www.histoire-genealogie.com


Bonne Année 2020

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons...

La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons...

La Petite énigme de Noël 2019


vendredi 20 décembre 2019, par Franck Boulinguez

Répondre à cet article

Jamais 2 sans 3 !

Après La centenaire de Marray (2017) et le Le petit mystère de « Noël » 2018... (2018), nous vous proposons pour la troisième année de remuer vos méninges pendant la « trêve des confiseurs » en attendant la parution de la première Gazette de l’année 2020...

Aux approches de Noël, par une sorte d’accord entre les parlementaires, on ne soulève pas de questions irritantes, qui, troublant l’esprit public, nuiraient aux affaires. Et même, afin de mieux vivre en paix, on se sépare, on se donne des vacances. Donc, point d’aigres propos et pendant cette accalmie, les marchands de sucreries, de gâteaux, de friandises, font, tout doucement, leur petit commerce. Les confiseurs jubilent, profitant de la suspension des hostilités à la Chambre, et cette tranquillité dont ils bénéficient s’est appelée la trêve des confiseurs [1]

Votre Gazette hebdomadaire ne paraitra pas les 2 prochaines semaines !

Mais après La centenaire de Marray (2017) et le Le petit mystère de « Noël » 2018... (2018), nous vous proposons, pour la troisième année, de remuer vos méninges pendant la "trêve des confiseurs" en attendant la parution de la première Gazette de l’année 2020 en essayant de résoudre cette petite énigme :

    C’est, jour pour jour, 49 ans avant l’Appel du « Grand Charles » qu’Émile, domestique de son état, épouse Louise, elle aussi domestique.

    C’est Michel MENAGER, le Maire faisant fonction d’officier de l’État civil de la petite commune située aux confins de l’Orne et de l’Eure-et-Loir, pas très loin du « Château des comtes du Perche », qui signe leur acte de mariage, pendant qu’une Chèvre traverse inlassablement ce village coincé entre ses quatre routes.

    Le Château des Comtes du Perche

    Les jeunes mariés ne se doutent pas qu’une petite quinzaine d’années plus tard, la famille qu’ils viennent de former fera l’objet d’une attention particulière.

    Que s’est-il donc passé pour que l’on garde encore la mémoire de ce foyer, au demeurant ordinaire, dont les traces perdurent encore aujourd’hui ?

Nous vous remercions d’avance d‘accepter les principes de la trêve des confiseurs :
Inutile de vous précipiter pour être le (la) premier(e) à répondre !

  • Développez votre méthode de recherche, point après point en décrivant vos recherches et en citant vos sources (avec leurs références) : Les messages du type « C’est Robert la réponse ! » ou « J’ai trouvé ! c’est 1912 ! » n’ont aucune chance d’être publiés !
  • Les messages qui contiennent une piste ou un début de réponse ne seront publiés que pour la Gazette du 10 janvier afin de permettre à tout le monde de participer...
  • Un seul message des administrateurs en haut de ce post résumera les recherches de chacun afin de lui faire savoir si il (elle) est sur la bonne voie…

L’équipe éditoriale de la Gazette : Thierry, Michel & Franck (3 fois plus de bonbons !) vous souhaite, en attendant la première Gazette de l’année 2020, de passer de merveilleuses fêtes de fin d’année !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

59 Messages

  • Resumé de vos contributions 13 décembre 2019 16:50, par Franck Boulinguez

    Vous trouverez dans ce message des compléments à vos contributions dans l’ordre d’arrivée...

    Vous êtes déjà quelques-uns à vous être penché sur notre énigme. Un grand merci ! ( en rouge les contributeurs ayant trouvé la réponse à notre énigme )

    Paul : il s’agit bien du bon couple. Reste à répondre à l’énigme...

    Suzanne : Très belle démonstration ! bravo ! Il ne reste qu’à fouiller un peu plus, la réponse n’est pas loin. ( PS rien à voir avec notre Président )

    Martine : C’est bien le bon lieu !

    Michelotte : C’est bien le bon couple !

    Aldebaran : Belle démonstration et jolie trouvaille concernant l’activité de Louise ! Mais l’énigme ne concerne pas les MILLOT. On est pourtant très près de la solution.

    20/12/2019 11h46 Pierre METREAU : Et oui ! Bravo... Même si vous n’expliquez pas votre raisonnement, vous êtes le premier ! C’est bien là la réponse à notre énigme.

    20/12/2019 14h50 SUZANNE : Bravo ! C’est bien ce qu’il fallait trouver ! Félicitations et bonnes fêtes de fin d’année avant la divulgation de cette bonne réponse lors de la prochaine Gazette !

    20/12/2019 14h56 yves67000 : Très bon début Yves ! Effectivement : le reste à chercher :-)

    20/12/2019 16h03 Katryne : C’est le bon endroit ! Et c’est le bon couple !

    20/12/2019 16h24 Aldebaran : Bravo !!! Félicitations ! Rdv en janvier pour tout découvrir !

    20/12/2019 16h25Jean Vigouroux : Il s’agit effectivement de ce couple. Reste à résoudre notre énigme...

    20/12/2019 17h57 Pierre METREAU : Bravo !!! Félicitations ! Très belle méthodologie ! Vous êtes le premier à avoir résolu note énigme ce matin.

    20/12/2019 18h57 Dany Sanz : Content que vous vous amusiez ! C’est la bonne piste !

    20/12/2019 19h24 Annie Capitain  : Bravo ! Superbe démonstration  ! C’est gagné !

    20/12/2019 23.14 Marie Th : Il s’agit bien du bon couple et du bon lieu. Mais pourquoi ont-ils fait parler d’eux 15 ans plus tard ? Pour une toute autre raison que celle que vous nous suggérez. Il faut encore chercher... ;-)

    21/12/2019 01h32 Christine : Félicitations et belle démonstration ! Bravo

    21/12/2019 07:44 Roland Carrier : Bon début de piste. Lieu et personnages identifiés. Mais la raison qui fait qu’on parlera d’eux 15 ans plus tard n’est pas celle que vous nous soumettez... Courage, le résultat n’est pas loin.

    21/12/2019 08:44 Isabelle JOURDAIN : Ne vous découragez pas. Le chemin n’est pas long !

    21/12/2019 10h49 valtonp67  : Félicitations ! C’est bien la réponse que nous attendions ! Bravo !

    21/12/2019 13h03 Jacques  : Non Jacques, la Chèvre n’est pas, dans le cadre de notre énigme, un engin de transport de matériaux mais le reste de votre démonstration est parfaite ! Félicitations !

    Un petit point sur vos recherches !

      Vous êtes déjà 8 ce samedi à 14 heures à avoir résolu notre énigme ! Félicitations à toutes et tous et surtout un grand merci de participer à notre petit jeu entre amis. Pour les autres, ceux qui cherchent encore... Le temps n’est pas compté ! Vous avez jusqu’au 9 janvier pour tenter de résoudre ce mystère..

    21/12/2019 14h14 Martine HAUTOT  : Bravo Martine ! Félicitations et bonnes fêtes de fin d’années également.)

    21/12/2019 14h43 Jacques : Et oui Jacques ! la Chèvre traverse inlassablement le village ! ;-)

    21/12/2019 15h59 Françoise Alzon  : Félicitations Françoise, vous rejoignez la liste des personnes ayant éclairci le mystère de Noël 2019 !

    21/12/2019 22:17 P. BECAVIN : Bon couple, bon lieu ! Belle trouvaille à creuser que votre proposition sur les « Morts pour la France », vous avez éveillé ma curiosité. Mais rien à voir avec notre énigme actuelle ...

    21/12/2019 22h33 Christian Paulin : Oui Christian ! C’est la bonne réponse ! Félicitations !

    21/12/2019 02:31 Marie MANFROY : Belles recherches ! la réponse n’est pas très loin. Cherchez la famille un peu plus tard et comparer avec ce que vous avez déjà trouvé... La différence vous sautera aux yeux !

    22/12/2019 12h40 Anne DANGUY DES DESERTS : Anne : La réponse est la bonne même si vous ne détaillez pas votre méthode de recherche... Quand à la Chèvre... D’autres ont trouvé ! ;-)

    22/12/2019 13h41 BECAVIN : Oui Philippe ! C’est la bonne réponse ! Félicitations et merci d’avoir poursuivi vos recherches jusqu’à trouver la solution !

    Un petit point sur vos recherches !

      Vous êtes maintenant 13 ce dimanche à 14 heures à avoir résolu notre énigme ! Félicitations à toutes et tous et surtout un grand merci de participer à notre petit jeu entre amis. Pour les autres, ceux qui cherchent encore... Le temps n’est pas compté ! Vous avez jusqu’au 9 janvier pour tenter de résoudre ce mystère :

      Que s’est-il donc passé pour que l’on garde encore la mémoire de ce foyer, au demeurant ordinaire, dont les traces perdurent encore aujourd’hui ?



    22/12/2019 15:35 anne Pichot Leroy : Belle première partie Anne : bon lieu, bon mariage... Reste à continuer vos recherches après le document de 1901 que vous citez ! Consultez les 2 côtes suivantes et vous trouverez facilement la réponse...

    22/12/2019 16h11 Anne DANGUY DES DESERTS : Anne a réussi à attrapé la Chèvre ! Quant aux actes, ils ne sont pas en ligne effectivement ! Vous les découvrirez le 10 janvier ! L’article est déjà prêt ;-)

    22/12/2019 16h32 Gérard CHENU : Bravo Gérard ! C’est bien la réponse que nous attendions ! Bonnes fêtes de fin d’année et RdV le 10 janvier pour la solution...

    22/12/2019 16h41 Charles Edouard Zambeaux : Félicitations ! Et merci pour la découverte de ce vitrail... Voici un élément à creuser en complément de notre énigme !

    22/12/2019 17h18 Anne PICHOT LEROY : Force et persévérance ! Bravo Anne !!! Peut-être pas les premiers mais : C’est la réponse à notre énigme de cette année ! Félicitations !

    22/12/2019 17h18 Marie Th COISPEAU BREMAUD : Bravo Marie-Thérèse ! Allez voir en 1911 ;-) et comme vous nous le dites : "suivre la Chèvre". Bonnes fêtes de fin d’année.

    22/12/2019 18h37 Christian Paulin : Christian ! Voila un élément qui démontre qu’il faut parfois se mettre à plusieurs pour connaitre la vérité. Ce détail m’avait personnellement échappé ! Bravo ! Un début d’ explication à cette disparition momentanée...

    23/12/2019 00h20 Marie MANFROY : Bravo Marie, avec de la persévérance, on finit toujours par trouver ! Félicitations !

    23/12/2019 11h00 isariou : Je suis malheureusement au regret de confirmer que vous allez devoir retourner travailler... ;-) Car c’est bien la bonne réponse ! Bravo !

    23/12/2019 12:12 Isabelle JOURDAIN : La réponse n’est pas bien loin ! Le reste est juste ! Courage !

    23/12/2019 12h27 Pierre METREAU : Pierre : ne vous tracassez pas pour cette disparition momentanée... Christian Paulin à résolu ce petit manque... Allez donc consulter la page 12 ! ;-)

    23/12/2019 18h06 Anne-Marie SARABEN : Quelle belle contribution ! Quelle belle balade et quelle bonne réponse ! Félicitations ! De bonnes fêtes également à vous !

    24/12/2019 13h50 gerardh : Gérard, même si vous ne développez pas beaucoup votre méthode de recherche, il s’agit bien de la bonne réponse. Félicitations !

    Un petit point sur vos recherches !

      Félicitations ! Vous êtes maintenant 18 en cette veille de Noël à 14 heures à avoir résolu notre énigme !



    25/12/2019 00.27 Jacqueline Isnel-Guérin : Jacqueline : en attendant le Père Noël, vous avez illuminé le mien par votre contribution ! Je suis sur qu’il va repasser pour vous donner la solution... La première livraison étant bien évidemment la bonne ;-) Je vous souhaite un très joyeux Noël ! et ... A l’an qué ven !

    26/12/2019 19h12 Catherine Guex : Que faire d’autre Catherine à l’approche de cette année 2020 que de vous mettre un 20/20 ! Démonstration concise et parfaite ! De très bonnes fêtes et vivement le début de l’année qui vient ! ;-)

    Un petit point sur vos recherches !

      Félicitations à toutes et à tous ! Je vous promet de compliquer l’énigme de l’année prochaine... J’ai fait trop simple ! Non en fait : Vous êtres trop fort !!! Bravo !

      J’ai hâte de publier vos contributions !

      Les noms des contributeurs ayant trouvé la solution sont inscrit en rouge !

    27/12/2019 00h56 Jacqueline Isnel-Guérin : Bravo Jacqueline ! Le Père Noël vous a apporté la solution lors de sa 2éme livraison ! Un grand merci pour vos souhaits de fin d’année.

    27/12/2019 11h45 Bernard CHAREYRON : Il est évident Bernard que nous acceptons votre réponse comme vous le demandez au point 8. Les 7 premiers étant parfaits... Plutôt que dans la presse ancienne , essayez de chercher sur un fameux site de collectionneurs ! ;-) ( c’était l’indice du jour )

    27/12/2019 11h45 Sylvie Cauche-Laouchez : Bravo Sylvie ! le « remue-ménage » fut le bon ! Félicitations !

    30/12/2019 10:30 Isabelle JOURDAIN : Isabelle, notre énigme ne concerne pas une bâtisse... Je n’ai pas trouvé l’image que vous citez. Mais elle est sans doute sans rapport avec notre famille... ! Bonne fin d’année.

    02/01/2020 13h45 Pierre MILLARD : Quelle belle démonstration ! Félicitations ! C’est bien la bonne réponse ! Bonne année à vous.

    Répondre à ce message

    • Resumé de vos contributions 20 décembre 2019 11:05, par michelotte

      Il s’agit de Emile Goult et Louise Joséphine Levier mariés le 18/06/1891 à Berd’hui Orne

      Répondre à ce message

    • Resumé de vos contributions 23 décembre 2019 00:20, par Marie MANFROY

      Bonsoir,

      Après une petite trêve, :-/ je suis revenue à l’énigme ! j’ai suivi les recensements. Je ne sais pas si c’est la réponse que vous attendez !
      en 1906 4 enfants dont 2 jumeaux, Marcel et Robert nés en 1905 et en 1911 des triplés,donc 1 de plus, Gabrielle, Robert et Marcel nés également en 1905.
      Sont-ils restés dans les mémoires car ils ont eu des triplés voir plus ? les orthographes des prénoms prêtant à confusion

      Par contre, Emile Placide leur fils né en 1897, est resté lui dans les faits-divers d’Ouest -Eclair :

      Pas si placide que ça !
      1934,1941 Violence,coups et blessures, Bagarre d’ivrogne,et
      en 1938, il est tombé du haut d’un arbre, chute de 10 mètres = un bras cassé . ( source geneanet,bibliothèque généalogique )

      Bien cordialement

      Marie MANFROY

      Répondre à ce message

    • Resumé de vos contributions 24 décembre 2019 08:25, par Marie MANFROY

      Bonjour,

      Merci pour cette énigme ! je me suis bien amusée

      C’est toujours un moment de plaisir que de lire vos articles chaque vendredi.

      Très belles fêtes de Noël à tous.

      Marie Manfroy.

      Répondre à ce message

    • Resumé de vos contributions 28 décembre 2019 15:15, par Jacqueline Isnel-Guérin

      Bonjour, Franck en suivant le conseil que vous donnez à Bernard Chareyron je peux, maintenant, vous dire que je suis tout à fait d’accord sur le jugement du Père Noël concernant « l’objet » de l’énigme ... trop att........! Ah ! un peu devin ce Père Noël

      Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 07:11, par Suzanne

    Il me semble bien reconnaître cet endroit de suite.
    J’y passe en voiture pour aller des Yvelines à Caen...
    Je vérifie de suite....
    Bonne trève des confiseurs à tous

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 07:40, par Leroux Gisèle

    Bonjour.
    Merci à toute l’équipe pour tous les bons moments passés en votre compagnie. je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année.
    Mon âge me permet de vous embrasser bien fort.

    Gisèle

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 08:24, par Paul Chevassus

    Il s’agit du couple Emile Goule et Louise Levier mariés le 18/6/1891 à 61 Berd’huis

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 10:14, par Suzanne

    Bonjour,

    D’abord chercher le mariage !
    Pour la date on retire 49 ans à l’Appel du 18 juin 1940
    Ce qui donne le 18 juin 1891.
    Avec un couple Emile et Louise.
    Pour le lieu, on s’appuie sur les indices
    Commune non loin de Nogent le Rotrou ( château des Comtes du Perche)
    On cherche une rivière, la Chèvre
    Je trouve que l’on peut pêcher « de Dancé à Berd’huis »
    On cherche sur la carte de l’Orne une commune aux confins de l’Eure et Loir et de l’Orne, non loin de la rivière Chèvre et traversée par 4 Routes
    J’hésite entre Dancé et Berd’huis.
    Direction les archives numérisées de l’Orne et les tables décénalles.
    Pas de mariage le 18 juin 1891 à Dancé.
    Par contre le couple Emile GROULT et Louise LERIER s’unissent bien à Berd’Huis, le 18 juin 1891.
    Acte de mariage n° 4, page 114/122. Lui 24 ans, elle 25 ans.
    Tout cela trouvé en moins de 30 minutes, mais, mais….

    Pourquoi parle-t-on d’eux, ou du moins de leur descendance quelques années plus tard ?
    Je n’ai pas trouvé…
    Je pense basiquement à un nombre important d’enfants au bout de 15 ans… ou au contraire le premier divorce du département  ???
    Rien trouvé sur la Toile, Gallica, Archives de l’Orne, historique du village de Berd’huis, dans ce sens

    Mais j’ai retrouvé que cette commune de l’Orne de 1.100 habitants a été choisie pour accueillir le président de la République Emmanuel Macron le 12 avril 2018, le temps de son interview au 13 Heures de TF1.
    À l’issue de cette émission, Emmanuel Macron avait échangé avec les enfants et leurs enseignants. Il leur avait promis de leur montrer l’endroit où il travaillait et donc de les inviter à Paris. Une invitation suivie d’effets puisque 75 élèves du village ornais et douze de leurs enseignants ont pu visiter, le lundi 25 juin 2018, le palais de l’Élysée.
    Un de leurs descendants parmi ces enfants ?

    Rien trouvé autour des années 1906 donc.

    Juste trouvé des articles de journaux (années 1930) où leurs 2 fils (?) se disputent pour cause d’ivrognerie....dont un qui se nomme à son tour Emile Grout, puisatier et l’autre Robert.

    Merci pour cette énigme que je n’ai pas résolue totalement… Dommage
    Bonnes Fêtes à tous

    Suzanne

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 10:51, par martine hautot

    Bonjour ,cela se passe donc dans la vallée de la Chèvre ,près de Nogent le rotrou ,rivière qui arrose Bord-huis ,Verrières , Saint hilaire sur Erre ,Dancé

    A bientôt
    Martine

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 11:26, par aldebaran

    Bonjour à tous

    Merci pour cette nouvelle énigme.

    En effet, le couple GOULT / LEVIER a dû distribuer 3 fois plus de bonbons...
    Emile François GOULT épouse le 18 juin 1891 à Berd’huis, commune de l’Orne, traversée par la rivière la Chèvre, LEVIER Louise Joséphine.
    Acte dressé par Abraham Michel MENAGER, maire de Berd’huis.
    Le couple s’installe à Préaux-du-Perche où est né le mari en 1866.
    Les recensements de 1901, 1906 et 1911 sont intéressants.
    Emile est ouvrier charpentier puis cultivateur tandis que Joséphine est nourrice.
    Heureux hasard, ce couple va accueillir par 3 fois un nourrisson portant le même patronyme MILLOT.
    1901 : Suzanne MILLOT
    1906 : Marie MILLOT née en 1904 à Drancy
    1911 : Marie MILLOT née en 1909 à Paris.
    D’où 3 fois plus de bonbons...

    Cordialement
    Aldebaran

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 11:46, par Pierre METREAU

    Bonjour,
    Est-ce que la naissance de triplés en décembre 1905 à Préaux-du-Perche (Orne)est un événements suffisamment exceptionnel pour qu’on en souvienne encore ?
    Cordialement.
    Pierre METREAU

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 14:50, par Suzanne

    Re,
    Grâce à la fiche matricule de Emile François ( quels beaux voyages avec l’armée avant son mariage !!!),
    on retrouve son lieu de résidence : PREAUX.
    Sur les recensements de 1911 ; il est là, demeurant à « La Petite Calotière » avec sa petite famille.
    Bon une famille pas très nombreuse.
    Mais, mais....
    3 enfants nés la même année, en 1905.
    Donc je pense que Emile et Louise sont les heureux parents de TRIPLES nés en 1905

    Et que c’est la réponse à l’énigme.

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 14:56, par marticou

    bonjour
    la chevre rivière qui coule a bred’huis
    couple marie le 18/06/1891
    goule emile françois et levier louise josephine

    le reste a chercer
    clt yves67000

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 16:03, par Katryne

    Hello !
    La Chèvre est une rivière qui traverse 4 communes de l’Orne. La première par ordre alphabétique, Berd’Huis est la bonne. En effet, le 18 juin 1891, le maire Abraham Michel Ménager marie Émile François Goule et Louise Joséphine Levier. J’ai trouvé aux AD de l’Orne leur acte de mariage et sur Geneanet, un généalogiste a posté l’ascendance de Louise et son acte de naissance. Sans mention marginale. Je n’ai rien d’autre pour le moment, je n’ai pas trouvé de trace de naissance ou de décès à Berd’Huis avec ces noms là. Je cherche encore ...

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 16:24, par aldebaran

    Oh la la Que j’ai compliqué l’énigme ! :-))

    C’est Louise, elle-même, qui a eu 3 enfants en décembre 1905. (3 garçons jumeaux comme l’indiquent les cartes postales éditées en leur honneur).

    Merci encore pour cette recherche et bonnes fêtes à tous.
    Aldebaran

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 16:25, par Jean Vigouroux

    J’ai d’abord trouvé le département de l’Orne car c’est dans ce département que coule la rivière « LA CHËVRE ».
    La Chêvre traverse 4 communes de l’Orne : Berd’huis, Dancé, Verrières, Saint Hilaire.
    J’ai consulté les AD de l’Orne en commençant par la 1re commune par ordre alphabétique : Berd’huis : les mariages de 18 juin 1891 (1940-49=1891) j’ai trouvé l’acte de mariage de Goule Emile (24 ans) avec Levier Louise (25 ans) mariés par le maire Ménager Abraham Michel.
    Bonne fête

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 17:57, par Pierre METREAU

    Bonjour,
    Ma démarche a été la suivante :
    J’ai tout de suite pensé à une rivière pour la Chèvre traversant le village mais sur Wikipédia je me suis retrouvé en Ille-et-Vilaine. J’ai donc suivi la piste du château des comtes du Perche et je suis tombé sur Nogent-le-Rotrou (arrosé par l’Huisne et dont le maire en 1891 s’appelait GOURVERNEUR). Par contre, « rivières près de Nogent » amène à Chèvre qui coule entre Dancé et Berd’huis. Sur une carte, cette dernière localité ressemble à un magnifique carrefour. Bon, je pense tenir le bon lieu. Pour la date, pas de mystère : l’appel du Général de GAULLE moins 49 ans donne 18 juin 1891. A ce jour, nous trouvons en ligne l’acte de mariage de Emile François GOULT et Louise Joséphine LEVIER, tous deux domestiques (et Abraham Michel MENAGER, officier de l’Etat-civil). Bingo ! Reste à débusquer l’événement une quinzaine d’années plus tard, soit autour de 1906. Et cet événement concerne la famille, le foyer, pas un membre en particulier. Il faut faire un tour par les recensements pour y détecter une éventuelle originalité. Grâce à Filae, je passe de Berd’huis où les GOULT sont absents à Préaux-du-Perche où je repère que Louise est nourrice et a accueilli les petites MILLOT (de Drancy mais pas de futures stars). Dans la composition de la famille, Marcel et Robert sont nés la même année 1905 (sic). Les infos étant parfois approximatives, un détour par les tables décennales permettra de vérifier une probable gémellité. Et non, ils sont trois avec Gabriel !

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 18:57, par Sanz

    Bonsoir,
    Je pense qu’il s’agit de la commune de Berd’huis dans l’Orne, traversée par la rivière la Chèvre. Le couple Goulin Emile François et Levier Louise Joséphine s’est marié 6 juin 1891. Maintenant, je piétine, mais je m’amuse...
    Bonne soirée.
    Dany Sanz

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 19:46, par Annie Capitain

    Bonsoir,
    A l’aide des indices donnés il est aisé de retrouver la date du mariage de Emile et Louise le 18 juin 1891. Un peu de réflexion sur la chèvre baladeuse et et je découvre une rivière appelée « la Chèvre » traversant 4 communes de l’Orne. Un passage par les tables décennales de ces communes et voilà le mariage trouvé, je pense à celui de Goult Emile et de Louise Levier (Utiles les prénoms des conjoints à ce moment et le nom du maire !!) à Berd’huis. Plus difficile de trouver les naissances des enfant de ce couple que je pensais nés à Berd’huis. Et finalement de Généanet en filae etc... je découvre la famille à Préaux du Perche en 1901, Emile est charpentier et Joséphine nourrice et une petite Marie leur fille. Une recherche d’autres naissances sur les tables décennales vers 1905-1906 et là, la naissance de triplés (garçons) le 2 décembre 1905, Gabriel François, Robert Eugène et Marcel André. Je pense que je suis arrivée à résoudre l’énigme «  3 fois plus de bonbons ». Merci de nous proposer vos énigmes. j’y prends toujours beaucoup de plaisir. Bonnes fêtes fin d’année à vous.
    Annie

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 23:05, par Marie Th COISPEAU BREMAUD

    Je pense qu’il sagit de
    GOULT Emile François, 24 ans, domestique
    domicilié à la Roussetière dans cette commune
    marié le 18 juin 1891 dans la commune de Berdhuis Orne
    avec LEVIER Louise Joséphine 25 ans domiciliée à la Roche en cette commune
    étapes :
    trouver la date fut facile 18 juin 1891
    Le chateau des comtes du Perche et les confins de l’Orne et de l’Eure et Loir conduisent à Nogent Le Rotrou.
    Mais rien dans cette commune.
    En regardant la carte au nord-ouest de Nogent 4 routes et Berdhuis. L’acte se trouve dans les archives départementales de ce département...

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 20 décembre 2019 23:14, par Marie Th COISPEAU BREMAUD

    suite au message de mt. coispeau
    15 ans plus tard
    Le Ier grand prix de l’Automobile Club de France ancêtre des 24 heures du Mans fut organisé les 26 et 27 juin 1906 dans la commune de BERDHUIS
    résultat trouvé grace à google...

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 01:32, par Christine

    Bonsoir,

    je pense que l’énigme concerne le couple formé par Emile François GOULT et Louise Joséphine LEVIER qui s’est marié le 18 juin 1891 (49 ans jour pour jour avant l’appel du Grand Charles) à Berd’huis (61) commune du Perche où coule la Chèvre près du croisement de la route de Nogent avec celle du Theil, commune située à proximité de Nogent-le-Rotrou (28) fief des Comtes du Perche.
    Une fois identifiée la commune de mariage il m’a suffit de consulter l’acte de mariage sur les archives en ligne de l’Orne. Forte des dates et lieux de naissance des protagonistes, j’ai consulté la fiche matricule d’Emile afin de connaître ses lieux de résidence, ce qui m’a permis de retrouver les actes de naissance, décès, voire mariage de leurs enfants. Ensuite, à nouveau consultation des fiches matricule, site mémoire des Hommes, etc...
    Ce couple a eu 7 enfants dont l’attention particulière à du porté sur quelques-uns d’entre eux (les 3e, 4e et 5e) :
    1. Marie Armandine née le 16 août 1892 à St-Agnan-sur-Erre (61), mariée le 1er octobre 1912 au Préaux du Perche (61) avec Léon Albert PERCHERON (1879-1916 décédé d’une tumeur) et décédée peu de temps après son époux, le 13 décembre 1918 au Préaux du Perche (61)
    2. Emile Placide, né le 28 mars 1897 à St-Agnan-sur-Erre (61), marié le 05 juin 1943 à l’Hermitière (61) avec Albertine MAINTENANT (1893-1983), décédé le 22 décembre 1962 au Préaux du Perche (61)
    3, 4 et 5... le 2 décembre 1905, au Préaux-du-Perche (61) les triplés (naissances peu fréquentes mais pas rares). Ce qui la différencie de nombre d’autres, c’est que ces triplés ont tous vécu plus de quelques jours alors que nombre de grossesses multiples se soldaient par des enfants mort-nés ou décédant dans les 48 heures :
    3. Marcel André décéda le 1er, à l’âge de 4 ans 1/2 le 25 mai 1912 au Préaux-du-Perche
    4. Robert Eugène décédé le 10-août 1988 à Mamers (72)
    5. Gabriel François marié le 28 septembre 1933 au Préaux-du-Perche avec Denise Charlotte MEUNIER
    6. Georges Joseph Marie, né le 9 septembre 1907 au Préaux-du-Perche, marié le 27 avril 1927 à Trizay-Coutretot (28) avec Germaine HEE (1902-1990), résistant décédé en déportation à Mauthausen le 4 juillet 1943
    7. Marcel Fernand Charles, né le 25 sept 1910 au Préaux-du-Perche, marié avec Marthe BOUILLY (1913-2003), mort pour la France 49 ans jour pour jour après le mariage de ses parents, le 18 juin 1940 à Rigny-la-Salle (51)
    Louise Joséphine LEVIER est décédée au Préaux-du-Perche le 17 septembre 1938
    Emile François GOULT le 8 février 1941 également au Préaux-du-Perche.

    Bonne soirée à vous.

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 07:44, par Roland Carrier

    Bonjour,
    Le 18 juin 1891 à Berd’huis (Orne) mariage d’Emile François Goult et de Louise Joséphine Levier. Ils étaient domestiques.
    D’après la fiche matricule d’Emile, ils s’installent à Préaux-du-Perche (Orne). Reste à trouver qui est ce Chèvre et à quoi ils ont été mêlés un peu avant 1906. Une idée : en 1906 la loi sur le repos hebdomadaire a été votée ce qui pour le monde des domestiques a du être un événement
    Bonne journée
    Roland

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 08:43, par JOURDAIN Isabelle

    Bonjour ,

    Ca ne décolle pas pour moi car je ne trouve pas le Maire d’un village traversé par 4 routes ! et proche de Nogent le rotrou

    Cordialement
    Isabelle

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 10:49, par valtonp67

    Le mariage entre Emile GOULT et Louise LEVIER a lieu le 18 juin 1891, à Berd’huis dans l’Orne, commune traversée par la rivière « La Chèvre », et devant Abraham Michel MENAGER, maire de Berd’huis (réf. Archives Départementales de l’Orne - Registre d’Etat Civil de la Commune de Berd’huis - Document 3NUMECEC43/3E2_043_23 ( 1878-1892 )).

    Nous retrouvons la trace de ce couple quelques années plus tard des le recensements de la commune de Preaux-du-Perche, toujours dans l’Orne :

    en 1901 : Archives Départementales de l’Orne - Recensement 1901 de la Commune de Berd’huis - Cote : 3NUMLN337/M1533_01, à Bellevue, où l’on apprend qu’Emile est charpentier et Louise nourrice (d’un nourrisson d’un an, Suzanne MILLOT)

    en 1906 : Archives Départementales de l’Orne - Recensement 1906 de la Commune de Berd’huis - Cote : 3NUMLN337/M1533_02, à La Galottière. Cette année-là, Emile et Louise sont indiqués comme cultivateurs, et l’on retrouve à nouveau un enfant MILLOT, Marie.
    Le point à relever se trouve dans l’énumération des enfants du couple, en particulier ceux nés en 1905 : Marcel et Robert.
    Des jumeaux ? Non, en fait, le recensement de 1911 indique des triplés (... 3 fois plus de bonbons ? :-! ) : Marcel, Robert et Gabriel (Archives Départementales de l’Orne - Recensement 1911 de la Commune de Berd’huis - Cote : Cote : 3NUMLN337/M1533_03)
    Ce que confirme les tables décennales (Document 3NUMECTD337_1903 ( 1903-1912 ) - Page 3 de 14) : les 3 enfants sont nés le 2 décembre 1905 à Preaux-du-Perche.

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 13:03, par Jacques

    Bonjour Franck,

    Je vous soumets mon raisonnement :

    1. 40 ans avant l’appel du Grand Charles = 18.06.1891

    2. Le maire de BERD’HUIS se nomme à l’époque Abraham Michel MÉNAGER.

    3. le 18.06.1891 à Berd’huis, se marient Emile François GOULT et Louise Joséphine LEVIER.

    4. Une petite quinzaine d’années plus tard, naîtront des triplés, le 02.12.1905.

    5. Donc il faudra 3 fois plus de bonbons (dragées) pour les baptêmes.

    Je suppose que la Chèvre est un engin pour transporter des matériaux de constructions, mais est-ce un indice pour trouver la commune de Berd’huis ?

    Cordialement.
    Jacques

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 14:14, par martine hautot

    Bonjour ,
    Je reviens ,tardivement .
    Le couple se marie à Berd’huis le 18 Juin 1891 ,village que traverse la Chévre rivière de l’Orne .
    Ils s’appellent Emile François Goult et Levier Louise Joséphine (archives départementales de l’ Orne ,registre des mariages de Berd’huis Année 1891)
    Le marié est de droit de Préaux .
    Pas de naissance Goult à Berd’huis sur les tables décennales 1803_1812. Mais on les retrouve à Préaux ,naissance de triplés le 2 Décembre 1905
    Gabriel François ,Robert Eugéne ,Marcel André ( table décennale de Préaux 1903/1912)
    donc trois naissances à célébrer ,plutôt avec des dragées que des bonbons ordinaires !
    Bonnes fêtes de fin d’année
    Martine

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 14:33, par jacques

    Bon sang, mais c’est bien sûr !
    La Chèvre est le cours d’eau qui traverse Berd’huis.

    Jacques

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 15:59, par Françoise Alzon

    Bonjour,
    Pour moi, la réponse à votre énigme serait la naissance des triplés le 2/12/1905.

    1/ Date du mariage : 18 juin 1891

    2/ Trouvé sur Google que la Chèvre est une rivière qui traverse 4 communes (wikipedia) : Berd’huis, Dancé, St Hilaire sur Erre et Verrières (Orne)

    3/ Trouvé sur Berd’huis le mariage le 18/6/1891 d’Emile Goult et Louise Levier (p.114/122)

    4/ Ensuite, la 15aine d’années plus tard nous amène vers 1906. Parlant de famille, ils ont dû avoir des enfants. Pas trace de la famille sur les recensements de Berd’huis en 1906.

    5/ Sachant que sur son acte de mariage, Emile Goulet/Goult est dit habitant de Préaux, les recensements de cette commune en 1906 nous renseignent sur la famille : 4 enfants dont des jumeaux et un enfant en nourrice

    6/ Pas d’actes pour cette année 1906, mais les tables décénales de Préaux du Perche nous indiquent que 3 enfants sont nés de ce couple le 2 décembre 1905. Gabriel, Robert et Marcel, ce qui a dû faire parler d’eux !!.

    Bien cordialement, et bonnes fêtes de fin d’année,
    Françoise

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 16:22, par Christine

    Un grand merci à toutes et à tous pour cette belle énigme et bravo à tous les contributeurs pour cette année passée. Je suis impatiente de vous retrouver l’année prochaine et vous souhaite de très joyeuses fêtes de Noël et de Nouvel An, entourés de tous ceux qui vous sont chers, dans la joie et la paix.

    et petit indice pour ceux qui n’ont pas trouvé... faites comme « Campana »... suivez la Chèvre ;-)

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 22:17, par BECAVIN

    Bonjour,
    Ma première recherche a été faite sous Google Earth. Le village de Berd’huis dans l’orne, près du château des Comtes du Perche, est traversé par 2 routes et arrosé par la rivière La Chèvre.
    Les archives de l’Orne confirme le mariage d’Emile François Goult avec Louise Levier le 18 juin 1891, soit 40 ans avant l’appel du Général De Gaulle.
    Une recherche « Goult » sur Filae recense le couple aux Préaux-du-Perche en 1901.
    Pour la suite de l’énigme, j’ai un doute. Un Goult François apparait sur le monument aux morts mais aucun renseignement n’apparaît dans les documents des armées (ni dans le Livre d’Or des morts pour la France ni dans la Base des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale). Par contre, un Goult François est bien décédé en mai 1918 (table décennale). Est-ce donc Goult Emile François qui aurait été déclaré par erreur mort pour la France ?
    En attendant, je souhaite à toute l’équipe un joyeux Noël et de bonnes fêtes de fin d’année
    Cordialement
    P. Becavin

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 21 décembre 2019 22:33, par Christian Paulin

    Bonjour
    Emile François GOULT et Louise Joséphine LEVIER se sont mariés à Berd’huis, village traversée par la rivière La Chêvre, dans l’orne le 18 juin 1891 (1878-1892 p 114).

    15 ans plus tard ils résident à Préaux 60.recensement de 1906 page 6. Il est indiqué 4 enfants dont des jumeaux et un enfant en nourrice.

    En 1911, ils sont toujours à Préaux mais il est indiqué 3 naissances d’enfants en 1905.Les 2 aînés ne sont plus là mais Marie MILLOT est toujours en nourrice.

    Il y a bien une naissance de triplés le 2-12-1905 (tables décennales 1903-1912 p 3. Est ce la bonne réponse ?

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 02:31, par Marie MANFROY

    Bonjour,

    J’ai d’abord cherché où coule la rivière « La chèvre ». 4 communes : Berd’huis, Dancé, Saint-Hilaire sur Erre et Verrières. J’ai trouvé dans les tables décennales de Berd’huis le mariage de Emile François GOULT et de Louise Joséphine LEVIER. et leur mariage p 144/122 AD/Orne.
    Sa soeur Ambroisine Angèle se marie le même jour que lui avec Josse Lazare.
    Le 30 12 1893, il est témoin au mariage de sa belle soeur Pauline LEVIER avec Cuinier Léopold. Il est charpentier.
    On les retrouve en 1901 à Préaux du Perche sur le recensement. Lui est toujours charpentier et elle est nourrice. Ils ont 2 enfants Marie 8 ans et Emile 4 ans et un bébé en nourrice : MILLOT Suzanne.AD/Orne p 5/20

    Leur fils Emile Placide est né le 27 mars 1897 à Saint Aignan sur Erre. Louise est dite cultivatrice.
    Sur son acte de naissance AD/Orne p 41/62, on sait qu’il se marie x le 22 janvier 1921 avec Yvonne Marie Louise GARNIER ( + le 7/9/1940 à Alençon ( Géneanet)) et xx le 5 juin 1943 à Albertine Adèle MAINTENANT. Emile Placide décède le 22 décembre 1962 à Préaux.

    On retrouve la famille en 1906, toujours à Préaux. La famille s’est agrandie Marie en 1892, Emile en 1897, Marcel et Robert en 1905. Et toujours un nourrisson MILLOT Marie née en 1904 à Drancy.

    Par contre je n’ai pas encore trouvé la réponse à l’énigme.

    Je continue de chercher...

    Bien cordialement
    Marie MANFROY

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 12:40, par Anne DANGUY DES DESERTS

    Oui trois fois plus de bonbons pour trois petits garçons nés le même jour à Préaux, le 2 décembre 1905 au foyer d’Emile Goult et de Louise Levier, Gabriel, Roland, Marcel.

    La Chèvre, une rue ? un ruisseau ?

    Merci pour cette amusante énigme.

    anne

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 13:41, par BECAVIN

    Bonjour,
    Après avoir poursuivi mes recherches sur le couple Goult-Levier, j’ai relevé la naissance de triplés en 1905 dans la ville de Préaux (Tables décennales). Le recensement de 1906 ne fait apparaître que 2 des 3 enfants (Marcel & Robert) mais celui de 1911 fait apparaître les 3 dans le foyer de Goult Emile et Levier Joséphine. La naissance de triplés n’étant pas courante, est-ce la solution de l’énigme ?
    Bon dimanche
    Cordialement
    Philippe

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 15:35, par anne Pichot Leroy

    Bonjour,
    1°-l’appel du Grand Charles : 18 juin 1940, donc mariage le 18 juin 1891.
    2°-lieu ? : indication de la Chèvre, petite rivière de 13.9km qui passe dans 4 communes. J’ai hésité entre Dancé et Berd’huis ; Finalement, j’ai retrouvé l’acte n°4 du 18/06/1891, concernant le mariage de Emile François Goult et de Louise Joséphine Levier.L’officier d’état civil, le maire, est Abraham, Michel Menager.
    On retrouve ce même couple, dans le recensement de 1901, au lieu dit belleme,commune de préaux sur perche, lui charpentier, elle, nourrice.
    pour la deuxième partie, je seche....

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 16:11, par Anne DANGUY DES DESERTS

    C’est vrai.
    Voici la méthode.
    1 - localisation de la commune sur une carte avec les données fournies. Une commune probable Berd’huis dans l’Orne.
    2 - Repérage de la date avec les données fournies : 18 juin 1891
    3 - Recherche aux AD de l’Orne du mariage de ce couple sur Berd’huis. On trouve à la date du 18 juin 1891 le mariage d’Emile Goult avec Louise Levier.
    Emile n’est pas de Berd’huis.
    4 - Recherche aux AD de l’Orne de la case matriculaire d’Emile Goult (parcours intéressant infanterie de marine !) pour vérification de l’adresse : commune Préaux.
    5 - Exploitation des tables décennales de Préaux juqu’après 1905-1906. Au 2 décembre 1905 on trouve les triplés Goult.
    Dommage, on n’a pas les actes en ligne.
    Retour sur le site Berd’huis pour la Chèvre, c’est la rivière qui traverse cette commune.
    Et voilà.
    amitiés.
    anne

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 16:32, par Gérard CHENU

    Le couple Emile François GOULT / Louise Joséphine LEVIER s’est marié le 18/06/1891 à Berd’huis (Orne).
    On retrouve le couple avec 4 enfants au recensement de Préaux en 1906 image 6 au lieu-dit « La Galotière » : Marie née 1892, Emile 1897, Marcel 1905 et Robert 1905.
    Puis sur le recensement de 1911 image 10, on le retrouve avec 3 enfants Gabriel, Robert et Marcel nés tous les trois en 1905 à Préaux au lieu-dit « La Petite Galotière ».
    Sur les tables décennales de Préaux 1902-1912 on retrouve en effet trois naissances le 02/12/1905, à savoir : Gabriel (qui ne figurait pas en 1906), Robert et Marcelle (Marcel). Le couple a donc eu des triplés. Est-ce la bonne réponse ?.

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 16:41, par Charles Edouard Zambeaux

    Bonjour,
    la piste
    le château des comtes est à Nogent le Rotrou,
    un village proche dans le département voisin, traversé par la Chèvre au croisement de quatre routes Berd’huis
    En 1891 et le 18 juin y contractent mariage Emile François Goult, né le 9 novembre 1866 et Louise Joséphine Levier, Berd’huis registre v 114
    le dit Emile est militaire de réserve et sa fiche matricule, registre 1886 n° 178 v 187
    qui précise son adresse en 1891, Berd’huis, 1892 St Agnan, 1901 Préaux
    la table décennale des naissances de Préaux du Perche 1903-1912 indique cinq naissances Goult dont, le 2 décembre 1905 la venue de triplés : Gabriel François, Robert Eugène et Marcel André...
    L’évènement n’a rien d’exceptionnel en soi, mais il a dû avoir un certain retentissement à l’époque,
    local plutôt que national mais quelle trace actuelle ?
    Ils ont probablement cotisé pour la réalisation du vitrail de l’église de Préaux du Perche en mémoire des poilus de la Grande Guerre… mais pas de mention d’eux à ce propos.

    Trois petits jésus dans une même crèche vivante constitueraient une provocation, une opposition à la nouvelle loi de séparation de l’église et de l’état...

    Joyeux Noël et bonnes Fêtes
    CE Zambeaux

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 17:18, par Anne PICHOT LEROY

    Suite et fin...???

    en reprenant les tables décennales, je constate que 3 enfants sont nés le même jour en Octobre 1905 : Gabriel, Robert et Marcel.
    Peut être les premiers triplés français..

    je pense que c’est la réponse à l’énigme.
    bonne soirée et bonnes fêtes de fin d’année

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 18:14, par Marie Th COISPEAU BREMAUD

    Voici ce que j’ai trouvé...
    Emile Goult et sa famille sont partis à Préaux-du-Perche et et le 2 octobre 1905 Louise accouche de triplés Robert Eugène, Gabriel François, et Marcel André.
    En 1906 ils figurent dans les recensements de cette ville mais ne figurent plus que des jumeaux et deux autres enfants ainés et un petit enfant.
    Je ne sais pas si c’est la réponse ! A bientôt

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 18:20, par Marie Th COISPEAU BREMAUD

    j’ai oublié de dire « suivre la Chèvre et on arrive à Préaux-du-Perche »
    Bonnes Fêtes et Bonne Année à toute l’équipe...

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 22 décembre 2019 18:37, par Christian Paulin

    Bonjour,

    Très satisfait d’avoir trouvé la solution mais une légère insatisfaction :
    Au recensement de Préaux en 1906, Gabriel n’est pas mentionné avec sa famille. Il n’a pas disparu car les triplés sont ensemble en 1911.

    J’ai cherché et à la page 12 de 1906 (à gauche), un Goult Gabriel apparaît dans la famille LOISON-GOULT Justine.Il est en nourrice !
    Justine est la soeur de notre Emile, née le 19-5-1868 à l’Hermitière (1863-1885 p 33 acte n°8). Le lien entre Gabriel et sa nourrice n’est pas indiqué. Dommage.

    Par ailleurs je pense que les gazettes se sont emparées de la naissance de triplés. Mais je n’ai rien trouvé. Pour ma part en 15 ans de recherches généalogiques, c’est la première fois qu’un tel cas se présente.

    Merci à vous pour ce remue-méninges. Joyeux Noêl et bonne année avec de nouvelles trouvailles.

    Généalogiquement vôtre. Christian

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 23 décembre 2019 11:00, par isariou

    Bonjour
    merci pour cette énigme passionnante ! Bon, vous m’avez obligée à découvrir un peu l’Orne et « les confins de l’Eure et Loir » ; j’avoue que je n’ai pas eu l’idée de chercher « La Chèvre », j’ai juste recherché d’abord, village après villages , les registres de mariage pour le 18 juin 1891, jusqu’à « tomber sur » Berd’huis !c’est seulement après en tapant Berd’huis et chèvre que j’ai compris qu’il s’agissait de la rivière !
    Puis, recherchant sur les tables décennales de Berd’huis d’éventuelles naissances, n’en trouvant pas , je suis allée sur la ville de résidence du père, Le Préaux, et ai trouvé 3 naissances de garçons à la même date en 1905 : est-ce cela l’évènement , naissance de triplés ? parce que malheureusement, on ne peut pas accéder aux actes ... très bonnes fêtes de fin d’année,à vous de geneanet, ainsi qu’à vos lecteurs, pourvu que j’aie bien trouvé pour que je puisse aller travailler un peu, sinon, je m’y remets !

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 23 décembre 2019 12:12, par JOURDAIN Isabelle

    Bonjour à vous tous et toutes

    1 l’appel du 18 juin 1940 moins 49 ans donne 18 juin 1891

    Voici ce que je viens de trouver car vous nous faites devenir chèvre. Partie un long moment sur un « tas de bois »

    2 La découverte du cours d’eau nommé chèvre dans l’Orne
    il passe à Berd’hui.

    3 Dans les A.D de l’Orne à berd’hui il y a le mariage de
    goulet Emile François et de LEVIER Louise Joséphine tous deux domestiques mariés le 18 juin 1891 acte 4 , par Ménager Abraham Michel
    Pour l’instant j’en suis là ...

    Cordialement
    Isabelle

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 23 décembre 2019 12:27, par Pierre

    Bonjour,
    Énigme dans l’énigme : où est passé Gabriel ? Il fait partie des triplés nés le 2 décembre 1905 à Préaux (TD) mais n’est pas recensé avec ses frères l’année suivante (vue 6/20). Est-il décédé entretemps ? Si oui, ce n’est pas dans la commune (toujours TD). Est-ce une distraction des parents (avec cinq enfants et ceux en nourrice...) ou une erreur de transcription du recenseur ? En réalité, il était un peu plus loin, en vie et toujours à Préaux, en nourrice chez sa tante Justine, femme LOISON (recensement 1906 - vue 12/20).
    Il reste quand même le plus secret de la fratrie sur sa fin de vie (pour moi et à ce jour).

    • Marie Armandine est décédée veuve PERCHERON le 13 décembre 1918 à Préaux (TD vue 12/15) ;
    • Emile Placide le 22 décembre 1962, même lieu (mention en marge de son acte de naissance ;
    • Robert Eugène le 10 août 1988 à Mamers (Sarthe)(fichier des décès INSEE) ;
    • Marcel André le 25 mai 1912 à Préaux (TD vue 12/14).

    Bon bout d’an et à l’an qué ven !

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 23 décembre 2019 18:04, par Anne-Marie SARABEN

    Bonsoir,
    Votre énigme m’a beaucoup amusée et tracassée même si la première partie a été vite résolue j’ai buté un moment sur la deuxième partie et je me suis inspirée de vos commentaires aux différents « concurrents » pour avancer . Voici mes différents étapes :
    Premièrement localiser le château des comptes du Perches : Nogent-le-Rotrou
    deuxièmement  : regarder sur une carte routière et trouver le village de BERD’HUIS au carrefour de quatre routes dans le département de l’Orne ,limitrophe de l’Eure et Loir et traversé par la rivière LA CHÈVRE .
    troisièmement Vérifier que le maire de Berd’huis est bien Michel MENAGER en 1891 sur le registre d’état civil.
    quatriémement : trouver le mariage de Emile François GOULT, domestique et Louise Joséphine LEVIER domestique, le 18 juin 1891 : acte N° 4 vue 114/121.

    Ensuite j’ai erré un moment de village en village, de Wikipédia en Wikipédia sans succès .
    Je suis revenue aux « armes » de la généalogie les recensements, et Généanet ou j’ai trouvé le père de Emile et son fils Emile Placide né le 27 mars 1897 à St Agnan sur erre .
    J’ai rapidement trouvé la famille en 1896 à St Agnan mais elle n’est plus dans ce village en 1901 ??
    Au cour de mes recherches j’ai trouvé un article de presse du 8 mars 1938 où il est relaté que Emile GOULT 40 ans puisatier était tombé d’un peuplier , mais cela ne correspond pas à notre énigme alors j’ai poursuivi mes recherche dans les recensements en imaginant que la famille s’était « réinstallée » à Préaux lieux de naissance de Emile . Victoire je les trouve en 1901, ( vue 5/20), en 1906( vue 6/20), et en 1911 ( vue 10/18) . Et donc en 1906 je relève la présence de triplés nés le 2 octobre 1905 ( vérifier sur la table de naissance de Préaux ) : Gabriel, Robert, et Marcel . On peut constater que Marcel est décédé le 25 mars 1912 sur la table décénale ;
    Effectivement cette naissance multiple n’était pas courante et au regard de l’âge de la mère .

    Merci encore et bonnes fêtes de fin d’année.
    Cordialement

    Anne-Marie SARABEN

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 24 décembre 2019 13:50, par gerardh

    Bonjour,
    voici ma solution : il s’agit de GOULT Emile et Levier Louise qui se sont mariés à Berdhuis dans l’Orne (situés non loin du chateau des comtes du Perche) et ont eu des triplés le 2/12/1905 (trouvé via les recencements ,ou il manque Gabriel en 1906 et les tables decennales de la commune de Preaux ou ils habitent).

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 25 décembre 2019 00:27, par Jacqueline Isnel-Guérin

    Joyeux Noël à toute l’équipe !
    Vous ne l’auriez sans doute pas imaginé un seul instant : le Père Noël vient de passer chez moi ! Ses rennes étaient épuisés de ce long trajet entre Cabriès (une histoire de chèvre aussi !!) et BERD’HUIS où le Père Noël avait voulu rencontrer plus longuement le couple Emile GOULE et Louise LEVIER mariés le 18 juin 1891 par Michel MENAGER ! Pour les retrouver il avait dû regarder les registres d’état civil de 1891 des communes « mitoyennes » de Nogent-le-Retrou commune où siège le magnifique « Château des Comtes du Perche » ! Le Père Noël n’a pas encore eu le temps de trouver la Chèvre sans doute une habitante de Berd’Huis, ni la raison de la célébrité des progénitures de Louise et Emile dont les arrière-petits-enfants ont peut-être serré la main du président Macron lors de sa visite à Brud’huis !
    La suite ? A l’an qué ven !
    Merci pour cette sympathique aventure dans le Perche !
    Joyeuses fêtes ! Jacquie

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 26 décembre 2019 19:12, par Catherine Guex

    Bonjour,

    Merci pour cette énigme, c’était très amusant de jouer les détectives.

    Partie de l’hypothèse que la Chèvre était une rivière, j’ai trouvé sur annuaire-mairie.fr les 4 communes du département de l’Orne qu’elle traverse. Reste à trouver laquelle était la bonne.

    Dans les archives en ligne de ce département, on trouve à la page 114 du registre d’état civil de la commune de Berd’huis 3NUMECEC43/3E2_043_23, le mariage d’ Émile François Goult et Louise Joséphine Levier le 18 juin 1891, leurs professions et le nom du maire concordent.

    Pour suivre leur parcours, j’ai cherché dans les archives militaires de l’Orne. Le répertoire alphabétique pour l’année 1886 (Alençon R1023) indique à la page 10 le numéro matricule d’Émile, 178. Sa fiche à la page 187 du registre R1020 montre que le couple est domicilié à Préaux-du-Perche depuis mai 1901.

    On les retrouve dans les recensements de cette commune, documents 3NUMLN337/M533_01 (1901) _02 (1906, page 10, ils ont des jumeaux nés en 1905 Robert et Marcel) et _03 (1911). A la page 10 de ce dernier document, on découvre non pas 2 mais....3 fils nés en 1905 ; Gabriel, Robert et Marcel, bizarre, Gabriel n’était pas inscrit avec sa famille en 1906. Retour au recensement de 1906 : Gabriel est chez sa tante paternelle, Justine Goult (nourrice comme sa belle-soeur) et son mari (page 12). Vérification rapide dans les tables décennales 1903-1912, page 3, il s’agit bien de triplés, et qui survivent tous, de quoi attirer l’attention en effet !

    Je me réjouis de vous retrouver en janvier et vous souhaite une très bonne année.

    Catherine Guex

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 27 décembre 2019 00:56, par Jacqueline Isnel-Guérin

    Impossible d’attendre l’An qué ven pour tenter de trouver la solution !

    Sacré Père Noël ! Il a failli me mettre sur une fausse piste : lui et ses rennes n’arrivaient pas de Berd’huis, où s’étaient mariés Émile et Louise, mais de Préaux-du-Perche dans l’Orne !

    En fait ce sont ses rennes, trempés jusqu’aux os, qui ont dévoilé une partie du secret ! « Hé bé ! Ici, en Provence, dans votre village de Cabriès, la Chèvre c’est bien un cabri et pas cette fichue rivière qui traverse inlassablement Berd’huis ! Surchargés de cadeaux, on n’a pu emprunter le pont, on a été obligés de se « mouiller » pour la franchir afin d’aller à Préaux-du-Perche ! »
    Ça alors ! ... Des rennes qui parlent ! Ne t’inquiète pas, c’est normal, ce sont ceux du Père Noël !
    Re flûte ... de champagne !... je trinque avec le Père Noël !

    À Préaux-du-Perche ? Devant mon regard interrogateur, le Père Noël ricane : « C’était juste pour voir si vous suiviez ! Vous comprenez, en cette année 1905, je tenais à passer chez les Goult voir de mes propres yeux ces 3 garçons dont on parle dans toutes les Gazettes ! Des triplés nés ce 2 décembre ! Vous vous rendez compte, quelques jours avant Noël ! Ils sont trop attendrissants ces petits ! Je leur ai déposé à chacun la même peluche : un bébé chèvre, un cabri tout blanc, tout doux ! C’est quand même plus original que le traditionnel nounours ! »

    Nous sommes donc le 25 décembre 1905 ??? Ô re re flûte ... de champagne ! Tchin Tchin ! Père Noël !

    Un peu ivre, le Père Noël en oublie la fin de sa tournée, Il pose sa hotte sur la terrasse et commence à m’expliquer : « Sur le registre militaire d’Émile j’ai découvert qu’il était domicilié à Préaux-du-Perche après son mariage. Regardez les listes des recensements, vous verrez qu’en 1911 Émile et Louise dite « Joséphine » ont 3 fils Gabriel, Robert et Marcel nés en 1905. »

    3 enfants nés la même année ? Les années virevoltent, la chronologie se mélange : 1891 ? 1911 ? 1905 ? En quelle année sommes-nous ? Sur mon bureau un calendrier affiche désespérément 2019 !

    Face à ma mine ébahie, le Père Noël s’amuse : « Vous ne me croyez pas ? Allez consulter les registres des tables décennales, vous constaterez que le 2 décembre 1905 sont nés à Préaux-du-Perche : Gabriel, Robert et Marcel GOULT ! Des triplés dans ce petit village, je peux vous assurer qu’ils ont fait l’objet d’une attention particulière ! »

    En riant, Il sort de chez moi, avant de partir, Il a dû bien se couvrir, dehors Il va avoir si froid ! Il monte dans son traîneau, crie à ses rennes : « Et maintenant destination Bouc ! » « Hé ! Hé ! Très drôle ! Il va nous rendre chèvres » raient les rennes qui galopent vers le piton de Cabriès, s’élancent et atterrissent quelques centaines de mètres plus loin dans le village de Bouc-Bel-Air ... village, que tous, ici - y compris le Père Noël et les rennes-, appellent tout simplement Bouc !

    Je rentre. Le Père Noël n’a pas oublié mes petits souliers ! Il a déposé deux livres « Tout ce que le Père Noël ne fera jamais » et « Comment il fait le Père Noël ? ».

    Bizarroïde tout cela ! L’énigme est résolue, me direz-vous ? Non, mais vous croyez encore au Père Noël ! Comme à son habitude le Père Noël n’a pas vraiment tout résolu !

    Sur le recensement de 1906 :
    Pourquoi Gabriel le « triplé » ne vit-il pas chez ses parents avec ses 2 autres frères ? c’est pas le Père Noël, c’est moi qui pense avoir trouvé : Pour soulager ses parents, Gabriel est en nourrice chez Justine Goult épouse Louison -sans doute sa tante- nourrice à Préaux (vue 12 du recensement) !
    Qui est cet enfant prénommé Émile, né à Préaux en 1897, qui vit chez Émile et Joséphine Goult et que je ne retrouve pas dans les registres d’état-civil ? Un enfant Goult, prénommé Jules, est né le 22/11/1897 mais il n’est pas le fils de Louise et Émile. Est-ce lui, prénommé différemment, qui vivrait au foyer d’Émile et Joséphine ?

    Quant aux triplés, le Père Noël les a vus de « ses propres yeux » chez Émile Goult, mais, moi sans leurs actes de naissance comment affirmer que Gabriel, Robert et Marcel sont tous les 3 les enfants d’Émile et Louise ? ... c’est forcément vrai, sinon il n’y aurait pas eu d’énigme !

    Et pour compléter l’histoire ...
    Sur les listes nominatives du recensement de 1924, Hélène Percheron, leur petite-fille, vit avec les époux Goult, sans doute est-elle la fille de Marie ? Effectivement leur fille Marie a épousé à Préaux le 17 octobre 1912 Léon Percheron, leur fille Hélène est née le 18/12/1913 à Nogent-le-Rotrou. Marie Goult est décédée à Préaux le 13 décembre 1918, veuve de Léon, décédé le 19 août 1916 à Nogent-le-Rotrou.

    Après le décès de Marie, les grands-parents ont donc recueilli sa fille Hélène.

    La vie « bien remplie » d’Émile et Louise nous a procuré une belle fin d’année dans le Perche !

    Bon ! Maintenant on peut passer à 2020 non sans avoir auparavant remercié toute l’équipe de La Gazette, tous les contributeurs pour les passionnantes lectures et énigmes 2019 ... et précédentes !!
    < surfluo>Meilleurs vœux de bonheur à toutes et tous, vœux de magnifiques découvertes généalogiques pour 2020 !

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 27 décembre 2019 11:45, par Bernard CHAREYRON

    Bonjour,
    Votre énigme m’a bien intéressé.
    Je pense que la réponse est ; la naissance des triplés Gabriel François, Robert Eugène et Marcel André dans la famille GOULT à PREAUX DU PERCHE (Orne) le 02/12/1905. Le fait devait être assez rare pour avoir marqué localement les esprits.
    Ma démarche :
    1°) J’ai trouvé sur Wikipédia que le château des Comtes du Perche se trouvait à Nogent le Rotrou.
    2°) J’ai deviné que le Chèvre était une rivière.
    3°) J’ai alors regardé sur la carte routière des environs de Nogent les villages traversés par ladite rivière.
    4°) Parmi eux j’ai choisi celui où se coupaient 4 axes routiers c’est à dire Bred’huis.
    5°) Le grand Charles étant le général de Gaule et son fameux appel datant du 18 juin 1940, le mariage est donc intervenu 49 ans avant soit le 18 juin 1891.
    6°) Aux AD de l’Orne en ligne j’ai donc recherché les mariages de 1891 à Berd’huis et ai trouvé l’acte (vue 114/122) Cote 3NUMECEC43/3E2_043_23 unissant Emile François GOULT à Louise Joséphine LEVIER.
    7°) Voyant que l’époux habitait PREAUX j’ai recherché aux AD les tables décennales de 1903 à 1912 puisqu’il était question d’une petite quinzaine d’années plus tard. J’ai cherché sur l’Etat Civil car vous parliez de famille et ai trouvé la naissance multiple.
    8°) Je n’ai rien trouvé concernant ces naissances sur la presse ancienne en ligne..mais n’ai peut être pas passé assez de temps sur cette piste. Acceptez-vous néanmoins ma réponse ?
    Bien cordialement et bonnes fêtes

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 28 décembre 2019 17:54, par Marie Th COISPEAU BREMAUD

    Merci à toute l’équipe, et tous mes voeux de Bonne et Heureuse Année 2020. Continuez de nous interesser avec vos articles et vos énigmes !
    A bientôt avec la nouvelle année.
    Bonne Année à tous les généalogistes d’histoire-genealogie.com

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 28 décembre 2019 19:57, par Sylvie Cauche-Laouchez

    Bonjour,
    j’arrive comme les carabiniers ... en retard !
    Je vous donne quand même mon résultat :
    1. 49 ans avant l’appel du 18 juin 1940 : 18 juin 1891
    2. la commune suivant vos indices (Orne/Eure-et-Loire ; Nogent-le-Rotrou ; 4 routes ; la chèvre est une rivière : Berd’huis (61)
    3. Mariage du 18/06/1891 : Emile François GOULT épouse Louise Joséphine LEVIER. Remarque : la sœur d’ Emile, Ambroisine se marie le même jour.
    4. 15 ans plus tard, ils ont disparu des tables décennales de la commune.
    5. dans l’acte de mariage, le père d’ Emile habite Préaux. Recherches sur cette commune dans les recensements.
    6. en 1906 on trouve Emile, sa femme, 4 enfants dont 2 jumeaux nés en 1905, et un nourrisson probablement en nourrice.
    7. grâce à votre indice supplémentaire pour l’année 1911, une recherche sur le recensement fait apparaître un 3e enfant né en 1905. Le couple a eu des triplés le 2 décembre 1905, d’après les tables décennales (les actes de naissance ne sont pas en ligne).

    Est-ce pour cette naissance multiple que le couple a fait l’objet d’une attention particulière ?

    Merci pour ce remue-méninge de fin d’année.
    Sylvie Cauche-Laouchez

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 30 décembre 2019 10:30, par JOURDAIN Isabelle

    Bonjour,

    S’agit-il d’une belle chaumière appelée LA Remuée datant du XVII ème siècle et située dans l’ORNE ? et appartenant à notre ménage ?

    Information prise sur une carte postale dans la collection de Mr DELCAMPE ?

    Cordialement
    Isabelle JOURDAIN

    Répondre à ce message

  • La trêve des confiseurs ou 3 fois plus de bonbons... 2 janvier 13:45, par Pierre MILLARD

    Par cette journée brumeuse de janvier 2020, pourquoi ne pas profiter de l’énigme de la trêve des confiseurs pour s’éloigner des brumes picardes et visiter la campagne du Perche

    40 ans de l’appel du « Grand Charles » pas besoin de wikipédia ni de calculette….ça nous amène au 18 juin 1891.

    Le Château des Comtes du Perche...Nogent le Rotrou (Eure et Loire) avec l’aide de Google

    Dans la campagne environnante, La Chèvre qui traverse inlassablement le village, ça sent la petite rivière. Le Géoportail de l’IGN permet de trouver ce petit cours d’eau qui passe par Berd’huis (Orne) et Dancé (Orne)

    Archives de L’Orne, Etat-civil de Berd’huis, Tables décennales 1883-1892, vue 5/13.
    2 mariages le 18 juin 1891
    Tous les détails sur le registre des Mariages 1878-1892, vue 114/122 et pages suivantes…
    Emile François GOULT et Louise Joséphine LEVIER
    C’est notre couple mais aussi :
    Lazare François Désiré JOSSE et Ambroisine Angèle GOULT (la sœur d’Emile)

    Quelle descendance pour le couple d’Emile et Louise :
    A partir des noms des villages cités dans l’acte de mariage ( Berd’huis, L’Hermitière, Préaux, Saint-Agnan sur Erre ) on cherche dans les tables décennales de ces villages des naissances du nom de GOULT entre 1890 et 1910, et on confirme par les actes complets s’ils sont disponibles.
    Marie Armandine GOULT née le 16/08/1892 à St Agnan sur Erre (61)
    Emile Placide GOULT né le 27/03/1897 à St Agnan sur Erre(61)
    Puis :
    Gabriel François GOULT , Robert Eugène GOULT, et Marcel André GOULT
    nés le 02/12/1905 à Préaux du Perche (61)
    table décennale 1903-1912, vue 3/14 mais actes non disponibles,
    Sont-ils les enfants d’Emile et Louise ?

    Direction les recensements de Préaux du Perche
    En 1901 :
    vue 5/20, Emile et Louise ont 2 enfants Marie et Emile

    En 1906 :
    vue 6/20, Emile et Louise ont 4 enfants Marie, Emile, Marcel et Robert
    il en manque un.
    Trois d’un coup, ça faisait beaucoup on l’a confié à la belle-sœur (voir la vue 12/20)

    En 1911 :
    vue 10/18, les triplés sont réunis même si le recenseur a eu du mal à déterminer leur sexe !

    En 1921 :
    vues 9/15 et 12/15, Marcel est décédé et Robert est déjà au boulot.

    On peut continuer à suivre les 2 survivants….
    Registres militaires d’Alençon classe 1925, matricules 248 et 249...ils se suivent

    Et pour finir en beauté, sur vos conseils une belle carte postale d’époque sur le site d’un vendeur de fournitures pour collectionneurs,

    Merci pour cette petite escapade.

    Meilleurs vœux pour 2020 à toute l’équipe.
    Longue vie à votre site si agréable à parcourir,
    Pierre MILLARD

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP