www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande

Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande


jeudi 6 avril 2017, par Monique Gallié

Répondre à cet article

Georges Louis Gallié, mon arrière grand-père, dit « Alphonse », dans certains actes, est né à Sommières, département du Gard, le 17 mars 1856.

Il était le fils d’Eugène GALLIE, horloger–bijoutier, né le 8 octobre 1828, également à Sommières, où il décèdera le 27 avril 1902 et de Constance ALBIGEOIS, née dans la même ville le 1 janvier 1836, et décédée le 3 mars 1872.

Comme son père et son grand-père, il exerça le métier de bijoutier.

Le 13 janvier 1880, il épouse à Nîmes, LEMASSON Augustine Aimée, fille de Jean Baptiste LEMASSON, porcelainier, décédé le 16 janvier 1870 à Limoges, et Marguerite RIBIERE.

Ils auront quatre enfants :

  • Marguerite Alphonsine née le 18 octobre 1880
  • Jeanne Augustine née le 14 novembre 1885
  • Marie Marguerite née le 28 mai 1887
  • Armand Marie, mon grand-père, né le 8 octobre 1889

Ils divorcent le 8 octobre 1890 (acte ci-dessous), et dès lors on perd sa trace.

JPEG - 909 ko
Merci de cliquer sur la vignette

Lorsque sa fille Marie Marguerite se marie en 1909, il est déclaré sans adresse connue.

Si l’on récapitule d’après cet acte, il est dit demeurant alors à Sfasgheim ??? en Allemagne, sans doute avec Marguerite JAUSSER ou HAUSSER. Il semble avoir changé de métier puisqu’il est dit négociant.

Lorsque sa fille Marie Marguerite se marie en 1909, il est déclaré sans adresse connue.

Je ne connais pas la langue allemande, mais j’ai cherché des villes dont la consonance pouvait rappeler le nom inscrit sur l’acte.

Comme il était bijoutier, j’ai écrit aux archives municipales de Pforzheim où se trouvait une importante manufacture de bijouterie – horlogerie, en vain. L’archiviste m’a dit qu’aucune commune ne portait ce nom en Allemagne.

C’est alors qu’une aimable internaute m’a suggéré qu’il pourrait s’agir, non pas d’une ville, mais d’une région, allemande le PFALZ AM RHEIN, le Palatinat rhénan.

Mes questions sont les suivantes :

  • Quelqu’un aurait-il une idée sur cette mystérieuse localisation géographique, dont le nom a peut être été écrit phonétiquement ?
    Il y aurait résidé à partie de 1889 (il était encore à Nîmes en octobre 1888 car c’est lui qui a déclaré le décès de sa belle–mère) et probablement les années suivantes.
  • Comment dois-je m’y prendre pour retrouver sa trace, l’obstacle de la langue n’étant pas négligeable ?

Merci à tous pour votre aide et vos suggestions...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

31 Messages

  • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 6 avril 05:50, par Serge Bouvart

    Bonjour,

    Je pense à une abréviation.
    La ville allemande est peut être Française aujourd’hui.
    Je suggère Pfaffenheim dans le 68 (allemande jusqu’en 1918) Malheureusement les archives de ce département ne sont en ligne que jusqu’en 1892.

    Cordialement,
    Serge

    Répondre à ce message

    • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 7 avril 12:32, par GALLIE Monique

      Bonjour ,

      Je vous remercie pour votre réponse . Il est dommage que les archives de ce département ne soient en ligne que jusqu’en 1892 , car j’habite le sud de la France .

      Je tenterai d’accéder à un forum du 68 .

      Encore une fois , merci !

      Cordialement

      Monique Gallié

      Répondre à ce message

  • Bonjour
    Quand on tape sur le net « Sfazheim » avec un z et non un g, la réponse est « Iffezheim » état de Bade-Wurtemberg, arrdt de Rastatt.
    C’est tout prêt de la frontière, sur le Rhin, près de Baden-Baden.
    C’est peut-être une autre voie ...
    Cordialement
    JBE

    Répondre à ce message

  • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 6 avril 10:58, par martine hautot

    Bonjour ,Monique ,

    La compagne de Georges Gallié ayant un nom de famille répandu dans le Haut-Rhin ,je pencherais pour l’hypothèse de Serge et vous conseillerais de poursuivre vos recherches sur l’ Alsace plutôt que sur l’ Allemagne actuelle ,peut-être un peu moins difficiles pour vous .
    Bon courage.
    Martine

    Répondre à ce message

  • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 6 avril 18:25, par Corinne Decabane

    Bonjour,

    Avez-vous demandé aux AD du Gard une copie de la fiche matricule militaire de Georges Louis ? Vous aurez peut-être des infos complémentaires concernant ses changements d’adresses successifs, ou bien sa date de décès...

    Etant de la classe 1876, et d’après ce que j’ai pu voir dans d’autres départements, il a du être libéré définitivement le 1er novembre 1902.

    Cordialement,
    Corinne

    Répondre à ce message

  • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 7 avril 08:35, par martine hautot

    Peut-être,Monique, auriez-vous intérêt à voir du côté des archives notariales : sans doute ,y avait- il eu un contrat de mariage ,vu les métiers des uns et des autres, pour le mariage Gallié/Lemasson à Nîmes en 1880 et après le divorce ,il y a eu sans doute quelques affaires à régler ... mais faute de numérisation ,il faut aller y voir sur place !
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

    • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 7 avril 13:02, par GALLIE Monique

      Bonjour Martine ,

      Merci pour votre réponse .

      Sur l’acte de mariage ,il est inscrit « pas de contrat de mariage » . Par contre , je vais suivre votre conseil et tenter la semaine prochaine de me rendre aux AD du Gard et me replonger dans les documents notariaux .

      Je crois avoir compris qu’il est parti précipitamment et qu’il a tout laissé derrière lui . L’appartement qu’il avait à Nïmes appartenait à sa belle - mère . Pour le reste , c’est le mystère le plus total .

      Encore merci .

      Cordialement

      Monique Gallié

      Répondre à ce message

  • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 7 avril 13:54, par Berger Olivier

    Bonjour Madame,
    Votre ancêtre a pu effectivement résider dans une ville de l’Alsace-Moselle annexée, entre 1871 et 1918, et de ce fait, allemande, territoire d’Empire (Reichsland). Je vous conseille d’envoyer un courrier à l’ambassade d’Allemagne en France (rédigé en français) qui pourra vous orienter vers des centres d’archives consacrés aux Annexés (résidents ex-français sous domination allemande en Alsace-Moselle) ou vers des organismes ou associations de généalogie spécialisées, si vous pouvez écrire un courriel en anglais, ça marchera aussi.
    Les Français de ce temps maitrisaient mal l’allemand, une erreur du nom ou une écriture « phonétique », ce que vous pensez, est plausible, comme l’idée que la personne vivrait dans le Palatinat allemand.
    Un site sur les Optants qui ont choisi de devenir allemands : http://www.optants.fr/REL.htm
    Ambassade d’Allemagne à Paris, vers l’Attaché culturel qui pourra aiguiller votre demande : https://allemagne.diplo.de/Vertretung/frankreich/fr/01-missions-france/01-ambassade/03-contact-bo.html
    Elle est à Paris : http://www.allemagne.diplo.de/Vertretung/frankreich/fr/01-missions-france/01-ambassade/01-adresse/00-adresse-uebseite.html
    Essayez éventuellement de contacter les mêmes services de l’ambassade de France en Allemagne à Berlin https://de.ambafrance.org/-Francais-
    Bonne chance, et tenez-nous au courant.
    Olivier Berger

    Répondre à ce message

    • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 13 avril 15:15, par GALLIE Monique

      Bonjour Monsieur ,

      Merci pour vos réponses ,j’espère que je parviendrai à les exploiter .

      Je viens d’écrire à l’Ambassade d’Allemagne à Paris . Je ne manquerai pas de vous tenir au courant .

      J’ai parcouru le site comportant la liste des Optants , en vain , pas de patronyme GALLIE .

      Le site WWW.roelly ....ne fonctionne pas, le lien semble brisé .

      Je vous renouvelle encore tous mes remerciements .

      Cordialement

      Monique Gallié

      Répondre à ce message

  • bonjour,

    je pense plutôt à la ville de Pfalzheim, environ 100km au nord-ouest de Berlin.

    bonne recherche

    Répondre à ce message

  • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 7 avril 14:00, par Berger Olivier

    Dernière chose : les noms de communes en Alsace-Moselle annexée étaient germanisés donc modifiés et parfois assez différents des noms d’origine, une piste à voir :
    Pfalzweyer = Pfalzweier en version germanisée :
    Page http://www.roelly.org/~genealogie/entraide/villagesnr.htm
    Une piste à creuser !
    Bien à vous
    OB

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Domicilié à Nîmes
    mais résidant à ..... (Allemagne)
    Quelles sont les subtilités ( généalogiques) de ces 2 mots ?

    C’est son (nouveau) métier qui l’oblige à résider en Allemagne ?
    Rien ne dit qu’il y est resté longtemps....

    L’Allemagne de 1890 ne doit-elle pas être élargie à la Prusse ? voir un atlas de cette période...

    Ensuite a-t-il bien payé la « pension », y aurait-il eu d’autres jugements ?

    Et dans les (possibles) actes de mariage de ses 3 autres enfants qu’est-il inscrit le concernant ?

    Sur son propre acte de naissance, quelles sont les autres (possibles) mentions marginales ? (un autre mariage, son décès...)

    Voici mes quelques remarques

    Répondre à ce message

    • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 13 avril 14:33, par GALLIE Monique

      Bonjour Suzanne ,

      Grand merci pour vos suggestions .
      Il est dit « résidant » en Allemagne , sans doute avec sa nouvelle compagne , puisqu’il était divorcé , Marguerite JAUSSER ou HAUSSER .

      Je n’ai pas trouvé d’autres jugemnts , concernant , le non paiement éventuel de la pension alimentaire .

      Concernant ses trois autres enfants , pour l’instant , je n’ai pas trouvé leur acte de mariage , je sais simplement que mon grand père avait une soeur habitant Montpellier .

      Il n’y a aucune mention marginale sur son acte de naissance .

      J’ai dépouillé , jusqu’à présent les tables des décès se Sommières jusqu’en 1906 , en vain .

      Avec sa première épouse , il demeurait à Nïmes où il exerçait le métier de bijoutier .
      Dans les recensements , le couple et leurs enfants habitaient dans un appartement appartenant à sa belle -mère .
      Il a « disparu » quelques mois après son décès et son ex - épouse s’est remariée assez rapidement .

      Bien cordialement

      Monique GALLIE

      Répondre à ce message

  • Au 19e siècle allemand l’écriture se nommait « Deutsche Kurrentschrift » dont les caractère n’avait pas grand chose à voir avec notre alphabet. La transcription du nom est probablement erronée !

    Répondre à ce message

  • voir Pflegeheim im Sunpark pres de Berlin

    Répondre à ce message

  • Et le consulat ?
    S’il est mort en « Allemagne » ou ailleurs, il y a du y avoir une transcription envoyée à sa ville de naissance lors de son décès.

    Il faudrait dépouiller les dates décennales des décès de SOMMIERES pour voir si par bonheur on le retrouverait ( même des années après son décès mais à partir de 1890)

    Même si le patronyme de sa nouvelle compagne est HAUSSER, peut-être le rechercher à Sommières néanmoins. Car le divorce n’est prononcé que 1 an après la naissance de leur 4e enfant. Il a pu connaître cette personne à Sommières.

    Consulter les recensements de Sommières avant 1890... pour voir...

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Le suffixe « heim » qui correspond au « home » anglais se retrouve surtout dans les régions de moyen et de haut allemand, donc au centre et au sud de l’Allemagne actuelle, c’est pourquoi une ville se trouvant au nord-ouest de Berlin et se terminant par « heim » est une surprise, mais puisque c’est le cas, il faut bien l’admettre. En tout cas, le nom de Pfalzheim suggère qu’il s’agit d’une colonie de protestants venus du Palatinat catholique au temps des guerres de religion, donc une exception en Prusse. C’est pourquoi, à mon avis qu’il est inutile de chercher dans les régions de bas-allemand, soit dans l’Allemagne du nord ou dans les territoires perdus de Silésie, Poméranie, Prusse orientale etc....
    Ensuite, si on dit « Allemagne », ce n’est donc pas « Autriche-Hongrie », ni Suisse où les lieux finissant en « heim » existent, voire sont fréquents, c’est donc bien en Allemagne du centre ou du sud à cette époque, ce qui inclut un grand nombre de régions (Rhénanie, Palatinat, Bade-Wurtemberg, Bavière, Hesse, etc...).
    L’hypothèse selon laquelle cette ville se trouverait en Alsace est sérieusement à considérer, puisque l’alsacien en tant que langue est un haut-allemand (tandis que le francique lorrain est un moyen allemand, mais il n’y a pas de commune finissant en « heim » en Lorraine germanophone, donc ne cherchez pas en Moselle.
    Nous sommes en 1889 et l’Alsace était effectivement allemande à cette époque. Nombreux étaient les Alsaciens qui ont quitté leur pays à l’annexion de 1871 pour aller en Algérie et le Gard est sur la route pour y aller. J’ajoute que le nom « Hausser » est typiquement alsacien (dont notamment le footballeur Gérard Hausser, qui a joué en équipe de France, il y a quelque cinquante ans et qui est peut-être de la famille). Peut-être que cette dame avait quitté son Alsace natale avec sa famille mais s’était arrêtée en route pour se poser à Sommières. Quelqu’un a dit très justement que votre aïeul devait l’avoir connue bien avant son départ pour avoir noué un lien assez solide avec elle et quitter son épouse très peu de temps après la naissance de son dernier enfant pour s’installer aussi solidement dans cette nouvelle relation (à tel point qu’il n’a pas jugé utile ni eu envie de renouer des liens anciens à un quelconque moment, ne laissant affleurer aucun doute ni regret). Peut-être aussi qu’il était protestant comme nombre de Gardois et comme nombre d’Alsaciens aussi, ce qui a pu contribuer à cette nouvelle union, laquelle une fois qu’il s’y est résolu, les a amenés à « fuir » à l’étranger (soit en Alsace où cette Alsacienne avait forcément des repères et des connexions) pour vivre sa nouvelle conjugalité à l’abri de la justice et des pensions à payer. D’un autre côté, s’il ne parlait pas l’allemand, comment serait-il devenu négociant ailleurs qu’en Alsace où il pouvait s’expliquer en français ?
    Voilà, c’est mon pronostic : si rien ne l’étaye, il tient la route, quand même.
    Ensuite, la question est de savoir quelle commune pourrait correspondre à Sfasgheim qui n’existe pas, et pas plus en Alsace qu’ailleurs. L’employé d’état-civil l’a orthographié sous la dictée ou comme il l’a entendu, ou éventuellement comme on l’a écrit en caractères gothiques sur un document officiel, puisqu’à cette époque l’allemand s’écrivait encore dans cette police de caractères (où notamment, le « s » s’écrivait comme notre « f », entre autres (et donc vice-versa). A ce stade, on peut imaginer bien des choses, comme par exemple le « s » initial qui pourrait être un « p » et donc un « Pf » pour commencer (comme dans Pforzheim, ainsi que vous l’avez suggéré) fréquent en Alsace dans les noms propres (Pfister, Pford, etc...), mais si le « f » est un « s », ça ne marche pas et ça nous emmène ailleurs....
    J’ai cherché les communes alsaciennes qui pourraient se rapprocher de la prononciation (orale donc) de « Sfasgheim », incluant celles qui existaient à l’époque et qui n’existent plus aujourd’hui et je suis tombé sur la sélection suivante : pour le Bas-Rhin : Schwenheim et Zeinheim (où le « e » se prononce « a ») et pour le Haut-Rhin : Sansheim et Sentheim.
    Cela ne me satisfait pas vraiment, ce qui signifie qu’il faut poursuivre les recherches.
    Bien à vous.

    Répondre à ce message

    • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 13 avril 14:14, par GALLIE Monique

      Bonjour ,

      Merci pour votre réponse si pertinente et si détaillée .

      En effet , en exerçant , la profession de négociant après avoir été bijoutier - orfèvre durant longtemps ( fils , petit fils , arrière petit fils d’orfèvre ) , il serait logique qu’il se soit installé dans une région francophone , en l’occurrence l’Alsace , ce qui ne veut pas dire que j’élimine toutes les autres pistes .
      Il était de religion catholique .
      Je suis en train d’éplucher les noms des communes alsaciennes , et je vous sais gré d’en avoir repéré quelques unes .

      Je renouvelle tous mes remerciements à vous- même, ainsi qu’à tous ceux qui m’ont répondu .

      L’union fait la force ,dit - on ...
      Jusqu’ici , je n’ai rien trouvé mais peut être que grâce à l’une ou l’un d’entre vous , je résoudrai cette énigme .

      Très cordialement

      Monique GALLIE

      Répondre à ce message

  • Perdu de vue dans une mystérieuse ville allemande 14 avril 13:51, par Barbara Salomon

    Guten Tag,
    pour moi le lettre est un f pas un s.
    Pour moi tous les mots sont écrient en lettres latin. Je ne trouve pas un lettre en Sütterlin ou Kurrent (deutsche Schrift).
    Viele Grüße aus Deutschland
    Barbara

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP