www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » Au 114e Bataillon de Chasseurs Alpins avec Auguste Ferole » Deux mois en Champagne avec le 114e B.C.A (septembre-octobre 1915) (3e (...)

Deux mois en Champagne avec le 114e B.C.A (septembre-octobre 1915) (3e épisode)


jeudi 10 décembre 2009, par Françoise et Pierre Férole, Michel Guironnet

Répondre à cet article

Pour lire les précédents épisodes

" Après une période de repos de quatre semaines au cours de laquelle il reçoit des renforts, le Bataillon s’embarque à Lunéville et arrive sur le front de Champagne le 28 septembre (1915). Il doit appuyer l’offensive qui vient de se déclencher sur ce front.

Sous les ordres du commandant Sancery depuis le 29 juillet, il passe alors à la 258e Brigade (colonel De Susbielle) qui fait partie de la 129e Division (général Nollet).

En ligne dès le 29, au nord de Souain, dans la tranchée des « Tantes », enlevée la veille par nos troupes, et qui est située entre celle de « Lubeck » et celle des « Homosexuels », en butte à un feu très violent d’artillerie, il exécute avec succès deux attaques partielles.

Relevé le 3 octobre, de nouveau en ligne le 14, il organise la position de l’Epine de Védegrange.

Malgré des pertes sensibles causées par l’artillerie, le manque d’abris, l’impossibilité presque absolue d’être ravitaillé en eau, le bataillon est dans un état moral excellent.

Le séjour très pénible de Champagne a coûté 67 tués et 228 blessés. "

(Extrait de l’historique du 114e BCA)

La 258e Brigade au Bois Chevron

Le 26 août 1915, après les pertes catastrophiques dans les Vosges, au Barrenkopf, la 5e Brigade est dissoute et ses survivants sont répartis : pour moitié dans la 257e brigade (106e + 120e BCP + 359e RI) pour moitié dans la 258e brigade (114èmeBCA + 121èmeBCP + 297e RI).

Le 114e est reconstitué en presque totalité après ses pertes.
Avec un millier de nouveaux venus, le sous-lieutenant Férole rejoint la 4e compagnie du bataillon à cette date.

La 258e brigade est placée sous les ordres du colonel de Susbielle.
Le 114e, commandé par le Cdt Sancery cantonne à Moyen puis est transporté par auto à Rehainvilliers.

JPEG - 53.1 ko
Capitaine Papillon et Commandant Sancery
A Rehainviller en septembre 1915.

Le mois de septembre est mis à profit pour faire l’instruction des nouveaux arrivants. Une 2e compagnie de mitrailleuses est créée au 121e BCP .../...

Des exercices de tir ont lieu au camp de Fraimbois.

Après cette période d’instruction, qui s’étend du 6 au 22 septembre, la brigade est affectée à des travaux de réfection de tranchées sur la Meurthe.
Le 22 a lieu une revue par le général de Division.

Le 26 septembre, la 129e DI est transportée par voie ferrée de Lunéville à St Hilaire au Temple à 20km de Châlons-en-Champagne pour prêter main forte à l’opération dite de la Percée des Tantes.

Le 114e cantonne le 27 à Mont-Frenet avant de se diriger sur Souain.

Une situation dramatique

28-09-1915 : Le front est orienté est-ouest et, ce 28 septembre, les 1res lignes françaises sont déployées à 1km au nord de Souain entre Aubérive et Perthes.

JPEG - 96.8 ko
carte des lieux en Champagne 1915
Les combats du 114e BCA ont lieu au nord ouest de la Ferme de Navarin

Situé sur une croupe allongée d’est en ouest, dite Epine de Védegrange, ce front traverse une dépression nord-sud située sous le Bois Chevron et cette rupture constitue à la fois un point faible dans le dispositif allemand actuel et une voie d’accès possible vers Sainte Marie à Py : c’est la brèche des Tantes, qui va constituer un enjeu majeur pour les jours à venir.

Au nord et au sud de l’Epine de Védegrange le terrain, vallonné, est parsemé par d’étroites langues de bois de conifères qui constituent autant des abris que des cibles de bombardement.

BMP - 581.9 ko
Tranchées des Tantes et des Homosexuels
détail d’une carte du JMO de la 258e Brigade (26 N 548 / 4)

Côté français l’atmosphère est lourde : les troupes sur place (27e, 28e, 248e, 314e et 401e Brigades d’Infanterie) sont très éprouvées par l’assaut qu’elles ont déclenché le 25, à la hauteur de Souain, et au terme duquel le 35e et le 42e RI, en particulier, ont gagné 4000m, après une hécatombe de 3 jours.

Dès le 1er jour ils avaient laissé sur le terrain des centaines de morts et quelques deux mille blessés dont l’évacuation dans la pluie et la boue, n’avait pu se faire qu’avec une extrême lenteur malgré l’aide des 300 prisonniers faits dans la journée.

Le 26 à l’aube, ces hommes épuisés avaient reçu l’ordre de reprendre leur mouvement sans attendre l’aide de renforts. Par suite d’une rapide évacuation tactique des allemands la matinée avait permis d’avancer assez facilement jusqu’au Bois 28.

Mais, au cours de l’après-midi, l’avance jusqu’au Bois 27, puis au Bois B2 et, enfin, l’occupation précaire de la Tranchée des Tantes avaient été particulièrement meurtrières pour ces 2 unités qui ne constituaient plus en fin de journée que des groupes d’hommes épars, épuisés et sans encadrement : aussi avaient-ils dû, avant la nuit, se replier dans la boue sur leurs lignes de départ.

Pourtant, le 27, après avoir fait rassembler les épaves de ces unités, et jeter dans la bataille des renforts disparates, mal armés et inexpérimentés, le général Lacotte avait décidé de relancer l’attaque, en dépit de la catastrophique explosion du Bois 28, frappé le matin même par un obus ennemi qui avait fait sauter l’ancien dépôt de munitions allemand, non évacué, et causé un grand nombre de morts.

Il avait donc fallu, sous la pluie et souvent sans masques malgré les obus toxiques, repartir vers l’avant, retraverser le glacis pour reprendre les bois évacués la veille, pour aboutir sous le tir croisé des mitrailleuses allemandes, dans la nasse de la brèche des Tantes, devenue l’abcès de fixation du secteur.

En face, l’ennemi, qui avait procédé à un repli en bon ordre, avait rapidement organisé avec de gros moyens le terrain qu’il connaissait bien et, sachant où faire porter ses moyens, avait successivement broyé les colonnes qui lui étaient désormais jetées sans réel discernement.

La 258e Brigade, suivie de la 257e, atteint alors la zone du front le 28 septembre, mais sa mise en place, repérée à 2000m des premières lignes, déclenche une importante action de l’artillerie ennemie, qui cherche à empêcher l’arrivée de troupes fraîches sur l’arrière.

Vers minuit les chasseurs parviennent pourtant, au milieu du bombardement, à s’installer aux bois Guillaume II et 38, tandis que le 297e stationne, 1000m en avant, sur le bois 28, dévasté et parsemé de cadavres par la toute récente explosion du matin, à proximité du PC de Division. Le maximum de mitrailleuses et de servants ont été embarqués compte tenu de l’urgence de la situation.

L’intervention du 114e est décidée

29-09-1915 : A 8h les sections de chasseurs, stationnées autour du Bois Guillaume II sont repérées par l’aviation allemande puis fortement arrosées par l’artillerie adverse.

À 10h15, de l’arrière, le Général Lacotte, coupé de ses premières lignes, prescrit au colonel de Susbielle d’envoyer une reconnaissance vers la brèche des Tantes où, assoiffés et sans ravitaillement, les débris des combattants des jours précédents s’accrochent désespérément dans la boue.

Les communications sont coupées et la situation échappe totalement à l’état-major qui s’irrite du manque d’encadrement, en particulier d’officiers subalternes qui ont été décimés, et de la désorganisation qui a suivi l’anéantissement d’unités entières.

À 14h15 le 297e RI voit avec surprise le 359e arriver avec consigne de s’installer sur la même zone que lui, au bois 39 : la confusion est devenue générale ! Pourtant, le Général Lacotte décide de frapper sans attendre sur la brèche des Tantes, large d’environ 400m entre la tranchée des Homosexuels et la tranchée de Lubeck.

Le 114e est désigné pour occuper immédiatement cette brèche, s’y maintenir et l’élargir de façon à permettre au 121e BCA, qui suivra à quelque distance, de dépasser la brèche et de se porter ensuite sur Sainte-Marie-à-Py par le Bois Chevron et sa lisière orientale.

Il s’agit en fait très exactement de rééditer les plans d’attaque qui ont échoué successivement les jours précédents. L’ordre est toutefois aussitôt suspendu jusqu’à 18h par suite de la pagaille indescriptible qui règne partout.

À 19h30 l’ordre, modifié, prévoit qu’une partie du 297e RI (un bataillon et 2 compagnies) se joindra également à l’opération et débordera le Bois Chevron par l’est, en empruntant le chemin parallèle au chemin de lisière Est vers Ste Marie.

Le commandant du 114e, le Cdt Sancery aura autorité sur toute la brèche et sur les hommes qui s’y trouvent encore, quelles que soient leurs unités, qu’il renverra au bois 28, où se trouve le PC du général Lacotte.

2 compagnies du 114e doivent occuper la brèche, 2 autres doivent l’élargir, à gauche vers la tranchée des Homosexuels et à droite vers la tranchée de Lubeck. Les 2 dernières compagnies sont mises à disposition. La 16e Brigade s’établira à l’ouest, vers la cote 171, et la 257e à l’extrême est du secteur.

L’opération sur la brèche des Tantes

JPEG - 304.3 ko
Le secteur des tranchées
Carte réalisée par Pierre Férole.

30-09-1915 : À 20h30, le cheminement du 114e commence en ordre dilué en raison des tirs très fréquents de l’artillerie ennemie. Le Cdt Sancery ignore totalement la position de la brèche et doit mener au hasard du terrain une difficile et dangereuse progression, sans pouvoir obtenir de guide familiarisé avec le terrain.

Entre 23h et minuit : L’occupation de la brèche va être rendue difficile par le désordre qui y règne : de nombreux hommes, à peu près l’équivalent d’un bataillon, provenant de 5 à 6 régiments différents, hébétés, s’y terrent sans commandement pour s’y protéger des tirs croisés de mitrailleuses.

Il faut pratiquement en chasser de force une partie qui n’ose prendre le risque mortel de regagner l’arrière, et ce n’est qu’à minuit et demi que le 114e, enfin seul sur le terrain, peut s’attaquer à l’élargissement de la brèche, afin de permettre au 121e BCA de s’y engager !

Mais il faudra attendre 1h30 pour qu’une unique compagnie du 121e parvienne à déboucher et à s’installer dans la cuvette située sous le Bois Chevron : là, soumise à un violent barrage de mitrailleuses, de front et de flanc, arrêtée par le réseau de barbelés, elle doit se plaquer au sol.

De son côté les 6 compagnies du 297e, retardées par le reflux des hommes évacués de la brèche, ne parviennent à franchir la brèche que vers 3h30. Comme le 121e, qu’elles tentent de déborder sur sa droite, elles progressent à découvert, se heurtent aussitôt aux barbelés et sont prises d’écharpe par les mitrailleuses adverses.

À 5h30, à droite, vers la tranchée de Lübeck, le 106e BCA qui devait flanquer le 297e vient à peine de déboucher, mais avec seulement 2 compagnies. A la même heure la compagnie de tête du 121e, prise d’écharpe, décide de se replier au sud de la brèche.

Les unités du 297e se trouvent alors dégarnies sur leur gauche, battues de front et prises en enfilade à gauche et à droite

À 7h30, le 297e est contraint de se replier au sud de la brèche à l’exception du peloton de tête de la 17e Cie qui est parvenu à s’accrocher vers 5h30 à 200m au nord de la brèche.

Le 114e reste alors seul en 1re ligne, soumis à un continuel feu de mitrailleuses qui rend tout mouvement périlleux. Le téléphone, difficilement installé quelques heures plus tôt a été coupé par le bombardement et les liaisons doivent de nouveau s’effectuer par coureurs.

À 9h20 cette rupture de communications fait souffler un vent de panique sur l’état-major : le colonel de Susbielle demande au Cdt Sancery de lui fournir des indications précises et des plans des positions, gains et pertes depuis son arrivée ! Il exige un élargissement toujours plus important de la brèche.

À 10h30, le Cdt Sancery indique que le 114e a pu mordre sur la Tranchée des Homosexuels jusqu’au point 1202, mais pas jusqu’en 1201, comme certains éléments l’ont fait croire à l’état-major.

JPEG - 95.7 ko
Védegrange Cote160 10-12 Octobre 1915

On est en train de procéder à l’arrachement de barbelés mais les opérations d’élargissement de la brèche s’avèrent très difficiles. Un officier d’artillerie venu sur place pour repérer des objectifs constate que peu de cibles sont nettement définissables et que la majorité est trop proche de nos positions pour pouvoir être retenues.

Par ailleurs on envisage une relève des unités éparses restées en ligne avec le Cdt Tahon, soit l’équivalent de 4 compagnies, qu’il faudra remplacer par 1 compagnie et demi du 121e.

Vers 11h30 le 121e reçoit pour instructions de s’installer au bois 2 avec 8 mitrailleuses et aux bois 3 et 4, à 500m en arrière. Les sapeurs du 114e creusent un boyau de fortune pour rejoindre le peloton d’avant-garde de la 17e compagnie du 297e.

À 12h30, il est demandé au 114e d’installer des panneaux blancs aux limites de son secteur afin de permettre des repérages aériens de la zone.
À 14h arrive l’ordre de commencer en soirée des travaux d’organisation du terrain « avec la dernière énergie ».

À 18h50 nouvelle panique à l’état-major : toute la brigade est mise en état d’alerte car l’après-midi s’est passée sous un intense bombardement qui laisse présager une contre-attaque imminente des Allemands.

Aussi, à 19h quand, sur la gauche du 114e, éclate une fusillade, déclenchée par la nervosité d’une unité allemande, on craint le pire, d’autant que le terrain n’est encore qu’insuffisamment retranché face à l’ennemi..

À 21h le Cdt Sancery indique qu’il n’y a heureusement pas eu de suites, mais que des pertes, encore inconnues, sont à déplorer. Après cette alerte la nuit pourra être occupée à organiser tant bien que mal le terrain.

Les pertes de la journée (du 29 midi au 30 midi) s’avéreront lourdes :

  • 114e : 45 morts et disparus et 172 blessés
  • 121e : 32 morts et disparus et 133 blessés
  • 297e : 39 morts et disparus et 130 blessés.

01-10-1915 : On confirme à la 258e Brigade sa mission de tenir coûte que coûte la brèche des Tantes, les bois 2, 3 et 4 ainsi que les lisières nord des bois 28 à 33. Le 114e devra s’accrocher sur la brèche avec 2 compagnies du 121e dans des conditions qui demeurent extrêmement précaires car toutes ses positions sont bombardées sans relâche par l’ennemi.

À 10h30 un nouvel ordre est adressé au Cdt Sancery d’élargir impérativement la brèche avant le lendemain, tout en renvoyant à l’arrière les éléments du 121e et les 2 pelotons du 297e encore en ligne.

Les bombardements, aveugles, font 2 morts au 114e et de très nombreux blessés dans la journée et 11 au 121e vers 15h lors d’un court mais violent bombardement sur le bois de Silésie. Le 297e, revenu à l’arrière, travaille aux fortifications des bois 35, 38 et au bois de la cote 150 où est établi le bivouac des 5e et 6e compagnies du 121e.

Deux autres compagnies du 297e, placées en 2e position au nord du bois 28, reçoivent pour mission de construire un poste retranché pour l’installation d’une compagnie de mitrailleuses à la corne de ce bois. Le reste du 297e est employé aux tranchées et boyaux de l’Epine de Védegrange à l’ouest du secteur de la division.

Un roulement de 3 jours doit être organisé entre le 297e et les 2 bataillons de chasseurs.

15h30, On annonce au Cdt Sancery qu’une de nos batteries de 155 va bombarder la Tranchée des Homosexuels depuis le point 1202 et vers l’ouest. _ À la demande qui lui est faite d’en profiter pour mordre vers l’ouest, il répond que, depuis les positions occupées par le 114e, toute observation est impossible mais que « l’impossible sera fait ».

19h, le Cdt Sancery annonce qu’en l’absence du bombardement prévu à gauche il va tenter un coup de main à droite vers la tranchée de Lubeck.

21h45, L’attaque surprise est déclenchée à la grenade sur un poste d’écoute allemand mais une succession de barrages défensifs rendent la progression des chasseurs extrêmement difficile d’autant que la riposte allemande est pratiquement immédiate depuis 4 nids de mitrailleuses.

On ne pourra au final progresser que de 15 mètres pour prendre possession d’un chaos de terre et de cadavres ! Toutefois 2 postes de mitrailleuses ont pu être repérés avec précisions et l’on demande en conséquence la visite d’un officier d’artillerie. Vers minuit un tir de représailles allemand au 105 s’abat sur les chasseurs jusqu’à 4h45.

Les pertes de l’opération sont encore inconnues.

02 et 03-10 : Sur la brèche des Tantes, les travaux de retranchement s’effectuent sous des bombardements de mines permanents qui causent 4 morts au sein du 114e. La liaison à droite est constamment maintenue avec le 359e RI et à gauche avec le 115e RI.

Relève des chasseurs sur la Brèche des Tantes

04-10-1915 : Les 2 compagnies du 114e sont relevées de la brèche par 2 compagnies du 297e sous un bombardement ennemi intense. A 10h notre artillerie réplique, mais trop court et tire longuement sur nos premières lignes malgré les protestations réitérées du colonel de Susbielle.

L’artillerie allemande continue et cause des dégâts importants sur nos tranchées. Le 297e compte 18 morts et 26 blessés, le 114e 1 mort.

Echec sanglant sur l’Epine de Védegrange

05-10-1915 : Un violent bombardement allemand sur la tranchée de l’Epine de Védegrange fait 21 morts et 49 blessés au 297e alors qu’il travaille aux retranchements.

Le 114e prend la suite des travaux à la sape sur la cote 160 et devra les avoir terminés pour le lendemain matin.

Le général Lacotte donne l’ordre d’attaquer à hauteur de la cote 171 le lendemain. Le 297e sera en 1re ligne, le 121e et le 114e en réserve. Notre artillerie, qui effectue un tir de préparation sur la zone d’attaque, tire malheureusement trop court malgré l’envoi de fusées rouges !

Une reconnaissance est envoyée pour juger de l’efficacité des tirs de préparation effectués. Pilotée par le lieutenant Pochard du 297e elle donne lieu au rapport détaillé suivant, transmis à 14h à l’état-major :
« La partie des tranchées du Grand Parallèle situées au nord et au nord-ouest du secteur de la 21e Cie ne paraissent pas très abîmés. Les réseaux de barbelés sont insuffisamment détruits.

Des tronçons entiers d’une dizaine de mètres sont encore intacts. Les 3 bois sans nom situés respectivement au N, NO et NNO du mot Grand (Parallèle) sont garnis d’ouvrages. Le plus grand des 3, d’orientation NS contient des pièces d’artillerie et des blockhaus sur ses lisières O, S et E.

Le bois à l’est du précédent contient entre autres un ouvrage au coin SE. Le bois au NO du mot grand (traversé par la courbe de niveau 145) est garni d’abris ou de blockhaus. Il semble que l’observation des tirs d’artillerie se ferait dans de bonnes conditions de la tranchée située au nord de notre secteur et qui longe la crête.

En somme une grande perte de munitions et la destruction de nos boyaux, sans parler de la mort de beaucoup de nos hommes, sont le résultat de tirs trop courts de l’artillerie. »

JPEG - 109.8 ko
Védegrange 1èreLigne 15-20 Octobre 1915
Auguste Férole en première ligne...Mais qu’a t’il accroché à son ceinturon ?

06-10-1915 : Malgré ce rapport alarmant, qui laisse prévoir une véritable boucherie, le Général Lacotte maintient l’ordre d’attaque du 297e pour 5h20. La mise en place du régiment s’effectue de 1h30 à 4h30 aux points A, B, C et D sur 4 vagues : une première vague de 2 compagnies, puis une de 4 compagnies, ensuite une de 2 et enfin une dernière de 2.

5h20, Comme il était prévisible, 2 vagues successives du 297e sont fauchées sur les barbelés intacts des lignes adverses sans pouvoir les franchir, tandis que le pilonnage allemand, déclenché dès le début de l’attaque, redouble de violence.

À 7h sous les gaz asphyxiants, ces hommes, aplatis au sol entre les 2 lignes adverses, sont contraints de creuser des trous individuels pour s’abriter au milieu de leurs camarades morts ou blessés.

À 9h30 quand on décide le repli sur les positions de départ on constate que les mitrailleuses allemandes rendent tout retrait impossible avant la nuit ! Au centre, sur une zone dont les barbelés ont été détruits, seules 2 compagnies ont pu prendre pied dans les tranchées ennemies mais leur gauche et leur droite sont à découvert.

À 12h25 le colonel de Susbielle indique au général Nollet que, d’après les renseignements recueillis auprès d’hommes qui ont pu se replier, les pertes paraissent très élevées. Trois compagnies tiennent les tranchées de départ : tout le reste est en avant mais on ne peut évaluer quels en sont les effectifs valides car ils ne peuvent faire aucun mouvement.

Le colonel a prescrit de creuser des boyaux pour relier la 1re ligne à ces hommes et permettre l’évacuation des blessés à la nuit. Il résulte des renseignements fournis par les 1res vagues d’attaque que, comme le laissait entendre le rapport Pochard, les tranchées ennemies étaient en parfait état et nullement bouleversées.

Quant aux réseaux de barbelés, leurs parties détruites étaient battues par les mitrailleuses adverses

À 14h15 sans attendre ce retrait, on réclame au colonel de Susbielle un projet de reprise de l’attaque ! « Pour entrer dans les vues de l’état-major » écrit ce colonel dans le JMO de la Brigade, il fournira ce document en espérant « qu’il ne sera pas réalisé » !!

À 14h45 à un projet de l’état-major de pilonner les lignes allemandes au 75, le colonel de Susbielle répond que les 75 ne paraissent pas pouvoir obtenir l’effet souhaité pour la prochaine attaque compte tenu de la forme du terrain sur les contre-pentes duquel se trouvent les défenses allemandes : un tir indirect seul pourrait les atteindre.

Il faut mettre en œuvre des pièces lourdes et envoyer un officier d’artillerie à qui on indiquera les objectifs et prendre les précautions nécessaires pour que le retrait de nos lignes soit bien effectif avant toute action d’artillerie.

Le général, voulant profiter immédiatement de la petite brèche créée au centre du dispositif, le colonel répond qu’il est dans l’impossibilité de l’envisager avant l’évacuation des blessés et des survivants encore bloqués entre les réseaux de barbelés.

Nuit du 6 au 7 : Dès l’obscurité les fantassins, piégés dans le no man’s land, se retirent enfin avec d’infinies précautions et le 121e est envoyé relever les débris du 297e sous un feu intense et au milieu d’un fort embouteillage dans des boyaux encombrés de morts et de blessés.

Bilan du désastre au 297e RI : 241 morts et disparus et 309 blessés !

Travaux de retranchement sur l’Epine de Védegrange

07-10-1915 : Ordre est donné au 121e de tenir coûte que coûte, mais l’état-major se rallie peu à peu à une stratégie de défensive et emploie le 114e à de très importants travaux de consolidation des retranchements pendant que le 297e se reconstitue péniblement à l’arrière.

Ces travaux, qui se poursuivront jusqu’au 13 octobre sous le feu constant et terriblement précis de l’artillerie ennemie, vont entraîner chez les chasseurs, 114e et 121e confondus, 45 morts et 69 blessés.

13-10-1915 : De son côté l’ennemi travaille activement sur ses propres retranchements. Dans la nuit le 114e relève le 121e BCA en 1re ligne sans incident et le mois d’octobre se passe sous d’incessants pilonnages de part et d’autre.

Le 20 octobre en particulier, de 11h à 17h, sans interruption, a lieu un violent pilonnage. Chaque jour apporte son contingent de morts, de blessés et de destructions des tranchées, boyaux et abris qu’il faut reconstituer sans relâche. Escarmouches, patrouilles et accrochages se multiplient sans gain ni d’un côté ni de l’autre.

JPEG - 60.1 ko
Cuperly Prisonniers allemands 25 Octobre 1915

Le bilan total des pertes en octobre pour les chasseurs s’élève à :

  • 86 morts et disparus, 305 blessés pour le 121e,
  • 74 morts et disparus, 251 blessés pour le 114e,
  • 280 morts et disparus, 439 blessés pour le 297èmeRI.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP