www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chroniques familiales et aventures généalogiques » Deux mères pour une enfant, un imbroglio au début du XXe siècle...

Deux mères pour une enfant, un imbroglio au début du XXe siècle...

À la recherche de ce qui s’est passé exactement...

Le vendredi 31 mars 2023, par Richard David

Lors d’une recherche dans les archives de Clamart pour l’année 1909, je tombe, par hasard, sur un acte de naissance qui m’interpelle [1]. En effet, dans la marge, je lis :

« Par jugement du Tribunal Civil de la Seine en date du 19 janvier 1910, transcrit sur les reg. de l’Etat Civil de Clamart le 12 février 1910, l’acte ci-contre est annulé. La présente mention faite sur avis par nous greffier soussigné ce 10 mai 1911 »

L’acte annulé

Comme c’est la première fois, me semble-t-il, que je rencontre un tel cas, je m’attarde, curieux, au contenu de l’acte :

« L’an [1909] le [22] septembre à [11] heures du matin. Acte de naissance de Marcelle Désirée HIVERT du sexe féminin née hier à [4] heures du soir à Clamart, rue des deux gares, fille de Désiré Marie HIVERT maçon âgé de [27] ans, qui déclare s’en reconnaître le père, et de Marguerite SAINTINIENNE journalière âgée de [38] ans, non mariés, demeurant tous les deux à Clamart rue Princesse n° 10. Dressé par nous Joseph Louis Ferdinand PICQUART Maire officier de l’état-civil de la commune de Clamart (Seine). Sur la présentation de l’enfant et la déclaration faite par le père en présence de Jules TOULOUSE cantonnier âgé de [31] ans demeurant à Clamart rue du Crosy n° 33 et Joseph DUVAL débitant âgé de [43] ans demeurant à Clamart, Place de la Mairie, témoins qui ont signé avec le père et nous après lecture (...) »


Pourquoi a-t-il donc été annulé, cet acte ? Rien ne semble anormal. Je pense pouvoir trouver la réponse à ma question en recherchant la transcription du jugement d’annulation dans les registres d’Etat civil de Clamart à la date du 12 février 1910, informations mentionnées dans la marge de l’acte.

Transcription du jugement d’annulation

Voici cette transcription, abrégée, la mise en gras étant personnelle :

« HIVERT-DELAROCQUE Transcription d’annulation d’acte. L’an [1910], le [13] février (...) Nous (...) commune de Clamart (Seine) avons transcrit ainsi qu’il suit le jugement (...) transmis par Monsieur le Procureur de la République à Paris. (...) D’un jugement rendu en l’audience publique de la première chambre du Tribunal Civil de première instance (...) séant au Palais de Justice à Paris le [19] janvier [1910]... Le Tribunal, vu la requête de Monsieur le procureur de la République en date du [22] Décembre [1909] Oui. Monsieur Matter substitut de Monsieur le Procureur (...) en ses réquisitions : le sieur HIVERT et les demoiselles SAINTINIENNE et DELAROCQUE comparaissant en personne, oui en ses conclusions et plaidoirie la dame GRIMBERG avocat de la Demoiselle DELAROCQUE, après en avoir délibéré conformément à la loi jugeant en premier ressort, Attendu que d’une information suivie par Monsieur le Juge d’Instruction COULARAU, des dépositions des témoins et des aveux même des inculpés, toutes les dites pièces régulièrement versées aux débats résultent les faits suivants : que sur la déclaration du sieur HIVERT il a été dressé à la Mairie de Clamart l’acte de naissance de HIVERT Marcelle Désirée née le [21] septembre [1909] à Clamart, fille de Désiré Marie HIVERT qui a déclaré s’en reconnaître le père et de Marguerite SAINTINIENNE, non mariés, qu’il est établi en réalité que cette enfant n’était point née de Marguerite SAINTINIENNE ainsi que celle-ci l’a avoué elle même au cours de l’information et que cette enfant avait fait déjà l’objet d’une précédente déclaration et d’un acte de naissance à la Mairie du [14]e arrondissement de Paris où elle avait été déclarée le [21] septembre [1909] sous les prénoms d’Albertine Marthe née le [18] septembre [1909] à Paris, fille d’Eliane DELAROCQUE, qu’il résulte de ces faits sur l’exactitude desquels aucun doute ne peut subsister, que deux actes de naissance ont été dressés relativement à une seule naissance et qu’il convient de procéder à l’annulation de celui qui n’est que le résultat d’une inexactitude voulue. Par ces motifs, vu les articles [55] et suivants du code civil, Dit nul et sans effet l’acte de naissance dressé le [22] septembre [1909] à la Mairie de Clamart (...) Ordonne la transcription du présent jugement sur les registres des actes de naissances de la commune de Clamart pour l’année courant et la mention en marge de l’acte annulé. Condamne des défendeurs aux dépens. Signé (...) Le [19] janvier [1910]. La minute a été signée par (...). Visé pour timbre et enregistré à Paris le [21] Janvier [1910] (...) gratis. (...) Pour extrait conforme (...) [2] »

Je comprends maintenant pourquoi l’acte en question a été annulé. Mais, par contre, je n’ai aucune idée, à ce stade, des raisons qui ont pu pousser le couple HIVERT-SAINTINIENNE à déclarer cette enfant comme étant la leur... Ni des circonstances qui ont fait que cette enfant ait pu être présentée, à Clamart, en personne par Désiré HIVERT, deux ou trois jours après sa naissance à Paris.
Mes interrogations, nombreuses, et ma curiosité croissante, m’incitent à rechercher le fameux acte de naissance, le seul "valable", dont les références sont mentionnées dans le jugement ci-dessus. Voici l’acte [3] :

L’acte authentique

« L’an [1909] le [21] septembre à [2] heures du soir, acte de naissance de Albertine Marthe, du sexe féminin, née le [18] courant à [9] heures du soir, rue Gazan, 25, fille de Eliane DELAROCQUE, [23] ans, domestique, à Clamart (Seine) place de la Mairie 17 et de père non dénommé. Dressé par nous René FLECHELLE, officier de l’instruction publique, adjoint du Maire officier de l’état civil du [14]e arrondissement de Paris, sur la présentation de l’enfant et la déclaration faite par Yvonne LESAGE, [26] ans, sage femme présente à l’accouchement, en présence de Clotilde MENAULT, [22] ans, domestique et de Gabrielle BRUNET, [21] ans, domestique, toutes trois rue Lalande 6 qui ont signé avec nous après lecture (...) »


Ainsi donc, le 21 septembre à 14h, l’enfant est présentée à la mairie de Paris (XIVe) par la sage-femme qui a assisté à l’accouchement d’Éliane [4] DELAROCQUE, la mère de l’enfant, et le lendemain à 11h, elle est présentée à la mairie de Clamart par Désiré HIVERT... Comment, pourquoi et quand l’enfant a-t-elle été transférée d’un lieu vers l’autre ?

Une manière de comprendre ce qui s’est vraiment passé serait d’avoir accès au compte-rendu des débats de la séance du Tribunal civil de la Seine, et aux pièces qui y ont été versées, débats qui ont conduit à la décision du 19 janvier 1910. Mais ce compte-rendu des débats existe-t-il et, dans l’affirmative, est-il disponible ? Même question pour les pièces versées aux débats.
Je cherche donc dans les Archives de Paris et je trouve, dans les Fonds judiciaires, Répertoires et Rôles du Tribunal civil, la référence suivante dans le fichier alphabétique DU5 6584, sous HIVERT : "Marcelle Désirée, Nullité acte naissance, 19 janvier 15, 1e ch.".

Dans ce cas-ci, la date du jugement est mentionnée à la place du numéro de rôle. Que signifie ce "15" ? Je suis dans une impasse, ne connaissant pas le numéro de rôle. Je ne vois donc toujours pas comment obtenir ce que je cherche.

Je décide d’abandonner actuellement cette piste et, avant d’en prendre une autre, de jeter un coup d’œil rapide sur l’acte de mariage d’Élise DELAROCQUE.

Le mariage d’Élise DE LAROCQUE

Acte de mariage d’Élise DE LAROCQUE avec Amand DÉSÉCHALLIERS, le 24 décembre 1910 à Villejuif (Seine) [5] et sa transcription partielle, la mise en gras étant personnelle :

« L’an [1910] le [24] Décembre (...). Acte de mariage de Amand Marie Albert DÉSÉCHALLIERS, âgé de [43] ans, journalier, domicilié à Villejuif, rue Vérollot, s.n. né à Céaucé (Orne), le [10] septembre [1867], fils majeur de Jean Prudent DÉSÉCHALLIERS, décédé le [8] janvier [1889], à Céaucé (Orne) et de Marie Victorine GARNIER, son épouse décédée le [21] Août [1885] à Céaucé (Orne) d’une part. Et Élise Céline Pauline DE LAROCQUE, âgée de [24] ans, journalière, domiciliée à Ivry (Seine) Route de Choisy, n° 94, née à Evreux (Eure) le [27] juillet [1886], fille majeure de : Jean Charles Louis DE LAROCQUE, décédé le [4] Juillet [1892], à Paris [XIIe] arrondissement et de Céline Adèle MEREY décédée le [1]er Décembre [1895] à Paris [XVIIIe] arrondissement d’autre part. (...) Les futurs époux ayant déclaré reconnaître en vue de la légitimation devant résulter de leur mariageCéline née le [14] Mars [1907] à Autun (Saône et Loire) 2° Albertine Marthe née le [18] septembre [1909] à Paris [14]e arrondissement (...) En présence de (...) »


Cet acte ne m’apprend pas grand-chose, sinon l’identité probable du "père indéterminé" de l’acte de naissance du 21 septembre 1909 et la naissance, avant Albertine, d’une autre fille naturelle d’Élise DE LAROCQUE, Céline [6]

Je décide alors de faire quelques recherches sur le patronyme SAINTINIENNE. Je me rends compte très vite que ce patronyme ne court pas les rues. Sur les plus de 25 milliards de documents indexés par Google, un seul contient le mot-clé "Saintinienne" et ce n’est pas un patronyme. Ce patronyme est inconnu dans le moteur de recherche de la base généalogique Filae. Le patronyme est inconnu dans la recherche par couple de Geneabank. Étant donné que les mentions de ce patronyme dans le moteur de recherche de Geneanet concernent exclusivement des articles de journaux relatifs à l’affaire en question, je décide de consulter la presse de l’époque, via Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France et de ses partenaires [7].

Une autre piste : la presse de l’époque

Parmi les trente-cinq articles de journaux, traitant de l’affaire en question, que j’ai trouvés via Gallica, j’en ai retenu deux en priorité. Le premier est l’article paru le 20 janvier 1910 dans la « Gazette des Tribunaux, le journal de jurisprudence et des débats judiciaires, feuille quotidienne d’annonces légales ». La mise en gras est personnelle.

La première Chambre du Tribunal civil de la Seine vient de statuer sur une requête du procureur de la République, aux fins de nullité d’un acte de naissance dressé le 22 septembre dernier à la mairie de Clamart, dans des conditions assez curieuses. A cette date, en effet, une petite fille avait été déclarée sous le nom de Marcelle Nivert comme née de M. Nivert, qui s’en était reconnu le père, et de Mme Saintinienne sa mère. Or, en réalité, cette enfant n’était pas la fille de cette dernière et ce fait avait été reconnu et établi au cours de l’information judiciaire qui fut ouverte à ce sujet. Elle avait, du reste, fait l’objet d’une précédente déclaration et d’un acte de naissance la mairie du 14e arrondissement de Paris où, déclarée le 21 septembre 1909, elle se trouvait inscrite sur les registres de l’état civil sous les prénoms d’Albertine-Marthe, comme née le 18 septembre 1909 à Paris, de Mme Eliane Delarocque.
La vérité est que cette double déclaration était résultée d’un accord entre la véritable mère et Mme Saintinienne, l’une ayant eu un enfant, alors qu’elle n’en voulait point avoir, tandis que l’autre, désespérée de sa stérilité, était toute heureuse de pouvoir, grâce à la complaisance de son amie, satisfaire son immense désir d’avoir un entant. Mis au courant de cette situation, le parquet avait ouvert une information, à laquelle ii ne fut point donné suite, en raison des circonstances dans lesquelles s’était produite la supposition d’enfant. Il était, en effet, évident que des poursuites criminelles, alors surtout que le crime prévu par l’article 345 du Code pénal se doublait d’un faux en écriture authentique et publique, tombant sous le coup de l’article 147 du même Code, ne pouvait aboutir qu’à un acquittement en Cour d’assises.
Aussi, réduits à de plus justes proportions, les faits ont-ils abouli à une simple instance en nullité, tendant à la suppression de celui des deux actes de naissance qui avait été dressé contrairement à la vérité sur la déclaration des faux parents de l’enfant.
Faisant droit aux réquisitions de M. le substitut Matter, le Tribunal, par application des articles 53 et suivants, 99 et suivants du Code civil, a décidé qu’il y avait lieu de déclarer nul et de nul effet, l’acte de naissance dressé, le 22 septembre 1909, à la mairie de Clamart.
(Tribunal civil de la Seine, 1re Ch. Présidence de M. Ditte — Audience du 19 janvier 1910.)

Cet article, dont le contenu ne peut évidemment pas être mis en doute [8] apporte la réponse à la plupart des questions qui restent en suspens à propos de cette affaire.

Le second article retenu est de la plume de Georges CLARETIE (1875-1936), avocat, homme de lettres français et chroniqueur judiciaire, notamment auprès du journal Le Figaro. Il a suivi, pendant près de trente ans, toutes les grandes audiences des cours d’assises et d’autres juridictions. A la lecture du titre de son article, nous comprenons qu’il a suivi les audiences du Tribunal civil de la Seine concernant l’affaire en question.

GAZETTE DES TRIBUNAUX, TRIBUNAL CIVIL, 1re Chambre. Les deux mères. Il était, une fois, un homme et une femme au désespoir parce qu’ils n’avaient point d’enfant. Ils n’étaient point mariés, mais vivaient ensemble depuis de longues années. L’homme était un journalier de Clamart, il se nommait Hivert, et la femme, Mme Saintinienne, était ménagère. Leur plus cher désir était d’avoir un enfant. Mme Saintinienne proposait d’en adopter un ; mais Hivert ne voulait pas entendre parler d’adoption. Il était, en même temps, un autre homme et une autre femme qui se lamentaient parce qu’ils allaient avoir un enfant. La femme, Mme Delaroque, était une amie de Mme Saintinienne. Elles se contaient leurs chagrins, et toutes deux trouvaient la vie mal faite en ses contrastes. L’enfant qui attristait Mme Delaroque aurait fait la joie de son amie. Ainsi va le monde. Et les deux femmes, tout en philosophant, trouvèrent un remède à leurs chagrins. Mme Delaroque n’avait point envie d’un enfant ; Mme Saintinienne en désirait un. Quoi de plus simple ? Adjugé l’enfant à Saintinienne ! comme aurait dit le notaire du Fils Naturel [9]. Et, toute joyeuse, Mme Saintinienne rentra chez elle, et annonça à Hivert que, bientôt, elle serait mère. Mme Delaroque mit au monde une fille et déclara la naissance le 21 septembre 1909, à la mairie du [XIVe] arrondissement, d’« Albertine Marthe, née de la fille Delaroque et de père non dénommé ». Le lendemain, Mme Saintinienne vint chercher l’enfant, que son amie lui avait promis, et le rapporta chez elle. Hivert était, absent, et le soir, lorsqu’il rentra, Mme Saintinienne lui montra l’enfant vagissant dans son berceau : — Tiens, embrasse ta fille ! — Un bien bel enfant, murmurait une amie qui consentit à jouer le rôle de la sage-femme. Et le ménage Hivert-Saintinienne fut le plus heureux des ménages. L’enfant, déclarée pour la seconde fois, mais sous le nom de « Marcelle Hivert, née de Désiré Hivert et Jeanne [10] Saintinienne », grandissait, bien soignée. Rien ne manquait au bonheur de ces braves gens. Un jour, pourtant, la supercherie fut dévoilée. La mère, la vraie mère, Mme Delaroque, vint tout simplement reprendre son enfant. C’était, évidemment, son droit ; mais elle le reprenait pour le mettre — qui l’eût dit ? — aux « Enfants trouvés ». Etrange jalousie un peu tardive de femme, de mère, préférant voir sa fille à l’Assistance Publique qu’entre les mains d’une mère d’adoption. Et malgré les pleurs, les cris, les supplications de Saintinienne et d’Hivert, la mère leur arrache l’enfant. Le parquet apprend l’histoire, et une instruction est ouverte. Et le juge s’aperçoit que Mme Saintinienne est tout simplement passible de la Cour d’assises. La déférer au jury eût semblé excessif. On trouve un moyen plus simple. Hivert et Saintinienne furent assignés devant la 1re Chambre du Tribunal en « rectification d’acte d’état civil ». Et, dès lors, tout s’arrange. L’enfant a deux actes de naissance, le second est déclaré nul, tout simplement. Mais l’enfant restera à l’Assistance Publique. Elle a eu une mère, faillit en avoir deux et, en réalité, n’en aura plus guère, puisque celle qui la voulait garder, soigner, chérir, celle que le Parquet assigne, mais pour laquelle il ne cache pas à l’audience ses sympathies, la mère adoptive ne peut l’avoir avec elle. (…) le Tribunal a renvoyé son jugement à huitaine. [11].

Le récit quelque peu romancé que fait Georges CLARETIE de cette audience, en brodant un peu, est néanmoins très proche, malgré quelques petites erreurs factuelles, de ce qu’en dit l’article précédent, du 20 janvier 1910 de la Gazette des Tribunaux. Certains faits, nouveaux, mentionnés dans l’article, semblent, au premier abord, très difficile à croire. Par exemple le placement de Albertine, par sa mère, aux « Enfants Trouvés » après l’avoir récupérée chez le couple HIVERT-SAINTINIENNE !...

Albertine, "enfant en dépôt"

Voulant en avoir le cœur net à ce propos, je consulte aux Archives de Paris les dossiers « Admission des enfants assistés [12] ». J’y découvre, avec étonnement, qu’effectivement Albertine DELAROCQUE a été admise, au cours du mois de septembre 1909, comme "enfant en dépôt", c’est-à-dire « admis provisoirement et pouvant être repris par ses parents à tout moment », sous le matricule 7347.

Le séjour de Albertine auprès du couple HIVERT-SAINTINIENNE a donc été très court, tout au plus 8 jours. Est-ce suffisant que pour préciser, un peu fleur bleue, que "l’enfant grandissait, bien soignée" ?...
La consultation du dossier d’admission d’Albertine pourrait m’apporter des informations intéressantes sur les raisons qui ont poussé sa mère à la placer aux "Enfants assistés". Malheureusement, ces dossiers ne sont pas accessibles en ligne ; ils le sont uniquement en salle de lecture. Soit à 325 km de chez moi...

Quelques autres articles de presse au sujet de cette affaire

On trouvera ci-après quelques autres articles de journaux français [13] de l’époque concernant cette affaire.
Les informations obtenues par la lecture des "faits divers" relatés dans les journaux sont, hier comme aujourd’hui, à prendre avec circonspection. La qualité rédactionnelle des journaux varie fortement de l’un à l’autre, en fonction, notamment, du public visé et de leurs objectifs. Certains journalistes, certains chroniqueurs, notamment dans la presse à sensations, lorsqu’il leur manque quelques détails, sont prêts à toutes les approximations, à tous les ajouts, à toutes les fabulations pour que leur article accroche et ait quelque consistance. Le réel non vécu devient, par leur plume, un réel repensé et transfiguré. Nous pourrons nous en rendre compte à la lecture de ces articles.



Conclusions

La combinaison entre le récit, quelque peu romancé, que fait Georges CLARETIE de cette affaire, et les informations factuelles de l’article de la Gazette des Tribunaux, nous donne une idée assez précise des faits.
Quelques zones d’ombre demeurent néanmoins. Désiré HIVERT est-il complice de la substitution d’enfant ou bien a-t-il vraiment cru à la maternité de Marguerite SAINTINIENNE, sa compagne ? N’y a-t-il pas eu, au départ, un malentendu concernant l’accord passé entre les "deux mères" ?
Pour avoir une réponse quasi complète aux interrogations qui demeurent, l’idéal serait d’avoir accès au compte-rendu des débats de la séance du Tribunal civil de la Seine, et aux pièces qui y ont été versées...
L’accès au dossier de placement d’Albertine aux "Enfants assistés" serait également utile. Les Archives de Paris sont situées 18 boulevard Sérurier 75019 Paris, France. Métro : Porte des Lilas. 😉

Que sont devenus les protagonistes de ce drame ?

Albertine DÉSÉCHALLIERS, « l’enfant aux deux mères »

Albertine n’est sans doute pas restée longtemps aux « Enfants assistés ». Elle est reconnue et légitimée lors du mariage de ses parents, le 24 décembre 1910, à Villejuif (Val-de-Marne). Le recensement de 1911 la mentionne comme habitant avec ses parents, rue Vérollot (Impasse Gardet) à Villejuif.
Le 4 avril 1924, les journaux de Paris et environ font état de sa disparition depuis huit ou dix jours du « domicile de sa mère », infirmière à l’hospice de Bicêtre et domiciliée rue Vérollot (impasse Gardet) à Villejuif. La jeune fille, âgée de [14] ans,« forte pour son âge », « paraissant vingt ans », travaille comme couturière, rue Véronèse, n° 3, Paris 13e. Les recherches de la police, prévenue par sa mère, « très inquiète », craignant « qu’il ne lui soit arrivé malheur », sont restées vaines [14]. Je n’ai trouvé aucune trace, dans ces journaux, de la manière dont s’est terminée cette disparition.
Le 17 juillet 1934, Albertine, 24 ans, épouse, à Paris (15e), Henri HELLENBRAND, 34 ans, « contre-expert d’assurances », veuf depuis 9 mois. Le recensement de 1936 (Paris 15e) indique que le couple habite rue Cambronne, n° 31, quartier Necker, Paris 15e, avec les deux tout jeunes enfants, Jacques et Claude, du premier mariage d’Henri, nés en 1933 [15].
Albertine devient veuve le 1er février 1984, date du décès, au Mans (Sarthe), de son époux Henri HELLENBRAND. Albertine décède le 5 mai 2008 à la résidence Les Consuls, rue du Cap de ville à Martel (Lot). Ils sont inhumés tous les deux au cimetière communal de Le Plessis-Dorin (Loir-et-Cher), respectivement à 65 et 425 km de leurs lieux de décès...

Le couple HIVERT-SAINTINIENNE, les "faux" parents

Sur la base des informations très lacunaires fournies par MyHeritage concernant le patronyme SAINTINIENNE, je demande de l’aide, via le forum de Geneanet, concernant ce couple [16].
Le 4 décembre 1867, naît à Paris (1er arrondissement) Marguerite SAINTINIENNE, fille de Marguerite SAINTINIENNE, domestique, âgée de [25] ans, demeurant rue Saint Honoré, n° 243, et de père inconnu. « Élevée par l’Assistance publique de la Seine, jusqu’à sa majorité » [17] comme le mentionne l’acte de son mariage.
Le 4 mai 1889, Marguerite épouse à Cosne (Nièvre) Victor PERRIN, veuf depuis 20 mois. Ils divorceront, après 19 ans de mariage, le 29 octobre 1908. Marguerite a très probablement été prise en adultère car Désiré HIVERT est condamné le 31 janvier 1908 à 25 francs d’amende pour complicité d’adultère [18]
En septembre 1909, Désiré HIVERT et Marguerite SAINTINIENNE habitent, selon le fameux acte de naissance annulé, "tous les deux" rue Princesse, n° 10 à Clamart. La fiche matricule de recrutement de Désiré, n° 2080, confirme que, au 15 avril 1909, il habite à cette adresse, sans que ce soit son domicile, ni sa résidence. C’est pourquoi on ne trouve trace de ce couple à cette adresse dans aucun des recensements de population de Clamart de l’époque [19].
L’affaire des "deux mères" a certainement conduit à leur séparation. Dès le 10 février 1910, Désiré n’habite en effet plus à la même adresse que Marguerite.
En août 1914, Désiré est rappelé sous les drapeaux suite au décret de mobilisation générale. En janvier 1915, il est cité à l’ordre du 21e régiment d’infanterie coloniale [20]
En 1921, Marguerite vit seule à Meudon (Hauts-de-Seine), rue de Paris, n° 26 [21].
Le 12 mars 1922, Désiré HIVERT se marie, à Mohon (Morbihan) avec Marie Françoise BRANDEHO.
En 1931, Marguerite habite toujours à Meudon, rue de Paris, n° 26, mais avec son fils Henri PERRIN, né en 1900 [22].
Le 9 février 1941, Désiré décède à Mohon, à l’âge de 58 ans.
Au recensement de 1946, Marguerite est concierge, rue Aristide Briand, n° 19 à Issy les Moulineaux (Hauts-de-Seine), où elle vit seule [23]. C’est à cette adresse qu’elle décède le 26 mars 1946 [24].
Le 1er décembre 1948, Marie Françoise BRANDEHO, veuve HIVERT, est inhumée à Thiais (Val-de-Marne)
En ce qui concerne le patronyme SAINTINIENNE, il semble donc bien n’exister jamais que deux personnes à l’avoir porté : Marguerite, la "fausse" mère et sa mère qui était très probablement une enfant trouvée à qui on avait attribué ce nom...

Le couple DÉSÉCHALLIERS-DELAROCQUE, les "vrais" parents

Le 24 décembre 1910, Élise DELAROCQUE, 24 ans, épouse, à Villejuif, Amand DÉSÉCHALLIERS, 43 ans. Est-ce lui qui, avec Élise, se « lamentaient parce qu’ils allaient avoir un enfant » ? Est-ce lui, le "père non dénommé" d’Albertine ? Ce n’est pas lui, en tout cas, qui déclare Albertine à la mairie de Paris, mais c’est lui et Élise qui, lors de leur mariage, la reconnaissent et la légitiment, en même temps que Céline, née en 1907 [6].
Le 9 avril 1912, à Villejuif, un garçon naît du couple DÉSÉCHALLIERS-DELAROCQUE, André Henri Albert.
En avril 1924, lors de la disparition de sa fille Albertine, Élise est "infirmière à l’hôpital de Bicêtre.
Le 7 mars 1934, Amand DÉSÉCHALLIERS décède à Villejuif.
Le 13 mars 1934, au mariage de son fils André, Élise est infirmière, domiciliée à Villejuif (Seine), rue de l’Espérance, n° 20 [25].
Le 17 juillet 1934, au mariage de sa fille Albertine, elle est toujours infirmière mais veuve.
Je perds ensuite sa trace jusqu’à son décès, à l’âge de 96 ans, le 19 août 1982, à Percey (Yonne).


[1Arch. Seine, EC Clamart, N(1909), 27/39.

[2Arch. Seine, EC Clamart, N(1910), 7/46.

[3Arch. Paris, EC XIVe arrond., N[18.09.1909-24.09.1909], 16/31.

[4Il s’agit d’une erreur, la mère se prénomme Élise Céline Pauline ainsi qu’il appert de son acte de naissance et de son acte de mariage.

[5Arch. Val-de-Marne, EC Villejuif, M(1910), 45/70.

[6L’acte de naissance de Céline n’est pas disponible en ligne actuellement. Elle épouse Marcel LEROY, le 23 mai 1931, à Recquignies, où le recensement de 1946 les mentionne tous deux, domiciliés Rue du 6 septembre 1914, n° 7.

[8on relèvera une minime erreur factuelle, NIVERT au lieu de HIVERT, due probablement au rédacteur.

[9Le Fils naturel, d’Alexandre Dumas fils, comédie en 5 actes (1858). À ne pas confondre avec Le Fils Naturel ou Les épreuves de la vertu, drame de Diderot (1757). L’auteur fait allusion ici à la réplique du notaire, Aristide FRESSARD, à la scène 10 de l’acte 3, « Personne ne dit plus rien ? Adjugé l’enfant à M. le marquis ».

[10erreur : il s’agit de Marguerite

[11Le Figaro, signé Georges CLARETIE, 13 janvier 1910.

[12« Enfants assistés » est ici un terme générique qui recouvre, selon les périodes, les enfants trouvés, les enfants abandonnés, les orphelins pauvres, les enfants en dépôt, les enfants secourus, les enfants recueillis, les enfants surveillés, etc.

[13Cette affaire a eu des échos à l’étranger. Citons par exemple le long article « Un hijo con dos madres » paru le 12 octobre 1909 dans le journal La Iberia.

[14Au moment de sa disparition, Albertine était « vêtue d’une robe en drap de couleur lie de vin, d’un paletot en drap chaudron et coiffée d’un chapeau noir en satin, avec les bords roses en dessous ».

[15Les actes de naissance de ces deux enfants (jumeaux ?) n’ont pas été trouvés

[16N’étant pas membre "premium" de Myheritage, je n’y ai obtenu que quelques indications parcellaires. Je remercie ici l’aide précieuse que m’ont apportée plusieurs membres de Geneanet : ram222, fse75, nbernad, lyonnais92, tribouillardg, genbasit et ancbm.

[17Cela est confirmé par le registre d’entrée des "Enfants assistés", Archives de Paris, D3X4 28, année 1867, décembre.

[18Fiche matricule de Désiré Marie HIVERT, n° 2080.

[19Recensements de 1891, 1896, 1911, 1921. Rappelons ici que la carte d’identité n’est introduite en France qu’en septembre 1921 et qu’elle n’est, au début, que facultative. Cette carte est destinée à remplacer la pratique qui exige la présence de deux témoins pour toute démarche administrative. La non existence de cette carte ne permet pas de déterminer avec certitude le domicile d’une personne.

[20« (...) sur le front depuis le début de la campagne, successivement blessé la 1er janvier à la main, le 15 avril au genou, a continué son service donnant constamment à ses camarades l’exemple du devoir militaire (...). »

[21Archives des Hauts-de-Seine, recensement de 1921, vue 83/248.

[22Archives des Hauts-de-Seine, recensement de 1931, vue 170/338 ; le recensement indique l’année de naissance de Henri mais pas le lieu.

[23Archives des Hauts-de-Seine, recensement de 1946, vue 24/401.

[24Le patronyme mentionné sur l’acte est SAINTIMIENNE.

[25l’acte de mariage n’indique pas que Amand DÉSÉCHALLIERS est décédé ; ce qui est pourtant le cas depuis le 7 mars...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2024 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP