www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie familiale » Les trois mariages et les deux enterrements de François Joseph Chamberlan

Les trois mariages et les deux enterrements de François Joseph Chamberlan

Un casse-tête généalogique au XIXe siècle

Le vendredi 21 janvier 2022, par Richard David

Durant mes recherches généalogiques sur le patronyme CHAMBERLAN, j’ai été confronté à trois mariages et à deux enterrements du même François Joseph CHAMBERLAN. Après avoir longuement indagué, je suis arrivé à quelques conclusions surprenantes.

Les trois mariages et les deux enterrements de François Joseph CHAMBERLAN [1], au XIXe siècle

Voici les trois mariages en question :

  • FJ(ANTOINE). François Joseph CHAMBERLAN épouse, le 2 juin 1831, à Pessoux (Province de Namur, Belgique), Marie Catherine ANTOINE.
  • FJ(BISTON). François Joseph CHAMBERLAN épouse, le 27 janvier 1835 à Warcq (Département des Ardennes, France), Marie Jeanne BISTON.
  • FJ(FÉLIX). François Joseph CHAMBERLAN épouse, le 24 avril 1837 à Monthermé (Département des Ardennes, France), Jeanne Marguerite FÉLIX.

Warcq et Pessoux sont distants d’environ 95 km, Monthermé et Pessoux, de 80 km environ, Warcq et Monthermé, de 20 km environ.

Que nous apprennent les trois actes de mariage ?

FJ(ANTOINE)
L’an [1831] du mois de Juin, le [2]e jour (...) commune de Pessoux (...) ont comparu : François Joseph Chamberlan (...), né à Pessoux, célibataire, profession de domestique, domicilié à Thynes, province de Namur, fils mineur de feu François Joseph CHAMBERLAN, (...) et de Marie Joseph DEHUY, (...) et Marie Catherine Joseph ANTOINE, (...) née à Pessoux, célibataire, profession de journalière, domiciliée au même lieu, (...) lecture des pièces suivantes : 1° De l’acte de naissance de François Joseph CHAMBERLAN constatant qu’il est né le [6] Février [1812] (...) 3° De l’acte de décès de François Joseph CHAMBERLAN, (...) décédé audit Pessoux le [16] Février [1824] (...) 6° D’un certificat délivré par le Gouverneur de la Province de Namur constatant que François Joseph Chamberlan a satisfait à la loi sur la Milice nationale [2]. (...) Après cette lecture, Marie Joseph DEHUY, ici présente, a déclaré donner son consentement au mariage de son fils, (...) [3]

FJ(BISTON)
L’an [1835] le [27] du mois de Janvier (...) commune de Warcq (...) sont comparus (...) François Joseph CHAMBERLAN, (...), domestique, demeurant à Charleville, né à Pessoux en Belgique (...) le [26] février [1812], ainsi que cela résulte de son extrait de naissance lequel nous a été représenté, fils majeur de défunt François Joseph CHAMBERLAN, en son vivant berger domicilié et décédé au dit Pessoux, le [16] février [1824], (...) et de Marie Joseph DEHUY, son épouse, âgée de [67] ans, ménagère demeurant aussi à Pessoux, consentante ainsi qu’il résulte de sa procuration passée à Charleville, le [10] Janvier présent mois, (...), et Marie Jeanne BISTON, âgée de [23] ans, servante demeurant audit Warcq, née à Fumay, le [13] octobre [1811], (...) aucune opposition au dit mariage n’ayant eu lieu (...) en présence de (...), lesquels, après qu’il leur en a aussi été donné lecture, l’ont signé avec nous et non les parties contractantes, qui ont déclaré ne le savoir (...) [4]

Puisqu’aucun CHAMBERLAN n’est né à Pessoux le 26 février 1812, on peut en conclure qu’il s’agit d’une erreur (volontaire ?) du rédacteur de l’extrait de naissance. Il faut en tout cas comprendre « 6 février 1812 ».
L’accès aux pièces de ce mariage, qui ne sont pas en ligne, nous apporterait sans doute des informations utiles.

FJ(FÉLIX)
L’an [1837] le [24] d’avril (...) commune de Monthermé (...) sont comparus (...) François Joseph CHAMBERLAN (ferronnier) (...) né à Pessoux, province de Namur, Royaume de Belgique, le [6] de février [1812] demeurant à Monthermé ; comme il est constaté par l’acte de naissance délivré en la mairie de Pessoux le [17] mars [1837] annexé aux présentes ; fils majeur de François Joseph CHAMBERLAN décédé a Pessoux le [17] de février [1824] (...) et de Marie Joseph DEHUY (...) ci présente et consentante d’une part ; et demoiselle Jeanne Margueritte FELIX (ménagere) (...) née a Monthermé le [19] avril [1810] comme il est constaté (...) petite fille de Pierre FELIX (maçon) (...) ci présent et consentant d’autre part ; (...) dont les publications ont eu lieu en cette commune (...) aucunes oppositions audit mariage ne nous ayant été signifié, (...) en présence de Lambert CHAMBERLAN (manouvrier) âgé de [27] ans frère du futur époux demeurant à Charleville ; (...) l’ont signé avec nous et les parties contractantes ; excepté le futur époux, la future épouse, la mère du futur époux, Lambert CHAMBERLAN, témoins qui ont déclaré ne savoir signer (...) [5]

L’acte de mariage de 1837 nous apprend donc que Marie Joseph DEHUY, la mère de François Joseph CHAMBERLAN (...) demeurant à Pessoux, est, cette fois encore, présente et consentante à ce mariage. Un autre membre de la famille est également présent, en tant que témoin : Lambert Joseph CHAMBERLAN, le frère de François Joseph. Notons qu’à cette époque, ni François Joseph, le marié, ni son frère Lambert Joseph, ne savent signer.

Ainsi donc, la lecture littérale de ces trois actes donne à conclure que c’est le même François Joseph CHAMBERLAN, fils des mêmes parents, qui se marie trois fois.

Notons qu’aucun ban, pour les mariages de 1835 et 1837 n’a été publié à Pessoux, où est né François Joseph CHAMBERLAN. En effet, les bans devaient, à l’époque, être publiés dans la commune de résidence (et non pas de naissance) des futurs époux. Bref, aucun Pessoussois et aucun Warcquin n’a eu l’occasion de faire éventuellement opposition. Et les Pessoussois qui sont au courant de ces mariages, c’est-à-dire, probablement, exclusivement la mère et quelques autres membres de la famille de François Joseph CHAMBERLAN, resteront, au fil des années, manifestement liés par une omerta.

Les actes de mariage, à Warcq en 1835, à Monthermé, en 1837, ne mentionnent ni un mariage précédent, ni un divorce… Ni un veuvage de François Joseph CHAMBERLAN, veuvage impossible d’ailleurs comme nous le verrons ci-après. Et si divorce il y avait eu, il aurait été enregistré à Pessoux et à Warcq. Rien de tel entre 1831 et 1838 dans les registres d’état-civil de ces deux communes.

Que nous apprennent les actes de décès des protagonistes ?

† Marie Joseph DEHUY
"Du [6]ième jour du mois de juin [1846] (...) Acte de décès de Marie Joseph DEHUY, épouse de feu François CHAMBERLAN, décédée le [6] de ce mois (...) âgée de [85] ans, née à Trisogne, commune de Pessoux, demeurant à Taviet, en dernier lieu, commune d’Achêne, fille de feu Jean Lambert DEHUY, profession de garde particulier (...) et de ............ Sur la déclaration faite par Marie Joseph CHAMBERLAN, âgée de [40] ans, demeurant à Taviet, commune d’Achêne, (...) ménagère, qui a dit être une des filles de la défunte et par Pierre Joseph DESSY, âgé de [43] ans, demeurant aussi à Taviet (...) journalier qui a dit être le beau-fils de la défunte. Constaté (...) par moi (...) Bourgmestre (...) de la commune d’Achêne (...) [6]

† Jeanne Marguerite FÉLIX
L’an [1873], le [18] août, (...) commune de Monthermé (...) ont comparu Léopold CHAMBERLAND, âgé de [30] ans, forgeron, et (...) le premier fils et le second voisin de la défunte (...) déclaré que Jeanne Marguerite FÉLIX, âgée de [63] ans, (...) née et domiciliée à Monthermé, épouse de François Joseph CHAMBERLAND, âgé de [61] ans, carrier, (...) est décédée en cette commune aujourd’hui, [18] août (...) [7]

† Marie Jeanne BISTON
L’an [1876] le [5] janvier (...) ville de Charleville (...) ont comparu François Joseph CHAMBERLAN, âgé de [67] ans ancien berger et (...) le premier époux et le second voisin (...) déclaré que Marie Jeanne BISTON âgée de [65] ans (...) épouse de François Joseph CHAMBERLAN, sus nommé (...) ; Est décédée en cette ville aujourd’hui au Moulinet, quartier des faubourgs(...) François Joseph Chamberlan ayant déclaré ne savoir signer (...)" [8].

† François CHAMBERLAND, veuf de Marie Jeanne BISTON
L’an [1878] le [2] du mois d’Avril (...) commune d’Harcy (...) Département des Ardennes, ont comparu Noël Alphonse PLANÇON, âgé de [30] ans, ardoisier, domicilié à la Richolle, commune d’Harcy et (...) le premier beau-frère et le second ami du défunt (...) déclaré qu’aujourd’hui (...) François CHAMBERLAND, âgé de [69] ans, berger, domicilié à la Richolle, né à Trissogne (Belgique) veuf de Marie Jeanne BISTON, (...) fils de parents inconnus des témoins, est décédé en cette commune (...) [9]

"Fils de parents inconnus des témoins"... Grâce à l’acte de mariage CHAMBERLAN x BISTON, les parents de ce François peuvent être identifiés. Il s’agit de François Joseph CHAMBERLAN et de Marie Joseph DEHUY ! Anecdotiquement, signalons qu’une des personnes déclarant le décès, Noël PLANÇON, est mentionné « beau-frère du défunt ». C’est une erreur, il est le beau-fils du défunt car il a épousé Joséphine CHAMBERLAN, fille du couple CHAMBERLAN x BISTON.

† François Joseph CHAMBERLAN, veuf de Jeanne Marguerite FÉLIX
L’an [1884] le [3] septembre (...) commune de Monthermé (...) ont comparu Jean François Léopold CHAMBERLAN, mécanicien, agé de [40] ans, et (...) le premier fils, le second non parent de la personne défunte (...) déclaré que François Joseph CHAMBERLAN, cabaretier, âgé de [72] ans, né à Pessoux, Belgique, (...) fils des défunts François Joseph CHAMBERLAN et de Marie Joseph DEHUY, décédés à Pessoux, veuf de Jeanne Marguerite FÉLIX, (...) est décédé en cette commune aujourd’hui [3] septembre (...)  [10]

† Marie Catherine ANTOINE, veuve de François Joseph CHAMBERLAN
(...) Commune de Pessoux. Du [4]e jour du mois de Janvier [1894] (...) Acte de décès d’ANTOINE Marie Catherine Joseph, Veuve de CHAMBERLAN François Joseph, décédée le jour précédent (...) âgé de [84] ans, née à Pessoux, demeurant à Pessoux, fille de (...) Sur la déclaration faite par CHAMBERLAN Léon Joseph âgé de [52] ans (...) journalier qui a dit être le fils de la défunte et par (...) [11].

Le mystère s’épaissit… Non seulement François Joseph CHAMBERLAN, fils de François Joseph et de Marie Joseph DEHUY, se marie trois fois, mais il meurt deux fois…

Que nous apprennent les actes de naissance des enfants issus des unions FJ(BISTON) et FJ(FÉLIX) ?

CHAMBERLAN x BISTON. Huit enfants.

  • Victorine
    L’an [1837] le [4] du mois de janvier (...) ville de Charleville (...) est comparu le sieur François CHAMBERLAN, agé de [25] ans, garçon brasseur, demeurant à Charleville, (...) un enfant (...) né aujourd’hier, [3] janvier (...) et de Marie Jeanne BISTON (...) prénom de Victorine (...) le père de l’enfant ayant déclaré ne savoir signer (...) [12].
  • Lambert Joseph
    L’an [1839] le [17] mars (...) commune de S. Laurent (...) Département des Ardennes, est comparu François CHAMBERLAND, âgé de [27] ans, manouvrier demeurant à Lanouvelle France, commune de St Laurent (...) présenté un enfant (...) né le [16] mars (...) de lui déclarant et de Marie jeanne BISTON son épouse (...) donner les prénoms de Lambert Joseph (...) le père déclare ne savoir écrire ni signer (...)" [13].
  • Catherine
    L’An [1841], le [6] juin (...) commune de Saint-Laurent (...) Département des Ardennes, est comparu François CHAMBERLAND, âgé de [31] ans, manouvrier, demeurant au Theux, hameau dépendant de cette commune, lequel nous a présenté un enfant (...) né le [5] juin [1841] (...) de lui déclarant et de Marie Jeanne BISTON, son épouse (...) donner le prénom de Catherine (...) en présence de (...) et de (...) le père a déclaré ne savoir écrire ni signer (...) [14]
  • Victor
    L’an [1844] le [4] du mois de Mars (...) ville de Fumay (...) département des Ardennes est comparu François Joseph CHAMBELLAN, âgé de [33] ans, manoeuvre, demeurant en cette ville (...) présenté un enfant (...) né cejourd’hui (..) rue de l’hobette, numero [26] (...) de lui déclarant et de Marie Jeanne BISTON, (...) donner les prénoms de Victor ; (...) en présence de (...) le père ayant déclaré ne savoir écrire ni signer (...) [15].
    JPEG - 41.3 ko
    1847
  • Jacques Louis
    L’an [1847], le [10] (...) Janvier (...) Ville de Fumay (...) Département des Ardennes, est comparu François Joseph Lambert CHAMBERLAND, agé de [37] ans, (...) manouvrier, demeurant en cette ville, (...) présenté un enfant (...) né cejourd’hui (...) rue de l’hobette, numero 28, de lui déclarant et de Marie Jeanne BISTON (...) donner les prénoms de Jacques Louis (...) en présence de (...) Et ont les père et témoins signé avec nous le présent acte (...) [16]). Le père, doté, c’est nouveau, de Lambert comme troisième prénom, signe d’une écriture imparfaite, à peine lisible.
    JPEG - 28.6 ko
    1850
  • Joséphine Louise
    L’an [1850] le [18] du mois de fevrier (...) commune de Fumay (...) a comparu François Joseph Lambert CHAMBERLAND, agé de [40] ans, profession de manouvrier, domicilié en cette commune ; lequel nous a déclaré que Marie Jeanne BISTON, son épouse, agée de [39] ans, (...) accouchée en cette commune hier, (...) d’un enfant (...) prénoms de Joséphine Louise (...) en présence de (...) les comparants et témoins l’ont signé avec nous(...) [17]. Le père, toujours doté de son troisième prénom, signe d’une écriture imparfaite, à peine lisible.
    JPEG - 33.4 ko
    1853
  • Clémentine
    L’an [1853] le [10] du mois de septembre (...) commune de Fumay (...) a comparu François Joseph Lambert CHAMBERLAND, âgé de [45] ans, journalier, domicilié en cette commune (...) a déclaré que Marie Jeanne BISTON, âgée de [42] ans, sans profession, (...) est accouchée en cette commune le jour dhier, [9] du présent mois (...) d’un enfant (...) auquel il donne le prénom de Clémentine (...) le comparant et les témoins l’ont signé avec nous (...), [18]. Le père, toujours doté de son troisième prénom, continue à signer d’une écriture hésitante, tout juste lisible.
    JPEG - 31.2 ko
    1855
  • François Xavier
    L’an [1855] le [10] du mois de Mars (...) commune de Fumay, (...) a comparu François Joseph Lambert CHAMBERLAND, âgé de [47] ans, journalier, domicilié en cette commune, (...) déclaré que Marie Jeanne BISTON, son épouse, agée de [43] ans, journalière, domiciliée audit Fumay, est accouchée (...) le jour d’hier (...) il donne les prénoms de François Xavier (...) en présence de (...), le comparant et les témoins l’ont signé avec nous (...) [19]). Le père, François Joseph Lambert CHAMBERLAND signe d’une écriture imparfaite, à peine lisible.

CHAMBERLAN x FÉLIX. Sept enfants, tous nés à Monthermé où résident les parents.

  • Joséphine Antoinette
    L’an [1837] le [6] d’octobre (...) commune de Monthermé (...) département des Ardennes, est comparu (...) le sieur François joseph CHAMBERLAN (manouvrier) agé de [25] ans demeurant à Monthermé (...) présenté un enfant (...) né à Monthermé le jour d’hier [5] octobre (...) de lui déclarant et de Jeanne Marguerite FELIX son épouse (...) donner les prénoms de Joséphine Antoinette (...) excepté François Joseph CHAMBERLAN qui a déclaré ne savoir signer (...) [20]).
  • Victorine Amélie
    L’an [1840] le [20] janvier (...) commune de Monthermé (...) est comparu en la maison commune le sieur François Joseph CHAMBERLAN (dégrossisseur de glaces [21]) agé de [27] ans demeurant à Monthermé (...) présenté un enfant (...) né à Monthermé le jourd’hui [19] janvier (...) de lui déclarant et de Jeanne Margueritte FELIX son épouse agé de [28] ans (...) les prénoms de Victorine Amélie (...) en présence des sieurs Laurent PIHET (ardoisier) (...) et de Jean Baptiste PIHET (marechal) agé de [45] ans (...) excepté le père de l’enfant qui a déclaré ne savoir signer(...) [22].
  • Appoline Félicité
    L’an [1841] le [1]er de juillet (...) commune de Monthermé (...) est comparu (...) François Joseph CHAMBERLAN (polisseur de glaces) agé de [28] ans (...) présenté un enfant (...) né à Monthermé le jourd’hier [30] de juin (...) de lui déclarant et de Jeanne Margueritte FÉLIX son épouse (...) prénoms de Appoline Félicité (...) en présence des sieurs François LEGUAY (cordonnier) âgé de [36] ans et de Henry PIHET (...) agé de [50] ans (...) et ont les père et témoins signé avec nous (...) excepté François Joseph CHAMBERLANT qui a déclaré ne savoir signer(...) [23]). On peut penser que le père ait d’abord déclaré qu’il allait signer et qu’ensuite il se soit ravisé...
    JPEG - 35.9 ko
    1844
  • Jean François Léopold
    L’an [1844] le [2] de mars (...) commune de Monthermé (...) est comparu (...) le sieur François Joseph CHAMBERLAN (manouvrier) agé de [32] ans demeurant à Monthermé (...) présenté un enfant (...) né à Monthermé le jourd’huy [2] de mars (...) de lui declarant et de Jeanne Margueritte FELIX, son epouse, agé de [33] ans, (...) prénoms de Jean François Léopold (...) présence des sieurs Jean Pierre PIHET (propriétaire) agé de [66] ans (...) et ont les père et témoins signé avec nous le présent acte de naissance (...) [24]. Le père signe « Chamberlan » d’une écriture appliquée, bien lisible. Ainsi donc, François Joseph aurait appris à écrire d’une manière correcte, du moins son nom, en l’espace d’un peu moins de trois années... C’est possible... Nous pensons plutôt qu’il y a longtemps qu’il sait signer, mais qu’il déclarait le contraire...
    JPEG - 35.4 ko
    1848
  • Louis Alphonse
    L’an [1848] le [23] du mois de février (...) commune de Monthermé (...) a comparu François Joseph CHAMBERLAND âgé de [35] ans, manouvrier, domicilié à Monthermé, lequel nous a déclaré que Jeanne Marguerite FELIX, âgée de [36] ans, ménagère, son épouse domiciliée avec lui, est accouchée avant-hier [21] courant, (...) dans sa maison d’un enfant (...) auquel il a déclaré donner les prénoms de Louis Alphonse (...) présence de (...) le comparant et les témoins l’ont signé avec nous (...) [25]. Le père signe « Chamberland » d’une belle écriture, bien lisible.
    JPEG - 34.8 ko
    1853
  • Jacques
    L’an [1853] le [4] du mois de juin (...) commune de Monthermé (...) a comparu François Joseph CHAMBERLAND âgé de [40] ans, journalier, domicilié à Monthermé, (...) déclaré que Anne Marguerite FELIX, son épouse, âgée de [42] ans, sans profession, domiciliée avec lui, est accouchée en cette commune le [2] juin présent mois (...) dans son domicile (...) d’un enfant (...) a donné le prénom de Jacques ; (...) en présence de (...) les comparant et témoins l’ont signé avec nous (...) [26]). Le père signe « Chamberland » d’une belle écriture, bien lisible.
    JPEG - 28.5 ko
    1857
  • Joseph Marcellin
    L’an [1857] le [10] (...) mars (...) commune de Monthermé (...) a comparu François Joseph CHAMBERLAND âgé de [44] ans, carrier, domicilié à Monthermé lequel nous a déclaré que Jeanne Marguerite FELIX, son épouse, (...) est accouchée en cette commune le [8] mars (...) donné les prénoms de Joseph Marcellin (...) en présence de (...) les comparant et témoins l’ont signé avec nous (...) [27]). Le père signe « Chamberland » d’une écriture soignée, lisible.

Les dates de naissance des enfants du second et du troisième mariage, qui s’étalent sur les vingt années suivant le mariage, s’entremêlent tellement qu’il est totalement impossible que FJ(FÉLIX) soit le même individu que FJ(BISTON).

Une conclusion tirée de l’observation des signatures et des âges de FJ(BISTON) et FJ(FELIX)

Les signatures de FJ(FELIX), apposées sur des actes de 1844, 1848, 1853 et 1857, sont tellement différentes des signatures de FJ(BISTON), apposées sur des actes de 1847, 1850, 1853 et 1855, que nous arrivons à la même conclusion évidente : il ne s’agit pas du même individu. En outre, FJ(BISTON) déclare, en 1844, ne pas savoir signer, alors que FJ(FELIX) signe déjà à cette époque, et de belle manière !

Les dates de naissance approximatives, calculées à partir des âges renseignés dans les actes où ils sont cités, sont, pour FJ(FÉLIX), 1812, 1812, 1813, 1813,1812, 1813, 1813, 1813 et pour FJ(BISTON), 1812, 1812, 1810, 1811, 1810, 1810, 1808, 1808. Nous observons clairement que FJ(BISTON), contrairement à FJ(FÉLIX), hésite sur son âge, comme s’il devait déclarer un âge qui n’est pas le sien. Et au fil du temps, sa date de naissance tend vers 1808 !... Ces observations donnent à penser que FJ(BISTON) n’est pas né en 1812, mais avant. Mais qui est-il alors ? Qui donc a les mêmes parents que FJ(FÉLIX) et qui est né quelque temps avant lui ?

Selon moi, il s’agit tout simplement de Lambert Joseph CHAMBERLAN, frère de François Joseph, né à Pessoux le 21 juin 1809.

D’autres éléments renforcent encore, si besoin était, cette hypothèse.

  • Quand FJ(BISTON) décède le 2 avril 1878, il est dit être âgé de 69 ans. C’est alors, à 7 semaines près, l’âge exact de Lambert Joseph CHAMBERLAN… Comme ce n’est pas lui qui a dû indiquer son âge pour la rédaction de l’acte, il n’a plus pu hésiter et se tromper…
  • Et dans les actes de naissance de ses trois derniers enfants, en 1847, 1850 et 1855, FJ(BISTON) se fait appeler « François Joseph Lambert », comme s’il éprouvait quelques remords et voulait signaler, de manière indirecte, sa véritable identité.
  • De même, selon l’habitude de l’époque, il donne à son premier garçon le prénom de Lambert Joseph,
  • Aucun mariage d’un Lambert CHAMBERLAN, autre que François Joseph Lambert, fils de François Joseph et de Marie Joseph DEHUY, n’a été trouvé.

Quant à savoir pourquoi la famille CHAMBERLAN de Pessoux s’est prêtée à cette mystification, nous ne connaîtrons jamais la réponse...

Maintenant que nous avons déterminé la véritable identité de FJ(BISTON), il nous reste à nous occuper de FJ(ANTOINE) et FJ(FÉLIX).

Que nous apprennent les actes de naissance des enfants du couple CHAMBERLAN-ANTOINE ?

A leur mariage, en 1831, François Joseph CHAMBERLAN, orphelin de père, est âgé d’un peu plus de 19 ans ; Marie Catherine ANTOINE, de près de 22 ans. Lui, fils de berger, elle, fille de berger. Trois enfants naissent à Pessoux.

François Joseph
Du [21]e jour du mois de septembre [1831] (...) Acte de naissance de François Joseph CHAMBERLAN, né le même jour, (...) fils de François Joseph CHAMBERLAN, profession de domestique, demeurant à Thynes, Province de Namur, et de Marie Catherine Joseph ANTOINE, profession de ménagère, demeurant à Pessoux, même Province. (...) Sur la déclaration faite par Marie Joseph DEROPPE, sage femme (...) [28].

François Joseph avait donc été conçu 5 mois et demi environ avant le mariage. Les époux, demeurant à 17km l’un de l’autre, n’habitent manifestement pas ensemble. Probablement que François Joseph, domestique, loge là où travaille sa sœur Albertine, également domestique à Thynes [29].

Hubert
"Du [1]er (...) octobre [1835] (...) Acte de Naissance de Hubert CHAMBERLAN né le jour précédent fils de François Joseph CHAMBERLAN (...) domestique, demeurant à Charles-ville (France) et de Marie Catherine Joseph ANTOINE, (...) ménagère, demeurant à Pessoux (...) Sur la déclaration faite par Marie Thérèse BEAUDEBOUR, grand’mère de l’enfant qui a dit avoir assisté à l’accouchement (...) [30].
Les époux vivent donc toujours chacun de leur côté. Le mari qui demeure actuellement à Charleville, à près de 100 km de son épouse, est-il vraiment le père biologique de l’enfant ? François Joseph serait-il passé à Pessoux, au début de 1835, pour y régler quelques affaires auprès de sa famille et est-il passé, à cette occasion, saluer son épouse et son fils âgé d’un peu plus de 3 ans ?

Charleville n’étant qu’à 20 km de Monthermé, on peut supposer que François Joseph fréquente déjà à cette époque la Baraquine Jeanne Marguerite FÉLIX, celle qu’il va épouser, le 24 avril 1837, après lui avoir fait un enfant 3 mois auparavant.

Léon Joseph.
Du [17]e jour du mois de Janvier [1841] (...) acte de naissance de Léon Joseph CHAMBERLAN né le même jour (...) fils de François Joseph CHAMBERLAN, profession inconnue, ainsi que le lieu de sa demeure et de Catherine ANTOINE sans profession, demeurant à Trisogne, annexe du dit Pessoux. (...) déclaration faite par Hubert LOMBARD qui était présent lors de l’accouchement (...) [31].

Il faut noter que, légalement parlant, cet enfant reçoit le nom de CHAMBERLAN parce que Catherine ANTOINE et François Joseph CHAMBERLAN sont toujours mariés aux yeux de la commune de Pessoux… Mais François Joseph a désormais coupé tous les ponts avec Pessoux et son épouse : il n’y a plus grand monde qui sait où il habite...

Que nous apprennent les actes de mariage des enfants du couple CHAMBERLAN-ANTOINE ?

Lors du mariage de chacun des trois enfants issus du mariage de FJ(ANTOINE), un acte de notoriété est produit constatant l’absence et l’ignorance du domicile de leur père.

Ces actes de notoriété ont été dressés par la Justice de paix de Ciney, après avoir reçu, chaque fois, le témoignage de trois Pessoussois ayant « parfaitement » connu FJ(ANTOINE).

  • L’acte de notoriété de 1857 mentionne que François Joseph « quelques années après son mariage et après la naissance des trois enfants encore vivants, (…) avait quitté le toit marital et que depuis cette époque, c’est à dire depuis environ vingt-deux ans, il n’avait plus donné de ses nouvelles ni directement ni indirectement » [32].
  • L’acte de notoriété de 1860 mentionne que François Joseph « a quitté cette localité [Pessoux] vers le commencement de l’année mil huit cent trente-cinq, pour se rendre en France où il a dit servir comme domestique ; qu’il n’est jamais plus revenu dans le pays, et qu’il est impossible de découvrir sa résidence actuelle » [33] .
  • L’acte de notoriété de 1865 mentionne que François Joseph « a quitté cette localité dans le courant de l’année mil huit cent quarante, pour se rendre en France, où il a dû servir comme domestique ; qu’il n’est plus jamais revenu dans le pays, et que l’on ignore tout à fait sa résidence actuelle » [34].

Les témoignages diffèrent quelque peu au fil des années. C’est normal, il s’agit d’évènements qui datent de vingt années et plus, et les témoins diffèrent aussi…

Bref, tout Pessoux a toujours ignoré, à partir d’une certaine époque, où se trouvait précisément le mari de Marie Catherine ANTOINE, excepté quelques rares parents très proches, liés par le silence, dont son frère Lambert et sa mère, Marie Joseph DEHUY, qui a consenti aux trois mariages, et qui a été présente au premier et au dernier, et qui est décédée en 1846.

Conclusions

Certains documents, s’ils existent encore, pourraient probablement m’aider à y voir plus clair : ce sont les pièces annexes aux actes des mariages FJ(BISTON), à Warcq et FJ(FÉLIX), à Monthermé. Et pour cela, je fais un appel du pied aux lecteurs...

Plusieurs questions restent actuellement sans réponse.

  • Pourquoi Lambert Joseph CHAMBERLAN s’est-il fait passer pour son frère François Joseph lors de son mariage avec Marie Jeanne BISTON ? L’acte de naissance qu’il a présenté à cette occasion était donc probablement celui de son frère ou bien un acte trafiqué.
  • Marie Catherine ANTOINE a-t-elle su que son époux s’était remarié en 1837 ? On peut en douter car les relations entre elle et la famille CHAMBERLAN ne devaient certainement pas être très chaleureuses. Mais dans l’affirmative, pourquoi n’a-t-elle pas entamé une procédure judiciaire ?
  • etc.

Une certitude, cependant...

En ce qui concerne le mariage entre François Joseph CHAMBERLAN et Jeanne Marguerite FÉLIX, nous sommes donc bien, en présence d’un cas de bigamie [35] qui n’a pas été découvert, que personne n’a signalé et qui n’a donc fait l’objet d’aucune condamnation. Tous les protagonistes ont emporté ce secret avec eux dans la tombe.


[1Ce patronyme est parfois écrit CHAMBERLAND, surtout en France, ou CHAMBERLANT

[2Ce certificat nous apprend que François Joseph mesure 1,69 m, qu’il a le visage ovale, le front haut, les yeux gris, le nez pointu, la bouche grande, le menton rond, les cheveux et les sourcils bruns.

[3FamilySearch, EC Pessoux, NMD(1822-1864), (/990), vue 190

[4AD08, EC Warcq, M(1825-1847), (/215), vue 99

[5AD08, EC Monthermé, M(1827-1847), (/249), vue 89

[6FamilySearch, EC Achêne, NMD(1796-1850), (/1000), vue 849

[7AD08, EC Monthermé, D(1873-1877), (/381), vue 46

[8AD08, EC Charleville, NDM(1875-1876), (/357), vue 170

[9AD08, EC Harcy, NMD(1873-1885), (/297), vue 122

[10AD08, EC Monthermé (Section Les Hauts-Buttés), NMD(1877-1890), (/372), vue 260

[11FamilySearch, EC Pessoux, D(1891-1898), (/795), vue 704

[12AD08, EC Charleville, NMD(1836-1838), (/429), vue 149

[13AD08, EC Saint-Laurent, N(1833-1847), (/329), vue 226

[14AD08, EC Saint-Laurent, N(1813-1847), vue 248/329

[15AD08, EC Fumay, N(1843-1850), (/640), vue 38

[16AD08, EC Fumay, N(1843-185), (/640), vue 135

[17AD08, EC Fumay, N(1843-185), (/640), vue 574

[18AD08, EC Fumay, NMD(1853-1857), (/338), vue 59

[19AD08, EC Fumay, N(1853-1857), (/388), vue 176

[20AD08, EC Monthermé, N(1828-1847), (/333), vue 142

[21À cette époque, Monthermé possède des verreries et diverses carrières et ardoisières y sont exploitées, employant une nombreuse main d’œuvre

[22AD08, EC Monthermé, D(1828-1847), (/333), vue 184

[23AD08, EC Monthermé, N(1828-1847), (/333), vue 213

[24AD08, EC Monthermé, D(1828-1847), (/333), vue 268)

[25AD08, EC Monthermé, NMD(1848-1854), (/397), vue 7

[26AD08, EC Monthermé, N(1848-1854), (/397), vue 303

[27AD08, EC Monthermé, N(1855-1861), (/429), vue 119

[28FamilySearch, EC Pessoux, NMD(1822-1864), (/990), vue 186

[29FamilySearch, EC Thynes, NMD(1825-1870), (/1046), vue 140

[30FamilySearch, EC Pessoux, NMD(1822-1864), (/990), vue 288

[31FamilySearch, EC Pessoux, NMD(1822-1864), (/990), vue 379

[32FamilySearch, EC Pessoux, PM(1833-1870), (/1156), vue 632

[33FamilySearch, EC Pessoux, PM(1833-1870), (/1156), vue 712

[34FamilySearch, EC Pessoux, PM(1833-1870), (/1156), vue 934

[35La bigamie est définie comme « État d’une personne qui contracte un second mariage alors que le précédent n’est pas dissous » (Larousse)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • Bonjour,
    Bel imbroglio que vous avez su démêler .Félicitations pour votre travail !
    Je pense que la principale tricherie a été l’ "oubli" par François Joseph de son premier mariage en Belgique ,dans ce cas le passage des frontières peut aider pour recommencer une vie à zero ! Par ailleurs ,sachant à peine lire , les frères pouvaient confondre leurs actes de naissance ou se servir toujours du même pour plus de commodité ,je ne pense pas à un acte trafiqué mais plutôt à une indifférence aux "papiers" et à la réglementation.
    Pour Marie-Catherine Antoine elle n’a sans doute jamais su le devenir de son mari , mais c’était quelqu’un de très simple qui n’aurait pas eu l’idée de porter l’affaire en justice si elle avait eu connaissance de ce second mariage ,d’autant que les enfants n’étaient sans doute pas tous de son mari.Le recours à la justice ,ça complique parfois la vie et ça coûte !

    Répondre à ce message

    • Je suis tout à fait d’accord. Plutôt qu’un désir de falsification des actes, il s’agit plutôt d’une "phobie administrative" et, d’un peu de négligence de la part des rédacteurs des actes, qui ne vérifiaient pas toujours les infos apportées par les déclarants. J’ai aussi pu constater que le prénom usuel n’était pas forcément le premier inscrit sur l’acte de naissance (même récemment, j’ai vu que mon voisin, Yves, né en 1930, avait été inscrit sous le prénom de Joseph !). Parmi mes ancêtres, j’en ai un qui vivait dans la même maison que son frère. Quand on cherche les actes de naissances de leurs enfants, il y a une confusion entre les prénoms des deux frères, l’un est parfois l’époux de la femme de l’autre... et inversement ! Les registres ne sont donc pas des preuves irréfutables, il faut l’accepter.

      Répondre à ce message

  • Article passionnant qui éclaire d’un jour nouveau les recherches généalogiques. Merci

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    C’est le genre d’imbroglio qui vous donne des nœuds au cerveau et vous fait passer des heures à éplucher des registres sur de longues périodes pour y traquer minutieusement tous les porteurs du nom ... Cette recherche a dû être ardue, mais passionnante !
    A vrai dire, j’en ai effectué une similaire concernant un de mes ancêtres indirects, Alexandre SORNET, marié et décédé deux fois (si cela vous intéresse : https://www.histoire-genealogie.com/La-fausse-double-vie-d-Alexandre-Sornais-enquete-en-Touraine-1-3).
    Bravo d’avoir réussi à démêler les fils de l’écheveau, même s’il reste des zones d’ombre dont la teneur, comme vous le dites, a été emportée dans la tombe.
    Au passage, vous m’avez appris le terme "indaguer" visiblement usité principalement en Belgique, et que je ne connaissais pas, quoiqu’habitant à la frontière belge ;)
    Merci pour ce partage.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Passionnante enquête !
    J’ai moi aussi découvert le verbe "indaguer", on en apprend tous les jours !

    Répondre à ce message

  • mon arriere grand pere s est remarié, alors qu il n était pas veuf, le lieu ou il residait avec sa premiere epouse n etait pas eloigné de plus de 60 km du lieu de son deuxieme mariage.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP