www.histoire-genealogie.com


Bonne Année 2018

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » L’expérience de la mer » Les surnoms des soldats embarqués sur les navires de la Compagnie des (...)

Les surnoms des soldats embarqués sur les navires de la Compagnie des Indes


jeudi 8 octobre 2009, par Jean-Yves Le Lan

Répondre à cet article

Depuis que je m’intéresse à la Compagnie des Indes, j’ai trouvé dans les rôles d’équipage de nombreux soldats qui ont embarqué sur les navires de la Compagnie pour aller à l’île de France où en Inde.

Ces militaires étaient des soldats de la Compagnie ou des soldats de régiments particuliers qui embarquaient comme passagers. Le régiment était commandé par un officier souvent pris à la table du capitaine et les hommes étaient placés à bord sous les ordres d’un sergent secondé d’un caporal. Leurs salaires étaient assez faibles au regard de ceux des marins. Un matelot pouvait toucher de 16 à 24 livres et un mousse 5 à 7 livres tandis que les soldats étaient rémunérés de la façon suivante : 19,10 livres pour un sergent, 12 livres pour un caporal et 7,10 livres pour un soldat. Parfois, il y avait aussi un anspessade (grade après le caporal) et un tambour. Un soldat ne touchait donc guère plus qu’un mousse qui était souvent un jeune garçon de 10 à 12 ans.

JPEG - 92.8 ko
Extrait du rôle d’équipage du Duc d’Orléans - Service historique de la Défense – département Marine à Lorient – cote 2 P 37-I-9.

Ce qui est surprenant dans ces listes de soldats, ce sont surtout leurs noms. Ces noms sont généralement composés d’un prénom [1] suivi d’un nom patronymique et d’un surnom. C’est ainsi que l’on trouve par exemple sur le Duc d’Orléans embarqué au départ de Lorient pour Pondichéry en 1754 le sergent « Bernard Ray dit Sanspeur ». Son prénom est donc « Bernard », son nom « Ray » et son surnom « Sanspeur ». Le prénom et le nom sont dans la majorité des cas très classiques par contre le surnom est souvent surprenant. Nous allons exploiter le rôle d’équipage du Duc d’Orléans [2] pour donner toute une série d’exemples.

Le surnom est parfois la répétition du nom comme dans les cas ci-après :

  • Philippe Viard dit Viard,
  • Jean Baptiste Darnouville dit Darnouville,
  • Jacques Buliau dit Buliau,
  • Jacques Riviere dit Riviere.

ou la répétition du prénom sous la forme d’un saint :

  • Efflam Pierre dit Saint-Efflam,
  • Barthélemy David dit Saint-Barthélemy.

Dans ces exemples, le surnom ne donne donc aucune information complémentaire mais parfois ces surnoms sont plus intéressants et permettent de déterminer une caractéristique du personnage ou de déterminer son lieu d’origine.

C’est ainsi que l’on trouve des surnoms qui nous donnent un trait de caractère ou une caractéristique physique du soldat. En voici quelques exemples :

  • Guillaume Cosmaud dit Jolicoeur qui était probablement un homme qui aimait courtiser les femmes.
  • Jean Joseph Pousseau dit la Grandeur qui était lui, soit un homme grand, soit un homme qui avait une stature ou un esprit bien supérieur à celui des autres.
  • Joseph Lyon dit la Jeunesse qui était lui un homme plein de vie et de jeunesse.
  • Louis Gerard dit Pretaboire porte quand un lui un surnom qui montre que le personnage était toujours prêt à accepter à boire.
  • Charles Bourgeois dit Pomponne qui aimait se pomponner.
  • Jean La Jeunesse dit Vilaine qui avait probablement une vilaine tête.

Il y a aussi des noms qui permettent soit de localiser le lieu d’origine du personnage ou son lieu d’habitation. Les exemples ci-après parlent d’eux-mêmes :

  • Matoir dit Avignon,
  • François Humbert dit Pontamousson,
  • Jean François Vinelefach dit Turin,
  • Jean François Moret dit Amiens,
  • François Decoué dit Luzignant (probablement de Lusignan),
  • Jean Mosseran dit Manigot (probablement Manigod, du massif des Aravis en haute Savoie).

D’autres surnoms montrent parfois l’agilité manuelle du soldat, c’est ainsi que l’on trouve :

  • Jacques Ruette dit Fineaiguille qui devait probablement être très doué pour le maniement de l’aiguille pour la couture.
  • Sébastien Bastiez dit la Lime qui lui était habile avec une lime.
  • Jean Jacques Bergeat dit la Verlope (probablement varlope) qui maniait adroitement ce rabot.
  • Pierre Thomas dit la Gance (probablement ganse) qui savait parfaitement faire les boucles de lacet ou disposer des rubans pour orner des habits.

Parfois le surnom est très explicite mais il est difficile dans déduire une explication. C’est le cas dans les exemples suivants :

  • Charles François Henry dit Chartreux. Etait-il proche de cet ordre religieux ou avait-il l’allure de ces chats d’un beau gris ?
  • François Jérôme dit l’Etourneau. Pourquoi ce nom d’oiseau ?
  • Jean Sylveste dit Champignon. Aimait-il manger les champignons ou bien chercher les champignons ?

D’autres fois, le surnom est une énigme. En voici quelques exemples :

  • Pierre Dellerin dit Jegue,
  • Nicolas François dit Dauthateos,
  • Charles Gananin dit Gaguy.

Cette petite étude sur les surnoms des soldats embarqués sur les navires de la Compagnie des Indes montre l’intérêt pour le généalogiste qui recherche des informations sur un ancêtre de les exploiter pour en retirer une confirmation sur l’état civil du personnage ou pour en connaître une caractéristique soit sur son caractère, soit sur son physique ou sur son comportement.

Notes

[1Le prénom est parfois absent.

[2Service historique de la Défense – département Marine à Lorient – cote 2 P 37-I-9.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

39 Messages

  • Bonjour Jean Yves

    Très passionnant cet article.La source se trouve à vincennes ou à Lorient ?
    Je suis intéressé par les départs vers l’océan indien au XVIII et XIX
    Connaissez-vous le volume de rôles et journaux de bords que cela représente ?
    Cordialement

    Patrick

    Répondre à ce message

  • Félicitation, pour ces surnoms donnés tant aux soldats, qu’ aux aventuriers, voir même aux Paysans qui cherchent à s’ affranchir d’ un nom commun en partant vers d’ autres horizons.
    Pour dit L’étourneau, il est dit de cet oiseau" tête en l’ air.
    Cordialement
    Bernard

    Répondre à ce message

  • Bonjour Jean-Yves,

    Bravo pour cet article et pour ces surnoms insolites collectés au Service Historique de la Défense. Ce genre de découvertes donne du piquant à nos recherches généalogiques et peut donner à d’autres des pistes de recherches.
    Bien amicalement.

    André

    Répondre à ce message

  • Je vous signale le surnom de François Rivière dit « Champagne » arrivé en 1676 sur le St Robert à l’île Bourbon
    Il était ainsi appelé car originaire de Juillé situé dans une région pauvre des Charentes appelée « Champagne »
    Lucienne Cherrier (généalogie Rivière de La Réunion à La Nouvelle Calédonie)
    Pour plus de détails :l.cherrier@mls.nc

    Répondre à ce message

  • Les surnoms des soldats embarqués sur les navires de la Compagnie des Indes 10 octobre 2009 08:20, par Jean-Sébastien Martin

    Bonjours Jean Yves,

    Je remarque un François Jérôme dit l’étourneau..

    Je suis à la recherche depuis quelques temps d’un François JEROME ou GEROME °vers 1730 qui est dit lors du mariage de son fils dans le Pas-de-Calais en 1792 être absent car en amérique (avec sa femme Françoise Gachet ?).

    Ils sont originaires de la paroisse de St-Germain-de-l’Auxerrois à Paris.

    Auriez vous plus d’information sur ce François Jérôme ? l’étourneau : peut-être a t-il voyagé un peu beaucoup.

    Par avance merci

    Jean Séb MARTIN

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Je trouve aussi un François Jérome qui pourrait correspondre. Il était officier marinier, quartier maître, embarqué sur le Condé à l’île de France et débarqué malade à l’île Bourbon (La Réunion) le 27/08/1763. Il provient du navire le Gange. Mais il n’y a pas plus de précisions (pas d’âge et de lieu d’origine).

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

  • Bonjour !

    Pour y avoir fait des recherches d’ordre généalogique, exixtent aux ANOM d’Aix en Provence, de nombreux documents sur la Cie des Indes ............... à toutes fins utiles !

    Cordialement !
    Serge

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    La généalogie, c’est passionant !.... Mais quand on lit vos recherches sur les soldats embarqués sur ces navires, on a envie qu’un de nos ancêtres en face partie pour aller plus loin dans les recherches !........ J’adore « fouiner » et voyager....... d’où cet engouement.... En tous cas............ Félicitations à vous !.... Corinne

    Répondre à ce message

  • Amusant, mais la pratique du surnom était générale dans toute l’armée de l’ancien régime.Il suffit d’aller consulter n’importe quel « registre de contrôle du corps » (=régiment) à Vincennes pour collectionner des dizaines de surnoms tous aussi savoureux.
    Au hasard : bel amour, sans pardon, sans chagrin, la douceur, frappe d’abord, belle fleur, la poudre, léveillé, la persillade, la terreur, la valeur, va de bon coeur, la réjouissance, comptoir, la vigne, etc, etc.

    Notons qu’apparemment ces surnoms avaient une grande importance pour leurs détenteurs : un de mes ancêtres engagé en 1750 dans le régiment de Foix avait choisi « la fleur ». il n’a passé que trois ans dans l’armée, mais vingt neuf ans plus tard, au mariage de son fils, son surnom figure toujours sur l’acte ; et mieux, son fils qui s’était lui même engagé dans l’armée a adopté le même surnom...

    par contre, j’ignore comment et par qui ils étaient choisis : si quel qu’un peut nous renseigner, ça serait intéressant.

    Répondre à ce message

  • Votre petite étude est fort intéressante du point de vue général des surnoms de soldats. Il y aurait en effet bien des listes à relever, ne serait-ce que pour trier par lieu d’origine et retrouver les « enfants perdus » ou les « cousins d’Amérique ». Pour la Compagnie des Indes, les lecteurs peuvent consulter à Vincennes un ouvrage paru en 2005 : « Les engagés de la Compagnie des Indes, marins et ouvriers (1717-1770) » par Jean-Michel ANDRé, publié par le Service historique de la Marine, sous l’égide du ministère de la Défense. Il comprend 3550 notices biographiques. Il existe en CDRom je crois.

    Répondre à ce message

  • bravo pour vos recherches avez vous des renseignements sur turpin Denis qui a beaucoup bourlingué avant de bebarquer àBourbonen novembre 1695, d’un flibustier anglais commandé par Avery.

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Je n’ai pas d’informations sur Turpin Denis. Je ne peux donc pas vous aider.

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

    • bonjour,

      pour avoir fait des recherches généalogiques du côté de ma mère (TURPIN), je suis remontée à TURPIN Denis. Mais je sais juste de lui :
      TURPIN Denis
      ° : vers 1649 a Saint Martin de Ré (ou a La Rochelle)
      + : 9.6.1721 a Sainte Suzanne
      Arrivé en novembre 1695 sur un navire forban. Cdt du Quartier Sainte Suzanne en 1697. Ci-devant flibustier.
      x : vers 1696 avec Françoise LEBEAU (1680.1765) d’ou 7 enfants.
      Que savez-vous d’autre de lui ? comment savez-vous qu’il faisait partie de la troupe de « Long Ben » ? Cette dernière information, je l’ai trouvée pour un de ses compagnons de voyage vers la Réunion mais je ne l’ai jamais lue le concernant :
      PICARD Jacques né vers 1656 aux Sables d’Olonne (Vendée) Arrivé en novembre 1695 sur un vaisseau forban. Matelot et Flibustier, il avait intégré les troupes du capitaine John Avery. Il débarque et se marie à Bourbon puis s’établit « entre les rivières St-Jean et Ste-Suzanne ».
      Merci pour votre aide !

      Répondre à ce message

  • auriez vous par hasard croisé un claude BONNET né à lachapelle-graillouse en 1725 ? il aurait été accompagné de X ANTHOUARD ainsi qu’un troisième, tous issus de la haute ardèche
    en tout cas très intéressant
    didier coutaud

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Votre article est loin d’être anecdotique : le surnom était beaucoup plus employé à l’époque que de nos jours....

    Souvent le prénom officiel était oublié : au moment du décès, par exemple, le curé notait le surnom donné par l’entourage. Lors d’un mariage ; les vrais prénoms des parents des mariés étaient remplacés par d’autres, un peu au hasard peut être, la mémoire n’ayant conservé que le surnom ou le deuxième prénom plus utilisé.

    D’où des risques nombreux d’erreurs « d’embranchement » pour le généalogiste !

    Alors, trouver un tableau de correspondance comme celui que vous citez dans votre article est un vrai bonheur.

    Continuez à nous régaler de vos trouvailles.

    Michel Guironnet

    Répondre à ce message

  • Bonjour ,

    Pourriez-vous me dire comment et ou trouver le site de la compagnie des Indes , car j’ ai un ancêtre parti en Amérique en passant par la Réunion , je n’ai absolument pas de renseignement même pas le nom du bâteau , sinon que sa mère serait morte de chagrin après son départ.

    Merci d ’avance

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      A ma connaissance, il n’existe pas de site qui donne la liste complète des personnes ayant embarqué sur les navires de la Compagnie des Indes. Sur le site du Service historique de la Défense, vous pouvez par contre trouver la liste des navires.

      Donnez moi quelques renseignements sur le personnage que vous rechechez et je regarderai si je peux retrouver sa trace

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je recherche tous les indices possibles sur mon ancêtre qui fut soldat d’un régiment envoyé en Nouvelle-France vers 1665 et dont nous retrouvons pas trace aux archives consultées en France.
    Avez-vous vu les listes de noms de soldats de cette époque ?
    Si oui, toute référence me serait d’une grande aide ; ce serait un piste à exploiter.
    Merci de votre réponse.

    Répondre à ce message

  • Bonsoir.
    J’avais mis de côté l’article que vous avez publié sur les soldats embarqués sur les navires de la Compagnie des Indes.
    Vous serait-il possible de regarder si vous trouvez un soldat nommé Antoine Nicolas GRASOIGNON qui s’est engagé le 17/11/1742 ? Pour le règlement d’affaires familiales, une sentence constatant son absence a été rendu le 10/09/1746.¨Par avance, merci de votre aide.
    Martine
    martinemoret@orange.fr

    Répondre à ce message

  • Bonjour Jean-Yves,

    Je pourrai probablement vous confirmer l’origine de « Jean Mosseran dit Manigot ». Pourriez vous me préciser la côte et l’année du document sur lequel vous avez pu le relever ?

    En vous remerciant par avance,

    Erwan.

    Répondre à ce message

  • tres interessant
    l’ancetre de mon mari avait pour nom guillaume boyer dit la fleur
    rescape du massacre de fort dauphin ( madagascar )en 1674 et a rejoint l ile bourbon sur le st robert en 1676
    nous ignorons encore la signification de ce surnom

    Répondre à ce message

    • Bonjour a tous,
      je trouve tres interessant votre etude sur les noms des soldats embarques. Il y a une chose particuliere, je ne fais pas de recherche sur les soldats, mais sur les compagnons du tour de France au 18 et 19 eme siecle. Je realise actuellement une etude sur les "Surnoms "utilises par les compagnons boulangers debut 19 eme, et bien il apparait que se sont bien souvent identiques que ceux de vos soldats (sans souci, frappe d’abord, la varlope, va de bon coeur , ect...) il s’avere donc que ces noms ne sont pas une specificite militaire ou compagnonnique...si l’un de vous peut me donner plus d’information sur les surnoms des soldats, je suis preneur.
      si vous vous interressez aux noms compagnonniques, il y a le site : compagnonnage.info de JM Mathonniere ou plus de 3000 compagnons tailleurs de pierre sont enregistres, puis il y a le tout nouveau site du musee du compagnonnage de Tours, ou il y a une banque de donne avec recherche.et pour terminer il y a l’etude de Daniel Patoux, concernant les compagnons menuisiers du devoir de liberte de 1759 a 1910 , publie dans « Fragments d’histoire du compagnonnage » numero 7 publie par le musee du compagnonnage de Tours. Merci A bientot peut etre.
      Laurent Bourcier

      Répondre à ce message

    • Bonjour,
      J’ai découvert un ancêtre baptisé « Boyer l’indien » qui s’était engagé dans la cie des indes. D’origine de la Loire il s’appelait Boyer de Montorsier et j’ai trouvé une rue Montorsier à Pondycheri. Je n’ai pas son prénom ni quel a été son parcours. Y a-il un rapport ?
      cordialement
      MP

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Je cherche la signification du surnom attribué à mon ancêtre Joseph Roy dit Chouigny alors qu’il était soldat dans une compagnie des troupes Franche de la Marine. Il est arrivé au Québec vers 1692. Il était né le 16 juin 1664 et baptisé à l’Église Saint-Jean-de-Montierneuf à Poitiers. Son père, François Roy était maître boulanger dans cette ville. J’ai lu qu’à l’éqpoque, il se fabriquait un pain blanc appelé choisne. Se pourrait’il que le surnom Chouigny soit dérivé de choisne ?

    Merci de votre réponse.

    Aline Roy, Dunham, Québec

    Répondre à ce message

  • Bonjour Aline Roy de Gatineau

    Bien sur, je suis intéressée à ce que nous mettions en commun nos connaissances relatives à la généalogie des Roy dit Chouigny. pour me joindre : alineroy413@gmail.com

    À bientôt, Aline Roy

    Répondre à ce message

  • Private Jean baptiste Huberdeau dite Lafrance arrivee a montreal dans l’annee 1715

    Répondre à ce message

  • Je suis interestant dans obtainir une liste des soldats/ marines que departee france en 1716 et arivee dans montreal dans ete c’annee (1716)Ce nom de familie est Huberdeau, Prenom,Jean Baptiste.
    Merci,
    M Huberdeau

    Répondre à ce message

  • Les surnoms des soldats embarqués sur les navires de la Compagnie des Indes 1er novembre 2016 09:44, par Leprun jean-claude

    Bonjour Monsieur Le Lan,
    je recherche des informations sur les engagés voyageant sur des navires de la Compagnie des Indes allant à l’île de France vers 1760. Un ancêtre de 14 ans a voyagé sur le Compte d’Argenton au départ de Lorient en 1767.
    Quelles étaient les obligations de ces engagés à bord et une fois arrivés sur l’île ??
    Merci vivement et BRAVO pour votre travail !

    Répondre à ce message

    • Bonsoir,

      Vous avez un ouvrage sur les engagés de la Compagnie des Indes où vous trouverez je l’espère les réponses à vos questions. Voici sa référence : ANDRE, Jean-Michel, Les engagés de la Compagnie des Indes - Marins et ouvriers, Service historique de la Marine, 2004.
      J’espère que vous parlez bien des engagés qui avaient un contrat spécifique. Pour les marins à bord, c’était un peu différent.

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP