www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » Comment trouver la trace professionnelle d’un ancêtre carrossier (...)

Comment trouver la trace professionnelle d’un ancêtre carrossier ?


vendredi 11 septembre 2020, par Elisabeth Frère Dubois

Répondre à cet article

Mon grand-père Jean-Adolphe CHERVALIER est né au Puy, faubourg du Breuil, dans une famille très modeste originaire de St-Cirgues (mère domestique, père journalier), tout petit bourg situé face au prieuré clunisien de Lavoute-Chilhac fondé au 11e siècle par Odilon Mercoeur.

Comme en atteste les recensements successifs au Puy, les parents CHERVALIER de Jean-Adolphe et son « oncle » Jean-Adolphe Renard (célibataire) ont vécu en famille au n°12 du faubourg du Breuil.

JPEG - 74.9 ko
Recensement Le Puy 1901 Place du Breuil n°12

Je n’ai pas trouvé de lien de parenté entre les CHERVALIER et la famille RENARD : la famille RENARD, venue d’ISSOIRE, est arrivée au Puy en 1827 quand Guillaume RENARD (sellier) a épousé Sophie DANCE. Dès lors, Pie DANCE, le frère de Sophie, est passé d’aubergiste à sellier au faubourg du Breuil.

Un an plus tard, en 1828, leur fils aîné Jean-Adolphe Renard naissait au Puy.

Adulte, il est devenu « carrossier ». Il ne s’est pas marié. On ne trouve aucune publicité sur son activité.

JPEG - 120.4 ko
Le Guide du carrossier

Sa présence au Puy n’est attestée que par les recensements et ses actes de naissance et de décès au Puy (1828 - 21 juin 1908).

JPEG - 161.5 ko
Acte de naissance 1828 de Jean Renard dit Adolphe
JPEG - 157.4 ko
Acte de décès 1908 de Jean Adolphe Renard

On remarque que J-A RENARD signe les deux déclarations de naissances des enfants CHERVALIER (Adolphe-Marius et Jean-Adolphe et le décès d’Adolphe-Marius à l’âge de 7 mois).

JPEG - 91.2 ko
Acte de naissance 1890 de Jean Adolphe Chervalier (acte 355)

Il a certainement accordé de l’attention à ces deux enfants. Puisque, d’après ma mère, Jean-Adolphe était "1er prix de violon du Conservatoire". Mais où ? Ma mère avait 4 ans quand son père est décédé.

C’est aussi J-Adophe RENARD qui a dû veiller à la bonne poursuite de scolarité de Jean-Adolphe CHERVALIER : on retrouve ce jeune homme à l’école des Arts et Métiers de Cluny (promotion 1908-1911) ; il en sort ingénieur spécialisé en aciérie conduite et réparation automobile (ce qui lui permettra de travailler au dépôt parisien des Aciéries de Longwy, de faire son service militaire dans le Génie à Grenoble puis la guerre brigadier-conducteur, sous lieutenant puis lieutenant).
En 1920, il était attaché à l’Etat-Major du Service de la Restitution industrielle à Wiesbaden dans le Palatinat. Il décède en 1929 à Reims des suites de complications pulmonaires. Sa veuve parvient à le faire reconnaître « mort pour la France ». Ce qui a permis à ses enfants de poursuivre leur scolarité au Puy comme pupilles de la nation.

A part la fiche matricule de mon grand-père [1]et sa photo de promotion reçue de Cluny, je ne possède aucune information sur ce grand père ni sur son « oncle » Jean-Adolphe RENARD.

Aussi, voici mes demandes d’entraide :

Quelles écoles du Puy envoyaient certains de leurs élèves à Cluny ?

Comment trouver la trace professionnelle de carrossier de J-Adolphe RENARD au Puy ?

Merci pour votre aide...

Notes

[1Numéro 146 de la classe 1910 recrutement de la Haute Loire (vues N° 280 et 281/913)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

8 Messages

  • Monsieur ,
    Jean Adolphe est décédé 12 , Place du Breuil son domicile .
    Vous pouvez donc recherher la declaration de succession au bureau de l’enregistrement du Puy .
    Elle vous apprendra certainement des éléments de sa fortune et ses établissements à cette date ; mais aussi va vous permettre de retrouver ses comptes à la conservation des hypothèques et aux registre des mutations .
    Dans ceux-ci apparaitrons les acquisitions par donation ,successions ,achats , contrat de mariage qui vont vous apporter des éléments datés ,localisés ,et certifiés concernant sa vie au puy ou ailleurs .
    Je vous souhaite bonne pioche .

    Répondre à ce message

    • Comment trouver la trace professionnelle d’un ancêtre carrossier ? 11 septembre 17:16, par Elisabeth Frère Dubois

      Monsieur, Cette aide est formidable pour moi et me motive beaucoup à préparer un petit voyage en direction du Puy-en-Velay. J’ai réalisé une fiche de recherche grâce à vous.
      Actuellement, je lis 2 ouvrages passionnants qui me font vivre l’histoire de France dans ses dimensions les plus authentiques et humaines

      • Contexte - un guide chrono-thématique
      • Contexte - Languedoc Roussillon Comté de Foix
        Si je devais transformer en roman l’histoire de ce grand-père, je saurais créer maintenant des dialogues pertinents entre les protagonistes !
        Je découvre en lisant que le COVID-19 est bien peu de chose à l’aune de ce qu’on vécu nos ancêtres
        Amicalement
        ETh DF

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    J’ai trouvé trace d’ancêtres menuisiers et carrossiers sur le site www.eclatdebois.org
    J’espère avoir pu vous aider.

    Répondre à ce message

  • Bonjour Vu les prénoms on peut penser que jean Adolphe Renard était le parrain de Jean Adolphe Chervalier ,à vérifier dans les registres baptême .Sa mére était domestique au Puy au moment de son mariage alors que son mari était cultivateur à Saint Cirgues ,elle aurait pu être domestique chez la famille Renard.Juste une hypothèse !

    Répondre à ce message

    • Comment trouver la trace professionnelle d’un ancêtre carrossier ? 11 septembre 17:29, par Elisabeth Frère Dubois

      C’est vraiment très généreux, Marie-Hélène, de m’apporter votre réponse !

      C’est une ouverture passionnante. Et vous avez raison. Je pencherais même pour l’idée que Jean-Adolphe Renard (qui est resté toujours célibataire) était ce père biologique que ma mère aurait aimé découvrir ( ma mère avait en mémoire la « piste » suggérée par sa grand-mère maternelle, Françoise-Elisabeth Perraud (de Dijon), qui évoquait non seulement un" lien familial" avec le cardinal Perraud mais même un « cousinage » entre sa fille Germaine et Jean-Adolphe Chervalier qu’elle a épousé au Puy en 1919 … Je pense que ma mère aurait préféré découvrir la piste du carrossier … Cela lui aurait permis de se convaincre de la confiance et de l’affection évidente que ressentaient pour ma mon AGRM domestique (Thérèse Anastasie DEBERLE) ses patrons Guillaume et son fils aîné Jean-Adolphe RENARD … Merci et très amicalement - Eth FDubois

      Répondre à ce message

  • Jean Adolphe Renard est décédé au 12 place de breuil en 1908 et l’adresse sur la fiche matricule de Jean Adolphe Chervalier ,en 1910 donc, est également 12 place du Breuil .Héritage ? Autre remarque sur le recensement de 1906 ,Jean Adolphe Renard est dit sellier .Je pense qu’ à l’époque les mêmes s’occupaient de la sellerie et de la carrosserie des voitures .

    Répondre à ce message

    • Comment trouver la trace professionnelle d’un ancêtre carrossier ? 11 septembre 17:40, par Elisabeth Frère Dubois

      Chère Martine,
      En effet, mon AGM Thérèse Anastasie Deberle et son mari Antoine Chervalier était cousins germains par leurs mères (Marie Blanc et Marie Constance Blanc de Langeac, résident à Saint-Cirgues).
      Comme le 2e prénom n’apparaissait pas sur tous les actes, ma mère a longtemps cru avec terreur que c’était un mariage entre frère et soeur, le mari plus jeune ayant un grand retard mental.
      Ma pauvre mère a toujours porté ce fardeau de consanguinité ; elle se désolait d’avoir comme grand-père Antoine Chervalier.
      Elle savait que l’immeuble au 12-14 de la place du Breuil avait été reçu en héritage par ses grands-parents de la part du « riche ami » qu’évoquait Anastasie avec beaucoup de tendresse dans les yeux en regardant ma mère petite fille.
      Alors, bien sûr, j’aimerais savoir i ce Jean-Adolphe Renard était un beau blond bouclé, comme ma mère et certains de ses descendants... Amicalement Eth FDubois

      Répondre à ce message

    • Comment trouver la trace professionnelle d’un ancêtre carrossier ? 11 septembre 17:43, par Elisabeth Frère Dubois

      (...) Oui, le père Guillaume Renard était sellier, arrivé d’Issoire au Puy en 1816 et marié en 1817 à Sophie Dance. Son fils aîné Jean-Adolphe Renard est d’abord dénommé « carrossier » mais sur le tard apparait comme sellier-carrosier après le décès de son père Guillaume Renard

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP