www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Dossiers » Initiation à la généalogie pratique » La numérotation Sosa-Stradonitz

La numérotation Sosa-Stradonitz

(pour une généalogie ascendante)


lundi 1er janvier 2001, par Thierry Sabot

Répondre à cet article

Quelle que soit la méthode que vous adopterez pour présenter le résultat de vos recherches (arbres ou tableaux généalogiques), il vous sera nécessaire de repérer rapidement un ancêtre. La solution la plus simple consiste à attribuer un numéro à chaque individu retrouvé.

Historique :

La numérotation Sosa-Stradonitz a été inventée en 1590 par un Allemand, un certain... Michel Eyzinger. Elle fut reprise en 1676 par un moine ibérique Jérôme de Sosa. En 1898, l’un des précurseurs de la généalogie moderne, Stéphane von Stradonitz, améliore la méthode et l’utilise dans son ouvrage Ahnentafel-Atlas.

*****

Utilité :

Cette méthode, utilisée en généalogie ascendante, vous permettra de repérer, classer et organiser facilement vos ancêtres dans un logiciel, un tableau ou un arbre généalogique. Vous l’utiliserez également pour échanger vos informations avec d’autres généalogistes et pour publier vos résultats sur Internet, dans un ouvrage ou une revue.

Ce numéro est une information à faire figurer sur vos fiches individuelles.

*****

Principe :

Cette méthode de numérotation illimitée est la plus répandue dans le monde. 

Elle consiste à donner à chaque ancêtre un numéro unique et déterminé selon les règles suivantes :

  • Les hommes reçoivent toujours des numéros pairs.
  • Les femmes reçoivent toujours des numéros impairs.
  • Le père porte toujours un numéro égal au double de celui de son fils ou de sa fille et à la moitié de celui de son père.
  • La mère porte toujours un numéro qui équivaut au double de celui de son fils ou de sa fille + 1 et à la moitié de celui de son père.
  • Les ancêtres de la ligne directe, la lignée patronymique, portent des numéros qui sont des puissances de deux.

Exemple :

On attribue toujours le numéro 1 à la personne (femme ou homme) dont on établit la généalogie (le de cujus).

Le père du numéro 1 porte le numéro 2 (1 + 1).
La mère du numéro 1 porte le numéro 3 (2 +1, c’est-à-dire le numéro du mari + 1).
Le grand-père paternel du numéro 1 porte le numéro 4 (2 + 2).
La grand-mère paternelle du numéro 1 porte le numéro 5 (4 + 1).
Le grand-père maternel du numéro 1 porte le numéro 6 (3 + 3).
La grand-mère maternelle du numéro 1 porte le numéro 7 (6 + 1),
...et ainsi de suite...

Autre exemple :

Soit le numéro 20 : c’est un numéro pair donc il s’agit d’un homme. Son père est le numéro 40 (20 X 2) et sa mère le numéro 41 (40 + 1). Le numéro 20 est l’époux du numéro 21 (20 + 1) et le père du numéro 10 (20 : 2).

Soit le numéro 27 : c’est un numéro impair donc il s’agit d’une femme. Elle est l’épouse du numéro 26 (27 -1) et la mère du numéro 13 (une fille !). Elle est elle-même la fille du numéro 54 (son père) et du numéro 55 (sa mère). Elle est aussi la grand-mère maternelle du numéro 6 (son petit-fils).

*****

Avantages :

  • Chaque ancêtre a par avance un numéro fixe, réservé et invariable (ainsi, par exemple, le père du numéro 30 est toujours le numéro 60 et sa mère le numéro 61). Cela permet de situer facilement un ancêtre par rapport aux autres.
  • On peut déterminer, repérer et matérialiser, sans pour autant les connaître tous, la place de chacun des ancêtres dans un arbre généalogique.
  • Cette numérotation peut être utilisée dans n’importe quel tableau généalogique.
  • Elle permet enfin d’établir facilement une table d’ascendance où les ancêtres sont classés en fonction des générations dans l’ordre de la numérotation.
*****

Inconvénient :

Lorsque vous rejoindrez la longue liste des ancêtres et que vos descendants voudront poursuivre votre généalogie, vous ne porterez plus le numéro 1 : vous deviendrez le numéro 2 ou le 4, le 3 ou le 7... et toute votre numérotation sera à revoir.

*****

Sur le même sujet :

Voir la proposition de numérotation proposée par Jacques Charbonnier :
" Le généalogiste amateur, voire même le spécialiste chevronné, utilisent souvent le numéro d’ancêtre pour désigner un aïeul, mais ils n’en sont pas très satisfaits. Ce numéro ne leur « dit pas grand’chose », et ne les renseigne pas comme ils le désireraient. Ils l’attribuent à chaque personne, dans leurs listes d’ancêtres, mais ils arrêtent là son usage. Ils aimeraient bien s’en servir, dans certaines recherches, mais ne savent pas comment faire, pour transformer ce numéro sans risque d’erreur..."

Lire aussi Les différents types de numérotation (dont notamment « Les différents types de numérotation que l’on peut trouver dans un logiciel de généalogie » et « La numérotation descendante MCS ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP