www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


La gare de Cornil

Cliché d’Antoine Carcenac


jeudi 11 février 2010, par Michel Carcenac

Répondre à cet article

Ils sont rares, les vieux clichés que l’on puisse dater et localiser avec autant de précision : jeudi 1er Juillet 1897 à 15 h 46, gare de Cornil, Corrèze.

Comme la plupart des autres gares, celle-ci présente le plan type : un bandeau dans lequel est inscrit le nom, surmonté d’un écusson. En dessous, la pendule carrée, avec son éclairage. A gauche, la salle d’attente. A droite, le bureau du chef de station se cache derrière des rideaux blancs.

Sur le banc, revêtu d’un uniforme très chic, Jean Antoine Delmas, le chef de gare, futur beau-père d’Antoine Carcenac.

Dans sa séance du 17 janvier 1907, la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, lui remettra une médaille de bronze en tant que chef de station à la Compagnie du Chemin de Fer d’Orléans, le P.O.

Sur la chaise est assis son adjoint.

Trois jeunes gens sont bien endimanchés pour un jeudi, costume trois pièces, lavallière pour l’un.

Deux d’entre eux, arborent à la boutonnière une grosse cocarde tricolore, viennent-ils de passer le conseil de révision ?

Cornil est situé entre Brive et Tulle, sur la ligne Périgueux-Brive-Clermont. Les trains s’y arrêtent toujours, mais en l’an 2000, la SNCF a décidé de raser la gare. Pourquoi garder ce bâtiment quand on a supprimé le personnel ? Il n’en reste plus rien. Les gares anciennes, si elles ne sont pas élégantes, sont de solides constructions de pierre, avec des murs de près d’un mètre d’épaisseur et des caves voûtées. La gare de Cornil aurait fait le bonheur d’un particulier, ou surtout de la mairie qui l’aurait bien achetée. La destruction a été décidée et exécutée dans le secret. Par contre, la gare de Saint-Cyprien, en Dordogne, est devenue Centre de Secours, après avoir été achetée un franc.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

14 Messages

  • > La gare de Cornil 4 mars 2005 15:04

    C’est vrai que ces gares ne devraient pas être rasées.J’avais eu la tentation d’acheter une petite gare désaffectée sur la ligne des Alpes à Marseille, et que dire des « maisonnettes », comme on appelait la maison du garde-barrière !

    Répondre à ce message

  • > La gare de Cornil 1er avril 2005 20:27, par BRUYERE René

    C’est vrai les gares sont appelées à disparaitre. Bien souvent elles servent de repères au habitants.
    Celle de Grand-Croix dans la Loire un des mes repéres non seulement géographique mais elle était gravée dans ma mémoire. Elle aussi à été démolie ; il existe un trou dans ma mémoire

    Répondre à ce message

  • > La gare de Cornil 11 mars 2007 19:15, par petite cousine

    C’est bien sympathique, et le datage a une précision digne ....des chemins de fer.
    Le bâtiment, lors de la prise de vue, montre une façade qui était alors moderne, récente, comme bien des gares, la création du chemin de fer n’étant pas si lointaine. Le mode constructif est quasi industrialisé, standardisé. On le retrouvera, à peine différent, dans les pavillons de banlieues. D’où ma question : A moins d’avoir été construite sur les bases d’une maison bien plus ancienne, les murs n’avaient pas un mètre d’épaisseur, ni des caves voûtées. Etait-ce pourtant le cas ? Il serait alors curieux de savoir sur quoi on a construit cette gare, ce qu’elle a remplacé.

    Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 14 avril 2008 14:28, par Nathanaëlle CORNIL

    Trés jolie photo, je souhaiterai savoir s’il est possible d’acquerir un cliché de cette gare dont ma famille porte le nom.
    D’avance merci.
    Nathanaëlle CORNIL

    Répondre à ce message

    • La gare de Cornil 13 février 2010 10:07, par G. C. Lemoine

      La photo peut être copiée (clic droit) puis collée sur page Word et imprimée sur papier. Ceci si le propriétaire du cliché est d’accord, ce qu’une telle mise en ligne laisse supposer.

      Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 13 février 2010 09:10, par cdfoo

    Il n’est pas 15h46 mais « 3h46 du soir »...
    Le décompte sur 24H ne se fera qu’au début du XXe siècle, 1911.
    C’est pour cela que l’on trouve des régulateurs avec la double signalétique sur douze et vingt-quatre heures. Le changement d’habitude a, là aussi, été difficile.
    CDFOO

    Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 13 février 2010 09:15, par gigi

    eh oui c’est scandaleux ces destructions c’est une partie du patrimoine local qui disparait....que dirait on si nos aîeux avaient rasé tous les vieux murs ? châteaux calvaires et pourquoi pas demain les monuments aux morts......
    La gare de Malansac sur la ligne paris quimper à été achetée par la mairie qui en a fait son école de musique et les trains ne se plaignent pas du bruit......alors que sa voisine st jacut les pins n’est plus là tout comme Elven ......cela ne gènait pourtant pas les TGV

    Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 13 février 2010 10:12, par harliette

    comment peut-on détruire un bâtiment dans le secret ?
    est-ce que la SNCF est dispensée des règles d’urbanisme ?
    est-il possible de détruire une battisse sans permis de démolir ?
    Si la commune était intéressée par l’immeuble, il est incompréhensible que la destruction se fasse sans la délivrance par la DDE et signé du maire du permis de démolir.
    Qu’elle sanction subirait un citoyen lambda pour ce type d’infraction ?

    Répondre à ce message

    • La gare de Cornil 14 février 2010 19:22, par Bouchon

      EDF fait la même chose avec ses batiments et toujours en secret ! Près du barage de Sarans (Aveyron) Le village du Brézou, son école construite en 1938 ainsiqu’une chapelle et des maisons pour ingénieurs a été complètement détruite alors qu’elle aurait pu servir comme colonie de vacances !! Trou pour ma mémoire aussi car j’étais dans cette école à l’inauguration (j’avais 5 ans).Plus de trace en revenant sur les lieux été 2009 !!! Bravo la nationalisation !!! P ; Bouchon

      Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 13 février 2010 12:13, par Chbroutin

    Sont-ce des cocardes ou des fleurs ? En tout cas, les 2 personnages qui les portent sont manifestement frères. Ils sont sur leur 31, serait-ce jour de mariage ?

    Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 13 février 2010 20:41

    Puis-je dire un mot de l’inscription : « C O R N I L » ?
    La Cie du P-O ne recourrait certainement pas à des professionnels d’un bon niveau ! Voyez la queue du ’R’,
    elle devrait avoir plus de consistance ! Quant aux lettres
    ’C’ et ’O’ elles devraient avoir été gravées sur un même tracé.
    Enfin, l’ espace entre N et I devrait être le même qu’entre I et L.

    En gare de VALENCAY (Indre) restaurée récemment, ( encore le P-O ), on peut observer le même genre de déficiences : les pleins des A sont inversés, au N : délié au lieu de plein et inversement.

    Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 17 février 2010 09:49, par André Vessot

    Bonjour,

    Bravo pour ce magnifique témoignage du passé, j’ai toujours autant de plaisir à admirer ces magnifiques photos, qui n’ont pas vieilli.

    Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 18 février 2010 22:16, par DUMOULIN

    Bonjour.
    Ma mère était une Fille Cornil originaire du nord de la France.
    Existe t’il des cartes postales de la gare et de la pendule, et comment s’en procurer !
    Merci
    R D .

    Répondre à ce message

  • La gare de Cornil 20 juillet 2012 23:45, par Jean-Philippe

    Bonjour,

    Je cherchais des vues de la gare de Cornil, que malheureusement je n’ai jamais connue, etant arrive en Correze apres sa destruction. A noter qu’il en est de meme pour sa voisine d’Aubazine.

    En dehors de l’aspect tres interessant pour celui qui habite Cornil et aime l’histoire de sa commune, c’est aussi un excellent document au niveau histoire ferroviaire.

    Un intervenant fait remarquer qu’il est 3H46 du soir et non 15H46, ce qui est tout fait pertinent. Les indicateurs « Chaix » de l’epoque reprenaient cette mention.

    Comme il le souligne, on peut voir que le cadran du « regulateur » (l’horloge tait nomme ainsi) ne comporte que les chiffres de I XII et n’a pas encore ceux de 13 24 dans un cercle interieur.

    Ce document est assez rare pour qu’on puisse en avoir un exemple, c’est la premire fois que je le vois.
    Generalement, soit ils sont anterieurs a cette disposition, soit bien souvent on ne distingue pas suffisamment le regulateur pour en voir les marquages.
    Le support en fer qui est devant sert fixer la lanterne d’eclairage specifique, mais il est assez rare que de jour elle soit en place.

    Quant a l’ardoise qui est en-dessous, elle porte ce jour-la la date de la prise de vue, mais elle est avant tout destinee a a recevoir les inscriptions a la craie des trains speciaux et supplementaires qui ne figurent pas au tableau de la marche des trains ou n’y sont repris que comme etant facultatifs.

    Cette ardoise etait obligatoire a cet emplacement dans toutes les gares de voie unique, la disposition etant reprise dans l’Ordre General n13 de la Compagnie d’Orleans, reglement d’exploitation de ce type de lignes.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP