www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Le marché de Belvès


dimanche 30 janvier 2005, par Michel Carcenac

Répondre à cet article

Ce cliché date d’avant 1909, l’épicerie Bouyssonnet, sur la gauche, n’a pas encore été achetée par les Malange. La vitrine présente surtout des toiles d’araignées poussiéreuses. L’épicier, coiffé d’une calotte, regarde avec mépris ces forains qui viennent lui faire concurrence.

Devant lui, des femmes sont en discussion autour d’un récipient qui semble bien contenir des truffes. L’une d’elles tend des billets de banque. Les truffes, les vêtements chauds, la foule, il semble que nous soyons à la grande foire du 13 janvier.

Les foires de Belvès étaient réputées depuis le moyen âge, on y venait de fort loin. Dans tout le bourg, la foule était partout aussi dense, les aubergistes ne chômaient pas les jours de marché.

Remarquez les coiffes de Belvès, simples mouchoirs de tête avec nœud sur le côté gauche. Si les femmes l’ont à droite, c’était qu’elles cherchent un mari. Deux femmes portent la coiffe de Monpazier, qui enveloppe le chignon et descend dans le dos jusqu’aux reins. Cette coiffe était aussi celle de la Force, de Beaumont, de Saint-Avit Sénieur et d’autres lieux. Prenez la loupe et admirez la variété des chignons ; il n’y a pas de femme avec des cheveux courts. La plupart des femmes ont une pèlerine de laine noire sur les épaules.

Au travail, les femmes portaient constamment le mouchoir de tête, pour préserver les cheveux de la poussière. C’était un triangle de toile que l’on posait sur la tête. Les deux pointes latérales étaient croisées dans la nuque et ramenées et nouées sur le front. On tirait la pointe de derrière de façon que le chignon la fasse gonfler, puis on la mettait en oblique pour faire une petite queue.

Un camelot joue de l’accordéon et, à sa droite, son assistante chante et présente un paquet de partitions. Elle en a vendu un exemplaire. Elle n’est pas de la région, elle est coiffée d’un simple foulard. Ce musicien ambulant est un Auvergnat, d’après son chapeau.
A droite, sous le parapluie, un étal de faucilles, planes, hachettes et râteaux.

Les gendarmes, carnet en main, s’apprêtent à verbaliser.

Une femme marchande l’achat d’une panière en osier.

Les hommes ont mis leurs beaux habits pour se rendre à la foire : chemise blanche de fil ou de lin ; costume avec veste et gilet ; lavallière ou petit lacet en guise de cravate ; chapeau périgourdin à calotte plate, mais les enfants ont une casquette. Aucun homme ne porte la barbe, ils sont tous soigneusement rasés et la moustache est taillée avec soin. Les marchands de bœufs ont enfilé une blouse par dessus la veste. C’est une grande sortie, une foire.

L’abri des étals est rudimentaire, les grands piquets de bois, à la pointe gainée de fer, sont plantés directement dans le sol caillouteux de la place.

A gauche, le garçon au large béret affublé d’un pompon, a passé l’extrémité du cache-nez dans la ceinture. Ce sera plus difficile pour les camarades de s’en saisir.

A la foire, on rencontre ses amis, ses parents, et peut-être un futur conjoint. On peut papoter entre amies et le grand sujet de conversation était : qui couche avec qui ? Cela a-t-il changé ?

*****

Découvrir Le Périgord d’Antoine Carcenac  : (photographies 1899 - 1920).

Pour lire l’interview de Michel Carcenac

P.-S.

FC 14 plaque de verre 13 x 18. P 65

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP