www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Album photo > Les photographies d’Antoine Carcenac > La Roque-Gageac

La Roque-Gageac

Le samedi 29 mars 2008, par Michel Carcenac

L’ancien château épiscopal de La Roque-Gageac est creusé dans le roc ; il surplombe les maisons de plus de cinquante mètres. Ce château ne fut jamais pris par les Anglais, ils n’essayèrent même pas. Sur ce cliché, on peut voir trois cales. Celle de gauche est déjà en mauvais état et à peine visible sous la grande maison à l’entrée du village. La deuxième cale a disparu, recouverte en 1957 par l’éboulement. Quant à la dernière, elle est encore là de nos jours, en bon état. Sa chaussée est bâtie de pierres posées de chant. Les murs de soutènement sont recouverts de pierres de taille, dures.

JPEG - 23.1 ko
Les trois cales

Au-dessus de la belle maison du premier plan, on distingue nettement un rocher arrondi, isolé, qu’à La Roque on appelait « le ventre ». C’est lui est tombé en janvier 1957, tuant deux personnes. Quatre ou cinq ans plus tôt, un professeur de la faculté des sciences de Bordeaux avait déclaré à ses élèves que la roche devait obligatoirement tomber, car elle était détachée de la paroi et reposait sur un lit de sable.

Un rocher ne tombe jamais sans prévenir l’homme, dit-on à La Roque. La veille de la chute, un craquement se fit entendre sans qu’on puisse en déterminer l’origine. Le matin, un dimanche, madame de Saint Aulaire était à la fontaine, juste à l’aplomb du ventre, quand elle entendit un craquement puissant, mais elle ne pensa pas qu’il provenait de la falaise. Dès qu’elle arriva chez elle, au château de la Malartrie, cent mètres plus loin, un fracas épouvantable accompagna la chute du rocher.

En 1561, naquit Jean Tarde, dans son petit château de la Roque de Gageac. Mathématicien, astronome, ami de Galilée, géographe qui dressa la carte du Sarladais. Pour nous, il fut l’historien et aussi le témoin de l’histoire plus que mouvementée de son temps ; il retrace avec des détails poignants les luttes religieuses auxquelles il assista dans sa jeunesse.
Il fut curé de Carves, chanoine à Sarlat puis aumônier d’Henri IV. Ses chroniques sont l’histoire du pays sarladais, leur lecture est passionnante.

*****

Découvrir Le Périgord d’Antoine Carcenac  : (photographies 1899 - 1920).

Pour lire l’interview de Michel Carcenac

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP