www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Documents » Archives religieuses » Le « mémoire » du curé de Cronat

Le « mémoire » du curé de Cronat


mardi 1er janvier 2002, par François Gauthier

Répondre à cet article

En 1729, le curé de Cronat (Saône et Loire), Charles de la Mothe de Carbonnel, adresse un « mémoire » à son évêque afin de le renseigner sur le comportement des habitants de sa paroisse. Ce texte est intéressant par la description des classes d’habitants et par le descriptif corrosif de leur comportement.

" La paroisse de Crona est d’une grande étendue, ayant plusieurs hameaux dont quelques-uns sont éloignés de plus d’une lieue ; la desserte est d’autant plus difficile que les chemins sont de tous côtés impraticables.

Les paroissiens sont en général d’une extrème pauvreté depuis 1709 qu’ils ont été contraints de vendre chacun leur petit fonds, vivant la plus grande partie de l’année sans sel, n’ayant presque aucun meuble qui vaille la peine de la saisie...

La plupart des domaines ne sont bons que pour le nourry et le vendu des bestiaux, qu’à l’égard du grain qu’on y recueil, à peine suffit-il tant la part du maître que du métayer pour nourrir le laboureur pendant l’année.

Les habitants peuvent être distingués en quatre classes :

1) des personnes qui se disent bourgeois, gens oisifs, et dont l’occupation est de s’enyvrer, et dont la conduite n’est rien moins qu’édifiante ;

2) des laboureurs au nombre de près de quarante, mais tous d’autrui, et fort pauvres ; en général, ils sont asez bone gens, et craignent Dieu ;

3) d’artisans et de cabaretiers, qui au nombre de plus de quinze, dans les maisons desquels il passe de grands désordres ;

4) de journaliers et de pauvres veuves...

Le désordre le plus grand règne, qui entraîne avec soy une infinité d’autres crimes, de querelles, de batteries, de jurements horribles, de paroles impudiques, de désunions dans les familles c’est l’ivrognerie.
Particulièrement les dimanches et les jours de fêtes qu’on profane impunément ; car c’est particulièrement dans ces saints jours que les cabarets sont remplis d’yvrognes, qui commettent toutes sortes de désordres, même pendant le Service Divin.

Un autre grand désordre, c’est la profanation des Lieux Saints, non seulement on s’y tient immodestement pendant les Services, mais on a l’insolence de rompre par dérision et publiquement pendant qu’on chante l’Evangile, pendant la Messe, les fiches de fer mises autour des fonts baptismaux.

D’autres viennent impudemment au Service plein de vin, y vomir et y causer d’aurtres actes scandaleux.

On profane plus fréquemment le chapiteau qui fait partie de l’église, et le cimetière dont on fait un lieu de promenade et de marché, tous les dimanches et fêtes pendant le Service Divin, car on y cause aussi haut que dans une foire et on y tient les postures les plus indécentes. Ce sont les petits bourgeois qui donnent en cela le grand scandale aux faibles. D’autres viennent insolemment se présenter au tribunal de la Pénitence estant ivres, d’autres estant dans le même estat, viennent demander des billets et s’enyvrent le jour mesme qu’ils auront fait leur communion.

En géneral, les principaux qui entraînent une bonne partie avec eux ne se soucient ni des déclarations du Roy, qu’on leur a lues publiquement sur leurs devoirs, ni des arrêts qui défendent leurs désordres, ni des décrets des Etats Généraux, et encore moins des commandements de Dieu et de l’Eglise.

Que sa Grandeur juge de la condition malheureuse du Pasteur à qui dieu a donné la volonté de s’acquitter de ses devoirs. Il ne s’est jamais plaint, ni en particulier, ni en public, des outrages personnelles qui luy ont été faite par les principaux, que dans ce mémoire présente à sa Grandeur des calomnies, des assemblées... et tous actes faites contre luy, des insultes jusqu’à arracher nuyatamment les palissades de son jardin, les emporter, en jeter d’autres dans le chapiteau, arracher le marteau de saporte, enfin jusqu’à menancer de l’assassiner ".

Comme quoi, tout n’est que recommencement...

P.-S.

Document conservé aux archives départementales de Saône et Loire (Registres Paroissiaux de Cronat).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

13 Messages

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 11 septembre 2010 09:04, par Fanny Claire

    Actuellement, le fond est le meme, il n’y a que la forme qui change, tout n’est que recommencement
    Fanny Claire une habitante de Saone et loire !!!!

    Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 11 septembre 2010 09:59

    J’ai très envie de lire, étant moi-même de Saône et Loire et près de Charolles.
    Mireille

    Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 11 septembre 2010 10:54, par flechartier

    Bonjour,
    C’est très interéssant, dire qu’il n’y a même pas 300 ans que cela se passait ainsi. Pauvre curé, je me demande si l’Evêque l’a changé de paroisse après avoir lu sa lettre.
    Heureusement que maintenant il y a la Police pour essayer de maintenir l’ordre. Et de plus les bourgeois étaient aussi
    dévergondés que les pauvres.Il ne faisait pas bon vivre dans ce village là à cette époque.
    C’est bien d’avoir conservé des lettres de ce genre et d’en faire profiter tout le monde.
    Cordialement
    Françoise Lechartier

    Répondre à ce message

    • Le « mémoire » du curé de Cronat 18 septembre 2010 09:41

      Je vous sent loin de la réalité actuelle car notre époque parait bien semblable. Avec néanmoins une grosse différence à évolution négative. La médiatisation actuelle colporte principalement tous nos maux et les délivre naïvement et massivement en exemples à nos enfants. Mais je vous rejoint sur un point « pauvres curés.... » et par extension : pauvres de nous.

      Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 11 septembre 2010 12:28, par jaimjaim

    Est-ce l’oisiveté des bourgeois,le manque de culture, le manque de savoir vivre, la non connaissance ou respect des valeurs essentielles de l’humain, individuellement et collectivement, qui donne ce résultat ???
    A mon avis, c’est un peu tout, et en plus, le manque de conscience de notre responsabilité en tant qu’humain, ayant hérité de la terre !!!
    MAIS, comment cette conscience peut-elle se développer, sans une éducation spécifique, incluant un niveau de ressources suffisant, un minimum de culture,de respect et d’amour de Soi, autant que des autres, avec les prises de responsabilités qui s’en suivent...
    Pauvres humains disait Einstein ! A méditer d’urgence, pour poser des actes, car il semble bien, que le monde soit en route, avec la jeune génération,vers cette pauvre et grande déchéance...et, travailler dans les mémoires cellulaires avec la Psycho-Généalogie, entre autres !!!

    Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 11 septembre 2010 15:47, par mlardier

    « Comme quoi tout est un recommencement ».
    A quelques variantes près, ce texte pourrait très bien être assimilé aux comportements de notre 21e siècle.

    Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 11 septembre 2010 16:31

    bonjour
    curé de CRONAT
    avant la fin de l’article j’etais dans l’idée du recommencement donc de votre avis

    cordialement A. GIBAUD

    Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 18 septembre 2010 11:18, par bala 121

    Navrant mais pourtant étant moi même issue d’ancêtres vivant dans cette région ,je me demande pourquoi lors des déclarations de naissance ou de mariage le curé notait " fils de honnete etc..ou de respectable..."De toute façon comment pouvait il en être autrement quand on lit nombres de décès d’enfants mendiants de trés bas âges trouvés morts dans des chemins ou des granges.Comment ont ils faits pour survivre nos ancêtres dans une telle misère et nous on se plaint.....Cordialement Michèle

    Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 18 septembre 2010 11:27, par André MORE

    Un peu d’objectivité svp !
    1. Ce mémoire est rédigé par un noble, probablement entré dans les ordres parce que n’étant pas l’aîné de sa génération. Rien ne nous dit s’il était un bon ou un mauvais prêtre, s’il avait de l’empathie ou du mépris pour les petits « bourgeois » et le peuple, s’il ne noircissait pas le tableau pour quitter au plus vite cette paroisse pour une affectation plus agréable.
    2. Ce village n’était certainement pas frappé par une sorte de malédiction satanique ! La vie y était la même que dans des milliers d’autres. Or des centaines de documents décrivent une vie rurale bien plus « normale ».
    3. 1729 : La France sort de la Régence et de la faillite du système de Law. C’est une époque dont on ne peut pas dire qu’elle ait été, au plus haut de l’État, un modèle de sobriété, de bonne conduite, etc. Le petit peuple n’en sait rien que ce qu’on en raconte de foire en foire, de cabaret en cabaret, avec une accumulation d’exagération à chaque transmission orale. Il ne faut pas s’étonner si les mœurs et le respect des « Autorités » se relâchent, notamment vis-à-vis de l’ Église. Le mauvais exemple vient d’en haut.
    Soyons vigilants et ne prenons pas n’importe quoi pour du…pain béni.

    Répondre à ce message

    • Le « mémoire » du curé de Cronat 19 septembre 2010 07:33, par geneacecile

      D’accord avec votre réaction, il mentionne cependant que « les laboureurs sont d’assez bonnes gens », son ressentiment est surtout contre les « bourgeois ». Sur la catégorie des journaliers, pas de commentaires ce qui est un autre signe de la pensée de l’époque.

      Une question sur cette année 1709 où les paroissiens auraient été « contraints de vendre leur petit fond », à quelle évènement de l’histoire nationale cela correspond-il ?

      Si vous pouvez m’éclairer, je vous en remercie

      Cécile de Montanay

      Répondre à ce message

      • Le « mémoire » du curé de Cronat 19 septembre 2010 09:54, par Bala 121

        bonjour en 1709 il y eu une année horrible dûe au temps.Mr Paccard curé de Saone et Loire dit qu’on n’avait jamais vu cela tout a gelé tellement fort que les arbres fruitiers furent tous coupés en deux par le gel,il y eut aussi une famine terrible car aucune récolte ne put se faire car tous les blés furent détruits.Vous pouvez lire ces deux écrits de Mr l’Archipretre de Rully en fin d’année 1709,archives de la Sâone et Loire Michèle

        Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 20 septembre 2010 14:55, par Thomas du Buy

    Généalogistes de toute confession, envoyez nous vous aussi des témoignages aussi édifiants que pittoresques sur ce qui fait notre Histoire et notre passé. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le « mémoire » du curé de Cronat 12 juillet 12:08, par Claude Coquet

    Les dégradations faites au domicile du curé semblent montrer qu’on lui en voulait personnellement. A Luçon, en Vendée, l’évêque a connu lui aussi des déboires 25 ans plus tard, parce qu’il était janséniste et qu’il avait une attitude méprisante envers un peu tout le monde. On a même incendié le palais épiscopal.
    Une partie de la réalité nous échappe sûrement...

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP