www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique

Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique


jeudi 29 août 2019, par Laurence Cosnard

Répondre à cet article

Après la mort de ma mère, je me suis lancée dans des recherches sur l’histoire de la famille et depuis je vais de surprise en surprise et je butte sur certains points.
Aujourd’hui, je viens solliciter de l’aide au sujet de la mère de mon grand père paternel. Mon grand père, Jean Maurice Cosnard, était soi-disant un enfant de l’assistance publique, une manière de nous cacher sa véritable histoire.

Jean Maurice COSNARD est né le 11 avril 1907 à Colombes au 12 rue Bosman de Marie Alice COSNARD et de père inconnu.

Acte de naissance de Marie Alice Cosnard

• Marie Alice est la 3e enfant de Euphrasie Désirée Le Mille et d’Hyppolite Cosnard, elle est née à Lisieux le 13 octobre 1876, 13 ans après son frère Henry Maurice, 9 ans après sa sœur Marguerite Marie.

• En consultant les différents recensements, on constate que la famille tient une boucherie, qu’ils y travaillent tous sauf Marie Alice même à partir du moment où elle aurait eu l’âge pour cela.

• En 1901, Hyppolite Cosnard décède à Lisieux et peu après toute la famille immigre sur Paris ou la région parisienne comme d’autres de ses membres et cela dès 1888.

• Marie Alice met au monde Jean Maurice le 11 avril 1907, elle est sans profession, elle est domiciliée au même endroit que la sage femme (voir acte de naissance). Le reste de la famille (sa mère, sa sœur, son beau frère et ses nièces) est domicilié 8 rue Fontaine à Paris dans le 9e, puis à partir du 5 décembre 1907 au 14 rue Françoise dans le 2e. L’absence de recensement de la ville de Paris ne permet pas de savoir si Marie Alice et son enfant vivait avec eux. Il n’y a pas non plus de trace de Marie Alice dans le recensement de 1906 de Colombes.

• D’après l’acte de décès, Marie Alice décède à Deauville le 27 février 1909, en sa maison, avenue de Villers, rentière, célibataire. Il n’y a pas non plus de trace de Marie Alice dans le recensement de 1906 de Deauville. La déclaration du décès est faite par un commissaire de police le lendemain à 9h.

Acte de décès de Marie Alice Cosnard

• Le 11 mai 1909, la chambre du Conseil du tribunal civil de la Seine nomme M. Anatole Léon RIVIERE, boucher, demeurant 14 rue Françoise à Paris, tuteur de Jean Maurice. Anatole Léon Rivière est l’époux de Marguerite Marie, la sœur de Marie Alice.

Le même jugement mentionne qu’est nommé pour subrogé tuteur « LESCENE Ernest Arthur demeurant à Asnières au 43 rue Traversière. » 
On apprend dans le jugement de 1909 que Marie Alice vivait toujours 12 rue Bosman à Colombes et qu’elle se trouvait momentanément à Deauville.

C’est possible que d’autres éléments intéressants que ceux que je mentionne apparaissent dans ce jugement mais je n’ai pas l’habitude du langage juridique.

Jugement de 1909 (DU 6582) du 11 mai 1909


• Des recherches m’ont permises de retrouver un lien de parenté entre Marie Alice Cosnard et Ernest Arthur Lescène. Le grand père de Marie Alice côté Cosnard avait une sœur mariée avec le grand père d’Ernest Arthur Lescène. Marie Alice et Ernest Arthur sont donc cousins issus de germain mais par alliance.

• D’autres recherches m’ont permises de découvrir qu’Ernest Arthur Lescène avait été témoin de mariage d’une des nièces de Marie Alice.

• Au moment du décès d’Anatole Léon Rivière, le 26/10/1917, c’est Ernest Arthur Lescène qui est nommé tuteur de Jean Maurice Cosnard.

Jugement de 1918 (DU 6600) du 21 mars 1918

• Le livret militaire de Jean Maurice Cosnard mentionne qu’en 1927, il a pour tutrice sa tante Marguerite Marie Rivière, née Cosnard et qu’il est domicilié chez elle. Je suppose donc qu’entre 1918 et 1927, Ernest Arthur Lescène est décédé. Je dois aller aux archives de Paris pour rechercher le jugement.

Mes questions sont donc :

• Est-ce que Marie Alice n’était pas « handicapée mentale ou physique » ? Comment le savoir, elle touchait une rente, de qui ?

• Elle semble domiciliée à Colombes et y vivre avec son enfant (d’après le jugement), était-elle dans une institution spécialisée ? Le recensement de 1906 à Colombes ne laisse pas apparaitre que le 12 rue Bosman soit un lieu d’hébergement.

• Son décès à Deauville est un mystère. Qu’est-ce qu’elle faisait là-bas ? Comment se fait-il que ce soit un commissaire de police qui déclare son décès ? Je n’ai rien trouvé dans les journaux de Deauville relatant un accident ou autre. Le seul lien que j’ai trouvé entre la famille et Deauville, c’est un notaire : Maître Houle dans un acte de mariage.

• Peut-on imaginer qu’Ernest Arthur Lescène serait le père de Jean Maurice Cosnard ? De toute façon, cet homme avait une certaine importance dans la famille.

Merci à tous pour votre aide...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

27 Messages

  • Bonsoir Laurence,

    Au premier abord après avoir simplement lu l’acte de décès de Marie-Alice (j’indique le lien à nos lecteurs afin qu’il ne cherche pas inutilement)
    https://archives.calvados.fr/ark :/52329/0d4ntlzqs9cj/ebf1fd37-ba4f-4f47-a2b3-f75b70f6e3de

    Je ne pense pas que vous deviez vous focaliser sur le fait que ce soit un « commissaire de police » qui ai constaté le décès. Comme bien souvent il se trouvait là par hasard, tout comme le secrétaire de Mairie et ils ont été « réquisitionné » pour signer l’acte en l’absence de membres de la famille.

    Il n’y a rien qui pourrait faire penser à un décès suspect dans la rédaction de l’acte...

    Le seul élément probant (si l’on considère que le rédacteur de l’acte n’ai pas fait d’approximation) est que Marie-Alice est "domicilée à Deauville, avenue de Villers" et qu’elle est décédée "en sa maison, dans cette ville"

    Ce qui indique non pas une « résidence temporaire » mais bel et bien un « domicile » officiel... C’est en totale contradiction avec le jugement présenté qui stipule qu’elle se trouvait "momentanément" à Deauville...

    Je pense qu’il faut creuser de ce côté là.

    Cordialement
    Franck

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Au 46 avenue de Villers, il y avait à l’époque un lieu qui abritait des religieuses.

    Si cela peut aider.

    Cordialement
    Majubama

    Répondre à ce message

  • Pourquoi dites vous qu’il est enfant de l’Assistance publique ? cette administration a mis en ligne tous les noms des enfants dont elle a eu à s’occuper et des dossiers sont accessibles aux AD de Paris cette recherche a-telle été faite ?
    Il peut y avoir eu une prise en charge temporaire par l’AP et cela n’exclut pas un état civil authentique
    cordialement
    Paulette Urgin

    Répondre à ce message

  • si jean maurice était de l assistance publique,il faut demander son dossier aux archives de paris,boulevard sérrurier

    Répondre à ce message

    • avant de demander le dossier à l’AP il conviendrait de retrouver son nom dans la liste en ligne de l’A P ce que vous appelez le jugement c’est le compte-rendu d’un conseil de famille presidé par un juge et il s’est écoulé un certain temps entre le décès de la mère et ce conseil de famille désignant le tuteur donc l’enfant a pu l’objet d’un « dépôt » provisoire à l’Assistance puis être réclamé par sa famille

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Dès 1909, Jean Maurice à un tuteur nommé parmi sa famille. En 1927, il est toujours sous tutorat de sa tante. Il n’a donc, selon moi, jamais été enfant de l’assistance publique.

    Ernest Arthur Lecesne semble être simplement un membre très proche de la famille Cosnard. Il est marié, a au moins une fille et est ouvrier charcutier. Il a environ 48 ans à la naissance de de Jean Maurice et absolument rien ne permet de penser qu’il puisse être son père.

    Marie Alice est morte jeune.
    Étonnant que cette fille de boucher soit rentière à cet âge ; héritage ? don d’un « bienfaiteur » qui lui pourrait être le père de Jean Maurice ?

    Il faudrait trouver la table de successions et d’absences où figure sa mère Marie Alice ; çà vous permettrait de connaître l’étendue de ses biens puisqu’il y a eu succession et le nom du notaire qui s’en est occupé. ( pas trouvé sur Colombes).

    Cordialement,
    Serge

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je me suis posé la même question que vous : pour qu’elle ne travaille d’aucune manière avec ses parents, contrairement à son frère et à sa soeur, Marie-Alice n’avait-elle pas un handicap ?
    Quant à sa mort à Deauville, n’aurait-elle pas alors vécu chez une famille ou dans une institution, comme quelqu’un le propose, qui l’aurait emmenée là en vacances avec eux ? C’était alors même de manière temporaire, son domicile. Enfin, me semble t-il...

    Répondre à ce message

  • Il serait intéressant de consulter le registre matricule de votre grand - père qui peut toujours vous apprendre des informations inconnnues .
    De même il sera intéressant de voir les actes de baptême
    qui peuvent aussi porter des informations sur l’entourage de la mère à cette période et son domicile .

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Dans le recensement de Deauville de 1906, il y a avenue de Villers, un CONARD Albert né en 1858 à Saint-Ouen-le-Pin, gérant pour Raoul CONARD

    https://archives.calvados.fr/ark:/52329/v03xhwlq9826/b808446a-a4bc-4bfe-ab70-fdcc04238474 (tout en bas, feuille de droite)

    Une nouvelle piste ?

    Nathalie

    Répondre à ce message

  • Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique 1er septembre 15:56, par Laurence Cosnard

    Je remercie infiniment Franck, Majubama, Serge, Paulette, Colette, Najuca...pour les pistes ouvertes à travaers vos suggestions.
    Jean Maurice Cosnard n’est effectivement pas un enfant de l’AP même temporairement.Je vais essayre de savoir quelle était la Congrégation religieuse de la rie de Villers et quelle était son activité, cela donnera peut-être des indices.
    je ne comprends pas trop le sens de cette réponse : « Il faudrait trouver la table de successions et d’absences où figure sa mère Marie Alice ; çà vous permettrait de connaître l’étendue de ses biens puisqu’il y a eu succession et le nom du notaire qui s’en est occupé. ( pas trouvé sur Colombes). » Qu’est-ce que c’est que la table de successions et d’absence ?
    Je me suis demandée si dans le contrat de mariage de Jean Maurice Cosnard, il n’y aurait pas des indications sur la provenance de son patrimoine ? Qu’en pensez vous ?
    Encore merci à tous. Très cordialement.
    Laurence

    Répondre à ce message

    • Bonjour Laurence,

      Le permalien du recensement que j’ai donné donne accès aux membres de la congrégation religieuse : sœurs et pensionnaires(cf dans les pages précédentes) : ça m’a tout l’air d’une école ou pensionnat pour de jeunes filles.

      Par ailleurs, possédez-vous des photos familiales de cette époque ? Si oui, il serait intéressant d’y voir quelle place y occupait Marie Alice ?

      cdt

      Najuca

      Répondre à ce message

      • Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique 4 septembre 18:30, par Laurence Cosnard

        Merci beaucoup de m’avoir mis le lien. je vais essayer de savoir quelle est la Congrégation Religieuse qui tenait cette institution, elles ont peut-être des archives.
        Malheureusement, je n’ai aucune photo de famille de l’époque ce que je regrette beaucoup, on nous disait dans la famille que mon grand père n’avait pas connu ses parents...
        Merci de vous être intéressé à cette histoire. Bien cordialement.
        Laurence

        Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Les tables de successions et d’absences : Y sont enregistrées les déclarations de succession suite au décès d’une personne.
      Cette déclaration est normalement enregistrée au chef lieu de canton du lieu du décès, ou celui du domicile du défunt. Dans le cas de Marie Alice, elle était domiciliée à Colombes, son décès aurait pu figurer sur les tables de ce bureau. A première vue il n’en est rien. Cette déclaration a donc pu avoir lieu au bureau dont dépendait Deauville. Ces tables ne sont malheureusement pas en ligne sur le site des archives du calvados.

      Répondre à ce message

  • Bonjour, je ne sais si je viens bien à propos, mais pour avoir exercé en qualité d’officier de police judiciaire (jusqu’en 2000), les morts « violentes » ou de voie publique faisaient l’objet d’une déclaration à l’état-civil par l’enquêteur habilité. Dans votre cas, il faudrait voir l’arrondissement d’affectation de ce commissaire et remonter avec les archives du commissariat (registres de procès-verbaux), voire les archives du Parquet local. J’ai personnellement été à l’origine de déclarations consécutives à « découvertes de cadavres », suicides etc qui toutes ont donné lieu à la rédaction d’un rapport transmis à l’autorité judiciaire.
    Bonne prospection. Merci de m’avoir lu. Cordialement

    Répondre à ce message

  • Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique 4 septembre 19:24, par Corinne Decabane

    Bonjour Laurence, Bonjour à tous,

    Le jugement de mai 1909, explique bien que le Tribunal Civil de la Seine se trouve compétent pour assumer la protection et régler la tutelle de l’enfant Jean Maurice COSNARD – puisqu’il n’a plus de parents, qu’il est né dans le département de la Seine et que le dernier domicile de sa mère était également dans le département de la Seine.
    Or tout enfant dans cette situation, doit être secouru par le Département. Il devient Pupille de l’Assistance (à partir de 1907)
    Dans le cas présent, il a pu être secouru temporairement puisqu’un tuteur dans le cadre de la famille a été désigné.
    Il a du être enregistré dans la catégorie des « enfants en dépôt ».

    J’ai donc vérifié les listes d’enfants assistés à Paris. Il y a un dossier pour un enfant du nom de Maurice CONARD en mai 1909 portant le numéro 3470 dans le registre des enfants en dépôt référencé D3X4 203.
    Il se pourrait que cet enfant soit bien le fils de Marie Alice… sans certitude bien sûr… mais je n’en ai pas trouvé d’autre !
    Si c’est le cas, vous pourriez obtenir des infos supplémentaires concernant le décès de sa mère.

    Vous pouvez demander une copie de ce dossier (en vous adressant aux AD de Paris, bld Serrurier) ou bien le consulter directement aux AD.

    Concernant Deauville et le domicile d’Alice, dans son acte de décès, il est simplement indiqué « est décédée en sa maison… avenue de Villers »
    Rien ne dit qu’elle soit propriétaire ni que ce soit au n° 46… elle peut profiter de la maison d’un « bienfaiteur », être en location… ?
    En tout cas, dans les matrices cadastrales de Deauville, elle n’y est pas mentionnée.

    Seuls un Eugène Arsène Albert CONARD et un Raoul Manassès CONARD sont propriétaires rue des Thermes et avenue de Villers.
    Eugène est né le 01/06/1858 à Saint-Ouen –le-Pin. Ses parents sont Constant, menuisier, et Rose Désirée DUCLOS. Il s’est marié à Deauville le 31/07/1915 avec Hélène Amanda Albertine MARIE

    https://archives.calvados.fr/ark:/52329/qr52cjtmb1xv/e9d1443e-3c4b-4804-99db-2ba4214c87f6

    Leur nom de famille s’orthographie différemment de celui de Marie Alice. Ils ne semblent pas avoir de lien avec la famille COSNARD.

    Bonne soirée,
    Corinne

    Répondre à ce message

    • Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique 5 septembre 17:27, par Laurence Cosnard

      Bonsoir Corinne,
      Je vous remercie beaucoup pour votre participation à mes recherches et les pistes que vous m’ouvrez, dès que je peux je me rendrai aux archives départementales de Paris pour voir si ce dossier est celui de mon grand père. Cela m’ouvre des pistes de recherche aussi pour ma mère qui a une histoire similaire à Clermont Ferrand.
      Je vais regarder si je trouve un lien de parenté avec les personnes que vous me signalez.
      Merci encore, très cordialement.
      Laurence

      Répondre à ce message

  • Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique 6 septembre 18:00, par Corinne Decabane

    Bonjour Laurence,

    Voici quelques infos pour compléter votre arbre concernant la famille LESCENE :

    * Ernest Arthur LECESNE est décédé Asnières le 15/02/1922.
    Page 29/216
    Vous trouverez dans les tables de l’enregistrement la trace de son décès page 104/196

    Pour info, c’est ce document qu’il vous faudrait trouver pour Marie Alice…pour savoir ensuite comment et à qui a été réglée sa succession…puisque celle-ci a été évoquée dans le jugement. Ce qui est surprenant, c’est que son adresse de domicile est considérée être à Colombes, alors que l’on ne trouve pas la retranscription de son décès dans les actes d’état-civil de cette commune ! On devrait également trouver la mention de son décès dans les registres de successions et absences du bureau de Colombes. Il faudrait revérifier, j’ai peut-être fait une recherche trop rapide dans le registre…

    * Léontine SAFFRAY, veuve LECESNE, est décédée le 02/03/1929 au 47 rue Jacob à Paris 6e (Hôpital de la Charité).
    Elle était domiciliée à Asnières au 43 rue Galliéni. Son acte de décès est retranscris à Asnières voir page 156.

    * Leur fille Sarah a épousé le 10/09/1907, à Asnières, Henri ACKER
    Elle est née le 15/01/1884 à Saint-Julien le Faucon (14) et ses parents s’y étaient mariés le 28/01/1883. (Page 517/617)

    * Vous trouverez le mariage de Arsène Désiré et Arthémise Augustine DUMONT (les parents de Ernest) à Crèvecoeur en Auge le 17/01/1851 - j’ai trouvé cette info par le biais des recensements.

    Et enfin, pour info, voici une mention du décès de Marie Alice dans journal page 3/37 :

    https://archives.calvados.fr/ark:/52329/n51tpj4q2d7x/488f4110-5d4a-4099-aa9d-3d39ef94ab3d

    Bonne continuation.

    Corinne

    Répondre à ce message

    • Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique 7 septembre 17:10, par Laurence Cosnard

      Bonsoir Corinne,
      Merci encore, j’ai pris le temps de relire tout attentivement, j’ai bien noté toutes les recherches à entreprendre, vous m’avez ouvert des pistes maintenant il me faudra trouver du temps pour cela.
      Très cordialement.
      Laurence

      Répondre à ce message

      • Merci Laurence de m’avoir renseigné pour les registres de catholicité. J’ai pris contact et voici, pour ceux qui seraient intéressés, la réponse que j’ai reçue :

        « Les archives du diocèse de Toulouse ne sont pas publiques
        Elles ne sont pas ouvertes au public.
        Les archives de catholicité ne sont pas directement consultables.
        Nous en sommes désolés.
        Par contre un de nos bénévoles pourra vous apporter une aide
        Cela vous demandera de demander des actes qui peuvent être produits (antérieurs à 1919), et en nombre limité (un dizaine de demandes maximum dans une première demande). »

        Répondre à ce message

      • Bonsoir Corinne,
        J’ai retrouvé aux Archives Départementales du Calvados l’acte de naissance à Lisieux de Marie-Alice.

        Elle a été déclarée le 13 octobre 1876 mais est née le 11 octobre à 11 h 3/4 du soir. Recherche par les Tables de naissances (je cherchais l’année 1879) puis acte de naissance n° 369 P.96/242). Tout est mélangé : très difficile à trouver mais ...on y arrive !
        . de Hyppolite COSNARD, 43 ans, Charcutier, demeurant à Lisieux Grande-Rue n° 77
        . et de Euphrasine Désirée LE MILLE, 36 ans, charcutière,
        mariés à Lisieux le 28.07.1862 (c’est sur l’acte de naissance). Grâce à cet acte de mariage vous pourrez remonter votre généalogie ...
        Ce qui m’a également aidée, c’est le lien indiqué par une dame qui vous répondait et qui nous amène sur un journal du Calvados. A la rubrique « décès » est indiqué celui de Marie-Alice, « 32 ans, rentière, Avenue de Villiers »

        Son décès aux AD :
        Déclaration à Deauville le 27 février 1909, mais décès du 26 février à 6h 20 du soir, avenue de Villiers. Célibataire, rentière. Fille de feu COSNARD Hippolyte et de LEMILE D’ESTRÉE Euphrasie. (Je reprends les orthographes). N° 16, P. 61/87.

        Il est à noter que j’ai retrouvé la déclaration de décès d’un enfant par deux religieuses Avenue de Villiers. Peut-être que cette adresse était celle d’un orphelinat ou d’un foyer ou peut-être Marie Alice habitait-elle dans cette même avenue. Ce ne sont pas des religieuses qui ont déclaré son décès.

        Bonne soirée et bon courage pour la suite !

        Cordialement.

        Répondre à ce message

        • Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique 15 septembre 14:44, par Corinne Decabane

          Bonjour France,

          Je vous remercie pour votre recherche mais ce n’est pas à moi qu’il faut vous adresser mais à Laurence COSNARD qui a publié cet article.
          J’ai simplement participé à ce forum pour lui communiquer quelques pistes de recherche.
          De plus, dans l’article de Laurence, il n’est pas question de l’ascendance de Marie Alice COSNARD, ni de la recherche de son acte de décès. Ces infos lui sont déjà connues ! D’ailleurs, le lien de l’acte de décès a été donné par Franck BOULINGUEZ dans la toute 1re note, pour éviter à tous de le rechercher...

          Je profite de votre note pour vous poser une petite question... Vous êtes vous rendue sur place aux AD du Calvados, ou bien avez-vous cherché par le biais du site internet des AD ?
          ... la recherche de Laurence serait facilitée si nous pouvions consulter le registre des successions et absences mais malheureusement il n’est pas en ligne sur les AD du Calvados !

          Enfin, concernant la présence de religieuses avenue de Villers : oui, il y avait l’orphelinat Saint-Joseph.
          Vous trouverez son histoire ici
          Autour de 1900, les sœurs s’occupent des orphelins et prodiguent des soins aux malades.

          Marie Alice COSNARD est décédée en 1909 « dans sa maison » rue de Villers... il est peu probable qu’il soit question de cet « orphelinat ».

          Bien cordialement,
          Corinne

          Répondre à ce message

      • Bonjour Laurence,

        Je m’étais trompée de destinataire concernant mes recherches, aussi je vous les soumets.
        Corinne à qui j’avais transmis ces informations m’a fait remarquer qu’en fait vous ne cherchiez pas l’ascendance de Marie Alice.

        Il y a toutefois une précision à prendre en compte.
        Elle a été déclarée le 13 octobre 1876 mais est née le 11 octobre à 11 h 3/4 du soir. Recherche par les Tables de naissances (je cherchais l’année 1879) puis acte de naissance n° 369 P.96/242). Tout est mélangé : très difficile à trouver mais ...on y arrive !
        . de Hyppolite COSNARD, 43 ans, Charcutier, demeurant à Lisieux Grande-Rue n° 77
        . et de Euphrasine Désirée LE MILLE, 36 ans, charcutière,
        mariés à Lisieux le 28.07.1862 (c’est sur l’acte de naissance). Grâce à cet acte de mariage vous pourrez remonter votre généalogie ...
        Ce qui m’a également aidée, c’est le lien indiqué par une dame qui vous répondait et qui nous mène sur un journal du Calvados. A la rubrique « décès » est indiqué celui de Marie-Alice, « 32 ans, rentière, Avenue de Villiers »

        Son décès aux AD :
        Déclaration à Deauville le 27 février 1909, mais décès du 26 février à 6h 20 du soir, avenue de Villiers. Célibataire, rentière. Fille de feu COSNARD Hippolyte et de LEMILE D’ESTRÉE Euphrasie. (Je reprends les orthographes). N° 16, P. 61/87.

        Il est à noter que j’ai retrouvé la déclaration de décès d’un enfant par deux religieuses Avenue de Villiers. Peut-être que cette adresse était celle d’un orphelinat ou d’un foyer, ou bien Marie Alice habitait-elle dans cette même avenue ? Ce ne sont pas des religieuses qui ont déclaré son décès

        Bon courage dans vos recherches.
        Cordialement,

        France

        Répondre à ce message

  • Enquête sur les traces d’un enfant de l’assistance publique 7 septembre 08:33, par maryvonne ploquien

    Bonjour,
    je viens de découvrir votre recherche et après lecture de l’ensemble des messages, il me semble que personne n’a relevé le fait que Marie-Alice a accouché chez une sage-femme ce qui pourrait signifier que sa famille n’était pas au courant et qu’elle vivait seule. L’hypothèse d’un amant déjà marié me semble intéressante à creuser car à cette époque, un homme marié ne pouvait pas reconnaître un enfant adultérin. Peut-être que les matrices cadastrales-si elles ont été conservées en mairie - pourraient vous renseigner sur les propriétaires des différents domiciles où elle a résidé ? La recherche dans les tables alphabétiques de successions et absences également. Pour le patronyme COSNARD, il ne faut pas perdre de vue que l’entourage de la famille devait beaucoup s’amuser à le prononcer CONAR et que peut-être, le « s » n’est pas très ancien ? Les personnes qui à Deauville portent un patronyme CONARD ne sont pas des pistes à négliger me semble-t-il.
    Bonne chance pour vos recherches,
    Bien cordialement,
    Maryvonne

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP