www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » Enigme à Château-Thierry : déclaré mort il se marie un an plus tard...

Enigme à Château-Thierry : déclaré mort il se marie un an plus tard...

Le vendredi 25 novembre 2022, par Gérard Gouvernet

J’ai tenté de retrouver les recensements et les enregistrements de l’époque, mais rien en ligne...

Déclaré décédé par ses 2 frères (?) le 28 octobre 1861 Louis Eugène DORIGNY se marie le 13 décembre 1862 devant le même officier d’état civil... avec le même nom, même date de naissance, mêmes parents :

"...ont comparu messieurs Louis Francisque DORIGNY, manouvrier, âgé de 29 ans et Louis Stanislas DORIGNY de même profession, âgé de 21 ans, tous deux domiciliés à Château-Thierry, lesquels nous ont déclaré que Louis Eugène DORIGNY, couvreur en bâtiment, demeurant à Château-Thierry, âgé de 19 ans, étant né en cette ville le 20 décembre 1841, fils de Louis Stanislas DORIGNY, décédé, et de Emélie LECLERE, journalière, demeurant à Château-Thierry, son épouse ; est décédé ce jourd’hui 28 octobre à 11 h du matin, rue de la Madeleine, lieu dit la salle d’asile..."

Mariage Louis Eugène DORIGNY et Louise FLEURIOT :

"L’an 1862 le 13 décembre 1862 …ont comparu messieurs — Louis Eugène DORIGNY. Manouvrier, âgé de 21 ans, demeurant à Château-Thierry étant né en cette ville le 20 décembre 1841, fils mineur de Louis Stanislas DORIGNY décédé au même lieu le 18 novembre 1859...et de dame Émilie LECLERE, sa veuve, manouvrière, âgée de 52 ans, demeurant à Château-Thierry, ici présente et consentante, d’une part ; et Mademoiselle Louise FLEURIOT, demeurant à Château-Thierry, et précédemment à Langres (Haute-Marne) âgée de vingt ans et demi, étant née à Langres le 5 mars 1842..."

Que s’est-il réellement passe ? Homonymie ? Erreur de transcription ? Confusion de personne ?...

L’état civil des frères parait douteux par rapport à mes propres recherches mais c’est le seul indice que j’ai pu relever… On peut s’aider de mon arbre publié sur GENEANET et accessible via ce lien : Family tree of Louis Eugène DORIGNY

Merci d’avance pour votre aide concernant mon aïeul...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

35 Messages

  • Bonjour, l’acte de décès pourrait être celui de son frère Alphonse Narcisse que vous n’avez pas retrouvé .Né le 3 Avril 1844 ,il aurait eu un peu plus de 17 ans. Les âges des frères qui déclarent le décès sont aussi approximatifs.

    Répondre à ce message

    • Bonjour et merci pour votre contribution.
      Effectivement, mais cela parait presque trop simple et interroge sur la place des témoins ...
      De Louis Eugène à Alphonse Narcisse la confusion semble pourtant peu probable !

      Répondre à ce message

      • il faut penser que ce sont des gens qui souvent ne savent pas lire,à son mariage louis Eugène ne sait pas signer .Une supposition :les frères s’ appelaient par un surnom et avaient oublié leur véritable prénom . Ils devaient travailler ensemble sur un chantier mais ne pas se fréquenter beaucoup autrement ,aucun des frères n’est témoin au mariage de Louis Eugène

        Répondre à ce message

        • Oui , je suis d’accord avec vous que l’illettrisme a joué un rôle mais il n’en reste pas moins que pour rédiger l’acte de mariage un extrait de naissance était (et est) nécessaire et que la mention d’un décès un an auparavant aurait dû alerter l’adjoint au maire, faisant fonction d’officier d’état civil, rédacteur de l’acte...
          Pas de recensement en ligne pour confirmer la présence de l’un ou de l’autre !
          Merci encore
          Cordialement

          Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Au cours de mes recherches, j’ai découvert le même cas dans mes ascendants à Gonesse au XIXe siècle, dont je n’ai pas encore trouvé la solution.
    Je vous joins ci-dessous le texte que j’avais écris pour la revue d’une association généalogique, avec les références de tous les actes :
    Olympe Marie COUSIN est née le samedi 1er novembre 1856 à Gonesse (AD95-Gonesse-NMD -1856-1857-cote 3E79_53 ; vue 19/168), fille de Michel Nicolas COUSIN (28 ans) et de Eugénie Françoise Philippine DESVIGNES (31 ans), demeurant n°1 rue de la fontaine St Nicolas à Gonesse.
    Ses parents Michel Nicolas COUSIN et Eugénie Françoise Philippine DESVIGNES se sont mariés dans la commune du Thillay, village situé à 3 km de Gonesse le 20 juin 1853 (AD95-Le Thillay-NMD-1848-1853-cote 3E168_20 ; vue 89/98). Par l’acte de mariage, nous apprenons que Michel Nicolas COUSIN, journalier, demeurant à Gonesse est né le 28 octobre 1831. Il est le fils de Antoine Victor COUSIN, batteur en grange âgé de 49 ans, et de Marie Geneviève Elisabeth HEBUTERNE âgée de 49 ans, domiciliés n°9 rue de l’Hôtel Dieu à Gonesse. Michel Nicolas COUSIN décèdera le 25 avril 1874 (AD95-Gonesse-Décès-1873-1883-cote 3E79_64 ; vue 24/232) à Gonesse au n°5 cour St Pierre, et sur l’acte de décès figurent sa date de naissance et les nom et prénoms de son épouse.
    Tout ceci est très banal, et ne mérite pas de figurer dans une gazette de généalogie. Mais en reconstituant la fratrie de Michel Nicolas COUSIN, on découvre au 30 avril 1832 l’acte de décès de Michel Nicolas COUSIN, âgé de 6 mois, né à Gonesse de Antoine Victor COUSIN et de Marie Geneviève Elisabeth HEBUTERNE (AD95-Gonesse-NMD-1831-1832-cote 3E79_41 ; vue 137/169)
    On trouve sur les listes nominatives de Gonesse de 1836, 1841, 1846 et 1851 les frères et sœurs de Michel Nicolas COUSIN, au fur et à mesure des naissances ou décès, mais pas de trace de Michel Nicolas. Il réapparait à Gonesse au recensement de 1861, n°22 rue de l’Hôtel Dieu (1), où il vit avec son épouse et ses enfants, dont sa fille Marie Olympe. Les parents de Michel Nicolas habitent alors au n°71 rue de Paris, soit à moins de 200 m du dit Michel Nicolas.
    Cette énigme reste pour l’instant sans solution. Il arrivait à cette époque qu’un enfant de pauvre soit vendu à un couple bourgeois en mal d’enfant, mais d’une part, il n’y a pas de déclaration de naissance à Gonesse entre le 22 avril et le 19 mai 1832. D’autre part, pourquoi cette réapparition de Michel Nicolas COUSIN sous sa vrai identité au moment de son mariage ?
    Vous pouvez retrouver ces données sur :
    https://gw.geneanet.org/sblaisot1_w?lang=fr&n=cousin&oc=0&p=michel+nicolas&type=fiche
    cordialement,
    Sylvain.

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous
    En lisant attentivement son acte de décès , on apprend vers la fin que ce garçon a DEUX pères !?
    Alors pourquoi pas décéder deux fois ....
    Leur mère étant présente et consantante au mariage , on peut penser qu’il n’y a là pas d’erreur de prénom.
    Au décès de Louise Fleuriot , son feu époux est nommé Victor ,se débrouille qui peut !!!

    Répondre à ce message

  • On a tendance à croire que les registres d’état civil détiennent la vérité. Méfions-nous ! J’ai relevé ces registres pour ma commune. Il y a des erreurs. Ainsi, j’ai constaté que le prénom de deux de mes voisins, notés sur le registre des naissances, différait de celui que je connaissais . L’un d’eux, qu’on a toujours appelé "Francis" est noté "François" à sa naissance (1911) sur le registre de la mairie (mais bien "Francis" sur celui déposé au tribunal !) Erreur du secrétaire de mairie ! Conséquence : tous les actes suivants (mariage, décès, naissances des enfants.. ) perpétuent cette erreur... Son frère, qu’on a toujours appelé "Yves" est noté "Joseph" à sa naissance (1923) ! Qui s’est trompé ? le père (qui avait trop arrosé la naissance) ou le secrétaire de mairie ? Peut-être est-ce la même chose dans votre cas : erreur ou changement de prénom entre la déclaration et l’usage courant, d’où la confusion au décès. En général, les actes de mariage sont plus fiables (vérifications) alors que les déclarations de décès étaient orales, faites parfois par des voisins. C’est curieux dans votre cas, car elle est faite par ses frères. Est-ce dû à l’émotion du fait de la mort brutale du jeune homme ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Avez-vous consulté le registre des inhumations ?
    Peut-être y sont inscrits d’autres prénoms.
    BàV

    Répondre à ce message

  • Enigme à Château-Thierry : déclaré mort il se marie un an plus tard... 26 novembre 10:03, par Christiane Petitdemange-Rochebilière

    Bonjour. Je lis seulement aujourd’hui votre question et les réponses qu’elle a suscitées. Une remarque tout d’abord : la mention d’un décès en marge d’un acte de naissance ne date que de 1945, donc l’acte fourni pour le mariage ne l’indiquait pas Et la mémoire de l’officier d’état-civil n’était pas forcément active, si c’était le même qui officiait.
    Personnellement, j’ai eu le cas d’un Sosa qui s’est sciemment marié sous l’identité usurpée d’un frère, avec la complicité d’un autre frère, témoin qui signe l’acte de mariage. En cause : il voulait échapper à des ennuis sur lesquels je ne m’étends pas. J’ai mis du temps à en avoir la preuve ! Se pourrait-il que ce soit Alphons Narcisse qui ait "emprunté" l’identité de son frère mort (avec l’accord de la famille) ? Bon courage pour votre enquête. Christiane Petitdemange-Rochebilère

    Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Bonne hypothèse !
      Ce qui m’échappe c’est la raison pour laquelle il y aurait eu volonté d’usurper l’identité d’un frère plus âgé, d’autre part l’âge d’Alphonse Narcisse aurait été de tout juste 18 ans à la date du mariage avec Louise FLEURIOT...
      Sur les raisons, une rapide recherche indique sur le plan historique le début de la campagne militaire du Mexique...et l’idée d’échapper à la conscription ??? Ce qui est exclure au vu de l’âge ! Raisons familiales ??? Cela reste obscur...
      MERCI en tout cas pour ces interrogations

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Le défunt semble être décédé dans un établissement hospitalier ou assimilé.
    Voir s’il y aurait des pistes de ce côté-la.
    Il a du bien plus tard "mourir définitivement "... Etes vous allé à la recherche de cet acte de décès " du marié" ?

    Répondre à ce message

    • DU NOUVEAU !!! UNE 2e ENIGME DANS L’ENIGME...

      Suite à toute vos dernières remarques je me suis replongé dans l’étude de la descendance de Louis Eugène et de Louise FLEURIOT, composée de 8 enfants à ma connaissance. Sur les huit enfants, il est précisé pour 7 d’entre eux qu’à la naissance "...le Père est momentanément absent...", comme en attestent les actes que vous pouvez consultés sur mon arbre...Rien n’indique pour Mathilde Eugénie qu’il est été présent...
      Pour les mariages, seul Auguste Clément DORIGNY mon Arrière grand père a eu l’honneur de la présence de son Père en 1896...(Alors que sa Mère était consentante mais non présente...).
      Celle-ci demeurait alors à Maison Lafitte depuis (?) vraisemblablement séparée...
      Aucun des autres enfants mariés avant le décès de Louis Eugène en 1897 n’a bénéficier de la présence de leur Père.

      En résumé aucun acte officiel n’atteste de la présence de Louis Eugène DORIGNY lors des actes concernant ces enfants Hormis Un...

      Je ne sais pas si tout cela a un rapport avec le Décès suivi d’un mariage en 1861 et 62, mais il est surprenant de retrouver la formule : "...Père momentanément absent..." à 7 reprises entre 1863 et 1883 et de constater les distances d’avec ses enfants et même de sa femme...

      Je soumet tout cela à votre sagacité...avec encore tous mes remerciement y compris à Thierry SABOT QUI NOUS OFFRE CET ESPACE TOUTES LES SEMAINES.

      Répondre à ce message

      • D’aprés l’acte de mariage Louis Eugène était manouvrier ,il travaillait à la journée dans des fermes ,selon les saisons ,où il trouvait à se placer ,ce qui peut expliquer son absence à la naissance de ses enfants .Par contre celui qui est décédé avait un métier ,celui de couvreur ,un métier plus qualifié mais aussi plus dangereux !

        Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Que dit l’acte de naissance ? Pas de jumeaux homonymes ? Ou un Louis Eugène et un Eugène Louis ?
    J’ai un couple en Gascogne qui avait appelé tous ses fils Denis et toutes ses filles Antoinette...

    Répondre à ce message

  • Le prénom de Louis semblait être porté par la plupart des garçons de la famille et je constate en consultant votre arbre que vous n’avez pas de trace de Louis Francisque ; d’autre part Louis Stanislas fils se dit âgé de 21 ans alors qu’il est né en 1833 ce qui correspondrait plus à l’âge de Louis Francisque. Je pense qu’il y a eu mélange des prénoms dans cet acte de décès.

    Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Merci de vos interventions et, pour l’heure, je prend toutes les hypothèses...A se demander si aujourd’hui je n’ai pas plus d’interrogations que de réponses !...
      Cela fait aussi le sel de l’histoire...
      Cordialement

      Répondre à ce message

      • Bonjour, De toutes les hypothèses qui ont été évoquées je n’ai pas vu de suggestions vers les Archives Diocésaines. Savez-vous si vos ancêtres étaient baptisés ? Personnellement j’ai pu retrouver la courte vie (20 jours) d’un enfant que la chronique familiale disait "mort à la naissance ainsi que sa maman", et ce en questionnant les archives paroissiales et diocésaines.
        Bon courage dans vos recherches. La persévérance, c’est bien notre moteur à nous les amateurs.
        Bathildaman

        Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,

    Il me semble que l’acte de décès correspond à cet ouvrier maçon de 18 ans qui a fait une chute malheureuse en travaillant à la rénovation de l’école communale des filles.
    Article du Journal de la ville de Saint-Quentin du 01/11/1861.

    Tout comme Martine, je pense qu’il y a une erreur de prénom dans l’acte de décès et qu’il s’agit de Alphonse Narcisse né en 1844.

    Bonne soirée,
    Corinne

    Répondre à ce message

    • Bravo pour cette découverte ,cela correspond parfaitement avec l’acte de décès :puisqu’ il est décédé au lieu-dit de l’asile, autre nom pour désigner l’endroit , où on accueillait les enfants et l’âge indiqué de 18 ans dans l’article du journal correspond à quelques mois prés à l’âge d’ Alphonse Narcisse .Comme à l’époque ,il n’y avait ni livret de famille ni carte d’identité ,je pense que celui qui a rédigé l’acte a cherché dans ses registres la naissance dans la famille qui correspondait le mieux à l’âge donné par les témoins.,de façon approximative ...Ce n’était sans doute pas un milieu où l’on fêtait les anniversaires !

      Répondre à ce message

    • BRAVO BRAVO BRAVO pour cette « trouvaille » !!!...
      Je suis d’accord avec vous pour considérer qu’il s’agirait bien d’Alphonse Narcisse...L’âge de 18 ans énoncé sur l’article de presse correspond un peu mieux que celui de Louis Eugène qui allait avoir 20 ans le 20 décembre 1861 !
      D’autre part la journée du lundi, précisée, car ayant pu être funeste...correspond aussi à la déclaration de décès faite ce jour là !
      Reste le lieu de L’accident qui est vraisemblablement à Château-Thierry, car distante de plus de 100 kms de Saint QUENTIN, il parait difficile (à cette époque), de déclarer un décès survenu à 8h du matin à 4h de l’après-midi...
      En tout cas ce drame a du avoir du retentissement dans cette famille même si cela n’explique pas toutes les distances entre ses membres constatées par la suite...
      MERCI encore pour toutes vos superbes participations !!!

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP