www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » L’expérience de la mer » Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines

Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines

Généalogie du « portrait de navire » français


jeudi 6 janvier 2011, par Philippe de Ladebat

Répondre à cet article

En mai 1708 un jeune homme de 26 ans quitte sa maison natale de Martigues pour s’installer avec sa jeune épouse, Magdeleine Sénéquier, à Marseille. Il se nomme Joseph Roux et va ouvrir sur le port une échoppe d’hydrographe, ouvrant ainsi la voie aux trois générations suivantes de Roux hydrographes-peintres de marines.
Son fils, Joseph Roux, son petit fils Ange-Joseph Antoine et ses quatre arrières petits enfants Mathieu-Antoine, Ursule-Joséphine, François Joseph Frédéric et François-Geoffroi, vont ainsi développer la boutique familiale tout en s’adonnant au dessin et à la peinture de portraits de navires qui font aujourd’hui encore leur renom. Travaillant ensemble, apprenant les uns des autres « sur le tas », le père formant les fils et les fils collaborant à la production dans l’atelier familial, les Roux offrent un exemple original de dynastie de peintres de marines.

Présentation des Roux de Marseille, portraitistes de navires de 1750 à 1882

Généalogie de la famille Roux de Marseille

Une boutique d’hydrographe à Marseille

En 1750, entre l’église des Augustins au fond du vieux port et le fort Saint-Jean à l’entrée Nord du port, des dizaines de grands voiliers à quai se serraient bord à bord. Venus de tous les pays du monde, ils formaient une forêt de mâtures et de beauprés qui dominaient les alentours où s’activait toute une population qui vivait de la mer. Marins, armateurs, ouvriers des chantiers navals et autres professionnels de la mer, représentaient près du quart de la population marseillaise auxquels il faut ajouter les marins en escale.

Le long des quais ou à proximité, de part et d’autre de l’Hôtel de ville s’alignaient des boutiques d’hydrographes, de maîtres voiliers, d’accastilleurs, d’horlogers, de fournitures de denrées à embarquer, de vendeurs d’objets et produits exotiques. La nuit les tavernes, auberges, garnis à la nuit et autres bourdeaux, prenaient la relève. Tous ces commerces étaient florissants, sans cesse alimentés par les équipages des navires arrivant ou en partance.

Sur un panneau de bois ornant la devanture d’un magasin situé sur le port, à l’angle du quai rive Nord (Aujourd’hui Quai du Port) et de la rue Coin-de-Reboul qui rejoignait la rue Lancerie (Aujourd’hui rue de la Loge) parallèle au quai, on pouvait lire :

" Ingénieurs hydrographes, font et vendent toutes sortes de boussoles, compas d’azimuth et autres, sabliers de toutes qualités, sextans, octans, quarts de non ante, fleches, télescopes, lunettes acromatiques de différentes longueurs, lunettes de nuit, lorgnettes d’opéra, compas à pointer, échelles anglaises, étuis de mathématiques. Ils sont assortis en toiles et étophes de laine et de coton pour les pavillons ainsi qu’en portulans, plans de ports, cartes hydrographiques de tous les auteurs quelconques" (Orthographe d’époque).

C’est ainsi que la famille Roux, décrivait ses prestations. Le compas et l’octant qui figurent sur le tableau généalogique ci-dessus sont des images d’œuvres originales de Joseph Roux fils datés respectivement 1775 et 1780.

De l’extérieur on reconnaissait le magasin à son enseigne : «  À la Boussole Couronnée  » et aux deux statuettes en papier mâché représentant deux officiers de la marine de commerce en uniformes, tricorne en tête : l’un faisant un relevé d’élévation avec un octant et l’autre pointant sa longue vue vers l’horizon. On retrouvera ces mêmes motifs imprimés sur les papiers commerciaux de la famille jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Un historien local, Louis Brès, décrit le magasin des Roux qu’il a fréquenté : « Leur petite boutique avait une allure bien particulière. Par la grande fenêtre ouverte sur le port on voyait une large étagère encombrée de compas, boussoles, octants, sextants, pieds de roi, baromètres de mer, lochs, cartes marines, routiers, brochures d’hydrographie, lunettes et longues vues de bord. À l’intérieur on pouvait voir, dans l’ombre fraîche, des pavillons de toutes les couleurs qui donnaient à la boutique une décoration originale ; quand un rayon de soleil venait frapper la cuvette d’un compas ou se refléter sur les branches en cuivre de quelque bizarre instrument nautique, on pouvait distinguer dans le plus obscure recoin du magasin la silhouette de l’hydrographe penché sur une carte marine ou un tableau en cours ».

Joseph Roux , père (1682-1747) et fils (1725-1789) : de la carte de marine à la peinture de marines

On ne sait si le jeune Joseph arrivant de Martigues suivit une formation particulière à l’École d’hydrographie de Marseille avant d’ouvrir sa boutique. Cette école, créé en 1571, par lettre patente du roi Charles IX, demeure la plus vieille école supérieure de France après le Collège de France. Les professeurs étaient des capitaines ou des pilotes ayant cessé de naviguer, ou même des ecclésiastiques, qui, bénévolement, inculquaient à leurs élèves les connaissances pratiques et théoriques pour la navigation.

Toujours est-il que Joseph Roux, puis son fils du même prénom, né en 1725, vont développer leur affaire de fabrication, vente et entretien d’instruments de navigation et de cartes marines. Le père, bien que très occupé par ses affaires, va commencer à dessiner et à peindre lui-même des roses de compas à l’aquarelle puis à tracer des cartes marines pour répondre à des demandes croissantes de sa clientèle de capitaines de navires : le même historien local (Louis Brès) observe que les travaux de notre hydrographe" étaient fort appréciés en raison de la beauté de ses roses de compas et de la finesse de son écriture sur les cartes".

Joseph fils commence très tôt à travailler dans la boutique de son père et à dessiner les différents types de bâtiments qui font relâche dans le port. Bientôt il commercialise ses œuvres qu’il signe « Joseph Roux fils aîné ». En 1764 il est autorisé à porter le titre d’Hydrographe du Roi. Cette même année il dédie au duc de Choiseul une « Carte de la Méditerranée en douze feuilles » qui va être éditée l’année suivante ; en 1769 c’est un « Recueil de plans, ports et rades de la Mer Méditerranée » qu’il publie. Cet ouvrage qui comporte cent soixante-dix-neuf planches sera l’objet de plusieurs éditions originales souvent « piratées ».

L’échoppe marseillaise va ainsi connaître une grande renommée : les affaires sont prospères et Joseph fils est maintenant un notable de la ville.
Il va alors compléter les offres de la boutique par des dessins de paysages de ports et bientôt par des peintures à l’huile et des aquarelles représentant des navires en mer ou en approche du port de Marseille ainsi que des évènements maritimes. L’exactitude et la précision exigées dans le dessin des cartes de marine vont se retrouver dans ses dessins et aquarelles comme dans tous ceux de ses descendants. Quand il meurt en 1789, la relève va être assurée par son fils unique Ange-Joseph Antoine né en 1765.

JPEG - 55.3 ko
Joseph Roux fils, Le Bonhomme Richard, 1781

Ange-Joseph Antoine Roux ( 1765 – 1835) : le créateur du « portrait de navire » français.

Le jeune homme, que l’on nomme plus simplement Antoine, ou Tonin en famille, va passer son enfance dans la boutique et sur le quai du port où il s’ imprègne des odeurs, des bruits et des vues du port et des navires à quai. Très tôt il entend son père discuter dans la boutique avec des marins qui parfois lui permettent de s’aventurer sur les ponts de leurs navires où il découvre la variété des espars, gréements, manœuvres et poulies ; bientôt les différences entre un brick, une goélette, une corvette, une flûte, un lougre, n’ont plus de secrets pour lui pas plus que les différents pavillons des navires. Parfois même des amis ou relations de sa famille l’emmènent à bord pour une sortie en mer où il découvre les effets du vent dans la voilure, les allures, les changements de la mer.

Parallèlement Antoine s’initie au dessin et aux différentes techniques de l’huile, de la gouache et de l’aquarelle. La famille Roux possédant à Endoume, alors vieux village sur la côte Sud de Marseille (Aujourd’hui 7e arrondissement) un « cabanon » au bord de la mer, c’est à cet endroit qu’Antoine va remplir de nombreux carnets de croquis au crayon, à la plume, parfois aquarellés, représentant des matelots au travail, des vues du port, des barques échouées, des détails de navires. Le site web du Peabody Museum à Salem, Massachusetts (Voir : Roux Sketchbooks and ships portraits) permet de feuilleter très facilement deux de ses carnets de dessins avec des possibilités d’agrandissements.

En 1789, la famille n’ayant pas les idées révolutionnaires, va s’exiler quelques temps en Italie où Antoine va rencontrer des peintres qui lui donneront des conseils de technique picturale. De retour en France sous le Directoire, notre homme va alors se consacrer à son art en répondant aux demandes de tableaux qui commencent d’affluer, renommée aidant, dans sa boutique.
On considère qu’il fut alors le créateur en France d’un nouveau genre de peinture : le « portrait de navire ». Le succès est immédiat car la photographie est encore inconnue. Outre des reconstitutions de combats navals, les armateurs, capitaines et matelots lui commandent des reproductions de leurs navires, représentés le plus souvent quittant le port de Marseille.

Le bateau est souvent représenté sous deux allures : en gros plan vu par le travers bâbord ou tribord et en petit, au second plan, vu navigant « tout dessus » suivant un cap différent. Il s’agit essentiellement d’aquarelles avec le dessin du bateau, de ses gréements et de ses voiles surlignés à l’encre noire, grise ou sépia, permettant une grande précision des détails ; les arrière-plans, mer, ciel et paysages de ports ou des côtes, au contraire, sont moins colorés et ne sont pas surlignés, révélés seulement par des séparations de tons ou de couleurs. Ce léger effet de flou du fond donne un relief et une réalité « pré-photographiques » au bateau en premier plan.

La réputation d’Antoine Roux est très grande : les capitaines français et étrangers n’hésitent pas à faire même un détour par Marseille pour lui demander un portrait de leurs navires. À partir de 1806 et pendant le blocus continental, les succès remportés par les corsaires marseillais lui apportent une nouvelle clientèle : ceux-ci voulant immortaliser leurs combats et leurs victoires lui demandaient d’en peindre les tableaux. Sur une bande noire en bas du tableau le peintre commentait d’une belle écriture anglaise blanche l’événement représenté ; ainsi par exemple : « Le brick Dubourdieu, capitaine Mordeille,…, se dispose à prendre à l’abordage le vaisseau Arrow de trois cents tonnes ». Tous les détails étaient représentés avec une grande fidélité car le peintre travaillait sous les regards exigeants des témoins de l’action. La guerre anglo-américaine de 1812 vint aussi lui fournir les sujets de combats navals dont les capitaines américains voulaient conserver le souvenir peint. Les collections des musées américains de Salem et de Seaport témoignent du succès des tableaux d’Antoine Roux.

JPEG - 168.4 ko
Ange-Joseph Antoine Roux, Le Jean-Baptiste du Havre, 1823

Bientôt aussi les marins ayant échappé à une infortune de mer vont lui commander des ex-voto représentant leur navire pris dans la tempête ou faisant naufrage. Beaucoup de ces ex-voto marins peints sont exposés dans des chapelles de la côte méditerranéenne : Notre Dame de la Garde à Marseille, Notre Dame de la Garoupe à Antibes ou Sainte Anne à Saint Tropez par exemple.

Antoine Roux a continué à peindre jusqu’à sa mort à 70 ans, lors de l’épidémie de choléra de 1835 à Marseille. Au total sa production est considérable et il fut sans doute le plus prolifique de la famille. Il laisse quatre enfants dont trois garçons qui vont s’illustrer eux aussi dans les portraits de navires.

Mathieu-Antoine Roux (1799 – 1872) : l’aîné de la fratrie Roux.

Comme son père avant lui, le jeune Mathieu-Antoine va se retrouver très vite dans la boutique au contact des marins, dessinant aussi ce qu’il voyait sur les quais ou dans ses promenades aux alentours de Marseille. En 1820 il reprend une seconde boutique d’hydrographe sur le quai, non loin de celle de son père, entre l’Hôtel de ville et le fort Saint Jean. À la mort de son père en 1835, il reprend sa boutique avec son plus jeune frère François Geoffroi avec lequel il travaille dans l’atelier familial. Les affaires vont bien et on doit embaucher du personnel féminin pour réaliser les différents pavillons de toile utilisés pour communiquer entre bateaux ; un ancien capitaine est aussi embauché pour conseiller et vendre les instruments de navigation.

Antoine pour sa part continue à dessiner des cartes de marine et à peindre des portraits de navires qu’il va signer « Antoine Fils Aîné » ; il est cependant le moins prolifique des trois frères et considéré parfois comme le moins talentueux de la fratrie. Pourtant sa renommée est aussi grande que celle de son père auprès des armateurs et des marins. Ses tableaux et ses nombreux ex-voto sont souvent difficiles à distinguer de ceux de son père.

JPEG - 296.3 ko
Mathieu Antoine Roux, L’Océan, en route vers La Réunion, 1860

Quand il meurt en 1872 c’est son fils, Tonin, qui va reprendre le magasin d’hydrographe mais le jeune homme ne semble pas avoir eu le goût du dessin et on ne connait pas d’aquarelles signées par lui.Ce sont ses deux oncles qui prirent le relais de la peinture de marine et des portraits de navires : François Joseph Frédéric et François Geoffroi.

François Joseph Frédéric Roux ( 1805 – 1870) : de Marseille au Havre

Le second enfant d’Ange-Joseph Antoine était une fille : Ursule-Joséphine, née en 1801. On ne sait que peu de choses sur elle si ce n’est qu’elle fit aussi des dessins et des aquarelles représentant des paysages de la côte méditerranéenne mais en amateur, pour son plaisir personnel et sans en rechercher de profit : la peinture à l’aquarelle était une activité traditionnelle des jeunes femmes de la bourgeoisie de l’époque. Son goût pour les arts la fit ouvrir son salon aux peintres marseillais et elle fit partie du milieu artistique local où ses deux jeunes frères Frédéric et Geoffroi tiendront bientôt les premières places.

Troisième enfant et second fils d’Antoine aîné, Frédéric travaille dès son plus jeune âge dans l’atelier familial où son père lui apprend l’art pictural. Elève très doué il acquiert une parfaite maîtrise du dessin et des connaissances étendues dans la construction navale et la navigation dont il va tirer profit dans ses portraits de navires. Il vend ses premiers tableaux dès l’âge de 18 ans.

En 1825 il rencontre à Marseille le célèbre peintre de marines Horace Vernet ; celui-ci, admiratif des premières œuvres du jeune homme, lui propose de venir se perfectionner dans son atelier à Paris. C’est ainsi le premier de la famille Roux à avoir acquis une certaine formation technique à la peinture. Pendant son séjour à Paris il va réaliser, sur commande, une série d’aquarelles représentant les différents navires sur lesquels l’amiral Willaumez avait navigué.
En 1827 il va peindre, aussi sur commande, « L’album de marine du Duc d’Orléans ». Cet ouvrage comporte 23 aquarelles représentant les différentes classes de navires français.

Après avoir voyagé en Europe de l’Est jusqu’en Russie il revient en France pour s’établir hydrographe , comme son père et ses frères, mais au Havre, quai Lamblardie.

Sur leurs traces, il acquiert rapidement une renommée de portraitiste de navires et se fait une très nombreuse clientèle. Beaucoup de capitaines américains en particulier, nombreux dans le grand port de la Manche, lui commandent des aquarelles de leurs navires. En outre beaucoup de ses œuvres ont été gravées ou lithographiées pour répondre à la forte demande de l’époque.

JPEG - 342.2 ko
François Joseph Frédéric Roux, Le Philanthrope, 1865

Le talent de Frédéric Roux est reconnu dans ses portraits de navires classiques mais aussi dans ses marines qui représentent les navires sous des angles différents et dans des mers variées, du calme à la tempête.

Frédéric Roux passera le reste de sa vie au Havre où il meurt en janvier 1870 alors qu’un autre peintre havrais, Edouard Adam (1847- 1929) commence lui aussi à se faire une réputation de peintre de marines en suivant les évolutions : les grands voiliers se faisaient plus rares face navires mixtes puis aux vapeurs.

François Geoffroi (1811 – 1882) : un « peintre officiel de la Marine »

On a vu que ce troisième fils, cadet de la fratrie, avait très jeune commencé à dessiner et à peindre avec son frère aîné Antoine. Rapidement il participe lui aussi à la production familiale de portraits de navires. Passionné du monde de la mer il écoute les récits des marins, rêve à leurs aventures dans des contrées lointaines qu’il ne connaîtra pourtant jamais autrement car, contrairement à son frère Frédéric, ses voyages se limiteront à seulement deux destinations : Paris et Le Havre.

Grâce à sa sœur Ursule qui, comme on l’a vu, a ouvert son salon aux peintres marseillais, il va faire partie du milieu artistique local.

François Geoffroy Roux ne peindra qu’à l’aquarelle. Il passe pour être le plus consciencieux des trois frères. Autodidacte comme eux il parvient à une grande virtuosité dans les grands formats. Scènes de la vie à bord, détails de proues et de poupes, portraits de vaisseaux de guerre et de navires marchands, ses tableaux constituent une documentation unique sur les évolutions de l’architecture navale et la mutation de la marine au XIXe siècle.

Bientôt pourtant son unique spécialité de portraitiste de navire conduit les amateurs à déplorer son style classique voire conventionnel, son manque de créativité et la fixité de ses bateaux le plus souvent au mouillage sur une mer calme. En outre son travail à la commande nuit à sa notoriété. Et puis le genre devint l’affaire des photographes.

JPEG - 213.6 ko
François Geoffroi Roux, Le Renard, 1876

Pour autant ses œuvres servent toujours de références pour l’exactitude et la précision de ses représentations de navires de guerre du XIXe siècle. Reconnu comme spécialiste officiel des vaisseaux de la marine de guerre François Roux fut nommé en octobre 1875 « Peintre titulaire de la Marine pour services exceptionnels rendus à l’architecture navale par la reproduction de tous les types de navires de guerre de la Marine française » et au moment de sa mort il reçoit du vice-amiral Paris cette flatteuse appréciation : «  La Marine vient de perdre l’un des artistes dont on peut dire qu’ils l’ont représentée avec le plus de vérité et d’élégance. »

Quand il meurt à Marseille le 30 septembre 1882, disparaît le dernier peintre de marines de la dynastie des Roux. Comme on l’a dit la boutique familiale d’hydrographe de Marseille fut reprise par le seul descendant de la lignée : François-Antoine Roux (1826 – 1897) qui ne peindra pas mais héritera d’un important stock de tableaux réalisés invendus que des clients oublieux ou trop lointains n’étaient pas venus chercher.

L’œuvre des Roux aujourd’hui

Un critique facétieux avait donné la recette du « portrait de navire » : « Peignez en bleu-vert une étendue de mer jusqu’à l’horizon et posez dessus un bateau à voile auquel vous donnerez l’illusion de la vie en bombant ses voiles et en orientant ses drapeaux dans le sens contraire à celui de la marche ». Il aurait pu ajouter : « Peignez toujours le bateau sortant d’un port sans vous soucier de sa destination… » Beaucoup s’y sont donc essayés avec plus ou moins de bonheur et sans toujours respecter ces principes de base.

À côté des plus célèbres peintres de marines, officiels ou non (Crépin, Garneray, Gudin, Hue, Isabey, Morel-Fatio, Vernet, etc.) les Roux ont une place à part, spécialisés comme ils le furent, pendant trois générations, dans les seuls portraits de navires. Aussi bien sommes nous peut-être avec eux plus en présence d’artisans remarquables que d’artistes, au sens où on l’entend parfois : ils ne connurent ni les états d’âme, ni les affres de la création, mais peignirent des bateaux en famille, le plus souvent à la demande, comme un champ de pommiers fait des pommes. Sans chercher à exprimer une vision subjective, ils ont des yeux qui observent, des mains qui dessinent, des talents de coloristes. S’ils donnent toute la place à leurs uniques sujets, les bateaux, c’est parce qu’ils les ont sous les yeux ou parce qu’ils les imaginent tels que leurs clients les leur demandent.

Notons au passage que, plus que les photographes, ce sont aujourd’hui des dessinateurs de bandes dessinées tels Patrice Pellerin (La saga maritime de L’Epervier), Johannes Roussel (H.M.S.) ou François Bourgeon (Les passagers du vent) qui, par leur souci du détail et de la perfection, ont repris le genre en mettant en scène la marine à voile des XVIII et XIXe siècles.

JPEG - 69.4 ko
Exposition François Bourgeon, Musée de la Marine, 3/02 au 3/05 2010, Paris

Selon un expert et collectionneur, Jean Meissonnier, le total de la production familiale des Roux sur un peu plus d’une centaine d’années atteindrait six ou sept mille dessins ou peintures, soit environ 70 création en moyenne par an ce qui parait vraisemblable car les Roux ne consacraient pas tout leur temps à la peinture mais aussi à leur activité d’hydrographe. En outre, comme on l’a remarqué, chacun des Roux fut plus ou moins prolifique.

Comme les tableaux ont été souvent commandés par des marins de passage à Marseille on retrouve de nombreuses aquarelles dans les musées ou les collections particulières du monde entier. On trouve ainsi beaucoup d’œuvres des Roux aux USA (au Peabody Museum de Salem, notamment) où ces peintres sont plus connus et réputés qu’en France. Le musée Peabody, heureusement, sait utiliser internet et les nouvelles technologies pour mettre en valeur et présenter les œuvres des Roux au plus large public mondial.

En France le Musée national de la Marine à Paris détiendrait plus de 150 tableaux dont la moitié constituée par des aquarelles de François-Geoffroi Roux. Malheureusement le « malthusianisme » de ce musée le conduit à ne pas exposer ces tableaux conservés jalousement dans ses caves et sa conception restrictive du service public lui fait ignorer les possibilités de diffusion offertes par le web.

Les œuvres originales ont donné lieu à des gravures, à des lithographies et à de nombreuses reproductions en noir et en couleurs. Sur le marché de l’art une aquarelle originale des Roux peut valoir 3.000 à 7.000 euros et les huiles atteignent parfois le double. On trouve de belles gravures noir et blanc pour 40€ et des lithographies couleurs pour 250€. Par exemple image ci-dessous : aquarelle 43x58cm signée Antoine Roux, 1818 : le brick La Confiance, capitaine Pinatel, sortant du port de Marseille le 14 avril 1818. Vendu à Drouot Paris par Cabinet Robert et Baille, vente du 26-11-2010 : 3.000€

JPEG - 29.3 ko
La Confiance, Antoine Roux (1765-1835) (Photo par l’auteur en salle des ventes)

Curieusement aucun des Roux n’est mentionné dans le Robert des noms propres et les Roux n’avaient pas les honneurs de Wikipedia jusqu’à ce que nous ajoutions l’article « Famille Roux (peintres de marine) » où l’on trouvera désormais un résumé du présent article d’Histoire Généalogie.

N.B. : On connait des homonymes, eux aussi peintres de marines, mais sans liens de parenté avec les Roux présentés ici :

  • Emile Dominique Roux, de Vannes (1822 – 1915)
  • Louis François Roux, de Marseille ( 1817 – 1903)

Sources et bibliographie :

  • Jean Meissonnier : Aquarelles d’Antoine Roux. Voiliers de l’époque romantique. Ed. Edita, Lausanne, 1968. L’âge d’or de la marine à voile : Les Roux, Hachette, 1963.
  • Louis Brès : Antoine Roux et ses fils, Marseille, 1883.
  • Philip Chaldwick Foster Smith :The Artful Roux, Marine Painters of Marseille. Peabody Museum of Salem, 1978.
  • Catalogue d’exposition du musée Cantini : Antoine Roux et ses fils, Marseille, 1955.
  • André Alauzen : La peinture en Provence du XIVe siècle à nos jours. Ed la Savoisienne, Marseille, 1962.

Iconographie : Images Wiki Commons / Licence Libre "Creative Commons Paternite"

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

16 Messages

  • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 8 janvier 2011 09:53, par Alfred Hervé-Gruyer

    Un grand merci, Monsieur, pour votre article si bien documenté. Si j’ai bien compris cette dynastie d’hydrographes et de peintre n’avait aucun lien avec la famille des armateurs marseillais Roux ou Charles-Roux, ce que je m’étais imaginé. La ville de Salem où se trouve le Peabody Museum est-elle cet ancien port baleinier sur la côte est des Etats-Unis ?
    D’avance je vous remercie si vous pouvez me répondre.
    Mon adresse électronique est : alfred.herve-gruyer@wanadoo.fr

    Répondre à ce message

    • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 8 janvier 2011 17:47, par Philippe de Ladebat

      Bonjour.
      A ma connaissance les Roux Hydrographes/Peintres de marines ne sont pas apparentés à la famille Charles-Roux (Jules, François, ...Edmonde) en tout cas aux XVII, XVIII et XIXe siècles.Je me souviens d’ailleurs avoir lu quelque part que ces Charles-Roux qui se flattaient d’être amateurs d’art collectionnaient des oeuvres de peintres marseillais mais ils semblaient ignorer leur homonyme. Curieux.
      Quant à Salem, célèbre pour ses sorcières, je crois que son port était surtout réputé pour la pêche à la morue, le grand commerce maritime et, pendant la guerre d’Indépendance, pour ses fameux corsaires. Le plus grand port baleinier était plutôt Gloucester un peu plus au nord, mais il y avait peut être aussi des baleiniers à Salem...
      Le Peabody Essex Museum à Salem est donc fort bien situé dans cette région de marins qui fait beaucoup penser à notre Bretagne.
      Bien cordialement

      Répondre à ce message

  • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 8 janvier 2011 14:12, par Marie Louise BICAIS MÜLLER

    Bonjour

    Marseillaise, j’ai bien entendu beaucoup apprécié cet article, et j’ai pris un réel plaisir à la découverte des « Sketchbooks » d’Antoine Roux. Un grand merci pour ce complément à votre article.

    En ce qui concerne le port de Salem, voici un lien

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Salem_%28Massachusetts%29

    Cordialement
    Marie Louise BICAIS MÜLLER

    Répondre à ce message

  • Bonjour
    Article tres interressant pour moi ,d’autant plus que je fais des recherches sur un ingenieur de la Marine de l’epoque,qui aurait put faire son aprentissage dans cette ecole de Marseille(supposition).
    Pour l’instant je n’ais pas grand choses sur lui ,dates de quelques uns de ces travaux entre 1727 jusqu’a 1739,et son nom bien sur MILCENT(MILSAN) Philippe-Nicolas ou Nicolas-Philippe,si par hasard quelqu’un avait des infos,merci d’avance

    Cordialement

    DJP
    desjarigesjp@hotmail.fr

    Répondre à ce message

  • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 26 août 2011 21:04, par Laurent Pavlidis

    Bonjour,

    Bravo pour votre article qui est une très belle synthèse de cette dynastie extraordinaire, au vrai sens du terme.
    Je travaille sur la marine de commerce de Saint-Tropez au XIXe siècle. J’ai identifié près de 3000 bâtiments construits dans ce port que l’on qualifie trop souvent et faussement de charmant port de pêche. Saint-Tropez était un des principaux fournisseurs de navires au port de Marseille. Il n’est pas rare qu’une oeuvre d’un Roux représente un navire de Saint-Tropez. Il en est ainsi dans votre article avec le trois-mâts Océan. Ce navire de 578 tx fut construit par Michel Gatusso à Saint-Tropez en 1857. Ce trois-mâts de plus de 40 mètres de long termina sa vie dépecé à Hong Kong en 1869.
    Puis-je me permettre de vous demander où vous avez trouvé cette image. Est-ce possible de disposer d’une vue avec une bonne résolution.
    En vous remerciant par avance et encore bravo pour votre texte,

    Bien cordialement,
    Laurent Pavlidis
    laurent.pavlidis@orange.fr

    Répondre à ce message

  • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 26 août 2011 21:12, par Laurent Pavlidis

    Bonjour,

    C’est encore moi.
    Une précision concernant les Roux. On les trouve effectivement dans les musées et les collections particulières, mais ne pas oublier non plus les nombreux ex-voto peints par les Roux et qui se trouvent aujourd"hui dans les édifices religieux de bord de mer, notamment provençaux et languedociens. Je pense d’abord à Notre-Dame- de-la-Garde à Marseille, mais il y en a beaucoup d’autres.
    Bien cordialement,

    Laurent Pavlidis
    laurent.pavlidis@orange.fr

    Répondre à ce message

  • Travaillait aussi dans la boutique des roux un certain (Mathieu) Frdric Itasse qui a aussi produit des portraits de bateau.
    Rf : Acte de Naissance de Mathieu Frdric Itasse Marseille 21 avril 1820 Rgistre 3.
    On y retrouve aussi « 37 rue de la Loge »

    Répondre à ce message

  • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 27 janvier 2013 14:49, par waller oliver

    J’habite à Soller/Majorque et rédige une étude sur le commerce maritime XVIII XIX et mi XXe.Soller a eu des relations très suivies avec Marseille pour le commerce des oranges. Nous avons chez des privés des tableaux de xabecs, llauts (voiliers majorquins et catalans, orthographe en catalan) Ces tableaux très similaires de facture sont signés Louis Roux Marseille. Pas de Louis dans votre saga Roux ? Est ce un imposteur profitant de l’homonymie ?
    Mais ces tableaux sont précieux et peu importe.
    Pour les intéressés je viens d’écrire un petit topo sur le llaut « Union » représenté par Louis.

    Voir en ligne : http://afvdsoller/blogspot

    Répondre à ce message

    • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 27 janvier 2013 17:46, par Philippe de Ladebat

      Bonsoir,
      Comme je le note en NB à la fin de mon article sur Histoire Généalogie, il existe en effet un Louis François Prosper Roux, de Marseille ( 1817 – 1903) qui est aussi un peintre de marines qui a réalisé des portraits de bateaux ; à ma connaissance il n’y a pas de lien de parenté avec la famille Roux.
      Voir à ce sujet :
      http://www.artnet.fr/artistes/louis+fran%C3%A7ois+prospQ-roux/r%C3%A9sultats-de-ventes

      http://www.arcadja.com/auctions/en/roux_louis_francois_pros_/artist/25119/

      D’après Jean-Noel Marchand dans « Peintres français de la mer et de la marine » :« Roux Louis François, né à Marseille (Bouches du Rhône). Mort en 1903.
      Aquarelliste de marines et portraitiste de bateaux marseillais. Il signe « Louis Roux à Marseille ». Aucun lien n’a été établi entre lui et la célèbre famille Roux. Si certaines de ses aquarelles peuvent porter à confusion, ses œuvres n’ont pas la qualité de celles des frères Roux.En 1996, l’aquarelle « Brick goélette Anaïs », a été vendu 35000F. et celle du « Trois mâts Marguerite » 22000F. Musées : Marseille, Paris, New York, Salem.

      Pour ma part je trouve que les portraits de bateaux de ce Louis Roux sont bien beaux mais je ne les ai vus que numérisés sur le web.

      Bien cordialement
      Philippe de Ladebat

      Répondre à ce message

  • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 30 mai 2013 11:34, par Antonio Bozzi

    Dans notre catalogue des livres anciens il y a une copie de :
    Description des beautés de Gênes et de ses environs.
    Genova, chez Yves Gravier, 1781
    qui sur la premiére page blanche porte autographé en belle calligraphie "Ant.ne Roux, achété à la dite place le 22 Janvier 1788, pertinet)(v. Abebooks.com)
    Antonio Bozzi
    Libreria Bozzi
    Via Cairoli 2, Genova

    Répondre à ce message

  • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 19 septembre 2013 14:52, par beatriz rodriguez

    Bonjour : je cherche une image de saint Vincent de Paul navire qui s’est rendu à Valparaiso au Chili mes ancêtres en 1859. Le capitaine de ce navire était Louis Balan. Merci

    Répondre à ce message

    • Madame,
      Un de mes ancêtres est également parti au Chili et a voyagé sur le Saint Vincent de Paul en 1863 (voyage retour). Je possède une représentation de ce trois-mâts et en ai téléchargé une autre, que je tiens toutes deux à votre disposition.
      Avec mes meilleures salutations.
      Bertrand Ménard

      Répondre à ce message

      • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 10 avril 2016 13:02, par Laurent Pavlidis

        Bonjour,

        Je pense qu’il s’agit du Saint-Vincent de Paul construit à Saint-Tropez en 1861 par Jacques Bory pour le compte de l’armateur Bergasse. Il s’agit d’un trois-mâts de 491 tx mesurant 37,42 mètres (coques, mesure de la douane, ce navire a coulé en 1876 dans l’océan Indien). Bergasse faisait en effet le commerce en Amérique du Sud et dans le Pacifique. Notons toutefois qu’en 1863, il existe deux autres trois-mâts de ce nom : un construit en 1857 à Cherbourg et un construit à Bordeaux en 1856. (Un autre avait été construit à Marseille en 1854 mais a fini sa carrière en 1860). Il faudrait donc être sûr du navire.
        Distingue-t-on une flamme d’armateur sur vos représentations ?
        Cordialement,
        Laurent Pavlidis
        Conservateur du musée d’histoire maritime de Saint-Tropez.

        Répondre à ce message

        • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 10 avril 2016 19:07, par Bertrand Ménard

          Bonjour,
          La première représentation est la reproduction d’un tableau de Delfo représentant le « Clipper Saint-Vincent-de-Paul 1856 en route vers le Chili, sous ses bonnettes, par beau temps ». Il s’agit bien d’un trois-mâts carré avec toutes ses voiles. En tête du grand mât un pavillon blanc à priori triangulaire marqué de bleu... hélas pas très lisible.
          La seconde représentation est la photographie d’un tableau de Louis Honoré Gamain daté de 1862 (également un trois-mâts carré), « Le trois-mâts Saint Vincent de Paul » dans son cadre d’origine qui porterait le nom du bateau et du capitaine (52x73 cm), tableau vendu en janvier 2012 à Paris. En tête du mât de misaine un pavillon carré blanc et bleu, en tête du grand mât un pavillon triangulaire rouge marqué de blanc, et en tête du mât d’artimon un pavillon carré bleu marqué de blanc. La photographie n’est pas assez précise pour en donner plus de détails.
          Je ne peux pas assurer qu’il s’agisse du même bateau, même si je suis sur du premier qui a bien emmené mon ancêtre Pierre Mougin au Chili.
          Pour le reste, ces tableaux n’ont aucun lien avec les Leroux de Marseille.
          Bien cordialement.
          Bertrand Ménard

          Répondre à ce message

          • Le navire Saint Vincent de Paul
            a quitté le port de Bordeaux le 24 décembre 1858
            à destination du port de Valparaiso. (Le navire del voyage a Chili de mon ancetre Jean Lecourt)

            Navire de 984 tonneaux,

            commandé par le capitaine Cazalis,
            secondé par 33 hommesd’équipage.

            Il battait pavillon français,

            son port d’attache étai tBordeaux.

            Son armateurétait Tournay

            .Le courtier à Bordeaux était Rubichon.

            Cote du Registre des sorties des navires aux
            Archives départementales de Gironde : 4S282.

            Répondre à ce message

            • Les Roux de Marseille : une dynastie de peintres de marines 14 septembre 2017 20:14, par veccella

              Bonjour Beatriz,
              j’ai lu avec attention votre message concernant le Saint-Vincent de Paul dont le capitaine était Cazalis. Dans le cadre d’un travail universitaire, je suis à la recherche d’information sur ce capitaine. Auriez-vous quelques pistes à me proposer pour poursuivre mon investigation ? Bien cordialement, robert veccella vec.bob[at]gmail.com

              Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP