions, seront provisoirement jugées par un ou plusieurs bureaux établis par lesdits États provinciaux, sauf le recours à l’assemblée générale desdits États, le tout sur simple mémoire et sans procédure ni frais.

Art.12 - Où le tabagisme était déjà à l’ordre du jour, mais pas tout à fait dans les mêmes termes qu’aujourd’hui.

Que l’impôt sur le tabac, s’il ne peut être supprimé soit au moins modéré et réduit , de manière que le pauvre, qui en use, et pour lequel il est devenu un besoin, puisse s’en procurer ; comme aussi que le râpage [21] en soit permis dans les campagnes à ceux qui en ont le débit, vu que depuis que la ferme [22] a interdit cette faculté, et forcé les débitants de le prendre en poudre, les habitants de la campagne n’ont plus que le rebut, qu’ils payent aussi cher que le meilleur.

Art.13 - Où il est demandé de « normaliser », de « codifier » l’activité des notaires, en rendant plus limpide la tarification des actes et en les plaçant sous le contrôle des États provinciaux.

Que les droits de contrôle, insinuation [23] , centième denier [24] , et autres droits domaniaux de ce genre, dont les tarifs obscurs, et le régime absolument arbitraire, fatiguent et épuisent les contribuables, s’ils ne peuvent être supprimés, soient réduits et modifiés ; qu’il en soit fait un nouveau tarif, qui n’admette ni interprétation ni arbitraire, et que la perception en soit, de même, laissée aux États provinciaux.

Art.14 - Où il est demandé de supprimer les juridictions particulières en les remplaçant par une administration publique.

Que les maîtrises particulières [25] , et tous leurs droits onéreux aux communes et aux propriétaires soient et demeurent supprimés ; que l’administration, qui leur était confiée, appartienne aux États provinciaux dans leur district, et le contentieux renvoyé aux tribunaux ordinaires.

Art.15 - Où il est question d’une réforme de la justice, égale pour tous, homme du peuple ou homme puissant, plus humaine, et moins coûteuse.

Que les frais énormes de justice, et les droits du Roi, qui en augmentent la surcharge, soient réduits par les moyens que les États généraux aviseront dans leur sagesse ; que la procédure criminelle éprouve le changement que l’humanité et le vœu public sollicitent ; mais surtout que l’on fasse disparaître, dès à présent, la différence humiliante des peines, et que, sans distinction de l’homme du peuple ou de l’homme puissant, la loi qui punit soit égale, et la même pour tous les citoyens.

Art.16 - Où il est souhaité une justice plus proche du citoyen et plus rapide.

Que les audiences, dans la justice d’Arcueil, soient plus fréquentes, et tenues au moins toutes les trois semaines.

Art.17 - Où il est encore question d’une justice plus humaine, en la personnalisant localement, pour une meilleure compréhension de la réalité des choses jugées, réduisant ainsi les contestations.

Que pour tarir la source de toutes contestations onéreuses aux campagnes, il soit établi, dans chaque paroisse, un comité de paix, composé du curé et de quatre habitants des plus capables, choisis chaque année dans l’assemblée de la paroisse, auquel comité tous les habitants seront tenus de s’adresser avant de pouvoir former aucune demande pour entreprises, anticipations, plantation ou enlèvement de bornes [26] , délits de bestiaux, et autres de cette nature, sauf le pourvoi devant le juge ordinaire, auquel l’avis du comité de paix, rendu d’après visite et inspection de lieux, sera représenté par l’une ou l’autre des parties.

Art.18 - Où l’on revient sur la question des corvées, pour insister sur l’exigence de leur suppression, en indiquant toutefois que l’on n’est pas hostile à une compensation économique, sous le contrôle des États provinciaux.

Que les corvées pour les chemins soient absolument supprimés ; que les États provinciaux établissent le régime le plus économique pour la formation, l’entretien et la perfection des routes et des chemins.

Art.19 - Où il est demandé que soient prises des mesures concrètes de nature à combattre l’accaparement des céréales par les privilégiés, et favorisant la circulation des denrées de première nécessité.

Qu’il soit pris les précautions les plus sages pour prévenir le prix excessif des grains, et les alternatives effrayantes qu’a éprouvées le commerce de cette denrées ; que les particuliers ou compagnies, qui seront convaincus de faire des accaparements de grains et farines, soient punis des peines les plus rigoureuses ; que les malheureux habitants de la campagne, qui sont hors d’état de se procurer les comestibles les plus ordinaires, tels que la viande, les œufs, le beurre, et les autres, vu leur cherté actuelle, puissent au moins se procurer, pour eux et leurs enfants, la quantité de pain nécessaire à leur nourriture ; qu’enfin, en général, tous les moyens qui peuvent tendre à l’amélioration de l’agriculture dans toutes ses parties, soient favorisés et encouragés.

Art.20 - Où l’on met en cause le droit de chasse réservé aux privilégiés, en demandant indirectement l’autorisation de détruire les lapins, ce qui est interdit aux roturiers, ainsi que la possibilité d’agir librement, chacun sur ses terres, tout en réclamant la fermeture du territoire de chasse royale de Montrouge.

Que l’on s’occupe des moyens prompts et efficaces pour la destruction des lapins qui ravagent les campagnes ; qu’à cet effet, la capitainerie [27] de Montrouge, inutile aux plaisirs personnels du Roi, soit détruite, et qu’il soit libre à toute personne d’entrer, en tout temps, et quand bon lui semblera, dans ses terres, prés et vignes, d’en user comme de sa chose, de faucher, faner et récolter dans les saisons, sans obstacles ni empêchement.

Art.21 - Où l’on se plaint des dégâts sur les semailles et les récoltes, occasionnés par les pigeons, dont les nobles détiennent le privilège.

Que les colombiers [28] soient fermés pendant le temps des semailles et des récoltes ; et qu’ils soient assujettis aux règlements les plus sévères, si on ne peut en obtenir la suppression.

Art.22 - Où l’on revient une troisième fois sur les corvées en précisant que l’on est pour une conversion en argent.

Que toutes les corvées seigneuriales soient converties en une prestation en argent, et suivant l’appréciation qui sera réglée.

Art.23 - Où l’on revient sur la question des dîmes, en réclamant leur suppression et suggérant une réforme du financement de l’église.

Que les dîmes insolites [29] , les dîmes domestiques [30] et de lainage [31] , soient et demeurent supprimées ; et qu’il soit fait un règlement clair et précis pour déterminer la nature des dîmes et leur qualité, jusqu’au moment désirable où par un emploi plus utile des biens ecclésiastiques, la subsistance des curés et vicaires étant assurée sur ces biens, les campagnes pourront être délivrées de cet impôt qui les grève.

Art.24 - Où il est demandé une participation des décimateurs (ceux qui avaient le pouvoir de prélever la dîme) au paiement des travaux d’entretien et de réfection des biens immobiliers de l’église de la paroisse, dont la charge est assurée par les fidèles sur leurs biens propres.

Que les paroisses soient déchargées de la reconstruction, entretien et réparation des presbytères ; que tous ceux qui prennent part aux dîmes contribuent, par proportion, aux grosses réparations.

Art.25 - Où il est précisé, en cas de réforme des dîmes, que les nouveaux bénéficiaires devront assurer l’entretien des biens ecclésiastiques en l’état et rappelé que les biens des communautés ecclésiastiques ne peuvent être ni cédés, ni saisis.

Qu’il soit statué que les nouveaux pourvus de bénéfices quelconques seront tenus d’entretenir les baux de leurs prédécesseurs, à moins qu’il n’y eût lésion au moins d’un tiers ; mais que les gens de mainmorte [32] ne pourront donner leurs biens à ferme générale.

Art.26 - Où il est fait allusion aux « sans domicile fixe », à la mendicité et au vagabondage, dont la justice royale a fait des délits, gravement punis par des années de galères ou d’enfermement dans les dépôts de mendicité, dont le nombre ne cesse de croître.

Qu’il soit pris les précautions nécessaires pour détruire la mendicité.

Art.27 - Où il est demandé la suppression du tirage au sort auquel étaient soumis les hommes de 16 à 40 ans afin d’assurer le recrutement des troupes.

Que le tirage de la milice [33] , tel qu’il se pratique, soit supprimé, et qu’il y soit suppléé, s’il est nécessaire, par les moyens de justice et d’intérêt public que les États généraux aviseront.

Art.28 - Où il n’est pas encore question de la « Française des jeux », mais presque.

Que les loteries [34] soient supprimées , comme absolument nuisibles, en ce que l’appât trompeur du gain emporte le peu que le manouvrier et la classe la plus indigente du peuple peut se procurer par son travail.

Art.29 - Où il est demandé la possibilité pour chacun de clore ses terres, comme il le souhaite, ce qui était interdit pour favoriser le passage des équipages de chasse des seigneurs.

Qu’il soit permis à chacun, dans les campagnes, de faire clore son héritage comme et ainsi qu’il jugera convenable, sauf les permissions et alignements à prendre de qui il appartiendra, et qui seront accordés sans aucun frais, lorsque les héritages se trouveront aboutir sur les grandes routes et chemins.

Art.30 - Où apparaît la revendication d’un système unique de poids et mesures.

Que toutes les mesures soient réduites à une seule ; mais que les ventes et achats de grains se fassent au poids, de la manière la plus certaine d’empêcher la fraude.

Art.31 - Où se posait déjà la question de la police de proximité.

Que pour prévenir et arrêter le brigandage, les excès et les batteries [35] qui n’arrivent que trop fréquemment dans le village d’Arcueil, et faciliter d’ailleurs la manutention de la police, il y soit établi trois cavaliers de maréchaussée [36] qui auront leur résidence, autant qu’il sera possible, dans le centre du village même.

Art.32 - Où l’on aborde, déjà, les questions de spéculation foncière et de qualité environnementale.

Enfin, que le projet [37] ou entreprise d’amener à Paris l’eau de l’Yvette, mais qui se réduit à prendre une partie de celle de la Bièvre, dite des Gobelins, et les sources y affluentes, soit arrêté et interdit :

1- Parce que ce projet ne peut avoir en soi aucun objet d’utilité publique, l’eau de l’Yvette, et plus encore celle de la Bièvre, étant reconnues mauvaises et malsaines.

2- Parce que ce projet n’est autre qu’une spéculation de finance pour l’entrepreneur et ses actionnaires, qui pour un canal de six pieds [38] de largeur dans son fond, se sont fait autoriser à prendre 84 pieds de terrain en largeur, ce qui fait un tort considérable et aux propriétaires et à l’agriculture.

3- Parce que la rivière de Bièvre ayant très peu d’eau en été il n’est pas possible d’en prendre la moindre partie sans occasionner le chômage de deux moulins établis sur cette rivière, le long du territoire d’Arcueil seulement, desquels le service est indispensable pour le village d’Arcueil et le hameau de Cachan [39] .

JPEG - 208.5 ko
Le Moulin de la Saussaie sur Arcueil
Dessin à la plume de Robert CLUSAN 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution - Collection Alain Morinais

4- Parce que le lit de cette rivière ne deviendrait plus qu’un cloaque qui rendrait infailliblement l’air infecté.

5- Enfin, parce qu’en faisant passer les eaux soit de l’Yvette, soit de la Bièvre, ainsi que l’indique la direction du canal, sans construction d’aucun aqueduc, dans la partie du terrain de ce village, supérieure à la situation de toutes les maisons, laquelle partie de terrain est toute fouillé depuis longtemps par l’extraction des pierres [40] , il est de toute impossibilité que la filtration des eaux n’entraîne un jour la chute des bâtiments inférieurs, et n’ensevelisse les habitants sous leurs ruines.

JPEG - 108.8 ko
Roue de carrier dans le paysage d’Arcueil
Dessin à la plume de Robert CLUSAN 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution - Collection Alain Morinais.

Le présent cahier a été ainsi arrêté en la susdite assemblée, dans laquelle M. Dinet, ancien avocat au parlement, M. Béville, procureur en la chambre des comptes, le sieur Frottier, laboureur [41] , et encore pour supplément de l’un d’eux, en cas d’empêchement forcé, le sieur Jean-André Romanet [42] , laboureur et syndic [43] de la municipalité [44] , ont été, à la pluralité des suffrages, nommés pour Députés, et a été aussi signé par ceux des habitants qui savent signer ; et les autres ont déclaré ne le savoir.

Signé : Guillaumot, curé ; Beligon ; Lebeau [45] ; Condamina [46] ; Léreau ; Dinet ; F. Aftier ; Béville ; J.N. Dieu ; Véronnet ; Romanet, syndic ; Béthélley ; Boulet ; Jousse ; G.M. Deu [47] ; Martinot [48] ; Pérot ; Jacques-Antoine Beau ; Viénot ; P.H. Scribe [49] ; P.N. Dieu ; Charles Baje ; Laculle ; Ancelot ; Léger Stélin ; J.N. Dieu [50] ; Pochet ; Dimet ; Deu [51] ; Courtois ; J.B. Belancour ; J.François Pinet ; Dorce ; Joseph Cousté ; L.N. Lebeau ; J.B. Maucuit ; P.F. Dieu ; Sylvestre Deu le jeune ; Darcourt ; J. Roussel ; Feugère ; l’Homme ; Delaitre [52] .

Sources :

  • Le cahier de doléances du Tiers états d’Arcueil pour les États généraux de 1789, tel que publié par l’association départementale pour le bicentenaire de la Révolution française.
  • Mémoires d’Arcueil de Jacques VARIN édition Temps Actuels 1982.
  • Arcueil 1789-1796 de Robert CLUSAN n°13 sur 50
  • Dictionnaire du monde rural Les mots du passé Marcel LARCHIVER édition Fayard 1997

Notes

[1« Arcueil-Cachan » : Pendant plus de dix siècles Cachan n’a été qu’un hameau dépendant d’Arcueil, avant que la commune devienne, en 1894, « Arcueil-Cachan » pour respecter le caractère bipolaire de sa croissance, jusqu’à la séparation, le 26 décembre 1922, des deux agglomérations qui porteront respectivement les noms des deux localités distinctes : « Arcueil », d’une part, et « Cachan », d’autre part.

[2L’assemblée est convoquée et réunie en l’église saint Denys d’Arcueil.

[3Prévôté : Territoire où s’exerçait la juridiction du « prévôt », juge royal placé au plus bas degré de l’échelle judiciaire, au-dessous du bailli et du sénéchal. Circonscription judiciaire dont la compétence, limitée, intéresse les non-nobles pour des causes de faibles valeurs pécuniaires.

[4Vicomté : Circonscription judiciaire peu étendue et à compétence limitée, placée sous la responsabilité d’un juge que l’on nommait « vicomte ».

[5« la prévôté et vicomté hors les murs de la ville de Paris » : durant toute la période de l’Ancien Régime, circonscription judiciaire particulière à Paris, « hors-les-murs », dans le cadre de laquelle se sont déroulés les élections des Députés aux États généraux.

[6Les trois ordres de l’État : la noblesse, le clergé et le tiers-état, c’est-à-dire l’ensemble des personnes qui, sous l’Ancien Régime, n’appartenaient pas aux deux premiers ordres.

[7Taille : principal impôt direct payé au Roi, divisé en « taille personnelle », assise sur les personnes, et « taille réelle », assise sur les biens.

[8Corvées : travaux gratuits obligatoires, qui étaient dus par le peuple au seigneur ou au Roi, ou paiement en argent pour contribuer à des travaux d’intérêt général, ou considérés comme tels.

[9Gabelle : Impôt indirect portant sur le sel, perçu au XVIIIè siècle par la « ferme générale ».

[10Aides : à partir du XIVè siècle, taxes levées d’abord pour payer la rançon de Jean II le Bon, qui deviennent permanentes et plus lourdes en certaines provinces que d’autres, par imposition sur les denrées, surtout sur les vins et les autres boissons alcoolisées, mais aussi sur les fers, les huiles et savons, le papier.

[11Inquisition : enquête considérée comme arbitraire et vexatoire.

[12Octroi : droit perçu à l’entrée d’une ville, sur la circulation de certaines denrées.

[13Barrage : (droit de) droit que payaient les charrettes, mêmes vides, les harnais et les chevaux, au passage de « barrières », pour la réfection des ponts et passages, et principalement des pavés.

[14Pontonnage : droit dû par ceux qui traversaient une rivière dans un bac ou sur un pont.

[15Francs-fiefs : impôt, droit de succession dus par les roturiers acquéreurs d’un bien noble, d’une seigneurie, en compensation de la diminution de valeur que subissait ce fief, de ce simple fait de succession roturière.

[16Dîme : quotité prélevée par l’église (entre 1/6è et 1/10è), sur toutes les productions animales, végétales, agricoles, vinicoles, céréalières.

[17Industrie : à l’époque, toute activité manuelle tendant à produire quelque chose.

[18Manœuvre : évolution du mot « manouvrier », qui travaille avec ses mains.

[19États provinciaux : ou « pays d’états », provinces où les Députés des différents ordres intervenaient dans le gouvernement de la province.

[20États généraux : assemblée des trois ordres : noblesse , clergé et tiers-état, en provenance de toutes les régions du royaume, et convoquée exceptionnellement par le Roi.

[21Râpage : ...du tabac à priser, essentiellement, ou à bourrer la pipe. Le tabac en poudre, « la râpée » était à « prendre » et non à fumer.

[22La ferme : la ferme générale, au XVIIIè siècle, regroupe en une compagnie de financiers : les fermiers généraux, soit l’ensemble des fermes du royaume, c’est à dire des moyens affermés de collecte des impôts indirects portant sur des denrées particulières (sel, boissons, etc...)

[23Insinuation : droit d’insinuation, droit payé lors de l’inscription d’un acte sur un registre faisant autorité, afin de donner authenticité à l’écriture.

[24Centième denier : droit de mutation immobilière d’un centième, perçu pour toute mutation de propriété ou de jouissance d’immeuble, soit par succession en ligne directe, ou par donation par contrat de mariage.

[25Maîtrise particulière : juridiction qui connaissait en première instance de ce qui avait rapport aux bois, à la chasse, à la pêche, etc..., tant au civil qu’au criminel.

[26Actions de bornage, de planter des bornes pour marquer les limites d’une propriété rurale.

[27Capitainerie : territoire réservé aux chasses royales. Autour de Paris, il y avait les capitaineries de la Varenne du Louvre, des Tuileries, de Vincennes, de Sénart. La doléance indique que la capitainerie de Montrouge, village situé près d’Arcueil qui intègre une partie de son territoire à l’époque, n’est plus fréquenté par le Roi.

[28Colombier : pigeonnier. Le droit de posséder un colombier est un privilège seigneurial.

[29Les dîmes insolites : celles qui s’appliquaient à des cultures nouvelles pour lesquelles il n’y avait pas de tradition établie dans la paroisse.

[30Domestique : dîme qui a rapport à l’économie domestique.

[31Lainage : toison de moutons, devenant marchandise de laine.

[32Gens de mainmorte : les corps et communautés ecclésiastiques, réguliers ou séculiers, dont les biens sont inaliénables et ne produisent aucun droit de mutation.

[33Les milices royales ou provinciales venaient renforcer les troupes régulières, composées de volontaires parfois en nombre insuffisant, surtout en cas de conflit. Ces milices étaient pourvues par tirage au sort parmi les hommes valides de 16 à 40 ans. Celui qui en avait les moyens pécuniaires pouvait acheter un plus pauvre qui s’enrôlait à sa place.

[34La première loterie royale date de 1539, sur décret de François Ier.

[35Batteries : dans le sens de « batailles », où l’on se bat comme on bat les blés dans les granges.

[36Maréchaussée : corps de gens à cheval qui veille à la sûreté publique, devenue la gendarmerie après la révolution.

[37Projet DEFER : visant à détourner les eaux de la Bièvre pour alimenter le palais du Luxembourg, occupé par Monsieur, frère du Roi (futur Louis XVIII).

[38Pied de roi : unité de la mesure censée être celle du pied de Charlemagne : 0,32483 m, subdivisé en 12 pouces de 2,706 cm, soit environ 2 m dans son fond et 27 m de terrain en largeur.

[39Il s’agit du moulin du hameau de Cachan, appartenant à l’abbaye de saint Germain, dont le fermier est un sieur Lebeau, signataire du cahier, et du moulin de la Saussaie sur Arcueil, propriété de Monsieur Sigly, seigneur d’Arcueil, affermé à un sieur Beurrier.

[40Les carriers sont une composante ancienne de la population d’Arcueil, car on y exploitait depuis le XIIIè siècle une « pierre de liais, à grain fin, pierre très propre à polir, dur et sur laquelle on pouvait graver des inscriptions. L’extraction pouvait se faire à ciel ouvert lorsque la « masse » affleurait le sol, ou bien grâce à des puits de 5 à 20 mètres de profondeur. L’emplacement de ces puits était repérable grâce aux roues qui émaillaient le paysage. Ces roues, de 8 à 9 mètres de diamètre étaient actionnées par un ou deux ouvriers qui les faisaient tourner en grimpant sur les barreaux, comme un écureuil agite sa cage. Ces roues ont été abandonnées vers 1880 pour un système de treuil et de manège à cheval. »

[41Laboureur : celui qui laboure la terre, aussi bien l’ouvrier qui trace la raie de labour que le propriétaire ou le fermier qui exploite une ferme. Aux côtés d’un avocat et d’un procureur est donc élu Député, le sieur Frottier, qui ne signe, donc ne sait écrire et sans doute pas lire.

[42Jean-André Romanet (dit le Riche) : Syndic d’Arcueil qui, associé à plusieurs de ses collègues de la « banlieue », assemblés au début de 1789, a cosigné un Mémoire pour servir à la confection du cahier de doléances des habitants de la banlieue : « On ne saurait trop répéter, la condition des habitants de la banlieue est désespérante, et il serait difficile de décider s’ils doivent plutôt attribuer leur infortune à l’excès des impôts que l’on exige d’eux, et qu’ils ne doivent point, qu’à celle de manœuvre coupables pratiqués par les commis de la ferme... ».

[43Syndic : Le Syndic est chargé de l’exécution des délibérations de l’assemblée municipale. Sorte de « maire » du village.

[44Un édit de 1787 a créé, dans le cadre de la nouvelle assemblée provinciale d’Ile-de-France, une assemblée municipale qui, à Arcueil, se substituera à la paroisse de saint Denys. Une circulaire du 14 juillet 1788 précise que « toutes les assemblées municipales doivent être pourvues d’un registre des délibérations... L’assemblée municipale doit se tenir de droit tous les dimanches, après la messe paroissiale, sans qu’aucun soit dans le cas d’être spécialement convoqué... ». Le curé Guillaumot est membre de droit de la municipalité.

[45Lebeau Jean-Pierre-Nicolas : meunier du moulin de Cachan.

[46Condamina Jean-Blaise : maître carrier, trésorier de la municipalité.

[47Deu Germain-Maurice : notable.

[48Martinot : notaire, tabellion, garde-notes au baillage d’Arcueil, « procureur des pauvres » au sein de la municipalité.

[49Scribe : boucher.

[50Dieu Jean-Nicolas : notable.

[51Deu Sylvestre : maître de pressoir.

[52Delaitre : procureur fiscal.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

10 Messages

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP