www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile

Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile


jeudi 27 novembre 2014, par Cécile Daniel

Répondre à cet article

Les registres militaires sont des sources d’information importantes et parfois étonnantes, j’ai découvert par hasard à Macon aux archives de Saône et Loire l’histoire de Claude Fréaux, matricule 1127, incorporé en 1881. La page qui lui est dédiée est remplie d’écritures et complétée par de petits papiers collés dans la marge au-dessus des premiers chapitres. Certaine d’avoir découvert un héros militaire, je me mets à lire la carrière de ce Claude Fréaux, né le 8 novembre 1861 à St Rémy en Saône et Loire.

Il s’est engagé volontairement pour 5 ans le 17 novembre 1881 à la mairie de Chalon. Il part pour le régiment d’artillerie de marine et arrive au corps le 19 novembre 1881. Après 11 mois en métropole, il embarque de Toulon sur le bateau l’Orne le 14 septembre 1882 pour Fort de France où il arrive le 26 octobre 1882.

Ces deux premières années dans l’armée semblent se passer sans histoire. Mais le 11 juillet 1884, il est condamné par le 1er conseil de guerre de la Martinique à Fort de France à une peine de 6 mois de prison et au remboursement des frais envers l’état « pour avoir dissipé des effets d’habillement et d’équipement à lui remis pour le service ». Environ un an plus tard, le 27 mars 1885, toujours à Fort de France, il est condamné par le 1er conseil de guerre à la peine d’un an de prison et aux frais envers l’état « pour vente d’effets de petit équipement à lui confiés pour le service ».

Il passe le 27 mars 1886 au bataillon d’infanterie légère d’Afrique, et est à nouveau condamné le 18 octobre 1886 par le 1er conseil de guerre de la division militaire d’Oran à deux ans de prison « pour dissipation d’effets militaires et de munitions de guerre à lui remis pour le service ».

A sa sortie de détention, il passe le 18 octobre 1888 aux compagnies disciplinaires des colonies. Il y arrive le 23 novembre 1888. Pas de nouvelle condamnation après cette date, il est finalement envoyé en congé le 22 avril 1890. Il est noté qu’un certificat de bonne conduite lui a été refusé mais qu’il a reçu une attestation de repentir. Malgré cette carrière militaire difficile, il passe dans la réserve de l’armée active le 17 mai 1890.

Sa carrière militaire s’est donc déroulée de la façon suivante, il est resté 8 ans et demi dans l’armée !

J’avoue que je me suis décomposée au fur et à mesure de ma lecture, comment un homme peut-il être autant en colère, être autant têtu et s’obstiner à faire et à refaire les mêmes erreurs avec toujours les mêmes conséquences ? Et surtout comment s’est passé le retour à la vie civile pour cet homme en délicatesse avec la notion de propriété d’autrui ?

J’ai commencé par rechercher l’histoire de sa famille dans l’espoir de trouver une excuse à son attitude !

Claude Fréaux est né le 8 novembre 1861 à Saint Rémy en Saône et Loire. Il est le troisième enfant de Guillaume Fréaux et Françoise Graille qui se sont mariés à St Rémy le 26 février 1857. Son frère ainé Pierre est né en mars 1858, sa sœur ainée Françoise en février 1860. Après Claude 6 autres enfants vont naître Jean Baptiste en juin 1863, Anne en février 1865, Françoise en février 1867 et Antoine en janvier 1869. Les 2 derniers enfants du couple vont naitre en 1869 et 1870 sans qu’aucun ne passe sa première année.

Son père Guillaume Fréaux décède le 26 février 1870, Claude a seulement 9 ans, sa mère est journalière agricole, elle se retrouve seule avec sept enfants à charge, elle perd entre février et septembre 1870, son mari et deux enfants.

Au recensement de 1872, Claude a 11 ans, il est domestique berger chez François Jusseau, son frère ainé Pierre a également quitté le domicile familial, sa mère vit seule avec 5 enfants.

Au recensement de 1876, Claude est domestique chez Claude Lhomme, sa mère vit toujours seule avec sa fille ainée et ses enfants les plus jeunes.

Claude Fréaux intègre l’armée en novembre 1881, il n’apparaît déjà plus sur le recensement de St Rémy pour cette année, soit le recensement a eu lieu après son incorporation, soit il avait déjà quitté St Rémy.

Libéré de ses obligations militaires en avril 1890, il est peut-être retourné à St Rémy mais sûrement pas longtemps car il n’apparaît pas au recensement de 1891 alors que sa mère continue à vivre dans cette commune avec ses enfants les plus jeunes, elle ne s’est jamais remariée. Peut-être Claude Fréaux avait-il besoin d’argent pour aider sa mère ?

Il reste pourtant dans la région et continue sa vie de misère et de galère, c’est par ses condamnations qu’il est possible de le suivre : Il est condamné par jugement contradictoire et définitif du tribunal correctionnel de Chalon sur Saône le 8 septembre 1890 à la peine de 6 mois de prison pour complicité de vol.

Le 6 mai 1892, nouvelle condamnation par le tribunal correctionnel de Chalon à 3 mois et un jour de prison pour vol. Le 6 janvier 1894, il est de nouveau condamné à 6 jours de prison pour vagabondage par le tribunal correctionnel de Villefranche.
Son registre militaire signale qu’il accomplit des périodes d’exercice pour différents régiments dans le cadre de la réserve jusqu’en octobre 1900.

Son adresse en 1896 est à St Symphorien-de-Marmagne (71), difficile de l’imaginer en père de famille rangé mais je regarde quand même les recensements de 1896/1901/1906 pour cette commune : aucune trace d’un Claude Fréaux, aucun décès non plus enregistré à ce nom entre 1893 et 1902. Le chapitre « adresses » de son registre militaire a comme dernière mention « introuvable ».

Sa description physique ne montre aucune particularité : « cheveux blonds, sourcils blonds, yeux bleus, front haut, nez retroussé, bouche moyenne, menton rond, visage ovale » plutôt un joli visage !

En Octobre 1828, Victor Hugo écrivait Le dernier jour d’un condamné, il revendique dans son texte la mise en place d’une justice humaine et bienveillante : « La société ne doit pas punir pour se venger, elle doit corriger pour améliorer ». Je pense qu’après une enfance difficile, Claude Fréaux n’a pas trouvé dans l’armée le cadre dont il avait besoin et sa première peine de prison a été pour lui le début de son exclusion sociale. « De son malheur, vous faites son crime » Victor Hugo, préface du Dernier jour d’un condamné, à relire…

Pour effectuer, ses voyages entre la métropole, la Martinique, l’Afrique et Madagascar, Claude Fréaux a navigué sur deux bateaux : l’Orne et le Mendoza. A l’occasion de cet article, j’ai découvert le travail de Bernard Guinard qui, entre autres, a reconstitué l’histoire de bateaux historiques tel que l’Orne.

L’Orne a été construit par les chantiers de Bordeaux, il est prêt à prendre la mer le 20 mars 1863. C’est un bateau à 3 mats de 80,33 m de long conçu pour le transport des chevaux sur les théâtres d’opération. Il peut recevoir 400 passagers et 360 chevaux avec un équipage de 215 hommes. Il est propulsé par 2 machines à vapeur et une voilure de 3 140 m2.

L’Orne a d’abord assuré la ligne postale Saïgon-Suez entre 1863 et 1869. En 1873, il effectue également le 5e convoi de déportés suite à la Commune vers la Nouvelle Calédonie. Ensuite, il effectue des voyages entre Martinique, Réunion et Nouvelle Calédonie pour transporter les forçats à Cayenne et ramené les soldats en métropole. C’est à cette époque que Claude Fréaux a navigué sur l’Orne pour aller en Martinique. En 1891, l’Orne retourne à Rochefort pour être démoli.

Source :
Archives départementales de Saône et Loire
Site internet www.bernard-guinard.com

Un grand merci à Michel Guironnet pour ses conseils et son aide bienveillante.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

11 Messages

  • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 27 novembre 2014 16:53, par Nicole Suzuki

    Bonjour Cécile,
    Bravo pour cet article très intéressant et pour vos recherches sur un homme qui n’est pas de votre famille. Je cherche aussi à reconstituer la vie d’un ancêtre qui a disparu de son dernier domicile. A-t-il commis un forfait et été condamné ? C’est possible. Comment avez-vous trouvé les jugements de condamnation aux AD ?
    Félicitations également pour les références littéraires à Victor Hugo !
    Bonne continuation !
    Nicole Suzuki

    Répondre à ce message

    • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 28 novembre 2014 16:10, par Danielle CAMUS

      Les jugements de condamnations sont consultables aux AD dans une sous série ( à rechercher ... ) ; un de mes ancêtres ayant été condamné a terminé sa vie « au dépôt » de Laon ...je l’avais cherché partout ... les décès du dépôt figurent en fin de registre et je n’avais jamais eu la curiosité de le consulter jusqu’au bout .Le dépôt pourrait être l’ancêtre de la maison de retraite . Cet ancêtre en fait n’était jamais retourné dans sa famille .

      Répondre à ce message

    • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 30 novembre 2014 19:17, par Cécile DANIEL

      Bonsoir,

      Tant qu’un homme est dans l’armée, active ou dans la réserve, ses condamnations civiles sont notées sur son registre militaire, c’est comme ça que j’ai pris connaissance des péripéties judiciaires de Claude Fréaux. Ensuite, il reste effectivement les archives des tribunaux mais c’est très long !

      Répondre à ce message

  • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 28 novembre 2014 15:07, par a.brégéras

    Bonjour à tous,

    C’est un travail très « fouillé » et également plaisant que de s’intéresser à la vie d’un inconnu.A ces époques, il était surement difficile de vivre avec une telle situation et de rester dans le droit chemin !
    En tout cas,bravo.ab.

    Répondre à ce message

  • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 28 novembre 2014 15:13, par vergnes

    avez vous cherché,une descendance ,ou une famille ? Ce serait interessant...

    Répondre à ce message

    • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 30 novembre 2014 19:32, par Cécile DANIEL

      Les frères de Claude Fréaux sont restés dans la région de Chalon. J’ai même retrouvé la tombe de la famille d’un de ses frères dans le petit cimetière de Sevrey. J’en profite pour vous signaler que ce cimetière est de l’ancien « type », les tombes sont regroupées autour de l’église et le petit portail d’accès grince...
      A la publication de l’article, j’ai aussi pensé que ce serait bien de donner ce texte à un petit neveu de Claude Fréaux, c’était bien mon idée initiale de réhabiliter cet homme et ce serait la dernière étape. Je vais me plonger dans les pages blanches, je vous tiendrai au courant...

      Répondre à ce message

  • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 28 novembre 2014 18:28, par DESCHAMPS

    Merci pour cet article.
    C’est un excellent exemple de recherche à partir des fiches matricules.
    A travers les différentes étapes se dégage un profil de la personne ce qui aide à mieux la connaitre.
    Petit à petit un personnage se dessine et c’est d’autant plus intéressant lorsque que c’est un ancêtre.

    Bien Cordialement

    Pierre Deschamps

    Répondre à ce message

  • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 29 novembre 2014 09:30, par alain pages

    bonjour,
    bravo pour votre travail de recherches et, merci d’avoir fait sortir de l’oubli un inconnu... Certainement oublié de tous.
    Je suis moi-même souvent « plongé » dans les archives militaires
    du 63 et 43 ,mes ascendants étant auvergnats pour la plupart, et en lisant ces archives on ne peut être que touché par ces destinées d’anonymes (cf la « boucherie » de la première guerre mondiale) . respect . Merci et bravo aussi pour avoir cité Hugo. Alain

    Répondre à ce message

  • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 30 novembre 2014 11:54, par Jean Magnier

    Bravo Cécile pour avoir su tirer de la sécheresse administrative d’une fiche matricule ce témoignage empreint d’humanité.
    Certains ont vu(et verront) dans ces passages à l’acte stéréotypés la conduite perverse d’un être malheureusement né pour faire le mal, auquel on doit répondre par une juste et impitoyable punition.
    D’autres y verront des appels au secours d’un homme cabossé par la vie. Il y avait peu de chances qu’ils soient entendus dans un Bat d’Af ou un régiment disciplinaire ...
    Puisque Victor Hugo est évoqué, difficile de ne pas voir se profiler l’ombre de Jean Valjean et de monseigneur Bienvenu ?
    Merci Cécile de nous avoir proposé un moment de réflexion à la marge des registres.
    Jean

    Répondre à ce message

  • Claude Fréaux : une carrière militaire bien difficile 9 décembre 2014 08:49, par barrabé

    super intéressant

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP