www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » Deux mariages pour un même couple ?

Deux mariages pour un même couple ?


jeudi 20 avril 2017, par Anne Papillaud

Répondre à cet article

Clément Beauregard et Jeanne Michelon se sont mariés 2 fois en l’espace de 4 mois.

Le premier mariage est célébré le 15 mars 1802 (24 Ventôse an X) à Vanxains en Dordogne.

Le deuxième est célébré le 28 juillet 1802 (19 Thermidor an X) à Saint-Aulaye, toujours en Dordogne, à environ 15 km de Vanxains.

Pourquoi ces 2 célébrations ?

Acte de mariage de Vanxains :

Transcription :
Acte de mariage de Vanxains
AD24 cote 5MI21402_012 vues 7 et 8/14

Du vingt quatrieme jour du mois de ventôse l’an dix
de la République française ;

ACTE DE MARIAGE de Clement Beauregard militaire âgé de vingt sept ans et demi
ans, né au Chef lieu de St Aulaye département de la Dordogne le Sept
du mois de Novembre an 1774 profession de Boucher demeurant
à St Aulaye département de La Dordogne fils légitime
de feû Jean Beauregard et de Marie Renaudiere habitante de St Aulaye.
Et de Jeanne Michellon âgée de vingt quatre ans, née
à St Aulaye département de La Dordogne le vingt av.
du mois d’avril an 1777 demeurant à St Aulaye
département de La Dordogne fille légitime de feû
Jean Michellon demeurant au chef lieu de St Aulaye département
de la Dordogne et de Marie Valette habitante de même lieu
Les actes préliminaires sont extraits des registres des publications de mariage faites
à St Aulaye au domicile de toutes parties le dix ventôse ainsi signé Vauvielle
et affichées aux termes de la Loi, et fonts les dits époux, né clément Beauregard
le sept du mois de novembre mille sept cent soixante quatorze et Jeanne
Michellon le vingt avril mille sept cent soixante dix sept
le tout en forme ; de tous lesquels actes il a été donné lecture par moi, officier public, aux termes de la Loi.

Lesdits époux présent ont déclaré prendre en mariage, l’un Jeanne Michellon
pour son epouse l’autre Clement Beauregard pour son époux
En présence de Jean Mageux demeurant au chef lieu
département de La Dordogne profession de tisserand âgé de trente six ans
De Jervaud Favard demeurant au chef lieu département
de La Dordogne profession d’aubergiste âgé de trente cinq ans
D’annet Content oncle demeurant à Elie du Bois département
de La Dordogne profession de maréchal âgé de quarante deux ans
Et d’Antoine Chabaneix demeurant au chef lieu département
de La Dordogne profession de tisseran âgé de trente cinq ans.
Après quoi, moi pierre Banaston adjoint du maire de Vanxainx
faisant les fonction d’office public de l’état civil, ai prononcé qu’au nom de la Loi, lesdits époux sont unis en mariage. Et ont lesdits époux et témoins, signé avec nous.
Les dits Beauregard et Michellon époux ainsi que Content
et Chabaneix et non les dits Mageux et Favard pour ne savoir
Jeanne Michelon beauregard Contant Banaston adjoint.

Je ne dispose pas des publications de mariage de Vanxains, mais j’ai pu trouver celles de St Aulaye :

Transcription
Publication de mariage de St Aulaye
AD24 cote 5MI24401_029 vue 5/7

Le Dixième du mois de Thermidor l’an dix de la République
française, je François Gérard Lafutes maire de la Commune de
Saint-Aulaye chargé par la loi de dresser les actes de publication
des promesses de mariage des Citoyens, ai cejourd’hui, publié à haute-voix, dans
le lieu et à l’heure des séances municipales, que le citoyen Clement Beauregard
fils légitime de feu Jean Beauregard Boucher et de vivante Marie
Renaudiere, habitant au chef lieu de la Commune de Saint Aulaye
et Jeanne Michelon fille légitime de feu Jean Michelon et de Marie Valette Demeurant aussi au chef lieu de la Commune de Saint aulaye d’autre part

entendaient contracter mariage, le dixneuvieme du mois présent de Thermidor
présente année, devant moi, conformément aux lois, et j’ai de suite fait afficher
par extrait la présente publication, à la principale porte de cette Maison commune.
Fait à Saint-aulaye les jour, mois et an susdits Gérard Lafute.

Acte de mariage de St Aulaye :

Transcription
Acte de mariage de St Aulaye
AD24 cote 5MI24401_028 vue 11/16

Du dix neuvieme jour du mois de Thermidor l’an dix
de la République française.

ACTE DE MARIAGE de Clement Beauregard âg de trente ans
ans, né à Saint aulaye département de la Dordogne le dix sept
du mois d’octobre an 1772 profession de Boucher, demeurant
à Saint aulaye département de la Dordogne fils X légitime Beauregard
X de feu ??? Beauregard
demeurant à Saint aulaye département
de la Dordogne et de vivante Marie Renaudière

X légitime de feu Jean Beauregard
Et de Jeanne Michelon âgée de vingt six ans, née
à Saint aulaye département de la Dordogne le vingt sept
du mois d’avril an 1777 demeurant à Saint aulaye
département de la dordogne, fille majeure et légitime de feu
Jean Michelon et de feue marie Vallette

Les actes préliminaires sont extraits des registres des publications de mariage faites
à Saint aulaye le vingt un prairial dernier et à la porte de la maison
commune dudit saint aulaye le vingt un aussi dudit mois.

et affichées aux termes de la Loi et Publié

le tout en forme ; de tous lesquels actes il a été donné lecture par moi, officier public, aux termes de la Loi.

Lesdits époux présent ont déclaré prendre en mariage, l’un Clement Beauregard
l’autre Jeanne Michelon

En présence de Mathieu Boussaton, demeurant à Saint aulaye
département de la dordogne profession d’agriculteur âgé de vingt un ans
De jean Vauvielle demeurant à Saint aulaye département
de la Dordogne, profession d’instituteur âgé de trente deux ans
De Jacques Paquin demeurant à Saint aulaye département
de la Dordogne profession de marechal âgé de trente deux ans
Et de Ellie Defrance demeurant à Saint aulaye département
de la Dordogne profession d’agriculteur âgé de trente sept ans
Après quoi moi, François Gérard Lafutes maire de Saint aulaye
faisant fonctions d’officier public de l’état civil, ai prononcé qu’au nom de la Loi, lesdits époux sont unis en mariage. Et ont lesdits époux et témoins, signé avec nous.
beauregard micheloone defrance Boussaton Vauvielle F gérard lafute

Il existe quelques différences notables entre les 2 actes :

Concernant l’époux :

  • Dans l’acte de Vanxains, le marié est né le 7 novembre 1774 à St Aulaye.

Dans celui de St Aulaye, il est né le 17 octobre 1772, aussi à St Aulaye. J’ai trouvé l’acte de baptême de 1774, mais celui de 1772 n’existe pas. Il ne semble pas y avoir eu de frère ainé qui aurait porté le même prénom. J’ai seulement trouvé un frère ainé nommé Benoit, né le 21 Novembre 1771. Les parents indiqués dans l’acte de mariage sont bien ceux cités dans l’acte de baptême.

Acte de baptême de Clément Beauregard :

Transcription
Acte de baptême de Clément Beauregard
AD24 cote 5MI24401_001 vue 422/582

Le 7 9bre au present Bourg est né et le 8 du dit mois a été baptisé dans
LEglise de ste aulaye clement Beauregard fils naturel et légitime de
jean beauregard et de marie renaudiere et parrin clement andraud et Jeanne
Denois ont été présent alphonse dague et pierre beauregard qui ont signé
Dusoutras vic de ste aulaye

  • Dans les 2 actes il est boucher. Cependant, dans l’acte de Vanxains, il est également indiqué qu’il est militaire. Mais ne disposant pas de l’unité ou d’une possible date d’incorporation, il m’est quasiment impossible d’effectuer une recherche dans les bases militaires de cette période.

Concernant l’épouse :

  • L’orthographe du nom de la mariée est différent sur les 2 actes : Michelon à St Aulaye, Michellon à Vanxains (où elle signe cependant avec un seul l). De telles différences d’orthographe n’étaient pas rares, je ne suis pas surprise.
  • Dans l’acte de Vanxains, la mariée est née le 20 avril 1777 à St Aulaye. Dans celui de St Aulaye, elle est née le 24 avril 1777. L’acte de baptême de la mariée indique qu’elle est en fait née le 24 et a été baptisée le 27. Elle est la seule Jeanne Michelon à cette période, et comme pour son époux, les parents sont les mêmes sur les 2 actes.

Acte de baptême de Jeanne Michelon :

Transcription
Acte de baptême de Jeanne Michelon
AD24 cote 5MI24401_001 vue 448/582

bap
est née dans le bourgt pte paroisse le 24e avril 1777
jeanne fille naturelle et légitime de jean michelon et de marie vallette
et a estée baptisée le 27 du meme mois et ans que dessus on este parrains
françois vallette et marraine jeanne danede (?) temoins jean ??? quy
et ???? non signé avec moi Denois curé de st aulaye

  • Dans l’acte de St Aulaye, les 2 parents de la mariée sont décédés. Dans celui de
    Vanxains, la mère est indiquée comme « habitante du même lieu » (c’est à dire St
    Aulaye), ce qui à première vue m’avait fait penser qu’elle était vivante. Or, elle est
    décédée le 21 juillet 1788, comme en atteste le registre paroissial de St Aulaye.

Acte de décès de Marie Valette (mère de la mariée) :

Transcription
Acte de décès de Marie Valette
AD24 cote 5MI24401_001 vue 574/582
Le vingt un juillet mil sept cent quatre vingt huit inhumé le corps de Marie Valette
Epouze de Jean Michelon maréchal de la pnte ville, Décédée la veille à l’âge d’environ
trente sept ans Présents Pierre Jarry Journalier et Pierre Vidaud Tisserant de lad. ville qui n’ont su signer de ce requis par nous Dusolier curé de Ste aulaye

Dans les 2 actes de mariage, les signatures du marié semblent assez clairement de la même main.

Signature de Clément Beauregard à Vanxains :

Signature de Clément Beauregard à St Aulaye :

Les signatures de la mariée sont un peu différentes - elle signe « Jeanne Michelon » àVanxains, mais « Michelonne » à St Aulaye. Cependant, l’écriture semble là-aussi lamême.

Signature de Jeanne Michelon à Vanxains :

Signature de Jeanne Michelon à St Aulaye :

Je remarque cependant que si tous les témoins du mariage de St Aulaye sont résidents de la commune, seul un des témoins de Vanxains habite le village, au lieu-dit Elie Dubois. La commune de résidence n’est pas très claire pour les 3 autres témoins de Vanxains : il est seulement indiqué qu’ils demeurent au chef-lieu. Mais est-ce le chef-lieu de canton (Ribérac) ou de département (Périgueux) ? On dirait presque que les mariés ont pris soin de choisir d’illustres inconnus à Vanxains, où par ailleurs, aucun d’eux ne semble à ce moment-là de leur vie avoir d’attache ou de connaissance.

Clément et Jeanne auront 8 enfants, dont le premier nait le 10 novembre 1802 (19 Brumaire an XI), soit 8 mois après le mariage de Vanxains, ou 4 mois après le mariage de St Aulaye !

Acte de naissance de l’ainé, Pierre Beauregard :

Transcription
Acte de naissance de Pierre Beauregard
AD24 cote 5MI24401_031 vue 4/18

Du dixneuf jour du mois de Brumaire l’an onze de la Répub. franç.
Acte de naissance de Pierre Beauregard né le même jour
à huit heures du soir fils de Clement Beauregard
Boucher et Jeanne Michelon son epouse habitants au chef
lieu de Saint aulaye
Le sexe de l’anfant a été reconnu être masculin
Premier témoin, Jean Vauvielle instituteur âgé de vingt huit ans
du chef lieu de Saint aulnaie
Second témoin, Jean Meneret tonnellier âgé de quarante un
an aussi du chef lieu de Saint aulnaie
Sur la réquisition à nous faite par le citoyen Clement Beauregard
Père qui a signé avec nous
beauregard
Et ont signé
Vauvielle Meneret
Constaté suivant la loi, par moi François Gerard Lafute Maire de Saint aulaye
faisant les fonctions d’officier public d’état civil.
F. Gérard Lafute

Pour avoir étudié attentivement tous les registres de St Aulaye de cette période, il n’y aaucun autre Clément Beauregard ou Jeanne Michelon dans la commune.

Finalement, à part cet écart de 2 ans entre les deux supposées dates de naissance du marié, tout me porte à penser qu’il s’agit donc d’un seul et même couple.

Qu’a-t-il donc pu se passer entre mars et juillet pour que le mariage soit célébré une deuxième fois ? Le premier mariage a-t-il pu être annulé ou invalidé, et si oui, quelles pourraient en être les raisons ? Et si tel est le cas, pourquoi n’en est-il fait aucune mention dans l’acte de St Aulaye ?

Je remercie d’avance les généalogistes plus expérimentés que moi qui pourront peut-être apporter leurs lumières à ce mystère...

Sources : Archives Départementales de la Dordogne

  • Acte de mariage de Vanxains : AD24 cote 5MI21402_012 vues 7 et 8/14
  • Publication de mariage de St Aulaye : AD24 cote 5MI24401_029 vue 5/7
  • Acte de mariage de St Aulaye : AD24 cote 5MI24401_028 vue 11/16
  • Acte de baptême de Clément Beauregard : AD24 cote 5MI24401_001 vue 422/582
  • Acte de baptême de Jeanne Michelon : AD24 cote 5MI24401_001 vue 448/582
  • Acte de décès de Marie Valette : AD24 cote 5MI24401_001 vue 574/582
  • Acte de naissance de Pierre Beauregard : AD24 cote 5MI24401_031 vue 4/18

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

13 Messages

  • Deux mariages pour un même couple ? 20 avril 09:05, par MALEMORT

    Bonjour,

    Le premier mariage est célébré le 15 mars 1802.

    Le concordat est signé le 8 avril 1802.

    Le deuxième mariage est célébré le 28 juillet 1802.

    Bien que les deux actes soient des actes purement civils il est possible qu’ils fassent suite à des mariages religieux et que les fiancés mariés une première fois par un prêtre jureur (les prêtres de dordogne étaient à plus de 85% jureurs), se remarient devant un prêtre « réfractaire » plus conforme à leur foi et qui du fait du concordat est redevenu légitime.

    Je vous conseille donc de rechercher, sans doute auprès des archives diocésaines, les actes de mariage religieux.

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 20 avril 09:28, par martine hautot

    Bonjour, Anne

    Avec les changements de réglementation en cette période troublée (mariage au chef lieu de canton en l’an VII et en l’an VIII,puis concordat ,mariage civil précédant le mariage religieux ,il est possible de s’y perdre .Voyez ce qu’écrit le préfet de l’ Ardèche (15 nivôse an IX -5 Janvier 1801) sur la tenue des registres :

    « Citoyen Ministre, Je dois appeler votre attention sur un objet qui interesse essentiellement l’ordre public : les registres d’état-civil. Je ne sais s’ils sont partout comme dans l’Ardèche, mais il est impossible de s’en faire une idée à moins de les avoir examinés. Les omissions peuvent se réparer mais ce qui ne peut l’être, c’est cette foule immense d’actes absolument faux et pour la rédaction desquels les falsificateurs ont recours à toutes les ruses, à toutes les fraudes imaginables. Ici, ce sont des registres faux d’un bout à l’autre, pour lesquels on s’est procuré des feuilles blanches restées d’autres registres sans s’embarrasser des apostilles mises par les magistrats, ni des changements de timbre. Dans d’autres cas, on a falsifié la signature du magistrat. Ailleurs des faussaires plus adroits ont revêtu leurs actes d’une apparence de vérité, mais ici c’est un garçon qui épouse sa tante de quatre vingts ans, ou ce sont de jeunes gens qui épousent de vieilles femmes et qui seraient leurs grands mères, ou d’autres qui épousent des filles qui n’ont aucune connaissance du prétendu mariage, ou des femmes mortes depuis longtemps, ou même des hommes déguisés en femmes et qui se sont prêtés à la fraude. Ce sont les quelques difficultés que présente un des départements les plus ignorants de la République... »
    Aurez-vous un jour,le fin mot de l’histoire ?
    Bon courage,
    Martine

    Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 21 avril 09:05, par Baroche

    Il m’est aussi arrivé de trouver des mariages célébrés deux fois pour cette même période.J’ai pensé que les mariés tenaient absolument à ce que leur mariage soit reconnu et qu’ils avaient des doutes sur la validité du premier mariage, doutes certainement entretenus par la réaction.

    Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 21 avril 09:50, par Catherine OUEDRAOGO

    Madame

    Vous remarquerez que les actes de bapteme de Clément et Jeanne indiquent qu’ils sont enfants « légitimes et naturels ». En 1777, une telle mention est fréquente dans les familles calvinistes (protestantes). A l’époque, le protestantisme est interdit, les protestants sont souvent persécutés. Ils font néanmoins baptiser leur enfant par le curé de la paroisse pour avoir un état civil.

    Je ne sais comment cela se passe dans la région qui vous concerne, mais dans la région de Mens (Dauphiné), où 90% de la population est protestante, on trouve ces mentions sur de très nombreux actes. Le curé, dans les actes de baptême précise souvent que les parents se « prétendent » mariés « au Désert ». Les actes de sépultures indiquent souvent " mort dans l’hérésie de Calvin. la sépulture ecclésiastique lui est refusée pour n’avoir fait ou voulu faire ses devoirs de catholicité et n’avoir pas signalé sa dernière maladie. Enterré en terre profane" , (ou à la campagne)et non dans le cimetière paroissial. Certains actes indiquent même dans quel jardin se trouve la tombe et comment la retrouver.

    Alors, Clément et Jeanne sont-ils protestants ? Doivent-ils changer de région suffisamment loin pour ne pas attirer l’attention ? C’est une hypothèse possible.

    Vous pouvez consulter le site suivant pour en savoir plus :
    http://huguenotsweb.free.fr/genealogie.htm

    Cordialement,
    Catherine

    Répondre à ce message

    • Deux mariages pour un même couple ? 26 avril 11:56, par NAUDAIN

      J’ai eu un certain nombre d’ancêtres protestants qui s’étaient rendus invisibles pendant un certain temps. Mais,si la mention « légitime » me parait effectivement réservée aux mariages ou baptêmes de personnes en règle avec l’église, je ne pense pas que cela soit réservé aux protestants. C’était pour tout le monde je pense. Ce qui fait que ceux qui étaient tout simplement incroyants pouvaient « bénéficier » de la même mention.

      Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 21 avril 09:56, par THOME Joël

    J’ai eu un cas dans mes recherches, mais j’ai remarqué que dans le 1er acte qu’aucun témoin n’était cité.

    Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 21 avril 10:32, par Jacques Dupé

    Les actes de mariage 1772 et 1777 se situent dans le département de Dordogne. Or l’existence effective des départements français est actée en mars 1790. Y avait-il déjà cette notion de département ? Et depuis quand ?

    Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 21 avril 11:36, par Suzanne

    Bonjour,
    Alors là c’est presque (trop) facile...
    Une des solutions peut être aussi qu’ils sont « cousins »
    et que le mariage a été invalidé. Après « autorisations officielles » ils se remarient de nouveau

    Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 21 avril 14:53, par Brigitte Michel

    Bonjour,
    J’ai pensé, d’emblée, à une opposition au mariage. Auquel cas, il vaudrait mieux se référer à l’acte religieux, les curés étant plus « pointilleux », il donnaient généralement le nom de l’opposant et les raisons de l’opposition. Bien sûr cela ne résout pas le problème du double mariage civil, qui seul est valable aux yeux de la loi, mais qui peut savoir ?
    Bonne chance dans vos recherches.
    Brigitte Michel

    Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 22 avril 08:18, par Lorthois Jean-Marc

    Bonjour
    J’ai rencontré ce même problème de double mariage mais en 1677 et 1678 commune de Carvin (P d C) Seule différence entre les 2 transcriptions le nom des témoins, mais même famille semble-t-il.Même date ou presque (7 et 8 janvier)

    1677(A D 5 MIR 215/2 Carvin p 513) :7 janvier Egidius (Gilles) Mauran et Marie Jeanne Lhortoy témoins Jacobus (Jacques) Lorthoy et ???

    1678 (A D 5 MIR 215/2 Carvin p 515) : 8 janvier Egidius (Gilles) Mauran et Marie Jeanne Lortoy témoins Simon et Charles Lortoy

    Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 3 mai 20:36, par Anne Papillaud

    Bonjour à tous, et toutes mes excuses pour ma réaction tardive à vos nombreux commentaires.

    Effectivement, le Concordat – qui m’avait échappé – ainsi que la possibilité d’une opposition au mariage religieux me semblent les explications les plus plausibles. Mais n’expliquent pas le double mariage civil. Autre interrogation, de nos jours, un mariage religieux ne peut être célébré que si le mariage civil a pas déjà eu lieu. N’était-ce pas le cas à l’époque ?

    En réponse à Catherine Ouedraogo, je ne pense pas que la famille soit protestante. En tout cas, tous les baptêmes relevés dans les registres que j’ai consultés dans cette paroisse à cette période indiquent que les enfants sont « naturels et légitimes ». J’ai aussi constaté cette mention dans la majorité des registres des différentes paroisses environnantes. Les protestants ne sont pas très nombreux dans cette partie du Périgord.

    En réponse à Suzanne, effectivement, une parenté pourrait exister, les deux familles étant implantées à Saint Aulaye depuis au moins 3 générations. Mais je ne l’ai pas encore trouvée, elle ne doit pas être très proche. Ils ne sont en tout cas pas cousins germains, je dois remonter quelques générations supplémentaires. Par ailleurs, je suis déjà tombée sur des mariages qui étaient invalidés pour cause de parenté, mais il était toujours fait mention dans l’acte de mariage du jugement qui avait autorisé l’union. Il n’en est rien dans ce cas.

    Ce qui m’intrigue le plus, c’est qu’ils se sont d’abord mariés à Vanxains, alors qu’ils n’en sont ni natifs ni résidents. Pourquoi aller se marier à 15km de chez eux ? Que s’est-il passé à St Aulaye à cette période pour qu’ils décident d’aller ailleurs. Leurs parents sont morts à tous les deux, était-ce un mariage « secret » ? Il faut peut-être que je cherche de ce côté-là aussi…

    Merci encore pour vos pistes, je reviendrai avec la réponse quand je l’aurai trouvée !

    Bonne soirée
    Anne

    Répondre à ce message

    • Deux mariages pour un même couple ? 13 mai 08:35, par Suzanne

      Pourquoi se marier à 15 km ?
      Peut-être à cause de ceci :

      Spécificités des MARIAGES pendant la Révolution :

      La loi du 13 fructidor de l’an VI (30 août 1798) demandait que les mariages soient célébrés aux chefs-lieux des cantons seulement les decadis (dixième jour de la décade républicaine dans le calendrier révolutionnaire) et qu’il en soit tenu des registres distincts.

      Cette disposition ne fut réellement appliquée qu’en l’an VII et en l’an VIII (du 22 septembre 1798 au 26 juillet 1800).

      Pour toute recherche de mariage dans une commune à cette époque, reportez vous aux registres de la commune faisant alors office de chef-lieu de canton.

      Il suffit juste maintenant de vérifier les dates et la distance des villages, ainsi que la spécificité de l’endroit ( chef-lieu de canton ?) où ils se sont mariés sans y avoir aucune attache...

      Répondre à ce message

  • Deux mariages pour un même couple ? 13 mai 15:35, par Suzanne

    A Paris durant la Commune il y a des actes dits « bâtonnés » car enregistrés par des personnes qui n’ont pas été jugées habilitées à le faire par la suite.

    Des noms de lieux ont été changés lors de la Révolution (dont ceux qui contenait SAINT, ROI, DUC dans leur nom) ; Vanxains et Saint Aulaye sont-ils bien 2 lieux différents ?

    Ici nous sommes à la sortie de la Révolution française
    Il faudrait savoir ce qui s’est déroulé "historiquement parlant" dans ces 2 villes, villages au printemps 1802... comme un incendie qui aurait détruit des registres ?

    Le marié est militaire en mars et plus en juillet...
    Y avait-il une caserne dans le premier lieu de mariage ?

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP