www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Album photo » Entraide photographique » Quel était l’usage de ce minuscule livre d’heures des cavaliers (...)

Quel était l’usage de ce minuscule livre d’heures des cavaliers ?


jeudi 12 octobre 2017, par Thierry Vialatte de Pémille

Répondre à cet article

Ma mère a fait l’acquisition dans les années 60 chez un antiquaire d’un minuscule, petit livre d’heures des cavaliers daté de 1653. Elle m’en a fait cadeau sans plus d’explications. Il était à l’intérieur d’un livre en bois à tiroirs secrets. Vous trouverez différentes photos ci-après...

Pourriez-vous m’indiquer à quoi servait ce petit livre ? Au mieux à qui appartenait-il ? un chevalier, un cavalier ?

Pourquoi était-il enfermé dans ce livre en bois ?

A quoi servaient les 2 tiges métalliques qui courent le long du dos se terminant par de petites boules rondes ???

Autant d’énigmes auxquelles je n’ai pu trouver réponse auprès de brocanteurs ou antiquaires consultés.

Merci d’avance de votre aide.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

18 Messages

  • Bonjour, Thierry
    Je vais essayer de vous donner quelques éléments sur le livre( mais pas sur le coffret)
    Le livre d’heures, c’est un livre de dévotion comme il y en avait beaucoup à cette époque et pour toutes les conditions.
    Voici un lien qui vous en dira beaucoup sur ce sujet

    http://www.cosmovisions.com/textLivresHeures.htm

    Amable bonnefonds ,un jésuite en a écrit plusieurs qui sont recensés sur gallica . A l’origine on appelle cet ensemble de prières les heures car elles correspondent pour les laïcs aux prières dites à des heures précises au long de la journée par les moines.

    Celui que vous avez entre les mains est une version adaptée pour les Chrétiens qui servent dans la cavalerie et qui ont bien des occasions de croiser la mort .On leur conseille certainement d’emporter ce petit livre dans leurs déplacements.
    Vous y trouvez en particulier un petit office de l’ange gardien , (l’ange gardien est celui qui vous protége dans le danger personnellement)C’est une pratique religieuse qui avait été instituée au siècle précédent par l’évêque de Rodez , Monseigneur d’ Estaing et qui était préconisée par les Jésuites.
    La gravure que vous montrez représente la conversion de Sainte Eustache,à la vue, pendant une partie de chasse, d’un cerf portant une croix. Là aussi il y a un cheval .
    Voici tout ce que je peux vous dire :ce livre a sans doute été conservé ensuite dans une bibliothèque et gardé précieusement.
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Pour le coffret, il me semble destiné à la protection du livre d’heures pendant les longues périodes où le cavalier chevauchait ou combattait.
    Cordialement
    Jean-Paul

    Répondre à ce message

  • bonjour Thierry
    les deux tiges semblent servir à fixer le livre sur un support afin de permettre au cavalier de consulter son livre d’heures pendant ses chevauchées , surement au hanarchement du cheval ou à lui même
    Bien cordialement
    Bernadette

    Répondre à ce message

  • Bonjour Thierry,
    Quel beau livre, vous avez de la chance !
    Le livre en bois n’aurait-il pas pu être fabriqué bien plus tard pour cacher le livre d’heures à l’époque de la Révolution ?
    Cordialement,
    HélèneD

    Répondre à ce message

  • Bonjour Thierry,

    Il nous manque une idée des dimensions de ces jolies choses, tant pour satisfaire la curiosité que pour envisager l’utilité du coffret. J’imagine en effet qu’on ne s’encombrait pas d’un tel emballage pour aller guerroyer, ni même pour voyager à cheval.
    Quid de la reliure ? En cuir ? Les angles, moins usés que ceux des pages, semblent indiquer qu’elle est postérieure à l’ouvrage.
    Par ailleurs les titres sont en français, mais les prières sont en latin : était-ce l’usage à cette époque, ou ce livre était-il destiné aux plus cultivés ?

    Cordialement,
    Marie-Christine

    Répondre à ce message

    • Bonjour, Christine ;les livres d’heures étaient destinés à la dévotion privée des laïcs qui pouvaient être moins cultivés que les clercs mais cependant devaient au minimum avoir appris à lire :ils mêlaient souvent le français pour les explications et commentaires au latin pour les prières. A l’origine ils étaient portatifs ,la prière devant accompagner le Chrétien à chaque heure du jour .Les plus précieux étaient transmis en héritage.
      Bien cordialement,
      Martine

      Répondre à ce message

    • les dimensions du minuscule sont les suivantes :
      Longueur 65 mm, largeur 45 mm, épaisseur 15 mm

      les dimensions extérieures du coffret sont :

      Longueur 165 mm, largeur 95 mm, épaisseur 35 mm

      dimensions de l’encoche :

      Longueur 70 mm, largeur 48 mm, profondeur 200 mm

      Merci de vos réponses

      Répondre à ce message

      • Merci Michel de ces données plus réalistes que « minuscule », pourtant le terme est bien adapté !
        Le format du coffret correspond à une place dans une bibliothèque, pour protéger ou mettre en valeur l’ouvrage trop « discret ». Il peut être postérieur au livre. Il semble indemne de trous de vers, et les dommages qu’il a subis semblent plus le fait de quelques violences que d’un usage répété.
        Mais le format mini-poche du livre évoque bien un document de voyage, guère gênant sur une tenue de cavalier. Reste le mystère de ces 2 tiges, et pourquoi deux ? L’idée pourrait être de le fixer dans un étui portatif en métal.
        Tout cela n’est que suppositions...
        Avez-vous songé à soumettre l’objet à un commissaire-priseur ? L’Hôtel Drouot doit avoir une bonne culture des objets rares, et accepter les demandes en ligne. Cela ne vous engage pas, et donnerait un avis professionnel. Si vous le faites, merci de nous transmettre l’analyse.

        Répondre à ce message

  • Voici un extrait du magazine des bibliophiles(été 2017) qui peut nous éclairer :
    « Il est assez révélateur que, le plus souvent, les livres d’heures étaient conservés non pas dressés sur les étagères d’une bibliothèque, mais enveloppés dans un velours ou une étoffe précieuse, déposés dans un coffret servant aux bijoux et que l’on ne sortait que pour les occasions spéciales, montrés à la famille ou à des amis ou emportés dans la poche, à l’église comme en pèlerinage. En un mot, le livre d’heures était le support privilégié de la vie religieuse d’une famille et bien souvent un témoin intime de la piété laïque privée. Prendre en main un livre d’heures aujourd’hui, c’est être au contact de ce passé médiéval avec une intensité qu’offrent peu d’artéfacts anciens. »

    https://www.mag-bibliophile.fr/magazine/papiers-de-tete/collectionner-les-livres-dheures
    Martine

    Répondre à ce message

  • Quel était l’usage de ce minuscule livre d’heures des cavaliers ? 14 octobre 08:22, par Perrillat-Bottonet Oierre-Marie

    A mon humble avis, ce livre devait être le livre de prières destiné aux prêtres qui se déplaçaient sur de longues distances . Il devait contenir ce qu’on appelle « La Liturgie des heures », le bréviaire, les psaumes...et on peut le voir sur une des pages des prières pour préparer les fidèles à la confession, à la communion et aux sacrements .
    Les petits tiroirs devaient servir à y déposer des linges, ou hosties...voir petits vases sacrés pour l’office de la messe. Les tiges de fer devaient servir à tenir le livre ouvert tout en restant sur le cheval en route, fixées sur le haut de la selle . Le coffret fermé devait pouvoir servir " de petit autel pour célébrer la messe . Certains prêtres étaient de grands voyageurs à travers l’ Europe !

    Répondre à ce message

  • L’usage de ce livre est indiqué sur la page de garde : il s’agit d’un livre de prières qui permet aux chrétiens de célébrer les différents offices de la journée, prévus à certaines heures. Celui-ci est destiné aux jésuites, dont on sait qu’ils partirent en mission sur d’autres continents.
    Aujourd’hui encore, les religieux et les prêtres célèbrent chaque jour la liturgie des heures, ainsi que de nombreux laïcs depuis le concile Vatican II. Cette prière est dans la continuité de l’antique liturgie juive. Les psaumes y tiennent une place importante.
    On appelle aussi ce type de livre un bréviaire.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP