www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » L’expérience de la mer » La Galatée de passage en Cochinchine en 1720

La Galatée de passage en Cochinchine en 1720

Navire de la Compagnie des Indes


jeudi 5 mai 2016, par Jean-Yves Le Lan

Répondre à cet article

La Galatée, frégate de la Compagnie des Indes, est armée à Saint-Malo le 7 mars 1720 pour la Chine. Le navire fait 260 tonneaux et est armé de 20 canons. L’équipage est composé de 97 hommes. Il est commandé par monsieur Le Gac, originaire de Brest et le second capitaine est le dénommé Gravé de Saint-Malo. Sur le trajet, le navire fait escale sur la côte de Champa, dans le sud de la Cochinchine pour faire de l’eau et des vivres. Les évènements survenus lors de ce contact avec le peuple cochinchinois nous sont connus par une relation du sieur Gravé reproduite par d’Après de Mannevillette dans un ouvrage paru en 1745 et intitulé « Routier des Côtes des Indes orientales et de la Chine ».

C’est ainsi que nous apprenons que le capitaine de la Galatée, arrivée en vu de la côte de Champa, fait mettre à l’eau le canot avec deux officiers pour aller à terre demander aux habitants la possibilité de faire des provisions.

Ceux-ci sont accueillants et envoient une pirogue pour guider le canot dans la rivière pour accoster facilement. Les deux officiers mettent pied à terre tout en donnant l’ordre au patron du canot et à l’équipage de rester à l’entrée de la rivière.
Des habitants conduisent les officiers dans un village et une heure après, un grand nombre d’hommes viennent réclamer des armes au canot.

Le patron refuse et voit des chefs montrer, avec des exclamations de joie, les épées des officiers dont ils se sont emparés. Craignant d’être capturé, il décide de retourner à bord de la Galatée faire son rapport au capitaine. Deux navires armés sortent alors de la rivière pour lui couper le chemin mais il arrive à les éviter.

Le lendemain, le capitaine décide d’envoyer la chaloupe et le canot avec des troupes. Mais au moment où l’opération se met en place, deux navires approchent avec les deux officiers. Le canot est envoyé seul pour leur parler. Dès qu’ils sont à portée de voix, ces derniers précisent qu’il ne faut surtout pas attaquer car on menace de les tuer avec un couteau au moindre signe d’agressivité. Les deux officiers indiquent qu’ils ont été dépouillés, maltraités et qu’ils ont passé la nuit au « sep » (sorte de pilori).

Le surlendemain, ils reviennent et on apprend que le roi du pays allait faire venir un missionnaire pour s’informer de la situation. Deux jours plus tard, le sieur Gouge, Français et prêtre missionnaire, arrive. Ensuite, le fils du roi vient au village pour rendre justice aux deux officiers. Il exige que le capitaine du navire ou son second descende à terre. Monsieur Gravé de la Bellière, le second capitaine, débarque alors de la Galatée. Le prince (fils du roi) le reçoit honorablement et ils sont tous conduits chez un mandarin où on leur sert un dîner suivi d’un spectacle (une comédie à la manière du pays).

Le spectacle terminé les officiers vont à l’audience du prince pour être témoins du châtiment des personnes qui les ont maltraités. Les coupables sont amenés le sep au coup et on les fait s’assoir le dos tourné au prince. Ils sont condamnés à une amende et à cinquante coups de bambou.

Après ce châtiment, monsieur Gravé a la permission de retourner au bateau à condition de revenir le lendemain pour récupérer les deux officiers et des vivres. A ce moment, un message arrive du roi pour que les officiers soient conduits à sa résidence à Fenerie-Phanri. Après neuf jours de marche, ces derniers arrivent à Fenerie-Phanri où ils sont accueillis à la résidence du missionnaire.

Le lendemain, ils sont reçus en salle d’audience par le roi. A sa gauche quatre mandarins Loyes (Chams) et à sa droite un mandarin de la Cochinchine. Plusieurs autres mandarins sont présents placés selon leur rang et aussi environ 200 officiers.
Après un repas et un spectacle, l’un des principaux mandarins demande à monsieur Gravé 30 nécunes (420 piastres d’Espagne) en donnant comme argument que c’était pour fournir des vivres au vaisseau. Monsieur Gravé discute la somme et la fait descendre à 5 nécunes (70 piastres).

Pendant ce temps plusieurs mandarins tiennent conseil et font venir un mandarin de guerre afin qu’il commande plusieurs galères pour attaquer la Galatée.
Apprenant cette nouvelle, monsieur Le Gac, le capitaine de la Galatée pense à lever l’ancre mais change d’avis car il ne veut pas abandonner ses officiers.
Le missionnaire français reçut alors l’ordre du premier mandarin d’aller demander au navire la somme qu’il avait réclamée en premier. Monsieur Le Gac propose au sieur Gouge de dire au mandarin qu’il accepte de verser cette somme en échange de la libération de ses officiers. Il laisse quatre jours au roi pour réfléchir et au-delà de ce délai il mettra à la voile.

Le marché est conclu et les 420 piastres sont remis au missionnaire qui quitte la Galatée. Le vaisseau appareille alors pour Poulo-Condore. Il est resté trente jours à la côte de Champa pour cette histoire de capture de ses deux officiers et de cette négociation qui s’est en fait terminée par un rançonnement.

Après son séjour à Poulo-Condore, le navire navigue sur Canton. Il est de retour en France et désarmé à Lorient le 1er juillet 1722. Pendant la campagne, vingt-quatre hommes meurent (25 % de l’équipage) : un à la côte de Cochinchine, sept à Poulo-Condore, sept à Canton et neuf en mer. Pour les personnes intéressées pour retrouver le décès d’un ancêtre, je donne la transcription du rôle d’équipage au désarmement avec surligné en jaune les décès. Ce document d’archive est conservé au Service historique de la Défense à Lorient à la cote 2P 20-IV.6.

Bibliographie : Taboulet, Georges, La Geste Française en Indochine, Paris, Adrien - Maisonneuve, 1955.

Excel - 16.6 ko
Synthèse des rôles d’équipage au désarmement de la Galatée - SHD de Lorient - 2 P 20-IV.6

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

4 Messages

  • Bonjour ,ce n’était certes pas des traversées de tout repos ! Je remarque qu’il y avait un écrivain à bord .Quel était au juste son rôle ?
    Bien cordialement ,
    Martine

    Répondre à ce message

    • La Galatée de passage en Cochinchine en 1720 7 mai 2016 14:40, par Jean-Yves Le Lan

      Bonjour,

      L’écrivain est le comptable de la cargaison et des vivres. Il tient le registre de consommation des vivres et procède aux achats des produits frais aux escales. Il tient à jour aussi le rôle d’équipage. C’est lui qui note les mouvements des marins (débarquements et embarquements - et les décès) pour permettre le décompte des soldes. Il procède à l’inventaire des biens des morts et éventuellement la vente de ces biens. Il tient les écritures : actes importants, procès-verbaux de relâche, etc.

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP