www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Élina chez sa bonne

Cliché d’Antoine Carcenac


jeudi 26 août 2004, par Michel Carcenac

Répondre à cet article

A droite, Élina accepte de poser, avec son ombrelle. Elle ne s’est pas installée sur le même plan que les autres, le mouvement de l’épaule droite dit bien qu’elle n’est pas de ces gens-là. Le visage manque de netteté car la gélatine de la plaque est abîmée.
Élina est née en 1849, elle devait avoir soixante ans et la photo doit dater de 1910.
Ce jour-là, elle avait accompagné sa « bonne » dans sa famille, pour une visite de quelques heures peut-être. Le chauffeur et photographe était Antoine.

Les parents et grands-parents sont nu-pieds, mais tout le monde à la campagne faisait de même à cette époque. Les dents ont disparu. La mère est heureuse, mais la grand-mère, intimidée, se cache. Le garçon a des brodequins, peut être en l’honneur des visiteurs. Quant à la bonne, elle est jolie, bien coiffée suivant les conseils de la patronne et vêtue comme il faut. La robe a été retaillée, mais la couture part en zigzag. Evidemment, elle porte des chaussures.

Le lieu : inconnu. D’autres maisons sont bâties avec les mêmes pierres dans le village de Cladech qui domine le château des Milandes et je me souviens que, par tradition, mes parents allaient « chercher » leur bonne à Cladech. Il aurait été très simple de faire parler mon père, il ne demandait pas mieux, mais quand on exerce une profession prenante, on n’a pas le temps et puis, ces histoires d’autrefois, on les écoute d’une oreille distraite. Plus tard viennent les regrets.

Personne en 1910, et bien plus tard, ne pensait qu’une bonne était une esclave, n’ayant que le dimanche pour se reposer. Mais quand elle « sortait » d’une maison sérieuse, elle avait appris son métier de femme et avait gagné en dignité. D’avoir vécu avec des bourgeois lui donnait un vernis. Cette photo en est un exemple. Si cette bonne était restée à la ferme, elle aurait subi un esclavage bien plus pénible, aurait été coiffée comme sa mère, et n’aurait pas eu de chaussures.

*****

Découvrir Le Périgord d’Antoine Carcenac  : (photographies 1899 - 1920).

Pour lire l’interview de Michel Carcenac

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • > Élina chez sa bonne 28 février 2005 22:27, par Janou

    Ma mère adoptive, née en 1873, a eu la même vie de bonne, placée à 12 ans, elle servait des enfants de son âge.
    Née dans la Drôme, placée à Valbonne, dans la région marseillaise, comment a-t-elle connu Joseph Carcenac, son mari, dont elle a eu une fille née en 1896, comment sont_ils partis en Algérie, sur une « concession », d’où venait Joseph, c’est ce que je cherche à savoir.
    ., Quand on est jeune on ne pense pas à poser de questions, sur la vie des grandes personnes, d’autant plus que j’avais moins de 20 ans quand ma mère adoptive est décédée ?

    Répondre à ce message

    • > Élina chez sa bonne 1er janvier 2011 08:41, par plumette2

      pour ce qui est de laconcession, j’ai lu dans un livre sur la généalogie que sous Napoléon 3, des « français » qui ne voulaient pas changer de nationalité (ils étaient frontaliers, probablement, notamment ceux de Lorraine et Alsace) pouvaient partir vers l’Algérie où on leur proposait des terres !!!!
      bonnes recherches et bonne année
      plumette 2

      Répondre à ce message

    • > Élina chez sa bonne 1er janvier 2011 08:54, par Pierre

      Bonjour
      Message à Janou.
      J’ai trouvé des renseignements intéressants et une bonne base de départ pour comprendre l’émigration vers l’Algérie (les convois) grâce au lien suivant : http://genearo.chez.com/00_accueil/index_hist.htm
      Merci à Pierre Roehrig pour ses recherches et compléments historiques.
      Le site des ANOM (Archives nationales de l’Outre-Mer) pourra vous apporter des compléments. Dommage que l’accès soit parfois difficile. http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/
      Bonne année 2011 de recherches
      Pierre

      Répondre à ce message

  • Élina chez sa bonne 1er janvier 2011 12:43, par Patou

    Quelques éléments m’intriguent. La bonne est au centre de la photo, et elle est bien habillée : cette bonne ne fait pas tellement bonne, par ailleurs le statut du garçon bien chaussé n’est pas très clair. Cela me fait penser à une photo de famille datant des années 1920 sur laquelle figurait une bonne, toujours présentée comme bonne jusqu’au jour où j’ai découvert qu’elle était en fait une cousine orpheline proche...
    La photo d’Elina n’a peut-ête pas livré tous ses secrets.

    Répondre à ce message

  • Élina chez sa bonne 1er janvier 2011 12:44, par WDL 83

    Très bel article sur la vie du passé qui, contrairement à ce que nos enfants et petit-enfants peuvent croire quand nous leur racontons notre enfance, ces phases de la vie quotidienne ont à peine un siècle. Bravo pour votre article et continuer à faire revivre la mémoire de nos anciens.
    Je suis issu d’Alsaciens-Lorrains.
    Marcel

    Répondre à ce message

  • Élina chez sa bonne 1er janvier 2011 15:11, par bastider

    Cette histoire illustrée me fait penser à ma grand’mère. Partie du Jura pour être femme de chambre,bonne ou employée de maison à Paris 8°. ce que j’ai découvert sur mon arbre.Mais pas de document aussi vrai et prenant que celui d’Elina....et pas un membre de la famille encore en vie.Les anciens parlaient peu et nous nous n’osions pas poser de questions.Dommage.
    Trouvez encore des images du passé pour les générations futures est un souhait de la généalogie pour savoir d’où l’on vient , de toutes les inventions réalisées et à venir.
    Bravo.

    Répondre à ce message

  • Élina chez sa bonne 1er janvier 2011 17:21, par C.Dujardin

    J’ai pris une réel plaisir à lire le commentaire de la photo et à regarder chacun des personnages.Que la petite bonne est jolie !

    Répondre à ce message

  • Élina chez sa bonne 2 janvier 2011 16:46, par beasihono

    Tres interessant et emouvant de se transporter à cette époque pas si lointaine, malgré tout...
    Cette photo est une fenetre sur le passé et elle apporte un témoignage enrichissant quant aux commentaires et explications qu’elle a suscités

    Répondre à ce message

  • Élina chez sa bonne 2 janvier 2011 20:24, par clement07

    Oui !! bien sûr les bonnes n’étaient pas des esclaves, mais combien ont été « engrossées » sous la contrainte par leur maitre ?

    Combien d’enfants « illégitimes » sont nés de ce droit de cuissage caché ?... même si tous les maitres n’étaient pas des s....s.

    Paul

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP