www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Culture et mentalité » Les signatures à trois points et deux traits sont-elles l’œuvre de (...)

Les signatures à trois points et deux traits sont-elles l’œuvre de francs-maçons ?


jeudi 20 novembre 2014, par Thierry Sabot

Répondre à cet article

Dès le début du XVIIe siècle, on voit apparaître d’étranges signes qui accompagnent les paraphes des actes d’état civil ou des actes notariés. Ils se présentent sous la forme de deux traits parallèles, avec ou sans point, ou un trait encadré de points.

Puis, à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, on trouve plus régulièrement des signatures ponctuées de trois points alignés entre deux traits, qui se développent de façon presque abusive à la période révolutionnaire et sous l’Empire.

Enfin, dans la seconde moitié du XIXe siècle, de nombreux individus, souvent des notables locaux, s’attribuent une telle signature, sans doute par un effet de mode ou de mimétisme.

Beaucoup de personnes y voient une appartenance à la franc-maçonnerie, mais pour l’historien Maurice Agulhon (Pénitents et Francs-Maçons, Fayard, 1968), «  c’est peu probable ; la mode des trois points était trop répandue et banalisée à la fin de l’Ancien Régime  », bien avant le développement des loges. La triponctuation des signatures n’est donc pas spécifiquement maçonnique, d’autant que le premier document maçonnique triponctué date de 1764.

Pour les auteurs du Dictionnaire de la franc-maçonnerie (PUF 2004), l’origine de ce signe ne peut se trouver «  ni dans la Compagnie du Saint Sacrement, ni chez les Rose-Croix, ni dans les sociétés de bâtisseurs. L’attention doit être attirée vers les congrégations, le plus souvent créées et animées par les Jésuites, au moment de la Contre-Réforme, et particulièrement des congrégations mariales  ». Dans ces communautés religieuses, les deux traits symbolisent les deux colonnes, c’est-à-dire l’Ancien et le Nouveau Testament, et les trois points représentent la Sainte Trinité, alors que pour les francs-maçons ils signifient le passé, le présent et l’avenir.

En conclusion, pour s’assurer qu’une signature triponctuée appartient bien à un franc-maçon, la seule solution consiste à rechercher la preuve du rattachement de l’individu à une loge située près de son domicile ou dans les villes avoisinantes.

Source : d’après le Théma 3, Les signatures de nos ancêtres ou l’apprentissage d’un geste, éditions Thisa, 2012.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

14 Messages

  • Bonjour Thierry,

    Interressant car j’avais eu la même interrogation.
    Mais savez vous comment s’effectue la recherche d’une preuve du rattachement d’un individu à une loge ?

    Bonne continuation

    Gisèle Lameth

    Répondre à ce message

    • On a beaucoup fantasmé sur les 3 points qui aujourd’hui ont une signification plus symbolico philosophique qu’autre chose. Il suffit de s’adrsser à un vénérable d’une loge connue ou écrire à une obédience que l’on trouve facilement sur internet ?
      Rien n’est secret

      Répondre à ce message

    • Bonjour Gisèle,

      Toute la difficulté est de trouver des informations sur un ancêtre franc maçon. Il existe bien un fonds maçonnique aux Archives nationales. Le Guide des Recherche de Gildas Bernard précise « qu’elles comprennent notamment 3300 diplômes de loges ou de personnes et de nombreuses pièces d’état civil ». En province, je ne sais pas s’il existe des fonds maçonniques aux Archives départementales. Mais dans un premier temps, je pense qu’il faut consulter les monographies locales du XIXe siècle ainsi que les revues des Sociétés savantes qui peuvent apporter des pistes de recherches.

      Bien amicalement,

      Thierry

      Répondre à ce message

  • La bibliothèque nationale - département des manuscrits vient de mettre en ligne un fichier maçonnique : le fichier Bossu.

    Répondre à ce message

  • En retirant à Vincennes le dossier militaire d’un aïeul, j’ai découvert ces signes devant la signature de l’officier faisant une proposition pour un emploi de capitaine en 1806.
    J’ai alors constaté que lui même avait signé de la même façon pour son mariage en 1812.
    Depuis je me demande ce que cela signifie.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Généalogiste et Franc-maçon, je puis vous dire que la recherche d’un ancêtre lui même aussi franc-maçon se révèle au risque de vous décevoir un peu difficile.
    Vous pouvez effectivement vous adresser aux diverses obédiences de plus grandes aux plus petites. mais fin XIX et début du XX siècle vous trouverez principalement le Grand Orient de France, la fédération internationale du Droit Humain, la Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière devenue la Grande Loge Nationales Française
    Aux archives Départementales vous pouvez consulter le Fond M (Police).
    A Lyon, il y a deux fonds important à la Bibliothèque Municipale le Coste et le Willermoz mais difficile d’accès les deux vontenant des pièces anciennes et fragiles.
    Il existe quelques éphémérides des loges avec quelques noms de Frères.
    Voilà, j’espère que ma contribution, ne vous à pas trop décourager.
    Je peux toujours consulter mes éphémérides, aux XVIII siècle nos anciens frères qui n’étaient pas pléthore appartenait souvent à plusieurs Loges.
    Bon courage à vous
    Herbak 69

    Répondre à ce message

  • Les 3 points (dans le Jura entre autres) signent une appartenance à la société secrète « Bons cousins charbonniers » au XIXè siècle.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    J’ai trouvé un ancêtre franc-maçon.
    J’ai consulté des fiches de francs-maçons à la Bibliothèque Nationale.On n’avait droit qu’à un seul nom et aux réflexions désobligeante de la préposées.
    Pour faire évoluer la discussion :
    1/- le nombre de points est variable (comme s’ils signifiaient un avancement (fonction de l’ancienneté peut-être).
    2/- o, remarque un nivellement des hampes (sur patronyme POULAILLER c’est évident)
    Je dispose d’une dizaine d’exemples.Je n’arrive pas à en insérer l’image dans ce cadre.
    Regrets
    PM

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Il ne s’agit pas de franc-maçonnerie mais j’ai aussi eu ce problème du secret (?) avec les Compagnons du devoir du Tour de France. Il y a maintenant quelques années je les avais contactés par internet pour savoir si un ancêtre avait fait parti des Compagnons. Je n’ai jamais eu de réponse à ma demande.
    Cordialement
    Hervé DOUAY

    Répondre à ce message

  • Merci beaucoup Thierry (S) pour cet article qui a fait le tour de la famille, car mon père (qui est décédé depuis 2012) me parlait toujours de cet oncle « frère 3 points » sur Paris ...mais point (c’est le cas de le dire) de trace du fameux oncle mystérieux !! Grace à votre article et grace à mr DUBREUIL que je remercie..J’ai retrouvé l’homme mystère dans le fichier Bossu de la BNF en ligne (gallica)
    Je voudrais rassurer hervé DOUAI , moi non plus on n’a jamais répondu à mes deux mails de demande aupres des différentes loges maçoniques...vous voyez eh bien ça pour moi ça signe la « non-ouverture d’esprit et le manque de politesse » et je suis bien content de ne point en faire partie....
    Continuez cher Thierry à nous abreuver de vos articles si intéressants !!
    Cordialement
    Dominique

    Répondre à ce message

  • Aucun trait mais surtout les trois points maçonniques forment toujours le TRIANGLE et ne sont jamais en ligne comme les points de suspension ensuite il n’évoquent pas QUE le passé, le présent et l’avenir mais s’opposent au binaire, le ternaire formé par le triangle étant également existant dans l’idée supérieure du divin, avec ou sans Dieu ...

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Mon quadrisaïeul, Louis Frédéric GALLAND était pasteur, plutôt rigoureux, tendance méthodiste ou évangéliste. Sa signature est fréquemment précédée de trois points alignés.
    Bien qu’ayant été instituteur au début de sa vie, je ne pense pas qu’il ait quoique que ce soit à voir avec les francs-maçons.
    Il me semblait que le signe des francs-maçons était 3 points en triangle… (ça ressemble plus à un front antique), est-ce vrai ?

    Cordialement.
    Renaud Kirchner (reno58)

    Répondre à ce message

  • Dans trois documents concernant le baptême de ses trois petites-filles,à SONNAC (17),dont elle est la marraine, Marie-Jeanne Sureau, Veuve de Toussaint Besnard, le 1/7/1776, le 8/12/1776, le 14/7/1778, signe sur le registre des baptêmes en faisant précéder sa signature de deux barres encadrant trois ou quatre petits points. Sachant qu’elle avait habité Léogane (Saint Domingue) pendant une vingtaine d’années et que la franc maçonnerie y était particulièrement active, pensez-vous que cette personne ait pu être affiliée à cette société ?
    Merci d’avance.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP