www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Album photo » Une carte, une photo : une histoire » Il faut sauver le soldat (R)oyer !

Il faut sauver le soldat (R)oyer !

Un soldat bien optimiste...


jeudi 1er mars 2018, par Franck Boulinguez

Répondre à cet article

En 1998, sortait sur nos écrans un merveilleux film, réalisé par Steven SPIELBERG, relatant la mission de sauvetage en Normandie d’un G.I., seul survivant d’une famille de 4 frères, 4 soldats américains venus libérer la France en 1944 : « Il faut sauver le soldat Ryan » [1].

Je vous propose aujourd’hui de remonter d’une guerre et de constituer votre propre mission de sauvetage au travers de cette carte postale…

Nous sommes fin octobre 1914.
La guerre contre l’Allemagne et ses alliés est déclarée depuis près de trois mois. Le soldat (R)OYER [2] écrit depuis Ballan près de Tours (37). Il est bien optimiste avant de retourner au front :


« … Ils doivent attendre mon retour pour déguerpir de France… Attention !!! »

Mais a-t-il une idée, en écrivant cette simple phrase, de tout ce qui va suivre ? Plus de 4 années de guerre, 18 millions de morts et autant de blessés !

27 – 10 – 14
Fait préparer un vieux coup
de vin blanc pour
la semaine prochaine. À
moins d’empêchement j’y
passerai. Je doit repartir
pour Montpellier et de là
retourner voir les boches.
Ils doivent attendre mon retour
pour déguerpir de France
attention !!!
amitiés a tous a Bientot



Monsieur Bonnet

Boucher

Gièvres

Loir-et-Cher

La carte postale

Expédiée depuis Ballan le 27 octobre 1914, le recto de la carte postale représente le barrage (à aiguilles [3]) du Grand moulin de Ballan. Notre soldat dit y être sur « (s)on lieu de convalescence  ». La mention « Correspondance Militaire  » confirme qu’il est mobilisé.

« Ballan » est devenu Ballan-Miré par la réunion des deux villages en 1818 mais le nom actuel de la commune ne sera officialisé qu’en 1920 [4]. Quant au « Grand Moulin » situé sur le Cher, le début de sa construction est estimée entre 1515 et 1520 [5]. Il est encore exploité aujourd’hui [6].

La carte est adressée à Monsieur BONNET, boucher à Gièvres (41).

Une rapide inspection des recensements de population nous confirme, en 1906, dernier recensement disponible en ligne, la présence à Gièvres d’une famille de bouchers portant le nom de BONNET :

Recensements de la population– © AD 41– Commune de Gièvres 1906 – 2 MILN R110- vue 325/350

Les bouchers de Gièvres

Nous voilà donc en présence de quatre destinataires possibles :

• Etienne Augustin BONNET, le père de famille, patron boucher, né à Dun-le-Poëlier (36), le 10 janvier 1862 (AD 36 - Dun-le-Poëlier NMD : 1853-1862 - vue 156/409).
• Augustin Clotaire BONNET, son fils ainé, né à Villefranche-sur-Cher (41), le 9 mai 1885 (AD 41 - 1MIEC280/R1 – vue 383 / 609).
• André, né le 28 août 1889 à Gièvres (41) (AD 41 - 1MIEC97/R1 – vue 324 / 455).
• Marcel Léon, le cadet, né également à Gièvres, le 8 août 1897 (AD 41 - 1MIEC97/R1 – vue 401 / 455).

Etienne a 52 ans en 1914 lors de l’envoi de notre carte postale, Marcel Léon, 17. Le ton cordial du texte laisse plutôt penser que notre soldat écrit à un « camarade ». Augustin, 29 ans et André, 25 ans semblent être des candidats plus « plausibles ».

Copain d’enfance ou de Régiment ?

Qui est notre soldat et à qui écrit-il ?

Après de longues et nombreuses recherches dans les archives en ligne : Recensements, Tables Décennales, NMD et Registres Matricules du Loir et Cher et d’autres départements, après consultation de nombreux sites internet, après tout un tas de pistes exploitées puis mises de côté, j’ai acquis la quasi-certitude de connaître l’identité de l’expéditeur de cette carte postale…

Si mon raisonnement est le bon, notre soldat aura vu « déguerpir » les « boches » hors de France en 1918 mais il aura aussi vu revenir les troupes allemandes en 1939 et ne saura malheureusement jamais que pour la 2e fois, d’autres soldats, aussi motivés que lui, chasseront l’ennemi hors des frontières de son pays !

Mais vous ? Saurez-vous sauver le soldat (R)oyer ?

Je vous ferais découvrir dans la prochaine Gazette mon raisonnement et les raisons qui me poussent à penser avoir trouver le bon soldat...

A vous de chercher en attendant ! Bonne mission ! Repos ! Rompez les rangs ! ;-)

LA SOLUTION !

Bravo au régiment de choc qui a réussi à sauver notre soldat (par ordre chronologique) : Isabelle, Jacques, Martine, Annie et Roger !

Notre soldat est effectivement Léonce Georges Ernest TOYER, né à Gièvres le 23/02/1890, matricule N°1026 de la classe 1910 au recrutement de Blois(41).

Vous trouverez dans le document ci-dessous, reprenant notre énigme, le chemin parcouru pour, finalement, pouvoir affirmer avec certitude qu’il s’agit de lui : La signature sur son acte de mariage, comparée avec celle de la carte postale ne laissant aucun doute...

Signatures de Léonce TOYER sur la carte postale et sur son acte de mariage
PDF - 1.7 Mo
Voir la solution.

Encore un grand merci à toutes et tous pour votre participation chaque semaine à nos énigmes généalogiques !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

18 Messages

  • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 1er mars 14:58, par JBE

    Bonjour
    S’il doit passer à Montpellier après sa convalescence, ne serait-il pas originaire de cette ville et n’irait-il pas visiter sa famille avant de repartir sur le front ?
    Cordialement
    JBE

    Répondre à ce message

  • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 2 mars 11:20, par hajjar martine

    Bonjour n’y aurait i pas un S au début de la signature suivie de Royer ?
    Cordialement
    M Hajjar

    Répondre à ce message

  • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 2 mars 11:23, par hajjar martine

    autre hypothèse sur son passage à Montpellier son régiment n’etait il pas basé là ?

    Crdt
    M H

    Répondre à ce message

  • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 2 mars 11:46, par Annie SACCO

    Bonjour,

    Le soldat travaillerait-il comme commis boucher ? Soit habitant chez le patron et présent dans le recensement de 1911 non en ligne ou alors, habitant non chez le patron et présent dans un autre lieu de la ville

    Pour les candidats « plausibles », vu leur âge, ils doivent être mobilisés.

    Le soldat tutoierait-il le père ? Oui, si cette famille est cousine du soldat.

    J’en suis là !:o)

    Annie

    Répondre à ce message

  • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 2 mars 14:41, par Isabelle Tomeno

    Bonjour,
    Je pense que notre soldat est né à Gièvres, il écrit à un ami de son âge, un camarade de classe. Je suis donc partie dans les archives décennales de Gièvres sur les années 1880-1890...et en négligeant le R initial du nom, je pense avoir trouvé ! Avec sa fiche matricule, ça correspond à la convalescence indiquée...mais je laisse chercher les autres ;-)
    Isabelle Toméno

    Répondre à ce message

  • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 2 mars 15:10, par Franck Boulinguez

    Bonjour Isabelle,

    Merci de jouer le jeu en ne dévoilant pas votre réponse ;-)

    Merci à tous d’essayer de trouver l’identité de notre soldat mais de ne pas dévoiler la solution directement dans vos messages...

    Vous pouvez m’envoyer un mail à franck@boulinguez.net en justifiant votre recherche afin que je vous indique si vous avez trouvé le même soldat que moi...

    J’essaierai de répondre, par contre, à vos interrogations en y glissant quelques indices...

    Bonne Mission !
    Cordialement
    Franck

    Répondre à ce message

    • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 2 mars 15:57, par Martine Hautot

      Merci à isabelle de nous avoir donné la marche à suivre ,j’étais un peu perdue d’autant que Franck avait suggéré malicieusement des recherches très complexes .J’avais pensé à plusieurs lettres pour commencer le nom de famille de notre convalescent (une fièvre typhoide ,c’est sérieux !) mais pas à celle-là. Maintenant qui était le destinataire de la carte, non mobilisé et pour quelles raisons ?
      A plus,
      Martine

      Répondre à ce message

      • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 2 mars 16:09, par Franck Boulinguez

        Sans connaitre la réponse qu’elles ne m’ont pas donné, je pense qu’Isabelle Tomeno et Martine HautoT ont découvert notre soldat... ;-)

        A vous de trouver dans leur message les indices qui concordent avec la solution...

        D’autant qu’un petit coup de blanc avec la fièvre, c’est pas bien sérieux !

        Bravo à toutes les 2 !
        Amicalement
        Franck

        Répondre à ce message

  • Il faut sauver le soldat (R)oyer ! 2 mars 17:00, par martine hautot

    Pour ce qui est du destinataire ,c’est certainement André ,mais aucun des trois frères Bonnet n’est mobilisé au 27 Octobre 14:Augustin Clothaire est réformé le 3 Septembre 14 pour hernie volumineuse ,André initialement réformé ,sera rappelé le 16 Décembre 14 ,versé dans les services auxiliaires et finalement réformé définitivement en 1916:il avait eu anciennement un accident aux doigts et Marcel est trop jeune ,il fera une courte guerre.
    Martine

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP