www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » Soldats de Napoléon » La condition physique des conscrits en Haut Beaujolais

La condition physique des conscrits en Haut Beaujolais

Le Conseil de Révision à Saint Igny de Vers en 1803


lundi 1er décembre 2003, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Dans les « registres matricules » pour le Rhône conservés aux archives départementales, on relève les décisions du « Conseil de Recrutement » (Sous série 1 Rp N°101).

Ce conseil est composé de Jean Xavier BUREAUX PUSY, Préfet du Rhône ; Joseph PISTON « Général de Brigade Commandant le département du Rhône » ; Antoine Joseph BLANCHARD, Chef de la 12e Légion de Gendarmerie. Ils sont assistés par François MARTIN, Médecin en Chef de l’hospice de la Quarantaine.

Ce Conseil se réunit au chef lieu de canton de Saint Igny de Vers, en Haut Beaujolais.

Depuis le 8 Messidor An XI (27 juin 1803) il «  se prononce sur les congés provisoires accordés aux conscrits (de l’An IX et de l’An X) qui se disent incapables de servir (sous les drapeaux) ».

La « session » prend plusieurs jours pour examiner le bien fondé des demandes des conscrits. Il restera sur place jusqu’au « deuxième jour complémentaire de l’An Onze (19 septembre 1803). »

Grâce aux comptes rendus de ses séances, nous pouvons découvrir la description et la condition physiques de nos ancêtres.

Beaucoup de conscrits sont trop petits pour être incorporés :

  • Nicolas BRIDAY, de Saint Igny, « les cheveux et sourcils noirs, le front plat, les yeux bruns, le nez épaté, bouche grande, visage effilé, menton rond » mesure seulement 1 mètre 585 alors que la toise doit indiquer 1 mètre 600 au moins.
  • Jean Marie FAYARD, de Saint Igny ; Antoine SAPIN, de Poule (les Echarmeaux) ; Jean CARTEL et Jean Marie JANIN, de Propières, Pierre Marie CHANRION, d’Azolette ; entre autres...aucun n’a la taille requise par la loi : ils sont tous réformés.

D’autres souffrent d’affections plus graves :

  • Michel DEBORDE, de St Igny, est infirme de la jambe gauche.
  • François ALLOING, lui, mesure 1 mètre 636 mais il « est affecté d’une hidrocelle au scrotum ». L’hydrocèle est un « épanchement sérieux », c’est-à-dire en termes médicaux une accumulation de liquide organique, du scrotum. Chacun sait que le scrotum est le sac renfermant les testicules, autrement dit les bourses... il est donc dispensé définitivement.
  • Pierre AULAS, né à Propières, domicilié à Quincié, conscrit de l’An IX mesure 1 mètre 652 ; mais avoir la taille requise ne suffit pas. Pierre « a la vue très faible, occasionnée par une chute faite dans son enfance, laquelle lui a rendu en outre la face difforme ». Bien entendu, il est réformé !
  • Jean VERMOREL, de St Igny, est atteint d’une ophtalmie, affection inflammatoire de l’œil.
  • Jean VICHOT, conscrit de l’An IX, mesure 1 mètre 666 mais il est atteint d’épilepsie. Cette maladie nerveuse, caractérisée par la survenue de brusques crises convulsives, atteint également Michel AULAS. Pour lui « dont les attaques se renouvellent souvent » comme pour Jean VICHOT, grâce aux attestations du conseil municipal de Saint Igny, ce sera l’exemption définitive de service.
  • Même décision pour son compatriote Benoît DUCROT qui souffre d’un état de faiblesse et de débilité complète. Il ne faut pas comprendre ici « débilité » au sens actuel du mot, sens restreint à la santé mentale. Celui qui est « débile » n’a aucune vigueur et manque de force physique de manière permanente.
******

" Ce jourd’hui, vingt deux Messidor l’An Onze de la République, nous membres du Conseil de Recrutement, avons continué nos opérations ainsi qu’il suit... « .

Les conscrits défilent en ce jour d’été, 11 juillet 1803, devant les autorités. Au numéro 892 du registre, elles écrivent :

 » Vu la réforme proposée par le Capitaine, le Conseil accorde une dispense définitive au citoyen Jean Marie VALENTIN, conscrit de l’An 10, natif de Propières, domicilié à Propières ; taille de 1 m 558 cm, cheveux et sourcils châtains, yeux noirs, nez petit, bouche moyenne, menton et visage rond ; lequel n’a pas la taille requise par la loi. "

JPEG - 50.9 ko
(A.D. du Rhône, Sous série 1 Rp N°101)

Le congé N° 783, justificatif de cette réforme, lui est alors remis.

Comme beaucoup de ses compatriotes, Jean Marie VALENTIN, né le 28 janvier 1781, frère de notre ancêtre Jean Benoît, échappe ainsi, à vingt deux ans, à l’Armée.

En mai 1803 ; la Paix d’Amiens a été rompue : la guerre a repris contre l’Angleterre. En juillet, au Camp de Boulogne, Bonaparte étudie même un projet de débarquement sur l’île.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 Message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP