www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » Le logement des Gens de Guerre

Le logement des Gens de Guerre


jeudi 1er octobre 2009, par Bernard Quillivic

Répondre à cet article

Le Règlement de 1651 prévoyait que le logement des soldats se fasse en priorité chez les personnes les plus riches. Les Soldats du Roi ne payaient pas leurs logements et leurs nourritures. Les frais de logement étaient à la charge de la ville ou commune, remboursées par les finances du Roi... mais cela prenait parfois un peu de temps.

Il en était tout autrement pour les unités étrangères dont le prince propriétaire recevait du Roi une somme importante pour la location de ses services et celle de son régiment, cette allocation englobait toutes les dépenses du dit régiment.

Lors du déplacement de troupes, un trajet était tracé suivant les besoins, ce tracé s’appelait « ROUTTE », seuls le Roi et son ministre de la guerre étaient habilités à fournir ces feuilles de routes.

Une contrainte permanente tout au long de l’Ancien Régime

(Nous prenons la ville Saint-Dizier comme modèle [1], mais nous avons le même type de document pour la ville de Tours ou autres).

Saint-Dizier se trouve dans la position d’une ville aux confins de la Champagne, et est donc impliquée au premier chef dans tous les conflits que connaît la France. Si un épisode de l’ampleur du siège de 1544 [2] ne se reproduit pas, la ville souffre de manière endémique du logement des gens de guerre qu’elle doit assurer l’hiver, époque à laquelle on ne se bat pas.

Sur une population qui varie suivant les époques entre 4 000 et 5 000 habitants, il arrive que l’on doive accueillir 2 000 à 2 500 troupiers, ce qui représente une charge considérable, à tel point que l’on voit parfois des habitants de Saint-Dizier quitter la ville plutôt que d’accueillir les soldats.

En effet, outre le poids financier représenté par le logement et la nourriture des gens de guerre, les relations entre les deux populations sont loin d’être toujours cordiales, et un « Major de place » chargé de la police militaire et des relations avec les échevins est créé en 1641. Par ailleurs, cette charge est d’autant plus mal ressentie que certains habitants sont exemptés du logement des gens de guerre : ainsi, les échevins n’ont-ils pas cette obligation. Aussi, en 1673, une ordonnance limite le nombre des échevins ainsi que celui des exemptions de logement, en faisant valoir que l’intérêt des habitants est d’être le plus nombreux possibles à supporter les frais occasionnés par le cantonnement des troupes.

Cela n’empêche pas différents conflits de se produire : ainsi, en 1742, c’est un cavalier qui est accusé d’avoir quitté son logement en emportant des draps et douze francs dérobés à sa logeuse. Une autre fois, c’est un habitant de la Noue qui refuse le billet de logement d’un soldat, et l’insulte avant de le mettre dehors.

Enfin, il est financièrement très lourd pour la ville de pourvoir à l’entretien des troupes, même de passage : le règlement du 26 mars 1636 fait obligation « aux échevins et habitants de Saint-Dizier de fournir les vivres et le fourrage nécessaires aux régiments qui auront route au dit lieu... »

On comprend que, même concédées à titre d’avance, ces fournitures grèvent le budget de la ville, d’autant que le pouvoir central se montre rarement empressé de s’acquitter de ses dettes. De plus, il peut arriver, comme c’est le cas en mars 1630, que la ville doive avancer la solde des militaires présents. Les échevins réquisitionnent alors le fourrage dans les campagnes, et taxent les denrées alimentaires, ce qui provoque le mécontentement de ceux qui sont frappés par ces taxations, bouchers et boulangers au premier chef.

Dans le livre de Simone Bertière intitulé « Mazarin, » page 241, il est dit ceci :

« Les Besoins entraînés par la guerre étaient immenses. Les troupes composées de mercenaires se dispersaient vite si elles n’étaient pas payées, en espèces sonnantes et trébuchantes. Or le trésor, ou comme l’on disait alors « l’épargne », était toujours vide, non seulement pour cause d’endettement, mais aussi par suite des problèmes de manutention. N’oublions pas que tous les versements se faisaient en numéraire.
Plutôt que de transporter des tonnes de monnaies métallique à travers le pays jusqu’ à Paris pour les redistribuer ensuite, on réaffectait aussitôt sur place le produit des impôts aux dépenses nécessaires. L’épargne se bornait à comptabiliser l’ entée et la sortie des sommes dont elle ne recevait que les surplus. Et les circuits bureaucratiques étaient d’une telle lenteur qu’il fallait un temps infini pour en obtenir un paiement.
Il y avait bien les « ordonnances de comptant », qui obligeaient les trésoriers à verser aussitôt et sans contrôle la somme exigée, mais elles rencontraient leur limite dans la détresse chronique du trésor. Par conséquent, seuls des financiers professionnels, généralement groupé en consortiums, pouvaient avancer rapidement au Roi de l’argent frais à la demande.
Il le lui faut vite, quand il s’agit de payer les soldes en retard. »

Dans le même domaine au niveau endettement des villes, concernant Tours, il est marqué ceci [3] :

« (Les finances de la ville) : Le gouvernement avait d’ ailleurs sur elles un droit de contrôle puisque tous les ans, en théorie, les comptes municipaux devaient être examinés par la chambre des comptes de Paris. Le contrôle royal fut surtout strict à partir du règne personnel de Louis XIV. À cette époque la plupart des villes étaient fort endettées, essentiellement parce que le roi les avaient obligées à lui verser des impôts exceptionnels pour financer les guerres, notamment des taxes destinées à subvenir à l’entretien de l’armée : la « Subvention » puis «  L’ustensile » et aussi des « dons gratuits.
En fouillant dans la comptabilité des citées, il serait possible de retrouver nombres de documents du même style. »

Les Habitants devaient « L’Ustensile » au soldat, c’est à dire le lit, le pot et la place au feu et à la chandelle. À cela s’ajoutait la nourriture, comme viennent de nous le décrire les textes cités plus haut. Cela était valable pour les troupes en France [4].

Dans le cas d’un séjour plus long, il pouvait y avoir certaines modifications.

Ce texte intitulé une main-d’œuvre occasionnelle : Le Soldat, nous le démontre :

« L’envoi par la France de troupes régulières pour la défense du pays crée le problème du « logement des gens de guerre », faute de bâtiment adéquat, on loge le soldat chez l’habitant, sauf chez celui qui accomplit déjà, à titre bénévole une fonction publique. Le soldat apportant ses rations, l’habitant fournit le couvert, la place auprès du feu et le coucher ; en retour, le soldat peut l’aider dans certains travaux. Au point de vue de la discipline, le militaire relève toujours de son supérieur immédiat et il appartient à ce dernier d’intervenir s’il survient des disputes entre l’habitant et le soldat. »

Tous ces renseignements sont tiré des Cahiers du centre d’étude d’histoire de la défense, Histoire Socioculturelles des armées.

Les Feuilles de Route

JPEG - 120 ko
Une feuille de route
Voici ce que pouvait être une feuille de route
d’un des soldats d’un régiment. Celle-ci date du 25 pluviôse an 5.
Cette photo a été prise sur le site : http://daniel_burgot.club.fr/html/genealogie/froute.htm
Que je remercie infiniment.

Feuille de route pour des compagnies sous Louis XIV

JPEG - 35.2 ko
Feuille de Route pour une compagnie
Archives de Metz : Document N° 2MI 57/1 (Bobine Microfilm) Localisation ADOG17x3

…à mon frère le Duc d’Orléans

daté du 10 juillet 1650

Chemins que tiendrons 40 Soldats

Pour aller en garnison à Metz

  • Paris : Partant des environs de Paris pour loger à Meaux
    • Bussières
  • Soisson : Orbais
    • Espernay
    • Chalons
  • Chalons : L’ Espine
    • Ste Ménéhould ou il séjournerons un jour
    • Vraincourt
    • Verdun
    • Malatour
    • Metz en garnison

Aux lieux dit de passage cy dessus les vivres nécessaires seront fourni par étape aux gens et effectifs conformément aux règlements de sa majesté.

Fait à Orléans le 10e de juillet 1650

Paraphe Louis Le Tellier

P.-S.

Bernard Quillivic est le webmaster du site Migrations

Notes

[2Sur Saint-Dizier et le siège de 1544, voir le site de la ville.

[3Extrait tiré du Café Historique de Tours

[4Cependant en Nouvelle-France, il en est tout autrement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 Messages

  • Le logement des Gens de Guerre 3 octobre 2009 18:46, par mjac

    Un de mes ancêtres était « directeur des lits de garnison de Briançon et Fenestrelle ». Malgré toutes mes recherches, je n’ai jamais pu trouver à quoi correspondait cette fonction.Ceci se passait en 1690 1700 à Fenestrelle où un de ses fils s’est marié.
    Auriez-vous une explication ? Il s’agissait , je pense, du logement des gens de guerre. Par qui étaient nommés ces « directeurs » ? De qui dépendaient-ils ?
    Où pourrais-je trouver la trace de ce Monsieur ?Je ne sais pas ce que sont devenues les armées de Fenestrelle après le traité d’Utrecht en 1713.
    Merci de me donner une réponse.
    Cordialement
    M. DESMOULINS

    Répondre à ce message

    • Le logement des Gens de Guerre 5 novembre 2009 11:52, par EVENO Pierre

      Votre ancetre se déclarant « directeur des lits de garnison... » est le commis représentant l’entrepreneur (souvent un baquier) qui a obtenu le marché des lits militaires de la province. Il n’est pas militaire.
      Pour plus d’informations voir dans "Détails Militaires, tome 2 de CHENNEVIERES de 1750 pages 405à 432 & l’encyclopédie méthodique-art militaire, tome 3 de 1787 pages 205 à 208.

      Répondre à ce message

      • Le logement des Gens de Guerre 7 novembre 2009 07:02, par M.DESMOULINS

        Bonjour,
        Merci de votre explication sur la profession de mon ancêtre,"directeur des lits de garnison". Vous me recommandez deux articles- Détails militaires tome 2 de CHENNEVIERES et"l"encyclopédie méthodique-art militaire" tome 3.
        Où puis-je consulter ces articles ? J’habite Marseille loin des AN. Sur le Web ?J’ai essayé et dû mal m’y prendre.
        Pouvez-vous préciser ?
        Après le traité d’Utrecht en 1713, savez-vous ce que sont devenus les Français habitant la vallée de Pignerol et donc Fenestrelles en Italie ?
        Je vous remercie de votre réponse
        Cordialement
        M.DESMOULINS

        Répondre à ce message

  • Le logement des Gens de Guerre 5 novembre 2009 11:55, par Pierre EVENO

    A propos du logement des gens de guerres :
    si nous excluons de par leurs privilèges la noblesse et le clergé, seule la roture, que l’on appellera le Tiers Etat, est concernée. Dans cette catégorie de la société, certains échappent aussi à cette obligation...
    C’est une des raisons pour lesquelles la bourgoisie est friande de l’achat de charges qui permettent de ne pas assurer cette obligation.
    Donc l’idée toujours véhiculée que les personnes les plus riches étaient dans l’obligation doit être tempérée.
    Les raisons de cette obligation et l’origine du logement :
    Une armée permanente et professionnelle est décidée par les Etats généraux de 1438 pendant la guerre de Cent Ans et mise en oeuvre par Charles VII. C’est un deal entre ces deux pouvoirs. D’une part le service armée à « l’ost féodal » est supprimé pour les roturiers qui en contre partie acceptent la création d’un impôt et des prestations en nature pour faire vivre les soldats. Cet impôt s’appelle « la taille des gens d’armes » que Charles VII rendra permanent.
    La malhonnêteté des traitants, pouvoir royal et communes à remplir d’une part le service de la solde régulièrement et les prestations en natures prévues dans les ordonnances accentuent les exactions de la soldatesque avec ses droits de prises et ses pratiques brutales au cours des 16e et 17e siècles.
    Il faut attendre l’ordonnance de 1498 puis celle de 1544 sur le ravitaillement militaire pour fixer les droits et devoirs des militaires et des citoyens sur le logements des gens de guerres afin de mettre un terme aux exactions et aux réclamations, malheureusement sans effets.
    Tout logement vient en diminution de la Taille.
    Ce problème récurant débouchera à partir du 18e siècle sur la construction d’habitats par les municipalités au profit des troupes en dehors des places fortifiées sous le nom de caserne.

    A propos des « Routtes » :
    comme il est décrit dans le document, c’est un itinéraire obligatoire à suivre pour les soldats sous peine d’être pendu.
    Passant d’un lieu à un autre soit en quartier d’hiver soit en campagne, ce lieu est appelé « étape » où la fourniture des vivres et le repos donc du logement sont fournis. Pour plus de détails on peut se reporter à l’ordonnance de 1629 dit « code Michau » sur 461 articles 27 concernent le service des étapes.

    Pierre EVENO - novembre 2009

    Répondre à ce message

  • Le logement des Gens de Guerre 21 janvier 17:57, par Patrick RAFFIER

    Bonjour,
    impeccable,j’adore l’histoire et me mets,un peu sur le tard,sur les vieux papiers et comme j’ai un « extrait des registres du conseil d’état du roy,1699 qui dit:il plût à sa Majefté fire deffenfes aux Maire& Echevins de la ville de Crefpy,de ne plus délivrer aucuns billets de logemens de Gens de Guerre fur eux ;& que pour l’avoir fait,ils fuffent condamnez en leurs dommages&interefts.Arreft du Conseil de Sa Majefté du premier Aout 1699..................etc »
    Voilà,donc,je voulais savoir de quoi il retournait exactement ;j’ai avancé.
    Je vous remercie et ne manquerais pas de revenir vers vous pour d’autres explications.
    Bien Cordialement.PR

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP